Navigation – Plan du site
Zone libre

Le débat public à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo – Y a-t-il une éthique de la liberté d’expression ?

Gilles Gauthier

Résumés

L’article a pour objectif d’analyser le débat public sur la liberté d’expression suscité par l’attentat contre Charlie Hebdo en 2015. Il cherche plus précisément à examiner les positions prises par quatre intellectuels québécois (Jean-Pierre Proulx, Jocelyn Maclure, Daniel Weinstock et Pierre Trudel) sur les deux questions du jugement moral qu’il convient de porter sur la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo et de la régulation éthique de la liberté d’expression. L’article montre que deux conceptions de l’éthique s’opposent dans le débat : l’une non rationaliste ; l’autre, raisonnabiliste. Il met ensuite en évidence la carence démonstrative des interventions qu’il propose de caractériser plus précisément comme une déficience argumentative. Finalement, il avance l’idée que l’opposition entre les deux conceptions de l’éthique et la déficience argumentative des interventions illustrent deux traits du débat public moral contemporain : le manque de fondement des justifications morales qui y sont invoquées et sa dissymétrie.

Haut de page

Texte intégral

Si l’on ne croit pas à la liberté d’expression pour des gens qu’on méprise, on n’y croit pas du tout.

Noam Chomsky

1Les philosophes, juristes, théologiens et autres intellectuels interviennent assez souvent dans l’espace public sur des questions morales qui agitent la société. Ils sortent alors de la zone de confort de la recherche universitaire pour ferrailler dans le débat public médiatique. Les conditions dans lesquelles sont produites ces interventions ne sont évidemment pas les mêmes que celles dans lesquelles est mené leur travail scientifique. Le débat public comporte une forte dimension éristique qui accentue sa composante conflictuelle au détriment de sa composante délibérative et qui incite les opposants à chercher à imposer leur point de vue, quitte à faire abstraction de sa justesse et de sa validité ainsi que de la justesse et de la validité des positions adverses. L’environnement médiatique du débat public impose un cadre restreint d’intervention : espace réduit, simplification des messages, rhétorique basique et autres limitations qui ne favorisent guère l’exposition détaillée, nuancée et approfondie de points de vue, a fortiori si le sujet est le moindrement complexe comme l’est toute question éthique. Les intellectuels qui s’expriment sur des enjeux moraux ne peuvent échapper à ces contraintes. En quoi marquent-elles leurs prises de position ?

2C’est pour explorer cette question que je propose l’analyse qui suit du débat moral sur la liberté d’expression suscitée par l’attentat du 7 janvier 2015 contre Charlie Hebdo. La discussion s’est déclinée dans un questionnement multiple. En recourant à une forme de provocation outrancière, Charlie Hebdo peut-il être tenu en partie responsable de son propre malheur ? La liberté d’expression comporte-t-elle un droit de critiquer les religions ? Ce droit, si on l’admet, n’entraîne-t-il pas aussi une obligation ? Conséquemment, les journaux qui après l’attentat ont refusé de publier les caricatures méritent-ils d’être blâmés pour ne pas avoir manifesté leur solidarité avec Charlie Hebdo ? La reconnaissance d’un droit de critiquer la religion n’implique-t-elle pas celle d’un droit de critiquer la critique de la religion ? En son point central, le débat s’est focalisé de façon plus structurée sur les deux questions suivantes : quel jugement moral peut être porté sur la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo ? Sur un plan plus général, la liberté d’expression, en particulier l’exercice de la liberté de presse, peut-elle ou devrait-elle faire l’objet d’une régulation éthique ? Mon analyse portera sur les positions exprimées dans les médias sur ces deux questions par quatre intellectuels québécois : Jean-Pierre Proulx, Jocelyn Maclure, Daniel Weinstock et Pierre Trudel. Mon objectif n’est pas d’étudier le problème moral de la liberté d’expression tel qu’il se pose en philosophie, en éthique et en droit, mais uniquement la façon dont en traitent Proulx, Maclure, Weinstock et Trudel dans la discussion qu’ils en font à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo. Cet examen ne tient donc pas compte des considérations plus théoriques que les uns et les autres ont pu exposer ailleurs sur l’éthique de la liberté d’expression. L’analyse vise à mettre en lumière quelques traits saillants des interventions de ces spécialistes de l’éthique et du droit sur les deux questions de l’évaluation morale de la publication des caricatures de Mahomet et de la régulation éthique de la liberté d’expression dans le cadre spécifique du débat public médiatique. Par ailleurs, la perspective adoptée est purement analytique et d’aucune manière normative. Je ne m’immiscerai pas dans la discussion pour prendre parti, mais chercherai seulement à identifier et analyser des enjeux qui se dégagent de la façon dont Proulx, Maclure, Weinstock et Trudel débattent de l’éthique de la liberté d’expression.

3Je ferai d’abord état de leurs interventions en mettant en évidence leurs points d’accord et de désaccord. Je montrerai ensuite que le débat relève d’une opposition sous-jacente fondamentale entre deux conceptions différentes et opposées de l’éthique, l’une non rationaliste, l’autre raisonnabiliste. J’avancerai alors que les positions de Proulx, Maclure, Weinstock et Trudel souffrent, à différents égards, d’une déficience démonstrative. Je proposerai après-coup de caractériser plus précisément cette déficience démonstrative comme une carence argumentative. Finalement, je ferai voir en quoi cette différence entre des représentations contraires de l’éthique et cette carence argumentative exemplifient deux caractéristiques du débat moral contemporain dans son ensemble, qui pèsent sur l’intervention des intellectuels dans la discussion des enjeux moraux : le manque généralisé de fondement des justifications morales invoquées à l’appui de positions qui y sont prises et la dissymétrie dont cette insuffisance marque le débat public.

Le questionnement éthique sur la liberté d’expression après Charlie Hebdo

4Proulx, Maclure et Weinstock – les deux derniers en formulant un jugement moral précis sur la publication par Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet –, considèrent que la liberté d’expression peut et doit être régulée par des considérations éthico-morales. Ils ne le font cependant pas avec la même acuité et, surtout, ils n’adoptent pas une position commune.

5Jean-Pierre Proulx réagit à ce qu’il considère être une « exaltation » de la liberté d’expression consécutive à l’attentat contre Charlie Hebdo. Il indique d’abord qu’elle est limitée par des dispositions légales relatives à la diffamation, l’incitation à la haine et à la violence ainsi qu’au harcèlement. Surtout, il fait valoir que la liberté d’expression, comme toutes les autres libertés, tombe également sous le coup d’une régulation éthique :

[…] au quotidien, nos libertés sont avant tout régulées par l’éthique. C’est elle qui donne sens à nos actions parce qu’elle repose sur nos valeurs. […] et passe aussi par les vertus (Le Devoir, 2015).

  • 1 Le propos de Proulx a l’allure d’un argument circulaire. Il écrit, en citant la Charte québécoise d (...)

6Par la suite, Proulx fait de la valeur du respect (de la dignité) de la personne humaine1 et de la vertu de prudence les éléments centraux d’une éthique de la liberté d’expression, auxquels il ajoute ceux des effets que son exercice peut avoir sur les différents auditoires et de l’adéquation des moyens d’expression (la moquerie, la satire, l’ironie, la caricature, la provocation) à l’importance des enjeux.

7Au sujet plus précisément de la publication des caricatures de Mahomet, Proulx ne tire pas de ces considérations une évaluation tranchée. Il ne se prononce pas en tant que tel sur la décision de les publier mais défend celle de ne pas les publier, qu’il considère être un « choix prudentiel différent ». Finalement, la frontière éthique que pose Proulx à la liberté d’expression eu égard à la valeur du respect de la personne humaine, sans de nouveau préciser si à ses yeux elle a été franchie ou non par Charlie Hebdo, est celle de l’intention d’offenser :

[…] celui qui s’exprime ne peut être volontairement insultant, car c’est porter atteinte à la dignité de celui ou ceux à qui il s’adresse. C’est éthiquement la limite à ne pas franchir (Le Devoir, 2015).

8Proulx conclut en en appelant à une « éthique de la liberté d’expression », plus précisément encore, à une « éthique journalistique » reposant « sur la conviction que la douceur est plus efficace que l’agressivité » (Le Devoir, 2015).

9Jocelyn Maclure se montre beaucoup plus affirmé dans son estimation morale de la publication des caricatures. Il la réprouve en marquant une distinction entre le droit et l’éthique :

Plusieurs se sont néanmoins demandé, lorsque le Jyllands-Posten et Charlie ont publié les caricatures incendiaires, s’ils avaient outrepassé les limites de la liberté d’expression. La publication des caricatures me semblait défendable d’un point de vue juridique, mais déplorable d’un point de vue éthique. Ce n’est pas parce qu’on a le droit de publier quelque chose qu’on devrait le faire. En l’occurrence, publier des caricatures qu’un grand nombre de musulmans allaient juger injurieuses dans un contexte marqué par l’islamophobie post-11 septembre 2001, cela manquait fortement de sagesse et d’empathie (L’Actualité, 2015).

10Maclure reprend donc d’une certaine façon la limite éthique à ne pas franchir de l’insulte de Proulx en la plaçant sous l’éclairage non pas du respect de la personne humaine, mais de la sagesse et de l’empathie et en la mettant en relation avec le contexte islamophobe.

11Cessant de considérer le cas spécifique de Charlie Hebdo pour faire état plus généralement des limites à la liberté d’expression, Maclure écrit :

[…] les philosophes et juristes ont beaucoup réfléchi à la question de savoir si le blasphème devait faire partie des critères permettant de limiter la liberté d’expression, comme cela a longtemps été le cas dans la plupart des pays occidentaux. La réponse me semble évidente : non. La laïcité de l’État implique que la justification des lois soit de nature séculière ou laïque, c’est-à-dire qu’elle ne provienne pas d’une doctrine religieuse ou d’une conception du monde similaire. Le blasphème est une catégorie religieuse. Les croyants ont évidemment le droit de considérer que certains contenus sont suprêmement offensants, mais cela n’en fait pas une raison suffisante pour limiter une liberté fondamentale, à moins, bien sûr, qu’on verse dans le discours haineux (L’Actualité, 2015).

  • 2 Son propos est marqué d’une certaine ambiguïté. S’il apparaît s’intéresser à la « justification des (...)

12Il semble2 ainsi que, pour Maclure, l’offense est admissible sur le plan légal, mais peut ne pas l’être sur le plan moral. À ses yeux, le blasphème et le fait de se sentir offensé ne peuvent pas être retenus pour établir une limite juridique à la liberté d’expression alors qu’un propos injurieux, exprimant dans un contexte donné un manque de sagesse et d’empathie, peut être blâmable d’un point de vue éthique. Pour Maclure, la laïcité de l’État est un principe qui empêche de restreindre légalement la liberté d’expression pour raison de blasphème, mais qui n’a pas pour effet de lever toute contrainte morale d’une offense à la religion.

  • 3 On peut par ailleurs noter qu’en intégrant ces éléments politiques, Maclure fait de la liberté d’ex (...)

13Par ailleurs, Maclure ne précise pas en quoi le fait que la publication des caricatures ait été trouvée injurieuse par des musulmans constitue un manque de sagesse et d’empathie ni, non plus, en quoi le fait qu’elle manifeste un tel manque de sagesse et d’empathie lui mérite un blâme moral. Il suggère également, par ailleurs, que Charlie Hebdo a fait preuve d’un manque «  de jugement éthique en publiant des contenus incendiaires contribuant de façon médiocre à la qualité du débat ». Là encore, Maclure ne fournit pas d’explication plus développée à ce jugement qu’il porte sur la publication des caricatures3.

14Au demeurant, on peut se demander si l’appréciation de Maclure ne consiste pas, pour une part importante, en une réaction à ce qu’il appelle une « censure inversée » qui empêcherait toute mise en cause de Charlie Hebdo. En tout cas, il termine son intervention en faisant valoir que, de la même manière que peut être admis un droit de critiquer les religions afférent à la liberté d’expression, doit être reconnu un droit de critiquer la façon dont cette critique des religions est menée :

Si le droit de critiquer les religions doit être défendu, le droit d’en découdre avec ces critiques doit l’être également (L’Actualité, 2015).

  • 4 Maclure en profite aussi pour dénier une affirmation de Pierre Trudel (dont nous rendrons compte pl (...)

15À tout le moins, la réclamation faite par Maclure d’un droit de critiquer la critique des religions, également revendiquée dans le titre de son intervention Le droit de « Charlie Hebdo » de critiquer, et le droit de critiquer « Charlie Hebdo », est au cœur de son jugement éthique de la publication des caricatures de Mahomet. Si l’on veut, c’est dans le cadre plus général d’une prétention à discuter de la publication des caricatures par Charlie Hebdo que Maclure émet à son propos une évaluation morale fondée sur un manque de sagesse et d’empathie4.

16Daniel Weinstock prend le contre-pied des interventions de Proulx et Maclure en proposant une analyse différente et plus substantielle de la considération éthique de la liberté d’expression. Il commence par récuser le blâme moral que Proulx et Maclure adressent à Charlie Hebdo au motif que la publication des caricatures offenserait les musulmans :

  • 5 C’est à tort que Weinstock impute cette position à Proulx qui, comme nous l’avons noté, s’efforce p (...)

The argument, put forward by people whose opinions I respect immensely, including Jocelyn Maclure and Jean-Pierre Proulx is that though the cartoonists had the (legal) right to publish the cartoons of the Prophet, they (morally) ought not to have done so, knowing the offense that the cartoons would cause to Muslims both in France, and around the world5 (In Due Course, 2015).

17Il avance d’abord à ce propos qu’en démocratie n’existe pas de droit à ne pas être offensé analogue au droit à ne pas être diffamé et que, conséquemment, une exigence de se censurer ne peut être imposée à ceux qui heurtent des croyances religieuses, mais qu’au contraire une exigence est faite à ceux qui subissent cette offense de la supporter :

[…] there is an obligation on the part of those whose religious beliefs may have been targeted to be sufficiently thick-skinned to take it, rather than an obligation on the part of speakers to censor themselves for fear that they will offend (In Due Course, 2015).

  • 6 Il aborde donc lui aussi la question de la liberté d’expression en fonction du vivre ensemble et d’ (...)

18De la même façon que Maclure invoque le contexte islamophobe, Weinstock reconnaît que la situation minoritaire des musulmans en Occident et que ne soit pas établie avec eux une relation égalitaire de confiance fait en sorte qu’ils aient pu se sentir heurtés par la publication des caricatures et que celle-ci ait eu pour effet d’exacerber leur sentiment d’être marginalisés6. Il considère toutefois que pour poser sur elle un jugement éthique il faut faire intervenir un facteur relatif à l’intention poursuivie par Charlie Hebdo dans sa satire de l’Islam. Weinstock introduit à ce propos une distinction entre deux sens possibles à donner à la publication des caricatures : son objectif était soit uniquement de choquer et d’offenser, soit d’exprimer un point de vue sur la religion musulmane sous une forme choquante et offensante :

Let’s distinguish two possible interpretations of the cartoons lampooning Islam. According to a first, the only purpose of the caricatures is to shock and cause offense. […] According to a second, the intention is to make a point about some religious beliefs and symbols, but to do so in a shocking way that one can foresee will cause offense (In Due Course, 2015).

19À partir de cette distinction, Weinstock formule une appréciation générale. Selon lui, nous devons reconnaître que quelqu’un qui cherche à faire valoir un point de vue, même d’une manière choquante qui peut offenser, a le droit tant moralement que légalement de le faire, dans la mesure où les restrictions légales coutumières ne sont pas transgressées et même si nous considérons que ce point de vue est incorrect :

But if there is real communicative intent that does not fall foul of legal strictures against hate speech, incitement to violence, libel and slander, and the like, my view is that we should stand up not just for the legal, but also for the moral right of people to make the points they want to make, even as we devote ourselves to showing up those positions as mistaken (In Due Course, 2015).

20Pour Weinstock, il importe ainsi de ne pas confondre le jugement moral que nous pouvons porter sur un propos et le jugement moral sur le fait que quelqu’un tienne ce propos que nous jugeons moralement répréhensible :

It is one thing to say that someone is morally wrong in what she says; it is quite another to say that she is morally wrong to say something that we considerer to morally wrong (In Due Course, 2015).

21Par la suite, Weinstock estime que les caricaturistes de Charlie Hebdo ne cherchaient pas uniquement à choquer et à offenser, mais qu’en le faisant ils visaient à faire valoir une opinion au sujet de l’Islam. Conséquemment, il se voit conduit (presque contraint, peut-on penser) de reconnaître que la publication des caricatures relevait d’un droit moral en dépit de l’évaluation négative qu’il leur porte :

[…] we find ourselves in the messy situation of having to uphold not just the legal, but also the moral right of satirists to express thoughts and display images that they can reasonably foresee will offend, while at the same time understanding those of our fellow citizens who have felt that the cartoons exacerbate their feeling of marginalization (In Due Course, 2015).

22Bien qu’il ne l’affirme pas en toutes lettres, il découle de cette estimation qu’à défaut d’avoir été motivée par l’objectif légitime de mettre en avant un point de vue sur l’Islam, la publication des caricatures par Charlie Hebdo aurait été sujette, de l’avis de Weinstock, à recevoir un jugement moral défavorable.

23Proulx, Maclure et Weinstock considèrent tous les trois que la publication des caricatures de Mahomet donne lieu à une évaluation éthique et, plus largement, que la liberté d’expression peut faire l’objet d’une régulation d’ordre éthique. Chacun réfère, dans cette optique, à une norme ou à un principe moral différent : Proulx, le respect de la personne humaine ; Maclure, la sagesse et l’empathie et Weinstock, une intention de communication. Pierre Trudel adopte une position foncièrement différente qui consiste à contester la possibilité même de porter un jugement éthique véritablement conséquent sur la publication des caricatures par Charlie Hebdo et de réguler éthiquement la liberté d’expression. Trudel défend cette thèse de manière tout à fait explicite à propos de la liberté de presse. À ses yeux, la seule régulation admissible de la liberté d’expression est celle du droit :

  • 7 Trudel défend ici cette thèse à propos de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Heb (...)

Il faut cesser de préconiser de limiter les libertés expressives au-delà des seules limites imposées par des lois dont la raisonnabilité est vérifiée par des juges indépendants7 (Le Journal de Montréal, 7 janvier 2015).

24Trudel soutient que l’invocation des droits des personnes et de considérations éthiques a pour conséquences de contraindre indument la liberté d’expression et de limiter le débat public :

  • 8 Trudel considère même que la critique éthique de Charlie Hebdo peut « contribuer à conférer une mol (...)

À force de répéter qu’il faut éviter de « choquer », d’indisposer, de déranger lorsqu’on caricature et critique, certains chantres de « l’éthique » de l’information contribuent à rapetisser l’espace de la liberté d’expression. […] À vouloir protéger les droits constamment au prix de limites toujours accrues à la liberté d’expression, l’on contribue à taire les débats, supprimer les discussions8 (Le Journal de Montréal, 7 janvier 2015).

25Le point de vue de Trudel est beaucoup plus radical que cette admonestation. Il désavoue toute ingérence de l’éthique sur la liberté d’expression :

  • 9 Alors que pour Maclure la publication des caricatures vient amoindrir la qualité du débat, c’est, a (...)

Aucun des multiples discours se réclamant de postulats éthiques ne peut prétendre à censurer ou à forcer la diffusion de propos ou d’images9 (Le Journal de Montréal, 7 janvier 2015).

26À ses yeux, restreindre la liberté d’expression pour des raisons éthiques aurait même pour conséquence d’étouffer le « pluralisme des idées et des opinions » :

[…] lorsqu’on prétend, au nom de certaines conceptions de « l’éthique », imposer des façons de voir à tous, il y a danger pour la liberté de presse et le pluralisme de l’information. […] C’est pourquoi il est si dangereux de se mettre à réclamer que les évaluations fondées sur les différentes « éthiques » qui coexistent dans les sociétés démocratiques deviennent autant de balises obligatoires pour les médias (Le Journal de Montréal, 7 janvier 2015).

  • 10 Plus précisément, pour ce qui est de la liberté de presse à prescrire un « cadre normatif [au] fonc (...)

27Ce que Trudel dénie ainsi ce n’est pas toute forme d’intervention éthique au sujet de la liberté d’expression, ni même en tant que telle la possibilité d’émettre un avis éthique à propos de son exercice. Ce contre quoi il s’insurge, c’est la prétention qu’un jugement éthique puisse s’imposer parmi d’autres possibles et que l’éthique puisse réguler et restreindre la liberté d’expression10. Trudel voit bien que des considérations éthiques entrent en ligne de compte dans la façon dont les médias usent de la liberté d’expression. Il voit bien que les choix éditoriaux des médias dans leur exercice de la liberté de presse sont faits « en fonction de leurs croyances, leurs évaluations, leurs valeurs » (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015). Par la suite, Trudel admet tout à fait également que des croyances, des évaluations et des valeurs peuvent aussi être mobilisées pour porter un jugement sur la façon dont les médias s’acquittent de leur liberté de presse, sur les choix éditoriaux qu’ils effectuent :

Bien sûr que certains peuvent estimer qu’un média n’a pas agi de façon adéquate ou responsable et le dire (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015)

28L’idée contre laquelle il en a est que l’éthique puisse régenter de quelque façon la liberté d’expression et la liberté de presse :

Certains invoquent l’éthique ou la « responsabilité » et revendiquent que les exigences qu’ils en déduisent seraient aussi les limites de publier. Or, ces limites fondées sur l’éthique ne sont pas obligatoires. Les raisonnements éthiques sont des arguments que les uns ou les autres invoquent afin de justifier leurs choix ou pour dénoncer le choix des autres [médias]. « Les médias ont le droit de s’autocensurer » (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015).

Les discours se réclamant des différentes « éthiques » de l’information, les discours religieux, les évaluations morales de tous ceux qui s’arrogent le droit de juger le comportement « éthique » des autres, appartiennent au domaine des idées. Chacun est libre de les partager ou non (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015).

Des conceptions non rationaliste et raisonnabiliste de l’éthique

29La question au cœur de la discussion sur la liberté d’expression suscitée par l’attentat contre Charlie Hebdo n’est pas de savoir si son exercice peut donner lieu ou non à une critique éthique. Tous l’admettent, chacun à partir de sa perspective propre, y compris Trudel en lui déniant en revanche toute efficience. Les points de désaccord portent plutôt sur la teneur et les critères de cette évaluation et, sur un plan plus général, sur la possibilité et la légitimité d’une régulation éthique de la liberté d’expression.

30En tant que tel, Proulx ne prend pas explicitement position sur la moralité de la publication des caricatures. Il invoque cependant le respect de la dignité humaine à partir duquel il fait simplement état, en les légitimant, de choix éthiques différents dans la décision de les publier ou non. Maclure et Weinstock expriment un avis plus tranché. Maclure estime éthiquement blâmable la publication des caricatures ; Weinstock la justifie sur le plan moral. Alors que Proulx reporte au jugement de chacun la décision de publier ou de ne pas publier, Maclure et Weinstock adoptent un point de vue moral bien déterminé, qu’ils jugent manifestement devoir être retenu au terme d’une appréhension que l’un et l’autre, tout aussi manifestement, estiment valide. En définitive, la mésentente entre Maclure et Weinstock quant au jugement éthique pouvant être porté sur la publication des caricatures prend place dans le cadre d’une discussion sur des critères permettant de l’établir. Tous deux adhèrent à l’a priori qu’elle peut faire l’objet d’une appréciation éthique.

31Quant à Trudel, s’il reconnaît bien qu’un jugement moral peut être porté sur des choix éditoriaux différents de publier ou non, eux-mêmes tributaires de considérations éthiques distinctes, il lui apparaît que celles-ci restent incertaines et discutables et ne sont donc pas en mesure de s’imposer de façon contraignante (les limites qu’elles proposent « ne sont pas obligatoires »).

32Aussi n’est-il pas étonnant que Trudel se prononce contre toute forme de régulation éthique de la liberté d’expression (« Il faut cesser de préconiser de limiter les libertés expressives au-delà des seules limites imposées par des lois […] » [Le Journal de Montréal, 7 janvier 2015]) et de la liberté de presse. En s’opposant à ceux qui « invoquent l’éthique ou la ‘responsabilité’ et revendiquent que les exigences qu’ils en déduisent seraient aussi les limites de publier » (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015), il affirme que :

[l]es seules balises légitimes en société pluraliste sont celles qui découlent des lois ; des lois dont le caractère raisonnable est vérifiable par des juges indépendants (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015).

33Tout au contraire, Proulx, Maclure et Weinstock considèrent que la liberté d’expression peut faire l’objet d’une régulation éthique. Tout en s’abstenant de porter un jugement moral tranché sur la décision de Charlie Hebdo de publier les caricatures de Mahomet, Proulx en appelle expressément à une « éthique de la liberté d’expression ». C’est également dans la perspective d’une « ethics of freedom of speech » que Weinstock mène sa discussion à propos de la publication des caricatures. Maclure n’utilise pas l’expression, mais y renvoie en évoquant des « limites de la liberté d’expression » manifestement d’ordre éthique. En fait, ceux qui traitent d’un point de vue moral un cas particulier comme celui de Charlie Hebdo, a fortiori s’ils expriment à son propos un jugement éthique, n’ont pas à affirmer en toutes lettres que la liberté d’expression peut être éthiquement régulée. Leur démarche le présuppose : si l’on prétend pouvoir discuter d’une décision comme celle de la publication des caricatures afin d’en fournir une évaluation éthique, on endosse forcément le point de vue selon lequel la liberté d’expression peut faire l’objet d’un balisage éthique. Il serait contradictoire de porter un jugement éthique sur un usage donné de la liberté d’expression tout en démentant qu’on puisse éthiquement la réguler.

  • 11 Searle distingue cette opposition entre subjectivité et objectivité épistémiques d’une autre opposi (...)

34Le désaccord entre Proulx, Maclure et Weinstock, d’une part, et Trudel, d’autre part, repose en fait sur une opposition plus fondamentale entre deux représentations de l’éthique. C’est en regard de la caractérisation donnée par Trudel que cette opposition apparaît clairement. En assimilant « les évaluations et valeurs » qui sont constitutives de l’éthique à des « croyances » et en les associant à des « sensibilités culturelles », Trudel la relègue à une affaire de pure adhésion personnelle. Elle relève à ses yeux de l’ordre des préférences et de la conviction intime. De ce point de vue, Trudel a une conception de l’éthique que l’on peut qualifier de « subjectiviste » au sens de la distinction entre subjectivité épistémique et objectivité épistémique mise en avant par John Searle (1995) dans sa théorie de la construction de la réalité sociale. Pour Searle, la subjectivité épistémique est la propriété d’énoncés et de jugements de dépendre de nos attitudes, sentiments et préférences, alors que l’objectivité épistémique est la propriété d’énoncés et de jugements d’avoir une valeur de vérité déterminée par des faits dans le monde indépendants de nos attitudes, sentiments et préférences11. Il est tout à fait clair que tel que Trudel la caractérise pour l’invalider, la considération éthique de la liberté d’expression est épistémiquement subjective.

35Ce subjectivisme épistémique se double d’un relativisme moral. Si, en effet, l’éthique est affaire d’attitudes, de sentiments et de préférences personnelles, il y a autant d’éthiques que d’individus. Trudel, d’ailleurs, pour bien marquer cette relativité met fréquemment le terme entre guillemets et préfère parler d’« éthiques » au pluriel (« les discours se réclamant des différentes « éthiques » de l’information » [Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015]). Dans une perspective apparentée, on peut aussi considérer que, pour Trudel, l’éthique est réductible ou identique à la morale ou à des morales individuelles : à des ensembles de règles ou de prescriptions qui s’imposent sans être justifiées. À ses yeux, les « éthiques » sont relatives à des « conceptions et visions du monde » différentes. Bien qu’il ne propose pas lui-même le rapprochement, on peut penser que telles qu’il se les représente, les éthiques sont analogues à des idéologies, au sens de systèmes de représentations simplificatrices faisant seulement l’objet d’une rationalisation plutôt que véritablement fondées en raison.

36Il s’agit là du nœud fondamental de la pensée de Trudel : ainsi qu’il la conçoit, l’éthique est sans rationalité aucune. Quand il insiste pour assimiler l’éthique à des croyances, quand il ne voit comme seule fonction aux arguments éthiques que celle de « justifier [ses] choix ou … [de] dénoncer celui des autres », quand il réduit l’exercice de la liberté de presse et de sa critique en fonction de choix moraux au seul « domaine des idées [que chacun] est libre de partager ou non » (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015), Trudel cantonne bien l’éthique à la subjectivité et à la relativité. Mais il cherche surtout de la sorte à marquer qu’elle ne tombe pas sous le coup de la raison. Trudel ne reconnaît aucune nécessité d’ordre rationnel à l’éthique. Quand il affirme que les évaluations et valeurs ne sont « pas obligatoires », il veut dire non seulement qu’elles ne sont pas contraignantes dans les faits, mais aussi qu’elles n’ont pas la force de la raison pour s’imposer. C’est très précisément parce qu’il refuse aux prescriptions éthiques le « caractère raisonnable » qu’il reconnaît aux lois que Trudel plaide pour que ce soit uniquement le droit et en aucune façon l’éthique qui régule la liberté d’expression et la liberté de presse. Pour lui, le droit est muni de « raisonnabilité » alors que l’éthique est confinée à l’« opinion » gratuite. En cela, Trudel fait valoir une conception que l’on peut dire « non rationaliste » de l’éthique. Il n’affirme pas que son propos est aberrant ou insensé et ne la rejette donc pas dans l’irrationalité, mais l’exclut du champ de la raison.

37C’est fondamentalement sur ce point que les positions de Proulx, Maclure et Weinstock endossent implicitement une conception contraire de l’éthique. Considérer, comme ils le font, qu’il est possible de porter un jugement éthique sur la liberté d’expression qui ne relève pas d’une simple opinion implique que l’éthique ne soit pas réductible à une détermination arbitraire, mais – au contraire – qu’elle puisse donner lieu à une appréhension dans laquelle la raison joue un rôle. À leurs yeux, les critères qu’ils avancent dans leur évaluation éthique de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo relèvent d’une certaine logique. Tels qu’ils les posent, ces critères (le respect de la personne humaine pour Proulx, la sagesse et l’empathie pour Maclure et l’intention de communication pour Weinstock) servent de fondements à la régulation éthique que chacun propose de la liberté d’expression. Le fait que la validité des critères soit démontrée ou non et que les modalités concrètes de la régulation éthique à laquelle ils ouvrent soient difficiles à établir ne change rien à cette visée d’un ancrage dans la raison.

38Pour reprendre le terme utilisé par Trudel pour marquer la distinction entre le droit et l’éthique, Proulx, Maclure et Weinstock considèrent, contrairement à lui, que l’éthique est un lieu de « raisonnabilité ». Par effet de contraste avec la conception non rationaliste de l’éthique de Trudel, on peut ainsi qualifier de « raisonnabiliste » la conception différente à laquelle adhèrent Proulx, Maclure et Weinstock. Pour eux, l’éthique n’est pas annexée à une simple opinion irréfléchie et elle peut donner lieu à des démonstrations qui ne servent pas stratégiquement qu’à la défense d’un point de vue et à l’attaque d’un point de vue opposé, mais ont, pour reprendre encore une expression de Trudel, un « caractère raisonnable ». Le raisonnabilisme de Proulx, Maclure et Weinstock est également en opposition au subjectivisme et au relativisme du non-rationalisme de Trudel. Comme ils considèrent que l’éthique relève d’une démarche raisonnable, elle n’est pas, pour eux, identique à une pure conviction intime ni à des visions du monde toutes égales.

39Selon la distinction aujourd’hui généralement admise, à la suite de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (1958) entre le raisonnable, portant sur l’action, et le rationnel, portant sur la connaissance, la raisonnabilité de l’éthique admise par Proulx, Maclure et Weinstock ne correspond pas à l’objectivité épistémique de Searle en ce qu’elle n’implique pas une vérité dépendante de faits existants dans le monde indépendamment des sujets. Cependant, dans la mesure où les critères qu’ils proposent pour évaluer la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo ne dépendent pas des croyances des individus ; ils ont une valeur qui, en un certain sens, les rend « objectifs » : ils ont une existence et une valeur non subjectives. Si l’on admet sa raisonnabilité, il faut bien que d’une certaine façon l’éthique vaille par elle-même. Il faudrait pour en rendre compte de manière satisfaisante concevoir, en marge de celles que Searle (1995) fait entre subjectivité et objectivité épistémiques et subjectivité et objectivité ontologiques, une nouvelle opposition entre subjectivité praxéologique et objectivité praxéologique.

40La différence entre les conceptions non rationaliste et raisonnabiliste respectivement posée par Trudel et présupposée par Proulx, Maclure et Winstock fait écho à un paradoxe ou à une tension qui est inhérente à l’éthique. Celle-ci cherche à maintenir un équilibre entre deux paramètres qui sans être contradictoires n’apparaissent pas immédiatement compatibles. D’une part, elle fait appel à l’autonomie et au jugement individuel, d’autre part, elle tend à une certaine universalité. Une question est du domaine éthique quand elle met en jeu la libre détermination du sujet ; c’est en cela que l’éthique se distingue de modes de régulation plus injonctionnels et sanctionnels comme le droit, la morale et la déontologie. La publication des caricatures de Mahomet pose un problème éthique précisément parce qu’elle met en jeu une décision autonome à assumer. Par ailleurs, la détermination d’une position sur une question morale ne se veut pas discrétionnaire ou facultative, mais prétend à une certaine « validité » générale. Aux yeux des journalistes satiriques de Charlie Hebdo, la décision de publier les caricatures de Mahomet était la décision à prendre. L’évaluation distincte faite par Maclure et par Weinstock de cette décision est celle que, selon eux, il convient de faire. Une décision et une évaluation éthiques sont toujours animées d’une telle poussée normative.

41En la définissant exclusivement en rapport avec des croyances et des préférences individuelles, Trudel ne conserve que le pôle autonomiste de l’éthique. Il la cantonne ainsi à la conviction et à l’adhésion personnelles et en fait une matière où chacun se détermine de manière arbitraire. En déniant à l’éthique toute raisonnabilité et en disconvenant de la sorte que quelque prescription puisse lui être afférente, il évacue toute visée universalisante de l’éthique. Son non-rationalisme l’amène à récuser toute prétention de l’éthique à quelque teneur normative, encore moins réglementaire. Pour Trudel, c’est très précisément parce que, contrairement au droit, elle n’a pas un caractère raisonnable qu’on a tort de vouloir de quelque façon normaliser la liberté d’expression d’un point de vue éthique. De leur côté, dès lors qu’ils s’engagent dans une entreprise d’évaluation éthique de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo et qu’ils préconisent une régulation éthique de la liberté d’expression, Proulx, Maclure et Weinstock mettent davantage l’accent sur sa visée universalisante. Leur raisonnabilisme ne disconvient pas de la part d’autodétermination des individus, mais engage à considérer qu’elle a à s’exercer à la lumière du raisonnable.

Une déficience démonstrative

  • 12 Bien sûr, se sentir offensé est une réaction « psychologique » spontanée et non volontaire. Mais, c (...)

42Tel que développé par Proulx, Maclure, Weinstock et Trudel, le questionnement éthique sur la liberté d’expression à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo suscite un certain nombre de questions. Les différents facteurs pris en compte par les trois premiers dans leur estimation morale de la publication des caricatures et la possibilité d’une régulation éthique de la liberté d’expression posent un problème d’application ou de confirmation. Une première difficulté a trait à des éléments empiriques. Comment est-il possible de vérifier qu’il y a insulte ? Comment déterminer que les musulmans ont trouvé injurieuse la publication des caricatures et en ont été offensés ? Le cas échéant, comment établir qu’ils ont eu raison d’être offensés12 ? Comment mesurer le contexte islamophobe que disent observer Maclure et Weinstock ? De façon plus générale, comment déterminer les éléments d’une situation qui doivent être pris en compte dans l’évaluation éthique d’une décision prise à son propos ?

  • 13 On peut aussi se le demander à propos de l’appréciation faite par Maclure selon laquelle la publica (...)
  • 14 « I’ll confess to not having surveyed the cartoons published in the magazine thoroughly enough to s (...)

43Le principal problème que présentent les positions de Proulx, Maclure et Weinstock est celui de la détermination du critère central qu’ils allèguent dans leur estimation morale de la publication des caricatures et leur proposition de régulation éthique de la liberté d’expression. Comment l’actualisation de valeurs comme le respect de la personne humaine, la sagesse et l’empathie peut-elle être vérifiée ? Comment s’assurer que ce sont bien ces valeurs qui guident une action ? Plus précisément, comment déterminer que la publication des caricatures par Charlie Hebdo enfreint ou non l’une ou l’autre de ces valeurs ? Comment statuer qu’elle marque un irrespect de la personne humaine, comme le questionne Proulx, ou un manque de sagesse ou d’empathie, comme l’affirme Maclure13 ? Une question analogue se pose à propos de l’intention de communication mobilisée par Weinstock. De quelle manière est-il possible d’affirmer que quelqu’un a ou non telle ou telle intention ? Comment peut-on confirmer si la volonté de choquer des caricaturistes de Charlie Hebdo était accompagnée ou non d’une intention de communication ? L’intentionnalité des acteurs sociaux ne peut qu’être présumée parce qu’on ne peut jamais l’atteindre et qu’elle ne peut donc que leur être attribuée. Weinstock, en admettant que seule une appréciation superficielle approximative l’amène à considérer que la publication des caricatures procédait d’une intention de communication14, semble suggérer qu’il serait possible d’en faire une estimation plus sûre. Il n’indique pas cependant selon quelle procédure elle pourrait être établie.

44Toutes ces questions renvoient à un problème général : le manque de démonstration. Proulx, Maclure et Weinstock ne justifient pas leur prise en compte des différents éléments intervenant dans leur évaluation éthique de la publication des caricatures et la régulation éthique de la liberté d’expression qu’elle implique. Ils ne précisent pas pourquoi ils prennent en considération l’offense et le contexte islamophobe et, surtout, le respect de la personne humaine, la sagesse et l’empathie et l’intention de communication. Ils posent leur pertinence comme une évidence à tenir pour acquise et n’offrent aucune démonstration quant à leur relation à la publication des caricatures. Au vu de leurs seules interventions, le bien-fondé de ces facteurs pour son évaluation morale et la régulation éthique de la liberté d’expression n’apparaît pas. Ils n’en proposent qu’une appréhension intuitive.

45Faute de démonstration, il devient difficile d’apprécier analytiquement les positions de Proulx, Maclure et Weinstock. Pourquoi leur donner raison au sujet de l’impact moral de l’intention d’offenser ? Pourquoi être d’accord avec Proulx sur la portée éthique du respect de la personne humaine ou avec Maclure sur celle de la sagesse et de l’empathie ? Même en admettant un caractère autoréférentiel de ces valeurs, pourquoi considérer qu’elles ont préséance sur celle de la liberté d’expression ? Quelle raison pouvons-nous avoir d’endosser la clause de Weinstock selon laquelle une intention de communication rend une offense éthiquement acceptable ? Une façon éclairante de poser le problème est d’imaginer un autre intervenant au débat qui prendrait systématiquement la contrepartie des positions de Proulx, Maclure et Weistock. Pour ne considérer que la situation la plus simple, qu’aurions-nous à avancer en défense de leur point de vue face à cet intervenant qui soutiendrait, sans en proposer lui non plus une démonstration, que l’offense, le respect de la personne humaine, le manque de sagesse et d’empathie, la présence d’une intention de communication ne déterminent en rien la moralité de la publication des caricatures de Mahomet et n’ont pas à être mises à contribution dans une régulation éthique de la liberté d’expression ? Sauf à admettre instinctivement ou de manière non critique la pertinence et l’importance du respect de la personne humaine, de la sagesse et de l’empathie ou de l’intention de communication, nous ne trouvons pas chez Proulx, Maclure et Weintock de raisons d’adhérer à leur position sur la publication des caricatures et la régulation éthique de la liberté d’expression.

46Si les valeurs, les intentions et les appréciations contextuelles – autour desquelles sont articulées les interventions de Proulx, Maclure et Weinstock – sont insuffisantes sur le plan de la démonstration ne sont-elles pas également inopérantes et, par voie de conséquence, la représentation raisonnabiliste de l’éthique qui les sous-tend ainsi que la visée universalisante qui lui est afférente ne sont-elles pas, finalement, que des coquilles vides ? À défaut d’être fondées, l’évaluation de Maclure selon laquelle la publication des caricatures est moralement blâmable et celle de Weinstock selon laquelle elle est au contraire éthiquement acceptable ne sont-elles pas, ultimement, que des appréciations gratuites ? La possibilité qu’ils revendiquent avec Proulx de fournir une régulation éthique à la liberté d’expression n’est-elle pas, en dernière analyse, qu’un vœu pieux ?

47En tout état de cause, c’est là l’estimation de Trudel à propos de l’éthique. Sa représentation non rationaliste implique et admet sa déficience sur le plan démonstratif. Cependant, pas plus que Proulx, Maclure et Weinstock ne font la démonstration de la raisonnabilité qu‘ils reconnaissent à l’éthique, Trudel n’établit que le droit en est pourvu. D’aucune manière, il n’atteste du « caractère raisonnable » des lois par comparaison à l’insuffisance des prescriptions éthiques. Il semble considérer qu’il est acquis dès lors que les lois sont entérinées sans remettre en question leur bien-fondé en deçà et au-delà de leur adoption législative. Contre l’éthique, ou plutôt contre la revendication qu’il estime indue de l’éthique de se saisir de la liberté d’expression, Trudel fait valoir un juridisme tout aussi infondé.

Une carence argumentative

48Le constat de déficience démonstrative qui vient d’être posé n’a pas prétention de s’appliquer à toute réflexion éthique sur la liberté d’expression. Dans la recherche savante qui lui est consacrée, il peut être explicité, entre autres choses, en quoi le respect de la personne humaine est au fondement des droits et libertés, y compris de la liberté d’expression ; pourquoi la sagesse et l’empathie peuvent, par rapport à certains contextes, compter davantage que la liberté d’expression ou en quoi l’intention de communication peut être déterminante dans l’évaluation éthique de sa pratique et, plus généralement, quels liens entretiennent l’éthique et le droit. Simplement, il se trouve que les interventions de Proulx, Maclure, Weinstock et Trudel n’offrent pas de justifications ou de clarifications de cet ordre.

49L’explication la plus immédiate et vraisemblable de cette insuffisance est que leur discussion prend place dans le cadre d’un débat public médiatisé. Cette hypothèse permet de caractériser plus finement la déficience démonstrative du questionnement éthique sur la liberté d’expression consécutive à l’attentat contre Charlie Hebdo comme une carence argumentative. Ce qu’il y a d’intéressant à noter et à analyser dans les lacunes de raisonnement de Proulx, Maclure, Weinstock et Trudel n’est pas tant qu’elles consistent en des manques logiques, mais qu’elles relèvent de failles dans la défense de leur point de vue à l’occasion d’un échange médiatique. Cette carence argumentative peut être théoriquement explicitée de différentes façons. Dans le modèle qu’il propose de l’argument, Stephen Toulmin (1958) souligne qu’une conclusion est validement fondée dans la mesure où des garanties (warrants) et un fondement (backing) assurent son lien avec les données de départ. Proulx, Maclure et Weinstock contreviennent à cette condition en ne précisant pas en quoi le respect de la personne humaine, la sagesse et l’empathie et l’intention de communication peuvent permettre une évaluation morale de la publication des caricatures de Mahomet et une régulation éthique de la liberté d’expression.

50On aboutit à une observation semblable en recourant à un réseau conceptuel et terminologique différent plus immédiatement adapté à l’argumentation dans le débat public. La défense d’une position y prend l’une ou l’autre des formes suivantes : l’argument complet ou l’opinion. Un argument est constitué d’une proposition (le point de vue adopté sur une question) et d’une justification (le soutien invoqué à l’appui de cette proposition) ; une opinion, d’une proposition démunie de justification (donc d’un point de vue avancé sans être fondé). Sans fondement, une opinion n’a pas la force démonstrative de l’argument. En fait, elle n’en a aucune ; faute d’être appuyée sur quelque soutien, elle ne consiste qu’en une affirmation de principe.

51En regard de ces définitions, Proulx, Maclure et Weinstock formulent bien des arguments et non des opinions dans leur évaluation éthique de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. Ils ne se contentent pas d’envisager des choix prudentiels distincts, d’adresser un blâme éthique au journal satirique et de le disculper moralement. Ils font reposer cette position, chacun pour ce qui le concerne, sur le respect de la personne humaine, un manque de sagesse et d’empathie et une intention de communication. Ces critères constituent autant de justifications invoquées à l’appui de propositions.

  • 15 Alors que l’argument et l’opinion peuvent être schématiquement représentés comme suit :

52Cependant, très souvent, la justification d’une première proposition est elle-même une (autre) proposition. Selon que cette seconde proposition est ou non appuyée sur une justification, il y aura imbrication de deux arguments ou imbrication d’un argument et d’une opinion15. Les évaluations de la publication des caricatures par Charlie Hebdo de Proulx, Maclure et Weinstock consistent en des imbrications d’un argument à une opinion. Qu’ils soient considérés comme des valeurs, des principes ou des prescriptions, les critères du respect de la personne humaine, de la sagesse et de l’empathie, de l’intention de communication ont un contenu normatif et sont des propositions. Tel que Proulx, Maclure et Weinstock en font usage, ils ont donc un double statut argumentatif : ce sont des justifications de propositions et aussi en eux-mêmes des propositions. À ce second titre, ils ne sont cependant pas fondés. Proulx, Maclure et Weinstock ne fournissent pas de justification au respect de la personne humaine, à la sagesse et à l’empathie ainsi qu’à l’intention de communication.

53Quand il est de la sorte imbriqué à une opinion, un argument est fragilisé par celle-ci. Parce qu’il dépend alors structurellement de l’opinion, sa force argumentative devient équivalente à une affirmation de principe. C’est très précisément parce qu’elles sont articulées au sein de l’imbrication d’un argument et d’une opinion que l’évaluation de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo de Proulx, Maclure et Weinstock ainsi que leur proposition de régulation éthique de la liberté d’expression qui en découle souffrent d’une déficience démonstrative. Faute de fournir une justification aux critères du respect de la personne humaine, de la sagesse et de l’empathie et de l’intention de communication, ils ne peuvent que les poser et affirmer, sans le fonder, qu’ils permettent d’évaluer moralement la publication des caricatures et d’établir une éthique de la liberté d’expression. L’affaiblissement de leur argument causé par son ancrage dans une opinion fait que le respect de la personne humaine, la sagesse et l’empathie ainsi que l’intention de communication sont des critères inefficaces dans les positions respectives de Proulx, Maclure et Weinstock.

Conclusion : le débat moral contemporain

54L’opposition entre les conceptions non rationaliste et raisonnabiliste de l’éthique et la carence argumentative observées dans le débat sur l’éthique de la liberté d’expression ayant suivi l’attentat contre Charlie Hebdo sont des illustrations particulières de deux grandes caractéristiques du débat moral contemporain tel qu’il prend place dans l’espace médiatique : une référence non explicitée à des constituants éthiques et une dissymétrie. Ces caractéristiques mettent en évidence tout à la fois les écueils et les défis de l’engagement des intellectuels dans le débat public contemporain, tout particulièrement le débat moral.

  • 16 Dans Gauthier (2012), je propose une analyse détaillée de cette carence argumentative.

55L’examen d’un grand nombre de débats, tout autant de débats d’emblée définis comme étant essentiellement moraux que de débats moralisés par la prise en compte d’une considération de nature éthique (Gauthier, 2017), fait voir que la plupart du temps, sinon toujours, la raison morale présentée à l’appui d’une position est seulement posée sans faire l’objet de quelque fondement que ce soit. Par exemple, le respect dû à la vie humaine invoqué dans l’opposition à la peine de mort et l’impératif de non-discrimination invoqué dans la défense du mariage gai sont seulement affirmés comme des a priori que l’on ne cherche pas à démontrer16, tout à fait de la même façon que Proulx, Maclure et Weinstock retiennent, sans les justifier, les critères qu’ils appliquent dans leur évaluation éthique de la publication des caricatures et qu’ils proposent comme déterminants de la régulation éthique de la liberté d’expression qu’ils préconisent. Dans tous ces débats, les arguments moraux sont imbriqués à une opinion.

56Peut-être n’est-ce là, finalement, que le formatage standard de l’argumentation morale ainsi que le note (parmi d’autres) Michel Métayer (2011) pour qui l’argument éthique reste toujours une tentative plus ou moins réussie de rationalisation. Il faudrait alors prendre acte comme d’une limite de la nature foncièrement axiomatique de l’argumentation morale telle qu’elle peut être développée dans le débat public et ne pas entretenir à son égard des exigences démonstratives démesurées.

57En considérant au surplus les effets de raccourci et de schématisation de l’environnement médiatique du débat public, Proulx, Maclure et Weinstock sont en quelque sorte structurellement incités, sinon contraints d’aller à l’essentiel et de réduire la défense de leur position à sa plus simple expression. De ce point de vue, la difficulté pour un intellectuel désirant prendre part au débat public n’est pas tant de vulgariser sa pensée que de lui conserver sa rigueur démonstrative dans un cadre plus ou moins bien adapté qui favorise plutôt un déficit argumentatif.

58Par ailleurs, les débats moraux sont très fréquemment marqués d’une grande dissymétrie. Il s’agit d’un phénomène de déphasage entre les points de vue défendus dans un débat qui fait s’estomper leur opposition et de la sorte perdre de son unité au débat (voir Gauthier, 2016). Dans le cas des débats moraux, la dissymétrie se manifeste tout particulièrement par l’application d’une maxime argumentative selon laquelle les justifications morales appellent conventionnellement des justifications amorales. Elle est à l’œuvre, avec évidence, dans les débats sur la peine de mort et le mariage gai. De façon conventionnelle, c’est la justification amorale de l’effet dissuasif de la peine de mort qui est invoquée à l’appui de la peine capitale et la justification amorale de la finalité procréatrice du mariage qui est invoquée à l’encontre du mariage gai (voir Gauthier, 2013). La dissemblance entre les deux types de justifications entraîne un décalage au sein des deux débats. S’ils continuent bien de porter sur l’opportunité de maintenir (abolir, rétablir) la peine capitale et d’ouvrir l’institution du mariage aux personnes de même sexe, les débats sur la peine de mort et le mariage gai ne donnent lieu qu’à un désaccord seulement oblique entre les motifs allégués de part et d’autre. Cette disjonction les transforme en une juxtaposition en parallèle de points de vue monologiques qui tend à écarter tout échange : les débats tournent au dialogue de sourds.

59Une dissymétrie semblable se retrouve dans le débat sur l’éthique de la liberté d’expression sous la forme de l’opposition entre les conceptions raisonnabiliste de Proulx, Maclure et Weisntock et non rationaliste de Trudel. Le clivage entre les deux manières dont ils se représentent l’éthique est tel que, finalement, ils ne parlent pas du même objet. Conséquemment, leur désaccord sur la question de savoir si la liberté d’expression peut ou non faire l’objet d’une régulation éthique est également frappé d’une dispersion telle qu’elle se fractionne dans des compréhensions distinctes.

60La seule façon qu’aurait le débat d’échapper à cet éclatement serait que les intervenants prennent la mesure de la différence entre leurs conceptions opposées et ouvrent un métadébat sur la nature de l’éthique. Le caractère dissymétrique du débat public appelle les intellectuels désireux de prendre position sur des enjeux moraux à un travail réflexif de clarification sur la définition même de l’éthique.

Haut de page

Bibliographie

Gauthier, Gilles (2017), « Qu’est-ce qu’un débat moral ? », Ethica, vol. 21, no 1, p. 141-163.

Gauthier, Gilles (2016), « Dissymétrie et amplitude dans le débat public contemporain », Argumentum, vol. 14, no 1, p. 7-30.

Gauthier, Gilles (2013), « L’argumentation morale dans le débat public : Une confrontation asymétrique », Ethica, vol. 18, no 1, p. 119-135.

Gauthier, Gilles (2012), « La moralisation du débat public. Structuration des arguments moraux », Communication & Langages, vol. 172, p. 97-118.

Gauthier, Gilles (2008), « La discussion éditoriale », Communication, vol. 26, no 2, p. 151-173.

Maclure, Jocelyn (2015), « Le droit de Charlie Hebdo de critiquer, et le droit de critiquer Charlie Hebdo », L’Actualité, 12 janvier.

Métayer, Michel (2011), Guide d’argumentation éthique, Québec, Presses de l’Université Laval.

Perelman, Chaïm, et Lucie Olbrechts-Tyteca (1958), Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique, Paris, Presses universitaires de France.

Proulx, Jean-Pierre (2015), « Pour une éthique de la liberté d’expression », Le Devoir, 16 janvier.

Searle, John R. (1995), The Construction of Social Reality, New York, Free Press.

Toulmin, Stephen (1958), The Uses of Arguments, Cambridge, Cambridge University Press.

Trudel, Pierre (2016), « Faut-il tout montrer ? », Le Journal de Montréal, 18 juillet.

Trudel, Pierre (2015), « La rectitude mène à la page vide », Le Journal de Montréal, 7 janvier.

Trudel, Pierre (2015), « Les médias ont le droit de s’autocensurer », Le Journal de Montréal, 10 janvier.

Trudel, Pierre (2013), « Quelle est l’étendue de la liberté d’expression ? », Le Journal de Montréal, 4 novembre.

Weinstock, Daniel (2015), « The (messy) ethics of freedom of speech », In Due Course, 26 janvier.

Haut de page

Notes

1 Le propos de Proulx a l’allure d’un argument circulaire. Il écrit, en citant la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, que la « […] visée [de la liberté d’expression], comme celle des autres droits et libertés est […] “le respect de la dignité de l’être humain et la reconnaissance des droits et libertés dont il est le titulaire […]” » (Le Devoir, 16 janvier 2015). Il s’agit sans doute là moins d’une véritable faute logique que d’une maladresse d’expression.

2 Son propos est marqué d’une certaine ambiguïté. S’il apparaît s’intéresser à la « justification des lois », il en réfère néanmoins (au début et à la fin de la citation) de façon tout à fait générale à « la liberté d’expression », donc du point de vue éthique autant que du point de vue juridique.

3 On peut par ailleurs noter qu’en intégrant ces éléments politiques, Maclure fait de la liberté d’expression une question de philosophie politique relative au vivre ensemble. C’est du point de vue d’une éthique politique qu’il entend discuter de la question de la liberté d’expression.

4 Maclure en profite aussi pour dénier une affirmation de Pierre Trudel (dont nous rendrons compte plus loin) selon laquelle critiquer Charlie Hebdo revient à attribuer une légitimité à l’attentat dont le journal satirique a été l’objet : « Charlie a défendu bec et ongles la liberté de provoquer et de critiquer ; ce n’est pas leur rendre hommage que de vouloir les protéger contre cette même liberté » (L’Actualité, 12 janvier 2015).

5 C’est à tort que Weinstock impute cette position à Proulx qui, comme nous l’avons noté, s’efforce plutôt de faire valoir à ce propos la possibilité de choix moraux distincts. Aussi, Weinstock ne discute pas de la raison pour laquelle l’offense peut, chez Proulx et Maclure, entraîner une considération éthique de la publication des caricatures : le respect de la personne humaine pour le premier, le manque de sagesse et d’empathie pour le second.

6 Il aborde donc lui aussi la question de la liberté d’expression en fonction du vivre ensemble et d’une éthique politique.

7 Trudel défend ici cette thèse à propos de la publication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo. Mais il la soutenait avant et a continué de la soutenir après : « […] la liberté d’expression ne peut être limitée que par une règle de droit, non par des principes moraux ou des visions éthiques ». (« Quelle est l’étendue de la liberté d’expression ? », Le Journal de Montréal, 4 novembre 2013), « De part et d’autre, on invoque des discours se réclamant de l’éthique afin de justifier les interdits que l’on réclame à l’égard de la diffusion [d’]images. D’autre part, on invoque aussi des arguments fondés sur l’éthique pour justifier la publication. […] Dans une société pluraliste, la loi fournit le seul repère légitime pour conclure qu’une diffusion d’une image ne doit pas avoir lieu. Si la loi interdit la diffusion et que cette interdiction est une limite jugée raisonnable à la liberté d’expression, l’image ne peut pas être diffusée ». (« Faut-il tout montrer ? », Le Journal de Montréal, 18 juillet 2016).

8 Trudel considère même que la critique éthique de Charlie Hebdo peut « contribuer à conférer une molécule de légitimité [aux] actes meurtriers commis contre les médias » (Le Journal de Montréal, 7 janvier 2015).

9 Alors que pour Maclure la publication des caricatures vient amoindrir la qualité du débat, c’est, aux yeux de Trudel, l’ingérence de l’éthique qui l’appauvrit.

10 Plus précisément, pour ce qui est de la liberté de presse à prescrire un « cadre normatif [au] fonctionnement des médias dans les pays où la liberté d’expression et de presse sont protégées » (Le Journal de Montréal, 10 janvier 2015).

11 Searle distingue cette opposition entre subjectivité et objectivité épistémiques d’une autre opposition apparentée entre subjectivité et objectivité ontologiques. Pour lui, la subjectivité ontologique est le mode d’existence d’entités dépendant des sujets (les sentiments, les douleurs et, sur un autre plan, les représentations), alors que l’objectivité ontologique est le mode d’existence d’entités indépendant des sujets (les montagnes, l’océan et l’ensemble de la réalité dont l’existence ne doit rien aux représentations que peuvent en avoir les êtres humains).

12 Bien sûr, se sentir offensé est une réaction « psychologique » spontanée et non volontaire. Mais, comme pour les autres états mentaux non intentionnels comme la peur ou l’angoisse, on peut tout de même se demander si cette réaction est véritablement motivée et donc pleinement justifiée.

13 On peut aussi se le demander à propos de l’appréciation faite par Maclure selon laquelle la publication des caricatures aurait contribué « de façon médiocre à la qualité du débat ».

14 « I’ll confess to not having surveyed the cartoons published in the magazine thoroughly enough to say, though my sense from perusing the archive in a somewhat unsystematic manner is that they probably conform to the […] interpretation [that they intented to communicate something … about religious beliefs and symbols]. » (In Due Course, 2015)

15 Alors que l’argument et l’opinion peuvent être schématiquement représentés comme suit :

P | P
J | -

(voir Gauthier, 2008), l’imbrication de deux arguments et celle d’un argument et d’une opinion peuvent être schématisées de la façon suivante :

P1 | P1
J1 = P2 | J1 = P2
J2 | -

(voir Gauthier, 2012). Voici un exemple simple d’imbrication d’arguments : « Le gouvernement doit agir (P1) parce que la situation est grave (J1 = P2) : le taux de chômage atteint 10 % (J2) ». Pour le transformer en exemple d’imbrication d’un argument et d’une opinion, il suffit de supprimer le dernier élément : « Le gouvernement doit agir (P1) parce que la situation est grave (J1 = P2) ».

16 Dans Gauthier (2012), je propose une analyse détaillée de cette carence argumentative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Gauthier , « Le débat public à la suite de l’attentat contre Charlie Hebdo – Y a-t-il une éthique de la liberté d’expression ? », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 2 | 2017, mis en ligne le 09 décembre 2017, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/3080 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.3080

Haut de page

Auteur

Gilles Gauthier

Détenteur d’un doctorat en philosophie (du langage), Gilles Gauthier est professeur titulaire au Département d’information et de communication de l’Université Laval. Il y donne des enseignements et y poursuit des recherches sur le débat public, l’argumentation dans les pratiques de communication publique, la communication politique et l’épistémologie du journalisme. Ses travaux présents portent sur trois objets : la dynamique du débat public, à propos de laquelle il met au point des concepts de mobilité, d’amplitude et d’asymétrie; le fonctionnement argumentatif du recours aux justifications morales dans le débat et l’élaboration d’un point vue néo-réaliste sur le journalisme qui réhabilite les notions de réalité, vérité et objectivité.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals