Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 24, n° 2Dossier principalNudges, désinformation et autonom...

Dossier principal

Nudges, désinformation et autonomie citoyenne. Une critique de Sunstein

Jean-Gabriel Piguet

Résumés

Les nudges déployés par les plateformes numériques pour lutter contre la désinformation non censurable soutiennent-ils véritablement l’autonomie des citoyens, au-delà de leurs avantages présumés en termes de santé publique ? Dans Liars (2021), Cass R. Sunstein présuppose que l’on peut s’appuyer sur la théorie du paternalisme libéral pour répondre par l’affirmative. A contrario, nous montrons en premier lieu que les critères qui permettraient de l’affirmer dans ce cadre théorique ne se retrouvent pas dans tous ces dispositifs et sans condition. Leur usage « sauvage » atteste donc de l’ambigüité des objectifs du nudging contre la désinformation tel qu’il a été déployé jusqu’ici, lesquels oscillent entre sécurité et autonomie. Nous entendons la lever en montrant en second lieu pourquoi l’éducation du jugement des utilisateurs doit être l’objectif prioritaire de la lutte contre la désinformation, et en quoi ces nudges gagneraient à intégrer des dispositifs stimulant la réflexivité et l’ouverture des utilisateurs.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis les élections présidentielles américaines et le Brexit de 2016, l’espoir selon lequel l’accès illimité à une information libérée de toute forme de contrainte éditoriale constituerait à lui seul un chemin d’émancipation a trouvé sa place au cimetière des « utopies déchues » de l’histoire d’Internet (Tréguer, 2019). Il est désormais courant de voir la régulation de l’information en ligne présentée comme une sorte d’antidote de la « démocratie des crédules » qui permettrait de protéger l’autonomie de jugement des utilisateurs (Bronner, 2013). Ainsi le Code de bonnes pratiques contre la désinformation de la Commission européenne appelle-t-il les plateformes numériques à renforcer « l’autonomie des consommateurs » et à garantir l’accès à une information pluraliste en augmentant la visibilité des contenus « dignes de confiance » (Commission européenne, 2018 : 7). De même, on pouvait lire jusqu’en 2020 dans les « Standards de communauté » de Facebook que la plateforme cherchait à « donner aux gens le pouvoir de décider eux-mêmes de ce qu’ils lisent, de ce à quoi ils font confiance et de ce qu’ils partagent en les informant avec plus de contexte et en promouvant la culture de l’information » (Facebook, 2020a).

2Pour promouvoir cette « culture de l’information », les grandes plateformes combinent censure et nudging. Après avoir été repérés par un algorithme ou taggés par un utilisateur, les contenus identifiés comme faux et dangereux par les équipes de modération sont retirés. Lorsqu’un contenu faux mais non immédiatement dangereux est publié, l’architecture de choix des utilisateurs est modifiée, soit par la diminution de la visibilité des contenus concernés, soit par le truchement d’avertissements visant à attirer l’attention des lecteurs sur des sources certifiées.

3Si les modalités d’édiction et d’application par les plateformes de ces nouvelles « lois du web » ont suscité d’abondantes critiques (Angelopoulos et al., 2016 ; Elghawaby, 2018 ; Kuczerawy, 2019 : 299-300 ; Tambini, Leonardi et Mardesen, 2008), de même que leur méthode d’identification de la désinformation et leur rapport à la censure (Badouard, 2020), le recours au nudging comme dispositif d’aide à l’autonomie et de lutte contre la désinformation n’a pas retenu la même attention dans l’espace public. Le fait est d’autant plus frappant que, depuis la publication par Cass. R. Sunstein et Richard H. Thaler de Nudges. Improving decisions about Health, Wealth, and Happiness (2008), de nombreux auteurs ont fait valoir non seulement que le nudging n’était pas une aide à l’autonomie puisqu’il ne faisait pas de la cible un agent « capable de meilleur choix », mais qu’il la menaçait en manipulant ses mécanismes inconscients pour son bien (Bovens, 2008 : 10-11 ; Grüne-Yanoff, 2012 : 636 ; Waldron, 2014 : 8). À notre connaissance, ces objections traditionnelles n’ont été mobilisées contre le nudging utilisé dans le cadre de la lutte contre la désinformation que par la philosophe Barbara Stiegler, selon laquelle l’ambition même de « réinformer » constitue une négation de la présomption de rationalité des citoyens (Stiegler, 2021), sans que sa critique ne trouve un grand écho.

4Sans doute peut-on expliquer ce relatif silence par le fait qu’il est plutôt évident que l’accès à une information exacte et équilibrée est une « précondition » de toute délibération démocratique (Lukassen, 2020 : 81) et de tout choix individuel. Partant, tout ce qui contribue à attirer l’attention de l’utilisateur sur une information certifiée et éclairer son avis sur des matières d’importance individuelle et collective semble pouvoir se présenter à bon droit comme un outil d’empowerment cognitif (Sen, 1993 [1987]), sans que cela implique le désaveu de la rationalité des citoyens, comme le soutient Stiegler, ou aucune manipulation.

5Sans doute est-ce également la raison pour laquelle Sunstein ne considère pas dans son ouvrage consacré à la désinformation que ce type de nudging pose un quelconque problème d’éthique publique. Ce dernier avait développé dans ses ouvrages précédents une abondante casuistique établissant les conditions auxquelles les nudges peuvent exercer un paternalisme de type libéral, c’est-à-dire respectueux de leur autonomie (Sunstein, 2015). Mais celui-ci se contente dans Liars d’appeler de ses vœux les modifications de l’architecture de choix des utilisateurs mentionnées, comme alternative à la censure pour les contenus faux non censurables (Sunstein, 2021 : 5, 17-18, 41, 102, 107, 114, 120, 125 et 133) pour lutter contre la « tromperie » des citoyens ordinaires en ligne (Sunstein, 2021 : 125 et 152) et protéger l’autogouvernement démocratique (Sunstein, 2021 : 33 et 125).

6Les nudges qui visent à attirer l’attention de l’utilisateur sur les contenus certifiés suscitent donc moins de craintes éthiques et politiques que d’autres types de nudges qui s’adressent prioritairement aux mécanismes inconscients, ou que la censure pure et simple. Est-il vrai, toutefois, que les dispositifs de nudging présentés comme une alternative à la censure visent tous et prioritairement à renforcer l’autonomie du jugement des utilisateurs, sans qu’il soit besoin d’en préciser les conditions d’utilisation ? Nous voudrions, dans les lignes qui suivent, éprouver une telle évidence en confrontant ces pratiques de nudging à la théorie du paternalisme libéral. Les conditions que Sunstein a lui-même élaborées dans les œuvres précédentes pour déterminer si un nudge peut être considéré comme une aide à l’autonomie de jugement sont-elles véritablement remplies ? Et, si, comme nous le soutiendrons, tel n’est pas toujours le cas, à quelles conditions pourraient-elles mériter ce qualificatif ?

Les nudges comme aide au jugement autonome : six conditions de Sunstein

7Pour répondre à cette dernière question, il nous faut rappeler en premier lieu à quelles conditions Sunstein considère un nudge comme une véritable aide à l’autonomie, et en quel sens. On chercherait en effet en vain de telles précisions dans Liars, qui suppose connue la théorie du paternalisme libéral. Il est donc nécessaire de restituer ces conditions indépendamment de la question de la désinformation en ligne.

8Rappelons tout d’abord que, par le terme de nudge, Sunstein désigne

[…] tout aspect de l’architecture de choix qui modifie le comportement des individus dans une direction prévisible sans interdire une option ou changer significativement leurs incitations économiques (Sunstein et Thaler, 2008 : 25).

9Les nudges sont donc 1) des modifications de « l’architecture de choix » 2) destinées à changer certains choix 3) d’une manière prévisible 4) sans éliminer les options ou externalités de ces choix (ni par l’interdiction ni par l’incitation).

10Si la quatrième condition empêche toute confusion entre nudge et coercition, cette définition ne comporte aucun élément qui permettrait de considérer que le nudging est en lui-même un outil d’amélioration de l’autonomie de jugement des nudgees. Au contraire, Sunstein n’a jamais nié que l’utilisation du nudging pouvait constituer une forme de manipulation et de violation de l’autonomie de ses cibles. Sa thèse principale consiste plutôt à défendre qu’une telle caractéristique n’est pas intrinsèquement liée au nudging, et que, sous certaines conditions, les nudges peuvent non seulement éviter de violer l’autonomie de leurs cibles mais constituer un soutien positif à leur autonomie de jugement.

Le respect de l’autonomie

11Commençons par le premier type de conditions, celui qui permet de garantir qu’un nudge ne manipule pas sa cible. Selon Sunstein, le nudger peut violer l’autonomie de sa cible sans faire usage de coercition de plusieurs façons. Tel est le cas, tout d’abord, s’il ambitionne de faire le bien de l’individu nudgé en suivant des critères du bien qui ne sont pas les siens. Un mécanisme d’enrôlement automatique dans un parti ou une Église qui serait annulable, uniquement si l’individu concerné le refuse explicitement, violerait l’autonomie de ce dernier en dépit du fait qu’il n’implique aucune coercition (Sunstein, 2015 : 416 et 438). A contrario, poursuit Sunstein, un tel mécanisme appliqué à l’assurance maladie ou aux plans d’épargne pour la retraite ne la violerait pas nécessairement dans la mesure où la plupart des individus normaux souhaitent être couverts s’ils tombent malades et vivre décemment s’ils ne sont plus en âge de travailler (2015 : 429-432).

12Dans le premier cas, l’architecte du choix impose un paternalisme « dur », ou paternalisme des fins, lequel vise le bien de ses cibles, quoiqu’elles pensent du bien. Dans le second cas, il s’agit également d’une forme de paternalisme puisque le nudger interfère avec le choix des individus dans un cas où aucune violation du principe libéral de non-nuisance à autrui n’est avérée. Il reste cependant libéral dans la mesure où il ne viole pas les préférences des utilisateurs. Il s’agit d’un paternalisme « doux », ou paternalisme des moyens (Sunstein, 2014 : 20). Non seulement ce paternalisme ne force à rien, mais il ne vise qu’à amener les individus à poser de meilleurs choix « tels qu’ils les jugent eux-mêmes » (Sunstein, 2008 : 5).

13Sans doute faut-il expliciter le sens de cette dernière clause pour comprendre en quoi ce paternalisme est libéral. En quoi, en effet, le nudger respecte-t-il les préférences du nudgee s’il vise à modifier le choix que ce dernier effectuerait sans son intervention ? On pourrait objecter que le choix de la personne influencée est le reflet fidèle de ses véritables préférences in situ. La distinction centrale entre paternalisme doux et dur repose, d’une part, sur la possibilité de distinguer deux types de préférences, celles dictées par le système automatique, et celles dictées par le système délibératif, et d’autre part, sur l’idée de « personnalité fragmentée » (Bovens, 2015 : 212). En effet, Sunstein suit une distinction canonique des études comportementales en distinguant un système automatique (le Système 1 qui s’appuie sur des processus rapides, intuitifs et difficilement contrôlables) et un système délibératif ou rationnel (le système 2, réfléchi, lent et conscient). Or, et c’est là le point de départ de l’éthique libérale du nudging, nos deux systèmes interagissent souvent de telle façon que nos choix ne correspondent pas à ce que notre système 2 nous indique comme notre intérêt et notre préférence, et le système 2 est lui-même grevé de nombreux biais. En effet, « des centaines d’études le confirment » dans la « nouvelle science du choix » : « les prévisions humaines sont erronées et biaisées. La prise de décision humaine ne vaut guère mieux » (Sunstein et Thaler, 2008 : 28).

  • 1 Pour un examen détaillé des différents types de biais voir Sunstein, 2014 : 25-51.

14Aussi la théorie du choix rationnel issue de l’économie classique est-elle « évidemment fausse » lorsqu’elle affirme que « nous prenons presque tous, presque tout le temps, des décisions conformes à nos intérêts ou, au moins, meilleures que celles qui seraient prises en notre nom par quelqu’un d’autre » (2008 : 31). Les travaux de Tversky et Kahneman (2000), en particulier, ont démontré selon Sunstein que le jugement et la décision humaine sont structurés par des « heuristiques » semi-automatiques lestées de nombreux biais, tels que le biais de confirmation, d’ancrage, de disponibilité ou de représentativité. À l’inverse des « econs » idéaux, les individus normaux montrent un optimisme excessif, et sont naturellement portés vers le statu quo par aversion pour la perte dans leurs choix économiques. Ils s’avèrent également extrêmement sensibles aux effets de cadrage d’une présentation1, sans parler de la faiblesse de leur volonté en situation de tentation.

  • 2 Sunstein évoque de nombreuses objections possibles à son raisonnement, comme celles de l’indétermin (...)

15Sunstein part donc du postulat selon lequel les choix effectifs d’un individu ne reflètent pas toujours la structure générale de ses préférences, soit par défaut de compréhension de la situation, soit par faiblesse de volonté. Parmi les nombreux exemples donnés par Sunstein pour expliciter cette considération, celui de l’alcoolique est sans doute le plus parlant (2015 : 432). À s’en tenir au choix de l’alcoolique qui prend une bière, explique-t-il, on pourrait croire que sa préférence consiste à prendre sa bière plutôt que de rester en bonne santé. Un choix est toujours issu d’une préférence. Pourtant, on ne peut ignorer qu’avant la confrontation avec la tentation, l’alcoolique préférait sans doute cesser de l’être et que, s’il arrive durablement à vaincre cette tentation, il ne le regrettera pas de ne plus l’être. Dès lors, conclut Sunstein, il est moralement permis d’aller plus loin que ce que le libéralisme classique de J. S. Mill considérait comme la seule interférence légitime avec l’autonomie des individus (la limitation du tort à autrui ou la célèbre « exception du pont ») (Sunstein, 2014 : 105-106), et aider l’alcoolique en rendant plus difficile d’accès les boissons alcoolisées dans les lieux publics, par exemple. Une interférence de ce type se distingue du paternalisme dur2 dans la mesure où elle est ancrée dans les préférences individuelles.

16Si cette première condition générale (le respect des préférences individuelles) est remplie, un nudge peut encore être manipulatoire d’une seconde manière, lorsqu’il agit expressément comme une forme de tromperie. Ainsi en est-il des informations fausses, mais également des tromperies visuelles (Sunstein, 2014 : 139), comme celles qui simulent une modification de la chaussée pour forcer l’automobiliste à ralentir et les messages subliminaux. Un nudge pourrait être également qualifié de manipulatoire s’il n’était pas transparent, c’est-à-dire, si tout ce que son « paternalisme doux » entreprenait ne pouvait être « visible, public, et entièrement observable » (Sunstein, 2014 : 148).

17En revanche, conclut Sunstein, si ces trois conditions sont respectées (respect des préférences [C1], non-tromperie [C2], et transparence [C3]), le nudging ne peut être accusé de manipuler ses cibles, y compris s’il s’adresse prioritairement au système 1. Lorsqu’un nudger bienveillant choisit de réduire la taille des assiettes moyennes d’une cantine pour donner l’impression d’une plus grande portion, le système 2 et la capacité d’autodétermination de l’agent ne sont certes pas améliorés, mais rien ne permet d’affirmer qu’il soit trompé. Surtout, et il s’agit sans doute là de l’un des arguments les plus forts du paternalisme libéral, en l’absence de nudge, le jugement individuel n’en serait pas pour autant plus objectif et le choix plus libre, car il existe inévitablement une architecture de choix non choisie qui influence le choix (Sunstein, 2014 : 14). Mieux vaut donc que ce soit pour la santé publique et l’accomplissement des préférences du nudgee que pour les seuls profits des régies publicitaires et des entreprises, conclut Sunstein.

L’aide à l’autonomie de jugement : quand est-elle requise et en quoi consiste-t-elle ?

18Si cette première série de conditions est remplie, Sunstein considère donc qu’un nudge aide à la réalisation de préférences du nudgee mais quil n’en fait pas pour autant un agent plus rationnel, c’est-à-dire un agent sachant mieux exercer son jugement pratique.

  • 3 Dans « The Ethics of nudging », Sunstein réduit explicitement l’autonomie à « l’intérêt pour l’auto (...)

19Précisons qu’un nudge n’a pas besoin d’être positivement facteur d’autonomie de jugement pour être éthiquement acceptable aux yeux de Sunstein. Il suffit qu’il ne la viole pas et qu’il soit configuré pour actualiser une vision du bien selon des critères qui soient ceux des cibles elles-mêmes. Lorsque Sunstein aborde les objections des défenseurs de l’autonomie dans Why Nudge, ce dernier se contente de défendre une version qu’il appelle « fine » de l’autonomie3, dans laquelle l’autonomie est considérée comme l’un des éléments du bien-être individuel, par opposition aux théories « épaisses » qui valorisent l’autonomie pour elle-même et en toutes circonstances. De plus, argue-t-il, même les partisans d’une version « épaisse » de l’autonomie devraient reconnaître que l’individu ne valorise pas les choix actifs en toutes circonstances. À l’inverse, c’est plutôt l’injonction permanente au choix actif – de la couleur des campagnes de lutte contre le tabagisme à la taille des assiettes dans les cantines – qui retirerait aux citoyens du pouvoir de choix sur les questions qui importent, comme le choix d’un parti ou d’une Église (Sunstein, 2015 : 416). Du reste, le type de nudging qui n’améliore pas la rationalité et l’autonomie de jugement de l’agent constitue néanmoins un empowerment dans la mesure où il aide l’agent à réaliser ses préférences.

20En certains cas, cependant, concède Sunstein, on peut raisonnablement présumer qu’un choix actif est désiré par les individus normaux, et qu’ils ne disposent pas de suffisamment d’information pour le faire. Ces derniers attendent donc un surcroît d’information pour éclairer leur choix. Sunstein reconnaît alors qu’une stratégie de nudging « compte comme manipulatoire si elle tente d’influencer les personnes d’une façon qui n’engage ou ne fait pas suffisamment appel au choix réflexif et délibératif » (2015 : 443). Dans ce cas, un soutien à l’autonomie cognitive des cibles est non seulement souhaitable, mais requis pour que le paternalisme exercé soit effectivement libéral.

21Ce soutien doit prendre la forme d’une information intelligible et équilibrée. En d’autres termes, il doit appartenir à la catégorie des nudges que Sunstein appelle éducatifs ou informationnels (C4). Il est indéniable selon Sunstein que

de nombreux nudges [éducatifs] promeuvent l’autonomie […]. Un choix ne devrait pas être considéré comme un choix autonome s’il se fonde sur l’ignorance : si quelqu’un prend un médicament pour l’estomac en pensant guérir d’un rhume, on n’interfère pas avec son autonomie en l’informant qu’il s’agit d’un médicament pour l’estomac. L’autonomie requiert des choix informés, et de nombreux nudges sont spécifiquement conçus pour garantir que les choix soient informés (2015 : 437).

22Pour constituer une authentique aide à l’autonomie, cette information doit respecter plusieurs conditions. En premier lieu, le nudger doit avoir de bonnes raisons de penser qu’un nudging serait utile (C5), c’est-à-dire qu’il existe un déficit de connaissance ou de rationalité dans les individus cibles (a), et que le nudging pourra inciter les individus cibles de façon prévisible à faire des choix que les individus ne parviennent pas à faire par eux-mêmes, mais qui sont dans leur intérêt « as judged by themselves » (b). En second lieu, le nudge doit s’adresser « prioritairement » et « suffisamment » au système 2. En effet, précise Sunstein, il ne suffit pas qu’un nudge soit de type informationnel pour qu’il serve effectivement à éduquer le jugement de la cible. Une campagne d’information peut être factuellement exacte et manipulatoire en jouant avec les limites de la tromperie :

Supposons que pour la population concernée, le risque de mourir d’une maladie cardiaque soit très faible – disons un sur 100 000 – et que les gens soient beaucoup plus influencés par l’idée de « tripler le risque » qu’ils ne le seraient s’ils apprenaient qu’ils peuvent augmenter un risque de 1/100 000 à 3/100 000. [...] Ou supposons que les architectes des choix soient conscients du pouvoir de l’aversion pour la perte […]. Ils pourraient choisir délibérément de mettre l’accent, dans le cadre d’une campagne d’information, sur ce que les gens perdraient à ne pas utiliser de techniques de conservation de l’énergie, plutôt que sur ce qu’ils gagneraient à utiliser ces techniques (Sunstein, 2015 : 444-445).

23Dans ces deux cas, les nudgees ne sont pas mis en position de faire un choix rationnel, car l’information dont ils bénéficient vise en réalité à activer une peur disproportionnée. Sunstein pose donc implicitement une dernière condition, si vague soit-elle, pour qu’un nudge soit considéré comme un empowerment du jugement des cibles et non une forme de manipulation : il doit fournir une information « suffisante » et ne pas jouer sur des peurs irrationnelles (C6).

24Précisons que cette dernière condition ne signifie d’aucune manière aux yeux de Sunstein qu’il serait interdit dans un message d’information destiné à éclairer les choix de santé des cibles du nudge de faire appel aux systèmes 1 et 2 en même temps, comme dans les exemples suivants :

  1. Les architectes de choix pourraient choisir un avertissement sanitaire graphique, sur la base de la théorie selon laquelle une présentation émotionnelle, voire viscérale, pourrait avoir des effets significatifs.

  2. Ils peuvent être conscients qu’une déclaration indiquant qu’un produit est « sans graisse à 90 % » a un impact différent de celui d’une déclaration indiquant qu’un produit est « gras à 10 % », et ils peuvent choisir le cadre qui a l’effet désiré.

  3. Ils peuvent prendre une décision stratégique sur la manière de présenter les normes sociales, sachant que la bonne présentation – par exemple, mettre l’accent sur le comportement au sein de la communauté locale – peut avoir un impact important sur le comportement des gens. (2015 : 446)

25En outre, un nudge doit prioritairement informer lorsqu’un choix actif est requis, sans manipuler la présentation dans un sens qui serait contraire aux intérêts réels des individus, mais il peut tout à fait chercher à persuader sa cible en usant de toutes les techniques à sa disposition.

De la théorie aux pratiques de nudging contre la désinformation

26Comme nous le notions dans notre introduction, les nudges éducatifs sont sans doute ceux qui suscitent le moins de controverse éthique dans la mesure où ils s’adressent prioritairement à la raison consciente des utilisateurs, et dans la mesure où leur utilisation n’implique apparemment aucune censure sur les plateformes numériques. Il ne s’agira donc pas pour nous dans cette seconde partie d’interroger les critères définitionnels des nudges éducatifs eux-mêmes ou leur apport à l’autonomie en tant que tels, que nous tenons ici pour évidente. Nous ne mettrons pas non plus en cause les modalités d’identification de la désinformation par les plateformes, que nous tiendrons pour possible par hypothèse.

27Il s’agira plutôt de comprendre en quel sens et à quelles conditions les dispositifs présentés par Sunstein comme des nudges éducatifs efficaces dans le champ de la désinformation peuvent être compris comme tels. Nous voudrions ainsi démontrer premièrement, que tous les dispositifs évoqués ne sont pas des nudges, et encore moins des nudges éducatifs, à moins que leur pratique ne soit encadrée, et, deuxièmement, que leur utilisation sans condition atteste d’une ambigüité des justifications de la lutte contre la désinformation, qui requiert de montrer pourquoi il est préférable d’user de nudges éducatifs plutôt que de censure masquée.

Invisibilisation et censure

28Est-il bien certain que les dispositifs mentionnés par Sunstein sont tous d’authentiques nudges ? La chose paraît difficilement contestable en ce qui concerne les dispositifs de réinformation, qu’il s’agisse des avertissements sur le caractère douteux d’un contenu, des démentis formels, ou de la simple invitation à vérifier la validité d’une information sur un site officiel. Il semble en revanche plus difficile d’intégrer dans la famille des nudges la pratique dite du downgrading que la plupart des plateformes pratiquent et que Sunstein recommande dans Liars (2021 : 17 et 103), du moins sans que soit précisées ses conditions d’acceptabilité.

29On se souvient en effet que les nudges sont des « coups de pouce », c’est-à-dire qu’ils ne comportent aucune forme de coercition. Or, si la visibilité d’un contenu est diminuée au point d’être invisible ou de nécessiter d’abondantes recherches pour que celui-ci soit trouvé par celui à qui il aurait été recommandé en priorité si ce contenu n’avait été « tagué » comme désinformation, on peine à voir ce qui distingue encore cette pratique de la censure.

30Le cas de figure est loin d’être purement théorique. Comme le rapporte Romain Badouard, certaines pages issues de la gauche radicale comme « Cerveaux non disponibles » ou « Nantes révoltée » ont soudainement cessé d’être affichées sur les fils d’actualité de ceux qui les suivaient entre 2016 et 2018. À la suite de ces décisions de modération, le nombre de vues de leurs publications a été divisé par 100. Si l’on ignore tout à fait l’ampleur de ce phénomène sur les grandes plateformes numériques, la manière insidieuse de cette censure masquée interroge en elle-même : « les comptes n’ont pas été fermés, les publications n’ont pas été bloquées, mais le réseau social les a empêchés en toute opacité d’atteindre leur public habituel » (Badouard, 2020 : 7/100).

31De toute évidence, pour pouvoir être intégrée à la famille des nudges et présentée comme une alternative à la censure, la pratique du downgrading doit donc être encadrée et transparente. De même qu’on ne pourrait plus parler de nudge si un produit nocif pour la santé était disposé dans une cantine de telle sorte que personne ne le voit plus de facto ou qu’il faille marcher 20 minutes pour le consommer, on ne peut pas parler de nudging si les conditions d’accès au contenu problématique sont trop difficiles à atteindre. Un contenu peut cesser d’apparaître en premier dans l’ordre de recommandation algorithmique ou d’être mis en valeur par le design visuel de la plateforme, mais il doit rester visible par l’utilisateur a) dans le fil de nouvelles, lorsque l’algorithme de recommandation de la plateforme détermine qu’il est susceptible de l’apprécier b) dans le moteur de recherche de la plateforme, lorsque l’utilisateur cherche un contenu qui correspond aux caractéristiques du contenu problématique.

32Reconnaissons qu’il n’est pas évident de déterminer abstraitement ce en quoi consiste un contenu trop difficile à atteindre ou suffisamment visible et, partant, de distinguer nettement coup de pouce et coercition. Le principe même de ce type de nudging est de supprimer toute incitation à lire des contenus erronés, ce qui implique bien que ces derniers ne soient plus aussi visibles et facilement accessibles qu’auparavant. Il serait excessif de parler de censure au seul motif qu’un contenu cesse d’être recommandé ou d’apparaître en premier dans les fils de nouvelles de l’utilisateur. Toutefois, le problème ne semble pas plus grand dans le cas du downgrading que dans celui de la cantine, et, s’il est possible de déterminer des bornes raisonnables dans le second, cela doit l’être également dans le premier.

L’ambigüité de la lutte contre la désinformation : sécurité ou autonomie ?

33Le downgrading tel qu’il a été pratiqué pour lutter contre la désinformation manque donc à deux engagements essentiels du paternalisme libéral : l’absence de contrainte, d’une part, et la transparence (C3), d’autre part. Qui plus est, l’utilisation sans condition qui a été pratiquée sur les plateformes ainsi que l’absence de limites indiquées par ceux qui, comme la Commission européenne ou Sunstein, en appellent le développement témoigne de l’ambigüité des motifs de la lutte contre la désinformation.

34D’un côté, les stratégies d’invisibilisation et de réinformation de Facebook, par exemple, visent à « donner aux gens le pouvoir de décider eux-mêmes de ce qu’ils lisent, de ce à quoi ils font confiance et de ce qu’ils partagent en les informant avec plus de contexte et en promouvant la culture de l’information » (Facebook, 2020a). De même, Sunstein n’hésite pas à évoquer la diffusion de contre-vérités comme une forme de domination qui s’exerce sur les « citoyens ordinaires » au profit des plus puissants, et empêche l’exercice de l’autonomie démocratique (2021 : 49-50 et 125). Lutte contre la désinformation et défense de l’autonomie individuelle et collective ne semblent faire qu’un.

35Force est de constater cependant de l’autre côté qu’une autre valeur a été mise en avant pour justifier la lutte contre la désinformation, en particulier dans le contexte de la pandémie. Facebook diminue la visibilité de la désinformation en santé qui n’induit pas de risque sanitaire direct, au motif qu’il veut assurer une expérience d’utilisation « sécurisée », c’est-à-dire qui ne risque pas à terme de favoriser des comportements sanitaires indirectement dangereux pour la société dans son ensemble (Facebook, 2020b). Sunstein lui-même évoque plus souvent dans Liars les avantages du downgrading en termes de sécurité sanitaire qu’en termes d’autonomie (2021 : 3-5 et 17). Quant à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle comptait en décembre 2019 la désinformation parmi les dix menaces les plus importantes pour la sécurité sanitaire mondiale (OMS, 2019). Quelques mois plus tard, son directeur mettait en garde contre une « infodémie […] tout aussi dangereuse » que la pandémie émergente.

36Or, on peut douter qu’il s’agisse d’une seule et même chose d’appeler de ses vœux la lutte contre la désinformation par le déploiement de nudging pour défendre d’abord la sécurité dans le cadre d’une urgence sanitaire ou pour aider les individus à se faire une opinion raisonnable sur un sujet particulier.

37Dans le premier cas, le fait que les moyens employés ne se distinguent pas véritablement d’une censure compte moins que son efficacité présumée. Il peut sans doute être légitime de « confiner » les contenus erronés jugés trop contagieux, ou, si les circonstances l’imposent, de faire appel à une stratégie de réinformation qui, quoi qu’exacte sur le plan factuel, joue de façon disproportionnée sur les peurs des utilisateurs. On pourrait, par exemple, persuader un groupe peu concerné par un virus de se faire vacciner en insistant sur le fait que son risque d’infection augmente s’il ne le fait pas, contrairement à la condition (C6), pour peu que les bénéfices pour la santé d’autres groupes plus fragiles soient avérés.

38Dans le second cas, si le but premier des stratégies cognitives d’une plateforme est de favoriser l’exercice d’un jugement plus autonome, les pratiques de downgrading doivent être limitées. De surcroît, on ne cherchera pas tant à préserver les utilisateurs du contact avec certaines erreurs particulièrement dangereuses pour la collectivité qu’à lui donner les anticorps qui lui permettront de résister à « l’infodémie », même si cette stratégie peut s’avérer moins efficace à court terme (Niemiec, 2020). Enfin, les nudgers devront faire attention à ce que, comme l’écrivait Sunstein, les stratégies de réinformation fassent « suffisamment » appel au système 2 (C6).

Pour l’autonomie

39Faute d’avoir noté dans Liars que certaines pratiques sécuritaires pouvaient porter atteinte à l’autonomie de jugement des utilisateurs, Sunstein ne se préoccupe pas de savoir si ces atteintes sont justifiées dans le cadre du paternalisme libéral. Nous avons montré que certaines pratiques de lutte contre la désinformation n’étaient pas des nudges éducatifs. Mais pourquoi, au juste, faudrait-il que les plateformes utilisent prioritairement de tels nudges ? N’est-il pas légitime de favoriser la sécurité, notamment dans des circonstances exceptionnelles comme celles de la pandémie ? Tâchons de compléter le propos de Sunstein en indiquant pourquoi, selon nous, tel n’est pas le cas.

40On peut faire valoir, premièrement, qu’il existe dans les démocraties libérales une présomption selon laquelle les citoyens veulent non seulement être protégés sur le plan sanitaire, mais comprendre et exercer activement leur jugement sur toutes les questions qui comptent dans l’espace public, c’est-à-dire disposer d’informations suffisantes pour juger des opinions et actions de leurs concitoyens ou de leurs responsables politiques, y compris lorsqu’elles n’ont plus rien de raisonnable. En d’autres termes, l’existence de ces régimes implique une préférence pour la confrontation active de l’erreur, lorsqu’elle n’implique pas de danger immédiat, et de la vérité. Par conséquent, la minimisation de l’exposition à l’erreur ne peut être l’ambition première d’une stratégie de lutte contre la désinformation. On doit lui préférer par principe la réinformation qui permet de comprendre ce qu’il y a de faux dans les contenus en question, du moins lorsque la chose est possible par un utilisateur ordinaire (ce qui, néanmoins, exclut donc des contenus devant rester visibles les deep-fakes, les usurpations d’identité et les trolls sur les réseaux sociaux).

41Il nous faut également souligner, deuxièmement, qu’une atteinte peut être justifiée pour des motifs de sécurité, mais seulement lorsqu’elle s’avère nécessaire. Or, rien n’indique que ce soit le cas.

42Certes, certains éléments avancés par Sunstein pourraient être utilisés en ce sens. Sunstein affirme en effet qu’à l’ère « des technologies modernes », la désinformation peut « se propager en un instant » (2021 : 6) et que les affirmations faussent « se répandent plus vite que les vraies » (2021 : 41). Le chapitre 6 de Liars est consacré à expliquer « pourquoi les erreurs sont si puissantes » et « pourquoi les gens les croient » (2021 : 9 et 107).

43Sunstein y explique tout d’abord que l’esprit humain souffre d’un « biais de vérité », qui se manifeste sur les plateformes comme partout ailleurs. Même lorsque les individus lisent une information qu’ils savent être largement discréditée, ces derniers ont tendance à l’utiliser dans la formation de leur propre jugement. De surcroît, les gens sont plus « susceptibles de se souvenir, comme étant vraie, d’une déclaration dont on leur a dit explicitement qu’elle était fausse, que de se souvenir, comme étant fausse, d’une déclaration dont on leur a dit explicitement qu’elle était vraie » (Sunstein, 2021 : 74), sans parler de notre « myopie-métacognitive », qui nous dispose à donner bien plus d’importance aux informations primaires qu’aux informations sur ces informations (2021 : 73-74). Par conséquent, l’exposition à une erreur influence l’esprit bien au-delà du jugement conscient que peut formuler celui qui est en contact avec elle, y compris lorsqu’il s’agit d’un juge expérimenté au cours d’un procès. C’est le grand avantage de la diffamation sur sa réfutation : son effet lui survit toujours. Pire encore, lorsqu’un groupe est convaincu d’en savoir beaucoup sur un sujet donné, et qu’il est politiquement proche de l’énonciateur d’une contre-vérité qui porte sur ce sujet, il s’avère particulièrement enclin à le croire, et toute stratégie de réinformation ne fait que renforcer sa conviction erronée (Sunstein, 2021 : 79-81).

44Dans les discussions internes à des groupes fortement homogènes, comme c’est le cas des discussions en ligne, ajoute Sunstein, il est raisonnable de s’attendre à ce que l’effet de conformité induit par la pression des pairs joue en défaveur de la vérité et de supposer qu’on y retrouvera l’effet de polarisation observé dans les expériences menées hors plateforme.

45Enfin, Sunstein s’appuie sur d’autres études réalisées directement sur les plateformes pour montrer que ces dernières aggravent les biais observés ailleurs. Il cite notamment l’étude bien connue selon laquelle les algorithmes de recommandation de Twitter favorisent une circulation trois fois plus rapide des nouvelles erronées que celle des nouvelles avérées (2021 : 76). Ou encore, celles qui montrent l’existence « d’effets cascades » particulièrement forts sur les plateformes, à cause desquels les utilisateurs ont tendance, à divers degrés, à s’aligner sur les discours les plus affirmatifs (2021 : 84).

46Le problème n’est donc pas tant que le système délibératif serait démuni pour départager le vrai du faux, que son pouvoir pour informer la perception globale de la réalité est limité, trop limité pour que la lutte contre la désinformation se contente de réfutations ad hoc. Est-ce à dire que toute stratégie de réinformation est condamnée d’avance, et que l’on doit favoriser une pratique du downgrading proche de la censure pour sauver la santé collective dans les années à venir ?

47Notons que ce n’est pas la conclusion de Sunstein, qui introduit lui-même plusieurs nuances de taille, en reconnaissant notamment qu’il n’est pas certain que les chercheurs du MIT aient prouvé que les fausses nouvelles circulaient plus vite en général, ou que rien ne montre que les gens croient aux contenus qu’il partage (Sunstein, 2021 : 77). Quant à l’effet back-fire, ajoute-t-il, il est en réalité limité au groupe mentionné, et il n’empêche pas les stratégies de réinformation d’être efficaces sur le groupe ayant la même orientation politique mais moins de certitude sur son propre savoir (2021 : 79).

48D’autres travaux non mentionnés par Sunstein renforcent l’idée selon laquelle il n’existe aucun motif légitime de limiter l’autonomie de jugement des utilisateurs de plateforme, comme ceux qui relativisent l’exposition des utilisateurs de plateformes, ou leur adhésion à la désinformation qu’ils diffusent (Altay, Hacquin et Mercier, 2020 ; Cardon 2019). Certains d’entre eux établissent l’efficacité des approches réflexives, comme celle qui consiste à inciter l’utilisateur à se poser la question de la validité de ce qu’il transmet (Pennycook et al., 2021). En plus d’être efficace, cette stratégie favorise la réflexion autonome de l’utilisateur mieux que les simples avertissements. D’autres montrent que la focalisation de certains systèmes de recommandation sur les contenus similaires à ceux déjà appréciés par les utilisateurs ou ses semblables finisse par les lasser, et qu’un degré d’ouverture et de nouveauté est nécessaire au maintien de son attention (Ziarani et Ravanmehr, 2020). Si de tels résultats se confirmaient dans le champ de la désinformation, on peut espérer que l’effet bulle (Pariser, 2011), souvent considéré comme un élément consubstantiel de la crise de la désinformation, soit largement atténué par l’utilisation d’autres algorithmes, stimulant ouverture et nouveauté. Conjugués à un downgrading modéré, à une réinformation issue de sources fiables, ces deux dispositifs permettraient sans nul doute de se rapprocher d’une authentique politique de soutien à l’autonomie de jugement des utilisateurs, à égale distance de l’idée de rationalité parfaite des agents normaux comme de celle d’une épidémie de crédulité.

Haut de page

Bibliographie

Altay, Sacha, Anne-Sophie Hacquin et Hugo Mercier (2020), « Why do so few people share fake news? », New Media & Society, vol. 24, no 6, p. 1303-1324.

Angelopoulos, Christina et al. (2016), « Study of fundamental rights limitations for online enforcement through self-regulation », Institute for Information Law, https://scholarlypublications.universiteitleiden.nl/handle/1887/45869 (consulté le 23 mai 2022).

Badouard, Romain (2020), Les nouvelles lois du web. Modération et censure, Paris, Seuil.

Bovens, Luc (2008), « The ethics of nudge », dans T. Grüne-Yanoff et S. O. Hansson, Preference Change: Approaches from Philosophy, Economics and Psychology, New York, Springer.

Bronner, Gérald (2013), La démocratie des crédules, Paris, Presses universitaires de France.

Cardon, Dominique (2019), « Pourquoi avons-nous si peur des fake news ? », AOC Media, https://aoc.media/analyse/2019/06/20/pourquoi-avons-nous-si-peur-des-fake-news-1-2/ (consulté le 10 mai 2022).

Commission européenne (2018), Code de bonnes pratiques contre la désinformation, https://digital-strategy.ec.europa.eu/en/policies/code-practice-disinformation (consulté le 10 mai 2022).

Elghawaby, Amira (2018), « Social Media's Self-Regulation Isn't Enough », Center for International Governance Innovation, https://www.cigionline.org/articles/social-medias-self-regulation-isnt-enough/ (consulté le 10 mai 2022).

Facebook (2020a), « Misinformation », Community Standards, https://www.facebook.com/policies/ads/prohibited_content/misinformation (consulté le 22 juin 2020).

Facebook, Jin Kang-Xing (2020b), « Keeping People Safe and Informed About the Coronavirus », https://about.fb.com/news/2020/12/coronavirus/ (consulté le 3 mars 2022).

Grüne-Yanoff, Till (2012), « Old wine in new casks: libertarian paternalism still violates liberal principles », Social Choice and Welfare, Springer, vol. 38, p. 635-645.

Kahneman, Daniel et Amos Tversky (dir.) (2000), Choices, Values, and Frames. Cambridge, Cambridge University Press.

Kuczerawy, Aleksandra (2020), « Fighting Online Disinformation: Did the EU Code of Practice Forget about Freedom of Expression? », dans G. Terzis et al. (dir.), Disinformation and Digital Media as a Challenge for Democracy, Intersentia, vol. 6, p. 291-308.

Lukassen, Soeren (2020), « Democracy and the pre-conditions of communication », dans G. Terzis et al. (dir.), Disinformation and Digital Media as a Challenge for Democracy, Intersentia, vol. 6, p. 81-102.

Niemiec, Emilia (2020), « COVID-19 and misinformation », EMBO reports, vol. 21, no 11, EMBO Press, https://www.embopress.org/doi/full/10.15252/embr.202051420 (consulté le 23 mai 2022).

OMS/World Health Organization (2019), « Ten threats to global health 2019 », News, https://www.who.int/news-room/spotlight/ten-threats-to-global-health-in-2019 (consulté le 23 mai 2022).

Pariser, Eli (2011), The filter Bubble: What The Internet Is Hiding From You, New York, Penguin Press.

Pennycook, Gordon et al. (2021), « Shifting attention to accuracy can reduce misinformation online », Nature, no 592, p. 590-595.

Sen, Amartya (1993 [1987]), Éthique et économie, et autres essais, Paris, Presses Univesitaires de France.

Stiegler, Barbara (2021), De la démocratie en pandémie : santé, recherche, éducation, Paris, Gallimard.

Sunstein, Cass R. (2014), Why Nudge? The politics of libertarian paternalism, Yale, Yale University Press.

Sunstein, Cass R. (2015), « The ethics of nudging », Yale Journal on Regulation, vol. 32, no 2, p. 413-450.

Sunstein, Cass R. (2021), Liars. Falsehood and Free Speech in an Age of Deception, New York, Oxford University Press.

Sunstein, Cass R. et Richard H. Thaler, (2008), Nudges. Improving decisions about Health, Wealth, and Happiness, London, Yale University Press.

Tambini, Damian, Danilo Leonardi et Chris Marsden (2008), « The privatization of censorship: self-regulation and freedom of expression » dans D. Tambini, D. Leonardi et C. Mardsen (dir.), Codifying Cyberspace: communications Self-Regulation in the Age of Internet, Abingdon, Routledge/UCL Press, p. 269-289.

Tréguer, Félix (2019), L’utopie déchue : une contre-histoire d’Internet, Paris, Fayard.

Waldron, Jeremy (2014), « It’s All for Your Own Good », The New York Review of Books, https://www.nybooks.com/articles/2014/10/09/cass-sunstein-its-all-your-own-good/ (consulté le 12 mai 2022).

YouTube (2016), « How does YoutTube address misinformation », Our commitments, https://www.youtube.com/howyoutubeworks/our-commitments/fighting-misinformation/ (consulté le 23 mai 2022).

Ziarani, Reza Jafari et Reza Ravanmehr (2021), « Serendipity in recommender systems: A systematic literature review », Journal of computer science and technology, vol. 36, no 2, p. 375-396.

Haut de page

Notes

1 Pour un examen détaillé des différents types de biais voir Sunstein, 2014 : 25-51.

2 Sunstein évoque de nombreuses objections possibles à son raisonnement, comme celles de l’indétermination des préférences ou leur hétérogénéité, qui toutes deux semblent ruiner l’idée d’une forme de neutralité en valeurs du nudger. Il est impossible de les évoquer ici, et nous renvoyons le lecteur à Sunstein, 2014 : 96-99.

3 Dans « The Ethics of nudging », Sunstein réduit explicitement l’autonomie à « l’intérêt pour l’autonomie » (2015 : 439), et, dans Why Nudge, il adopte ouvertement une thèse welfariste (2014 : 54).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Gabriel Piguet, « Nudges, désinformation et autonomie citoyenne. Une critique de Sunstein »Éthique publique [En ligne], vol. 24, n° 2 | 2023, mis en ligne le 23 janvier 2023, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/7583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.7583

Haut de page

Auteur

Jean-Gabriel Piguet

Jean-Gabriel Piguet est diplômé de l’Institut d’études politiques (I.E.P. Paris) et réalise un doctorat en philosophie morale et politique sur le droit de résistance et la prudence dans la tradition libérale (ICP-Université de Poitiers). Après avoir été conseiller législatif en santé au Sénat et collaborateur scientifique FNS de l’Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme (Université de Fribourg), il est actuellement responsable du Centre et Service d’éthique appliquée qu’il a contribué à créer (HES-SO Valais-Wallis). Il y mène un travail d’enseignement et de recherche en bioéthique et éthique du numérique. À ce titre, après avoir obtenu un fonds Käthe Zingg Schwichtenberg sur les dilemmes de la censure sur Internet, il prépare un projet FNS de théorie politique et d’éthique du numérique sur le nudging pour l’année 2023. Cette publication bénéficie du soutien de la fondation Initiative for Media Innovation dans le cadre du projet en partenariat avec la RTS « Recommandation personnalisée : de la polarisation à l’ouverture », dont les parties sur la réflexivité et la sérendipité sont issues.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search