Navigation – Plan du site

Sélection et exclusion à l’œuvre dans les dispositifs d’aide, d’information et d’accompagnement sociosanitaires en prison et à la sortie

Myriam Joël

Résumés

Cet article s’intéresse aux processus de sélection et d’exclusion qui sous-tendent l’aide, l’accompagnement et l’information à destination des personnes détenues et des sortants de prison, sur le plan de la santé (addiction, prévention et réduction des risques et des dommages infectieux) et du social (préparation à la sortie, hébergement, (ré)insertion). Il est issu d’une recherche de deux ans sur la prévention et la RdRD en prison et à la sortie. Des entretiens ont été réalisés avec 80 professionnels et bénévoles exerçant en milieu carcéral et au-dehors. Alors qu’en prison sont sélectionnées les personnes détenues les plus précarisées et malades parmi les personnes en situation de précarité et de vulnérabilité sociosanitaire, dans les structures extérieures sont retenus les sortants de prison identifiés comme les moins vulnérables et précaires (les plus « réinsérables », en bonne santé et disposant de ressources) parmi les personnes en situation de précarité et de vulnérabilité sociosanitaire.

Haut de page

Texte intégral

1La prison française apparaît comme un lieu de concentration des problèmes de santé publique (Lhuilier, Simonpietri et Veil, 1999). Malgré l’absence d’un dispositif de collecte systématique de données, l’état de santé général des détenus est jugé altéré (Godin-Blandeau, Verdot et Develay, 2013). Les grandes enquêtes nationales dont sont issues les connaissances épidémiologiques sur la santé de la population incarcérée (DREES en 1997 et 2003, HID-prisons en 2001, Cemka-Eval en 2004, ANRS-Pride et Prévacar en 2010) ont souligné la surreprésentation des affections virales, de la tuberculose, des troubles psychologiques et psychiatriques, des addictions (environ 30 % des entrants en prison ont une consommation excessive d’alcool et un tiers déclare une utilisation prolongée et régulière de drogues illicites au cours des douze derniers mois), ainsi qu’une prévalence du VIH de l’ordre de 2 %, soit près de six fois supérieure à celle estimée pour la population générale. Le vieillissement de la population incarcérée (Désesquelle et Touraut, 2015) tend en outre à aggraver les difficultés de santé (Cour des comptes, 2014).

2Ces difficultés sont majorées du fait de conditions de détention précaires et du caractère potentiellement pathogène de l’environnement carcéral (confinement, manque d’hygiène, etc.), auxquels s’ajoutent des problèmes de sédentarité et de nutrition (Hyest et Cabanel, 2000). La détention s’avère en outre un environnement à risque en matière de contamination infectieuse (Michel et al., 2011). Parallèlement, le mode de vie des personnes détenues implique une prévalence importante des comportements à risque en amont même de l’incarcération (Michel et al., 2011 ; Godin-Blandeau, Verdot et Develay, 2013). D’une manière générale, la littérature scientifique s’accorde à présenter les personnes détenues comme une population caractérisée par la surreprésentation des catégories socioprofessionnelles les plus démunies, par la précarité et la vulnérabilité sociosanitaire (selon l’étude de la DREES en 1997 et renouvelée en 2003, 5 % des entrants en détention étaient sans-abri, 10 % étaient hébergés dans un domicile précaire et 17,5 % déclaraient ne pas avoir de protection sociale), particulièrement exposée aux maladies et aux comportements à risques et difficilement accessible à la santé publique, l’incarcération constituant parfois la première rencontre avec le soin (Bessin et Lechien, 2000 ; Direction générale de la Santé, 2011).

  • 1 On trouve dès les années 1980 des initiatives visant à apporter des solutions à la problématique de (...)

3L’intérêt des pouvoirs publics pour la sortie de prison remonte à une vingtaine d’années, au travers d’une préoccupation de plus en plus importante à l’égard de la récidive. Cela a débouché sur des mesures visant à favoriser les aménagements de peine et à préparer la sortie afin d’éviter les « sorties sèches », identifiées comme facteur de récidive. Depuis les années 2000, la notion de prévention de la récidive a ainsi progressivement supplanté celle de la réinsertion sociale, envisagée comme moyen plutôt que fin (Cliquennois, 2006). Les dimensions proprement sociales de la sortie (hébergement, travail, droits sociaux) comme celles de la santé (traitements, soins, accompagnement thérapeutique), en tant qu’accès à un certain niveau de vie et non comme instruments de prévention de la récidive, n’ont été prises en considération que récemment1, notamment grâce aux plaidoyers des associations. Outre l’intégration de travailleurs sociaux au sein du Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) ou dans les Unités sanitaires, on peut mentionner la création des centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) référents en 2011 et la rédaction de diverses circulaires interministérielles précisant l’accès aux droits sociaux des personnes détenues et à l’hébergement.

  • 2 Il me semble important de parler de (ré)insertion plutôt que de réinsertion, ce dernier terme corre (...)

4Le présent article s’intéresse aux processus de sélection et d’exclusion qui sous-tendent l’aide, l’accompagnement et l’information à destination des personnes détenues et des sortants de prison, sur les plans de la santé (addiction, prévention et réduction des risques et des dommages infectieux en particulier) et du social (préparation à la sortie, hébergement et (ré)insertion2). Il est issu d’une recherche de deux ans sur la prévention et la réduction des risques et des dommages (RdRD) en prison et à la sortie. Des entretiens ont été réalisés avec 80 professionnels et bénévoles œuvrant en milieu carcéral et à l’extérieur (médecins, infirmiers, travailleurs sociaux, conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP), gérants d’hôtels sociaux, animateurs de prévention santé, etc.). Tous les propos rapportés dans l’article sont strictement anonymisés : les prénoms mentionnés sont fictifs afin que l’on ne puisse retracer l’identité des personnes.

5L’étude reposait sur le postulat d’interdépendance entre les dimensions de la santé et du social dans les situations de précarité et de vulnérabilité. De plus, les acteurs rencontrés appartenaient aussi bien à des services proposant un accompagnement de l’ordre du soin (unités de consultation et de soins ambulatoires – UCSA ; service médico-psychologique régional – SMPR ; CSAPA ; centres thérapeutiques résidentiels – CTR ; centre d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques des usagers de drogues – CAARUD ; associations de prévention et de RdRD ; associations de lutte contre le sida et centres de santé communautaire) qu’à des structures spécialisées dans l’accueil et le suivi social (SPIP ; associations de (ré)insertion ; centres d’hébergement et de (ré)insertion sociale – CHRS ; et hôtels sociaux). Il s’agissait de comprendre comment les acteurs investissaient – ou non – les missions de prévention et RdRD auprès du public incarcéré et des sortants de prison. Une attention particulière a été portée à la question de la coordination et à la variation des niveaux d’approche : niveau institutionnel (ce qui est formellement affiché par la structure ou le service), niveau collectif (ce que l’on observe au niveau de l’équipe), niveau professionnel (ce que fait l’acteur dans le cadre de son travail) et niveau individuel (ce que fait l’acteur personnellement, y compris hors de son travail).

6En prison, on observe une pluralité de dispositifs d’aide, d’accompagnement et d’information concernant la santé et le social, à destination des personnes détenues. Ces dispositifs peuvent être d’ordre collectif (ateliers, forums santé, groupes de parole, ateliers) ou individuel (accompagnement par des travailleurs sociaux, des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation [CPIP] et des acteurs associatifs). Au-dehors existent également diverses structures qui accueillent, hébergent et suivent les sortants de prison (voir plus haut). On pourrait raisonnablement envisager que l’aide, l’accompagnement et l’information sont proposés aux personnes détenues et aux sortants de prison sans distinction. Pour autant, l’étude a mis en lumière des processus de sélection et d’exclusion qui s’avèrent en décalage avec les discours institutionnels et qui posent in fine des questions sur le plan éthique. Le présent article est organisé selon une perspective comparative entre la prison (première partie) et les structures extérieures (seconde partie), les processus y apparaissant en miroir inversé. Une remarque liminaire reste à formuler à propos du terme « sortants de prison ». Comme le souligne Meoïn Hagège (2016), il s’agit avant tout d’une notion populationnelle et administrative, qui ne fait pas nécessairement écho à la terminologie du public lui-même (les personnes se désignent plutôt comme « sorties » de prison) et dont les limites s’avèrent particulièrement floues : « La sortie est clairement définie par son début (l’action de quitter l’établissement pénitentiaire), mais sa fin reste ouverte : elle se fond dans le retour à la vie de famille, au réseau de soutien des professionnels de la prise en charge de la toxicomanie et de la précarité, ou à la galère » (Hagège, 2016 : 418). Pour autant, j’ai choisi d’utiliser ce terme, car il est sous-tendu par l’idée féconde de processus, celui de la (ré)intégration dans la société civile (Lable, 2015).

En prison, une sélection des personnes détenues identifiées comme les plus précaires et vulnérables parmi les personnes en situation de précarité et de vulnérabilité

7Au sein des établissements pénitentiaires, un certain nombre de personnes détenues participe aux dispositifs d’aide, d’information et d’accompagnement, mais quelle part de la population cela représente-t-il et comment y accède-t-on ? S’il est impossible de quantifier le nombre de personnes concernées, on peut néanmoins souligner que lesdits participants constituent une petite part de la population incarcérée. À titre d’exemple, sur une détention masculine comptant plusieurs centaines de détenus, un atelier ne réunit jamais plus d’une vingtaine de personnes. De la même manière, les travailleurs sociaux des services de soins ou du SPIP n’accompagnent qu’un pourcentage de la population incarcérée et non pas la totalité. Il ne s’agit pas ici d’évaluer l’impact des dispositifs, mais d’indiquer que la proportion de personnes touchées s’avère relativement faible. Il convient dès lors de s’interroger sur les différents facteurs conduisant à cette situation et, par conséquent, à se demander qui a accès dans les faits à ces dispositifs.

8Quatre grands facteurs étroitement liés les uns aux autres peuvent être relevés. Le premier renvoie à la surpopulation carcérale. La pénalisation croissante de certaines infractions et l’augmentation corrélative de la durée des peines ont en effet concouru depuis une trentaine d’années à l’explosion de la population écrouée (81 250 personnes au 1er janvier 2019 contre 49 112 personnes en 1987 selon les chiffres de l’Administration pénitentiaire, soit une multiplication de 1,6). Cette explosion se traduit par des taux d’occupation record des établissements. Il en résulte un écart manifeste entre l’offre de dispositifs existants et les besoins des personnes détenues.

9Le second facteur concerne le manque de moyens mis à la disposition des acteurs. Les travailleurs sociaux, les soignants et les CPIP expriment un manque crucial de temps, de moyens humains et techniques. Les CPIP ont à leur charge de très nombreux dossiers comme l’exprime Sylvie, responsable du SPIP d’une maison d’arrêt :

On a des objectifs. La moyenne d’un temps plein c’est 98 dossiers. Les obligations elles sont dans ça, quand on a 98 dossiers on est obligés de mettre des priorités. […] On est devenus très pragmatiques.

10Les travailleurs sociaux ne disposent que rarement d’un d’ordinateur et d’un local spécifique pour travailler, à l’instar de la réserve de médicaments dans laquelle s’est installée Rachel, assistante sociale de l’UCSA d’une maison d’arrêt :

Moi j’ai un cagibi, c’est une pièce noire hein. 3 m² d’espace de travail, il faisait 30 degrés là hein quand je suis partie. Alors certains détenus se marrent : « La cellule elle est mieux ! ». […] J’ai pas d’outil de travail d’ailleurs, j’ai pas d’ordinateur, je perds du temps, je suis obligée de revenir à mon bureau pour pouvoir consigner d’un point de vue informatique. C’est la lutte hein, faut pas lâcher !

11En ce qui concerne les soignants,

L’urgence et la souffrance au travail sont structurelles […] et doivent être mises en lien avec les contraintes du travail en milieu carcéral, mais aussi avec celles liées à l’évolution de la gestion hospitalière vers la « managérialisation » (Hagège, 2016 : 379).

12L’importance des files actives et le manque de ressources les conduisent à se recentrer sur les activités de soins au détriment des actions d’éducation à la santé et de prévention (Lorenzo, 2008 ; Paty, 2013). Charles, médecin généraliste retraité de l’UCSA d’un centre de détention s’exclame à ce sujet : « C’est vraiment la cinquième roue du carrosse dans les UCSA hein ! Ben l’éducation à la santé en effet quand il nous reste du temps après avoir fait tout le reste hein ». Les acteurs associatifs qui interviennent en prison font état quant à eux de problèmes budgétaires venant limiter leur action. Fonctionnant à l’aide de subventions, ils ne peuvent déployer un nombre d’intervenants suffisant ni mettre en place toutes les actions qu’ils souhaiteraient.

13Le troisième facteur, directement lié aux deux précédents renvoie à l’édiction de critères visant à restreindre l’accès des personnes détenues aux dispositifs. Les acteurs déclarent qu’en raison de l’effectif trop important de la population incarcérée, leurs actions sont limitées à certaines catégories. Concrètement, ils considèrent que les indigents, les malades chroniques, les individus atteints de troubles mentaux et les personnes ayant des addictions doivent bénéficier en premier lieu de l’information, de l’aide et de l’accompagnement. Rachel soupire : « Les médecins, je leur demande de m’orienter que des gens qui ont des pathologies chroniques quoi, parce que t’as vu le nombre de patients, je peux pas voir tout le monde ». Mais même cette sélection ne suffit pas toujours à rester en deçà du nombre maximal de personnes pouvant être pris en charge, aussi un second tri s’effectue parmi ces personnes afin de circonscrire le champ d’action à celles se trouvant dans les situations les plus extrêmes. Émeline, éducatrice spécialisée dans un CSAPA référent, déclare sans ambages : « On enregistre quatre mille personnes, à peu près 60 % des personnes ont des problèmes d’addiction identifiés, donc très clairement je peux pas accompagner ces 60 % ». Les critères de sélection relèvent donc d’une précarité et d’une vulnérabilité définies comme prioritaires dans un contexte de surpopulation et de pénurie de moyens. Le discours de David, responsable d’une association de prévention et de RdRD, est ici explicite :

Tu restreins, tu restreins, tu restreins ; tu comprends tous ceux qu’on laisse ? […] Donc nous on a reciblé sur les plus isolés, les plus précaires, concernés par les maladies chroniques, en lien avec des pratiques à risque (Il fait le signe d’un entonnoir). Donc cent deux personnes sur qui agir en priorité ; les autres aussi hein, je dis pas ! […] Ces cent deux là, il faut vraiment que je les voie d’abord. Avant les autres. Vraiment, très pragmatiquement, j’ai envie de te dire. Et pourtant les autres ils sont pas bien hein !

14L’accès aux dispositifs implique de fait pour les personnes détenues d’être identifiées et reconnues comme relevant de cette « précarité et vulnérabilité prioritaires ».

15Le dernier facteur concerne l’orientation vers les dispositifs. Outre la sélection à laquelle procèdent eux-mêmes les acteurs, on observe une forme de recrutement de la part des agents pénitentiaires qui recommandent à certaines personnes détenues de se rapprocher des acteurs des dispositifs ou de participer aux actions, voire de les y inscrivent d’office. Mathias, animateur de prévention dans une association de prévention et de RdRD, indique à ce sujet :

Nous, du côté des femmes, on a une référente SPIP, elle décide en fait identifie avec ses collègues lesquelles seraient, voilà dans leur parcours, ben ce serait bien qu’elles aient un temps d’échange, de sensibilisation par rapport à leur parcours.

16Mais ce tri reste souvent opaque pour les acteurs des dispositifs qui se voient fournir sans explication des listes de personnes détenues, à l’instar de Gwladys, animatrice de prévention : « Donc c’est des listes qui me sont fournies par le premier surveillant, il fait une sélection on va dire. […] Mais non je sais pas trop comment s’exerce la sélection ! ». Cette sélection semble relever à la fois de critères de nature comportementale (« bon comportement » en détention), interactionnelle (l’évitement des conflits dans la composition des groupes) et biographique (connaissance des problématiques auxquelles ont été ou sont confrontées les personnes détenues dans leur parcours de vie). À l’identification de la « précarité et de la vulnérabilité prioritaire » se superposent ainsi d’autres critères de sélection.

17Les processus de tri s’alimentent les uns les autres pour tenir à l’écart une partie de la population incarcérée, exclue de facto des dispositifs d’aide, d’information et d’accompagnement. Les personnes détenues ne sont d’ailleurs pas toujours au courant de l’existence même de ces dispositifs, ainsi que des ressources auxquelles elles pourraient prétendre. En dépit des besoins spécifiques liés à leur situation, de nombreuses personnes se débrouillent par elles-mêmes en mobilisant d’autres ressources (familiales, amicales ou qui relèvent d’une solidarité entre pairs). Vincent, gradé dans une maison d’arrêt, indique ainsi :

Si certains ont des contacts, des amis qui leur trouvent un travail, c’est difficile mais au moins ils savent qu’ils vont sortir ; mais d’autres n’ont pas tout ça. Y a quand même des associations, heureusement, y en a qui viennent mais ils peuvent pas aider tout le monde. Sur cent, je pense que dix sont vraiment aidés.

18Point important à souligner, les initiatives des acteurs des dispositifs dépassent souvent leur domaine d’action tel qu’il est défini et identifié à un niveau formel. Ils apportent en effet leur aide pour résoudre de multiples problèmes (nourriture, produits d’hygiène, vêtements, médicaments, modalités d’encellulement, visites au parloir ou encore transferts d’établissement). Rachel relate par exemple :

Les auteurs d’agression sexuelle, notamment sur mineurs, viennent régulièrement me dire qu’ils sont agressés en détention. Y en a un jour, un monsieur très cortiqué en plus tu vois, et du coup j’ai demandé s’il voulait que j’intervienne. Et du coup, je suis intervenue à sa demande pour qu’il puisse changer d’étage.

  • 3 En ce qui concerne la préparation à la sortie notamment, les personnes détenues signalent de nombre (...)

19Les personnes détenues inscrites dans les dispositifs bénéficient donc d’avantages concomitants. Il ne s’agit évidemment pas de désigner ces personnes comme bénéficiant de privilèges au sein de la détention, mais d’attirer l’attention sur le fait que les autres personnes en situation de précarité et de vulnérabilité sociosanitaire – non identifiées comme prioritaires – sont exclues d’espaces où est tout à la fois donnée de l’information, où est accessible du matériel de RdRD, où est possible un accompagnement, et où leur situation quotidienne pourrait être améliorée. Le contexte de surpopulation carcérale et la pénurie critique de moyens concourent in fine à reproduire des inégalités à l’intérieur même des situations de précarité et de vulnérabilité. Ces inégalités interrogent sur le plan éthique à trois niveaux. Au niveau professionnel tout d’abord, la logique de priorisation à laquelle se livrent les acteurs des dispositifs et les agents pénitentiaires pour recruter les personnes détenues repose sur des critères qui, s’ils s’avèrent fondés sur l’expérience, demeurent néanmoins éminemment subjectifs. Au niveau social ensuite, ces processus de sélection mettent à mal le principe d’équité selon lequel l’ensemble des personnes détenues est censé pouvoir accéder sans distinction aux dispositifs. Enfin, le dernier niveau est d'ordre institutionnel : en privant ses administrés de liberté, l’institution carcérale endosse de facto la responsabilité de répondre à leurs besoins ; pour autant, les choix individuels se trouvent considérablement restreints, de même que la possibilité de recourir à d’autres dispositifs que ceux proposés3.

Dans les structures extérieures, une sélection des sortants de prison identifiés comme les moins précaires et vulnérables parmi les personnes en situation de précarité et de vulnérabilité

20Ce que l’on observe au-dehors constitue l’exact inverse de ce que l’on vient de décrire en prison. L’on pourrait présupposer que la sélection des sortants de prison dans les structures se ferait tacitement sur la base de critères d’appréciation subjectifs des motifs d’incarcération, les infractions subissant la plus grande condamnation morale (meurtres, viols, infanticides et agressions sexuelles sur mineurs) jouant alors en la défaveur de leurs auteurs. Seuls certains acteurs mentionnent leur refus d’accompagner des personnes reconnues coupables de violences envers les femmes ou de pédophilie, à l’instar d’Élisa, assistante sociale dans un CSAPA référent :

J’ai entendu une fois un truc atroce et effectivement j’ai pas pu prendre. C’est un médecin qui m’avait fait la demande parce que le type était dehors, et j’ai dit : « Ce qu’il a fait à son fils, je peux pas. Non ». (D’un air coupable) C’est pas bien hein, je le sais !

21Le corpus d’entretiens montre cependant qu’à un niveau général, l’infraction ne constitue pas un critère d’exclusion. François, éducateur spécialisé dans un CHRS spécialisé dans le public féminin sortant de prison ou placé sous main de justice, souligne ainsi :

Sachant que les faits commis sont pas des critères d’exclusion. C’est-à-dire que, quels que soient les faits commis, elles peuvent être accueillies ici. On a accueilli par exemple des mères infanticides bien qu’il y ait des enfants ici. On a accueilli des femmes qui étaient dans des réseaux de pédophilie, actrices ou juste organisatrices.

  • 4 À l’exception des CAARUD.

22Quels processus de tri sous-jacents sont alors mis en œuvre dans les structures extérieures ? La sélection opérée se fonde d’abord sur l’évaluation d’un projet de soin ou d’insertion sociale4, qui doit être à la fois pertinent (par rapport aux missions poursuivies par la structure et au parcours biographique de la personne) et authentique (la poursuite de sa réalisation doit être sincère, ce qui implique la démonstration d’initiatives et d’une réelle motivation [Hagège, 2016]). L’admission ne peut donc se faire pour pallier uniquement une situation de précarité et de vulnérabilité, celle-ci ne constituant pas un motif légitime d’admission. Élisa déclare ainsi :

Alors normalement ils doivent avoir un projet pour rentrer ! Ou le soin ou le travail ou la formation. Donc celui qui a pas du tout de projet de soin et qui fait que se défoncer, on va pas le prendre. Faut qu’y ait quand même un projet.

23L’évaluation des demandes se fait par une lettre de motivation, la rédaction d’un projet, un entretien de prise de contact et/ou une prise de décision collégiale de l’équipe, mais aussi au travers d’échanges avec des professionnels déjà en lien avec le postulant. Les acteurs demandent ainsi fréquemment l’avis des soignants et des CPIP afin de juger de l’authenticité du projet. Maxime, psychologue et responsable d’un CTR spécialisé dans le public des sortants de prison et personnes placées sous main de justice, indique par exemple :

Si je réponds : « Vous m’avez l’air très motivé, on vous prend », je vais récupérer tout et n’importe quoi. […] Le processus de tri c’est interpeller les soignants qui connaissent le mec. […] Et des fois c’est (imitant un ton incrédule) : « Non ? Il t’a réécrit ? On vient de le virer du dispositif Subutex parce qu’il trafiquait tout, il est actuellement au mitard parce qu’il s’est fait gauler avec douze grammes de coke sur lui et un téléphone portable, c’est un des plus gros dealers de la section C. Non non, lui, il cherche surtout à avoir un truc gratos parce que les CHRS prennent plus les mecs en sortant de prison parce que c’est compliqué. Non non, lui, laisse tomber, il écrit à tout le monde ».

24Mais le choix de retenir certaines candidatures et d’en rejeter d’autres fait également intervenir un système d’attentes normatives, dont le jeu s’exerce cette fois de manière beaucoup moins officielle. Ces attentes concernent tout autant la situation sociale, sanitaire et mentale des sortants de prison, et se déclinent au travers de cinq dimensions.

25Les personnes sélectionnées ne doivent d’abord pas être complètement désaffiliées socialement au sens où l’entend Robert Castel (1995) : d’une part, la situation sociale réduisant les chances d’être sélectionné ne se réduit ni à l’exclusion ni à la pauvreté ; et d’autre part, elle renvoie moins à une situation présente qu’à un cheminement biographique : « Parler de désaffiliation […] ce n’est pas entériner une rupture, mais retracer un parcours » (Castel, 1995 : 20). Les structures visent ainsi à accueillir et à accompagner un public qui se situe encore dans la zone de la vulnérabilité et pas encore dans la zone de la désaffiliation (donc à mi-chemin entre ces deux zones). Le processus de dissociation du lien social ne doit pas être pleinement achevé. Les sortants de prison sont censés pouvoir mobiliser des ressources témoignant de liens sociaux certes distendus, mais non rompus, et d’une intégration sociale a minima.

  • 5 Les CSAPA et les CTR apparaissent comme des exceptions, dans la mesure où la consommation de produi (...)

26Dans cette perspective, les sortants de prison qui n’ont pas de titre de séjour et peu de possibilité d’obtenir une régularisation, dont les conduites multirécidivistes les enferment de façon irrémédiable dans le statut de « délinquant(e) »5, qui ont purgé une très longue peine, ou encore qui sont installés dans un mode de vie clochardisé et d’errance, ont peu de chance de se faire recruter. Cette situation s’observe avec acuité dans les structures spécialisées dans l’accompagnement social, les structures spécialisées dans l’addiction et le soin tenant davantage compte des incapacités des usagers à répondre à certaines attentes sociales (Hagège, 2016). Simone, chargée d’insertion et responsable d’une association de (ré)insertion pour femmes, déclare ainsi :

Sur la maison d’arrêt, on avait déjà fait des essais, mais souvent c’est des personnes malheureusement qui sont multirécidivistes. Hein donc on en a déjà eu en appartement et puis ça tient pas la route. Donc c’est pas (elle hésite) une bonne idée. […] On met en principe des personnes qui sont convenables.

27La motivation, affichée au niveau de la structure comme critère de sélection, tend ainsi à disparaître dans les faits derrière une évaluation objective de la faisabilité du projet. Il s’agit donc moins de s’inscrire comme aide à une intégration sociale que comme soutien à une réintégration sociale encore possible, les acteurs justifiant cette logique de sélection en mettant en avant leur incapacité à accompagner un public totalement désaffilié. Armand, bénévole dans une association de (ré)insertion spécialisée dans le public des sortants de prison, indique d’un ton un peu embarrassé :

Le seul problème si vous voulez c’est qu’on a quelquefois des cas qui sortent un tout petit peu de nos compétences, on pourrait dire. Si vous voulez, pour pouvoir héberger et remettre dans la vie professionnelle des gens, faut que ce soit des gens qui aient un minimum de… Et quelquefois on tombe sur des gars, malheureusement pour eux, qui sont plus réinsérables ; y en a plein. Quand on vous envoie un gars qui a cinquante-neuf ans, qui a fait trente ans de prison, voilà on peut pas espérer recaser un gars comme ça, malheureusement pour lui, on peut pas… (un peu gêné et cherchant mon assentiment). Vous voyez ce que je veux dire ?

28Les acteurs carcéraux qui tentent de procéder à des orientations se montrent cependant critiques par rapport à ces processus de filtrage, à l’instar d’Aurélie, éducatrice spécialisée dans le CSAPA interne d’une maison d’arrêt :

On avait mis en lien un monsieur avec une association de (ré)insertion […] et là refus ! Pas de problème de comportement, pas de problème psychiatrique ; j’appelle la dame, je lui dis : « OK, je ne comprends pas ». Elle me dit que le projet travail n’est pas assez formalisé. […] J’ai dit : « Désolée mais vous êtes travailleur social quoi ! On n’est pas là pour aider les gens qui ont un bac +4 et deux mille euros de salaire quoi ! » Et elle me dit : « Ah, mais non, mais c’est une position de la direction ».

29Ali, médecin-chef de l’Unité sanitaire d’une maison d’arrêt, conclut d’un ton amer : « En fait, on se rend compte : plus ils sont dans la précarité, moins on en veut ».

30Les sortants de prison ne doivent ensuite pas être très jeunes, le public accueilli ayant en moyenne entre trente et cinquante ans. Cette sélection par l’âge fait intervenir un système de représentations négatives associées à la jeunesse : problèmes de conduite au quotidien (bruits, altercations, etc.), moindre écoute des recommandations et des injonctions, difficultés à respecter le cadre imposé et surtout approche de la prison valorisant l’expérience carcérale comme marqueur de virilité. Arnaud, éducateur spécialisé dans un CTR spécialisé dans le public des sortants de prison et personnes placées sous main de justice, déclare ainsi :

Entre le jeune pour qui aller en prison c’est synonyme de : « Voilà je suis guerrier, je peux y aller », au contraire ; et l’ancien qui en sort qui dit : « Non moi j’ai fini », c’est quand même différent […] Alors à tort ou à raison, les très jeunes en général on les prend pas. C’est une politique comme ça.

31La sélection opérée tend ainsi à privilégier des usagers dont on présuppose que les expériences biographiques opéreront comme des « leçons » favorisant l’adhésion au cadre et l’appropriation des objectifs de la structure. Maxime, psychologue et responsable d’un CTR spécialisé dans le public des sortants de prison et des personnes placées sous main de justice, souligne :

On a plus souvent des mecs de trente-cinq/quarante ans qui ont beaucoup galéré, qui ont perdu beaucoup de choses et qui finissent par dire : « Tout seul, j’arriverai pas à m’en sortir. J’ai besoin d’un accompagnement, j’ai besoin d’un cadre qui me protège parce que tout seul je suis une grosse merde, je m’en sors pas ».

32Troisième critère, les personnes ne doivent pas avoir de gros problèmes de santé, qui sont perçus comme un frein à l’intégration sociale. Les acteurs restent cependant assez évasifs à ce sujet, l’évidence de ce que représentent de « gros problèmes de santé » ne les conduisant pas à définir précisément à quoi ils se réfèrent. En filigrane des discours émergent les problématiques du handicap, des maladies chroniques invalidantes et, exception faite des structures spécialisées, des addictions, désignées comme si prégnantes dans les parcours de vie qu’elles requièrent un accompagnement particulier. Les sortants de prison concernés par ces problématiques sont de fait systématiquement réorientés. Les acteurs mettent à nouveau en avant leur incapacité à assurer un suivi efficace. Jacques, bénévole dans une association de (ré)insertion spécialisée dans le public des sortants de prison, indique par exemple :

On est une barrière de sécurité parce que parfois on va voir des gens qui ont vraiment des gros problèmes de santé. Donc là on dit au SPIP : « Non non, on va perdre son temps, autant qu’il aille ailleurs ».

33Ces processus de filtrage sont dénoncés par les acteurs des structures spécialisées dans l’addiction qui tentent de faire admettre leurs usagers vers des structures d’hébergement. Kiziah, infirmière dans un CSAPA référent, souligne ainsi :

Y a des structures d’hébergement pour les sortants de maison d’arrêt et le problème c’est qu’on a du mal à les faire rentrer. Ouais, c’est ça la réalité. Parce qu’effectivement ce problème en plus d’addiction, sortants de maison d’arrêt, ben ça fait peur […] Tout à coup, ça devient l’élite (elle insiste sur le mot) qui rentre dans l’hébergement. Ils ferment des portes d’une certaine manière à tout ce public réellement.

34Deux remarques s’imposent. D’une part, les attentes relatives à l’état de santé ne renvoient pas seulement à l’absence de difficultés contraignant ou restreignant l’insertion sociale et professionnelle : elles concernent plus globalement l’autonomie et l’autocontrôle sur le plan physique. Autrement dit, les usagers sont censés pouvoir tenir un logement, prendre soin d’eux-mêmes et être en mesure de participer aux activités proposées. Arnaud, éducateur spécialisé dans un CTR spécialisé dans le public des sortants de prison ou de personnes placées sous main de justice, le mentionne explicitement :

Il faut qu’ils soient quand même en condition physique, nécessaire en tout cas pour pratiquer du sport, même si c’est pas grand-chose, mais quand même pratiquer du sport. Parce qu’on a quand même pas mal d’activités sportives, donc il faut qu’ils soient en mesure de les pratiquer.

35L’autonomie sur le plan physique constitue tacitement, mais de facto un prérequis à l’autonomie générale en tant qu’objectif à atteindre. La sélection opérée par les structures extérieures sur le plan de la santé fait ainsi écho au réquisit d’administration rationalisée de son « soi corporel » (Memmi, 2004). D’autre part, il convient de souligner que les sortants de prison appartiennent précisément à des populations éloignées des dispositifs de santé publique et dont les conditions d’existence et le rapport au corps ne prédisposent pas à l’observation des recommandations en matière de santé (Bessin et Lechien, 2000). Leurs parcours biographiques se caractérisent dont précisément par un enchevêtrement de difficultés sociales et de problèmes de santé.

36Le quatrième critère concerne les pathologies mentales. La première rencontre avec les postulants constitue un moyen de déceler les troubles importants. Arnaud affirme ainsi : « Si psychiatriquement c’est assez lourd, on prend pas ». De la même manière Fanny, éducatrice spécialisée dans un CSAPA référent, indique :

Je veux dire nous, on voit pas les mecs complètement cinglés qui sortent de l’hôpital psy. Enfin si, on peut les voir, mais… Donc, on voit quand même des gens avec un minimum de capacités, de responsabilité même si des fois c’est altéré par la prise de produits machin.

  • 6 Il convient de souligner qu’aucun acteur rencontré n’appartenait à une structure proposant des appa (...)
  • 7 Outre un taux élevé de syndromes dépressifs et une forte prévalence des troubles anxieux, plus du t (...)

37Les acteurs désignent les pathologies les plus lourdes comme un obstacle à l’accueil et au suivi au regard de leur absence de formation en ce domaine6. Pour autant, le public des sortants de prison est présenté comme particulièrement touché par ce type de pathologie, comme l’indique la seule enquête française statistique nationale sur les troubles psychiatriques en milieu carcéral, réalisée il y a quinze ans7 (Duburck et al., 2004). Sur le territoire français comme à l’étranger, des enquêtes qualitatives plus récentes signalent des problèmes dans la prise en charge des personnes détenues atteintes de troubles de santé mentale (Vacheret et Lafortune, 2011) ; ainsi qu’une difficulté à délimiter les contours du problème des troubles mentaux entre santé et sécurité publique se traduisant au sein des établissements par des questionnements professionnels autour des missions de l’institution, entre soigner et punir (Lancelevée, 2017).

38Le filtrage effectué à l’entrée des structures extérieures vise en fait avant tout à ne pas retenir la candidature de personnes qui seraient dans le déni de leur maladie, dont le traitement ne serait pas stabilisé et qui seraient susceptibles de se montrer dangereuses envers les autres usagers ou les membres du personnel. Laurent, assistant social dans un CHRS spécialisé dans le public féminin sortant de prison ou placé sous main de justice, déclare par exemple :

Y en a pour autant qui relèvent de la psychiatrie, qui sont suivies par la psychiatrie, qui ont des traitements parfois lourds, mais qui sont stabilisées et qui sont pas dans le déni de ces problèmes-là. Ca va peut-être nécessiter une ou deux hospitalisations pendant le séjour, mais par contre on sent dès les premiers temps que la personne est au fait de ces difficultés et qu’y a possibilité de les travailler.

39Les discours recueillis mettent ainsi en évidence l’exclusion des personnes les plus malades au sein d’une population déjà caractérisée par une forte prévalence des troubles mentaux. Il ne s’agit évidemment pas de statuer sur le bien-fondé de ces mécanismes de filtrage ou de remettre en cause le travail des acteurs – dont on imagine aisément les difficultés quotidiennes – auprès de ce public. Il importe simplement de comprendre les logiques sous-jacentes aux processus de filtrage.

40Le dernier critère concerne l’alcoolisme, qui apparaît dans les discours comme une problématique distincte de celle des problèmes de santé et des addictions. Les acteurs le ramènent avant tout à une caractéristique d’un mode de vie déviant faisant obstacle à l’intégration sociale et professionnelle (comportements violents et inaptitude à assumer une vie active). Jacques, bénévole dans une association de (ré)insertion spécialisée dans le public des sortants de prison, déclare à cet endroit :

C’est délicat en matière d’alcool ; on voit pas toujours hein, on a des expériences plus ou moins heureuses en la matière. On sait qu’on va au-devant d’ennuis parce que d’abord on est tous des bénévoles et on n’est pas une association compétente pour suivre des cas entre guillemets trop lourds.

41Les personnes catégorisées comme alcooliques, de même que celles démontrant des signes manifestes de consommation, ont moins de chance que les autres de passer avec succès les processus de sélection des structures d’hébergement et de (ré)insertion. Néanmoins, seules les marques les plus ostensibles d’alcoolisme représentent un critère rédhibitoire, a fortiori lorsqu’elles s’accompagnent d’un déni. François, éducateur spécialisé dans un CHRS spécialisé dans le public féminin sortant de prison ou placé sous main de justice, souligne à cet endroit :

On évalue – on peut se tromper hein – que non seulement il va y avoir rechute (y a toujours rechute), mais par contre que y a aucune lucidité, début de lucidité sur la place que ça a pris dans leur vie, une espèce de déni manifeste de la place que ça a pris.

42L’alcoolisme est considéré par les acteurs comme une problématique adjacente se posant finalement pour l’ensemble du public, ce qui explique que l’on trouve dans les structures une part importante d’usagers concernés par cette problématique.

43Des processus de filtrage à l’entrée des structures extérieures se dégage finalement un modèle de « bons profils » de sortants de prison à accueillir et à accompagner. Ce modèle se dessine en creux de l’exclusion d’individus dont la situation et les conduites témoignent d’un écart avec des attentes normatives. Les structures extérieures privilégient ainsi un public pas encore totalement désaffilié socialement (estimé « récupérable »), pas très jeune, qui n’a pas de problème de santé affectant l’autonomie et l’autocontrôle sur le plan physique, qui n’est pas concerné par des pathologies mentales lourdes déniées ou non stabilisées, et qui ne manifeste pas de signes ostensibles d’alcoolisme. À l’instar de ce qui a été souligné à propos de la prison, cette situation ne peut manquer de questionner sur le plan éthique. Tout d’abord, l’exclusion des personnes les plus précarisées et les plus vulnérabilisées revêt un caractère paradoxal au regard des missions d’assistance et d’accompagnement des structures auprès des publics en difficulté. Le filtrage opéré met ensuite en jeu une certaine subjectivité dans l’appréciation de la situation des personnes, révélant ainsi au demeurant des attentes normatives pas toujours conscientisées. Mais surtout, il en résulte une forme de stigmatisation, dans un contexte où se recrée finalement une norme de précarité et de vulnérabilité légitimes, en miroir de situations de précarité et de vulnérabilité rejetées du côté de l’illégitimité.

Conclusion

44Les processus de sélection à l’œuvre dans les dispositifs d’information, d’accueil, d’aide et d’accompagnement de la population incarcérée et du public sortant de prison peuvent être considérés comme un miroir grossissant de ce que l’on observe dans le champ de la précarité et de la vulnérabilité sociosanitaire. En prison comme dans les structures extérieures, ces processus concourent à reproduire des inégalités parmi les couches sociales les plus défavorisées. En miroir inversé, ces processus interrogent sur le plan éthique.

45En prison, les tris mettent en lumière une logique de priorisation. Il s’agit pour les professionnels de maximiser l’impact de leurs pratiques dans un contexte de surpopulation et de manque crucial de moyens. Une telle logique interroge sur le plan éthique, dans la mesure où non seulement elle introduit des impératifs gestionnaires dans un champ d’action sensé s’adresser indistinctement au public incarcéré, mais surtout où elle participe à la reproduction d’inégalités dans l’accès à la santé et au social au sein des établissements.

46Au-dehors, le filtrage opéré auprès des sortants de prison ouvre la réflexion sur les contrôles sociaux exercés sur les populations les plus précarisées : les structures extérieures visent-elles in fine à faire de leurs usagers des « bons citoyens » ? Alors que l’institution carcérale tend aujourd’hui à se définir toujours plus par ses fonctions de neutralisation et d’autorité (Faugeron, 1996), les structures sociosanitaires prenant le relais à la sortie n’endossent-elles pas quant à elles une fonction de redressement réservée aux sortants de prison les plus redressables ?

Haut de page

Bibliographie

Bessin, Marc et Marie-Hélène Lechien (2000), « Soignants et malades incarcérés. Conditions, pratiques et usages des soins », Rapport de recherche, GIP Mission de recherche Droit et Justice, CEMS-EHESS-CSE.

Castel, Robert (1995), Les métamorphoses de la question sociales. Une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Cliquennois, Gaëtan (2006), « Vers une gestion des risques légitimante dans les prisons françaises ? », Déviance et société, no 30, p. 355-371.

Cour des comptes (2014), « La santé des personnes détenues : des progrès encore indispensables », Rapport public annuel 2014.

Désesquelles, Aline et Caroline Touraut (2015), La prison face au vieillissement. Expériences individuelles et prise en charge institutionnelle des détenus « âgés », Rapport de la Mission de recherche Droit et Justice.

Direction générale de la Santé (2011), « Enquête Prévacar, volet offre de soins VIH, hépatites et traitements de substitution en milieu carcéral », rapport de recherche, Direction générale de la santé.

Duburck, Anne et al. (2004), « Enquête de prévalence sur les troubles psychiatriques en milieu carcéral (phase 1 de l’étude épidémiologique) », rapport final.

Faugeron, Claude (1996), « Une théorie de la prison est-elle possible ? », dans Antoinette Chauvenet, Philippe Combessie et Claude Faugeron, (dir.), Approches de la prison, Bruxelles, De Boeck, p. 15-42.

Godin-Blandeau, Élodie, Charlotte Verdot et Aude-Emmanuelle Develay (2013), « La santé des personnes détenues en France et à l’étranger : une revue de la littérature », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, no 35-36, p. 434-440.

Hagège, Meoïn (2016), « Sortir et s’en sortir ? Parcours de santé et vulnérabilités de détenus qui vivent avec le VIH ou une hépatite C », thèse de sociologie, EHESS.

Hyest, Jean-Jacques et Guy-Pierre Cabanel (2000), « Les conditions de détention dans les établissements pénitentiaires en France », Paris, Rapport au Sénat.

Joël, Myriam (2017), « Prévention et réduction des risques et des dommages en prison et à la sortie », rapport final de recherche, INED – Sidaction.

Lable, Jean-François (2015), « Sortie et sortants de prison : une réinsertion déterminée », thèse de sociologie, Université Paris-Saclay.

Lancelevée, Camille (2017), « Quand la prison prend soin : enquête sur les pratiques professionnelles de santé mentale en milieu carcéral en France et en Allemagne. Travail de recherche doctorale financé par l’attribution d’une bourse EN3S », Regards, vol. 51, no 1, p. 245-255.

Le Goaziou, Véronique (2014), Sortir de prison sans y retourner. Parcours de réinsertions réussies, Délinquance, justice et autres questions de société, LAMES.

Lhuilier, Dominique, Aldona Simonpietri et Claude Veil (avec la collaboration de Luis Morales), (1999), VIH-SIDA et Santé : Représentations et pratiques des personnes incarcérées, Université Paris VII Denis Diderot, Laboratoire de changement social.

Lorenzo, Philippe (2008), « De l’éducation thérapeutique du patient en milieu pénitentiaire », Pratiques et Organisation des Soins, vol. 39, no°1, p. 13-22.

Memmi, Dominique (2004), « Administrer une matière sensible. Conduites raisonnables et pédagogie par corps autour de la naissance et de la mort », dans Didier Fassin et Dominique Memmi (dir.), Le gouvernement des corps, Paris, EHESS, p. 135-156.

Michel, Laurent et al. (2011), « Prévention du risque infectieux dans les prisons françaises. L’inventaire ANRS-Pride 2009 », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, no 39, p. 409-412.

Obradovic, Ivana (2014), « Mesures d’accueil des sortants de prison. Synthèse du focus-group », Note à l’attention de la MILDECA et de la DGS Saint Denis.

Paty, Marie-Claire (2013), « Enquête sur l’éducation à la santé en milieu pénitentiaire », La santé en action, no°24, p. 5-7.

Vacheret, Marion et Denis Lafortune (2011), « Prisons et santé mentale, les oubliés du système », Déviance et Société, vol. 35, no°4, p. 485-501.

Haut de page

Notes

1 On trouve dès les années 1980 des initiatives visant à apporter des solutions à la problématique de l’hébergement (comme la création à Paris du Service régional d’accueil d’information et d’orientation des sortants de prison), mais celles-ci restent ponctuelles et locales.

2 Il me semble important de parler de (ré)insertion plutôt que de réinsertion, ce dernier terme correspondant davantage à une catégorie du langage institutionnel et politique qu’à la réalité décrite par les acteurs de terrain. De nombreux sortants de prison n’ont en effet jamais été insérés socialement avant leur incarcération (Obradovic, 2014) : « Sur fond de problèmes familiaux et de précoces conduites addictives, bien souvent, nombre de ces hommes et femmes ont tutoyé les marges sociales dès leur enfance ou leur adolescence et n’ont jamais connu que des formes très bancales d’insertion » (Le Goaziou, 2014 : 90).

3 En ce qui concerne la préparation à la sortie notamment, les personnes détenues signalent de nombreuses difficultés liées à l’absence d’accès libre à Internet et les conditions strictes d’appel téléphonique (obtenir des renseignements sur l’offre d’accueil en matière d’hébergement, se mettre en relation avec les structures associatives et les agences immobilières, démarcher des entreprises pour obtenir un stage ou un emploi, ou encore entreprendre des démarches administratives). Certaines personnes utilisent alors un téléphone portable qu’elles ont fait rentrer illégalement en détention pour pallier ces obstacles et ne pas être tributaire de leur CPIP (Joël, 2017).

4 À l’exception des CAARUD.

5 Les CSAPA et les CTR apparaissent comme des exceptions, dans la mesure où la consommation de produits psychoactifs s’accompagne fréquemment d’aller et retour entre la prison et l’extérieur.

6 Il convient de souligner qu’aucun acteur rencontré n’appartenait à une structure proposant des appartements de coordination thérapeutique.

7 Outre un taux élevé de syndromes dépressifs et une forte prévalence des troubles anxieux, plus du tiers des personnes détenues ont déjà consulté pour des motifs psychiatriques avant leur incarcération, 16 % ont déjà été hospitalisées, 8 sur 10 présentent au moins un trouble psychiatrique, et 24 % des troubles psychotiques (Duburck et al., 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Joël, « Sélection et exclusion à l’œuvre dans les dispositifs d’aide, d’information et d’accompagnement sociosanitaires en prison et à la sortie », Éthique publique [En ligne], vol. 20, n° 2 | 2018, mis en ligne le 02 avril 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/3997 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.3997

Haut de page

Auteur

Myriam Joël

Myriam Joël est docteure en sociologie et post-doctorante à l’Institut national d’études démographiques. Ses champs de recherche se partagent entre le milieu carcéral, la sexualité et la santé. L’ensemble de ses travaux est traversé par la problématique de la grande précarité sociosanitaire. Sa thèse La sexualité en prison de femmes a été publiée en 2017 par les Presses de Sciences Po.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals