Navigation – Plan du site
Réalités et enjeux sur le plan de la pratique professionnelle

Patrimoine et patrimonialisations au Bénin : entre politiques nationales et réalités communautaires

Opêoluwa Blandine Agbaka

Résumés

Au Bénin, l’État demeure le principal acteur des politiques et stratégies patrimoniales. Cette prédominance des pouvoirs publics dans les processus de patrimonialisation ne permet pas souvent de considérer réellement les sensibilités patrimoniales des communautés béninoises qui sont fréquemment envoyées à « l’école du patrimoine », pour apprendre ce qu’elles devraient considérer comme leur patrimoine culturel. La focalisation, parfois excessive, des politiques patrimoniales nationales sur les conceptions internationales promues par l’UNESCO et autres organismes internationaux relègue au second plan l’attachement des Béninois à leurs patrimoines, quelles qu’en soient les formes. Si le bâti colonial des villes comme Porto-Novo et Ouidah est largement plébiscité sur le devant de la scène patrimoniale béninoise, l’indifférence des populations est éloquente et suscite de plus en plus de remises en cause au sein des professionnels béninois. Le présent article propose une analyse des écarts entre les politiques patrimoniales au Bénin et les réalités patrimoniales des communautés béninoises.

Haut de page

Texte intégral

1« Quel musée pour l’Afrique ? Patrimoine en devenir », la grande question soulevée par ces rencontres mémorables organisées par le Conseil international des musées (ICOM) dans les années 1991 continue de faire débat dans l’univers muséal africain. La difficulté persistante à intégrer l’institution muséale dans les réalités africaines semble être l’arbre qui cache la forêt, car la vraie question qui se pose de plus en plus de nos jours dans le monde professionnel est : quel patrimoine pour quelles Afriques ? Le caractère pluriel du continent mérite d’être souligné, car ses expressions patrimoniales varient selon la diversité des peuples qui le constituent du nord au sud, de l’est à l’ouest. S’il est difficile de donner une réponse satisfaisante à cette interrogation, les réflexions dans l’univers du patrimoine en général et africain en particulier tendent de plus en plus à promouvoir une approche qui permet d’aller vers les communautés locales pour comprendre leurs perceptions du patrimoine.

2En effet, les velléités patrimoniales dans la plupart des pays africains remontent à la colonisation. Période douloureuse et peu reluisante pour les uns, pan incontournable de l’histoire du continent pour les autres, la période coloniale n’a pas fini de faire l’objet de débat. Toutefois, les discussions patrimoniales sur le continent ne peuvent faire abstraction du fait que les politiques patrimoniales africaines sont restées longtemps – et continuent d’asseoir majoritairement leurs bases – sur une vision patrimoniale importée qui peine à coller aux réalités locales (Ouallet, 2000). Les réalités de l’univers patrimonial ont du mal à s’émanciper des racines coloniales, car le spectre du monument historique continue d’être largement le fondement des politiques publiques. Le Bénin, pays de l’Afrique occidentale est en plein cœur d’une dynamique patrimoniale partagée entre l’héritage colonial et les normes internationales en la matière.

L’héritage colonial : entre appropriation et rejet

3L’administration coloniale peut être considérée comme l’instigatrice des préoccupations patrimoniales, du moins d’un point de vue occidental en Afrique. Les puissances coloniales se sont servies de l’institution du musée comme instrument d’exposition culturelle des colonies pour ensuite en faire, dans les années 1940, des centres de recherches, de connaissances de la culture et de l’histoire des communautés africaines (Gaugue, 1999). Ces institutions patrimoniales qui n’ont pas été conçues à l’origine pour servir les aspirations des populations africaines en matière de culture sont néanmoins restées largement dominantes dans l’univers patrimonial africain actuel. Une analyse de l’histoire de l’institution muséale au Bénin permet de constater la stagnation des politiques patrimoniales autour des musées ethnographiques et d’histoire essentiellement hérités de la colonisation (Effiboley, 2015). Toutefois, la question de l’héritage colonial ne se limite pas aux musées, car après les indépendances des années soixante, les dirigeants ouest-africains ont des préoccupations pratiques et fonctionnelles sur les édifices hérités de l’administration coloniale (Sinou, 2005). Ce souci de pragmatisme les a conduits à s’approprier ces constructions pour les mettre au service de l’administration des jeunes États indépendants.

4Le regard porté sur ce bâti colonial n’était pas prioritairement patrimonial, mais usuel. Il fallait trouver des locaux pour les services administratifs et abriter les institutions de l’État. C’est ainsi que plus de cinquante ans après son indépendance, l’Assemblée nationale béninoise continue de siéger dans l’ancien Palais des gouverneurs, un édifice hérité de l’administration coloniale. Néanmoins, au fil des années, le regard porté, du moins par l’administration publique, sur le bâti colonial a évolué et il est de plus en plus question de sa conservation et de sa valorisation en tant que patrimoine national. Ces préoccupations patrimoniales ne font toutefois pas l’unanimité et les avis sont partagés entre les professionnels du patrimoine et les communautés locales. Les experts, forts de leur formation occidentale, s’évertuent à conserver un patrimoine bâti que les populations considèrent généralement comme des « vieilleries » à raser et à remplacer par des constructions modernes.

5À Porto-Novo, capitale béninoise, inscrite sur la Liste indicative du pays pour une éventuelle inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le bâti colonial et afro-brésilien peinent à se conserver, particulièrement lorsqu’il s’agit de propriétés privées. Le bâti colonial résulte de la colonisation française qui a débuté vers la fin du XIXe. L’architecture afro-brésilienne est un style implanté par la communauté de descendants d’esclaves revenus du Brésil pour s’installer sur la côte du golfe du Bénin. Un retour majoritairement volontaire qui s’est opéré vers la fin du XVIIIe pour s’intensifier dans la deuxième moitié du XIXe. L’architecture afro-brésilienne est une expression identitaire forte de cette communauté installée dans des pays comme le Nigéria, le Bénin, le Togo et le Ghana (Sinou, 2011). En effet, l’évolution du tissu urbain, et des besoins sociaux des propriétaires conduisent à des aménagements ou à des modifications ne répondant à aucune norme de restauration du patrimoine bâti, parfois au sein même de l’administration publique, censée promouvoir ce patrimoine. On constate par conséquent des extensions, des ajouts, des changements de toitures avec de la tôle ondulée, des renforcements de la structure murale en béton, etc. Les raisons des modifications diverses constatées sur ces bâtiments coloniaux ou afro-brésiliens tiennent essentiellement aux changements économiques et sociaux, particulièrement au surpeuplement des habitations dont la dégradation est accélérée (Sinou, 2005). En outre, les réticences vis-à-vis d’un patrimoine colonial considéré comme véhiculant une charge émotionnelle douloureuse entraînent également des avis partagés au sujet de sa conservation.

6Il est important de souligner l’image que se font les populations locales du bâti ancien en général qui, selon elles, contraste avec la modernité. À titre d’exemple, à Ouidah, ville côtière et principale porte de sortie des esclaves durant la traite négrière, l’aspiration à la modernité aboutit à sous-valoriser un ensemble de bâti ancien, considéré comme les vestiges d’un autre temps et dont les modèles architecturaux et les productions artisanales n’éveillent aucun intérêt particulier de la part des populations. Il en résulte la destruction de plusieurs d’entre eux pour ériger des édifices répondant mieux à l’idée que se font les habitants de la modernité (Dossou, 2013). La réalité est que la grande partie du bâti conservé, colonial ou ancien, se trouve généralement dans les quartiers défavorisés des villes. Les quartiers Adjinan, Accron, Oganla, etc. de Porto-Novo abritent plusieurs édifices de type colonial ou afro-brésilien classé patrimoine de la ville par les autorités municipales. Dans le même temps, ces quartiers situés dans la partie historique de la ville ont une concentration importante de populations défavorisées. Le manque de moyens financiers pour détruire et reconstruire de nouvelles bâtisses, à l’allure plus moderne et s’inscrivant dans la marche de ce que ces populations considèrent comme le progrès semble avoir largement contribué à la conservation de ce type d’architecture classé comme patrimoine par les autorités. Même si le regard des responsables politico-administratifs a évolué sur la conservation du patrimoine bâti en raison de ses potentialités touristiques ou du lobby construit progressivement par les élites et les professionnels du patrimoine, l’attachement des populations locales à ce type de patrimoine est loin d’être acquis.

7La Maison du patrimoine de la ville de Porto-Novo par exemple a réalisé plusieurs études sur l’état de conservation du patrimoine bâti de la ville. Le bilan de ces études révèle que depuis la réalisation de l’inventaire du patrimoine historique de la ville constitué essentiellement de bâtis de types coloniaux et afro-brésiliens de 2001 à 2003, les biens patrimoniaux inventoriés ont connu une dégradation alarmante. Parmi les 597 biens immobiliers répertoriés comme patrimoine de la ville, 33 maisons ont été détruites, 28 l’ont été à moitié, 84 sont dans un état de délabrement très avancé et 57 présentent des fissures menaçant leur intégrité (Houénoudé, 2013). Cette étude montre en une décennie la dégradation alarmante de ce patrimoine bâti qui occupe portant une place importante dans les politiques culturelles de la ville. Ainsi, plus de 33 % des biens patrimoniaux inventoriés ont soit entièrement disparu, ont été partiellement détruits ou sont dans un état de dégradation importante. La dure réalité est que la majorité des propriétaires, ayant vu leurs maisons inscrites comme patrimoine de la ville, se contentent de les regarder tomber en ruine et les remplacent par de nouvelles constructions lorsqu’ils en ont les moyens. La ville de Porto-Novo, n’ayant pas les ressources financières nécessaires pour procéder à des rénovations de grande envergure, a par conséquent des difficultés à limiter cette vague de destruction et de délabrement. L’univers patrimonial béninois met en scène d’un côté des professionnels du patrimoine soutenus par quelques érudits ou passionnés s’évertuant à lutter dans la mesure de leurs moyens pour la conservation de ce qu’ils considèrent comme patrimoine, et de l’autre des populations qui sont plutôt fascinées par les constructions imposantes à la pointe des nouvelles tendances dans les grandes villes du monde.

8La tendance de « tout casser pour passer à du neuf » semble être ancrée dans les esprits. Une enquête menée en 2003 auprès de 200 jeunes de Porto-Novo confirme cette tendance, car 54 % des répondants préfèrent les nouvelles bâtisses, 30 % se disent sensibles au bâti ancien, 60 % souhaitent une reconstruction de la ville et 24 % sa conservation (Cousin, 2013). La réalité est flagrante, les Porto-Noviens semblent majoritairement attachés à tout sauf à ces « vieilleries » dont les politiques culturelles et les professionnels font la promotion. En effet, la conservation du patrimoine répond en premier lieu à la préservation d’une identité et d’une mémoire collective. Les professionnels ont tendance à se substituer aux populations dans le processus de patrimonialisation pour définir et désigner ce qui peut être considéré comme patrimoine en se fondant sur des critères comme la valeur historique, commémorative, esthétique, etc. Ils seraient plus utiles et efficaces dans un rôle d’encadrement qui leur permettrait de laisser s’exprimer les perceptions locales, révélées essentiellement à travers les différents types d’attachement développés par les couches sociales. Chez les Idaatcha à Dassa-Zoumè dans le centre du pays par exemple, les aînés développent un attachement particulier aux legs des ancêtres en raison de leur responsabilité de passeurs de mémoire. Le patrimoine à leurs yeux est essentiellement fondé sur l’expression de la mémoire ancestrale qu’il faut transmettre aux jeunes générations. Les jeunes perçoivent le patrimoine à travers les éléments qui leur permettent de se construire une personnalité dans la société, comme la communauté des chasseurs, les sociétés secrètes, etc., mais également à travers les espaces de rencontres et les pratiques de divertissement. Les femmes ont tendance à exprimer leur attachement aux pratiques, connaissances et savoir-faire qu’elles héritent de leurs familles et qu’elles tiennent à transmettre à leur progéniture comme un don de soi. Dans une communauté patriarcale où l’héritage de la mère n’est pas primordial, ces femmes mères considèrent le patrimoine comme un don de soi.

Entre pouvoirs centraux et pouvoirs décentralisés : un cadre administratif peu fonctionnel

9Les difficultés du patrimoine culturel au Bénin, au-delà des controverses de l’héritage colonial, reposent également sur le caractère fortement exogène des textes législatifs et la fragilité de l’organisation administrative. La Loi No 90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin, consacre l’État comme le principal acteur de la sauvegarde et de la valorisation des valeurs culturelles traditionnelles. L’avènement de la décentralisation en 2003 offre une nouvelle configuration administrative qui permet aux 77 communes issues du découpage territorial de participer à la gestion administrative du patrimoine à la base.

10La Loi No 91-006 du 25 février 1991 portant Charte culturelle en République du Bénin, issue des résolutions des États généraux de la culture, de la jeunesse et des sports tenus en mai 1990, souligne que l’État béninois est le principal responsable de la promotion du développement culturel à l’échelle nationale. L’élaboration du document de politique nationale de la culture en mai 2013 exprime une volonté manifeste des gouvernants à forger une vision du secteur de la culture, longtemps resté dans l’ombre des préoccupations primordiales liées à la santé, à l’éducation, à la réduction de la pauvreté, etc. Ce document qui se présente sous la forme d’un cadre de réflexion pose un diagnostic du secteur culturel béninois en général confronté à : une faible professionnalisation des acteurs culturels, une dégradation évolutive du patrimoine culturel, une insuffisance des infrastructures adéquates, un faible taux d’investissement dans les industries culturelles, une prédominance de l’informel, etc. Toutefois, les réflexions émises dans cette feuille de route ressemblent plus à une émanation des visions expertes du patrimoine largement focalisées sur des tendances exogènes. À la suite de la Charte culturelle, ce document de politique culturelle nationale préconise l’effectivité de la décentralisation de la vie culturelle. Si la Charte culturelle énumère les obligations de l’État béninois qui doit favoriser un accès équitable de toutes les couches de la société à l’éducation, à la culture par la mise en place de financements et la création d’opportunités visant à favoriser une proximité entre les Béninois et les biens culturels, le principal fondement de cette charte est le respect de la pluralité culturelle de la nation béninoise. Ceci implique un engagement des pouvoirs publics à faciliter l’expression de la diversité culturelle au niveau national. Cette diversité ne peut effectivement s’exprimer en matière de patrimonialisation que si les communautés définissent elles-mêmes ce qui est patrimoine et si elles contribuent à la construction des discours sur les biens patrimoniaux.

11Le cadre administratif de la gestion du patrimoine culturel est présenté au Titre II de la Loi No 2007-20 du 23 août 2007 portant protection du patrimoine culturel et du patrimoine naturel à caractère culturel en République du Bénin, dans les articles 7, 8, 9 et 10. Le ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme est l’organe étatique faîtier en matière de gestion de la culture en général à l’échelle nationale. Toutefois, cette loi précise la responsabilité des collectivités locales à participer à la gestion du patrimoine à la base. L’article 7 précise que « la gestion, la protection et la sauvegarde des biens culturels locaux incombent à la commune et aux communautés locales régulièrement constituées ». Le Ministère par l’intermédiaire de ses structures déconcentrées apporte directement ou indirectement son concours aux communes ou aux communautés locales. La Commission nationale de protection du patrimoine culturel conseille le gouvernement sur la politique patrimoniale. La Direction du patrimoine culturel est une direction technique du Ministère. Elle est la plaque tournante des politiques nationales en matière de patrimoine culturel. Cette direction est responsable de la collaboration avec les communes béninoises en matière de patrimoine culturel. La réalité de l’animation culturelle dans les communes béninoises semble encore assez éloignée d’une décentralisation concrète qui mettrait sur le devant de la scène le vrai visage du patrimoine des communautés. Les municipalités disposent généralement au sein de leur administration d’un service culturel. Le fonctionnement effectif de ces services est une autre réalité. Les directions départementales de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme sont chargées de mettre en œuvre la politique nationale. Elles soutiennent la mise en œuvre des attributions de toutes les directions techniques nationales au niveau départemental. Les attributions des différentes directions et institutions sont parfois difficiles à cerner concrètement et clairement. Les liens de coopération et de collaboration entre les directions départementales, la Direction du patrimoine culturel et les municipalités ne sont pas très bien définis ; il en résulte souvent des conflits de gestion. Le cadre administratif de gestion du patrimoine reste encore assez généraliste et sommaire.

12Les villes de Porto-Novo et Ouidah restent en ligne de mire en matière de gestion locale du patrimoine par leur Maison du patrimoine. Ces institutions décentralisées ont pour objectif principal de mettre en œuvre la politique culturelle communale. Toutefois, il y a souvent un écart important entre les missions attribuées à ces structures et à leur budget, qui témoigne du fait qu’elles n’ont pas les moyens de leurs objectifs. Dans la pratique, les communes béninoises ont des difficultés de plusieurs ordres. Les plus fréquemment évoquées sont le manque de personnel qualifié et de moyens financiers. Il existe souvent un écart entre la volonté affichée dans les politiques culturelles et la concrétisation de cette volonté par des allocations budgétaires effectives. Dans la majorité des collectivités locales béninoises, les autorités perçoivent souvent la culture comme un divertissement (rassemblements euphoriques éphémères, danses folkloriques, petits festivals, etc.) plutôt que comme un secteur à bâtir pour conserver la mémoire collective. Par ailleurs, elles sont plus focalisées sur des actions à très court terme pouvant leur permettre de renouveler leur mandat politique que sur des projets à long terme dont les répercussions peuvent ne pas se mesurer immédiatement. Le patrimoine n’est donc pas leur sujet de prédilection. De plus, elles ne disposent souvent pas de cadres techniques compétents en la matière pour les aider à mieux comprendre les réels enjeux d’un financement du patrimoine.

13Dans les pays défavorisés, la culture reste souvent dans l’ombre des priorités économiques et sociales, qui sont bien plus alarmantes et largement prioritaires dans les planifications budgétaires. Elle est souvent marginalisée par rapport aux préoccupations économiques et les gouvernants ne prennent pas en compte la réalité selon laquelle la réussite du développement, même économique, dépend de l’intégration des aspects culturels (Dupuis, 1991).

L’opacité d’une législation exogène

14Lorsque l’on essaie de faire une analyse plus approfondie de la loi de 2007 sur le patrimoine culturel au Bénin, on constate une volonté des pouvoirs publics de se conformer à l’évolution des débats internationaux dans le secteur avec la prise en compte du concept de patrimoine culturel immatériel, promu par la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 d’une part, et des mesures pour lutter contre le trafic illicite des biens culturels, suggérées par la Convention de 1970 d’autre part. Ce qui représente une évolution importante par rapport à l’ordonnance No 5/PR/MENJS du 1er juin 1968 relative à la protection des biens culturels qui a régi durant plus d’une quarantaine d’années l’univers patrimonial au Bénin. Même s’il n’est pas nécessaire de revenir sur le contenu de cette législation qui n’est plus d’actualité, il semble toutefois intéressant de signaler le caractère hautement exogène d’une législation essentiellement forgée sur les législations de l’ancienne puissance coloniale en la matière. Il n’était pas question de patrimoine culturel immatériel dans cette ordonnance et le monument historique en était le principal objet.

15De ce point de vue, la loi de 2007 exprime une certaine évolution du législateur dans la considération de l’objet patrimonial au Bénin. Il semble néanmoins que le caractère exogène de la législation soit passé d’une dépendance vis-à-vis des législations de l’ancienne puissance coloniale à une tendance de focalisation sur les conventions internationales en la matière sans réellement prendre en compte les réalités patrimoniales dans les communautés béninoises. En effet, la législation sur le patrimoine au Bénin s’est construite sur un « mimétisme juridique », largement répandu dans les textes juridiques des pays africains souvent forgés sur « l’empreinte et l’emprunt » (Négri, 2001 : 327). En effet, l’influence des pays occidentaux continue de dominer l’organisation institutionnelle des anciennes colonies qui, au lieu de produire des législations issues de leurs réalités et adaptées aux besoins de leurs communautés, ont généralement nationalisé des productions juridiques dont l’esprit vient d’ailleurs (Négri, 2001).

16Dans le cas du Bénin, il est question de l’influence française en matière de législation, puis dans le cadre de la loi de 2007 sur le patrimoine, de l’influence des conventions internationales de l’UNESCO, en l’occurrence des conventions 1972 concernant le patrimoine mondial et 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Le 14 juin 1982, le Bénin a ratifié la Convention de l’UNESCO du 16 novembre 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, puis en 2013, celle de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. L’influence de ces conventions sur la loi béninoise de protection du patrimoine est parfois si notoire qu’elle semble plus calquée sur les préoccupations internationales en matière de patrimoine qu’à servir de cadre d’expression et d’encadrement pour les particularités locales du patrimoine au Bénin. L’article 2 de la loi de 2007 énonce ce qui fait patrimoine au Bénin : « constituent le patrimoine culturel de la nation les biens qui, à titre religieux ou profane, sont désignés par l’État comme étant d’importance pour l’archéologie, la préhistoire, l’histoire, la littérature, l’art, l’anthropologie, l’anthologie ou la science […] ». Elle essaie de combler le vide juridique de l’ordonnance de 1968 sur le PCI en énumérant dans cet article les différentes catégories du patrimoine au Bénin. Au point 8, elle énumère des « […] biens immatériels tels que les traditions orales, les technologies ou savoirs endogènes, les chants et danses, les rituels, les us et coutumes, toute la littérature orale et tous les artefacts y afférents ». L’article 2 de la loi de 2007 amène deux constats : la prédominance de l’État dans le processus de patrimonialisation, puisque c’est l’État qui désigne le patrimoine culturel au Bénin ; le patrimoine culturel immatériel semble demeurer une préoccupation secondaire.

17Son énumération dans la loi est très sommaire, contrairement à tous les détails consacrés au patrimoine matériel dans les articles 2 et 3. Sa perception dans les réalités locales reste assez floue et il est difficile de comprendre clairement ses contours et ses implications dans la loi. En outre, la sélection même du patrimoine à travers les critères énumérés à l’article 2 confère une connotation savante et entérine un processus qui met plus en avant la vision des experts que les réalités patrimoniales locales. En effet, l’usage de termes tels que l’histoire, la préhistoire, la littérature, l’art, l’anthropologie, etc., comme base de sélection ne facilite pas vraiment la compréhension des critères d’identification du patrimoine aux communautés.

18Par ailleurs, la pratique des différents inventaires fait souvent mention dans les catégories de patrimoine culturel définies d’un patrimoine paysager qui semble mieux convenir pour désigner les forêts sacrées, type de patrimoine largement répandu dans le paysage culturel béninois, et autres sites alliant nature et culture. Toutefois, on ne retrouve pas explicitement cette catégorie dans la loi de 2007 qui parle plutôt dans son intitulé et dans son article 4 de « patrimoine naturel à caractère culturel ». Si l’on se contente de cette expression, on s’attend à voir apparaître dans la loi la notion de « paysage culturel ». Pourtant, il n’en est rien, car la description donnée de ce « patrimoine naturel à caractère culturel » se limite finalement au naturel et ne relève aucun aspect culturel, ni l’existence d’une éventuelle relation entre nature et culture dans cette catégorie de patrimoine naturel, pourtant dit à caractère culturel. On pourrait se demander pourquoi on mentionne le « patrimoine naturel à caractère culturel » pour ne décrire in fine qu’un patrimoine naturel.

19Une autre mention qui mérite réflexion dans cette loi pourtant bien nationale est la notion de « valeur universelle exceptionnelle » que l’on trouve à maintes reprises dans l’article 4 pour qualifier le « patrimoine naturel à caractère culturel ». En dehors du fait que cela met en évidence l’influence flagrante – à la limite du « copier-coller » de la vision de l’UNESCO en matière de patrimoine mondial conformément aux orientations devant guider la mise en œuvre du patrimoine mondial, la « valeur universelle exceptionnelle » étant le fondement même du patrimoine mondial – il paraît extrêmement élitiste, voire injustifié, de parler de « valeur universelle exceptionnelle » à l’échelle nationale. Une telle valeur semble très difficile à justifier pour sélectionner des sites sur le plan national, et aller dans une telle direction risque de fausser totalement la sélection patrimoniale à la base et d’exclure un nombre considérable de sites d’importance avérée pour les populations béninoises de la reconnaissance nationale et, par conséquent, de la protection et de la mise en valeur. La question de la mise en valeur des différents sites ou biens culturels désignés et reconnus à l’échelle nationale par l’État au Bénin est très peu abordée par la loi sur le patrimoine culturel, et le reflet des perceptions locales du patrimoine est assez marginal.

20Se posent également des problèmes de terminologie en matière de patrimoine matériel et immatériel. En effet, l’aspect matériel du patrimoine fait référence aux biens immobiliers et mobiliers. Il inclut les monuments historiques, les sites naturels, les collections de musées, etc. Le patrimoine immatériel se réfère aux traditions, aux pratiques culturelles, aux savoir-faire, aux connaissances portées par les communautés et les personnes, etc. En dépit des efforts de définition dans les conventions UNESCO de 1972 et de 2003, les professionnels ont des difficultés à définir la frontière entre ces termes dans les réalités béninoises où le matériel et l’immatériel sont souvent fortement imbriqués. Par ailleurs, les professionnels ont des difficultés à communiquer avec les communautés qui n’expriment pas leur patrimoine avec des critères scientifiques et savants. De plus, la conservation du patrimoine est difficile, car les populations ne respectent pas toujours les consignes et les règles, même celles contenues dans la législation. Il y a également des difficultés de valorisation en raison des problèmes de reconnaissance locale dont souffrent certains patrimoines.

La place primordiale du tourisme culturel dans les politiques nationales sur le patrimoine : un éléphant au pied d’argile

21La construction d’un argumentaire en vue de susciter l’intérêt des populations locales pour la conservation et à la mise en valeur du patrimoine culturel est généralement focalisée sur les retombées économiques du tourisme. Ce tourisme culturel censé générer des revenus pour améliorer la qualité de vie des populations concernées peut souvent prendre l’allure, dans la réalité de pays en voie de développement comme le Bénin, d’une « illusion du développement par le tourisme » (Polet, 2012 : 1). Les textes internationaux en matière de tourisme, tels que la Charte du tourisme durable (1995), le Code mondial d’éthique du tourisme (1999), la Déclaration de Cape Town sur le tourisme responsable (2002) et la Déclaration sur « Le tourisme au service des objectifs de développement du Millénaire » (2005) ont pour finalité de limiter au maximum les effets négatifs du tourisme sur les sociétés hôtes et leur environnement. Quoi qu’il en soit, ces chartes et déclarations restent des proclamations de bonnes intentions destinées à induire, au niveau de chaque État, des prises de décisions concrètes. Malheureusement, les mesures d’application de ces textes internationaux ne suivent pas, particulièrement dans des États africains souvent fragilisés par leur contexte socioéconomique. Les textes promus par les instances internationales sont basés sur une participation active et équitable des différents acteurs concernés. Toutefois, les conditions de mise en œuvre de cette participation active et équitable font structurellement défaut aux pays les plus défavorisés dont la fragilité institutionnelle ne permet pas de faire respecter les règles (Polet, 2012).

22En effet, les professionnels du patrimoine culturel au Bénin, face à des populations réticentes à leur approche du patrimoine et sceptiques sur les effets de ces biens culturels sur leur niveau de vie, s’approprient souvent les discours des organisations internationales comme l’Organisation mondiale du tourisme, qui mettent en avant les potentialités considérables du tourisme pour le développement. C’est ainsi que, d’après un rapport du Conseil économique et social en 2010, le tourisme contribuerait à hauteur de 1,3 à 2 % au produit intérieur brut du Bénin et serait la deuxième source d’entrée de devises étrangères, après le coton.

23Toutefois, le discours des professionnels du patrimoine néglige généralement de prendre en compte la fragilité des institutions qui, en dehors des problèmes de stabilité administrative, doivent faire face à des problèmes de fonctionnement et de disponibilité d’infrastructures. Le Bénin, bien que bénéficiant depuis l’avènement de la démocratie dans les années 1990 d’une situation politique stable, doit encore relever le défi de stabiliser des structures de gestion durable pour les secteurs culturel et touristique. Les multiples modifications au sein de l’organigramme du ministère de la Culture, qui se voit parfois dessaisi du secteur du tourisme, ne favorisent pas une gestion et un encadrement adéquats du domaine. Il est par ailleurs difficile d’accéder à des statistiques sur les fréquentations touristiques récentes à la Direction du développement et de la promotion touristique. En 2012, l’Annuaire statistique de cette direction rapporte que le Bénin a enregistré 191 870 visiteurs. Ce document, consacré essentiellement au tourisme international, est laconique en matière d’analyse des effets du tourisme sur la vie des Béninois. Cet impact réel du tourisme sur la qualité de vie des populations riveraines des sites patrimoniaux les plus connus, comme à Ganvié, Porto-Novo, Ouidah, Abomey ou dans le parc de la Pendjari le au nord du pays, est difficilement mesurable et ne fait pas souvent l’objet d’évaluation formelle de la part des structures chargées du tourisme. Le rêve des externalités positives du tourisme, souvent vendu aux populations, tarde à se concrétiser et le scepticisme grandit progressivement.

24Au-delà de cette sublimation du tourisme proposée comme la solution « miracle » aux maux du monde patrimonial béninois, il serait plus judicieux de repenser les arguments présentés aux populations locales en partant de leurs propres perceptions du patrimoine pour toucher leur sensibilité et obtenir une adhésion plus forte à la conservation du patrimoine. Le tourisme culturel est trop souvent présenté comme une « manne financière non négligeable » (Desmarais, 2012 : 16). Il est difficile d’accéder à une analyse détaillée de l’impact réel du tourisme culturel sur les populations africaines. La création d’emplois, certes, mais quel type d’emplois pour les locaux ? Les effets multiplicateurs souvent annoncés pour les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie, de l’artisanat sont-ils effectifs ? À quel point le tourisme contribue-t-il au développement de ces secteurs dans le contexte des pays africains ? Au Bénin, la réalité semble encore loin des espérances, car les nationaux n’ont pas souvent les moyens de faire d’importants investissements dans le secteur touristique. Même un éventuel décollage de l’afflux touristique ne semble pas vraiment les favoriser.

25Outre ces difficultés de mise en valeur des sites culturels destinés au tourisme, c’est toute la problématique de la place trop importante accordée à l’impact du tourisme dans la construction des politiques nationales pour la conservation des sites patrimoniaux qu’il convient de nuancer. Par ailleurs, d’après les statistiques de la Direction du développement et de la promotion touristique en 2012, les visiteurs du Bénin en provenance de l’Afrique représentent 63,78 % du total des arrivées enregistrées, avec une durée moyenne de séjour d’environ deux jours. Ce pourcentage s’explique par le fait que le tourisme international – tant présenté comme source principale de revenus autour des sites patrimoniaux et avancé comme le pivot de l’argumentaire pour obtenir l’adhésion des populations locales à la mise en valeur du patrimoine – est dominé par le tourisme d’affaires. Ces touristes d’affaires et participants à des conférences, des ateliers, des séminaires, colloques, etc., visitent très peu les sites patrimoniaux du fait de la courte durée de leur séjour et restent généralement tout le temps à Cotonou. Le flux touristique annoncé aux populations ne se déploie donc pas réellement autour des sites patrimoniaux.

26Il est important de mettre l’accent sur une autre corde sensible, au-delà du tourisme, pour susciter l’intérêt des populations locales au processus de conservation. L’attachement et l’émotion suscités par le patrimoine, auprès de populations qui l’ont conservé durant des générations, semblent plus pertinents à mettre au cœur des processus de patrimonialisation pour révéler le vrai visage des patrimoines locaux. Il faut s’interroger sur l’esprit du patrimoine. Les religions traditionnelles, par exemple, sont très peu focalisées sur des représentations physiques remarquables et tendent plutôt à se fondre dans leur environnement avec des marqueurs peu visibles. La nature est sacralisée et divinisée à travers des arbres, des mares, des rivières, des collines, etc., avec des marques discrètes comme un tissu blanc attaché à l’arbre ou simplement des traces de libations ou d’offrandes ; « les esprits sont partout » et la discrétion visuelle de leur représentation fait échapper au regard de l’étranger un pan important du patrimoine de nos sociétés africaines. L’usage fréquent de matériaux précaires dans la matérialisation des autels durant des manifestations socioculturelles (fêtes, rituels, pratiques traditionnelles) et la fusion des espaces sacrés à l’environnement induisent la nécessité, en matière de patrimoine, dans un contexte africain de s’intéresser à l’esprit du patrimoine.

27Finalement, les politiques patrimoniales au Bénin ont non seulement des difficultés à s’émanciper des racines coloniales, mais elles ont également tendance à se focaliser sur les conceptions internationales du patrimoine. La prédominance des aspects matériels du patrimoine dans les politiques patrimoniales nationales, au détriment des éléments immatériels, pourtant très répandus dans l’univers culturel béninois est l’expression de cette fracture entre les instances nationales et le quotidien des populations en matière de patrimoine dont la réduction nécessite une réelle contribution des communautés.

Haut de page

Bibliographie

Conseil économique et social (2010), La contribution du secteur du tourisme à l’économie béninoise, Cotonou, CES.

Cousin, Saskia (2013), « Extension du domaine de la restauration de Porto-Novo capitale : entre vision patrimoniale, modernité vodun et regard touristique », dans Christine Mengin et Alain Godounou (dir.), Porto-Novo : Patrimoine et développement, Paris, Publications de la Sorbonne, École du patrimoine africain, p. 41-460.

Desmarais, France (2012), « Entre passé et avenir : le patrimoine culturel africain comme enjeu de développement », Nouvelles de l’ICOM, no 2, p. 16-17.

Direction du développement et de la promotion touristique, (2012), Annuaire statistique du tourisme, Cotonou, ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme.

Dossou, Sandrine Léontina (2013), « Ouidah, sauvegarde et mise en valeur du patrimoine culturel lié à la traite : l’exemple d’un projet pilote de conservation du patrimoine architectural de style afro-brésilien », In Situ, no°20, p. 1-11, [en ligne], http://insitu.revues.org/10118 (consulté le 16 novembre 2014).

Dupuis, Xavier (1991), Culture et développement, Paris, UNESCO, ICA.

Effiboley, Patrick (2015), « Les musées béninois : du musée ethnographique au musée d’histoire sociale », French Studies in Southern Africa, no 44, p. 30-61.

Gaugue, Anne (1999), « Musées et colonisation en Afrique tropicale », Cahiers d’études africaines, vol. 39, no°155-156, Prélever, exhiber. La mise en musées, [en ligne], http://www.persee.fr/doc/cea_0008-0055_1999_num_39_155_1775 (consulté le 27 septembre 2017).

Houénoudé, Didier (2013), « La protection du patrimoine à Porto-Novo : l’action de la Maison du patrimoine et du tourisme », dans Christine Mengin et Alain Godonou (dir.), Porto-Novo : Patrimoine et développement, Paris, Publications de la Sorbonne, École du Patrimoine Africain, p. 299-314.

Négri, Vincent (2001), « La création du droit du patrimoine culturel en Afrique », dans Caroline Gaulthier-Kurhan (dir.), Le patrimoine culturel africain, Paris, Maisonneuve, Larose, p. 321-340.

Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Liste du patrimoine mondial, [en ligne], http://whc.unesco.org/fr/list/ (consulté le 27 septembre 2017).

Organisation mondiale du tourisme, Charte du tourisme responsable, [en ligne], http://www.comite21.org/docs/economie/axes-de-travail/tourisme/charte-lanzarote.pdf (consulté le 25 mai 2017).

Organisation mondiale du tourisme, Code mondial d’éthique du tourisme, [en ligne], http://ethics.unwto.org/fr/content/le-code-mondial-d-ethique-du-tourisme (consulté le 25 mai 2017).

Organisation Mondiale du tourisme, Le tourisme au service des objectifs du millénaire, [en ligne], http://www2.unwto.org/fr/highlight/le-tourisme-et-les-objectifs-du-millenaire-pour-le-developpement (25 mai 2017)

Ouallet, Anne (2000), « Emergence patrimoniale et conflits en Afrique subsaharienne. L’exemple du Mali », Norois, vol. 185, no 1, p. 23-39, [en ligne], http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/noroi_0029-182X_2000_num_185_1_6995 (consulté le 5 février 2015).

Polet, François (2012) « L’illusion du développement par le tourisme dans les Etats fragiles : leçons de l’archipel des Bijagos (Guinée Bissau) », Cetri, [en ligne], http://www.cetri.be/spip.php?article2602 (11 février 2014).

République du Bénin (2013), Politique nationale de la culture (PNC) 2013-2025, Cotonou, ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme.

République du Bénin (2007), Loi No 2007-20 du 23 août 2007, Cotonou, ministère de la Culture, de l’Alphabétisation, de l’Artisanat et du Tourisme.

République du Bénin (1991), Loi No 91-006 du 25 février 1991 portant Charte culturelle en République du Bénin, Porto-Novo, Journal officiel.

République du Bénin (1991) Loi N o 90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin, Cotonou, Imprimerie Notre-Dame.

République du Dahomey (1968), Ordonnance No 35/PR/MENJS relative à la protection des biens culturels. Cotonou, Présidence de la République.

Responsible Tourism Partnership and Western Cape Tourism (2002), Déclaration de Cape Town sur le tourisme responsable/ Cape Town Declaration on Responsible Tourism, [en ligne], http://responsibletourismpartnership.org/cape-town-declaration-on-responsible-tourism/ (consulté le 25 mai 2017).

Sinou, Alain (2011), « L’architecture afro-brésilienne de la côte du Golfe du Bénin, Un genre imparfait, entre ignorance et oubli », dans Caroline Gaultier (dir.), Patrimoines oubliés de l’Afrique, Paris, Riveneuve éditions, [en ligne], https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00700729 (consulté le 27 septembre 2017).

Sinou, Alain (2005), « Enjeux culturels et politique de la mise en patrimoine des espaces coloniaux », Autrepart, [en ligne] http://horizon.documentation.ird.fr/exldoc/pleins_textes/autrepart2/010035561.pdf (consulté le 4 janvier 2014).

UNESCO (2003), Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, [en ligne], http://unesdoc.unesco.org/images/0013/001325/132540f.pdf (consulté le 20 avril 2013).

UNESCO (1972), Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et naturel, [en ligne] http://whc.unesco.org/archive/convention-fr.pdf (consulté le 10 mars 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Opêoluwa Blandine Agbaka , « Patrimoine et patrimonialisations au Bénin : entre politiques nationales et réalités communautaires », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 2 | 2017, mis en ligne le 09 décembre 2017, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/3054 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.3054

Haut de page

Auteur

Opêoluwa Blandine Agbaka

Opêoluwa Blandine Agbaka, est titulaire d’un doctorat en histoire, histoire de l’art et archéologie de l’Université libre de Bruxelles et d’un Master 2 en gestion du patrimoine culturel. Ses recherches portent essentiellement sur les processus de patrimonialisation en Afrique en général et au Bénin en particulier. Elle s’intéresse également aux problèmes de conservation et de gestion du patrimoine culturel au Bénin. Elle est collaboratrice externe, chargée de cours à L’Institut national des métiers d’arts, d’archéologie et de la culture (INMAAC) et à l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM) de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) au Bénin. Elle coordonne également les activités de l’ONG Bénin Patrimoine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals