Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 22, n° 1Zone libreÉthique et anonymat : le cas des ...

Zone libre

Éthique et anonymat : le cas des revues de sciences sociales françaises

Michel Messu

Résumés

L’anonymisation des articles soumis aux revues scientifiques est-elle un gage éthique ? Telle est la question examinée par l’article. On y soutiendra que, pour les revues de sciences sociales, loin de favoriser une éthique en termes d’équité de traitement et de gain scientifique, la procédure du « double aveugle » érige la subjectivité du reviewer en norme anonyme et réduit le débat d’idées. C’est que les règles en vigueur dans les sciences expérimentales ne s’appliquent pas aux sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens ici à remercier chaleureusement la revue Éthique publique, son comité de rédaction et mes évaluateurs (anonymes) qui ont su soutenir la gageure de publier un texte qui aurait pu leur paraître constituer une attaque en règle contre eux-mêmes. Ce qu’il ne se veut pas. La généralité de mon propos souffre, heureusement, l’exception.

  • 1 Nous maintiendrons et utiliserons au besoin les anglicismes qui émaillent le discours des comités d (...)

1Il n’est pas aujourd’hui de revue à ambition scientifique qui ne proclame et n’affiche les procédures dites éthiques qui lui semblent associées au label revendiqué. Quelle que soit la discipline d’inscription de la revue, chacun tient pour un gage de scientificité le respect de « règles éthiques » en matière d’acceptation et de publication des articles. Cela paraît tellement évident que les rares revues qui s’en affranchissent encore sont « déclassées » et renvoyées à n’être que des revues d’opinion, peu dignes donc de figurer dans les classements (rankings)1 ou de fournir les « citations » attendues. La science, désormais, se fait – ou pour le moins se diffuse – sous le contrôle de l’éthique. On serait tenté de s’en réjouir puisqu’on gagnerait ainsi en sûreté et en qualité, sans parler de la possibilité d’assurer ainsi l’émergence de l’excellence dans le domaine considéré.

2Nous soutiendrons, dans ce texte, qu’il n’en est rien. Non seulement ces attentes sont loin d’être satisfaites, mais nous obtenons plutôt une standardisation-banalisation des contenus et une inflation mimétique d’articles proposant des petites variations sur un même thème (salami slicing). Ce que nous voulons montrer est que nous devons ces résultats contre-performants aux pratiques prétendument éthiques des comités de rédaction eux-mêmes.

3C’est l’expérience de l’auteur qui sous-tendra les analyses. Expérience inscrite sur la longue durée de sa participation à plusieurs comités de rédaction de revues françaises ou francophones « reconnues » et de son expérience de chercheur, plus longue encore, ayant souhaité – et parfois réussi – à publier dans les « meilleures revues » françaises ou de langue française. L’expérience, certes, est limitée au domaine des sciences sociales et à l’espace francophone, mais elle n’en est pas moins révélatrice de la logique qui s’est imposée dans bien des comités de rédaction au nom de l’éthique scientifique.

4Pour établir les bases de l’argumentation, il conviendra de se remémorer le cheminement suivi par cet impératif éthique et également d’expliciter comment il est mis en œuvre par les comités de rédaction des revues. La discussion de l’argument éthique se fera donc dans ce cadre empirique et normatif. Il ne s’agit pas de discuter la validité d’une démarche éthiquement satisfaisante en matière de recherche et de publication scientifiques, personne ne se prononce en faveur de la « loi de la jungle » en la matière, il s’agit bien davantage d’apprécier la valeur des procédures mises en œuvre par les comités de rédaction des revues aux fins de répondre à l’exigence éthique qu’ils se sont donnée.

Bref rappel historique

5C’est assez tardivement que les publications de sociétés savantes, d’universités ou de cercles de débats vont revendiquer le label de publications scientifiques, c’est-à-dire d’une offre de l’état de la science en train de se faire. Longtemps, le traité, ouvrage mûri de réflexions, d’observations, parfois de révélations, était l’instrument privilégié de transmission de la science. Outre que les temporalités associées à ces deux formats vont témoigner d’une manière d’accélération de la diffusion des résultats de la science, d’une plus grande organisation de celle-ci et de son institutionnalisation, la revue qui s’impose avec sa périodicité, son souci de l’actualité et de la nouveauté, son « tiers » médiateur et interlocuteur de l’auteur, atteste que dorénavant la science doit s’envisager sous le régime de l’expérimentation et de la discussion immédiate de ses résultats. De temps en temps, des ouvrages de synthèse viendront rappeler les contours épistémologiques dans lesquels tout cela se mène, ou offrir de nouveaux contours.

6Ces caractères de la revue – périodicité, actualité, médiation – se sont approfondis et offrent désormais le cadre de jeu dans lequel s’exerce l’immense et brouillonne concurrence que se livrent les revues et ceux qui y publient. Avec les moyens numériques et l’émergence des revues en ligne, la périodicité est devenue flux, l’actualité confine à l’instantanéité et la médiation a été investie par la morale, codifiée sous la forme d’une « éthique scientifique des revues » et proclamée dans les « consignes aux auteurs ». Avant de chercher à en comprendre les raisons profondes, soulignons encore que, si nous avons bien affaire à des caractères originaux ou typiques du medium « revue », ils n’ont pas toujours eu l’ampleur ni les manifestations que nous leur connaissons de nos jours.

  • 2 Lettre à Bouglé, 20 juin 1897, dans Émile Durkheim (1975 : 397-398). Citée par Matthieu Béra (2012  (...)

7Pour prendre l’exemple de la sociologie française qui restera l’objet d’observation privilégié de notre analyse, les premières revues à se réclamer d’un label scientifique sont des revues d’école. La première et plus célèbre est L’Année sociologique que Durkheim créa en 1896 à l’adresse de l’ensemble des sciences sociales. Il la dirigera pendant une quinzaine d’années, y contribuera abondamment sous toutes les formes (textes, comptes rendus, notes) et sut s’entourer de personnalités d’envergure qui partageaient avec lui la conviction que la sociologie scientifique était le cœur des sciences sociales. C’est probablement pourquoi chaque numéro publié à partir de 1898 comporte différentes « sections » confiées à l’un des collaborateurs et censées y défendre la méthode durkheimienne. Revue d’école donc, placée sous la figure tutélaire de son fondateur, pilotée par une équipe de collaborateurs appelés à prendre la lumière, attachée à faire triompher ses options scientifiques et, peut-être d’abord, la place de la discipline sociologique dans un environnement encore peu perméable. Mais revue active, prônant la vigilance théorique – celle de son inspirateur – et la critique – parfois acerbe – des idées. Son éthique, que l’on peut déduire des propos tenus par Durkheim à l’adresse de Bouglé, l’un de ses éminents collaborateurs, tient en une formule : « renoncer aux procédés actuels de la critique, qui consiste trop à voir l’auteur sous l’ouvrage et à classer les talents au lieu de noter les résultats et leur importance »2.

8En somme, le caractère scientifique d’une telle revue est totalement dépendant des propositions des contributeurs et/ou responsables de la revue, présentées et tenues pour scientifiques. Et de fait, historiquement, L’Année sociologique prend place tout entière dans le combat académique de Durkheim pour faire triompher l’approche sociologique scientifique face à ce qu’il qualifie volontiers d’idéologies, c’est-à-dire de théories non établies depuis la méthode scientifique. Pour le dire autrement, le registre de la revue créée par Durkheim est celui de la défense des thèses de l’école durkheimienne de sociologie. Il réclame donc qu’elle s’inscrive dans l’affrontement avec d’autres revues d’école, fussent-elles jugées a-scientifiques par les partisans de la première.

  • 3 Voir http://www.arss.fr/presentation/
  • 4 Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales.
  • 5 Dans une courte note portant Sur l’arrêt de la publication, Georges Balandier et Michel Wieviorka ( (...)

9Ce type de revue perdurera tout au long du XXe siècle. En France, nous en aurons eu un autre remarquable exemple avec la revue fondée par Pierre Bourdieu en 1975, Actes de la recherche en sciences sociales, qui, aujourd’hui encore, entend offrir « des outils intellectuels pour comprendre les phénomènes sociaux du monde contemporain, dans la perspective d’une sociologie critique des modes de domination »3. Les Actes côtoieront d’autres revues d’école, souvent de moindre envergure, à l’exception peut-être de la revue du MAUSS4. Toutefois, dans la seconde moitié du XXe siècle, quelques nouvelles revues se réclamant explicitement de la sociologie vont adopter une perspective quelque peu différente. Citons : les Cahiers internationaux de sociologie fondés en 1946 par Georges Gurvitch, la Revue française de sociologie fondée par Jean Stoetzel en 1960. La première restera fortement dépendante de la personnalité de ses directeurs et cessera de paraître en 20105. La seconde qui s’est dotée d’un comité de rédaction conséquent, renouvelé régulièrement, poursuit avec une large reconnaissance internationale son existence. Par ailleurs, d’autres revues, souvent consacrées à un domaine de la sociologie, verront le jour et connaîtront des fortunes variables. Certaines, telles Sociologie du travail créée en 1959 sous le patronage de Georges Friedmann et Jean Stoetzel, Sociétés créée en 1982 par Michel Maffesoli, Espaces et sociétés fondée par Henri Lefebvre et Anatole Kopp en 1970, Sociologie de l’art – OpuS, etc., poursuivent leur activité. D’autres n’ont pas eu cette possibilité. Mais, toutes celles qui subsistent – et bien sûr toutes celles qui se sont créées depuis, généralement en ligne – ont été affectées par ce qui va provoquer quelques turbulences dans le monde des revues scientifiques.

La « révision par les pairs » (ou peer reviewers), le « double aveugle » et la production d’une prétendue éthique scientifique

  • 6 D’autres vocables ont pu ou peuvent être utilisés : referee, réviseur, évaluateur, expert, relecteu (...)

10Ces turbulences sont venues de ce que les sciences sociales lato sensu ont cru échapper à leur « mollesse » épistémique en singeant ce qui était en vigueur, en matière de publication et d’établissement des renommées, du côté des sciences expérimentales. Cela ne s’est pas fait par décret – les décrets « politiques » sont venus plus tard –, mais plutôt par contamination. Certaines disciplines formant un premier groupe, notamment celles qui avaient su « mathématiser » leurs objets (économie, démographie, psychologie expérimentale, etc.), se sont engagées plus précocement dans cette voie. À l’instar de ce que l’on croyait être la manière rigoureuse de pratiquer la science dans les disciplines dites « dures », on est allé chercher des « reviewers »6 parmi ses pairs, auxquels on demandait de procéder « en aveugle » à l’évaluation de la qualité de l’article soumis. Tout un nouveau système s’est donc mis en place autour des revues, puisqu’il a fallu constituer et alimenter le stock de reviewers, définir de nouvelles règles d’acceptabilité et d’acceptation des articles, etc. Ces changements ont quelque peu modifié le rôle et la place que tenait jusqu’alors le comité de rédaction. Un tel système était, par ailleurs, censé garantir la qualité des publications tout autant que l’équité entre les candidats qui aspiraient à être publiés. Autrement dit, la réforme technique devait déboucher sur un gain épistémique et moral.

11Bien entendu, la justification de ladite réforme ne s’est pas effectuée sur la base d’un bilan critique du fonctionnement réel des revues en place, mais plutôt sur celle de la reprise d’insinuations récurrentes et, surtout, sur celle d’un dithyrambe en l’honneur des sciences « dures ». Il n’empêche, se répandait l’idée que les anciennes manières de faire des revues de sciences sociales étaient, si ce n’est iniques, pour le moins préjudiciables à l’éclosion des talents et à la maturation scientifique de la discipline. L’argument, frappé au coin du bon sens, voulait qu’un comité de rédaction, par définition restreint, ne puisse se prononcer avec la même pertinence qu’un panel conséquent d’experts hautement informés du sujet traité dans l’article. En appeler à ces derniers serait donc bénéfique pour la revue qui s’assurerait ainsi de ne publier que des contributions décisives pour son domaine de compétence. Comme le disent les communicants d’aujourd’hui, c’est du « gagnant-gagnant ». L’argument, toutefois, véhicule insidieusement que les comités de rédaction, en leur état, sont insuffisamment armés scientifiquement pour donner un avis qualifié sur les textes qui leur sont soumis. Ce qui, on le verra, mérite plus que des nuances. Une autre appréciation insidieusement véhiculée et plus pernicieuse celle-là, voudrait que la propension des membres des comités de rédaction à favoriser les textes de leurs « amis » serait ainsi contrecarrée.

12Il est en effet remarquable que l’introduction de ces nouvelles règles de procédure se soit faite au nom d’une éthique scientifique à imposer dans les revues de sciences sociales, comme si, avant leur instauration, il n’y en avait pas ou, à tout le moins, de fort mauvaise. Et comme lesdites sciences sociales mouraient d’envie d’être tenues pour des sciences à part entière, elles louchèrent toutes sur le parangon de scientificité éditoriale « éthique » offert par les sciences expérimentales. Or en important le modèle en vigueur dans ces sciences, on a importé aussi ses faiblesses, voire ses défaillances, et, surtout, produit des effets pervers.

Comment fonctionne le « double aveugle » dans les revues de sciences sociales ?

13Particulièrement dans les revues en ligne, mais pas seulement, la procédure dite en « double aveugle » qui consiste, comme chacun le sait, à masquer au reviewer le nom et l’appartenance institutionnelle de l’auteur de l’article et à ce dernier ceux du reviewer, revient à externaliser l’appréciation et, au besoin, le jugement. Le comité de rédaction se place en intermédiaire entre le postulant à la publication et le reviewer. Il va transmettre, dans un sens, l’article à évaluer avec, parfois, une date butoir pour remettre l’évaluation ; dans l’autre sens, l’avis et les éventuelles demandes de correction ou réaménagement émanant du reviewer. Dans certains cas, le comité de rédaction de la revue n’intervient que pour proposer des noms de reviewers, afin d’accomplir le premier mouvement, et enregistre les avis émis par ceux-ci lors du second mouvement. Mais il est vrai que sur ce point les pratiques des comités de rédaction varient considérablement. Sans parler des « revues prédatrices », comme elles sont qualifiées désormais et dont le but est de faire de l’argent sur le dos de chercheurs pressés de publier, les comités de rédaction des revues scientifiques reconnues adoptent des modalités d’acceptation des articles qui vont du simple enregistrement des avis à la discussion approfondie de ceux-là. Le simple enregistrement consiste à considérer que deux avis négatifs valent rejet, que deux avis positifs valent acception modulo les demandes de correction, et qu’un avis positif et un avis négatif réclament un troisième avis qui fera pencher la balance d’un côté ou de l’autre. Le simple enregistrement réduit donc à zéro le travail de discussion scientifique du comité de rédaction. Celui-ci devient un secrétariat et n’est là que pour entretenir l’illusion que les articles soumis sont susceptibles d’y être débattus.

14Fréquemment, les comités de rédaction fournissent aux reviewers des grilles d’évaluation à partir desquelles se fait une synthèse qui sera présentée et, possiblement, discutée au sein du comité. Certains limitent cette grille au contenu et à la forme de l’article soumis et ne demandent aucun avis quant à la décision de publication. C’est au comité lui-même, au vu des évaluations réalisées, de le faire. D’autres, distinguant comité de rédaction – qui prend la décision de publication – et comité de lecture – qui donne un avis sur l’article –, cherchent à assurer ainsi une plus forte homogénéité des avis au regard des attentes de la revue et consultent les « relecteurs » sur la décision à prendre. D’autres encore, raffinant le processus décisionnel, convient les « relecteurs » à participer à la discussion, voire à la prise de décision. Cette variété des pratiques témoigne d’abord de la grande latitude dont disposent toujours les comités de rédaction pour arriver à leurs décisions de publication. Mais elle témoigne aussi des vices cachés de la procédure du « double aveugle », en tout cas des limites de son éthique, voire de son incohérence.

15Non pas que l’anonymisation des articles soumis ne soit qu’une farce, encore que des « reconnaissances » puissent se faire eu égard le sujet traité, la manière de le traiter, les références mobilisées, voire le « style » de l’auteur. En admettant qu’elle permette de neutraliser les réactions « épidermiques » du reviewer au nom et qualités du soumissionnaire, qu’en est-il de ses réactions au contenu de l’article soumis ? Par quelle vertu l’anonymisation produirait-elle un effet d’impartialité de la part du reviewer à l’endroit des idées émises dans l’article et de la manière de les émettre ? La question clé, bien sûr, n’est pas celle de la reconnaissance du soumissionnaire, d’autant que le nombre croissant d’agonistes tend plutôt à favoriser l’ignorance réciproque que l’interconnaissance. Ce qui est en jeu porte foncièrement sur ce que l’on va appeler le « contenu » de l’article soumis. À la différence des sciences expérimentales ou des sciences exactes dans lesquelles s’impose, malgré tout, un standard de démarche et donc de présentation des résultats (l’expérience doit être reproductible et pour ce faire le matériel et la méthode doivent être présentés, etc.), voire un cadre théorique d’appréhension partagé – au moins transitoirement –, les sciences sociales font preuve d’une forte hétéronomie de démarche et de cadrage théorique. C’est même leur signe distinctif et l’objet de vives polémiques internes et de conflits de frontière avec les autres disciplines. Aussi, le modèle importé des sciences expérimentales se révèle très vite pernicieux pour les secondes, puisque l’optique du reviewer peut lui interdire d’adhérer à l’option de l’auteur. De manière générale, ce modèle lorsqu’il est appliqué aux sciences sociales tend à majorer les options singulières du reviewer. Et cela devient vite rédhibitoire.

16En somme, cette pratique qui présuppose le consensus quant à l’objectif poursuivi, et donc à ce que l’« attitude » du reviewer s’y conforme, n’offre pas des conditions de garantie suffisantes dans les sciences sociales. Surtout lorsqu’elle n’est pas précisément configurée par le comité de rédaction – sous forme de grille d’évaluation, de commentaires justificatifs, de propositions alternatives, etc. –, elle ouvre la voie à l’arbitraire parfois le plus débridé. Certes, les sciences sociales, il faut bien le reconnaître, le favorisent largement du fait de la faiblesse de leur socle épistémologique et du dogmatisme qui y règne volontiers. Nombre de raisons « épistémologiques », « méthodologiques » ou « conceptuelles » de récusation se distinguent bien mal d’un refus « idéologique » ou pour incompatibilité avec des valeurs personnelles.

17Il appert ainsi que, dans leur enthousiasme à reproduire formellement les procédures en vigueur dans les sciences expérimentales, les comités de rédaction des revues de sciences sociales se sont le plus souvent rendus aveugles à ce qu’ils produisaient. Car, loin de favoriser une éthique de la justice en matière de traitement des postulants à la publication et, accessoirement, une éthique de la qualité épistémique, ils ont promu l’arbitraire du reviewer en norme scientifique satisfaisante. En fait et plus précisément, ils ont substitué à l’arbitraire revendiqué, au besoin personnifié, des comités ancienne formule, l’arbitraire anonymisé et impénétrable des reviewers. On comprend mieux pourquoi, de tous côtés, des inquiétudes naissent quant à la performance et la pérennité d’un tel système. En France, des institutions, tels des commissions nationales des universités (CNU) ou le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), sans parler de multiples associations de chercheurs et de doctorants, s’en sont émues. Toutes, à des degrés divers, y voient une tendance à la multiplication des dérives préjudiciables au développement de la connaissance scientifique. Car, ce que les sciences sociales poussent jusqu’à la caricature, les autres disciplines scientifiques l’ont déjà éprouvé, sous d’autres manifestations il est vrai. La course à la publication, le tant fameux publish or perish, a produit de nombreux effets pervers du côté des chercheurs : la manipulation des données recueillies, le saucissonnage des articles, la formation de réseaux procédant au renvoi d’ascenseur, etc. Tout cela est assez bien documenté, analysé et dénoncé, parfois corrigé. Encore que, cela l’ait moins été du côté des rédactions des revues, qui tiennent pourtant un rôle central dans cette affaire. Ainsi, bien que cela ne recouvre pas l’ensemble du phénomène, les pratiques du « double aveugle » mises en œuvre par les comités de rédaction participent d’une double distorsion à l’endroit de l’idéal éthique proclamé, c’est-à-dire de la « juste » reconnaissance scientifique, celle qui accorde aux yeux de tous la validité et l’originalité de la contribution. La première, nous venons de l’énoncer et nous le verrons plus avant, tient, s’agissant spécifiquement des sciences sociales, aux conflits d’interprétation ou de légitimité qui les traversent et transfère, du coup, aux reviewers le pouvoir d’en décider, donc d’ériger les convictions personnelles en critère de validité scientifique. Ce qui devient, de facto, le règne du « à chacun sa vérité » et le triomphe institutionnel de l’arbitraire anonymisé. La seconde a trait à la nature de l’exercice, à sa place dans le processus de production de la connaissance scientifique et donc à sa reconnaissance légitime. Le calibrage des articles, qui plus est lorsqu’ils sont souhaités fortement standardisés, est un frein au développement de la pensée originale, alternative ou disruptive, qui, nonobstant ses excès dits littéraires, reste le moteur de nouvelles connaissances en matière de sciences sociales.

18Autrement dit, bien des incohérences et des effets pervers du système du « double aveugle » méritent d’être examinés en profondeur avant de le créditer du satisfecit éthique qu’on lui accorde volontiers.

Les effets pervers du « double aveugle »

19Du côté des sciences expérimentales, de plus en plus, des revendications de reconnaissance des reviewers et de leur contribution se font jour. En effet, lorsque des comités de rédaction procèdent avec sérieux à de véritables discussions et échanges d’arguments entre le postulant et ses reviewers, ces derniers ont généralement consenti à consacrer une fraction, parfois conséquente, de leur temps de travail à l’amélioration de la proposition d’article, et donc à son acceptation comme contribution au savoir disciplinaire, ce dont seul le premier tirera un avantage réputationnel. Cette contribution qui hausse l’article publié au rang d’une production collective et le rapproche de l’idéal de la disputatio scientifique, manque de recevoir la reconnaissance qu’elle mérite. Aussi certaines revues ont-elles décidé de rompre l’anonymat des reviewers et de mentionner explicitement leur participation au processus ayant conduit à la publication de l’article. Ce qui permet de combattre l’ingratitude dans laquelle on les tient.

20Déjà pratiquée dans les années 2000 par quelques revues du domaine biomédical ou des sciences physiques (BioMed Central, Atmospheric Chemistry and Physics…), cette procédure, dite Open Peer Review, s’est élargie au cours de la dernière décennie, quoique essentiellement dans les disciplines des sciences de la vie ou de la matière. À titre d’exemple, le Journal européen des neurosciences (European Journal of Neuroscience), qui a adopté la procédure, joint en annexe de l’article publié toute la documentation relative à l’examen par les pairs (nom des examinateurs et leur rapport, réponse des auteurs, commentaire des éditeurs), ceci, comme il est déclaré sur le site de la revue, afin d’« encourage[r] la communauté des neurosciences à adopter les principes de la science ouverte et du libre-échange d’idées ».

21Ne peut-on suggérer aux revues de sciences sociales d’en faire de même ? Outre que cela augmenterait la transparence du processus – à laquelle elles prétendent faussement satisfaire en recourant aux reviewers aveuglés –, cela rendrait peut-être plus attractive cette mission, réduirait les défections et contraindrait tous ceux qui la remplissent à le faire en ayant recours à des arguments plus élaborés que la simple insatisfaction idéologique.

22Au sein des sciences sociales pour le moins, les chercheurs les mieux reconnus dans leur domaine se trouvent couramment assaillis de demandes d’évaluation de la part des revues – ce qui est somme toute logique puisqu’ils sont « reconnus » et que les revues recherchent leur compétence pour gagner elles-mêmes en reconnaissance. Mais, à terme, cela les paralyse dans l’exécution de leurs propres travaux et risque de les conduire à perdre la reconnaissance acquise. Aussi, ont-ils tendance à être très sélectifs en la matière : soit en sélectionnant la revue qui les sollicite, soit, après avoir jaugé l’intérêt de l’article proposé, à en refuser l’évaluation. D’aucuns en sont même arrivés à refuser, sans autre forme de procès, toute sollicitation. Dès lors, les revues vont puiser leurs reviewers dans le deuxième puis le troisième, voire le nième cercle des chercheurs reconnus. Et là, l’expertise commence à devenir douteuse. L’expérience du reviewer se fait de plus en plus relative et les recours pour former son jugement, réduits aux acquêts singuliers de sa biographie. Certes, c’en est le lot de chacun, mais les lots ne sont pas équivalents.

23En effet, lorsque le reviewer ne peut bénéficier de l’aura acquise au sein de sa communauté disciplinaire, du fait de ses travaux antérieurs qui ont suscité l’intérêt voire une forme d’approbation et donc la « reconnaissance scientifique » convoitée, celui-ci n’a guère d’autre possibilité que de magnifier les options qui avaient été les siennes dans ses travaux probatoires. Même s’il ne faut jamais exclure qu’un « esprit précoce » arrive à avoir une vue panoptique de sa discipline et réalise, lors de ses travaux inauguraux, l’« expérience cruciale » dont rêvent les expérimentateurs des sciences idoines, la règle veut que son horizon de connaissances et d’expertise se trouve encore limité, voire déterminé, par ce qu’il vient de recevoir, si ce ne sont de ses « maîtres », du moins de son récent parcours de formation. Aussi voit-on des soumissions d’articles émanant de chercheurs expérimentés, parce qu’elles n’entrent pas dans les cadres de pensée reçus – ce qui, par parenthèse, est généralement la marque de l’expérience en matière de recherche –, recevoir un avis défavorable à la publication de la part d’un reviewer qui fera inévitablement figure de béjaune. Et même si ces recalés au jeu du « double aveugle » arrivent à obtenir la publication de leur article – parce que le comité de rédaction a jugé la chose incongrue, parce qu’ils ont de l’entregent et ont su plaider leur cause, parce que toutes sortes d’autres « bonnes raisons » ont pu jouer –, la question de la qualité et de la compétence du reviewer est posée et doit être clarifiée.

24Il revient, en effet, aux comités de rédaction des revues de faire la lumière sur ce point. Un contrôle des compétences des reviewers s’impose. Car il n’est pas vrai que tous les chercheurs, dès lors qu’ils occupent une position institutionnelle, se valent et possèdent la compétence requise. Il n’est pas vrai non plus que l’auteur d’un article remarqué soit un bon évaluateur de l’article qu’on lui soumettra. Quant à la pratique des comités de rédaction qui consiste à recruter leurs reviewers dans le cercle de connaissance de leurs membres, elle est loin de remplir cette exigence de compétence. L’opacité de la procédure du « double aveugle » du côté des revues de sciences sociales, conduit ainsi à des décisions les plus absurdes au regard de l’objectif éthique qu’elles affichent de fournir à leur lectorat des articles de haute qualité scientifique, surtout lorsque l’intrinsèque qualité scientifique doit procéder d’une anonymisation formellement conduite.

25Mieux, par-delà le cas des séniors maltraités, c’est l’hypocrisie de la procédure qui est en cause. Peut-on sérieusement soutenir qu’un « juge » qui avance masqué, qui n’a à faire état auprès de celui qu’il doit sanctionner ni de ses qualités, ni de ses compétences, ni bien entendu de ses options préférentielles (théoriques ou idéologiques), participe de la dispute scientifique censée être au principe de la qualité et de la quête de l’excellence des publications ? Il faut avoir souscrit à une sociologie de la domination symbolique, plus rhétorique qu’empiriquement fondée, pour croire qu’en aveuglant la procédure de décision – c’est-à-dire en mettant la lumière sur la forme de la décision et en occultant ses mobiles – on gagne en impartialité ainsi qu’en qualité scientifique. Même en accordant à chaque reviewer un capital de bienveillance à l’endroit de son collègue en quête de publication, non seulement ce dernier s’inscrira pour lui sur une échelle allant de la complicité à la concurrence la plus vive, mais encore ce capital affectif se révèlera n’être qu’un miroir aux alouettes.

26À prendre tant de précautions pour que la critique n’opère que sous voile d’ignorance, on en arrive le plus souvent à en modifier l’objet. Il s’agit moins désormais d’opposer des arguments à ceux avancés par l’auteur de l’article que de vérifier qu’ils sont conformes à la vulgate du moment et aux convictions du reviewer. Cela se fait par le formalisme des états de la question qui, fréquemment, ressemblent à des patchworks de références d’auteurs, de théories, de thèses, dont l’intérêt intrinsèque est rarement convoqué et discuté. Comme si une collection de références bibliographiques, parfois aussi longues qu’un jour sans pain, pouvait se substituer à une problématisation construite de la question à traiter. Mais indéniablement, la vérification, par le reviewer, que ses prédilections référentielles sont en bonne place s’en trouve facilitée. Cela se fait aussi par – et conforte – l’adoption d’une écriture stéréotypée, affirmative et volontiers sentencieuse, plutôt que démonstrative et nuancée. Sans réclamer l’élégance, le style des articles de sciences sociales pourrait éviter la standardisation scripturaire qui conduit tout droit à faire jouer aux notions et concepts manipulés une fonction allusive et quelque peu magique. Tout le contraire de la fonction opératoire qu’ils doivent tenir dans la démonstration, laquelle réclame les précautions d’usage que peuvent fournir les définitions, les précisions et autres éléments de compréhension. Cela se fait, enfin, par le renoncement de certains comités de rédaction à mettre la critique au cœur de leur activité au profit, on l’a dit, de l’enregistrement des « avis » des reviewers-experts.

  • 7 Certaines revues pensent échapper à la difficulté en privilégiant la dimension empirique des recher (...)

27Notons d’ailleurs, au passage, que le signe le plus manifeste de ce renoncement se trouve dans la demande faite aux reviewers, par nombre de comités de rédaction, de se prononcer sur le caractère publiable de l’article qui leur a été soumis (publiable tel quel, avec des modifications mineures ou majeures, de fond ou de forme, et non publiable). Sauf à ce que la politique éditoriale de la revue ne soit précisément énoncée à l’adresse du reviewer – ce qui est rarement le cas, les revues se contentant de renvoyer aux déclarations d’intention figurant sur leur site et selon lesquelles elles se proposent, mais qui pourrait affirmer le contraire, de ne publier que des articles originaux de qualité – celui-ci n’a généralement aucune idée de ce que cherche à promouvoir la revue, si ce n’est donc la sempiternelle qualité scientifique. Laquelle, encore une fois, pour les sciences sociales, se réfugie dans un formalisme de présentation et, subrepticement, dans les adhésions singulières du reviewer. Laisser à ce dernier le soin de se prononcer sur le caractère publiable de l’article qu’il a eu à évaluer quant à son contenu, n’est-ce pas s’en remettre à sa seule opinion, dont on ne saura jamais en quoi elle consiste ? Ce qui explique, pour partie, les avis diamétralement opposés en la matière. Car, faut-il le rappeler, l’épistémologie des sciences sociales n’admet toujours pas de cadre théorique contraignant qui s’imposerait à l’ensemble de ceux formant la communauté des chercheurs dans laquelle se sent inclus chaque reviewer7. Mais surtout, n’est-ce pas renoncer, pour le comité, à toute ligne éditoriale un tant soit peu définie ? N’est-ce pas ainsi rejoindre la pseudo-éthique des revues prédatrices évoquées plus haut qui, elles aussi, proclament leur désir de promouvoir les résultats les plus aigus de la science et s’appliquent pour ce faire à parodier les procédures formelles des revues présumées honorables ? Le souci de la rentabilité économique en moins – encore que les rémunérations obtenues, pour les revues en ligne, par le système dit d’OpenEdition Freemium ne soient pas à négliger –, les comités de rédaction qui procèdent ainsi se retrouvent à pratiquer de la même manière que lesdites revues prédatrices, n’était l’absence reconnue de probité de leurs reviewers. Certes, cela ne saurait conduire à la confusion, mais la possibilité de rapprocher les pratiques est l’aveu que, déjà, des comités de rédaction de revues de sciences sociales sont plus guidés par une logique de marketing – marketing scientifique dira-t-on – que par une logique critique de contribution au débat qui est censé animer les scientifiques.

28En définitive, le prétendu double aveugle, loin de protéger contre l’iniquité d’un traitement préférentiel émanant du fait de la position « mandarinale » du membre du comité de rédaction qui aura à se prononcer sur l’article soumis, introduit, lorsqu’il n’est pas contrôlé et corrigé par le comité de rédaction, l’iniquité d’un traitement anonymisé tendanciellement favorable aux opinions dominantes du moment et à la standardisation-banalisation de l’article scientifique.

Quelques éléments de discussion en guise de conclusion

29Il convient, avant de poursuivre, de s’accorder plus avant sur ce qu’ont de spécifique les revues de sciences sociales que nous considérons ici. La tentative de les enchâsser dans le modèle en vigueur dans les sciences expérimentales méconnaît ce qui rend possible un tel modèle pour ces sciences. Sans pouvoir en faire l’histoire, notons seulement que sa finalité est de réduire autant que faire se peut la publicité d’expériences pour le moins fantaisistes et ainsi d’avaliser des publications qui n’auraient de scientifiques que le nom. C’était l’époque où les sociétés savantes, perdant de leur mondanité, se transformaient en académies ou en cercles d’étude plus rigoureux et plus techniques à mesure des avancées de la connaissance en leur domaine. C’est pourquoi certaines des revues les plus prestigieuses en ces domaines, aujourd’hui encore, restent l’apanage de sociétés savantes (Science est toujours la revue de l’American Association for the Advancement of Science).

  • 8 Le nombre d’articles « rétractés » est devenu tel que le Comité d’éthique du CNRS n’hésite pas à pa (...)

30Dès lors, un contrôle des expériences peut-il être envisagé pour assurer la validité des résultats publiés. C’est l’objectif poursuivi par la fameuse « reproductibilité de l’expérience ». De là, les contrôles a priori (peer review en « double aveugle ») et a posteriori (reproduction d’expériences, vérification des données, etc.) des publications. Ces derniers qui conduisent parfois à la rétraction des articles, soit pour « erreur honnête », soit pour falsification des données et des résultats, sont devenus, avec le foisonnement des revues et les moyens démultipliés de l’Internet, un exercice courant et banal. Au point que les revues phares de ces disciplines s’y contraignent de plus en plus intensément et sont amenées à « rétracter » un nombre croissant d’articles déjà publiés. Le site Retraction Watch, créé en 2010, apparaît comme le meilleur instrument du moment pour lutter contre la « fraude scientifique » et est en passe de devenir une référence en la matière8.

31Cela dit, si la fin éthique poursuivie par les comités de rédaction est celle de la probité du chercheur, et partant la sûreté des résultats de l’expérience scientifique communiqués par l’article, les moyens qui sont censés y concourir se révèlent en définitive, en tout cas pour les sciences sociales, seulement procéduraux. Envisager d’autres moyens, pour celles-ci mais peut-être pas seulement pour celles-ci, c’est prendre le risque d’empiéter sur la liberté créatrice du chercheur, sur sa capacité à suivre la « philosophie du non » prônée par Bachelard.

32Pour le dire de manière lapidaire, aucun comité de rédaction, ou presque, n’entend pratiquer la censure des idées ou s’ériger en précepteur de la pensée correcte, tous se flattent de s’en tenir à cette forme de contrôle technique que constitue, ici, la faisabilité de l’expérience, là, la recevabilité de l’argument avancé. Pourtant, on l’a vu, cedit contrôle comporte de nombreux vices cachés, les instruments du contrôle a priori se révèlent bien souvent défectueux et, pour le moment et avant tout dans les disciplines biomédicales, l’on y remédie en renforçant le contrôle a posteriori. Point de censure des idées en effet, seulement un rejet pour insuffisance formelle, fût-elle celle de l’argument irrecevable, ou, dans certains cas, une rétraction après publication pour erreur manifeste. À l’évidence, ce n’est pas le débat critique au sein de la communauté disciplinaire qui se trouve mis en avant, voire suscité et organisé par les revues. Celui-ci y tient une place marginale et tend à s’effacer devant le flux grossissant des articles purement informatifs. Et, quand il a lieu, car bien des chercheurs n’entendent pas y renoncer, il est trop souvent perçu comme une marque d’esprit polémiste de mauvais aloi.

33C’est pourquoi, du côté des sciences sociales, le contrôle a priori revient à faire prévaloir les options analytiques de reviewers qui, quand bien même seraient-elles justifiées et argumentées par celui-ci, lui restent propres, pour le moins optionnelles, et ne sauraient, en elles-mêmes, constituer le criterium de l’acceptabilité scientifique en ces disciplines. Ni, a fortiori pour les revues, devenir la base du principe de confiance qui leur est consenti. Ce, non pas tant à cause de l’inflation du nombre des reviewers exigé par la procédure, mais à cause de l’impossibilité de faire coïncider strictement option analytique et recevabilité scientifique. Autrement dit, les comités de rédaction des revues de sciences sociales s’abusent lorsqu’ils professent promouvoir une éthique scientifique en recourant à l’évaluation par des pairs implicitement promus au rang de gardiens du temple de la cité scientifique.

34Cette soi-disant éthique de la science, telle qu’elle se trouve de fait mise en œuvre et quoique par ailleurs largement soutenue par les chercheurs, ne relève donc pas d’une vertu censée améliorer le but de l’action poursuivie, en l’occurrence la majoration de la connaissance collective tenue pour fiable, mais d’une déontologie procédurale, d’une technologie aurait dit Foucault, s’apparentant à une forme d’aide à la décision. Ce qui explique pourquoi il s’avère si simple de la manipuler. Elle n’est, à proprement parler, d’aucun effet sur la qualité substantive de la recherche et de la découverte, laquelle procède toujours de ce que l’on nommera de façon ramassée l’intelligence du chercheur. De ce point de vue, le gain en termes d’excellence de la recherche n’est tout au plus qu’un produit dérivé de la procédure, si et seulement si la procédure se révèle opératoire. Car il faut tout de même que la recherche menée ait été elle-même excellente.

35Si l’on se cantonne toujours aux sciences sociales, le raisonnement est-il une condamnation sans appel des comités de rédaction des revues ? Ne peut-on estimer, comme le prétendent ceux qui se disent favorables au dispositif de peer review et du « double aveugle », que les thèses fantaisistes s’en trouvent plus sûrement écartées ? S’agissant des publications fantaisistes, probablement, même si d’aucunes arrivent à s’y glisser de temps en temps. Encore qu’il ne faille pas accorder plus de mérite qu’ils peuvent en avoir aux « canulars » et autres simulations d’articles qui se trouvent publiés par des revues reconnues et font par la suite l’objet d’une « mise au point » par les auteurs dans d’autres revues ou sur les réseaux sociaux. Ils établissent souvent les failles procédurales desdites revues, mais ne peuvent prétendre avoir « falsifié » – au sens popperien – la thèse incriminée. Tout simplement parce qu’ils ne s’attaquent pas à la thèse proprement dite mais ne font que la détourner rhétoriquement. Ce qui nous conforte encore dans l’idée que, pour ces disciplines, la « falsification » ne saurait être affaire de procédure.

  • 9 Et encore, puisqu’une bonne part de la critique s’efforce d’établir combien le traitement de l’empi (...)

36Cela dit, si, comme nous espérons l’avoir établi, la procédure ne fonctionne pas correctement, ce n’est pas d’abord parce qu’elle laisserait passer de temps à autre des articles fantaisistes. Elle ne fonctionne pas correctement parce qu’elle porte finalement, et peut-être paradoxalement, sur la liberté créatrice du chercheur, et ne peut guère faire autrement. En effet, exceptés quelques moments de la démarche de recherche9 – collecte et traitements de données d’observation, reproduction de documents, usage de procédures formalisées, etc. – ces disciplines reposent exclusivement sur des hypothèses interprétatives dont aucune théorie – même provisoirement, comme c’est le cas dans les sciences dites exactes – ne peut prétendre fournir le cadre dans lequel doivent être d’abord pensées aussi bien la thèse que l’antithèse. Dans lesdites sciences exactes, ce n’est que lorsque l’antithèse sera admise que le cadre théorique sera bouleversé, que la « révolution paradigmatique » aura lieu – pour s’en tenir ici à une formulation kuhnienne. Or, y compris dans les sciences économiques qui ont cherché à pousser le plus loin l’orthodoxie théorique, les sciences sociales n’admettent cette ligne de développement. Elles sont foncièrement pluralistes et reposent sur des énoncés infalsifiables, comme l’énonçait Popper.

37Aussi, toute tentation d’orthodoxie procédurale se convertit-elle en opération de censure conceptuelle et théorique. Quand bien même le reviewer-censeur le ferait-il au nom de convictions fortement assises, puissamment étayées sur le plan théorique, largement admises dans la communauté disciplinaire, le sens de son acte ne se situera pas dans le registre de la véridicité puisque celui-ci ne peut exister pour ces disciplines, mais seulement dans celui de l’affirmation d’une préférence théorique personnelle. Une manière d’établir, depuis la position occupée dans le dispositif institué de la publication, une préséance aux convictions intimes, sans qu’il faille, nous l’avons dit, se placer sur le plan de la contestation théorique. Et si d’aucuns le font malgré tout, cela n’est nullement réclamé par la procédure et, de fait, assez rarement pratiqué. Ce n’est donc qu’en faisant preuve d’une grande cécité sur l’état de sa discipline qu’un reviewer pourra donner un avis défavorable à un texte professant une thèse « originale », « peu orthodoxe » ou simplement « alternative » à celle qui a sa préférence. Nous écartons, bien entendu, les questions formelles de construction problématique et argumentative, c’est-à-dire l’incohérence, ou d’écriture. En dehors de ces cas, nous avons affaire, purement et simplement, à de la censure.

  • 10 Pour une analyse détaillée, voir Christian Papilloud (2002 : 300-327).

38Le problème que nous voulons soulever ici n’est pas tant celui de la présence de la censure des idées dans le monde académique que celui de la manière dont, désormais, elle procède et de la justification éthique qu’on lui donne. Toute position dominante dans un domaine disciplinaire tend à favoriser ce qui la conforte et à évincer ce qui lui est divergent. L’affaire est entendue, même si on peut le déplorer. Encore qu’en ces domaines les conséquences soient moins d’ordre moral que d’ordre épistémique. Bref, dans le domaine des sciences sociales on a longtemps admis que lorsque l’on « tenait » une revue, c’était plutôt ses « idées » que l’on promouvait et l’on évinçait celles qui n’avaient pas l’heur de plaire. C’est que les revues étaient pensées comme des instruments du combat d’idées, leur fonction était polémologique, leur logique était celle de la controverse. Nous l’avons vu, Durkheim n’envisageait pas autrement la revue qu’il avait fondée et tous les sociologues, depuis lors, de rappeler la déconvenue de Simmel qui avait vu l’un de ses « papiers » retoqué par la figure paternelle de la sociologie française10.

39La posture était claire : on récusait une contribution parce qu’on n’en partageait pas les idées, l’orientation théorique ou les présupposés et les conséquences épistémiques qu’elle recelait. On le faisait ouvertement ou par délégation à l’un des « responsables » de la revue, on instruisait, directement ou indirectement, la polémique et l’on poursuivait, dans les colonnes de la revue, la défense des options qui étaient les siennes. La science, pensait-on, valait bien de tels combats. La transparence était celle de l’affirmation de ses convictions. Une éthique de la conviction prédominait, en quelque sorte. Restait, pour le débouté, à chercher un autre lieu de publication pour ses idées, la géographie de ses grâces et, surtout, de ses disgrâces lui étant mieux connue. Bien entendu, dans les contextes où les lignes de front se figent, cela produit des guerres de tranchées que le temps bientôt jugera stériles.

  • 11 Didier Lapeyronnie (2004 : 621-651) s’en fera l’écho dans « L’académisme radical ou le monologue so (...)

40La sociologie française, par exemple, a connu cette situation dans les années 1980-2000, après que le structuralo-marxisme revisité par Bourdieu s’impose. La revue et les publications créées par ce dernier étaient devenues le marqueur des allégeances possibles. Le débat des idées tournait au pugilat11. La fausse bonne idée qui s’est alors imposée aura été de lorgner du côté des sciences expérimentales et de substituer aux revues d’école des revues qui s’autoproclameront plus scientifiques parce que régies par la règle impersonnelle des pairs et la procédure du « double aveugle ». Nous l’avons vu, on a seulement substitué l’arbitraire de la position affirmée par l’arbitraire de la position cachée, l’option récusatrice explicite par l’option récusatrice implicite, la revendication théorique par la soumission aux « like » des reviewers. Cette manière – certes caricaturée mais tendanciellement opérante – n’aura été qu’un leurre pour ce qui est de « dépasser » les clivages dans les sciences sociales. Les visions dominantes d’un temps sont remplacées par d’autres, avec toujours les mêmes effets de domination, de stérilisation de la recherche et, également, de censure.

41Il faut probablement l’admettre, tant que les sciences sociales seront dans l’indécision quant à la manière de définir leurs objets et leur méthode scientifique, le consensus épistémique ne pourra être leur vertu constitutive et, partant, le mobile des actes de leurs protagonistes. En conséquence, si les revues de sciences sociales veulent être autre chose que des officines de diffusion d’une pensée d’école ou, plus insidieusement, de la vulgate d’une époque, c’est le débat d’idées, la controverse, la disputatio qui doit pouvoir rester leur raison d’être. Et, pour ce faire, il leur revient de placer au cœur de leurs décisions la raison argumentative et la responsabilité de qui soutient l’argument. Autrement dit, de bannir les procédures de neutralisation par l’anonymat, de comptabilité d’avis postulés d’égale valeur et de refuge dans une sensibilité d’incertain aloi.

Haut de page

Bibliographie

Balandier, Georges et Michel Wieviorka (2010). Cahiers internationaux de sociologie, Nouvelle série, vol. 128-129, p. 315-317.

Béra, Matthieu (2012). « Les comptes rendus de Durkheim à L’Année sociologique », COnTEXTES, [en ligne], http://journals.openedition.org/contextes/4927 (consulté le 9 septembre 2019). [DOI : 10.4000/contextes.4927]

COMETS (2016), Discussion et contrôle des publications scientifiques à travers les réseaux sociaux et les médias : questionnements éthiques, [en ligne], https://open-access.infodocs.eu/wp-content/uploads/2016/04/mediaaviscometsavril16.pdf

Durkheim, Émile ([1897] 1975). « Lettre à Bouglé », dans Textes, vol. 2, p. 397-398, édition établie par Victor Karady, Paris, Les Éditions de Minuit. Citée par Matthieu Béra.

Lapeyronnie, Didier (2004). « L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues ? », Revue française de sociologie, vol. 45, no 4, p. 621-651.

Papilloud, Christian (2002), « Simmel, Durkheim et Mauss. Naissance ratée de la sociologie européenne », Revue du MAUSS, vol. 20, no 2, p. 300-327.

Haut de page

Notes

1 Nous maintiendrons et utiliserons au besoin les anglicismes qui émaillent le discours des comités de rédactions des revues, non seulement parce que ce vocabulaire a accompagné les changements de comportement des comités, mais encore parce qu’il signale de quel univers académique et moral nous sont arrivés ces changements.

2 Lettre à Bouglé, 20 juin 1897, dans Émile Durkheim (1975 : 397-398). Citée par Matthieu Béra (2012 : http://journals.openedition.org/contextes/4927).

3 Voir http://www.arss.fr/presentation/

4 Mouvement anti-utilitariste en sciences sociales.

5 Dans une courte note portant Sur l’arrêt de la publication, Georges Balandier et Michel Wieviorka (2010 : 315-317) s’expriment, différemment mais de manière concordante, sur les « bouleversements et incertitudes de ce temps tout autre ».

6 D’autres vocables ont pu ou peuvent être utilisés : referee, réviseur, évaluateur, expert, relecteur, etc. À quelques nuances près, définies par les revues, leur mission reste la même. Nous emploierons ici reviewer comme terme générique pour cette mission.

7 Certaines revues pensent échapper à la difficulté en privilégiant la dimension empirique des recherches. Si cela a l’avantage de fonder autrement le discours tenu, bien souvent, ce n’est que retrouver – sous forme de problèmes méthodologiques – l’aporie épistémologique. Les affres dans lesquelles se débattent les sciences biomédicales pourraient en témoigner à l’envi.

8 Le nombre d’articles « rétractés » est devenu tel que le Comité d’éthique du CNRS n’hésite pas à parler des « failles du peer review ». COMETS (2016).

9 Et encore, puisqu’une bonne part de la critique s’efforce d’établir combien le traitement de l’empirie est conditionné par l’hypothèse interprétative.

10 Pour une analyse détaillée, voir Christian Papilloud (2002 : 300-327).

11 Didier Lapeyronnie (2004 : 621-651) s’en fera l’écho dans « L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « Éthique et anonymat : le cas des revues de sciences sociales françaises »Éthique publique [En ligne], vol. 22, n° 1 | 2020, mis en ligne le 17 décembre 2020, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/5423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.5423

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Michel Messu est professeur honoraire de sociologie à l’université de Nantes (France) et membre du centre PHILéPOL (Philosophie, Épistémologie, Politique) de l’Université Paris. Rédacteur en chef adjoint de la revue SociologieS, revue en ligne de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), il est aussi membre fondateur et membre du comité de rédaction de la revue Recherches familiales, revue soutenue par l’Union nationale des associations familiales (UNAF) ; membre du comité de lecture de la Revue des Politiques sociales et familiales, publiée par la Caisse nationale des Allocations familiales (CNAF) et ancien directeur de la collection « Le social en actes », Éditions ouvrières, Paris. Ses domaines de recherche sont la sociologie des politiques sociales et familiales, la sociologie des politiques publiques et de l’État providence, l’épistémologie des sciences sociales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search