Navigation – Plan du site
Les certifications équitables : quelle éthique ?

Engagement éthique et certification sur le marché du commerce équitable : le cas de la certification Fairtrade en Côte d’Ivoire

Mantiaba Coulibaly-Ballet

Résumés

L’éthique prend de l’importance sur de nombreux marchés où les entreprises sont en quête de légitimité et doivent répondre à des contraintes environnementales. Sur le marché du commerce équitable, les acteurs doivent respecter des standards sociaux, environnementaux et économiques. Au-delà des normes qui régissent la certification des produits équitables, les approches éthiques trouvent leur place. Pour comprendre l’engagement éthique des acteurs en matière de certification sur le marché du commerce équitable, j’ai réalisé une étude qualitative auprès d’organisations de producteurs sur le marché ivoirien. Cette étude a mené à l’identification d’une éthique de la responsabilité et de la discussion dans l’engagement à la certification. L’engagement éthique des acteurs est surtout lié à l’existence de règles et aux actions sociales de la certification qui profitent aux producteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Sur le marché du commerce équitable, l’éthique environnementale et sociale se présente comme une nécessité pour les acteurs (organismes de certification, producteurs, distributeurs, industriels, etc.) qui doivent respecter des standards sociaux, environnementaux et économiques, produits par l’industrie et les organismes internationaux. Ils sont confrontés à la certification des produits équitables au travers du système de labellisation avec des normes bien spécifiques. La certification par le respect des standards établis, notamment environnementaux, va permettre aussi bien au pays du Nord que du Sud de faire face aux conséquences néfastes du réchauffement climatique. Notons également qu’en Afrique de l’Ouest, le réchauffement climatique entraîne une augmentation des catastrophes naturelles climatiques (Gemenne et al., 2017).

2Toutefois, au-delà des normes qui régissent la certification (Higgins, Dibden et Cocklin, 2008), des approches éthiques existent. De fait, certains acteurs cherchent souvent à renforcer leur légitimité en s’engageant dans le commerce équitable. La question suivante se pose alors : comment se manifeste l’engagement éthique des acteurs en matière de certification sur le marché du commerce équitable ? Pour y répondre, je mobilise tout d’abord la littérature sur l’éthique et les approches éthiques par les acteurs (Dessain, Meier et Salas, 2008 ; Enriquez, 1993). J’analyse ensuite le label équitable (Larceneux, 2003 ; Diaz Pedregal, 2006 ; Le Velly, 2008 ; Michrafy, 2013) et l’engagement éthique qui en découle. Sur le terrain, je traite l’engagement éthique d’acteurs du Sud (le cas sur le marché ivoirien) dans le cadre de la certification équitable. J’utilise une démarche qualitative par la méthode de l’étude de cas pour récolter les données auprès d’une organisation qui accompagne à la certification Fairtrade (Fairtrade Africa) et auprès d’organisations de producteurs.

3Dans la première partie du présent article, je traite de l’engagement éthique et de l’engagement à la certification équitable. Dans la seconde partie, je présente l’engagement éthique de quatre organisations du commerce équitable à la certification Fairtrade : deux organisations de producteurs de café et de cacao, une plantation de bananes et une organisation productrice de miel.

Engagement éthique et certification équitable

Engagement éthique : définitions et différentes formes

4Ce que signifie l’engagement éthique d’une entreprise a longtemps été évoqué dans les décisions managériales et relations partenariales. Selon R. Edward Freeman et David L. Reed (1983), l’éthique concerne toutes les parties prenantes de l’entreprise qui doivent s’y impliquer. Ces parties prenantes comprennent non seulement le manager et les actionnaires, mais aussi les employés, les consommateurs (clients), les fournisseurs et tout autre acteur influencé par les décisions de l’entreprise (Dessain, Meier et Salas, 2008). Cet engagement, qui renvoie à la gouvernance éthique, doit conduire les managers à éviter l’utilisation abusive de leur pouvoir ou à ne pas entreprendre d’actions inappropriées pour l’organisation (Mercier, 2004, dans Dessain, Meier et Salas, 2008 : 73). Le comportement éthique est alors perçu comme un moyen pour les parties prenantes de gérer l’action collective dans l’intérêt de la majorité tout en évitant des comportements dommageables comme la fraude, l’enrichissement personnel, la corruption, etc. Les parties prenantes doivent aussi s’assurer d’un meilleur contrôle du pouvoir des managers (Dessain, Meier et Salas, 2008).

5L’engagement éthique peut également être analysé selon différentes approches éthiques. Dans la description des véritables enjeux de l’éthique, Eugène Enriquez (1993) distingue l’éthique de la conviction, l’éthique de la responsabilité, l’éthique de la discussion et l’éthique de la finitude. L’éthique de la conviction (Weber, 1984) renvoie à une éthique basée sur le respect sans faille ni brèche des règles et des devoirs, d’une déontologie en vigueur dans un contexte, sans se soucier des conséquences des actes puisque l’intention de respecter les règles les justifie d’emblée. Inversement, l’éthique de la responsabilité conduit l’individu à se soucier des conséquences de ses actions et l’oblige à essayer d’anticiper celles qui sont les plus probables (Weber, 1984). Ces deux éthiques s’opposent dans certaines situations, par exemple lorsque des responsabilités sont contradictoires et qu’il faudra en assumer certaines et en rejeter d’autres. C’est le cas, par exemple, dans un licenciement où le responsable des ressources humaines doit privilégier la responsabilité technique de l’organisation par rapport au « surnombre » des employés au détriment de sa responsabilité sociale et civique de prendre soin de ces personnes (Enriquez, 1993 : 33). Ces actions peuvent entraîner des divergences d’opinions et des conflits qu’il faut résoudre. Jürgen Habermas (1978) met en exergue l’importance pour les personnes de pouvoir échanger des arguments rationnels au sujet de leurs intérêts dans un espace libre de discussion : il s’agit de l’éthique de la discussion. Celle-ci permet à chacun de faire des concessions et de créer, par la discussion, des normes acceptables par tout le monde, ce qui n’était pas le cas dans l’éthique de la conviction où chacun défendait sa position et n’en changeait pas. Quant à l’éthique de la finitude, elle permet d’intégrer les trois premières formes d’éthique (de la conviction, de la responsabilité et de la discussion) à travers sa capacité à transformer les caractéristiques de ces formes d’éthiques et à les rendre compatibles. Pour Enriquez (1993), c’est parce qu’une personne a une idée de ses limites qu’elle peut être une personne de conviction tout en acceptant d’entrer en communication avec les autres. De même, c’est parce qu’une personne poursuit des objectifs et qu’elle veut vraiment les réaliser (et non se contenter de les proclamer) qu’elle sera attentive au choix des méthodes pour les atteindre. Cette éthique de la finitude demande aux organisations d’être un lieu où la manipulation serait bannie et où les efforts de tous à la construction de l’organisation et à l’édification sociale seraient reconnus. Elle requiert aussi des personnes passionnées et engagées, etc. (Enriquez, 1993 : 35-37) Dès lors, l’éthique de la finitude nécessite donc le respect des règles en étant capable de communiquer avec les autres (conviction), mais aussi la prise de conscience de ses actions dans réalisation des objectifs (responsabilité), tout en étant capable de discuter, de faire des concessions (discussion).

Engagement à la certification équitable : du label à l’engagement éthique

6Dans cette deuxième sous-section, j’analyse l’engagement à la certification équitable en cherchant les applications possibles des différentes approches éthiques étudiées (éthique de la conviction, de la responsabilité, de la discussion et/ou de la finitude). Mais avant de traiter de cet engagement, il convient de faire le lien avec le label du commerce équitable.

7En effet, l’engagement à la certification équitable met en exergue le label équitable. Il convient donc de définir au préalable le label, puis de le situer dans le cadre de la certification.

  • 1 Code de la consommation, art. L. 115-27, consultable en ligne sur le site de Légifrance.gouv.fr : h (...)

8Le label est défini par le Code de la consommation français1 comme un signe d’identification de la qualité répondant à un ensemble de critères qualitatifs définis dans un cahier des charges, et contrôlés par un organisme tiers indépendant de l’entreprise agréé par les pouvoirs publics. Au-delà du signe d’identification, le label est perçu comme un signal crédible et un outil de communication pour informer le consommateur sur les dimensions observables de la qualité d’un produit ou d’un service provenant d’un organisme tiers, indépendant du producteur (Larceneux, 2003 : 35). Ce signe crédible informe sur des dimensions de la qualité, sous quelque forme que ce soit, des produits ou services (Larceneux, 2004 : 3). Le label est alors perçu comme un critère de garantie, y compris dans le commerce équitable (Diaz Pedregal, 2006). Le label représente aussi une forme de marque particulière qui n’émane pas d’une entreprise productrice mais qui est utilisable par cette entreprise. Alors que la marque identifie le producteur de produits, le label identifie une forme de certification de ces produits. Ainsi, lorsque le producteur remplit le cahier des charges du certificateur il peut apposer le label sur son produit (Larceneux, 2003 : 36).

9Une entreprise qui s’engage dans le processus de labellisation d’un produit en recourant à un organisme indépendant, public ou privé, souhaite utiliser le label comme un signal crédible sur des dimensions de la qualité de son produit. Il en est ainsi dans le cas du label du commerce équitable Fairtrade de Max Havelaar (Michrafy, 2013 : 22). Ce label Max Havelaar est surtout utilisé dans des pays d’Europe, notamment en Angleterre, en France, etc. Pour Mohammed Michrafy, le label équitable peut être considéré comme un label social qui implique le respect de trois exigences :

  • Les caractéristiques sont définies collectivement par une structure de type professionnel ;

  • Le contrôle est exercé par un organisme certificateur indépendant ;

  • Dans le cas des produits agricoles et alimentaires, le label ne doit pas se présenter comme un label agricole. Ce dernier garantit une qualité supérieure et sa certification s’appuie sur des référentiels privés mais homologués par les pouvoirs publics (Michrafy, 2013 : 31).

10Ainsi, l’entreprise qui opte pour la labellisation, ainsi que l’organisme de certification et le producteur s’engagent collectivement à fournir au consommateur un produit qui répond aux critères spécifiques du label. Ces acteurs cherchent à éviter des comportements dommageables pour la société (comportement éthique) et pour l’environnement.

11Sur le marché du commerce équitable, les principaux acteurs (associations de producteurs ou producteurs, industriels, distributeurs) ont le choix entre plusieurs organismes de certification ou de labellisation. Les premiers organismes de certification sont lancés par Fairtrade International. Parmi les organismes de certification qui sont les plus présents aujourd’hui sur le marché, nous avons FLOCERT pour le label Fairtrade Max Havelaar. Depuis 2003, FLOCERT effectue la certification Fairtrade et s’assure que les producteurs et les commerçants respectent les standards Fairtrade (FLOCERT, 2019). Elle supervise les tâches d’inspection et de certification. FLOCERT assure donc la certification, les contrôles et l’application des standards, et répond aux garanties de transparence et d’indépendance exigées par la norme internationale ISO 65. L’inspection est faite par des consultants free-lance basés dans les continents où vivent les producteurs (Coulibaly, 2009). D’autres organismes de certification existent sur le marché du commerce équitable, comme ECOCERT à travers le référentiel ESR (Équitable, Solidaire, Responsable) qui s’adresse aux acteurs qui veulent s’orienter vers une agriculture biologique et le commerce équitable. Depuis 1991, ECOCERT est organisme de certification spécialisé en agriculture biologique ; il permet aux entreprises de labelliser leurs produits issus du commerce équitable, quelles que soient leurs origines avec le label Fair For Life (ECOCERT, 2019a et 2019b).

12Dans le cadre de ce travail, je mets l’accent sur le label Fairtrade qui est utilisé par les organisations de producteurs que j’ai rencontrés sur le terrain. Ce label se retrouve souvent en France avec Max Havelaar. Les trois principaux standards Fairtrade portent sur des exigences clés et des indicateurs de développement :

  • Le standard social vise à opérer un renforcement chez les petits producteurs et productrices ainsi que chez les travailleurs et travailleuses par une organisation en communautés démocratiques (au sein de coopératives), un encouragement de l’organisation syndicale (sur les plantations), des conditions de travail réglementées et l’interdiction du travail des enfants et de la discrimination ;

  • Le standard écologique porte sur la protection de l’environnement en se focalisant sur l’être humain. Les différentes actions tournent autour de l’encouragement de la culture biologique par des procédés supplémentaires issus du bio, la culture préservant l’environnement, la protection des ressources naturelles, l’interdiction d’utiliser des pesticides dangereux et le refus des semences génétiquement modifiées ;

  • Le standard économique décrit les exigences qui sont imposées aux négociants et aux producteurs sur plusieurs points : pour le paiement du prix minimum Fairtrade et de la prime Fairtrade (aide reçue par les producteurs), pour la réglementation du flux des marchandises et de l’argent, pour les relations commerciales transparentes, pour le préfinancement et pour l’utilisation du label Fairtrade (Max Havelaar, 2019).

13Outre l’assurance de disposer de pratiques commerciales saines, les standards Fairtrade définissent également des conditions commerciales par le prix minimum Fairtrade et la prime Fairtrade. Le prix minimum Fairtrade protège les producteurs de la volatilité des marchés mondiaux en déterminant un prix minimum qui doit être payé pour leurs produits (FLOCERT, 2019). En effet, le prix minimum garanti (prix minimum du commerce équitable) permet de couvrir les coûts de production durable et d’assurer les besoins élémentaires de la famille des producteurs. Il est fixé pour chaque matière première, dans le cadre du Comité des standards et du conseil d’administration (Le Velly, 2008). Quant à la prime Fairtrade, elle permet aux agriculteurs de recevoir ce qu’il faut pour tous les produits vendus aux conditions Fairtrade, d’investir directement dans des domaines que les producteurs considèrent comme importants : infrastructures locales, soins de santé, projets sociaux pour rendre leur communauté plus durable, ou améliorer leur entreprise (FLOCERT, 2019). Cette prime du commerce équitable ou prime de développement est établie pour doter les organisations de producteurs d’une capacité d’autofinancement et d’investissement de base, aussi bien dans le domaine social (dispensaires, scolarisation) que dans celui de la production avec le matériel de séchage (Dekhili, Coulibaly et Dufeu, 2017 : 86). Par ailleurs, l’obtention de la certification Fairtrade oblige chaque groupe de producteurs à respecter des exigences. Ainsi, après la première certification, les organisations de producteurs doivent en outre répondre aux exigences en matière de développement. Ces dernières sont plus approfondies et ont, entre autres, pour objectif non seulement d’améliorer l’organisation et les conditions de travail des producteurs, mais aussi de mettre en œuvre sur le long terme des mesures efficaces en faveur de la protection de l’environnement (Max Havelaar, 2019).

14Par conséquent, un acteur qui décide de s’engager dans la certification équitable va prendre en compte les exigences imposées par l’organisme de certification. Cet acteur est en mesure de connaître les conséquences positives de ses actions sur son activité, la société et son environnement lorsqu’il respecte ces exigences. Ce qui l’amène à tenir compte des conséquences de ses actions et à anticiper les plus probables (éthique de la responsabilité).

15L’adhésion aux standards du commerce équitable se fait également à la suite de débats et de concessions entre les acteurs du marché mais aussi avec les instances publiques et privées. Ces échanges et ces concessions visent à créer des normes acceptables par toutes les parties prenantes (éthique de la discussion) et peuvent donner lieu dans certains pays, telle la France, à la mise en place de commissions nationales qui régulent le secteur du commerce équitable. C’est le cas de la Commission nationale du commerce équitable créée en avril 2010 par les pouvoirs publics français. Cette commission évalue la capacité des organismes de certification à apporter aux consommateurs les garanties nécessaires sur le commerce équitable. Cela accroît la crédibilité du label et la confiance du consommateur à l’égard du label équitable, qui peut alors être perçu comme un outil de discrimination éthique dans sa pratique d’achat (Ballet et Carimentrand, 2006). En dépit de l’évaluation des organismes de certification par des instances publiques pour garantir la crédibilité d’un label, un doute peut s’installer chez le consommateur. En effet, ce dernier doit parfois faire face à la multiplication des labels et à une augmentation des systèmes de certification aux exigences différentes. Cette multiplicité des labels, des offres, des lieux de distribution et de rayonnages en grandes surfaces comme en magasins spécialisés dans le commerce équitable peut parfois complexifier l’achat de produits équitables (Michrafy, 2013). Par rapport à ce constat, il est judicieux d’accorder une place plus importante aux consommateurs (ou aux associations de consommateurs) dans les débats et les discussions sur les standards, de mieux les informer pour que les normes soient plus acceptables à leurs yeux.

Engagement éthique des acteurs à la certification : cas sur le marché ivoirien

16Dans cette seconde partie, je présente tout d’abord la démarche méthodologique adoptée et les organisations de commerce équitable, objets de l’étude. J’analyse ensuite les principaux résultats obtenus sur l’engagement éthique des organisations en matière de certification. D’une part, cet engagement éthique porte principalement sur une éthique de la responsabilité par la mise en évidence des standards de commerce équitable et la prise en compte des retombées positives de la certification. D’autre part, ce même engagement porte sur une éthique de la discussion avec quelques implications dans le cadre d’une éthique de la finitude.

Présentation de la démarche méthodologique et des organisations de commerce équitable

L’approche qualitative appliquée à des organisations de commerce équitable

17J’opte pour une démarche qualitative à travers l’étude de cas, car je cherche à comprendre et à découvrir des sujets (Yin, 2003 et 2014 ; Hlady-Rispal, 2002). L’étude de cas nous permet d’approfondir notre compréhension sur les pratiques des organisations de producteurs en matière de certification et sur leur engagement. Nous pouvons définir les principales pratiques des acteurs sur le terrain et répondre à certaines questions : comment les organisations de producteurs s’engagent-elles dans la certification équitable ? (Wacheux, 1996) Pourquoi les producteurs se sont-ils engagés ? Que s’est-il passé à la suite de la certification ? Ainsi, j’ai pu recueillir des données sur les dimensions circonstancielles, contextuelles ou encore historiques (Giordano, 2003) par rapport à l’engagement à la certification. La méthode de l’étude de cas nous permet également d’utiliser simultanément plusieurs méthodes de collecte de données (Eisenhardt, 1989) : l’analyse des documents internes aux organisations de commerce équitable, les entretiens et l’observation. Les citations rapportées ci-après sont issues des entretiens réalisés avec des producteurs du marché ivoirien.

18Cette étude porte sur quelques organisations de commerce équitable du Sud. Ces organisations travaillent avec Fairtrade Africa qui est un membre de Fairtrade International. Fairtrade Africa vise à assurer un meilleur positionnement aux ouvriers et aux fermiers, et à les accompagner dans le développement durable en Afrique.

19Créée en 2005, Fairtrade Africa mène son action dans quatre régions : l’Afrique orientale, l’Afrique australe, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique du Nord. Cette organisation compte plus de 300 organisations de producteurs africains, qui répondent aux critères internationaux de commerce équitable Fairtrade. Il s’agit d’organisations de petits producteurs et de plantations. Parmi les produits cultivés par ses membres se trouvent le café, le cacao, le thé, les fleurs coupées, les bananes, les ananas, les mangues, le beurre de karité, du thé rouge rooibos, les légumes, les fruits frais et les fruits séchés (Fairtrade Africa, 2019). Dans le cadre de cette étude, j’ai travaillé avec la branche Afrique de l’ouest (Côte d’Ivoire) de Fairtrade Africa. Fairtrade Africa accompagne les organisations de producteurs et les producteurs dans leurs démarches de certification : « Nous apportons l’appui aux organisations pour les aider à conserver leur certification et les préparer à l’audit » (représentant de Fairtrade Africa, novembre 2018).

20Les organisations de producteurs avec lesquelles j’ai échangé sont au nombre de quatre :

  • Une plantation de bananes dans laquelle une association de producteurs a été créée en 2014 et a intégré le label Fairtrade en 2016. « La plupart des bananes de la plantation sont Fairtrade. » (assistant du responsable du Comité de gestion de la prime Fairtrade, janvier 2019)

    • 2 Ces deux certifications sont actuellement en cours de fusion. Rainforest Alliance développe actuell (...)

    Une organisation productrice et exportatrice de café et de cacao créée en 2004. Cette organisation représente une union de plusieurs coopératives qui regroupe plus de 20 000 producteurs de café, de cacao et de noix de cajou. Elle a été certifiée Fairtrade en 2010. Toutes les coopératives de l’Union ont au moins une certification, même si elles ne sont pas toutes certifiées Fairtrade. Les autres certifications sont Rainforest Alliance, UTZ2 et USDA Organic.

  • Une organisation de producteurs de cacao et de café qui regroupe environ 3 000 membres répartis sur une trentaine de sections (assistant export de la société coopérative, janvier 2019). L’organisation collecte et commercialise le cacao et le café de ses membres. Il s’agit d’une société de coopératives créée en 2010, qui a obtenu la certification Fairtrade en 2014. Dans chaque société coopérative se trouve un groupement de producteurs : « c’est un groupement qui forme une coopérative. Des producteurs qui sont réunis au sein de petits groupements, ce qui fait une coopérative » (producteur membre d’une coopérative de cacao, janvier 2019). Les producteurs cultivent de nombreux produits comme le cacao, le café, l’anacarde, mais pour l’instant la certification porte sur un seul produit, le cacao : « nous avons une diversification de produits, c’est le cacao qui est fairtrade » (producteur membre d’une coopérative de Cacao, janvier 2019).

  • Une organisation productrice de miel qui représente une société coopérative simplifiée. Elle a été créée en 2008 et certifiée Fairtrade en 2010. Il s’agit d’un groupement de producteurs qui s’étend du centre au nord de la Côte d’Ivoire. Le miel est récolté dans les différentes plantations villageoises et les ruches sont placées dans des champs de cacao, de café, d’anacarde, etc. Toutefois, la transformation a lieu uniquement dans la capitale (Abidjan) pour garantir une meilleure traçabilité du produit final. L’organisation travaille également sur d’autres produits comme des savons à base de miel et de jus de coco, de la cire d’abeille, mais ces produits ne sont pas encore Faitrade (assistant chargé des relations producteurs et clients, janvier 2019).

Recueil et analyse des données

21J’ai collecté les données entre juin 2018 et janvier 2019 au moyen d’entretiens semi-directifs réalisés individuels (15 entretiens) et d’autres entretiens complémentaires effectués à distance. J’ai également mené des observations sur le terrain (dans les plantations et les champs) en janvier 2019. Les entretiens ont duré de 30 minutes à 1 heure.

22Pour mener à bien ces entretiens, j’ai élaboré un guide d’entretien qui comportait les principaux thèmes suivants : présentation de l’objectif de l’entretien autour du commerce équitable et de la certification ; fonction de l’interviewé dans son organisation (ancienneté, service, activité) ; relations avec les partenaires, dont l’organisme de certification ; méthodes de production (pratiques, contrats) ; certification (engagement, coût, contrôle, etc.) ; pratiques durables.

23Nos premiers échanges ont eu lieu avec un membre de Fairtrade Africa du Kenya. J’ai ensuite pris contact avec deux représentants de Fairtrade Africa Côte d’Ivoire, ce qui m’a permis de rencontrer les organisations de producteurs et des producteurs ivoiriens. Le choix des personnes interviewées a été fait en fonction du poste occupé sur le terrain mais aussi de leur ancienneté dans l’entreprise et dans le mouvement Fairtrade. Les personnes interviewées occupaient les postes suivants :

  • Consultants chargés de l’appui à la certification FLOCERT, Bureau Afrique (Fairtrade Africa) ;

  • Assistant du responsable du Comité de gestion de la prime Fairtrade chargé de la qualité de l’hygiène et de l’environnement, responsable contrôle avant conditionnement, responsable des ressources humaines, responsable du Comité de gestion de la coopérative de bananes (plantation de bananes) ;

  • Responsable développement durable et approvisionnement chargé de la direction des organisations de producteurs, et coordonnateur projet café-cacao (organisation productrice et exportatrice de café et cacao) ;

  • Assistant export et le trésorier de la société de coopératives, producteur membre d’une coopérative de cacao-café (organisation de producteurs de cacao et café) ;

  • Assistant chargé des relations producteurs et clients, apiculteur, autres membres de l’organisation de miel (organisation productrice de miel).

24Ainsi, j’ai effectué des déplacements dans une plantation de bananes, des champs de cacao, de café, d’anacarde, et dans les ruchers. J’ai également été sur les lieux de transport des produits dans les villages et dans la capitale ivoirienne (Abidjan).

25J’ai demandé et obtenu l’autorisation des personnes interviewées avant d’enregistrer les entretiens, qui ont ensuite été retranscrits et complétés par des prises de notes. J’ai également exploité des documents internes aux organisations sur le commerce équitable (documents remis pendant les entretiens et trouvés sur le site internet des organisations de producteurs et de l’organisme de certification).

Analyse des résultats

Un engagement de responsabilité : de l’existence de standards aux retombées positives de la certification pour les producteurs

26L’engagement des organisations de producteurs pour la certification s’explique par la réglementation qu’il y a autour de Fairtrade (règles, respect des responsabilités, interdiction du travail des enfants). Cet engagement est lié aux avantages qui découlent de cette réglementation (prime, coût du label, prix minimum garanti, etc.). La prime octroyée par la certification est un avantage souvent cité par les producteurs :

Le fairtrade c’est bien réglementé, la prime sera à la hausse par rapport aux autres certifications. Les producteurs s’en sortent, les besoins sont partagés, les décisions sont au niveau d’une AG [assemblée générale]. (Producteur membre d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

27Les producteurs s’engagent parce qu’il y a un respect des règles, des responsabilités qui existent dans les coopératives. Les organisations veillent à la traçabilité :

L’identification des producteurs est faite pour qu’ils ne soient pas dans des forêts classées, il faut vérifier qu’ils ne sont pas dans des forêts classées. (Responsable développement durable et approvisionnement, organisation productrice et exportatrice de café et de cacao)

Le standard est défini d’abord en fonction de ce qui est fait et tient compte des lois naturelles, nous avions plus de responsabilités… (Assistant export d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

28Le respect du non-travail des enfants est aussi l’un des facteurs explicatifs de cet engagement :

Le travail des enfants est évité. (Assistant chargé des relations producteurs et clients, organisation productrice de miel)

Nous ne faisons pas travailler les enfants avant la certification ; c’est important avec la certification, les enfants ne travaillent pas dans les champs… (Producteur, membre d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

29L’accessibilité à la certification par rapport aux coûts (ou frais), explique également l’engagement :

Les frais de certification sont acceptables. (Assistant export d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

Les coûts sont acceptables par rapport aux autres labels, il y a la confiance. (Responsable développement durable et approvisionnement, organisation productrice et exportatrice de café et de cacao)

30L’engagement des organisations de producteurs dans Fairtrade est aussi lié aux formations, à l’accompagnement qui est assuré dans leur plantation, et à la prise en compte de leurs besoins. En effet, des actions de sensibilisation sont menées sur le terrain :

Nous faisons une sensibilisation des agriculteurs, des formations (en référence au chapitre 3 Fairtrade). Nous faisons comprendre aux producteurs le retour par rapport à la prime. (Assistant export d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

Nous sommes dans l’encadrement, la formation. En 2014 nous avons eu des inondations et 4 ans après encore (2018). Donc il y a un intérêt pour le développement durable, c’est devenu une contrainte. Nous sensibilisons les travailleurs sur la contamination, l’empreinte carbone, le côté environnemental. Nous sensibilisons sur les dégâts auprès des travailleurs en expliquant que les travailleurs peuvent perdre leur travail. (Assistant du responsable du Comité de gestion de la prime Fairtrade, plantation de bananes)

Une sensibilisation est faite pour dire aux producteurs de bien gérer pendant la sécheresse, nous avons les périodes naturelles climatiques. Des tournées de sensibilisation sont faites pour éviter la contamination ; les herbicides sont défendus. Dans un village presque tout le monde adhère à la coopérative, ce qui évite les contaminations. (Producteur, membre d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

31Cette sensibilisation va au-delà des producteurs qui s’engagent dans le Fairtrade, elle touche également les plantations ou champs qui sont à proximité de leurs exploitations :

La sensibilisation du voisin en lui expliquant ce que les pesticides entraînent. Une formation tous les trois mois avec nos producteurs et des producteurs voisins. (Assistant chargé des relations producteurs et clients, organisation productrice de miel)

Des mesures sont prises pour les producteurs qui ont des produits Fairtrade à côté du bio : des zones tampons sont là. (Responsable développement durable et approvisionnement, organisation productrice et exportatrice de café et de cacao)

32Les formations menées auprès des producteurs visent également à protéger l’environnement et à garantir la durabilité :

Une formation pour la production du miel ; une formation sur le fairtrade et une formation pour la protection de l’environnement. Tout ceci évite la contamination. (Assistant chargé des relations producteurs et clients, organisation productrice de miel)

Déposer les ruches à proximité des champs facilite aux abeilles leur travail quand les champs sont plus proches elles produisent plus. (Assistant chargé des relations producteurs et clients, organisation productrice miel)

Un accompagnement à la certification (au plus un an à un an et demi) est fait avec des formations reçues […] et vérifier que les plantations ne sont pas dans une zone protégée. (Responsable développement durable et approvisionnement, organisation productrice et exportatrice de café et de cacao)

33Les retombées sociales de la certification autour de l’assurance et de l’aide apportée aux producteurs (et productrices) expliquent aussi cet engagement :

Nous avons une assurance qui couvre la famille, l’autonomisation des femmes (les rendre autonomes), des logements, de l’eau gratuite. (Assistant du responsable du Comité de gestion de la prime Fairtrade, plantation de bananes)

L’impact social du fairtrade incite d’autres coopératives à nous rejoindre. (Trésorier d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

D’autres investissements sont faits pour aider les producteurs. Nous avons une association de productrices, des femmes : elles posent les ruches et les hommes collectent. (Assistant chargé des relations producteurs et clients, organisation productrice de miel)

Un engagement autour de la discussion

34L’existence de compromis et de consensus entre tous les acteurs conduit à l’engagement des organisations de producteurs met en évidence les prémices d’une éthique de la discussion :

On se demande qu’est-ce qu’on fait : deux forages, la réhabilitation d’une école ? ; [Après] des discussions, des compromis, un consensus est trouvé. Une diffusion d’information à tout le monde. (Producteur membre d’une coopérative de café et de cacao)

Nous avons des discussions, des actions débattues en AG. (Assistant export d’une coopérative de producteurs de café et de cacao)

Au niveau du fairtrade, la fixation passe par l’AG, il y a un comité de gestion qui gère la coopérative. L’AG est l’organe suprême, un plan de développement est soumis et adopté. Pour la prime fairtrade : le plan de développement adopté est à respecter, il est lié au consensus de tous les producteurs au niveau de l’AG. Des localités sont priorisées (manque de forage) et selon les besoins un partage est effectué [entre les] villages, les villages sont appelés des secteurs. (Producteur, membre d’une coopérative de café et de cacao)

35Cette éthique de la discussion se perçoit aussi dans les décisions prises par les organisations de producteurs lors du versement de l’aide correspondant à la prime Fairtrade durant les AG. Même si l’application de la prime est définie dans un plan de développement, des négociations et échanges peuvent avoir lieu en AG entre les producteurs pour prendre la décision la plus adéquate :

Comme Fairtrade le recommande, l’utilisation de la prime doit se faire dans le cadre d’un plan de développement. Le plan de développement est établi en fonction des besoins des populations, des producteurs. Justement c’est l’AG qui est l’organe suprême, c’est eux qui sont l’organe suprême de décision. Le bureau met en place des indications pour dire voilà la liste des besoins réels, maintenant ce sont les sections, les différents producteurs qui approuvent cela. Par exemple s’il y a peut-être cinq villages qui ont besoin d’une maternité, après on va prioriser pour voir le village qui en a le plus besoin. C’est justement le côté équité du partage. (Assistant export et Trésorier d’une coopérative de café et de cacao)

36Des négociations ont aussi lieu entre les acteurs ; en laissant souvent libre cours à la décision :

Une négociation des prix est effectuée ; oui les standards sont respectés, avec la signature des documents. Des discussions ont lieu, des concessions sont faites avec les acteurs. Tout d’abord le respect des règles, prise en compte du contexte pour s’engager (responsabilité), puis des discussions peuvent avoir lieu (écouter). (Assistant du responsable du Comité de gestion de la prime Fairtrade, Plantation de bananes)

On permet au producteur de décider (une transparence), nous sommes vers la discussion. (Responsable développement durable et approvisionnement, organisation productrice et exportatrice de café cacao)

Pour la prime dans le cadre du plan de développement, c’est en fonction des besoins des producteurs. L’AG est l’organe suprême de décision, l’équité est faite aussi bien pour les écoles, les hôpitaux. Quand le prix est supérieur au prix national, l’écart est reversé au producteur. (Assistant export coopérative cacao-café)

37Au-delà de la discussion qui peut avoir lieu entre les acteurs, l’engagement dans le label Fairtrade se fait par conviction et dans le respect des règles :

Tous ceux qui sont dans l’organisation le font par conviction et [sont ouverts à la] discussion. (Assistant chargé des relations producteurs et clients, organisation productrice de miel)

Nous expliquons aux producteurs leur bien-être et qu’ils vont avoir une vie meilleure. Pour le miel monofloral : leur expliquer ce qu’est l’abeille, laisser les abeilles travailler pour augmenter leur production, on est dans la discussion. Mais on se conforme aussi à une règle : la discussion. (Autre membre, organisation productrice de miel)

Conclusion

38L’étude des approches éthiques qui justifient l’engagement des acteurs à la certification sur le marché du commerce équitable m’a conduit à explorer la littérature sur les enjeux éthiques d’un engagement et celle sur la certification équitable.

39L’analyse des données du terrain fait principalement ressortir deux approches éthiques : une éthique de la responsabilité et une éthique de la discussion. L’accent est surtout mis sur la discussion dans le cadre de l’engagement éthique des organisations, avec quelques manifestations de l’éthique de la conviction par le simple respect des règles sur le marché du commerce équitable pouvant conduire par moment à une éthique de la finitude.

40L’éthique de la responsabilité prend appui dans l’application des standards existants sur le marché du commerce équitable. Des standards économiques, sociaux et environnementaux qui doivent être respectés, et qui procurent de nombreux avantages aux producteurs. L’engagement est surtout lié aux avantages sociaux que procure la certification Fairtrade (notamment les retombées de la prime de développement). Cette éthique de la responsabilité se combine avec celle de la discussion : chaque producteur ou organisation de producteurs est un acteur clé dans les prises de décisions pour la gestion de la vie courante.

41Le label a longtemps été perçu comme un outil de communication pour informer le consommateur sur des dimensions de la qualité intrinsèque des produits, mais aussi sur les conditions sociales et économiques qui entourent leur fabrication ou production (Michrafy, 2013). Il faudrait aujourd’hui aller au-delà de cette conception qui est principalement orientée vers le consommateur. Il convient aussi de prendre en compte le choix du label effectué par les producteurs dans le cadre de la certification. En effet, nos résultats de recherche laissent penser que la certification interpelle aussi de façon importante sur un engagement éthique de la part des producteurs. Ces derniers devraient être mieux accompagnés dans leur engagement à la certification, ce qui permettrait d’avoir des effets positifs sur les produits équitables et sur la communication faite aux consommateurs.

Haut de page

Bibliographie

Ballet, Jérôme et Aurélie Carimentrand (2006), « Le Commerce équitable : des labels à l’éthique relationnelle », Journées d’étude du GDR Économie & Sociologie, Les Marchés Agroalimentaires, Montpellier, 23 et 24 mars.

Coulibaly, Mantiaba (2009), « Alliances de marques et création de valeur : une approche inter organisationnelle, Application au marché du commerce équitable et de l’alimentation santé », Thèse de doctorat en Sciences de gestion, Université Paris-Dauphine, 30 mars.

Dekhili, Sihem, Mantiaba Coulibaly et Ivan Dufeu (2017), « Les consommateurs perçoivent-ils le prix des produits du commerce équitable comme étant juste ? », Décisions Marketing, no 85, janvier-mars, p. 83-102.

Dessain, Vincent, Olivier Meier et Vicente Salas (2008), « Corporate Governance and Ethics:Shareholder Reality, Social Responsibility or Institutional Necessity ? », M@n@gement, vol. 11, no 2, p. 65-79.

Ecocert (2019a), « Le commerce équitable », [en ligne], http://www.ecocert-environnement.com/nos-prestations/commerce-equitable/ (consulté le 22 janvier 2019).

Ecocert (2019b), « Qui sommes-nous ? Une entreprise au service de l’environnement », [en ligne], http://www.ecocert.fr/qui-sommes-nous/index.html (consulté le 7 janvier 2019).

Flocert (2019), « Votre route vers la certification Fairtrade », [en ligne], https://www.flocert.net/fr/solutions/ressources-fairtrade/ (consulté le 22 janvier 2019).

Diaz Pedregal, Virginie (2006), « Le commerce équitable : un des maillons du développement durable ? », Développement durable et territoires, Dossier 5 : Économie plurielle, responsabilité sociétale et développement durable, [en ligne], https://journals.openedition.org/developpementdurable/1644 (26 décembre 2018).

Eisenhardt, Kathleen M (1989), « Building theories from case study research », Academy Management Review, vol. 14, no 4, p. 532-550.

Enriquez, Eugène (1993), « Les enjeux éthiques dans les organisations modernes », Sociologie et Sociétés, vol. 25, no 1, p. 25-38.

Fairtrade Africa (2019), « Producteurs et produits », [en ligne], https://www.fairtradeafrica.net/fr/producers-products/ (novembre 2018-janvier 2019).

Freeman, R. Edward et David L. Reed (1983), « Stockholders and Stakeholders: A New Perspective on Corporate Governance », California Management Review, vol. 25, no 3, p. 88-106.

Gemenne, François et al. (2017), « Changement climatique, catastrophes naturelles et déplacements de populations en Afrique de l’Ouest », Geo-Eco-Trop, vol. 41, no°3, p. 317-337.

Giordano, Yvonne (2003), Conduire un projet de recherche, Une perspective qualitative, Paris, EMS.

Habernas, Jürgen (1978), Raison et légitimité, Paris, Payot.

Higgins, Vaughan, Jacqui Dibden et Chris Cocklin (2008), « Building alternative agri-food networks: Certification, embeddedness and agri-environmental governance », Journal of Rural Studies, vol. 24, no 1, p. 15-27.

Hlady-Rispal, Martine (2002), La méthode des cas, Application à la recherche en gestion, Bruxelles, De Boeck.

Larceneux, Fabrice (2003), « Segmentation des signes de qualité : labels expérientiels et labels techniques », Décisions Marketing, Janvier-Mars, no°20, p. 35-46

Le Velly, Ronan (2008), « La détermination du prix équitable, Vices et vertus du prix du marché », Gestion, vol. 33, no 1, p. 59-65.

Max Havelaar (2019), « Les standards Fairtrade », [en ligne], https://www.maxhavelaar.ch/fr/was-ist-fairtrade/fairtrade-standards.html (7 janvier 2019).

Mercier, Samuel (2004), Lʼéthique dans les entreprises, Paris, La Découverte.

Michrafy, Mohammed (2013), « Etude des effets des labels du commerce équitable sur le consentement à payer des consommateurs : application au cas du chocolat », thèse de doctorat en Sciences de gestion, Université Montesquieu-Bordeaux IV, 11 décembre.

Wacheux, Frédéric (1996), « Alliances : conséquences stratégiques et organisationnelles », Revue française de gestion, no 108, mars-avril-mai, p. 12-24.

Weber, Max (1984), Le savant et la Politique, Paris, La Découverte.

Yin, Robert K. (2003), Case Study Research, Design and methods, 3e édition, Thousand Oaks, Sage Publications.

Yin, Robert K. (2014), Case Study Research, Design and methods, 5e édition, Thousand Oaks, Sage Publications

Haut de page

Notes

1 Code de la consommation, art. L. 115-27, consultable en ligne sur le site de Légifrance.gouv.fr : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000019298952&cidTexte=LEGITEXT000006069565&dateTexte=20090101

2 Ces deux certifications sont actuellement en cours de fusion. Rainforest Alliance développe actuellement un nouveau programme de certification en s’appuyant sur le meilleur des programmes actuels Rainforest Alliance et UTZ. Le Programme de certification Rainforest est consultable en ligne : https://www.rainforest-alliance.org/business/fr/solutions/certification/agriculture/2020-certification-program/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mantiaba Coulibaly-Ballet, « Engagement éthique et certification sur le marché du commerce équitable : le cas de la certification Fairtrade en Côte d’Ivoire », Éthique publique [En ligne], vol. 21, n° 1 | 2019, mis en ligne le 24 septembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/4481 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.4481

Haut de page

Auteur

Mantiaba Coulibaly-Ballet

Mantiaba Coulibaly-Ballet est maître de conférences en Sciences de gestion à l’IAE (Institut d’administration des entreprises) Nice de l’Université Nice Sophia Antipolis (Membre de l’Université Côte d’Azur). Elle est membre du GRM (Groupe de recherche en management) et du Réseau FairNESS (Réseau de chercheurs et universitaires qui travaillent sur le commerce équitable et les échanges dits « alternatifs » ou « solidaires »).

Ses principaux travaux de recherche portent sur la responsabilité sociétale des entreprises et le comportement du consommateur avec une application aux marchés du commerce équitable, aux petites et moyennes entreprises et aux aéroports. D’autres travaux de recherche portent sur les alliances stratégiques et les alliances de marques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals