Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 24, n° 2Présentation

Texte intégral

1La seconde moitié du XXe siècle a été celle d’un double mouvement de socialisation accrue des individus et d’individualisation accrue du social (Gauchet, 2017). Les fragilités effectives des individus singuliers tout comme l’attribution et la reconnaissance du statut de vulnérabilité sont au centre 1) du questionnement de l’être-soi et de l’être-ensemble ; 2) de l’exigence éthique de se diriger et de se positionner dans le présent paysage humain social, caractérisé par un rapport aux valeurs exacerbé et de nombreux conflits éthiques (Lévy-Vroelant, Joubert et Reinprecht, 2015).

2Dans le même temps, les « mises en crise » de la vulnérabilité humaine ne cessent de s’additionner : pandémie de COVID-19, phénomènes migratoires, catastrophes climatiques, transhumanisme, virtualisation de l’enseignement/de la formation, nouvelles formes de violences liées aux évolutions géopolitiques actuelles et à la multiplication des conflits asymétriques et des tensions intra-étatiques, etc. Une forte requête contemporaine consiste conséquemment à trouver comment accompagner l’autonomie d’individus aux coordonnées économiques, sociales, culturelles, religieuses, de sexe/genre, etc. multiples.

3Théoriciens et responsables politiques se mobilisent conjointement pour ce faire (Vallaud Belkacem et Laugier, 2020), et un travail de fond dans le domaine de la philosophie morale et politique est engagé (Garrau, 2018). Des pensées d’inspirations libérales et néo-kantienne font valoir la fécondité de ces traditions et l’actualité de ces conceptions éthiques et politiques pour saisir les vulnérabilités et le risque dans les sociétés démocratiques du XXIe siècle (Renaut et Lauvau, 2021). Une éthique et une politique du care sont, de concours, invoquées comme alternative face aux incapacités supposées du libéralisme à penser un monde vulnérable (Tronto, 2009 [1993]) et en assurer la maintenance, à savoir faire en sorte « qu’il soit en bon état, habitable, réparé en continu dans tous les lieux où il se déchire et menace de rompre » (Laugier, 2013).

4Partant de ce premier constat, le présent numéro de la revue Éthique publique s’est donné pour objectif de faire état d’un ensemble de ces théories et pratiques à même d’orienter : 1) les politiques publiques ; 2) l’action et les discours des acteurs et actrices qu’elles mobilisent ; 3) l’agentivité des publics concernés ; 4) l’engagement citoyen des démocraties libérales pluralistes contemporaines.

5La poursuite de cet objectif passe notamment par la mise en débat de conceptualisations théoriques de l’autonomie et des possibilités d’y accéder. Dans cet esprit, Manuel Perrenoud se plonge pour sa part dans l’œuvre de Ricœur. Cela le conduit à saisir la notion d’autonomie « comme opération d’inscription dialogique dans un ordre symbolique », et à se projeter à l’horizon d’une philosophie de l’éducation évaluée à cette aune. Le choix du lexique de la schématisation est alors particulièrement signifiant, car il s’agit moins de proposer un modèle « clé en mains » d’accompagnement de l’autonomie que de proposer des outils conceptuels prompts à nourrir cette démarche. Camille Roelens, de son côté, s’intéresse à la philosophie politique et morale de Renaut, de ses travaux des années 1980 jusqu’à ses derniers ouvrages, en cernant les évolutions et inflexions que cette œuvre a pu connaître. Il montre comment, partant d’une forme de réaffirmation kantienne d’une conception humaniste de l’autonomie fondée en raison, ce philosophe chemine également dans certains paradigmes et débats importants dans les théorisations contemporaines du libéralisme et de l’individualisme, et tire une compréhension originale des conditions du devenir autonome et de son accompagnement. Dans notre monde en mutation, où l’autonomie est non seulement chaque jour davantage exigée des personnes, mais aussi désormais largement attribuée en droit, le défi que représente son appropriation singulière, peut en effet agir autant comme révélateur des vulnérabilités humaines que comme facteur aggravant de vulnérabilisation pour certains individus hypermodernes (Castel, 1995). Par ailleurs, le risque paternaliste niche au cœur de certaines relations dans ce qu’elles peuvent avoir d’asymétrique et contenir de « dramatique » (Ogien, 2013).

6Le présent numéro et ses intentions ont également conduit à se demander comment concilier, sur le plan pratique d’une éducation à l’autonomie et dans le dessein de guider des formes d’agir « privilégi[ant] l’interdépendance et la collaboration » (Larouche et Piron, 2010), la mise à disposition d’indispensables « ressources pour toutes et tous » et la nécessité de respecter les individualités dans leur fragilité propre. Avancer que l’autonomie ne doit pas être présupposée et exigée a priori, mais soutenue et accompagnée (Paul, 2020 [2016]), conduit à souligner l’importance du rôle des différentes institutions publiques chargées d’étayer les parcours individuels dans ce qu’ils ont de chroniquement et/ou de ponctuellement vulnérables. Il revient au droit commun et à la déontologie spécifique des professions concernées (santé publique, enseignement, éducation spécialisée, intégration socioprofessionnelle) de cadrer leurs actions ainsi que les connaissances qu’elles produisent. Après avoir clarifié le sens donné à l’autonomie dans sa relation avec la dépendance, en proposant notamment une tripartition entre autonomie « fonctionnelle », autonomie « morale » et autonomie « intellectuelle », Philippe Foray interroge ainsi les conditions éducatives du devenir autonome et des différentes formes d’accompagnement qui le rendent possible. Le philosophe fait entendre que l’action éducative doit intervenir comme un moyen au service d’un processus qui se conjugue d’abord en première personne et à la voix active (« je deviens autonome ») et suppose un engagement. Il souligne en outre l’importance de la réflexivité, qui donne les moyens d’agir et de choisir sur la base d’une évaluation des capacités individuelles rapportées à l’état du monde, ou « capabilités » (Nussbaum, 2012 [2011]). Yves Erard et Zvetlana Zenger rendent compte ensuite d’une enquête de terrain relevant de l’anthropologie de l’éducation, ici d’inspiration wittgensteinienne. Leur contribution soutient qu’une vision néolibérale du sujet comme entrepreneur de soi-même, qui « capitaliserait » des compétences, s’avère inadéquate dans le contexte de l’apprentissage de la lecture à l’école maternelle. Suivant la perspective des éthiques du care, les deux auteur·es proposent de redéfinir l’autonomie comme « confiance dans son expérience et dans son expression » pour décrire la possibilité, pour les enfants, d’apprendre à lire dans un processus de rencontre et d’accord dans les pratiques. Dans l’optique d’accéder à une meilleure compréhension des approches publiques de la diversité à l’école se fondant sur la rhétorique du besoin éducatif et de la justice scolaire, Florie Bonvin s’intéresse quant à elle à un instrument d’action publique mis en place par le canton de Vaud (Suisse) fixant les principes d’une école à visée inclusive pour la scolarité obligatoire (instrument baptisé « Concept 360° »). Après avoir présenté de manière critique les objectifs et les niveaux d’intervention de ce dernier, l’auteure attire l’attention sur les risques d’une telle conception procédurale relevant d’un paradigme puérocentrique, et orientant le regard des professionnel·les sur les déficits ou les manques plutôt que sur les capacités et les compétences. Elle suggère qu’une véritable posture de bienveillance selon une optique du care capacitante définirait plutôt les ressources tant des élèves que des enseignant·es comme les leviers principaux d’une inclusion problématisée par rapport aux effets des attentes et normes scolaires sur la reproduction des inégalités sociales.

7Comme en témoigne l’analyse de Bonvin, qu’il s’agisse des rapports entre sexes/genres, entre cultures, entre personnes porteuses ou non de tel ou tel handicap, pourvues ou non de tel ou tel capital économique, social et/ou culturel, le terme d’« inclusion » paraît aujourd’hui avoir accédé (non sans controverses) au statut d’ambition politique, institutionnelle et citoyenne qu’il conviendrait d’atteindre pour respecter les droits, les choix et la dignité de chacun et chacune. Soucieuses de rappeler que les conditions de l’autonomie (Foray, 2016) sont non seulement plurielles (politiques, sociales, économiques, éducatives, psychiques, environnementales, culturelles, techniques), mais aussi dépendantes de représentations idéologiques, ces pages d’Éthique publique entendent encore évoquer les stratégies éthiques à imaginer pour favoriser attention et inclusion et développer « une intelligence collective de la vulnérabilité, conçue comme un défi humain et social », sans pour autant confiner qui que ce fût dans « une vie minuscule » (Gardou, 2012). Plusieurs contributions s’intéressent ainsi aux domaines de l’asile, de la migration et de l’insertion. Mobilisant les résultats d’une enquête qualitative réalisée auprès de professionnels de l’intégration, Morgane Kuehni, Élise Epiney et Maude Reitz font état des différents types de travail (« avec », « sur », « pour » et « sans » les personnes concernées) et mis en œuvre par des professionnel·les de dispositifs d’assistance du canton de Vaud (Suisse). Les auteures se questionnent sur la manière dont ces mesures permettent (ou non) de promouvoir l’autonomisation – entendue dans ce contexte comme indépendance économique et capacité de s’autodéterminer – de personnes réfugiées. Jérémy Sauvineau se demande quant à lui comment militer « aux côtés » des migrants, sans pour autant en arriver insidieusement à les « dominer » ou « chuter dans l’humanitaire » et risquer la dépolitisation et l’invisibilisation d’un problème public. Cette réflexion sociologique s’appuie sur l’observation participative de l'expulsion d'un squat en région Bourgogne (France) ayant entraîné des manifestations politiques d'envergure des migrants et de leurs soutiens militants. Pour parvenir à une autonomisation des migrant·es dans et par la lutte, l’auteur suggère la nécessité d’une reconception du rôle des militants, à la fois comme guides et comme alliés. Enfin, dans un souci connexe de laisser la parole à une personne du terrain de l’insertion professionnelle (en l’occurrence le fondateur et directeur général d’une entreprise apprenante et citoyenne suisse, Démarche), la contribution de Stéphanie Pahud prend la forme d’un entretien. L’auteure conduit l’échange autour des diverses mesures, ressources et conditions concrètement investies par la Coopérative en question pour favoriser attention et inclusion, tout en respectant les autonomies singulières des bénéficiaires concerné·es. Cette conversation entre pratique(s) et théorie(s) met en évidence les bénéfices d’une (res)saisie réflexive des démarches d’accompagnement de l’autonomie. Ces dernières sont aujourd’hui l’un des terrains privilégiés où se jouent les tensions dialectiques entre l’esprit et la lettre, entre le formel et le réel, tout l’enjeu étant, en chaque cas, de faire sa juste part à chacune de ses dimensions, comme le montre bien Miranda Boldrini dans sa réflexion à partir de la « Convention relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), adoptée en 2006 par l’Assemblée des Nations Unies, et ratifiée à l’heure actuelle par 186 pays ». Texte important, certes, mais dont l’auteure propose de reconsidérer le modèle de l’aide personnelle qui y est promu : dans une perspective pratique, l’approche des droits humains envisagée est tout autant une forme de réponse aux défis de l’autonomie pour toutes et tous qu’un ouvroir de problématiques nouvelles (dont « l’invisibilisation de la dimension relationnelle et émotionnelle du rapport d’assistance »), en particulier en termes de care. Peut-on, au fond, penser l’autonomie dans sa densité et sa cohérence conceptuelle tout en appréhendant plus concrètement l’infinie diversité des autonomies singulières, y compris lorsque leurs expressions et conditions ne sont pas usuelles ? Émilie Auger se propose de mettre, dans ce registre, nos capacités à l’épreuve en s’intéressant sociologiquement aux jeunes vivant une forme contemporaine de nomadisme – la vie en camion et les déplacements au gré des emplois saisonniers – perçue par beaucoup comme une relégation dans la marginalité, mais que celles et ceux qui en font l’expérience peuvent aussi décrire comme une manière certes alternative, mais non moins valable, de se confronter aujourd’hui au défi de l’autonomie individuelle généralisée. Loin d’être anomique, ce mode de vie apparait alors comme participant d’un ethos intégrant des contraintes aussi variées que la mondialisation économique ou l’engagement environnemental. La jeunesse est aussi au cœur de l’article de Julien Brisson, mais celui-ci propose cette fois un resserrement de focale sur des adolescent·es ayant à faire valoir leurs choix en matière de santé et à donner ou non leur consentement aux soins qui leur sont fournis par les services compétents. Plus précisément, il formule, développe et étaie une proposition normative selon laquelle les « Commissariats aux plaintes et à la qualité de services (CPQS) au Québec, puissent accompagner l’autonomie des adolescents pour accéder à des services de santé lorsque le besoin de consentement parental se présente comme une barrière ». L’enjeu de ce propos concerne donc tout autant la bioéthique que les politiques publiques. Jean-Gabriel Piguet, enfin, se propose pour sa part d’ausculter une mise en péril des conditions de l’autonomie souvent perçue comme croissante et induite par les usages contemporains des médias numériques, à savoir la désinformation. Si celle-ci brouille les raisonnements, grève les choix et oriente les actions, ne serait-il pas légitime et manière d’être un vrai ami de l’autonomie que de promouvoir le déploiement contre elle des moyens du nudging, cette forme d’influence douce des comportements présentée par ces partisan·es comme une simple correction d’un certain nombre de biais – en particulier cognitifs – dont nous serions affligés ? Par une discussion serrée des arguments de Sunstein allant dans ce sens, et en particulier son placement à l’aune d’un paternalisme libéral supposément bien compris, Piguet répond par la négative et esquisse une autre voie.

8Gageons que ces éclairages pluriels et croisés sur l’accompagnement de l’autonomie, ses conditions, et ses enjeux clés du point de vue de l’éthique publique puissent contribuer à une compréhension et une saisie enrichies d’un défi commun et vif.

9En complément du dossier principal de ce numéro, la direction de la Revue publie un article dans la section Zone libre. Dans ce texte, Simon Collin et Emmanuelle Marceau entendent contribuer à une meilleure compréhension des enjeux éthiques et critiques que soulève l’IA dans l’enseignement supérieur. Comme le soulignent les auteurs, la littérature scientifique met surtout l’accent sur les applications possibles de l’IA dans le domaine de l’enseignement, abordant peu ce type d’enjeux qui, pourtant, nécessitent de plus amples investigations. Les auteurs proposent à cet effet de distinguer ces enjeux éthiques et critiques selon qu’ils relèvent de la conception des technologies, des données massives utilisées pour entraîner et optimiser l’IA, ou des usages qui sont faits de ces technologies. Ils suggèrent enfin quelques pistes de solution dont ils reconnaissent néanmoins les limites, en raison de contextes d’action et de pratiques pour lesquelles des transformations sont requises.

Haut de page

Bibliographie

Castel, Robert (1995), Les métamorphoses de la question sociale, Arthème Fayard.

Foray, Philippe (2016), Devenir autonome. Apprendre à se diriger soi-même, ESF.

Gardou, Charles (2012), La société inclusive, parlons-en! Il n’y a pas de vie minuscule, ÉRÈS. DOI : 10.3917/empa.117.0013

Garrau, Marie (2018), Politiques de la vulnérabilité, CNRS Éditions.

Gauchet, Marcel (2017), Le nouveau monde. L’avènement de la démocratie IV, Gallimard.

Laugier, Sandra (2013), « Veena Das, Wittgenstein et Cavell : le care, l’ordinaire et la folie », dans A. Lovell et al. (dir.), Face aux désastres. Une conversation à quatre voix sur la folie, le care et les grandes détresses collectives, Ithaque, p. 161-192.

Nussbaum, Martha (2012 [2011]), Capabilités, Flammarion.

Lévy-Vroelant, Claire, Michel Joubert et Christoph Reinprecht (2015), « Partie III. La vulnérabilité comme métaphore », dans Agir sur les vulnérabilités sociales, Presses universitaires de Vincennes, p. 183-306.

Larouche, Jean-Marc et Florence Piron (dir.) (2010), « Responsabilité sociale et éthique de la recherche », Éthique publique, vol. 12, no 1, https://journals.openedition.org/ethiquepublique/84

Ogien, Ruwen (2013), L’État nous rend-il meilleurs ? Essai sur la liberté politique, Gallimard.

Paul, Maela (2020 [2016]), La démarche d’accompagnement. Repères méthodologiques et ressources théoriques, De Boeck Supérieur.

Renaut, Alain et Geoffroy Lauvau (2021), Vulnérables. Une philosophie du risque, Presses universitaires de France.

Tronto, Joan (2009 [1993]), Un monde vulnérable. Pour une politique du care, La Découverte.

Vallaud-Belkacem, Najat et Sandra Laugier (2020), La société des vulnérables. Leçons féministes d’une crise, Gallimard. DOI : 10.3917/gall.laugi.2020.01.0002

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Roelens et Stéphanie Pahud, « Présentation »Éthique publique [En ligne], vol. 24, n° 2 | 2023, mis en ligne le 19 janvier 2023, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/7151 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.7151

Haut de page

Auteurs

Camille Roelens

Camille Roelens est chercheur au Centre Interdisciplinaire de Recherche en Éthique de l’Université de Lausanne. Ses recherches s’inscrivent principalement dans les domaines de la philosophie politique et morale contemporaine, dans une perspective pratique et appliquée d’une part (en particulier aux questions d’éducation, de formation et de numérisation), dans une démarche d’histoire des idées modernes et contemporaines de la démocratie (surtout libérales et d’inspiration tocquevillienne) d’autre part. Il fait prochainement paraître (début 2023) Quelle autorité dans une société des individus ? (PURH)et Éthique, numérique et idéologies aujourd’huiet demain (Presses des Mines), co-dirigé avec Chrysta Pélissier.

 

Articles du même auteur

Stéphanie Pahud

Docteure ès lettres, Stéphanie Pahud est linguiste, maître d’enseignement et de recherche à l’École de français langues étrangères de l’Université de Lausanne. Ses recherches et publications, faisant dialoguer perspectives discursive, sociolinguistique et éthique, portent sur les normes sociolangagières mais aussi de sexe/genre et corporelles ainsi que sur la didactique du français. Elle est notamment autrice de Chairissons-nous. Nos corps nous parlent (Favre 2019), LANORMALITÉ (L’Âge d’Homme 2016), et Petit traité de désobéissance féministe (Arttesia 2011).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search