Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 24, n° 2Dossier principalDémarcher l’autonomie professionn...

Dossier principal

Démarcher l’autonomie professionnelle éthiquement : conversation avec le directeur d’une entreprise apprenante et citoyenne suisse

Stéphanie Pahud

Résumés

La présente contribution prend la forme d’un entretien avec une personne du terrain de l’insertion professionnelle, le fondateur et directeur général de l’entreprise apprenante et citoyenne suisse Démarche. Le dessein du partage de cette expérience est triple : 1) se questionner sur le concept d’accompagnement de l’autonomie à partir d’une situation particulière ; 2) cerner les diverses mesures, ressources et conditions concrètement investies par la Coopérative pour « démarcher l’autonomie », en l’occurrence favoriser attention et inclusion, en appréhendant avec bienveillance les autonomies singulières et vulnérables des bénéficiaires concernés ; 3) envisager les bénéfices possibles d’une (res)saisie réflexive des démarches d’accompagnement de l’autonomie investies ainsi que d’une conversation entre pratique(s) et théorie(s).

Haut de page

Texte intégral

Ici j’ai découvert cette sensation d’être un œuvrier, tel qu’on aime à s’appeler : un qui crée pour les autres qui créent en retour pour toi. Fil qu’on lance, croise, surpique, point de mousse et point de Jersey, point d’appui, point de chute, point du jour. Tissu. Voilà : l’impression d’une étoffe.
(Damasio, 2017 : 419)

Remarques liminaires

1Début 2022, en Suisse, le marché du travail semble s’être remis de la pandémie. Sa dynamique n’en reste pas moins affectée par les modifications des mouvements migratoires (ratio migration/immigration) et naturels (vieillissement de la population), d’une part, et par des perturbations macro-économiques antérieures majeures, d’autre part1. Le recul de l’emploi engendré par la crise structurelle du début des années 1990 a provoqué une hausse inédite du taux de chômage : il reste notamment particulièrement élevé dans les secteurs de l’hôtellerie-restauration, de l’agroalimentaire et de l’horlogerie. Comme dans d’autres pays européens, le salariat a fait place au « précariat » (Castel, 1995). Parmi les facteurs ayant le plus de répercussions : le départ plus tardif des jeunes du domicile parental (Dormont et Dufour-Kippelen, 2000) et leur entrée retardée dans la vie active, la plus rare stabilité des postes qui affaiblit la continuité de la protection sociale (Deschavanne et Tavoillot, 2010), mais aussi le difficile retour à l’emploi des personnes de 55 ans et plus, le chômage long, ainsi que les diverses formes de désaffiliation professionnelle, géographique et/ou affective (Castel, 1995, 2009). C’est pour répondre à cette évolution socio-économique que Démarche, Société coopérative à but non lucratif et reconnue d’utilité publique, a été fondée en 1992 à Yverdon-les-Bains (Suisse). Entreprise apprenante et citoyenne active dans les cantons de Vaud et de Genève, Démarche regroupe à l’heure actuelle onze structures/prestations d’insertion (par l’activité économique) et de placement, mais aussi de formation et de conseil, dont les actions sont toutes inscrites « dans le développement du potentiel humain à travers différentes activités économiques, culturelles et environnementales » ; comme formulé sur la page d’accueil de son site, « son objectif est double : renforcer l’employabilité et accompagner vers l’insertion sur le marché du travail2 ». Ses mandants sont multiples : l’Office de l’assurance-invalidité (OAI), le Service de l’emploi (SDE), la Direction de l’insertion et des solidarités (DIRIS), le Centre social d’intégration des réfugiés (CSIR), l’Hospice Général et la Fondation Vaudoise de probation. Offrant au total plus de 400 places d’accompagnement en insertion et 350 places d’emploi-formation ainsi que 50 places d’apprentissage dans une grande diversité de secteurs professionnels (entre autres le commerce, le commerce de détail, la mécanique en cycles, la cuisine, ou la logistique), Démarche s’inscrit, comme nous le verrons, dans une logique de développement durable de la personne (Deschavanne et Tavoillot, 2010) : si l’accompagnement de l’autonomie n’est pas un paramètre explicitement formulé par la Coopérative, il est une pierre angulaire de ses pratiques, sous-tendues par une philosophie traduite en plusieurs intentions et valeurs comme « le plaisir », « le sens », « la proximité », « l’unité », la « pluralité » ou la « responsabilisation »3.

2Comme l’écrit Pierre Dominicé dans la préface d’un recueil d’extraits d’entretiens réalisés avec des collaboratrices et collaborateurs de la Coopérative destinés à en retracer l’histoire, Histoire de vie de Démarche, « des représentations souvent inexactes circulent quant à l’accompagnement offert à des personnes momentanément éloignées du marché du travail » (Dominicé, 2019 : 10-11). Voici comment le professeur honoraire de Sciences de l’Éducation situe Démarche dans le paysage de l’insertion professionnelle :

Démarche est une structure dite « intermédiaire » qui intervient dans le parcours des « surnuméraires » pour tenter de leur donner un élan vers une éventuelle nouvelle inscription dans le marché du travail. En d’autres termes, Démarche est une « entreprise » médiatrice entre l’État et la société marchande qui vise à réguler, temporairement, la vie des « inutiles au monde » pour les accompagner vers un avenir professionnel différent. (Dominicé, 2019 : 88)

  • 4 Entretien réalisé par l’auteure, Lausanne, 21 mars 2022.
  • 5 Entretien réalisé par l’auteure dans le cadre d’une extension de l’essai LANORMALITE (Pahud, 2015), (...)

3Ayant collaboré personnellement de manière ponctuelle avec Démarche dès 1999 en tant que formatrice (de français notamment) et faisant aujourd’hui partie de son conseil d’administration, j’ai pu construire une relation de familiarité (Prigent, 2021) avec ce terrain d’observation privilégié d’accompagnement de l’autonomie professionnelle. J’ai ainsi décidé de saisir l’opportunité de rendre compte dans ce numéro d’Éthique publique d’une conversation engagée il y a plusieurs années avec son fondateur et directeur général, Stéphane Manco, pour montrer en quoi la Coopérative s’inscrit dans une perspective éthique, et sous quelles modalités cette dernière est actée. La suite de cette contribution prendra la forme d’un dialogue : ce dernier restitue essentiellement verbatim un entretien réalisé avec l’intention d’écrire dans ces pages4 ; son contenu est cependant enrichi par un échange antérieur, réalisé en 20175, par l’entretien réalisé par Pierre Dominicé rapporté dans l’Histoire de vie de Démarche (2019), et par les aménagements textuels de Stéphane Manco qui a progressivement, au travers de plusieurs relectures, ajusté le contenu des réponses à sa voix. Le dessein du partage de cette expérience est triple : 1) se questionner sur le concept d’accompagnement de l’autonomie à partir d’une situation particulière ; 2) cerner les diverses mesures, ressources et conditions concrètement investies par la Coopérative pour « démarcher l’autonomie professionnelle éthiquement », en l’occurrence favoriser attention et inclusion, en appréhendant avec bienveillance les autonomies singulières et vulnérables des bénéficiaires concernés ; 3) envisager les bénéfices possibles d’une (res)saisie réflexive des démarches d’accompagnement de l’autonomie investies ainsi que d’une conversation entre pratique(s) et théorie(s).

Entretien

4Stéphanie Pahud : Le nom de l’entreprise, « Démarche », semble programmatique : pouvez-vous expliquer ce qui a induit son choix ? Répond-il au désir d’afficher la visée éthique de l’entreprise ?

5Stéphane Manco : Cette appellation a été notamment motivée par une citation tirée de Citadelle, une œuvre posthume d’Antoine de Saint-Exupéry qui a fortement retenu mon attention : « ce n’est point dans l’objet que réside le sens des choses, mais dans la démarche » (2000 : 53). Par ailleurs, comme cela est rappelé dans Histoire de vie de Démarche, « il est dit d’une entreprise qu’elle est de type apprenante lorsqu’elle adopte un modèle de management responsabilisant, qui promeut l’engagement et l’initiative » (Dominicé, 2019 : 35). Quand on a réfléchi à un mot qui symboliserait notre entreprise, on a cherché un mot qui ne dise pas « vous allez tout apprendre chez nous ». On ne voulait surtout pas un mot « arrêté », parce que Démarche n’est pas un lieu de certitudes. « Démarche » signifie que soit on prolonge, soit on initie quelque chose. Il y a déjà là l’idée d’accompagnement de l’autonomie. La traduction anglaise, « step by step », est encore plus proche de notre intention. On a même pensé à des escaliers pour le logo, finalement stylisé à partir d’une calligraphie. Au fond, le nom de la Coopérative est une manière d’annoncer non seulement son modèle de gouvernance, mais aussi l’importance accordée au sens des démarches d’insertion, aussi important que leur(s) résultat(s).

6Stéphanie Pahud : Démarche accompagne l’autonomie d’individus aux coordonnées économiques, sociales, culturelles, religieuses, de sexe/genre, etc. multiples. Comment pensez-vous, sur le plan éthique, la conciliation de la mise à disposition d’indispensables « ressources pour toutes et tous », et le respect des autonomies singulières dans leurs vulnérabilités propres ?

7Stéphane Manco : À une époque où l’individualisme peut sembler prôné au détriment du collectif, Démarche entend offrir des prestations utiles pour la collectivité et porteuses de sens, dans un environnement dans lequel il est possible de s’épanouir. Nous étayons des parcours individuels dans ce qu’ils ont de chroniquement et/ou de ponctuellement vulnérables. L’entreprise poursuit plus précisément une mission globale d’insertion de demandeurs d’emploi qui se décline en deux intentions : dans tous les cas, développer l’autonomie des personnes accompagnées durant le laps de temps de la mesure, en renforçant/actualisant leur employabilité ; et, autant que faire se peut, ré-insérer la personne sur le premier marché. Dans ce cas, « développer l’autonomie » signifie que tout doit impérativement être mis en œuvre afin que les ressources proposées apportent minimalement une valeur ajoutée au demandeur d’emploi, une reprise de travail ne pouvant être strictement assurée. J’aimerais souligner le fait qu’il est indispensable que les mesures d’insertion ne rendent pas la personne dépendante de notre structure, mais, au contraire, l’aident à rebondir « ailleurs » : Démarche est un lieu de transition. Pour cela, il s’agit d’avoir une attention pleine et de cerner chaque profil pour identifier les ressources, mais aussi les failles, fragilités et obstacles, de manière à accompagner l’identification et le dépassement de ces dernières. Je me permets de partager un témoignage reproduit dans Histoire de vie de Démarche qui met en évidence le tact que cela suppose :

Certains sujets sont plus difficiles à aborder que d’autres ; par exemple l’odeur corporelle […] ou alors l’aspect religieux […], qui peut poser problème sur une place de travail. J’y vais par étapes. […] Dans notre travail, on ne doit pas oublier les exigences des employeurs. Et en même temps, il faut qu’on fasse attention à la sensibilité des personnes que l’on a en face de nous. J’y vais en douceur […]. C’est au fur et à mesure que la confiance s’installe entre le bénéficiaire et le job coach. Après un certain temps, on peut se permettre de dire des choses, surtout après le stage. Le stage développe beaucoup de choses. Il permet de mettre en situation professionnelle. Lorsque l’on fait des débriefings lors de l’évaluation, c’est là qu’interviennent ces points-là. Je me laisse toujours cette période d’observation […]. Après le stage, on commence à faire des réglages. […] Le stage permet de faire un constat sur les exigences et de décider de la suite. (Témoignage d’un job coach pour des personnes au bénéfice d’un revenu d’insertion, dans Dominicé, 2019 : 53)

8Stéphanie Pahud : Pouvez-vous exposer, d’une part, votre conception de la « responsabilisation » et, d’autre part, les liens que vous établissez entre l’autonomie et cette dernière ?

  • 6 Pour une discussion des divers usages des catégories « social-libéralisme », « libéralisme social » (...)
  • 7 Pour saisir le principe et l’origine de la démarche, voir notamment De Shazer, 1985.

9Stéphane Manco : Démarche met en application un modèle de management responsabilisant. On parle beaucoup de lutte contre l’exclusion, mais on fait peu référence à la part de responsabilité qui incombe à l’individu que l’on accompagne. Dans une perspective sociale libérale telle que je la conçois1) considérant que la liberté n’est pas sans contraintes, notamment pour garantir une égalité sociale, une « juste » place pour chacun·e6 –, il faut que l’individu fasse sa part : si on veut être libre, mais sans verser dans l’individualisme, l’autosuffisance et/ou le narcissisme – menaces contemporaines des démocraties –, il faut être responsable. On est responsable de soi, mais aussi de ses attitudes citoyennes pour que le collectif fonctionne. Plusieurs mesures découlent de cette vision d’une entreprise apprenante : les collaborateurs sont considérés comme une richesse, et non comme une ressource ; on favorise les échanges et les apprentissages collectifs, dans une logique de professionnalisation et pas seulement de qualification ; on considère le savoir comme un capital à développer et à partager ; on valorise l’expérience ; on encourage la dynamique de projet ; on privilégie le travail en réseau(x) ; on centre l’attention sur les ressources et non sur les problèmes en favorisant un accompagnement orienté solutions7 ; on motive chacun·e à cultiver sa créativité, ainsi que son habilité à formuler des propositions.

10Stéphanie Pahud : Pierre Dominicé écrit ceci dans la préface d’Histoire de vie de Démarche : « Au plan économique notamment, nous vivons dans un monde qui vise, en premier lieu, la rentabilité. Elle prône la réussite et met en évidence la performance. Le plus souvent subventionnées et d’utilité publique, les entreprises actives dans l’insertion socioprofessionnelle relèvent d’une autre logique et doivent prendre en compte d’autres composantes » (2019 : 12). Quelles sont ces autres composantes ?

11Stéphane Manco : Les personnes qui bénéficient des structures de Démarche sont en quête d’un emploi ou d’une place d’apprentissage et nous sommes là pour les accompagner dans leur démarche d’insertion professionnelle. Certaines personnes, bénéficiant de l’aide sociale, sont cela dit prises en charge pour un problème de logement : elles sont logées dans nos deux hôtels (75 chambres au total). Cette problématique est par ailleurs souvent engendrée par d’autres : endettement, addictions, difficultés familiales. Une logique du care complète donc naturellement la logique de « rentabilité » évoquée. Mais comme nous n’avons pas toutes les ressources à l’interne, nous mettons en lien nos bénéficiaires avec d’autres structures et/ou institutions spécialisées.

12Stéphanie Pahud : Quels types de ressources propose Démarche pour permettre à ses bénéficiaires d’accéder à l’autonomie ? Vous avez avancé dans Histoire de vie de Démarche que l’État impose à la Coopérative un certain nombre de contraintes, mais qu’une fois le cadre permettant de satisfaire les exigences du mandat fixé, vous en appeliez à votre créativité (Dominicé, 2019 : 84) : quelle est l’autonomie propre de Démarche dans la détermination de ces ressources, la place pour « l’invention » (Foray, 2017 : 25) ?

  • 8 Anciennement le Service de l’emploi (SDE).

13Stéphane Manco : Diverses mesures et ressources sont investies par la Coopérative pour « démarcher l’autonomie », créer des situations d’autonomie semblables à celle du premier marché de l’emploi. Il y a deux axes de prestations assurées par des structures variées motivés par des attentes différentes des autorités mandantes. Le premier concerne environ 400 personnes. Il s’agit d’une activité de support qui demande aux bénéficiaires d’être « actifs » (activités économiques ou artistiques). Le principe est d’apprendre en faisant pour cerner les compétences, mais aussi les lacunes et aussi donner une expérience professionnelle supplémentaire. Le but est de favoriser l’employabilité, aider à trouver un emploi. L’accompagnement est assuré par un conseiller RH (bilan sur entretiens, CV) et un responsable de secteurs (référent professionnel) qui encadre et transmet savoirs et savoir-faire. Plus techniquement, la Direction générale de l’emploi et du marché du travail (DGEM)8, qui gère le chômage, s’occupe du dispositif d’insertion des demandeurs d’emploi (DE) jusqu’à leur placement via les Offices régionaux de placement (ORP). Les prestataires tels que Démarche sont mandatés pour fournir des prestations permettant de compléter la stratégie de placement personnalisé définie par ces instances qui assignent chaque DE dans la mesure d’insertion qui lui sera profitable (formation, emploi temporaire, stage, bilan, cours de français, etc.). Dans ce dispositif, le prestataire peut faire des constats et tenter si nécessaire de négocier avec le conseiller ORP du DE un objectif de placement professionnel adapté, mais sans garantie d’être pris en compte. C’est donc l’ORP qui est évalué sur le taux de placement puisqu’il assume la responsabilité du processus d’insertion du demandeur d’emploi dont il a la charge. Le deuxième axe concerne lui aussi environ 400 personnes. Il s’agit d’une activité de job coaching, un accompagnement adapté aux besoins identifiés de chaque personne : un bilan de compétences (ressources, limites), des stages et/ou des cours de renforcement (langue, informatique) sont proposés selon les situations spécifiques. Pratiquement, la Direction de l’insertion et des solidarités (DIRIS) et l’Office de l’assurance-invalidité du canton de Vaud (OAI Vaud) inscrivent les personnes qu’elles accompagnent dans des mesures chez des prestataires comme Démarche. Ensuite, le prestataire évalue la faisabilité de l’objectif identifié ou souhaité par la personne suivie. Soit il est réaliste et adapté et le prestataire peut le soutenir, soit il est risqué et peu adapté, et le prestataire va tenter de le soutenir, tout en mettant en place des alternatives pour éviter un échec au bout du processus d’insertion. Au bout de trois à six mois, la personne doit avoir trouvé un emploi. En résumé, en matière de marge décisionnelle, nous visons un équilibre entre « invention » et conformité. Dans la mesure du possible, nous cherchons à soutenir un projet de placement professionnel qui motive la personne, c’est toujours plus facile de l’accompagner lorsqu’on a une adhésion, mais nous tenons aussi compte du réalisme de ce projet et des contraintes spécifiques des différents mandats (objectifs propres des instances de prescription qui adressent les bénéficiaires dans nos prestations, durée de prise en charge, possibilités ou non de réorientation, exigence d’un taux d’insertion global de la mesure, etc.).

14Stéphanie Pahud : Pour aborder un autre axe thématique du présent dossier, quelle(s) éthique(s) et quelles stratégies privilégiez-vous pour favoriser attention et inclusion, tout en respectant les droits, les choix et la dignité de chacun et chacune, autrement dit, pour ne pas tomber dans une attitude paternaliste ?

  • 9 Voir Éthique à Nicomaque, livre IX [L’amitié] (Bégorre-Bret, 2015).

15Stéphane Manco : Je vais reformuler ici ce que j’ai expliqué dans Histoire de vie de Démarche (Dominicé, 2019 : 85). Sur la durée, ce sont nos convictions qui nous motivent à aller de l’avant, la recherche de davantage de justice, d’équité, la lutte contre l’exclusion et plus largement contre trop d’inégalité sociale. J’ai un certain nombre d’idées qui sont importantes pour moi, et comme j’espère qu’elles sont profitables à bien d’autres personnes, j’essaie de les rendre « virales ». Dans ces valeurs qui fondent mon engagement, il y a principalement la liberté, pour moi, et pour les autres : c’est sans doute ce qui me tient – et tient symétriquement Démarche – à distance du risque paternaliste. Il y a aussi la justice, bien que ce soit un idéal : sur le terrain, il s’agit d’ouvrir maximalement les champs de possibles, de manière à rechercher plutôt l’équilibre, à faire en sorte que chacun trouve la meilleure place pour lui dans le système dans lequel il vit. L’équilibre est au cœur de l’idée de « démarche » puisqu’il symbolise une situation en constante évolution, qui doit être entretenue. J’ajouterai encore la confiance, qui est au fondement de toute aventure collective, et l’amitié, qui, elle aussi fondamentale pour moi, compte également dans la sphère professionnelle, une « amitié du bien », pour faire référence à Aristote9, durable, réciproque et « vertueuse », partie prenante de l’éthique.

16Il est clair que nos bénéficiaires sont provisoirement dépendants du dispositif et de certaines exigences. Mais notre médiation doit leur permettre de transformer leurs dépendances en ressources pour se diriger eux-mêmes, de manière autonome. Le but est que les personnes n’aient aucun mal à se détacher de la structure, qui dès le départ est présentée comme provisoire pour anticiper le désir contre-productif de s’y stabiliser.

17Stéphanie Pahud : Dans la rubrique « Valeurs » du fascicule de présentation de Démarche, voici ce que l’on peut lire : « La Coopérative prône les notions de plaisir et d’épanouissement personnel et professionnel. Elle privilégie le désir à la nécessité d’apprendre, et œuvre pour la valorisation des talents et des qualités humaines. Participer à la démocratisation de la formation, refuser l’exclusion, promouvoir l’égalité des chances, tout en gardant comme priorité le développement durable, voilà le chemin que Démarche a choisi de tracer. » Au travers de quelles formes d’agir concrétisez-vous ces valeurs ?

18Stéphane Manco : Je commencerai par un élément général. Le management participatif invite à délibérer, à impliquer et à faire adhérer, plutôt qu’à imposer. En cela, je rejoins Philippe Foray quand il avance que « si l’éducation veut former une personne autonome, la transmission ne doit pas être une imposition. […] La transmission est un facteur d’autonomisation si elle s’accompagne d’une activité personnelle d’appropriation » (2016 : 40).

  • 10 L’une des structures apprenantes de Démarche, active dans le recyclage.

19Il y a la direction, et le terrain. Je ne peux pour ma part vous proposer que des réflexions qui émanent de ma position dirigeante sur la chaîne de l’insertion. Comme expliqué précédemment, quand les bénéficiaires sont envoyés par l’ORP, il y a en principe un projet professionnel déjà élaboré. Les gens sont donc envoyés dans les mesures avec des objectifs. Quand les personnes bénéficient du revenu d’insertion (RI), la marge est plus grande pour le placement. Avec les jeunes – qui sont souvent peu, voire pas qualifiés dans ce contexte –, on est plus attentifs aux problématiques singulières pour arriver à des programmes « sur mesure ». Et l’on s’efforce de s’adjoindre les ressources nécessaires pour y parvenir. Notre intention est qu’il ne soit pas fait de différence entre une entreprise lambda du premier marché et Démarche, qui est une entreprise subventionnée : le grand public ne devrait pas se préoccuper de savoir si Démarche est une entreprise d’insertion, sociale, etc. Les choix des noms des mesures, par exemple, sont faits pour ne pas attirer la stigmatisation, pour que les participants ne soient pas « préjugés » : la valeur d’un certificat de travail ou de formation qui émane de Textura10, par exemple, serait symboliquement moins reconnue avec cette conscience d’une différence, et la hiérarchisation qui en découle. Or il faut que nos employés, quel que soit leur statut (permanent ou temporaire), « comptent », soient considérés, comme n’importe quels autres.

20Stéphanie Pahud : Vous avez avancé que la médiation de Démarche devait permettre aux bénéficiaires de transformer leurs dépendances en ressources pour se diriger eux-mêmes. Concrètement, comment peut-on réarticuler dépendance et autonomie, pour que le statut de vulnérabilité ne soit plus une contrainte aliénante ?

21Stéphane Manco : Il est très important pour moi que les bénéficiaires aient conscience que Démarche ne fonctionnerait pas sans eux. C’est une forme de reconnaissance et de valorisation : nous devons avoir confiance dans leur capacité à s’approprier ce qui leur est transmis. Il ne s’agit pas de les amener à fonctionner de telle façon plutôt que de telle autre, mais de contribuer à élargir leur horizon tout autant que leur confiance en eux et en leur(s) expérience(s). Pour cela, c’est aux encadrant·e·s de veiller à ce que les demandeurs d’emploi ne sentent pas qu’ils ne sont « que des demandeurs d’emploi ». Le mode de considération, l’identification sont importants pour faire naître une sensation d’appartenance au premier marché : un chauffeur-livreur chez Textura actif et reconnu pour avoir accompli des tâches (collectes, livraisons) qui correspondent aux exigences du premier marché se sentira recrutable, et, partant, aura gagné en sécurité pour contrer d’éventuelles représentations stigmatisantes. C’est en ce sens qu’on peut parler de transformation d’un statut vulnérable potentiellement « aliénant » à « ressource ». Mais c’est là aussi qu’intervient la responsabilité : la personne profitera ou non du dispositif, il ne s’agira pas de l’y contraindre. À nous d’avoir l’humilité d’accepter que parfois nos propositions ne soient pas saisies.

22Stéphanie Pahud : Foray souligne un paradoxe de l’autonomie éducative : « admettons provisoirement qu’être autonome, ce soit agir par soi-même, hors de toute dépendance. Or, l’éducation implique par définition, une prise en charge des enfants par les adultes, autrement dit une dépendance » (2016 : 12). Le même paradoxe existe-t-il dans l’insertion socioprofessionnelle ?

23Stéphane Manco : De mon point de vue, l’autonomie, c’est être capable de faire ses propres choix, de les assumer. Mais cela ne signifie pas être autonome tout seul : on est autonome dans un contexte, dans un environnement. Il s’agit dès lors de trouver un équilibre entre individualité et dépendance. Accompagner l’autonomie, dans ce sens, au-delà de proposer directement des ressources, des savoirs et des savoir-faire, c’est permettre aux bénéficiaires d’être à la fois réflexifs et suffisamment en confiance/sécurité pour identifier les ressources qui leur permettront d’avancer dans le contexte professionnel qu’ils seront amenés à explorer.

24Stéphanie Pahud : Au-delà de l’insertion, Démarche se préoccupe-t-elle d’autres enjeux sociaux, comme le vieillissement de la population, la migration, l’évolution climatique et environnementale ?

25Stéphane Manco : La pierre angulaire, chez Démarche, c’est l’insertion. Mais régulièrement, de notre terrain d’observation, on constate un enjeu ou une problématique sociale autre et on voit une solution qui pourrait être apportée par nos structures. Je peux citer le projet que nous avons développé autour de L’Union, un hôtel-restaurant : nous en avons repris la gestion et cet hôtel-entreprise héberge désormais des personnes en difficulté de logement tout en (re)formant et qualifiant des personnes sans emploi.

26Dans le secteur du soin, qui doit se développer pour répondre aux besoins de la population qui vieillit notamment, nous réfléchissons aussi aux ressources que nous pouvons offrir. Jusqu’à présent, il n’y avait pas de mesures d’insertion de type emploi-formation dans ce domaine dans le canton de Vaud. Nous nous sommes dit qu’il serait opportun de créer une entreprise apprenante de soin : un hôtel qui accueillerait pour une durée déterminée des personnes venant se reposer ou se remettre en forme (hygiène, alimentation), se sociabiliser. Prise en charge par des professionnel·les qui encadreraient des bénéficiaires dont le projet est d’évoluer dans le domaine du care au sens large (également la cuisine et le service), cette structure permettrait en même temps de soulager le réseau des proches aidants en complémentarité des établissements médicaux-sociaux existants.

27Stéphanie Pahud : En acceptant cet entretien, vous vous êtes prêté au jeu de la réflexivité. Une problématisation systématique des mesures et ressources d’accompagnement de l’autonomie est-elle mise en œuvre chez Démarche ?

28Stéphane Manco : Tous les questionnements que nous avons évoqués au cours de cet entretien sont nourris en permanence. Je partage notamment toutes mes lectures et j’attends de mes collègues qu’ils soient dans cette même logique horizontale d’échange et de mise en conversation de nos réflexions. Pierre Dominicé a d’ailleurs conclu en ce sens Histoire de vie de Démarche :

Travailler au sein d’une entreprise apprenante comme celle de Démarche, qui consiste à respecter la dimension humaine de tout accompagnement, revient aussi à se remettre soi-même régulièrement en question. […] Parce que l’autre est le plus souvent différent de ce qui est attendu de lui. Sa situation de vie, parfois sa fragilité, bousculent et interrogent. Elle a un effet de miroir qui oblige tout professionnel à savoir ce qu’il se veut et ce qu’il peut attendre de l’autre. […] Pour éviter que la remise en question ne prenne le pas sur la mission d’insertion, les professionnels de Démarche semblent souvent considérer leur travail comme un lieu d’apprentissage permanent […]. Bousculés dans leurs certitudes, ils découvrent que les fragilités de l’autre en disent long sur le mode de fonctionnement humain, mais aussi sur les exigences du marché du travail. (Dominicé 2019 : 57)

29Au sein de l’entreprise sont par ailleurs proposées régulièrement, à certain·es membres ou à toutes et tous, des formations continues de durée variable, assurées par des intervenants externes (pour « mieux encadrer », « mieux évaluer », par exemple). Nous avons aussi mis en place un séminaire annuel de deux jours (en résidence normalement), durant lequel on travaille sur le sens de nos présences chez Démarche. Il s’agit de cultiver un sentiment d’appartenance, de penser l’avenir de l’entreprise, ses objectifs, de renforcer l’adhésion aux principes, mais également de cultiver l’intérêt d’être ensemble : le plaisir est une notion importante, qui apparaît dans la charte, utile pour créer des dynamiques vertueuses. Il y a encore des événements auxquels tout le monde peut participer, pour reconnaître le travail de celles et ceux qui sont dans d’autres secteurs. Les spectacles de Scenicprod11, par exemple, sont importants. Cette mesure a pour visée de mettre l’art au service de l’insertion et de remobiliser les jeunes au travers d’activités créatrices. Le programme comprend deux phases, le spectacle et le Grafmédias, et quatre ateliers supervisés par des coaches des différents domaines concernés (décoration, multimédia, webradio, stylisme) sont proposés. Il doit y avoir un avant et un après. Avant, il y a l’appréhension d’aller sur scène, du public ; après, il y a la reconnaissance de ce dernier, une sensation nouvelle pour beaucoup, et la satisfaction d’être allé jusqu’au bout d’un projet : le travail sur la persévérance est au cœur de la mesure. Cette réussite s’inscrit dans le parcours des bénéficiaires et favorise leurs démarches d’insertion qui consistent généralement à trouver une possibilité de formation professionnelle de type apprentissage ou formation.

30Enfin, pour prendre encore un exemple, les journées NEOS sont destinées à tous les permanents : il s’agit d’un travail en double commande dans une activité qui relève d’une activité professionnelle autre que la sienne (éducation, formation, conseil, comptabilité, cuisine, tri des vêtements, etc.). Chaque collègue choisit chaque année un poste différent du sien et découvre ainsi d’autres fonctionnements, contraintes, projets, etc., et des synergies peuvent s’initier, ou se renforcer. Cette initiative est elle aussi importante pour la reconnaissance de la réalité de l’autre, et c’est une expérience qui renforce la solidarité entre pairs.

  • 12 Démarche a financé la production du livre et son impression.

31Comme je l’ai déjà exprimé quand nous avons échangé en 2017, pour moi, ce n’est pas l’arrivée qui compte, mais le chemin, c’est l’aventure qui m’intéresse plus que l’aboutissement, ce qui peut bien sûr sonner singulièrement dans une société nourrie à la culture du résultat. J’essaie de matérialiser cette manière de penser. Je m’efforce de commémorer régulièrement les réussites d’étapes, pour que ceux qui ont œuvré récoltent les fruits de ce qu’ils ont planté et cultivé. C’est dans ce but que Démarche a édité12 le fascicule retraçant son histoire de vie sous la direction de Pierre Dominicé. C’est un ouvrage collaboratif, à la fois créatif, et réflexif. Un exemplaire a été distribué à chaque nouveau collaborateur et nous avons aussi remis un ouvrage à des partenaires, des mandants et d’autres personnes intéressées.

Remarques conclusives

32La longue expérience d’accompagnement de l’autonomie professionnelle de la coopérative Démarche illustre pleinement les paramètres définitionnels de cette dernière mis en lumière par Foray :

L’autonomie ne saurait être présupposée et encore moins exigée a priori des personnes ; elle doit être soutenue. Elle n’est pas une donnée, censée être toujours disponible ; elle est conditionnée, c’est-à-dire « vulnérable » (2016 : 34-35) : elle dépend de conditions préalables, c’est-à-dire de protections offertes, de ressources mises à disposition et d’opportunités d’action (2016 : 180).

33La conversation menée avec son fondateur et directeur tend par ailleurs à valider l’hypothèse selon laquelle une éthique et une politique du care peuvent s’offrir comme une alternative face aux incapacités supposées du libéralisme à penser un monde socio-économiquement vulnérable (Tronto, 2009 [1993]) et à l’idéologie individualiste, inondant aussi bien le monde de l’éducation que le marché de l’emploi, « donnant à chacun l’illusion de pouvoir tout réussir » (Salzbrunn, 2007 : 53). Comme on peut en prendre conscience au travers de l’expérience partagée par Stéphane Manco, une perspective inspirée de cette éthique du « prendre soin » permet un accompagnement de l’autonomie conscient de ce qu’il est essentiel de « considérer » chaque individu et de résister à l’indifférence aux différences et à la banalisation des stigmates, sans perdre de vue que la fragilité est notre plus grand dénominateur humain commun :

Respecter la dignité de la personne […], la considérer comme capable de faire des choix raisonnables – des choix qui seront bons pour elle, et susceptibles d’être bons pour toute autre personne dans les mêmes conditions. La personne est à la fois considérée dans sa singularité, et reliée – au moins théoriquement – à toute l’humanité (Zielinski, 2009 : en ligne).

34Les bénéficiaires de Démarche cumulent pour leur part plusieurs facteurs d’insécurité :

Les personnes qui arrivent ici sont parfois dans le doute, la colère, le manque de confiance, le sentiment d’être des pions. Pour ce professionnel, son rôle consiste « à faire prendre conscience aux participants qu’il y a toujours une marge de manœuvre et qu’il importe de l’exploiter ». (Témoignage d’un formateur, dans Dominicé, 2019 : 61)

35Dans notre contexte contemporain où aucune place n’est plus évidente, accompagner l’autonomie suppose indéniablement de la « sécuriser », non pas sous la forme d’une caricaturale compassion consolatrice maternante et/ou paternaliste, mais par le biais d’une « attention partagée » (Roux-Lafay, 2016 : en ligne), qui « maint[ienne] une permanence de la protection à travers l’hétérogénéité et les ruptures des parcours individuels » (Deschavanne et Tavoillot, 2010 : 486), et, partant, permette aux bénéficiaires d’accroître réflexivité et confiance. Robert Castel le formule dans son essai sur la montée des incertitudes :

Il faut être […] protégé pour être autonome – j’entends par là pouvoir disposer d’un minimum de ressources et de droits pour être indépendant du besoin, affranchi de l’obligation de vivre au jour le jour la journée à la merci du moindre aléa de l’existence. L’histoire sociale (pas seulement française) montre que ces conditions de l’autonomie pour le plus grand nombre reposent sur l’existence d’institutions et la présence d’un État qui a promu une égalité de protections (2010 : 9).

36Démarche fait de toute évidence partie des institutions relevant des « appuis de socialisation » (Foray, 2017 : 19) : à sa vocation première d’insertion professionnelle se greffe la mission d’assurer la continuité de cette protection sociale. Loin d’abandonner les bénéficiaires à leur sort et de prôner le modèle du self-made-man, elle assume un engagement « interventionniste » et traite l’autonomie, à l’instar de Marta Nussbaum (2012 [2011]), comme une « capabilité », « non un simple ensemble de capacités individuelles développées par l’éducation et la pratique (les capabilités internes), mais l’ensemble constitué par ces capacités et les conditions sociales, politiques et économiques qui rendent possible leur exercice » (Foray, 2017 : 22).

37Perpétuellement confrontée à la question du « juste », c’est en respectant ces deux principes de « considération » et de « protection », ainsi qu’en s’appuyant sur des valeurs transcendant les situations singulières – « celles de la dignité, de l’humanité, de la liberté, de la décence ou de la responsabilité » (Dominicé, 2019 : 72) –, mais tout en pensant à partir de contextes de vie sociaux, politiques, religieux et économiques toujours particuliers, et non à partir de principes généraux, que Démarche évite l’écueil de l’idéalisme. En visant la poursuite de l’éducation de ses bénéficiaires, à savoir en s’efforçant de leur proposer de quoi « améliore[r] [leur] compréhension du monde [en l’occurrence professionnel] et augmente[r] [leur] possibilité de s’y diriger » (Roelens, 2018 : 224), elle les reconnaît comme des « acteurs éthiques », se fait « main tendue lorsque, d’aventure, un passage plus difficile se présente » (Deschavanne et Tavoillot, 2010 : 508), mais les laisse responsables de leurs choix, autonomes non pas seulement pragmatiquement, mais aussi moralement.

Haut de page

Bibliographie

Bégorre-Bret, Cyrille (2015), Aristote. Éthique à Nicomaque. Livres VIII et IX [L’amitié]. A. Paris, Ellipses.

Castel, Robert (1995), Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

Castel, Robert (2009), La montée des incertitudes, Paris, Seuil.

Castel, Robert (2010), « L’autonomie, aspiration ou condition ? », La vie des idées, [en ligne], https://laviedesidees.fr/L-autonomie-aspiration-ou.html (consulté le 30 avril 2022).

Damasio, Alain (2017) : « Self-Made-Man ? ou la créativité discutable de Nolan Peskin », dans S. Calvo (dir.), Au bal des actifs. Demain le travail, Clamart, La Volte, p. 359-421.

Deschavanne, Éric et Pierre-Henri Tavoillot (2010), Philosophie des âges de la vie, Paris, Arthème Fayard/Pluriel.

Dominicé, Pierre (dir.) (2019), Histoire de vie de Démarche, Lausanne, Démarche.

Dormont, Brigitte et Sandrine Dufour-Kippelen (2000), « Insertion professionnelle et autonomie résidentielle : le cas des jeunes peu diplômés », Économie et statistique, n° 337-338, p. 97-120.

Foray, Philippe (2016), Devenir autonome. Apprendre à se diriger soi-même, Paris, ESF Éditeur.

Foray, Philippe (2017), « Autonomie », Le Télémaque, no 51, p. 19-28.

Gardou, Charles (2012), La société inclusive, parlons-en ! Il n’y a pas de vie minuscule, ÉRÈS.

Garrau, Marie (2018), Politiques de la vulnérabilité, CNRS Éditions.

Gauchet, Marcel (2004), « Le socialisme en redéfinition », Le Débat, histoire politique, société, n°131, p. 87-94.

Laroque, Geneviève (2005), « Accompagner l’autonomie », dans C. Gardou (dir.), Parents d’enfants handicapés, Paris, Erès, p. 109-119.

Laugier, Sandra (2013), « Veena Das, Wittgenstein et Cavell : le care, l’ordinaire et la folie », dans A. Lovell et al. (dir .), Face aux désastres. Une conversation à quatre voix sur la folie, le care et les grandes détresses collectives, Montreuil-sous-Bois, Ithaque, p. 161-192.

Nussbaum, Marta (2008 [2000]), Éduquer ses enfants, Paris, Odile Jacob.

Nussbaum, Marta (2012 [2011]), Capabilités, Paris, Flammarion.

Pahud, Stéphanie (2015), LANORMALITE, Lausanne, Éditions de l’Âge d’Homme.

Paul, Maela (2016/2020), La démarche d’accompagnement. Repères méthodologiques et ressources théoriques, De Boeck Supérieur.

Prigent, Steven (2021), L’anthropologie comme conversation. La relation d’enquête au cœur de l’écriture, Toulouse, Anarchasis Éditions.

Rioufreyt, Thibaut (2016), « Le social-libéralisme, du label politique au concept scientifique », Raisons politiques, n°61, pp. 115-127.

Roelens, Camille (2018), « L’autorité formative : bienveillance et autonomie durable », Education permanente, 214, p. 215-224.

Roux-Lafay, Corinne (2016), « L’éthique du care dans le champ éducatif ou le nouveau paradigme de la bienveillance », Les Cahiers du CERFEE, no 42, [en ligne], https://journals.openedition.org/edso/1857 (consulté le 30 avril 2022).

Saint-Exupéry (de), Antoine (2000) : Citadelle, Paris, Gallimard.

Salzbrunn, Monika (2007), « Entre autonomie et insertion. Les grands dispositifs de la politique de la jeunesse et de la famille en Allemagne », Horizons stratégiques, no 4, p. 43-69.

Shazer (de), Steve (1985), Keys to Solution in Brief Therapy, New York, Norton.

Tronto, Joan (1993/2009), Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte.

Zielinski, Agata (2009), « Pour une éthique de la relation : La dimension relationnelle de l’autonomie et de la vulnérabilité », CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie), 1res rencontres scientifiques sur l’autonomie, [en ligne], http://halage.info/wp-content/uploads/2019/01/Agata-Zielinsky-Autonomie_et_vulnerabilite.pdf (consulté le 30 avril 2022).

Haut de page

Notes

1 Voir https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/travail-remuneration/activite-professionnelle-temps-travail/population-active/dynamique-marche-travail.html.

2 Site de la Coopérative : https://demarche.ch/.

3 Ces valeurs sont consignées dans la charte éthique de Démarche, accessible en ligne, URL : https://demarche.ch/charte-ethique/?r=0_0.

4 Entretien réalisé par l’auteure, Lausanne, 21 mars 2022.

5 Entretien réalisé par l’auteure dans le cadre d’une extension de l’essai LANORMALITE (Pahud, 2015), Lausanne, 15 juillet 2017, restitution en ligne, URL : https://www.hysteriesordinaires.com/?p=800.

6 Pour une discussion des divers usages des catégories « social-libéralisme », « libéralisme social » et « socialisme libéral », voir Rioufreyt, 2016 ; la perspective ici rapportée rejoint la conception du socialisme de Marcel Gauchet : « La où le libéralisme voit la société des individus […], le socialisme voit l’individu dans la société. À ses yeux, le sort des individus ne peut être séparé de l’état de la société à laquelle ils appartiennent. Si les individus sont le but, la société est le moyen indispensable. Cela se traduit immédiatement dans la priorité donnée à l’égalité, comme condition de la liberté. De la même façon, là où le libéralisme parle de droit, le socialisme parlera plutôt de justice, de l’organisation collective en vue de la juste place des individus les uns par rapport aux autres. Ainsi le socialisme se distinguera-t-il encore, toujours dans la même ligne, par l’accent porté sur l’accomplissement politique des libertés individuelles dans l’exercice de la souveraineté collective. C’est dans la participation au pouvoir sur la chose commune, pour lui, que la puissance de l’individu s’épanouit véritablement. (2004 : 92-93)

7 Pour saisir le principe et l’origine de la démarche, voir notamment De Shazer, 1985.

8 Anciennement le Service de l’emploi (SDE).

9 Voir Éthique à Nicomaque, livre IX [L’amitié] (Bégorre-Bret, 2015).

10 L’une des structures apprenantes de Démarche, active dans le recyclage.

11 Site de Sceniprod : https://scenicprod.ch/.

12 Démarche a financé la production du livre et son impression.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Pahud, « Démarcher l’autonomie professionnelle éthiquement : conversation avec le directeur d’une entreprise apprenante et citoyenne suisse »Éthique publique [En ligne], vol. 24, n° 2 | 2023, mis en ligne le 23 janvier 2023, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/7443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.7443

Haut de page

Auteur

Stéphanie Pahud

Docteure ès lettres, Stéphanie Pahud est linguiste, maître d’enseignement et de recherche à l’École de français langues étrangères de l’Université de Lausanne. Ses recherches et publications, faisant dialoguer perspectives discursive, sociolinguistique et éthique, portent sur les normes sociolangagières mais aussi de sexe/genre et corporelles ainsi que sur la didactique du français. Elle est notamment autrice de Chairissons-nous. Nos corps nous parlent (Favre 2019), LANORMALITÉ (L’Âge d’Homme 2016), et Petit traité de désobéissance féministe (Arttesia 2011).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search