Navigation – Plan du site

L’intersectionnalité et l’éthique du care pour approfondir le rôle du logement en santé publique

Marie-Eve Desroches

Résumés

La santé publique envisage généralement le logement pour ses risques ou encore comme un lieu pour intervenir auprès des populations vulnérables. Bien que pertinentes, ces visions reposent sur une conception statique de la vulnérabilité et du logement, mais elles négligent d’importantes inégalités de pouvoir et formes de care qui conditionnent le rapport au logement et au système d’habitation. Le présent article mobilise les éthiques du care et une approche intersectionnelle pour approfondir ces angles morts. Ces perspectives théoriques permettent, d’une part, de concevoir le logement comme un nœud pour le déploiement de relations, d’espaces et de temporalités favorables au care pour se maintenir en santé. D’autre part, elles contribuent à définir le rôle potentiel du logement pour imbriquer et créer une synergie de désavantages qui pose des risques et crée une vulnérabilité par rapport à ceux-ci. Selon cette perspective, des interventions en matière d’habitation peuvent jouer un rôle clé pour que les populations en situation de vulnérabilité puissent reprendre du pouvoir sur leur situation et constituer un moyen de lutte efficace contre les inégalités de santé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bien que le logement soit généralement projeté comme participant du marché immobilier, cette expres (...)

1Pour réduire les inégalités, la santé publique s’appuie sur des données probantes afin de développer des interventions en matière d’habitation qui ciblent notamment des populations en situation de vulnérabilité. En santé publique, les populations vulnérables sont celles qui, au cours de leur vie, tendent à être plus fréquemment exposées à des contextes et des conditions qui posent des risques pouvant affecter leur bien-être tout en disposant d’un pouvoir et de moyens inégaux pour s’en prémunir (Frohlich et Potvin, 2008). Cette vulnérabilité est, bien souvent, associée à des différences basées sur la situation socioéconomique, le genre, l’ethnicité, l’âge ou le handicap sans toutefois reconnaître les rapports de pouvoirs structurels sous-jacents (McGibbon et McPherson, 2011). Cette perspective statique et figée de la vulnérabilité néglige les rapports de pouvoirs qui conditionnent la relation au logement et au système d’habitation1. Elle écarte également le rôle du logement lui-même dans le processus de vulnérabilisation. En effet, le logement est un prérequis pour être en bonne santé puisque se trouver sans logement sain, abordable, adapté et sécuritaire représente un important facteur de vulnérabilité, car il expose les ménages à un ensemble de chocs et de difficultés pour demeurer en santé (ex. : isolement, stress, violences, maladies, accès aux soins limité, etc.) (Bryant, 2016). En santé publique, des angles morts subsistent encore aujourd’hui tant dans la construction de la vulnérabilité qui génère une impuissance par rapport aux risques que dans le rôle du logement au sein des inégalités. Mieux comprendre les facteurs qui alimentent cette vulnérabilité pourrait contribuer à développer des interventions pour structurellement remédier aux inégalités de santé.

2Les recherches en santé publique adhèrent à deux visions principales du rôle du logement pour les populations en situation de vulnérabilité. L’attention est tout d’abord tournée vers les risques associés aux conditions matérielles comme l’insalubrité, la taille insuffisante et l’exposition à des polluants (Dunn et al., 2004 ; Shaw, 2004). Le logement est ensuite présenté comme un lieu pour déployer des interventions pour, par exemple, sensibiliser aux saines habitudes de vie et offrir des soins de santé. Par ces deux orientations, le logement est vu à travers ses dimensions matérielles, à savoir un lieu qui pose des risques et qui permet d’intervenir auprès des habitants et habitantes. Ces visions dominantes voient donc le logement comme un contenant et non comme un espace relationnel. En étant un point central du quotidien, le logement devrait fournir les conditions matérielles et sociales pour développer les aptitudes à prendre soin de soi-même et des autres, par exemple, en permettant de s’alimenter, de se reposer, de se rétablir, et d’offrir ou de recevoir du soutien émotionnel (Noddings, 2002). De ce point de vue, le logement joue un rôle clé pour les multiples formes de care qui permettent d’assurer la vie, la survie et l’épanouissement des populations (Held, 2006). Si les recherches et les interventions en santé publique se préoccupent du care, l’attention demeure toutefois tournée vers l’éducation aux saines habitudes de vie ainsi que vers les soins préventifs et curatifs exercés par des professionnels, en raison de la vision biomédicale qui domine le champ. Pour élargir cette compréhension des dimensions du logement qui influencent la santé, il convient de porter une attention aux nombreuses relations qui contribuent au bien-être. En effet, en négligeant ces dimensions relationnelles et politiques, ces perspectives ne permettent pas de saisir précisément l’ensemble et la force des mécanismes de la relation entre le logement et les inégalités de santé. Conséquemment, les interventions en santé publique ciblent quelques dimensions et peinent ainsi à utiliser le logement à son plein potentiel pour réduire les inégalités. Il reste donc une réflexion théorique à entreprendre pour développer une perspective plus holistique.

3L’objectif du présent article est de répondre à ce besoin théorique en mobilisant les éthiques du care et une approche intersectionnelle pour montrer que le logement constitue autant une force active qui alimente les inégalités de santé, qu’un moyen de lutte efficace contre ces dernières. À partir d’une présentation détaillée des deux principales tendances sur le plan de la recherche et des approches en santé publique concernant le logement, nous mettons en avant, dans une première partie, les angles morts de ces perspectives. La détermination de ces lacunes nous permet, dans les deux parties suivantes, de montrer la pertinence de mobiliser les outils conceptuels et analytiques des éthiques du care et d’une approche intersectionnelle (McGibbon et McPherson, 2011) pour approfondir la question des inégalités de pouvoir et des dimensions relationnelles qui conditionnent le rapport au logement et à l’état de santé. Cette lecture pose ainsi les bases d’une réflexion plus large sur le potentiel des interventions en matière d’habitation afin d’élargir le paysage du care disponible pour accroître le pouvoir au sein du logement, de manière à être en mesure de se maintenir en santé.

Le logement au sein de la santé publique

4La santé publique a une longue, bien qu’intermittente, histoire de recherche et d’interventions sur le logement (Krieger et Higgins, 2002). Dans un premier temps, la santé publique moderne, par ses mesures hygiénistes, s’est intéressée au logement ou plutôt aux conditions propices à la propagation des maladies infectieuses. Ces interventions étaient des mesures visant à lutter notamment contre l’insalubrité, le manque d’isolation et la surpopulation (Krieger et Higgins, 2002 ; Corburn, 2009). Ces premiers regards ont contribué à faire du logement un vecteur de risques potentiels. Au cours du XIXe et du XXe siècle, certaines découvertes, principalement liées aux germes, favorisent une meilleure compréhension de la propagation des maladies et engendrent une médicalisation de la santé. Cette médicalisation a réorienté la santé publique vers des pratiques sanitaires et médicales exercées par des professionnels qui visent les corps ou les facteurs pathogéniques (Corburn, 2009). Cette approche biomédicale s’est imposée dans plusieurs champs d’action et de recherche et a permis d’éradiquer certaines maladies infectieuses. Ces interventions sanitaires et médicales n’ont toutefois pas freiné les maladies chroniques ni éliminé les inégalités de santé.

5Certaines études en épidémiologie sociale ont permis de reconnaître que chaque société façonne, à sa façon, la distribution ainsi que les états de santé et de maladie (Berkman, Kawachi et Glymour, 2014 ; Corburn, 2009). Ce champ a également démontré l’influence des déterminants de la santé, tels que le logement, le travail, le genre, l’alimentation, le statut migratoire et l’éducation, dans la diffusion de maladies chroniques et la croissance des inégalités (Berkman, Kawachi et Glymour, 2014). Dans cette foulée, plusieurs acteurs et institutions ont tenté d’opérer un virage vers la promotion de la santé où l’attention est tournée vers les ressources et les capacités dont les populations disposent pour être en bonne santé plutôt que vers les risques et les maladies. Ces activités visent des populations, des enjeux et des milieux (settings) pouvant contribuer au bien-être et donc à la réduction des inégalités (Poland, Green et Rootman, 2000). L’approche par le milieu en promotion de la santé vise à rendre les environnements physiques plus sains et à agir auprès des populations qui l’utilisent ou l’habitent. Ces deux dimensions reflètent les principaux axes d’actions et de recherche sur le logement.

6Du côté universitaire, les écrits en santé publique voient le logement comme un lieu pour prévenir ou intervenir sur des facteurs de risques associés aux conditions matérielles. Plusieurs interrogent, par exemple, la façon dont la santé et la qualité de vie sont influencées par les réparations et les rénovations des logements pour améliorer l’efficacité énergétique ou s’adapter aux besoins de personnes en perte d’autonomie (voir, entre autres, Clark et Kearns, 2012). Certains analysent les effets du relogement ou de l’accès à un logement adapté sur la santé et les habitudes de vie (voir, entre autres, Smith, Alexander et Easterlow, 1997). D’autres s’intéressent aux effets des interventions de renouvellement urbain ou de revitalisation sur la santé des ménages (voir, entre autres, Curtis, Cave et Coutts, 2002 ; Clark et Kearns, 2012). À partir d’études empiriques comme ces dernières, des chercheurs ont développé des typologies et modèles pour décliner et expliquer les facteurs du logement qui affectent la santé (voir, entre autres, Dunn et al., 2004 ; Shaw, 2004). Ceux-ci soulignent que les risques tendent à se combiner et à toucher plus fréquemment certaines populations.

7Les probabilités d’être exposé à des conditions de logement malsaines ou dangereuses ne sont pas uniformes et aléatoires, mais surtout toutes et tous n’ont pas les mêmes moyens et capacités pour les affronter. L’exposition et la vulnérabilité aux risques sont tributaires d’inégalités de pouvoir qui se cristallisent notamment par le fonctionnement du système d’habitation. Le marché immobilier, qui domine généralement le système d’habitation, n’offre pas les mêmes possibilités à toutes et à tous. Les populations socialement privilégiées disposent d’un pouvoir notamment financier et symbolique par rapport au marché. Ceux-ci sont plus fréquemment propriétaires puis disposent plus aisément de choix résidentiels qui correspondent à leurs besoins, capacités et réalités (Easterlow et Smith, 2004). Ces privilèges limitent donc l’exposition potentielle aux risques, mais également la vulnérabilité puisque ceux-ci peuvent plus facilement adapter leur logement ou, au besoin, déménager. Alors qu’il y a un nombre limité de logements abordables, de tailles suffisantes et adaptées sur le marché, les ménages à faible revenu sont contraints de se tourner vers des logements qui posent des risques pour la santé, qui sont, par exemple, exigus ou en mauvais état. Pour plusieurs, l’atténuation ou l’élimination de ces risques sont freinées par la discrimination basée, par exemple, sur la race, la classe ou le statut migratoire qui limite notamment leur mobilité résidentielle ou leur possibilité d’exiger des réparations (Bryant, 2016). Ce pouvoir inégal contribue donc aux disparités de santé.

8Le pouvoir constitue une dimension qui est peu prise en compte et théorisée par le champ de la santé publique (Poland, Green et Rootman, 2000). Lorsque ces recherches s’intéressent aux inégalités, celles-ci ciblent des différences dans l’état de santé entre les individus. Dans ce contexte, des conditions médicales, telles que les maladies cardiovasculaires et certains cancers, sont associées à des facteurs de risque (des habitudes de vie, des différences biologiques ou même des traits culturels reliés, par exemple, à l’ethnicité et la classe sociale). Ces perspectives tendent à évacuer les dimensions et dynamiques structurelles qui créent et reproduisent les disparités concernant l’accès et la qualité des déterminants de la santé comme le revenu et l’alimentation (McGibbon et McPherson, 2011). En plus d’individualiser les enjeux de santé, de telles interprétations peuvent renforcer des stéréotypes et des préjugés alléguant que leur condition médicale est attribuable à leurs comportements individuels négligents (Bowleg, 2012).

9Le logement est également vu comme un espace positif pour, par exemple, contribuer au bien-être, à la santé et à la longévité des populations. Ainsi, certains interrogent le rôle de la localisation résidentielle sur l’accès aux soins de santé et services sociaux (voir, entre autres, Anderson et Barclay, 2003). D’autres soulignent que le logement peut constituer un site pour intervenir sur les habitudes de vie comme le tabagisme, l’activité physique et l’alimentation (voir, entre autres, Schwinn et al., 2014) ou encore pour déployer, coordonner et recevoir des soins de santé et des services sociaux (voir, entre autres, Henwood et al., 2013). Au sein de ces écrits, le logement demeure considéré pour ses dimensions matérielles, à savoir un site permettant une mise en relation avec le réseau de la santé. Ainsi, les principales formes de care reconnues et valorisées sont liées aux soins de santé, constituant un portrait partiel et même partial.

10Le care correspond à l’ensemble des activités déployées, de façon attentive, sensible et respectueuse, pour aider les individus à répondre à leurs besoins biologiques vitaux, à développer ou à maintenir leurs capacités de base et à éviter, autant que possible, tout dommage et souffrance non nécessaire (Engster, 2007). Ces actions offrent de l’aide, des ressources et des opportunités pour survivre, se développer et pleinement fonctionner en société. Au sein des écrits qui croisent santé et logement, le care réfère notamment aux infirmières, aides familiales et préposés aux bénéficiaires qui prennent soin de personnes en situation de handicap, de perte d’autonomie ou de convalescence (voir, entre autres, Bowlby, 2011). Comme ces dernières exercent des soins curatifs ou préventifs envers des états pathologiques, ces relations sont unidirectionnelles : des professionnelles vers des bénéficiaires qui sont vues comme étant vulnérables, mais surtout dépendantes et passives. Cette vision néglige donc une large part des attitudes et des activités de care qui sont cruciales pour la santé de toutes et tous, c’est-à-dire les relations interpersonnelles qui permettent de répondre aux besoins quotidiens et de prévenir un état de vulnérabilité accrue.

11Ces deux visions dominantes mettent de côté certaines dimensions sociales et psychologiques qui sont associées aux relations au sein et entre les ménages ainsi qu’à l’identification, l’appréciation et le sentiment de contrôle sur milieu de vie. En plus de nuire au sentiment de sécurité, de stress, d’intimité, de contrôle et d’appartenance, ces dimensions immatérielles ont une incidence directe sur le bien-être ainsi que sur la santé mentale et physique perçue (Dunn et al., 2004 ; Krieger et Higgins, 2002 ; Mee, 2009). Ces angles morts laissent penser qu’il reste une réflexion théorique à entreprendre pour mieux cerner le rôle de ces dimensions immatérielles. Les outils conceptuels et analytiques de l’intersectionnalité et des éthiques du care permettent de répondre à ces lacunes, en approfondissant la question des inégalités ainsi que les dimensions relationnelles qui conditionnent le rapport au logement et l’état de santé.

Les éthiques du care et l’intersectionnalité pour approfondir les dimensions relationnelles et politiques du logement

12Les éthiques du care reposent sur la reconnaissance de la vulnérabilité fondamentale des êtres humains qui sont soutenus par diverses relations de care tout au long de leur vie (Tronto, 2009). À propos de cette vulnérabilité, les sociétés doivent reconnaître et prendre leurs responsabilités pour soutenir l’interdépendance qui permet de s’aider et se protéger mutuellement tout en accordant une attention aux plus vulnérables (Carmalt et Faubion, 2010). Ces éthiques ont d’abord été associées aux rôles sociaux féminins puisque les premiers écrits se sont basés sur les activités et les expériences liées à la maternité, aux soins ainsi qu’à l’éducation qui sont des domaines traditionnellement féminins. Les écrits subséquents, influencés par les travaux de Tronto (2009) sont allés au-delà de cette vision essentialiste et naturalisante. Ces éthiques ne sont pas naturelles, mais le résultat d’une socialisation par laquelle les femmes ont été assignées comme les principales responsables du care. Il s’agit désormais d’éthiques féministes qui offrent des outils pour déconstruire l’exercice du care qui implique un ensemble d’inégalités basées notamment sur la race, le genre et les capacités chez les bénéficiaires et les prestataires.

13Ces écrits ont influencé de nombreux champs de recherche. En études urbaines, les éthiques du care sont mobilisées pour repenser la justice dans les interventions politiques locales ou encore dans l’aménagement (Williams, 2017 ; Bates, Imrie et Kullman, 2016). Depuis quelques années, des géographes exposent comment le care s’organise et s’articule dans l’espace (Milligan et al., 2007). Ces géographies du care s’intéressent notamment aux façons dont l’espace peut favoriser le déploiement du care au sein des sociétés et au développement de concepts pour comprendre les relations et dynamiques qui façonnent la santé et le bien-être des populations, tels que les paysages du care (landscapes of care ou caringscapes) (Conradson, 2003 ; Milligan et Wiles, 2010). Les paysages du care correspondent à des assemblages multiscalaires d’espaces qui établissent, maintiennent et conditionnent le care. Ces paysages sont composés de relations desquelles les individus sont interdépendants en étant à la fois bénéficiaires et prestataires de care. Comme ces relations se tissent et prennent place dans différentes échelles et différents lieux, il est possible d’entrevoir le care par ses dimensions spatiales. Comme le care envers soi-même et les autres repose sur un équilibre dans l’articulation des temps de vie (travail, famille, études, loisirs, etc.), les temporalités constituent d’autres dimensions cruciales pour bien saisir ces paysages et leur rôle pour se maintenir en santé.

14Le logement est un lieu crucial où le care se déploie sur une base quotidienne à travers une pluralité de relations ayant un niveau variable d’obligation sociale, de formalité, de professionnalisme et de compensation monétaire (Bowlby, 2011). À quelques exceptions près, la santé publique emploie une vision restreinte du care en référant au travail exercé par des professionnels ou des aidants naturels envers des populations vulnérables en raison, par exemple, de leur âge ou d’un handicap. Ces relations reposent sur un rapport de dépendance dans lequel les bénéficiaires sont passifs. Cependant, les éthiques du care s’attachent à reconnaître la réciprocité ainsi que le rôle actif de l’ensemble des parties impliquées (Held, 2006). Comme la vulnérabilité n’est pas immuable, les personnes peuvent être à tour de rôle les prestataires et les bénéficiaires. Les bénéficiaires jouent un rôle actif en offrant des rétroactions et en suggérant des transformations dans l’offre de care. Ensuite, ces éthiques s’attachent à reconnaître le care entre des individus vus comme relativement indépendants, ce qui permet de valoriser le rôle des relations intimes, familiales, amicales, communautaires et de voisinage. Ce care qui prend la forme d’écoute, d’aide, de protection ou d’accompagnement ponctuel ou continu permet aux individus d’accéder aux moyens adéquats. Cela permet de prendre soin de soi-même (selfcare) pour se maintenir en santé, mais également de prendre soin de ses proches ou même d’occuper un emploi. Par l’ensemble de ces relations, les individus peuvent s’inscrire dans une logique d’interdépendance et donc éviter ou quitter un état de vulnérabilité accrue. Cette logique d’interdépendance repose notamment sur l’articulation des temps de vie.

15Les temps de vie s’articulent dans la vie quotidienne et comprennent, entre autres, le travail, la vie familiale, les implications sociales, les études et les loisirs qui sont cruciaux pour offrir des réponses adéquates aux vulnérabilités. Le logement joue un rôle clé dans ceux-ci. Il y a d’abord les temps consacrés à la vie personnelle et privée, qui permettent le selfcare. Ces temps permettent de répondre à ses propres besoins concernant notamment l’alimentation, l’hygiène, le repos et l’activité physique. D’autres temps de vie sont consacrés aux relations familiales, amicales et communautaires qui déploient du care et qui s’articulent au sein ou autour du logement. Enfin, pour celles et ceux qui ont un travail ou s’impliquent bénévolement d’autres temps peuvent être consacrés à la planification, l’exécution et l’évaluation du care, qui prennent parfois place dans le logement du bénéficiaire. L’articulation de ces temps de vie est nécessaire au bien-être des individus et de leur entourage, mais également au bon fonctionnement des sociétés. En principe, une articulation équilibrée de ces temps de vie permet aux individus, à court et à long terme, de prendre soin d’eux-mêmes et de s’engager dans diverses relations en étant fournisseurs et prestataires de care.

16En tant que pratique relationnelle, le care se déploie dans un ensemble d’espaces publics et privés (Conradson, 2003). Le logement est un important siège physique pour l’offre et la réception de care. En permettant aux personnes de répondre à leurs besoins, il favorise d’abord le selfcare. Comme la famille est une institution cruciale dans laquelle de nombreuses relations sont établies, en particulier entre les parents et les enfants, le domicile peut être ensuite un lieu important où ce care se déploie sur une base quotidienne pour celles et ceux qui habitent avec certains de leurs proches. Il s’agit également d’une porte d’entrée vers un milieu de vie qui compte un ensemble d’installations, d’infrastructures, de ressources et de services pour prendre soin de soi et des autres (hôpitaux, centres pour personnes âgées, épiceries, organisations communautaires, etc.). Dans la mesure où ces espaces sont adéquatement disposés, ils peuvent favoriser le selfcare, mais aussi l’établissement et le maintien de relations par lesquelles les individus sont dans des logiques d’interdépendance. Le logement constitue donc un espace relationnel résolument crucial pour les trois dimensions des paysages du care qui contribuent à une bonne santé individuelle et collective. Ces paysages ne sont pas homogènes, tout comme le rôle du logement au sein de ceux-ci.

17Les paysages du care, tout comme le rôle joué au sein de ceux-ci, sont tributaires de leur contexte d’inscription. Ils se transforment donc au gré des dynamiques économiques, politiques et sociales qui façonnent les valeurs, les normes, les responsabilités et les ressources liées au care (Milligan et Wiles, 2010). Ces paysages sont uniques à chaque individu puisque la position sociale, qui est à l’intersection de rapports de pouvoir, influence l’accès et le rôle joué au sein de ceux-ci. Alors que les inégalités restreignent l’étendue et le pouvoir au sein des paysages, certaines interventions peuvent favoriser son déploiement ou même un repositionnement. Toutefois, plusieurs auteures, dont Hankivsky (2014), Duffy (2005) et Narayan (1995), soutiennent que les éthiques du care sont limitées sur le plan théorique et conceptuel pour comprendre comment les positions sociales, les différences, le pouvoir et, donc, les inégalités associées. Au sein de ces éthiques, le genre est généralement vu comme la principale structure d’oppression. Lorsque d’autres rapports de pouvoirs sont considérés, comme le racisme et le colonialisme, ils sont simplement additionnés. Une telle vision ne permet pas de comprendre comment ces systèmes de rapports de pouvoir interagissent, se renforcent mutuellement et construisent les inégalités. Plus encore, ces travaux tendent à avoir une lecture statique, homogénéisante et parfois même naturalisante des réalités vécues. Hankivsky (2014) considère que les études du care pourraient être considérablement renforcées par l’emploi de l’intersectionnalité.

18Crenshaw (1991) fut la première à employer le terme intersectionnalité pour désigner la double subordination qui intervient dans les structures, les politiques et les représentations des violences perpétrées envers les femmes racisées. Les écrits sur l’intersectionnalité ont contribué au développement et à la diffusion de perspectives holistes de la domination pour saisir comment les rapports de pouvoir s’influencent et se construisent dans des contextes mouvants et complexes (Bilge, 2010 ; 2013). Les idées à la base de l’intersectionnalité ont été développées, dans les années 1970 et 1980, en marge des milieux universitaires, par des féministes afro-américaines, hispano-américaines et lesbiennes. Ces dernières sentaient que les réalités qu’elles vivaient en cumulant plusieurs oppressions n’étaient pas comprises notamment dans les mouvements et les discours féministes et antiracistes. Par rapport à ce constat, plusieurs autrices afro-américaines ont développé des perspectives, des concepts et des cadres d’analyse aujourd’hui associés à l’intersectionnalité, tel Hooks (1981) qui a réfléchi aux processus de co-construction des oppressions de sexe, de race et de classe et Collins (1990) qui a pensé l’imbrication des systèmes d’oppression et la matrice de la domination qui permettent de saisir l’organisation des rapports de pouvoir hiérarchiques au sein d’une société. Ces perspectives holistes de la domination s’attardent à l’architecture dynamique et complexe des oppressions qui participent à la co-formation et co-construction de la domination. L’idée n’est pas de diviser ou de hiérarchiser les effets des dominations, mais de comprendre comment celles-ci se combinent à travers le temps, l’espace et les institutions de façon à générer et à maintenir les rapports de pouvoir (Bilge, 2010). L’analyse des intersections entre plusieurs rapports de pouvoirs permet une déconstruction critique afin de mieux comprendre des expériences particulières et les contextes qui reproduisent les privilèges et les oppressions. Alors que les premiers travaux traitaient de l’imbrication des rapports de domination associés à la race, au genre et à la classe, les écrits plus récents intègrent, par exemple, à l’âge, la sexualité et le handicap et s’appliquent à différents domaines d’étude comme la santé et le logement.

19En santé, les analyses intersectionnelles permettent d’appréhender la complexité des déterminants qui influencent le bien-être ou encore les conditions médicales (voir, entre autres, Hankivsky et Christoffersen, 2008 ; McGibbon et McPherson, 2011 ; Bowleg, 2012). L’intersectionnalité ne cherche pas à esquiver ou à simplifier la complexité, mais l’accueille afin de comprendre les causes des inégalités qui influencent le bien-être des populations (McGibbon et McPherson, 2011 ; Hankivsky et Christoffersen, 2008). L’analyse intersectionnelle saisit comment ces facteurs et dynamiques provenant de plusieurs échelles se conjuguent de manière à déployer des privilèges et des oppressions qui conditionnent le rapport au monde et à leur état de santé (Bowleg, 2012). Ces analyses visent à relever de nouvelles connaissances sur les dynamiques sous-jacentes aux inégalités et donc susciter une prise de distance avec les approches et les modèles qui ont une vision figée et statique des groupes sociaux et des déterminants de la santé.

20Dans cette lignée, McGibbon et McPherson (2011) ont développé une approche qui s’appuie sur l’exposition et l’analyse des intersections de trois champs de déterminants de la santé. Le premier champ inclut les déterminants sociaux de la santé (DSS) qui relèvent d’une pluralité de domaines tels que l’éducation, l’activité physique, les soins de santé, l’alimentation et le travail. Le second champ comprend les identités associées à des rapports de pouvoir structurels comme le sexe, la race, l’âge, l’ethnicité, la religion, l’autochtonie et la classe qui génèrent de façon systématique et sur une période longue un déni aux ressources auxquelles les autres ont accès. Le troisième champ correspond aux éléments géographiques qui relèvent du rapport au territoire comme l’emplacement, la ségrégation, la migration et l’exposition. La décomposition des déterminants de la santé vise, d’une part, à voir que les éléments d’un même champ s’influencent mutuellement et, d’autre part, que les trois champs s’imbriquent et peuvent créer une synergie de désavantages qui conditionne le quotidien et la santé. Cette approche nous permet d’analyser les façons par lesquelles les éléments qui composent les trois champs de déterminants de la santé peuvent interagir de façon à créer une impuissance par rapport au système d’habitation et au logement. Cette lecture permettra d’expliquer comment le logement peut constituer une force active qui place des individus dans une spirale de vulnérabilisation créant ainsi d’importants obstacles au care pour soi-même et ses proches.

Analyse intersectionnelle du logement pour approfondir le care, les inégalités de santé et le potentiel des interventions en matière d’habitation

21Pour ce qui est du rapport au système d’habitation, un faible revenu peut contraindre les choix résidentiels vers les logements plus abordables qui sont souvent moins intéressants sur le plan de la taille, de l’entretien et de l’emplacement (Shaw, 2004). Lorsque les coûts liés au logement sont trop élevés, les ménages s’endettent, travaillent davantage ou limitent leurs autres dépenses. Ces stratégies ont des impacts sur les DSS, par exemple, l’alimentation, les médicaments, le transport et l’éducation. La discrimination résidentielle a historiquement été associée à la ségrégation vers des secteurs qui sont moins bien desservis en termes d’infrastructures, de ressources et de services. Ces localisations ont des répercussions sur le temps consacré aux transports, mais aussi aux possibilités de s’alimenter sainement, de faire de l’activité physique ou d’accéder aux soins de santé. De plus, ces ménages sont plus exposés à des risques environnementaux, tels que les îlots de chaleurs ou encore la pollution sonore ou atmosphérique (Corburn, 2009). Ces traitements discriminatoires ne s’arrêtent pas à l’accès au logement ; ces personnes peuvent vivre du harcèlement ou des violences sexuelles de la part de leur locateur (Elengold, 2015). Après avoir eu de la difficulté à se loger, plusieurs tolèrent ce harcèlement et ces violences par peur de se retrouver à la rue. En plus de mettre en péril le droit à un logement sécuritaire, ces violences affectent la santé physique et mentale par le stress post-traumatique, la dépression, l’anxiété, les douleurs chroniques ou de façon plus brutale par les homicides (Vives-Cases et al., 2011).

22Comme tous et toutes n’ont pas la même relation au logement, les conditions d’habitation n’ont donc pas les mêmes effets sur la santé, la sécurité et le bien-être des populations. En raison de différences basées, notamment, sur le sexe, la race, l’orientation sexuelle et l’âge, certaines populations ont historiquement été exclues de la sphère publique (Young, 1990). Cette exclusion a contribué à ce que les populations privilégiées aménagent les villes selon leurs besoins et leurs réalités. Alors que ces derniers peuvent profiter et s’approprier les espaces publics, les autres y vivent des inconforts et des obstacles quotidiens, mais surtout les perçoivent comme potentiellement dangereux pour leur intégrité physique. Cette insécurité structure le quotidien et le rapport à l’espace : cette peur peut se traduire en une immobilité forcée, notamment après la tombée du jour (Lieber, 2008). En plus d’engendrer de l’isolement, cela limite l’accès géographique aux ressources et aux infrastructures pour répondre à leurs besoins et à ceux de leurs proches. Par opposition, le logement est associé à un lieu de confiance, de quiétude, et de répit des violences des espaces publics. Cela les amène à y passer plus de temps, mais aussi à y accorder davantage d’importance. Lorsque les conditions de logement se détériorent, elles sont plus à risque de vivre de l’isolement et leur santé s’en trouve davantage affectée (Doyal, 1995).

23Les activités associées au care ont également été exclues de la sphère privée et ont donc été cantonnées au privé et aux catégories les plus dominées, comme les femmes, les personnes racisées et migrantes. Cette assignation n’est pas uniforme, elle est marquée par d’importantes hiérarchies internes basées sur la race, le genre et la classe (Duffy, 2005). Bien que certains changements sociaux et politiques aient permis certaines relocalisations vers la sphère publique et d’autres populations, ces tâches continuent d’alimenter les inégalités. Les femmes assurent la majorité de ces tâches et des ménages privilégiés externalisent ce travail vers des services privés qui embauchent majoritairement des travailleuses migrantes. Comme le travail du care est encore majoritairement réalisé au sein de la sphère privée, cette assignation façonne le rapport au logement et à la santé (Darke, 1994). À titre d’exemple, lorsque les logements présentent des risques, comme des moisissures, celles-ci y sont davantage exposées et seront responsables de l’hygiène et de l’entretien pour s’en débarrasser (Doyal, 1995).

24Cette répartition inégale du travail du care a des impacts sur la possibilité d’articuler géographiquement les temps de vie. Certaines difficultés sont associées au zonage strict par fonction et aux réseaux de transports concentriques caractéristiques de nombreuses villes nord-américaines, qui avantagent les populations qui ont le privilège d’externaliser ce travail du care. Cet aménagement pose des obstacles à l’articulation spatiotemporelle des temps de vie (notamment travail, famille, études et loisirs) (Whitzman, 2013) et peut se solder par des rythmes effrénés menant au surmenage. Comme le care est une activité particulièrement exigeante pour les parents ou les proches aidants, ces rôles peuvent demander une réduction du nombre d’heures travaillées, des horaires flexibles et des arrêts temporaires de travail, ce qui a des répercussions sur les types d’emplois accessibles et leur revenu (Lee et al., 2015). Cela peut, à terme, freiner l’accès et le maintien d’un logement approprié et adéquat, mais aussi réduire le revenu disponible pour les autres besoins. Ces contraintes peuvent même poser des obstacles à certaines occasions de mobilité sociale comme la poursuite d’études postsecondaires.

25En s’intéressant aux intersections des DSS, des identités et des éléments géographiques, il est possible d’aller au-delà des perspectives conventionnelles en santé publique qui associent le logement à un lieu qui expose les populations vulnérables à des risques. Cela a permis de souligner la façon dont ces déterminants de la santé peuvent s’intriquer de façon à créer une synergie de désavantages qui influe sur leur pouvoir par rapport au logement et au système d’habitation. Cette impuissance augmente la probabilité d’habiter des unités et des milieux de vie qui présentent des risques, mais également contraint le quotidien et donc nuit au potentiel du logement pour le care. Lorsque ces circonstances se combinent et se succèdent, cela peut alimenter une spirale de vulnérabilisation qui correspond à un ensemble de chocs touchant de façon successive le bien-être social (Zarowsky, Haddad et Nguyen, 2013). À l’échelle individuelle, ces chocs se succèdent, se renforcent et surtout empêchent de s’en remettre. Le logement constitue alors une importante force pouvant créer de l’impuissance envers les risques. Comme ce processus de vulnérabilisation concerne directement le logement, il ébranle notamment le sentiment de contrôle sur son milieu de vie et d’avoir un chez-soi. Ces circonstances peuvent donc mener des individus à se trouver en situation d’itinérance. À plus grande échelle, ces processus individuels creusent les inégalités de santé.

26L’intersectionnalité n’est pas qu’un outil théorique, mais une lentille critique visant à élaborer des connaissances contre-hégémoniques utiles pour développer des interventions radicalement orientées vers la justice sociale (Bilge, 2013). Les éthiques du care et l’intersectionnalité ont mis en relief l’ambivalence du logement comme déterminant de la santé. En principe, le logement est un lieu favorisant le déploiement de paysages du care qui préservent la santé individuelle et collective. Cependant, le logement peut alimenter une synergie de désavantages qui pose des risques et crée une impuissance par rapport à ceux-ci. En saisissant cette complexité, il est possible de réfléchir et d’articuler des interventions pouvant transformer les dynamiques qui sont au cœur des inégalités (McGibbon et McPherson, 2011). Concrètement, cela implique des actions plus sensibles et adaptées aux individus vivant à l’intersection de plusieurs oppressions, principalement pour assurer une reprise de pouvoir sur leur vie et leur environnement. Cette lecture par le pouvoir permet donc une nuance importante quant à la compréhension de l’architecture des inégalités de santé. Il devient illusoire d’agir sur certains risques, il faut plutôt travailler sur une reprise de pouvoir par rapport au logement. Selon Hooks (1992), le domicile familial peut constituer un important lieu de résistance notamment pour les Afro-Américaines puisqu’il s’agit d’un espace qui devrait être à l’abri des agressions raciales. Cette protection permet de restaurer sa dignité, d’avoir des occasions de grandir et de développer leurs esprits, mais également d’avoir un espace pour organiser et former des solidarités politiques. Afin d’agir structurellement sur les inégalités de santé, certaines interventions peuvent être déployées pour favoriser une reprise de pouvoir sur le logement et le système d’habitation, ce qui n’est pas à négliger pour la santé publique.

27Pour répondre aux besoins des populations vulnérables, plusieurs interventions en matière d’habitation peuvent être envisagées : améliorer la qualité du stock locatif, protéger les droits des locataires, réguler ou subventionner les loyers, ou encore construire de nouveaux logements sociaux. Les logements sociaux avec soutien communautaire constituent un des moyens privilégiés pour prévenir et intervenir auprès de populations en situation ou à risque d’itinérance (Henwood et al., 2013). Le logement social avec soutien communautaire prend des formes et des modalités variées ; cependant certaines caractéristiques sont communes. Comme ces logements évoluent à l’extérieur des logiques du marché, leur objectif premier n’est pas la rentabilité, mais de reconnaître et de répondre aux besoins des locataires. Ces logements offrent, en principe, un toit abordable, sain, adapté et sécuritaire, mais également un milieu de vie qui est animé par des activités et des services ainsi que des espaces de rencontre pour favoriser leur insertion sociale et leur bien-être.

28L’accès à une place en logement social avec soutien communautaire peut permettre de quitter un milieu de vie, des relations et des rythmes qui contribuent à la vulnérabilisation. Ce déménagement peut signifier une reprise de pouvoir. Ce logement et son milieu de vie permettent l’accès à de nouveaux espaces et relations au sein de la communauté pour répondre aux besoins immédiats et futurs. Lorsque les besoins de base sont comblés, il est possible d’articuler les temps de vie et graduellement de quitter une vulnérabilité accrue. Sur le long terme, l’accès à un tel logement permet de panser ses blessures, de se rebâtir et d’aller de l’avant avec sa vie. Celui-ci devient alors un pivot qui élargit le paysage de care. Ces nouvelles configurations résidentielles permettent, par exemple, à des individus qui se situent à l’intersection de plusieurs oppressions d’établir des relations de care au sein et au-delà de leur logement. Ainsi, les logements sociaux avec soutien communautaire permettent de transformer le paysage du care disponible et de jouer un rôle plus actif au sein de celui-ci. À l’échelle individuelle, ces logements forgent des contextes pour prendre soin de soi-même et donc se maintenir en bonne santé. En plus de constituer une reprise de pouvoir au sein des paysages du care, ceux-ci peuvent se réinscrire dans une logique d’interdépendance, par exemple, en prenant soin de proches, en s’impliquant de façon bénévole ou en occupant un emploi. Ces logements sociaux avec soutien communautaire peuvent, à plus grande échelle, contribuer à réduire les inégalités notamment en matière de santé.

Conclusion

29L’analyse par le care et l’intersectionnalité permettent donc d’aller au-delà de la vision du logement comme un site qui expose à des risques ou qui intervient auprès des habitantes et habitants. En rendant compte du potentiel des interventions en matière d’habitation comme moyen pour déployer et accéder à des relations, des espaces et des temporalités favorables au care, cela permet de penser la santé au-delà des professionnels médicaux et paramédicaux. Ces relations vont au-delà du curatif en offrant des formes variées de soins pour répondre aux besoins, qui concernent notamment les déterminants sociaux de la santé. Ces relations impliquent l’ensemble de la population autant celles et ceux perçus indépendants ou en situation de vulnérabilité accrue qui sont prestataires et bénéficiaires. Cette perspective permet d’engager, mais surtout de reconnaître l’apport d’un large réseau d’acteurs qui contribue à l’offre d’aide, de soin et de ressources pour assurer le bien-être des populations et donc à la réduction des inégalités de santé. Ainsi, les interventions en matière d’habitation comme le logement social avec soutien communautaire peuvent jouer un rôle clé dans le déploiement de temporalités, d’espaces et de relations favorables au care pour rompre et même inverser cette spirale de vulnérabilisation. En allant au-delà des dimensions matérielles, cette perspective souligne que le logement constitue un moyen de lutte holistique aux inégalités de santé.

30Depuis la fin des années 1980, des centaines de municipalités s’engagent dans le mouvement mondial des Villes en santé. Ce mouvement vise à ce que les acteurs locaux s’engagent en matière de santé publique pour instaurer des conditions et des opportunités suffisantes pour répondre aux besoins de leurs citoyens et citoyennes et ainsi contribuer à la réduction des inégalités de santé (Clavier et O’Neill, 2017). Pour y parvenir, ces démarches s’appuient sur une gouvernance élargie formée d’une coalition intersectorielle d’acteurs concernés par la santé et ses déterminants qui s’engagent à développer, sur une base continue, des stratégies, des politiques et des programmes pour améliorer continuellement les environnements physiques et sociaux. Par conséquent, l’adhésion à cette approche pourrait fournir un contexte favorable à la mise en œuvre de nouvelles initiatives en matière de logement dans une perspective de promotion de la santé. Compte tenu de l’apport potentiel du logement social avec soutien communautaire pour réduire les inégalités de santé, il semble s’agir d’un domaine d’action à investir par les Villes en santé.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Isobel et Aileen Barclay (2003), « Housing and health », dans Andrew Watterson (dir.), Public Health in Practice, SpringerLink, p. 158-183.

Bates, Charlotte, Rob Imrie et Kim Kullman (2016), Care and Design: Bodies, Buildings, Cities, John Wiley & Sons.

Berkman, Lisa F., Ichirō Kawachi et Maria M. Glymour (2014), Social epidemiology, Oxford University Press.

Bilge, Sirma (2010), « De l'analogie à l'articulation : théoriser la différenciation sociale et l'inégalité complexe », L'Homme et la société, n2, p. 43-64.

Bilge, Sirma (2013), « Intersectionality Undone. Saving Intersectionality from Feminist Intersectionality Studies », Du Bois Review: Social Science Research on Race, vol. 10, no 2, p. 405-424.

Bowlby, Sophie (2011), « Friendship, co-presence and care: neglected spaces », Social & Cultural Geography, vol. 12, no 6, p. 605-622.

Bowleg, Lisa (2012), « The Problem with the Phrase Women and Minorities: Intersectionality–an Important Theoretical Framework for Public Health », American Journal of Public Health, vol. 102, no 7, p. 1267-1273.

Bryant, Toba (2016), « Housing and health », dans Dennis Raphael (dir.), Social determinants of health: Canadian perspectives, 3e édition, Toronto, Canadian Scholars’ Press Inc, p. 360-387.

Carmalt, Jean Connolly et Todd Faubion (2010), « Normative approaches to critical health geography », Progress in Human Geography, vol. 34, no 3, p. 292-308.

Clark, Julie et Ade Kearns (2012), « Housing improvements, perceived housing quality and psychosocial benefits from the home », Housing Studies, vol. 27, no 7, p. 915-939.

Clavier, Carole et Michel O’Neill (2017), « The Role of Policy Coalitions in Understanding Community Participation in Healthy Cities Projects », dans Evelyne de Leeuw et Jean Simos (dir.), Healthy Cities The Theory, Policy, and Practice of Value-Based Urban Planning, Springer, p. 359-373.

Collins, Patricia Hill (1990), « Toward an Afrocentric feminist epistemology », Turning Points in Qualitative Research, p. 47-72.

Conradson, David (2003), « Spaces of care in the city: the place of a community drop-in centre », Social & Cultural Geography, vol. 4, no 4, p. 507-525.

Corburn, Jason (2009), Toward the healthy city: people, places, and the politics of urban planning, Mit Press.

Crenshaw, Kimberlé (1991), « Mapping the Margins: Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review, vol. 43, no 6, p. 1241-1299.

Curtis, Sarah, Ben Cave et Adam Coutts (2002), « Is urban regeneration good for health? Perceptions and theories of the health impacts of urban change », Environment and Planning C-Government and Policy, vol. 20, no 4, p. 517-534.

Darke, Jane (1994), « Women and the meaning of home », dans Rose Gilroy et Roberta Woods (dir.), Housing women, London, Routledge, p. 11-30.

Doyal, Lesley (1995), « What makes women sick: Gender and the political economy of health », British Medical Journal, no 311, p. 577.

Duffy, Mignon (2005), « Reproducing labor inequalities: Challenges for feminists conceptualizing care at the intersections of gender, race, and class », Gender & Society, vol. 19, no 1, p. 66-82.

Dunn, James R. et al. (2004), « Housing as a socio-economic determinant of health: a Canadian research framework », dans Philppa Howden-Chapman et Penelope Caroll (dir.), Housing & health: Research, policy and innovation, Wellington, Steele Roberts, p. 12-39.

Easterlow, Donna et Susan J. Smith (2004) « Housing for health: can the market care? », Environment and Planning A, vol. 36, no 6, p. 999-1017.

Elengold, Kate (2015), « Structural Subjugation: Theorizing Racialized Sexual Harassment in Housing », Yale JL & Feminism, vol. 27, p. 227-282.

Engster, Daniel (2007), The Heart of Justice: Care ethics and Political Theory, Oxford.

Frohlich, Katherine L. et Louise Potvin (2008), « Transcending the known in public health practice: the inequality paradox: the population approach and vulnerable populations », American Journal of Public Health, vol. 98, no 2, p. 216-221.

Hankivsky, Olena (2014), « Rethinking care ethics: On the promise and potential of an intersectional analysis », American Political Science Review, vol. 108, no 2, p 252-264.

Hankivsky, Olena et Ashlee Christoffersen (2008), « Intersectionality and the determinants of health: a Canadian perspective », Critical Public Health, vol. 18, no 3, p. 271-283.

Held, Virginia (2006), The ethics of care: Personal, political, and global, Oxford University Press.

Henwood, Benjamin F. et al. (2013), « Addressing Chronic Disease Within Supportive Housing Programs », Progress in Community Health Partnerships-Research Education and Action, vol. 7, no 1, p. 67-75.

Hooks, Bell (1981), Ain't I a Woman Black Women and Feminism, South End Press.

Hooks, Bell (1992), Yearning: Race, gender, and cultural politics.

Krieger, James et Donna L. Higgins (2002), « Housing and health: time again for public health action », American Journal of Public Health, vol. 92, no 5, p. 758-768.

Lee, Yeonjung et al. (2015), « Exploring gender differences in the relationships between eldercare and labour force participation », Canadian Journal on Aging/La Revue canadienne du vieillissement, vol 34, no 1, p. 14-25.

Lieber, Marylène (2008), Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Presses de Sciences Po.

McGibbon, Elizabeth et Charmaine McPherson (2011), « Applying intersectionality & complexity theory to address the social determinants of women's health », Women's Health & Urban Life, vol. 10, no 1, p. 59-86.

Mee, Kathleen (2009), « A space to care, a space of care: public housing, belonging, and care in inner Newcastle, Australia », Environment and Planning A, vol. 41, no 4, p. 842-858.

Milligan, Christine et al. (2007), « Geographies of care: A commentary », New Zealand Geographer, vol. 63, no 2, p. 135-140.

Milligan, Christine et Janine Wiles (2010), « Landscapes of care », Progress in Human Geography, vol. 34, no 6, p. 736-754.

Narayan, Uma (1995), « Colonialism and its others: Considerations on rights and care discourses », Hypatia, vol. 10, no 2, p. 133-140.

Noddings, Nel (2002), Starting at home: Caring and social policy, University of California Press.

Poland, Blake D, Lawrence W Green et Irving Rootman (2000), Settings for health promotion: linking theory and practice, Sage Publications.

Schwinn, Traci M. et al. (2014), « A web-based, health promotion program for adolescent girls and their mothers who reside in public housing », Addictive Behaviors, vol. 39, no 4, p. 757-760.

Shaw, Mary (2004), « Housing and public health », Annu Rev Public Health, no 25, p. 397-418.

Smith, Susan J., Alan Alexander et Donna Easterlow (1997), « Rehousing as a health intervention: miracle or mirage? », Health & Place, vol. 3, no 4, p. 203-216.

Tronto, Joan C. (2009), Un monde vulnérable : pour une politique du care, Paris, Éditions la Découverte.

Vives-Cases, Carmen et al. (2011), « The effect of intimate partner violence and other forms of violence against women on health », Journal of Public Health, vol. 33, no 1, p. 15-21.

Williams, Miriam (2017), « Care‐full Justice in the City », Antipode, vol. 49, no 3, p. 821-839.

Whitzman, Carolyn (2013), « Women's safety and everyday mobility », dans Carolyn Whitzman et al. (dir.), Building Inclusive Cities: Women’s Safety and the Right to the City, London and New York, Earthscan for Routledge, p. 35-52.

Young, Iris Marion (1990), Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press.

Zarowsky, Christina, Slim Haddad et Vinh-Kim Nguyen (2013), « Au-delà des “groupes vulnérables” : contextes et dynamique de la vulnérabilité », Global health promotion, vol. 20, no 1, p. 80-87.

Haut de page

Notes

1 Bien que le logement soit généralement projeté comme participant du marché immobilier, cette expression réifie cette question aux échanges ce qui marginalise les autres dynamiques et acteurs qui influencent notamment la qualité et l’offre. Nous employons, comme d’autres, l’expression système d’habitation (housing system). Comme le logement réfère au lieu physique permettant l’habitation, nous mobilisons l’expression interventions en matière d’habitation. Ce terme plus inclusif englobe les interventions sur les logements eux-mêmes, mais également le système dans lequel ils s’inscrivent (marché immobilier, droits des locataires, subventions des loyers, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Eve Desroches, « L’intersectionnalité et l’éthique du care pour approfondir le rôle du logement en santé publique », Éthique publique [En ligne], vol. 20, n° 2 | 2018, mis en ligne le 02 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/3783 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.3783

Haut de page

Auteur

Marie-Eve Desroches

Marie-Eve Desroches est candidate au doctorat en études urbaines à l’Institut national de la recherche scientifique et est boursière de la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Elle a des intérêts de recherche marqués pour les questions relatives au logement, à la santé urbaine, à la place des femmes en ville, à la gouvernance locale, aux injustices sociospatiales et au droit à la ville. Son projet de thèse porte sur les facteurs qui favorisent la mise en place de politiques municipales permettant de réduire les inégalités de santé. Par une étude comparative, elle documente les facteurs favorisant la construction de projets de logements sociaux avec soutien communautaire pour les femmes à Montréal, Toronto et Vancouver et articule comment ceux-ci contribuent à la réduction des inégalités de santé.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals