Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n° 2Présentation

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Éthique publique revêt un caractère particulier. Il souligne en effet les 25 ans d’existence de la Revue. Parue pour la première fois en 1999, à l’initiative de son premier directeur – le professeur Yves Boisvert – et de la chaire Fernand-Dumont sur la culture de l’INRS-Culture et Société (Université du Québec), la revue Éthique publique se fait un point d’honneur depuis toutes ces années d’animer et de faire connaître la recherche et la réflexion sur l’éthique publique, que celles-ci proviennent des milieux universitaires ou de la pratique de gens de terrain. Lors de cette toute première livraison de la Revue, il était écrit ceci dans le texte de présentation du numéro :

[…] Éthique publique espère […] contribuer à inscrire la sensibilité éthique dans la culture des acteurs sociaux et politiques. Nos pages seront donc ouvertes à tous ceux qui veulent participer à ce dialogue et faire partager le résultat de leurs travaux théoriques ou de leur expérience. La revue laissera s’exprimer la diversité des opinions, car un véritable questionnement éthique ne peut se faire qu’à travers la confrontation libre et ouverte des idées et des valeurs.

Chaque numéro essaiera de se faire l’écho du dialogue social sur des thèmes qui marquent le développement actuel de nos sociétés.

2Nous pouvons affirmer avec fierté que la Revue a toujours maintenu le cap dans la direction de ce qui était alors annoncé : une revue ouverte, accueillant la confrontation des idées, désireuse de faciliter le dialogue social. Multidisciplinaire dans son essence même, Éthique publique a fait le pari qu’il était possible d’échanger des points de vue et des perspectives méthodologiques et disciplinaires variés sur des questions et des enjeux d’éthique publique parfois très controversés, de manière à fournir aux lectrices et aux lecteurs un éclairage aussi pertinent et bien informé que possible.

3Au cours de ces années, nos numéros ont porté sur des thématiques relevant parfois plus spécifiquement de l’éthique gouvernementale (par exemple : L’état tuteur [2001], Éthique de l’administration et du service public [2002], Les gardiens de l’éthique [2007], Faire des lois sur l’éthique ? [2011], Éthique et scandales publics [2016], Enjeux éthiques de l’exercice des pouvoirs publics en temps de crise [2022]), ou plus largement de l’éthique de société (par exemple : Sexe, jeu, drogue. Du moralisme à l’éthique publique [2003], L’éthique du sport [2005], Peuples autochtones et enjeux d’éthique publique [2012], Les défis éthiques des déterminants sociaux de la santé [2018], La gouvernance algorithmique [2021]). Ce sont donc des thèmes variés, mais toujours bien ancrés dans les préoccupations sociales du moment – et bien au-delà, parfois – qui ont fait l’objet de nos dossiers thématiques ainsi que de nos débats, sans oublier les contributions hors thèmes parus au fil des ans dans notre rubrique Zone libre.

4Le numéro que nous présentons aujourd’hui se veut à la fois un clin d’œil au tout premier numéro de la Revue et, surtout, une occasion de réfléchir à nouveau aux deux thématiques qui avaient alors occupé l’espace du vol. 1, no 1 d’Éthique publique : la vérité en politique et l’avenir des services publics. On s’en doute, 25 ans plus tard ces deux thématiques sont toujours d’une grande actualité. On peut même se permettre d’avancer qu’en ce qui concerne la vérité en politique, nous avons assisté ces dernières années à une amplification de la présence de cette question dans l’espace public. On se demande encore s’il est toujours souhaitable de dire la vérité, toute la vérité, en politique. Cette question traverse les âges, mais les transformations des contextes ainsi que des moyens et des formes par lesquels se dit la vérité introduisent des nuances et des nouveautés qui présentent sous un éclairage différent, renouvelé, cette interrogation. Pour le meilleur ou pour le pire, le vocabulaire autour de la question de la vérité en politique s’est enrichi de termes dont la compréhension, loin d’être aussi commune qu’on pourrait le croire, participe bien souvent au brouillage des idées, au plus grand bénéfice de celles et ceux qui tirent profit de la manipulation de l’opinion publique, quand ce n’est pas carrément du mensonge. Nos médias sociaux – à la fois lieux de la parole libérée et de la parole manipulée – et l’espace public en général ont vu surgir des termes tels que fake news, vérités alternatives, post-vérité, pour ne mentionner que ceux-là. Quelles relations entretiennent ces notions avec celles de vérité et de mensonge ? À partir de quand une communication publique, stratégique, glisse-t-elle de la vérité au mensonge ? À moins qu’il faille plutôt recourir à la notion de baratin (bullshit) pour bien rendre compte de certaines manipulations de la réalité dans le but de désorienter ceux et celles à qui l’on s’adresse ? On le voit aisément, nous sommes loin d’en avoir fini avec la question de la vérité en politique. Les quelques textes rassemblés dans notre dossier autour du thème de la vérité en politique témoignent de la permanence, mais aussi du renouveau, de cette question si importante pour l’existence même du fait démocratique.

5Notre second thème, l’avenir des services publics, n’est pas en reste du point de vue des transformations et de la nouveauté. Il y a 25 ans, le nouveau management public (NMP) se présentait comme une vision du service public et un modèle de gestion qui devaient assurer de meilleurs services à la population, à coûts moindres et avec une agilité jamais égalée jusqu’alors. Depuis, ses limites et les problèmes qu’il engendre ont fait l’objet de nombreux travaux, comme les améliorations qu’il aura rendues possibles d’ailleurs, allant même jusqu’à parler d’innovation publique. Ce qui frappe aujourd’hui, lorsqu’il est question de regarder les 25 dernières années et de se projeter vers ce à quoi pourra ressembler l’avenir du service public, c’est l’omniprésence de la question du numérique, de ses répercussions sur la façon de penser la gouvernance, les relations de la population avec les administrations publiques, des transformations des termes et des moyens par lesquels envisager le service public dans ses multiples dimensions. Le numérique peut certes être porteur de promesse d’efficacité, mais il regorge aussi d’importants enjeux éthiques, notamment la gestion sécuritaire et responsable de l’accès aux données. De façon plus technique, on pourrait se poser la question sur la fiabilité des systèmes et de l’impact que pourrait avoir une panne majeure ou un piratage sur la livraison de services publics sensibles. Mais par-delà le numérique, il est impératif de porter attention au retour des discours favorables à la réintégration des entreprises privées dans le giron des activités publiques protégeant le bien commun. De même, les questions de management et de gestion des ressources humaines publiques plus proches du terrain des administrations portent des problématiques éthiques qui ne devront pas être éludées.

6Nous avons choisi d’ajouter à ces deux thématiques, rappelant le premier numéro de la Revue, un court dossier dans lequel la parole est laissée aux institutions québécoises que nous aimons qualifier de « gardiens de l’éthique » (voir notre vol. 9, no 2 de 2007 consacré à ces institutions de contrôle dont le rôle est si important dans nos démocraties). À l’occasion d’une activité publique soulignant les 25 ans d’Éthique publique, nous avons eu le privilège de bénéficier de la participation de plusieurs de ces gardiens de l’éthique gouvernementale. Ceux-ci veillent à ce que les prestations des administrations publiques, mais aussi des actrices et acteurs politiques, respectent les valeurs essentielles au bon fonctionnement des administrations et institutions publiques, dans l’intérêt supérieur des citoyens et citoyennes : la transparence des rapports d’influence ; l’intégrité des services publics ; la saine gestion des fonds publics ; l’intégrité, la transparence et la fiabilité des élections ; le respect des droits des citoyennes et des citoyens dans leurs relations avec les services publics ; le respect de règles déontologiques et de principes éthiques par les parlementaires provinciaux et leur personnel politique. Nous leur avons demandé de nous parler du parcours de leur institution, de l’état actuel des pratiques dans les domaines d’action couverts par leur institution et des principaux défis à relever afin d’améliorer l’éthique publique en général et les pratiques concernant plus particulièrement leur institution. Les textes qui forment ce dossier rendent compte de ces réflexions. Nous les en remercions chaleureusement.

7En terminant, il importe de rappeler qu’une revue telle qu’Éthique publique n’existe qu’en raison de l’engagement et du travail investi par ses artisans (responsables de numéro, autrices et auteurs, arbitres, collaboratrices et collaborateurs) et de la fidélité de son lectorat. Merci à toutes et tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Bégin, Yves Boisvert et Madina Rival, « Présentation »Éthique publique [En ligne], vol. 25, n° 2 | 2023, mis en ligne le 07 février 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/8031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.8031

Haut de page

Auteurs

Luc Bégin

Luc Bégin est professeur titulaire à la Faculté de philosophie de l’Université Laval, et fut le premier directeur de l’Institut d’éthique appliquée (IDÉA) de cette même université, de 2004 à 2016. Ses enseignements, travaux de recherche et publications s’inscrivent dans les domaines de l’éthique publique, l’éthique organisationnelle et l’éthique professionnelle. Luc Bégin est également directeur de la revue Éthique publique, revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale depuis 2010. Il a reçu – avec son collègue Yves Boisvert de l’ENAP – le Prix de la recherche 2017, décerné par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (France) pour le numéro de la revue Éthique publique intitulé « Éthique et scandales publics » (vol. 18, no 2, 2016).

Articles du même auteur

Yves Boisvert

Yves Boisvert, Ph. D. en science politique et postdoctorat en éthique publique, est professeur titulaire en éthique et intégrité du service public à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Il est chercheur au Groupe de recherche en éthique et en gouvernance policière (ENAP) et au CERGO (ENAP), ainsi que chercheur associé au CEPEL/CNRS (Université de Montpellier 1). Il a fondé et dirigé pendant plusieurs années la revue Éthique publique et il est l’auteur de nombreux ouvrages en éthique publique et organisationnelle. Il a été professeur invité dans plusieurs universités françaises : à l’université de Montpellier II (IUFM), à l’université Paul-Cézanne Aix-Marseille III (IMPGT), à l’université de Pau et des pays de l’Adour (IAE), à l’université de Saint-Denis de la Réunion (IAE) et au Conservatoire national des Arts et métiers (CNAM-Paris). Il a également fait de nombreuses interventions en éthique dans les organismes publics européens, fédéraux canadiens, provinciaux québécois et municipaux.

Articles du même auteur

Madina Rival

Madina Rival est professeure des universités en management public au Conservatoire national des arts et métiers (France) et professeur associé à l’École nationale d’administration publique (Canada).

Spécialiste du management et de l’innovation publics, elle dirige un diplôme d’établissement et un master 2 sur le sujet. Chercheure en sciences de gestion et du management, elle dirige également le laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action (Lirsa, France). Auteure de nombreux articles de recherche à l’international, elle travaille sur le lobbying, la fabrique des politiques publiques, les différents aspects du management et de l’innovation publics. Madina Rival encadre actuellement cinq thèses de doctorat sur ces thématiques. Elle est notamment la co-auteure de deux ouvrages récents : Innovation publique et nouvelles formes de management public à la Documentation française et Les grands auteurs en management public aux Éditions Ems.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search