Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 24, n° 2Dossier principalSe battre aux côtés des migrants....

Dossier principal

Se battre aux côtés des migrants. Une autonomisation dans et par la lutte est-elle possible ?

Jérémy Sauvineau

Résumés

Depuis quelques années, la question des relations de pouvoir au sein des collectifs militants émerge, tant comme un élément de réflexivité chez les militants que comme un objet scientifique pour les chercheurs. La problématique prend une acuité particulière dans les mouvements de lutte mêlant militants et migrants : comment militer « aux côtés » des migrants sans pour autant les « dominer » ? L’objectif de cet article est de revenir sur cette question à l’occasion de l’expulsion d’un squat de migrants ayant entraîné des manifestations politiques d’envergure, dont le but était d’autonomiser dans et par la lutte politique les migrants.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agissait d’un bâtiment où logeait la Caisse primaire d’assurance maladie [CPAM].

1Si l’on suit les militants engagés dans la cause des étrangers à Dijon (France), les années 2010 et 2011 constituèrent un tournant majeur. La chute de Mouammar Kadhafi et la guerre civile libyenne qui s’en suivit entraînèrent un exode des personnes (libyennes ou non) installées en Libye vers les différents pays européens. Ces arrivées mirent sous tension les centres officiels d’accueil français, qui s’avérèrent rapidement sous-dimensionnés, y compris à Dijon. Pour compenser les carences de ces structures, ces mêmes militants expérimentèrent des alternatives, à l’image de l’hébergement à domicile ou de l’ouverture de squats. Cette dernière a rapidement été jugée comme la solution la plus « pratique » pour les militants, en ce qu’elle permettait de loger plusieurs centaines de personnes autrement sans abri. Cependant, la praticité de la solution-squat se heurtait à son illégalité : l’occupation sans droit ni titre ne pouvait que se solder par une expulsion manu militari par les forces de l’ordre. C’est ainsi que, depuis novembre 2011, date de la première occupation d’un bâtiment à Dijon, un perpétuel cycle s’est mis en place : occupation d’un immeuble désaffecté, installation des habitants, fin de la trêve hivernale empêchant l’expulsion, éviction des squatteurs, rassemblements de soutien devant la Préfecture ; nouvelle occupation, etc. En septembre 2019, le cycle s’est néanmoins enrayé à l’occasion d’une nouvelle expulsion, celle du squat de la CPAM1. Le lundi 9 septembre, le squat fut expulsé par surprise alors qu’un jugement sur l’éviction devait se tenir au tribunal le lendemain. Environ 80 migrants se retrouvèrent à la rue, la plupart demandeurs d’asile tchadiens non logés par l’État. Pour protester contre ce qu’ils désignaient comme une « expulsion illégale », les migrants et leurs soutiens militants se lancèrent dans des activités politiques de grande envergure, que j’ai par ailleurs décrites (Sauvineau, 2020) et sur lesquelles je reviendrai (voir la partie Méthodologie).

2Cette séquence d’événements n’a néanmoins pas donné entière satisfaction aux militants, notamment parce que ces derniers n’auraient pas su tisser les justes complicités politiques avec les migrants, les amenant à se substituer à ces derniers dans ce qui aurait dû être leur lutte. Cette insatisfaction fit émerger de très nombreuses questions d’ordre politique et éthique parmi les militants : quelles relations de pouvoir se sont exercées des uns vers les autres ? Comment se battre avec, sans dominer ni se substituer ? D’une manière générale, le questionnement central était le suivant : comment accompagner l’autonomisation des migrants dans et par la lutte, en se battant à leurs côtés ? C’est ce parcours réflexif que je souhaite ici retracer, en ce qu’il est porteur d’une nouvelle conceptualisation de la place du militant.

3Mon propos suivra le trajet argumentatif suivant. Je commencerai par revenir sur l’origine du mouvement de lutte mêlant militants et migrants, avant d’expliciter la « juste » position que devraient camper les militants et les registres d’action qu’ils devraient développer selon eux. Enfin, je m’intéressai aux obstacles qu’ont affrontés militants et migrants durant cette lutte par et pour l’autonomie, et notamment les injonctions à l’autonomie des premiers vers les seconds.

Méthodologie

  • 2 Le choix d’une échelle régionale s’explique par le fait que ce sont les préfectures de région qui (...)

4Cette réflexion, qui se fonde sur une étude empirique, s’inscrit dans le cadre d’une thèse de doctorat en sociologie visant à documenter les formes d’accueil en train de se faire des migrants en région Bourgogne2. Dans ce cadre, j’ai été amené à enquêter dans différents lieux d’accueil et de vie des migrants, comme les centres officiels ou les squats. La possibilité de mener à bien ces enquêtes a été conditionnée au développement d’un engagement associatif dans la cause des étrangers, afin de devenir une personne « reconnue » et digne de confiance pour les militants et les migrants, souvent dans une position délicate vis-à-vis de la légalité (situation irrégulière sur le territoire, etc.). J’ai ainsi assuré des permanences juridiques et administratives, me demandant au préalable de me former au droit des étrangers, distribué des denrées alimentaires, ou encore participé à des ateliers de langue française. De la sorte, j’ai progressivement rencontré de nombreux migrants installés en Bourgogne. Cet engagement associatif m’a permis de bâtir des relations de courtoisie, voire de franche amitié avec certains d’entre eux.

5Lors de l’évacuation de septembre 2019, c’est en tant que militant que je me suis rendu sur les lieux afin d’apporter un soutien moral et logistique (stockage d’affaires, etc.). Tout au long de cette semaine, c’est également dans un but militant (plus que scientifique) que je participai aux différentes actions :

  • Le soir de l’expulsion (lundi 11 septembre), une centaine de personnes se retrouvèrent sur une célèbre place dijonnaise afin d’installer un « campement sauvage », au grand dam de la Préfecture et de la mairie. La pression mise par ce camp en plein cœur de la ville obligea la municipalité à faire un geste, en laissant les migrants installer un campement sur une aire destinée au stationnement des gens du voyage (avec une mise en fonctionnement de l’eau, de l’électricité et l’installation d’un barnum).

  • Le mardi 10 septembre, un rassemblement fut organisé devant la Cité judiciaire pour protester contre le « passage en force » du préfet concernant l’expulsion. Ensuite, une « manifestation sauvage » fut improvisée devant la Préfecture pour demander des relogements pérennes.

    • 3 Je me permets de renvoyer à Sauvineau, 2020.

    Le mercredi 11 septembre, migrants et militants perturbèrent et interrompirent l’inauguration municipale de l’écoquartier des Maraîchers, par un concert de casseroles. Cette casserolade fut suivie d’intenses et violents affrontements avec les forces de l’ordre (jets de gaz lacrymogène, tirs de flashball…). Il m’a semblé pouvoir conceptualiser ces perturbations comme autant de mouvements d’émancipation au sens de Jacques Rancière (1995)3.

  • Après un retour au calme et des tractations entre la municipalité et les militants les jeudi 12 et vendredi 13 septembre, migrants et militants dérangèrent l’inauguration d’une piscine municipale le samedi 14 afin d’obtenir un « relogement digne » pour tous.

  • Le lendemain (dimanche 15 septembre), ils distribuèrent des tracts auprès du grand public durant le « Grand Déj’ des Associations », la grand-messe annuelle des associations dijonnaises.

  • Tout au long de la semaine, j’ai participé aux réunions formelles et informelles au camp, réunissant migrants et militants. Celles-ci portaient sur l’organisation du campement, la restitution des affaires confisquées durant l’éviction, les informations juridiques relatives à l’expulsion et aux personnes arrêtées durant celle-ci, la préparation des actions susmentionnées. Ces dernières furent proposées par les militants puis discutées avec les migrants durant ces réunions qui s’assimilaient à des assemblées générales (dotées d’un système de traduction entre le français et l’arabe).

  • 4 Tous les prénoms utilisés sont des prénoms d’emprunts.
  • 5 Je tiens à remercier les deux lecteurs anonymes pour leurs remarques pertinentes et leurs conseil (...)

6C’est dans le cadre d’une réflexion sur la démocratie, impulsée par l’organisation d’une journée d’étude à l’Université de Bourgogne que je décidai de faire de ces mobilisations un objet de réflexions. J’en ai alors profité pour coucher sur papier le récit des événements auxquels j’avais participé (comptes-rendus d’observation). Je les ai complétés par quatre entretiens avec les militants les plus présents lors des actions, et quelques discussions informelles avec d’autres. Mon guide d’entretien se structurait autour de plusieurs rubriques : l’expulsion, la place des migrants dans les prises de décision, la contre-offensive préfectorale, le choix des événements à perturber, etc. Ces informateurs, diplômés et ayant une trentaine d’années, n’occupent pas d’emplois salariés et vivent en squat ou en zones à défendre [ZAD]. Ils s’inscrivent dans une mouvance politique que l’on pourrait qualifier de « libertaire », et militent sur plusieurs fronts (écologie, antiracisme, luttes sociales, syndicats, véganisme, etc.). C’est à Nicolas et Sacha que je donnerai plus particulièrement la parole4. J’ai également mené des discussions informelles avec des migrants ayant participé au mouvement, et deux entretiens avec deux d’entre eux, demandeurs d’asile tchadiens âgés d’un peu plus de vingt ans. Ces entretiens portaient sur l’entièreté de leur expérience en France, de leur arrivée au jour de l’entretien. L’expulsion de la CPAM et les actions qui ont suivi n’étaient qu’une thématique parmi d’autres5.

L’émergence d’un mouvement de lutte « aux côtés de »

7L’objectif de cette première partie sera de revenir sur l’émergence d’un mouvement militant « aux côtés des migrants », lors de l’expulsion du squat de la CPAM. Elle révélera la position inconfortable des militants, coincés entre des objectifs contradictoires de la lutte, la crainte du colonialisme et de la dépolitisation du mouvement.

L’expulsion de la CPAM : l’expérience d’une injustice

8Théoriquement attendue après le 10 septembre, date d’une audience devant le Tribunal, l’expulsion de la CPAM eut lieu le 9 septembre, surprenant les migrants et les militants. Logiquement, l’expulsion du squat a accru la situation de fragilité dans laquelle étaient englués les migrants. L’occupation des locaux de l’ancienne CPAM leur permettait d’avoir un toit sur la tête, et de leur offrir les prémisses d’un habiter, en ce que le bâtiment leur octroyait un certain noyau de stabilité (Bouillon, 2009). Les migrants y trouvaient une certaine aise qui leur permettait de nourrir des projections vers l’avenir (Robertson, 2019) : certains s’étaient par exemple inscrits à l’université. Alors que le déplacement migratoire affecte les différents régimes d’engagement, disposer d’un espace de répit, c’est bénéficier de l’hospitalité d’un lieu où développer l’assurance d’un « pouvoir pouvoir », permettant d’envisager de sortir au-dehors, à l’épreuve du regard des autres (Breviglieri, 2012). L’expulsion du squat remit en cause cette relative stabilité. Pour Marc Breviglieri, « ne plus habiter » est l’une des épreuves les plus extrêmes pour l’individu engagé en public (2002). En effet, celui qui ne jouit plus d’un lieu de retrait où prendre soin de lui ne dispose plus d’aucune ressource pour se présenter convenablement à autrui dans les lieux publics – et ce n’est logiquement pas un campement au sol boueux qui peut offrir ces rudiments d’habiter.

9Naturellement, l’abattement fut le sentiment prédominant chez les migrants expulsés. Le démantèlement du squat, l’urgence immédiate de la survie, les conditions insalubres de vie au camp, etc. n’alimentèrent pas les velléités de mobilisation chez les migrants. Agir aurait au préalable demandé à pouvoir digérer des coups particulièrement difficiles à « encaisser ». Chez Joan Stavo-Debauge, l’encaissement est le processus par lequel un individu intègre dans la trame de son expérience personnelle une violence ou un choc particulièrement désarçonnant (2017 : 170). L’expulsion de la CPAM s’ajoute à d’autres évictions et à une succession de désillusions qui ont graduellement brisé le « rêve européen ». Pour Ayoub, demandeur d’asile tchadien, l’éviction fut bien difficile à encaisser. Elle faisait suite au trauma qu’a été la traversée de la Méditerranée, la « chasse à l’homme » qu’il a endurée à la frontière italienne, et aux abjectes conditions de vie dans les sordides camps de la Porte de la Chapelle. Son arrivée à Dijon et l’accueil chaleureux par ses compatriotes au squat représentaient une délivrance. Enfin, il possédait un toit et pouvait reprendre sa vie (inscription à l’université). Mais tout s’écroula quand il fut contraint de quitter la CPAM : « J’ai commencé la fac de biologie le 6 septembre, et l’expulsion c’était le 9. Là, j’avais envie de tout laisser tomber. J’étais dans la tente et je me suis dit “Ça ne sert à rien. Stop” ».

10L’encaissement me semble rejoindre les propos d’Emmanuel Renault. Ce dernier définit une « expérience de l’injustice » comme une injustice subie et ressentie au plus profond de l’être des personnes, dont la source se trouve dans la non-satisfaction d’attentes normatives émises par la victime (2017 [2004] : 41). Mais pour qu’une expérience soit pleinement une expérience de l’injustice, poursuit Renault, la souffrance qu’elle génère nécessite une certaine réflexivité en ce qu’elle doit être articulée à un ensemble de revendications et de tendances pratiques (Renault, 2017 [2004] : 41.). Ainsi, une expérience peut ne rien produire (aucune activité pratique) et demeurer un « vécu d’injustice » : elle peine à se transformer en une véritable expérience de l’injustice (Renault, 2017 [2004] : 42). C’est-à-dire que la conversion d’une injustice en lutte n’est ni nécessaire, ni systématique, ni automatique. Elle demande au préalable à être « encaissée » (Stavo-Debauge, 2012).

L’impulsion d’une dynamique de mobilisation

11Dès l’expulsion, les militants faisant partie des associations de soutien aux immigrés s’indignèrent et décidèrent d’entamer un bras de fer avec les pouvoirs publics en occupant une place située au centre-ville de Dijon. Le but était de « rendre publique » cette expulsion afin de sortir de la « spectralisation » imposée par la gouvernance des migrations et qui invisibilise les exilés (Djigo, 2019 : 9). Pour les militants, la « visibilisation » de ce problème public était un impératif, dans la mesure où elle permettait de combattre une de leur hantise. Une « hantise », selon Stavo-Debauge, est la « gamme de craintes d’arrière-plan, qui obsèdent la vigilance, en la focalisant sur certaines propensions mauvaises et en induisant des activités visant à conjurer le retour ou l’avènement de méfaits autrefois rencontrés ou pointant à l’horizon » (2020 : 61). Le méfait qui pointait à l’horizon était la prédominance d’une logique humanitaire vis-à-vis des migrants. Dans la conclusion de La Mésentente, Rancière use de mots féroces à l’égard de cette dernière. Pour lui, le règne de l’humanitaire débute là où les droits de l’homme sont coupés de toute capacité de singularisation polémique quant à leur universalité : l’humanité n’est plus attribuée polémiquement, mais octroyée sans médiation à leurs ayants droit. Il s’agirait alors d’un réalisme gestionnaire proche de la logique policière de l’ordre (il la nomme d’ailleurs « police mondiale de l’humanitaire » [1995 : 184]). Pour Rancière comme pour les militants interrogés, la logique politique est conflictuelle ou n’est pas : la compassion ou la bonne volonté ne sont pas suffisantes pour dynamiser une subjectivation politique. Ce qu’il faut, c’est la construction d’un tort. Ainsi, l’engagement dans des actions véritablement politiques s’affiche comme le moyen de maintenir une conflictualité qui fait d’une pierre deux coups : elle empêche l’émergence d’une police humanitaire aux accents misérabilistes, et pressurise les pouvoirs publics, qui ne s’attendaient pas à l’émergence d’un tel mouvement. D’ailleurs, l’occupation de la place déboucha sur la proposition, par la mairie, d’ouvrir un terrain pour accueillir les migrants.

12Les migrants ne se trouvèrent cependant pas embarqués, à leur corps défendant, dans une mobilisation qu’ils abhorrèrent ou voulurent éluder. Ils étaient en phase avec cette occupation et cette résistance :

Tu sais, s’il n’y avait pas de gens qui nous soutenaient, s’il n’y avait pas de militants… on ne préfère pas imaginer ! Les militants nous viennent en aide, et c’est vraiment important pour nous. Grâce à eux, on a eu des toilettes, de l’eau, de l’électricité, des tentes. Et uniquement parce qu’il y a eu une mobilisation importante. (Ayoub)

13À cet égard, plusieurs migrants me rappelèrent qu’ils étaient nombreux à être passés par les rangs d’une organisation militaro-politique d’opposition, avant de fuir un régime dictatorial du fait de leur implication dans ces luttes politiques pour la démocratisation du Tchad. Ainsi, pour les migrants, la mobilisation des militants n’a pas représenté leur « instrumentalisation » par les militants (je reviendrais sur l’usage de ce terme) ; bien au contraire, ils s’engagèrent volontiers dans une lutte qu’ils assimilaient à un combat pour la reconnaissance du droit à avoir des droits (Djigo, 2019), au cours de laquelle ils se sont ressaisis des savoir-faire politiques qui étaient les leurs au pays.

La hantise du colonialisme

14Pour autant, et les militants en furent bien conscients, la mobilisation aux côtés des migrants est porteuse de dangers et de craintes. Ces dernières faisaient fond sur une autre hantise, unanimement reconnue. Le méfait qui pointait cette fois-ci à l’horizon n’était autre que celui du colonialisme, qui signifie la réinstauration d’une posture de domination à l’égard des migrants – une position qui est le véritable repoussoir des pratiques libertaires. Effectivement, la relation déséquilibrée entre migrants et militants dans la lutte risquait, à tout moment, d’introduire un « effet de frontière », c’est-à-dire de reproduire des catégories juridico-administratives inscrites dans le droit des étrangers (Deleixhe et Vertongen, 2016 : 69). Il s’agit, schématiquement, de constituer une catégorie de « super-citoyens » (blancs, nationaux…) et une de « semi-citoyens » (noirs, non nationaux…), avec leurs privilèges corrélatifs (Vandevoordt et Verschraegen, 2019) : l’un commande quand l’autre écoute, « reste à sa place ». La métaphore de la place est heuristique en ce qu’elle renvoie à l’idée d’une logique policière que l’on retrouve chez Rancière : chez ce dernier, la police c’est la distribution ordonnée des corps, assignés à une place et/ou à une tâche à laquelle ils ne doivent se soustraire (1995).

15La Préfecture a bien compris les ambiguïtés de la posture militante, et le directeur du Cabinet du préfet n’hésita pas à attaquer frontalement les militants sur ce point. Lors de sa contre-offensive médiatique, la Préfecture dénonça l’attitude des militants à l’égard des migrants, dans la mesure où les premiers auraient abusé de la vulnérabilité des seconds. La perturbation de l’inauguration municipale de l’écoquartier des Maraîchers le 11 septembre s’est effectivement inscrite dans le cadre d’une manifestation plus large. Celle-ci, prévue de longue date par les militants dijonnais, visait à s’opposer à l’artificialisation ambitionnée par la mairie de terres maraîchères jouxtant l’écoquartier. Sur ces terres, où Nicolas a jadis habité, sont installées illégalement quelques dizaines de personnes dans un habitat léger et mobile, inscrivant leur lutte dans le mouvement des ZAD. La présence des migrants expulsés lors de cette manifestation était le simple signe, pour la Préfecture, d’une « instrumentalisation » des migrants par les militants, dans l’unique but de faire avancer la cause militante, et non celle des migrants : « Les membres de la mouvance anarcho-libertaire s’intéressent-ils plus au sort des migrants ou à la défense territoriale de la ZAD ? » s’interrogea publiquement le directeur du Cabinet du préfet.

16Nicolas récusa toute instrumentalisation des migrants, balayant les critiques en s’armant d’un raisonnement par l’absurde : « Si on en est là, on pourrait dire que tout le monde s’instrumentalise. Les associations, nous, les migrants : tout le monde s’instrumentalise ! C’est n’importe quoi ! ». Sacha s’emporta également à l’écoute des propos préfectoraux. Tout en recourant au même type de raisonnement que Nicolas, il explicita la manière dont les militants avaient eux aussi été « instrumentalisés par les migrants » puisque, à plusieurs moments, ils édulcorèrent leurs pratiques politiques. Par exemple et à la demande des migrants, ils discutèrent avec la police et négocièrent avec la municipalité afin que le camp où étaient installés les migrants soit un peu plus vivable (installation de l’eau et de l’électricité, etc.). L’argumentation préfectorale aurait probablement qualifié ces discussions d’« instrumentalisation » des militants par les migrants ! C’est ce raisonnement par l’absurde qui permit à Sacha et Nicolas de pointer l’inanité d’une telle accusation. Pour eux, les propos préfectoraux représentent une forme de violence vis-à-vis des migrants. Parler d’une instrumentalisation revient à ne pas penser les individus sous l’œil d’une anthropologie capacitaire (Genard, 2018), et à nier la réalité de leurs résistances (Chamayou, 2010). Finalement, la défense préfectorale s’inscrirait dans la continuité d’une attitude « coloniale » faisant du « paternalisme » l’une de ses constantes.

Vers une autonomisation des migrants dans et par la lutte ?

17La première partie a documenté l’émergence d’un mouvement de lutte entre les militants et les migrants, non dénué de tensions. La critique d’instrumentalisation, malgré sa récusation, a clairement interrogé les militants. Étaient-ils en train d’instrumentaliser les migrants, et de les contraindre à faire des choses qu’ils n’auraient pas souhaité faire ? Est-il possible de se battre « avec » sans pour autant dominer (hantise du colonialisme), ni chuter dans l’humanitaire (hantise de la dépolitisation) ? Si oui, comment ?

18Plutôt que de voir une instrumentalisation, les militants réenvisagèrent, à nouveaux frais, la position du militant comme un « guide » et un « allié » favorisant l’autonomie des migrants dans et par la lutte. Nicolas et Sacha renversèrent la perspective préfectorale en ne voyant pas, nichée au cœur de la relation migrants-militants, une instrumentalisation, mais une relation de soutien entre un guide et un migrant ayant son « propre être politique ». Le combat politique dans le domaine migratoire se distinguerait de ceux d’autres secteurs par l’impérieuse présence de militants locaux. Étant plus à même de se bâtir des prises sur l’environnement parce qu’ils sont familiers du milieu politique local, les militants guideraient les migrants vers des « niveaux » et des champs de mobilisation que les militants estiment à leur portée :

Les propositions émanent beaucoup de nous. Si je déboule dans un pays où je ne capte pas les enjeux, je serai content qu’il y ait des gens qui ont une pratique politique depuis des années dans un contexte, et qui puissent dire « Ça c’est un niveau que tu peux faire, ça c’est un niveau que tu peux moins faire, ou en tout cas peut-être que tu peux le faire, mais les conséquences seront ça ou ça » (Nicolas).

  • 6 Je m’inspire des travaux de Livia Velpry en sociologie de la psychiatrie (2008). Dans son étude p (...)

19Il s’agit de voir dans le militant une personne dotée des savoirs, des savoir-faire, du régime de familiarité (Thévenot, 1994) dont ne disposent pas encore les néophytes. Malgré ce différentiel d’appropriation de l’environnement politique, le registre de lutte ne doit en aucun cas se limiter à un « faire pour » ou un « faire à la place » des migrants. Plutôt, ce qu’il convient de faire, c’est de patiemment construire un registre de lutte relevant d’un « faire avec » voire d’un « faire faire »6 les migrants :

Créer les complicités je te disais. D’un coup tu passes trois semaines ensemble au quotidien. C’est dans ces moments-là où on a réussi à faire les ouvertures les plus inclusives, à travailler ensemble sur ce côté-là. Tu es ensemble, tu te réunis, tu fais un truc (Sacha).

20Ces actions permettent alors de tisser, en situation, des « complicités politiques » viables :

Je suis très content de ce truc [la perturbation de l’inauguration de la piscine], parce que ça fait partie des choses que j’aime faire dans la politique. Il y a des moments où tu fais des choses ensemble, tu crées des complicités, tu te marres. Ça a hyper bien marché, c’était assez magique (Sacha).

  • 7 Je pense aux principes de Jemez pour l’organisation démocratique (1996).

21Le militant se fait guide dans la mesure où il tente d’accompagner la création, par les migrants eux-mêmes, de capacités émancipatrices leur permettant par la suite de mener des mouvements autonomes de résistance. C’est-à-dire que, progressivement, les militants doivent abandonner les registres d’action inscrits dans le « faire à la place de » au profit d’autres registres, moins inégalitaires. Ce passage signalerait ainsi l’amorce d’une autonomisation des migrants dans leurs propres luttes. Autonomiser répond aux craintes de néocolonialisme et de dépolitisation : elle repose, comme le souligne Bulle dans une étude portant sur la « grammaire politique autonome », sur des principes d’égalité, d’auto-organisation et sur la reconnaissance de sujets politiques autonomes (2020). C’est-à-dire qu’après avoir distillé leurs conseils et guidé les migrants dans les mobilisations, les militants se placeraient en retrait : ils seraient toujours présents dans les mobilisations, mais un cran derrière, en tant qu’alliés. Ce dernier est un personnage susceptible de restaurer des relations beaucoup plus égalitaires que le guide – et il est d’ailleurs une figure qui fait l’objet de nombreuses discussions dans la littérature libertaire7.

  • 8 Parmi ceux-ci figurent Notre-Dame-des-Landes et Sisters Uncut.

22Pour édifier leur position d’allié, les militants discutèrent des principes de l’alliance édictés par Rousseau, à partir de l’étude de nombreux Collectifs et de lieux de vie alternatifs (2018)8. Celle-ci décrit cinq principes de l’alliance :

  1. la parole aux premiers concernés, qui poussa les militants à ne pas substituer leurs avis à ceux des migrants, même si cela les poussait à faire des choses inhabituelles : « On a fait des pas de côté pour essayer de travailler à ce que leurs conditions de vie s’améliorent le plus possible, quitte à faire des choses qu’on déteste faire, comme parler avec la police, et négocier des trucs dans des endroits qui font pas partie de nos pratiques politiques habituelles » (Sacha).

  2. la reconnaissance des inégalités et des dominations à l’œuvre dans les luttes : ce point, comme le suivant, n’a pas donné entière satisfaction à Sacha et Nicolas (voir infra) ;

  3. la transparence sur les moyens et l’engagement à les partager ;

  4. la responsabilité, entendue comme la capacité de rendre des comptes de ses actes, et à être dans une logique de transformation chaque fois que nécessaire ;

  5. le consentement : aucune alliance ne se forme sans que les premiers concernés ne le désirent ; l’avis des migrants a toujours été sollicité avant chaque action.

23Au cours des mobilisations subséquentes à l’expulsion, ce sont ces principes que les militants s’efforcèrent de respecter, en ne passant jamais « en force » si les migrants refusaient une action. Par exemple, chaque mouvement de résistance était discuté, la veille, par les migrants et les militants organisés en assemblée générale. Ce modèle de l’alliance peut évidemment être considéré comme un idéal régulateur. In situ, il demande le lent maillage de « complicités politiques », qui rendent parfois difficile le respect scrupuleux de ces principes, et appellent à un tissage plus souple et pragmatique, qui font émerger leurs propres principes – par exemple, édulcorer les pratiques militantes habituelles des libertaires, respecter la hiérarchie interne et le verticalisme des Tchadiens ou dés-inciter certains à tenter une action si les militants estiment qu’elle est trop risquée (si la personne est en situation irrégulière sur le territoire). L’alliance prend ici un tour plus expérimental, avec ses erreurs et ses corrections.

Une autonomisation est-elle possible ?

24Dans cette dernière partie, on se demandera, avec Sacha et Nicolas s’il est effectivement possible de rendre les migrants plus autonomes dans et par les luttes. Et si celles-ci étaient traversées par des achoppements empêchant l’autonomisation des migrants ?

Des obstacles à l’autonomie…

25La séquence d’événements n’a pas donné pleine satisfaction aux militants. Ceux-ci ont déploré leur incapacité à construire une véritable lutte avec les migrants. Ils se reprochèrent de s’être substitués à ces derniers à plusieurs moments, niant par là leur « être politique ». Un certain nombre de difficultés émergèrent dans la construction de l’alliance, grevant d’autant l’autonomisation des migrants dans et par la lutte. Sacha, Nicolas et Camille jetèrent un regard très critique sur leurs mobilisations, du fait de l’insuffisance des complicités politiques tissées. Ces manquements ont été à l’origine d’une importante investigation réflexive chez Sacha, qui a abondamment réfléchi à ses pratiques militantes après la séquence qui venait de se clore, dont l’horizontalisme a clairement laissé à désirer selon lui. Effectivement malgré les garde-fous disposés çà et là pour ne pas tomber dans le « néocolonialisme », une alliance véritable ne s’est pas constituée :

On arrive, on fait des réunions, on dit aux gens « Asseyez-vous », et puis on parle pendant un quart d’heure et puis les migrants sont d’accord avec ce qu’on propose. Mais ça fait qu’on a peu d’espace pour un débat (Sacha).

26Il me semble effectivement que les migrants se distinguèrent, durant cette semaine de mobilisations, par une forme paradoxale de présence-absence. Tout en étant présents aux réunions, ils s’exprimèrent très peu. Par exemple, lors de la réunion du mardi 12, les militants demandèrent « quoi faire » le lendemain : fallait-il faire une manifestation ? Se joindre à celle prévue par les habitants de la ZAD ? Aller « devant la Préfecture, ou devant la mairie », en sachant que « si on manifeste on perd du temps pour chercher une maison » ? Finalement, au cours d’un débat rapide et dans une atmosphère d’abattement généralisé, une manifestation fut actée (la perturbation de l’inauguration de l’écoquartier). En acceptant tout de go la proposition de la manifestation, mon impression fut que les migrants souhaitaient rapidement se débarrasser de cette question pour pouvoir parler du point suivant, celui de la récupération des affaires – et comment ne pas les comprendre ?

  • 9 Le célèbre militant de la vallée de la Roya, qui a accueilli de nombreux migrants dans son domain (...)

27Au-delà de l’abattement généralisé qu’il reconnaît, Sacha pointe l’incapacité qui a été la leur (aux militants) à construire des dispositifs véritablement participatifs, c’est-à-dire susceptible de dynamiser une participation : « en pratique, comment tu fais pour continuer à travailler dans la diversité du monde qui soutient et pas retomber là-dedans [néocolonialisme] ? » (Sacha) À quoi ont tenu ces échecs ? Une partie des achoppements rencontrés serait imputable, selon Sacha, à des obstacles extérieurs. Premièrement, un trop grand groupe de migrants, rendant complexe le développement de relations personnelles avec chacun d’entre eux, prérequis pourtant nécessaire pour mener ensemble des actions politiques. Sacha se réfère à un échange qu’il a eu avec Cédric Herrou9, ce dernier lui affirmant qu’il n’accueillait pas plus d’une vingtaine de personnes à la fois afin de pouvoir développer une relation intime avec chacun. Deuxièmement, ces dispositifs avaient parfois tendance à instaurer une barrière capacitaire trop importante (Stavo-Debauge, 2009), l’arrivée des migrants dans un nouveau contexte politique rendant difficile l’effectuation de l’action qui convient (Thévenot, 1994). Il faut attendre quelque temps avant que la personne puisse discerner les tenants et les aboutissants du contexte politique local ; c’est le fameux « régime de familiarité » dont parlait Nicolas un peu plus haut :

Il n’y a pas beaucoup de gens qui comprennent le contexte local français, de comment on crée un rapport de force par exemple. C’est des sujets très complexes, où même beaucoup d’entre nous sont pas forcément si éclairés (Sacha).

28Troisièmement, la barrière de la langue qui semble sérieusement grever la possibilité d’échanges entre les militants et les migrants. Par exemple, une militante, lors de la réunion du 10 septembre, s’est exclamée devant de longs échanges en arabe « là ça saoule trop, on ne comprend rien » : les migrants furent parfois tenus à l’écart pour privilégier l’efficacité des réunions (utilisation du français).

  • 10 Le « XXL » était le squat précédant celui de la CPAM.

29Quatrièmement, et plus étonnant pour un militant libertaire, le manque d’un « chef politique » chez les migrants comme il pouvait en exister auparavant : « c’était super questionnant dans les réunions après le XXL10 il fallait de la verticalité pour organiser l’horizontalité » (Sacha). Ce chef aurait notamment permis de fluidifier les échanges avec les migrants présents, tout en insufflant une dynamique politique aux personnes expulsées, très difficiles à gagner dans ces moments d’affliction : « on avait beaucoup de mal à rendre les gens acteurs. Enfin à faciliter une participation active des gens ». Par la relation privilégiée qu’ils ont/auraient pu construire avec lui, ce chef aurait probablement servi à faciliter les relations avec les migrants et inspiré un plus grand vent de révolte : « On n’a pas trouvé beaucoup d’interlocuteurs avec qui s’entendre bien. On a senti que l’on n’avait pas Habib, un des interlocuteurs de confiance avec qui gérer ces questions-là. Il n’était pas là et ça nous a bien manqué ».

30Mais surtout, l’obstacle le plus lourd fut la temporalité de l’urgence, typique de la gouvernance de l’immigration (Aguilera, 2017), qui rend complexe toute concertation poussée avec les migrants. Effectivement, les alliances ne peuvent se tisser que sur le temps long, que n’a pas offert ce mouvement : « À des moments je suis un peu pris dans l’urgence dans ma tête et je n’arrive plus à mettre à plat et dire “OK comment on fait ?”, consulter tout le monde. Tu avances et tu perds pied sur les réalités, on est toujours pris dans les urgences » (Sacha). Le résultat direct a été le maintien des registres du « faire pour » et du « faire à la place de » pour des raisons d’efficacité. Selon Sacha, certaines actions ont largement contribué au retour d’un « colonialisme militant », notamment lors des réunions avec les instances officielles : « à plusieurs moments on a fait des réunions et on a décidé plein de choses sans eux. Et ça, c’est quand même vraiment nul » (Sacha). Pour lui, ce registre a sonné comme une réification des migrants, puisqu’il a amené les militants à ne pas traiter les migrants en tant que « sujets » mais en tant « qu’objets de lutte », la réification signalant une expérience du mépris de la part des militants (Honneth, 2000 [1992]).

31Ainsi, les réunions participatives et l’horizontalisme prirent parfois un tour pleinement formel, voire artificiel, se construisant à la manière d’un « comme-si », qui explique à mon sens la déception de Nicolas concernant la présence-absence des migrants avant et durant les actions : « Tu vois on essaie quand même de dire “C’est à vous de nous dire comment vous le sentez” et c’est sûr que les propositions elles émanent beaucoup de nous, et c’est questionnant ». C’est pour répondre à de tels soucis, à la fois politiques et éthiques, que Sacha envisage dans le futur d’organiser un atelier au sein du collectif de soutien, où les militants réfléchiraient à leurs pratiques, en s’efforçant de les faire évoluer vers plus de transparence et d’horizontalisme. L’objectif serait ainsi de s’insérer dans un registre qui relèverait le plus possible d’un « faire avec » : lutter ensemble demande à faire preuve d’une importante réflexivité pour ne pas imposer ses points de vue ou ses catégories.

… et une injonction à l’autonomie ?

32Outre les difficultés à bâtir une lutte « aux côtés de », j’ai également observé des micro-intimations à l’autonomie durant cette semaine, émanant du monde militant : il n’y était plus vraiment question de la constitution patiente d’une alliance, mais plutôt d’une exigence d’autonomie. Lorsqu’elles revêtirent des oripeaux d’injonction, ces intimations transfigurèrent l’appui fourni par les militants en son envers. Elles débouchèrent sur une forte critique interne, portée par d’autres associations de la défense des migrants, moins libertaires et plus « institutionnalistes ». La critique s’attacha à démontrer l’inattention dont se rendaient coupables les militants libertaires, comme semble l’avouer Nicolas : « Moi, clairement, je ne sais même pas les situations des gens, c’est même un peu gênant au final » (Nicolas). Les militants auraient ainsi tendance à trop ignorer les conséquences que de telles actions politiques pourraient avoir pour les migrants :

Moi, j’étais choquée qu’ils [les libertaires] envoient les migrants au casse-pipe [à une manifestation « sauvage »], sans leur dire les conséquences que cela pouvait impliquer en termes de menaces à l’ordre public, et justifier de futures mesures envers eux, me dit par exemple une militante associative. (Camille)

33Les migrants ressentirent également une certaine crainte, qui put les obliger à ne pas vouloir publiquement se mobiliser, laissant leur mécontentement se dire dans le seul « texte caché » (Scott, 2019 [1992]). Effectivement, ils jugent trop important le risque d’une divulgation de leur identité sur la voie publique lors des grandes manifestations. Ce dévoilement, me disent-ils en substance, risquerait d’avoir des répercussions importantes sur la suite de leur carrière de papier, en les privant d’une régularisation ou de l’obtention de l’asile. Les informations circulant dans leurs réseaux viennent confirmer cette peur : « J’ai un ami, après une manifestation, il a été convoqué à la Préfecture. Ils lui ont demandé d’arrêter s’il voulait avoir ses papiers ». Ici, l’injonction à lutter, à visibiliser des causes se heurte au sésame que représentent les papiers pour la suite de l’aventure en France – même si personne ne fut sommé d’y participer. Ces injonctions peuvent être considérées comme des intimations inhospitalières nichées en plein cœur des mouvements de soutien, dans la mesure où elles se caractérisent par une absence d’attention envers l’autre, par ailleurs particulièrement vulnérable.

  • 11 Ma traduction.

34D’une part, l’injonction à s’autonomiser dans et par la lutte ferait fi des capacités effectives des migrants en niant ou en relativisant « l’épuisement capacitaire » qui peut les assaillir suite aux expulsions (Breviglieri, 2009). Nicholas De Genova a caractérisé le mode d’existence particulier des étrangers en situation irrégulière par le recours à l’expression d’« expulsabilité », soit « la possibilité d’être expulsé de l’espace de l’État-nation » (2002 : 439)11. Se mouvoir dans la ville en toute sécurité, c’est-à-dire en jugulant l’expulsabilité, exige de se bâtir un « savoir circuler » qui permet d’esquiver les putatifs contrôles de police. Savoir circuler demande de scruter avec attention et de manière constante son environnement proche pour y déceler des dangers. Ces « enquêtes de réalité » assurent une sécurité relative, mais se payent du risque d’un épuisement attentionnel (Le Courant, 2022 : 91). Vivre « sous la menace » oblige à s’armer d’une méfiance généralisée pour réduire les risques de contrôles policiers, menaçant la personne de sombrer dans la « paranoïa » (Le Courant, 2022 : 154). Finalement, enjoints de s’autonomiser, les migrants adopteraient un comportement inverse, se reposant entièrement sur les militants pour se protéger :

Durant l’occupation du nouveau squat, il y avait deux mecs assis par terre avec leur joint. Un mec leur demande un truc et qu’est-ce qu’ils font ? Ils disent « va voir Sacha » [militant]. Non, le bâtiment, c’est le tien, c’est à toi de le défendre. (Sacha)

Conclusion

35L’expulsion du squat de la CPAM a poussé les migrants qui y vivaient et les militants les soutenant à se lancer dans des actions politiques d’envergure (des manifestations, une occupation de place, deux perturbations d’événements municipaux, etc.). Cette séquence a rouvert, à nouveaux frais, la délicate question de l’autonomie politique des migrants, et celle de la place des militants dans une lutte « aux côtés de ». Effectivement, ces derniers craignent, d’une part une dépolitisation d’ordre humanitaire du mouvement – avec le risque d’enterrer une contestation et d’invisibiliser un problème public ; d’autre part, ils font face à la hantise de réinstaurer des relations néocoloniales envers les migrants. De fait, comment lutter avec, sans dominer ? La réponse tient à la volonté d’autonomiser dans et par la lutte les migrants, en re-concevant le rôle des militants, à la fois comme des guides et des alliés. Pour autant, cette autonomisation n’est pas une mince affaire : en pratique, elle fait face à de nombreux écueils dont la temporalité de l’urgence est probablement le plus important – sans omettre de signaler les quelques injonctions à l’autonomie qui peuvent se nicher au cœur de la relation migrants-militants. Avec le durcissement du cadre législatif entourant le squat et les réaménagements urbains (destructions de bâtiments désaffectés), il semble qu’il soit de plus en plus difficile de squatter. Et si la prochaine expulsion n’entraînait pas de mouvement, dans le but de ne « perdre des forces » ou ralentir la recherche d’une « nouvelle maison » ? Qu’en serait-il alors de l’autonomisation dans et par la lutte ?

Haut de page

Bibliographie

Aguilera, Thomas (2017), « Racialization of informal settlements, depoliticization of squatting and everyday resistances in French slums », dans S. Chattopadhyay et P. Mudu (dir.), Migration, Squatting and Radical Autonomy, London, New York, Routledge, collection « Research in Place, Spade and Politics Series », p. 130-142.

Bouillon Florence (2009), Les mondes du squat. Anthropologie d’un habitat précaire, Paris, Presses universitaires de France, collection « Partage du savoir ».

Breviglieri Marc (2012), « L’espace habité que réclame l’assurance intime de pouvoir – Un essai d’approfondissement sociologique de l’anthropologie capacitaire de Paul Ricœur », Études Ricœuriennes », vol. 3, no 1, p. 34-52.

Breviglieri, Marc (2002), « L’horizon du ne plus habiter et l’absence du maintien de soi en public », dans D. Céfaï et I. Joseph, L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, Éditions de l’Aube, p. 319-336.

Breviglieri, Marc (2009), « L’“épuisement capacitaire” du sans-abri comme urgence ? Approche phénoménologique du soin engagé dans l’aide sociale (gestes, rythmes et tonalités d’humeur) », Nice, Actes éducatifs et de soins, entre éthique et gouvernance.

Bulle, Sylvaine (2020), Irréductibles. Enquête sur des milieux de vie de Bure à Notre-Dame-des-Landes, Grenoble, UGA Éditions, collection « Écotopiques ».

Chamayou, Grégoire (2010), Les chasses à l’homme, Paris, La Fabrique.

De Genova, Nicholas (2002), « Migrant “illegality” and deportability in everyday life », Annual review of Anthropology, vol. 31, p. 419-447.

Deleixhe, Martin et Youri-Lou Vertongen (2016), « L’effet de frontière dans les mobilisations collectives de migrants en situation administrative précaire », Raisons politiques, no 64, p. 67-84.

Djigo, Sophie (2019), Aux frontières de la démocratie. De Calais à Londres sur les traces des migrants, Lormont, Le bord de l’eau, collection « diagnostics ».

Genard, Jean-Louis (2018), « Pourquoi l’hospitalité ? », SociologieS, Dossier « HospitalitéS. L’urgence politique et l’appauvrissement des concepts ». URL : https://journals.openedition.org/sociologies/6918.

Honneth, Axel (2000 [1992]), La lutte pour la reconnaissance, Paris, Les éditions du Cerf, collection « Passages ».

Le Courant, Stefan (2022), Vivre sous la menace. Les sans-papiers et l’État, Paris, Seuil, collection « La couleur des idées ».

Rancière, Jacques (1995), La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, collection « La philosophie en effet ».

Renault, Emmanuel (2017 [2004]), L’expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice, Paris, La Découverte, collection « Armillaire ».

Robertson Fabien (2019), « Que perdent nos sociétés quand elles perdent le sens de l’hospitalité ? », Revue du MAUSS, no 53, p. 141-158.

Rousseau, Juliette (2018), Lutter ensemble. Pour de nouvelles complicités politiques, Paris, Cambourakis, collection « sorcières ».

Sauvineau, Jérémy (2020), « L’“affaire CPAM”. À propos d’une mobilisation autour de l’expulsion d’un “squat de migrants” », revue Transversales du LIR3S, no 17. URL : http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/publications/Transversales/Conflits_Democratie/J_Sauvineau.html.

Scott, James (2019 [1992]), La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalternes, Paris, Éditions Amsterdam.

Stavo-Debauge, Joan (2009), Venir à la communauté. Une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance, Thèse de doctorat en sociologie, sous la direction de Laurent Thévenot, Paris, EHESS.

Stavo-Debauge, Joan (2012), « Des “événements” difficiles à encaisser. Un pragmatisme pessimiste », dans D. Cefaï et C. Terzi C. (dir.), L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, coll. « Raisons pratiques », p. 191-223.

Stavo-Debauge, Joan (2020), De « sociologie pragmatique » en philosophie pragmatiste vol. 1. Un aller-retour au prisme des épreuves de l’hospitalité et de l’appartenance. Mémoire de synthèse, Dossier HDR en Sociologie, sous la direction de P. Chanial, Université Caen Normandie.

Thévenot, Laurent (1994), « Le régime de familiarité. Des choses en personne », Genèses, no 17, p. 72-101.

Vandevoordt, Robin et Verschraegen Gert (2019), « Demonstrating deservingness and dignity. Symbolic boundary work among Syrian refugees », Poetics, vol. 76.

Velpry, Livia (2008), Le quotidien de la psychiatrie. Sociologie de la maladie mentale, Armand Colin.

Working Group Meeting on Globalization and Trade (1996), « Jemez Principles for Democratic Organizing » Meeting hosted by Southwest Network for Environmental and Economic Justice (SNEEJ), Jemez, New Mexico. URL : https://www.ejnet.org/ej/jemez.pdf.

Haut de page

Notes

1 Il s’agissait d’un bâtiment où logeait la Caisse primaire d’assurance maladie [CPAM].

2 Le choix d’une échelle régionale s’explique par le fait que ce sont les préfectures de région qui assurent une grande partie de la gouvernance des migrations. La région Bourgogne a été sélectionnée parce que j’y résidais.

3 Je me permets de renvoyer à Sauvineau, 2020.

4 Tous les prénoms utilisés sont des prénoms d’emprunts.

5 Je tiens à remercier les deux lecteurs anonymes pour leurs remarques pertinentes et leurs conseils.

6 Je m’inspire des travaux de Livia Velpry en sociologie de la psychiatrie (2008). Dans son étude portant sur un Centre médico-psychologique, elle distingue trois registres d’action pour le professionnel : « laisser faire » (accueillir un patient sans s’engager dans une relation thérapeutique), « faire pour » (faire à la place du patient), « faire faire » (accompagner le patient pour qu’il parvienne à contrôler sa maladie).

7 Je pense aux principes de Jemez pour l’organisation démocratique (1996).

8 Parmi ceux-ci figurent Notre-Dame-des-Landes et Sisters Uncut.

9 Le célèbre militant de la vallée de la Roya, qui a accueilli de nombreux migrants dans son domaine.

10 Le « XXL » était le squat précédant celui de la CPAM.

11 Ma traduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Sauvineau, « Se battre aux côtés des migrants. Une autonomisation dans et par la lutte est-elle possible ? »Éthique publique [En ligne], vol. 24, n° 2 | 2023, mis en ligne le 23 janvier 2023, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/7429 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.7429

Haut de page

Auteur

Jérémy Sauvineau

Jérémy Sauvineau est doctorant en anthropologie au LIR3S (Laboratoire Interdisciplinaire de Recherche Sociétés, Sensibilités, Soin – UMR 7366 CNRS) de l’université de Bourgogne, sous la direction de Jean-Louis Tornatore et Marielle Poussou-Plesse. Sa recherche doctorale, Les migrants et migrantes à l’épreuve et au défi de l’hospitalité et de l’appartenance. Une enquête en Bourgogne Franche-Comté, entamée en 2018, propose de confronter l’actualité de l’immigration à l’actualité du fait patrimonial, en particulier d’interroger la manière dont des formes d’attachements « patrimoniaux » peuvent équiper les mobilisations que suscitent les migrations contemporaines. Il est actuellement ingénieur d’étude au sein du Living Lab Territorial pour la Transition écologique de la Maison des Sciences de l’Homme de l’université de Bourgogne où il travaille sur les questions relatives à la précarité et aux transitions (sociales, écologiques, économiques, etc.).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search