Navigation – Plan du site

AccueilNumérosvol. 25, n° 2Vérité en politiqueVérité, mensonge et baratin : le ...

Résumés

Cet article cherche à faire la lumière sur des déclarations tenues par la première ministre de l’Alberta Danielle Smith, lesquelles ont suscité beaucoup d’interrogations quant à leur nature controversée. À partir des analyses d’Hannah Arendt sur la vérité en politique et de celles d’Harry Frankfurt sur le baratin (bullshit), cet article montre que ses propos controversés appartiennent à la catégorie du baratin. Celui-ci repose sur une fonction performative qui permet à celui qui utilise ce type de discours de s’adresser aux personnes qui se méfient du gouvernement. Dans le contexte post-pandémique de l’Alberta où la droite est divisée, ce genre de discours permettait ainsi de ramener au sein du parti les partisans conservateurs insatisfaits de la gestion de la pandémie par le gouvernement conservateur de Jason Kenney. Enfin, l’article montre que ce type de discours qui veut réunir la droite implique aussi des risques de division.

Haut de page

Texte intégral

1En 2016, la revue Esprit a demandé à des intellectuels de commenter l’époque dans un dossier intitulé « L’ère des imprécateurs », une ère qui se caractérise par un cocktail d’accusations et de soupçons exprimés sans retenue contre la classe politique, les médias, les intellectuels et autres experts (Chalier et Fœssel, 2016 : 103-121). Le thème de la post-vérité et des fake news s’est imposé dans les débats, surtout depuis le passage de Donald Trump à la présidence américaine qui a été décrit comme étant celui de « [l]a mort de la vérité » (Kakutani, 2018). Or, les interrogations sur le rapport entre la vérité et les discours politiques se posent aussi dans d’autres contextes, notamment en Alberta, une province qui constitue un laboratoire idéal pour effectuer cet examen.

2En effet, l’arrivée de Danielle Smith comme première ministre (en octobre 2022) a donné lieu à de nombreux débats à propos de la nature de ses déclarations. Par exemple, comment interpréter ses propos selon lesquels les non-vaccinés constitueraient le « groupe le plus discriminé dont [elle] a été témoin dans [sa] vie » ? (Zanetta, 2022) S’agit-il d’un mensonge ou d’un cas d’ignorance inédit pour un dirigeant politique ?

3L’hypothèse qui sera ici avancée, c’est que la seule dichotomie entre vérité et mensonge ne permet pas de prendre en compte la nature de ses déclarations. Nous soutiendrons qu’il faut aussi ajouter, pour en saisir toute la portée, le concept de baratin (bullshit). S’il faut prendre au sérieux le baratin (Raynaud, 2017), c’est parce qu’il implique une « fonction performative » (Dieguez, 2018 : 302). Or, cette fonction est essentielle pour comprendre certains propos de Danielle Smith, qui s’inscrivent dans une démarche reposant sur une volonté de mobilisation et de regroupements des courants de droite en Alberta qui sont toujours susceptibles de s’opposer entre eux. À partir d’un cas particulier, on peut voir la logique qui est à l’œuvre derrière l’étrangeté du baratin.

4C’est ainsi que la première section se penchera, à l’aide d’Hannah Arendt, sur les notions de vérité rationnelle et de vérité de fait qui permettront de voir la complexité de la vérité en politique, d’autant plus complexe que nous ajouterons celle de baratin. Ce dernier est en effet aujourd’hui incontournable pour appréhender le discours de certains dirigeants politiques. Dans la deuxième section, nous brosserons un bref tableau du contexte politique, une démarche nécessaire pour comprendre l’origine des déclarations controversées de Danielle Smith. Dans la troisième section, nous reviendrons sur certaines des déclarations controversées pour les examiner à la lumière du baratin. Celles-ci ont été sélectionnées à partir du retour de Danielle Smith sur la scène politique albertaine, soit de mai 2022 jusqu’au début de l’année 2023, lorsqu’une controverse au sujet d’un appel téléphonique à un pasteur, accusé d’avoir contrevenu aux règles sanitaires, a déclenché une enquête de la commissaire à l’éthique. Cette période était propice, comme nous le verrons plus loin, à des déclarations controversées avec une course à la direction qui se déroulait à la suite de la démission de Jason Kenney comme chef du Parti conservateur uni. Il ne s’agissait cependant pas d’effectuer une analyse exhaustive des nombreuses déclarations et propositions faites par Danielle Smith, comme nous l’avons fait ailleurs (Boily, 2023), mais de mettre l’accent sur celles ayant suscité des controverses et qui se sont retrouvées dans la presse grand public. Ainsi, les propos controversés examinés ici permettront d’illustrer la nature performative du baratin et d’observer le brouillage des frontières entre vérité, mensonge et baratin.

Vérité, mensonge et baratin

5La relation entre vérité et politique est un sujet complexe qui a suscité de nouvelles interrogations dans le contexte actuel marqué par la post-vérité. C’est pourquoi l’analyse d’Hannah Arendt connaît une nouvelle jeunesse (Monod, 2017 ; Calmettes, 2019). Aux yeux d’Arendt, il ne fallait pas seulement tenir compte de la dichotomie entre la vérité et le mensonge, mais il fallait aussi établir une importante distinction entre la vérité de fait et la vérité de raison. La vérité de raison est celle qui s’impose par la recherche individuelle grâce aux facultés de l’intellect comme les vérités découlant des mathématiques (Arendt, 1972 : 294). En revanche, la vérité de fait se trouve dans une zone sujette à des interprétations parce qu’elle implique une multiplicité d’acteurs et d’intervenants ainsi qu’une pluralité d’interprètes et de « teneurs-d’opinion », selon l’expression d’Arendt (1972 : 310). Par conséquent, « [e]lle est politique par nature » en raison de l’indécision qui peut survenir dans l’interprétation des faits établis alors que la première ne l’est pas, la vérité de raison étant indiscutable (1972 : 303). Cependant, dans le monde politique, « beaucoup de choses ne peuvent être décidées au terme d’une démonstration rationnelle aussi pure qu’une démonstration géométrique » (Monod, 2017 : 144).

6Or, « l’ennuyeux », disait Arendt, c’est que la vérité de fait « exige péremptoirement d’être reconnue et refuse la discussion alors que la discussion constitue l’essence de la politique » (Arendt, 1972 : 307). En effet, il n’y a pas de discussion possible à propos d’événements historiques qui ne peuvent changer, car ils sont des faits se rapprochant des vérités mathématiques. Arendt donnait l’exemple de Clemenceau qui affirmait qu’on ne pourra pas dire que les Belges avaient envahi l’Allemagne en août 1914 (Arendt, 1972 : 304). Toutefois, d’autres vérités de fait, celles sur les causes, sont beaucoup plus difficiles à établir, ce qui est le cas avec « l’explication du déclenchement de la Première Guerre mondiale [qui] est notoirement compliquée et […] encore débattue » (Lara, 2018 : 49). Faut-il identifier, selon la logique marxiste, des causes économiques ou alors s’agit-il, comme le pensait Élie Halévy, d’un conflit idéaliste trouvant son origine dans la victoire des Japonais sur les armées russes en 1905 ? (Halévy, 2016 : 234-248) Les débats sur les causes s’éloignent rapidement des vérités mathématiques. Ce qui est devenu doublement « ennuyeux », pour paraphraser Arendt, c’est que la vérité de fait est aujourd’hui écartelée entre deux tendances contradictoires, l’une voulant que les vérités de fait soient toujours indiscutables, l’autre qu’elles soient la pure expression d’opinions, chacune étant aussi valable l’une que l’autre à l’ère de la post-vérité.

7C’est dans ce contexte que des auteurs ont commencé à revoir sous un nouveau jour le concept de baratin d’abord analysé par Harry Frankfurt dans On Bullshit (2005). Ce dernier affirmait qu’il fallait en préciser le sens alors que le terme est souvent employé de manière imprécise (loosely) (2005 : 2). Selon Frankfurt, le baratin s’affranchit de la dichotomie de la vérité et du mensonge, notamment parce qu’il met l’accent sur ce qui est « panoramique plutôt que particulier » (2005 : 52). Celui qui baratine « est préparé », s’il le faut, à s’affranchir du contexte pour le modeler selon ce qu’il voudrait qu’il soit (fake the context) (Frankfurt, 2005). Par son côté bluffant, le baratin avance alors une dimension performative qui n’est pas nécessairement présente dans le mensonge : celui qui ment cherche à dissimuler alors que celui qui baratine cherche à représenter, grâce à une « interprétation biaisée » (biased interpretation of facts), dans le but de convaincre. C’est pourquoi la « bullshit implique la tromperie, les excuses qui bluffent, les erreurs et les accidents afin de décevoir et d’induire en erreur » (Gershman, 2019 : 294).

8C’est ainsi que le baratin relève de la logique de l’acte performatif puisque « le locuteur dit bel et bien quelque chose mais ce qui compte est uniquement qu’il le dise, pas ce qu’il dit. » (Dieguez, 2018 : 249) Cet acte n’est pas seulement celui du baratineur de foire car il s’inscrit aussi dans une logique de pouvoir, laquelle peut sombrer dans la propagande (Breul, 2022 : 56-57). Cette nature performative du baratin implique une déclaration ‒ plus exactement, une pseudo-déclaration ‒ qui contient en elle-même un engagement, lui aussi marqué au fer de l’imprécision. Affirmer laisse entendre que :

[l]e seul fait qu’il [le bullshitteur] énonce quelque chose lui permet de faire passer ses dires pour des assertions, et donc de faire croire que ses paroles l’engagent. Ce faux engagement lui est permis grâce à la nature performative de la bullshit, qui permet de produire l’illusion que ce qui est dit a un sens et un rapport tangible avec la réalité, et prétend dans les faits ce qui a été simplement décrété (Dieguez, 2018 : 271).

9C’est probablement là où la distinction entre le mensonge et le baratin apparaît le plus nettement. Alors que le mensonge vise à tromper par rapport à ce qui est considéré comme étant la vérité, le baratineur vise, par son discours où l’imprécision s’y conjugue forcément avec l’exagération, à prendre une pose discursive et mobilisatrice qui écarte la vérité. C’est pourquoi l’acte d’énonciation du baratin devient, dans un contexte qui s’y prête, un acte performatif (Meyran, 2019 : 52). Mais le passage du discours à l’acte reste très souvent lettre morte ou difficile en raison du caractère même du baratin qui vise à mobiliser à partir d’une représentation de la réalité affranchie des vérités de fait. C’est pourquoi le poids des contradictions finit par hanter celui qui tient les propos relevant du baratin.

10Cependant, le baratin permet, dans un premier temps, de réaliser un objectif de mobilisation et d’avancer (ou de laisser entendre) des engagements qui, aussi indéterminés soient-ils, constituent pour ceux qui les entendent une « promesse » d’action de la part de celui qui parle. C’est précisément ce vague dans le discours qui permet, dans un second temps, d’y entendre une promesse d’action et, pour celui qui baratine ses interlocuteurs, d’affirmer, dans un troisième temps, qu’il n’a pas nécessairement dit ce qu’il a dit avec le risque de décevoir ceux qui ont cru aux promesses. L’indétermination même du contenu du baratin, qui constitue une faiblesse pour celui qui se trouve empêtré avec des propos confus, peut aussi, paradoxalement, devenir une force, car il permet « de désorienter l’opinion, de noyer la distinction entre vérité et fausseté dans le baratin » (Lara, 2018 : 53). Ainsi, la question n’est pas tant de savoir si celui qui parle est sincère ou non ni même de savoir si cela est vrai ou non, mais de s’arrêter sur le caractère performatif de ce qui est dit.

11Enfin, cette approche n’implique pas de considérer que tout ce que dit un acteur politique relève exclusivement du baratin. Ce dernier est souvent analysé comme un tout avec seulement deux positions possibles (baratin ou absence de baratin). Mais, il existe des « degrés de bullshit » et, dans sa version extrême, celui qui utilise ce type de discours est complètement hors de propos (clueless) (Cassam, 2021 : 54), alors que d’autres l’utilisent sous des formes moins sévères ou seulement à certains moments, ce que l’on pourrait appeler du « baratin stratégique » (Cassam, 2021 : 58). Des déclarations mélangeront le baratin, avec des vérités de fait et des interprétations pour les rendre indistinguables l’un de l’autre. Voilà qui complique la tâche de ceux qui cherchent à décoder les propos d’acteurs politiques, des propos qu’il importe de situer aussi dans leur contexte pour en comprendre l’origine.

Contexte : Perte de confiance et perturbations politiques

12Le phénomène de la post-vérité s’inscrit dans un contexte idéologique qui s’est grandement modifié. Les causes des évolutions en cours sont multiples, mais en ce qui concerne le changement quant au rapport à la vérité et à la montée du baratin, il faut évoquer l’érosion de la confiance. Celle-ci constitue un facteur qui permet de comprendre que des acteurs politiques utilisent le baratin pour se positionner contre l’establishment politique, parfois celui-là même de leur parti. Si cette perte de confiance, qui s’exprime sous la forme de la méfiance et de la défiance, a des racines anciennes (Rosanvallon, 2006 : 30-32), elle prend maintenant une tout autre ampleur.

Étude après étude, un peu partout dans les démocraties et en particulier en France, ceux qui sondent les opinions publiques en sont venus à la conclusion que les citoyens n’ont plus confiance dans les figures d’autorité (Bronner, 2021 : 296).

13Paradoxalement, cette méfiance à l’égard des autorités traditionnelles se traduit aujourd’hui en une confiance « excessive » pour « l’éthos » ou « l’image » d’acteurs politiques que l’on croit au détriment des faits (Oustinoff, 2021 : 34).

14Cette perte de confiance, qui s’inscrit dans un contexte où les démocraties peinent à offrir un projet collectif unificateur (Reynié, 2017 : 294), se révèle une dynamique à laquelle le Canada n’échappe pas. Des sondages récents indiquent que l’état de l’opinion politique canadienne montre une perte de confiance qui est plus élevée que par le passé, puisque « la confiance que le gouvernement fait ce qui est correct (right) a diminué de 58 % à 43 % » (Ipsos, 2022). L’idée que le Canada est mal en point, qu’il est « brisé » (broken) est utilisée de manière polémique, mais elle a reçu une certaine confirmation empirique avec un sondage Léger montrant que 67 % des répondants affirment que le Canada va mal (Enns et Owen, 2023). Cette perte de confiance à l’échelle canadienne est aussi présente en Alberta puisque, sans grande surprise, c’est là où on trouve le deuxième pourcentage le plus élevé avec 73 % croyant que le Canada va mal (Enns et Owen, 2023).

15Ainsi, le retour de Danielle Smith s’inscrit dans un contexte politique de méfiance et où l’ensemble de la droite albertaine se trouve dans une période de redéfinition politique et idéologique qui est en cours depuis une décennie (Boily, 2013). Connu pour sa stabilité politique, le système politique albertain, notamment du côté droit, est devenu très instable avec de fréquents changements de chefs et d’instabilité ministérielle au cabinet (Boyd et Wesley, 2022). Depuis le retrait de la politique de Ralph Klein en 2005, on a assisté à des changements de chefs à répétition, à la naissance d’une nouvelle formation politique, à droite, avec le Wildrose, à la défaite historique, en 2015, du Parti conservateur, à la fusion des partis politiques de droite en 2017-2018, et, enfin, à une victoire en 2019 qui a permis à la droite de revenir au pouvoir. Si la démission de Jason Kenney en 2022, après un vote de confiance gagné de justesse, était plutôt inusitée, elle s’inscrivait sur une trame de fond plus longue. C’est dans ce contexte d’instabilité politique que la course à la direction s’est enclenchée en mai 2022.

16Le défi de celui ou celle qui voulait lui succéder consistait à refaire l’unité d’un parti déchiré par des factions, et à ramener ceux qui risquaient de quitter les conservateurs pour une autre formation, comme le Wildrose Independance Party. Par conséquent, des candidats pouvaient adopter des discours plus radicaux que par le passé (Wesley, 2022), et ce, afin de se démarquer nettement du précédent chef des conservateurs unis, Jason Kenney, jugé trop centriste. L’Alberta constituait donc un endroit particulièrement propice pour voir émerger un acteur politique utilisant des discours et propositions politiques qui tranchaient avec le passé et qui, même à l’aune albertaine, constituaient un nouveau type de discours, comme l’a fait Danielle Smith lors de la course à la direction de l’été 2022.

Mensonges et baratin : le cas de Danielle Smith

17Ainsi que le remarquait un chroniqueur, il est difficile de dire si Danielle Smith croit à ce qu’elle dit (Kline, 2022). Ce n’est pas la première fois qu’une telle remarque est faite à propos d’une leader politique. L’interprétation des intentions des politiciens reste un exercice difficile, le mensonge en politique étant tout de même fréquent (Arendt, 1972 : 289). Toutefois, ce qui frappe dans le cas de la première ministre, c’est l’étrangeté de certains propos au point où elle a même été dépeinte comme étant « alternativement informée » par un autre chroniqueur de droite (De Souza, 2022).

18Au-delà de l’étrangeté, c’est que certaines des déclarations de Smith n’ont rien à voir, à première vue, avec ce que l’on attend des compétences nécessaires pour être premier ministre comme en témoignent ses propos sur le cancer :

Une fois que vous êtes arrivé au stade 4, il y a la radiation et la chimiothérapie qui sont des interventions coûteuses, non seulement pour le système, mais aussi difficiles pour le corps. Je pense que tout ce qui survient avant le stade 4 et le diagnostic est sous votre complet contrôle et qu’il y a quelque chose que vous pouvez faire pour que ce soit différent (Braid, 2022).

19Ces propos qui ont été tenus, à l’été 2022, dans un podcast avec un naturopathe, ont été dénoncés tant par ses opposants politiques que par ses rivaux dans la course à la direction comme relevant de la « désinformation » (Fedor, 2022). Talonnée par les autres candidats, elle aurait pu les retirer, mais elle a plutôt choisi de dire qu’elle parlait des options qui s’offraient aux patients dans les premiers stades de la maladie (Cryderman, 2023). On s’étonne de voir une candidate qui n’est pas médecin offrir de tels conseils pendant une course à la direction.

20Or, c’est précisément une fonction du baratin que de laisser croire que l’on sait en vue de mobiliser un groupe. En effet, les propos en question illustrent que « ce qui compte [pour celui qui baratine] est uniquement qu’il le dise, pas ce qu’il dit » (Dieguez, 2018 : 249). Ainsi, l’affirmation de Smith à propos du cancer ne constitue pas strictement ou seulement un mensonge au sens où elle chercherait à cacher une vérité. Mais, affirmer que le « contrôle est complet » constituait une grossière exagération, comme le remarquait John Walker, du Cross Cancer Institute, pour qui les propos de Smith « vont trop loin » (Johnson, 2022). L’oncologiste remarquait qu’il existe effectivement des facteurs de risque associés au cancer que les individus peuvent contrôler (tabagisme et alimentation), alors que d’autres facteurs sont incontrôlables. L’origine exacte de certains cancers reste un sujet de débats, même si on connaît des facteurs prédisposant à l’apparition du cancer. Cette relative indétermination sur les facteurs permet à des acteurs politiques comme Danielle Smith de révéler « une autre vérité », celle que les individus ont davantage de contrôle que la science médicale officielle le laisse entendre. Du coup, les affirmations de Smith permettaient de courtiser les conservateurs éprouvant une grande méfiance à l’égard des mesures sanitaires et la médecine officielle, au point également d’en faire des martyrs de la liberté, comme nous l’avons mentionné en introduction.

21En fait, dès le début de la pandémie, les propos de Danielle Smith « allaient trop loin » lorsqu’elle se prononçait en faveur de l’hydroxychloroquine et, par la suite, en faveur de l’ivermectin (Markusoff, 2022). Cet intérêt pour les médicaments et les traitements alternatifs et les propos sur les non-vaccinés visent à mobiliser une frange de partisans conservateurs pour qui les mesures sanitaires étaient injustifiées et liberticides et qui s’opposaient aux politiques de vaccinations. Dans le contexte d’une course à la direction, là où il est possible de tenir des propos plus tranchés parce que l’on s’adresse seulement à des partisans conservateurs, le baratin, comme outil performatif, peut alors se révéler plus efficace qu’un mensonge dans la mesure où il lance un message aux personnes qui sont disposées à l’écouter. Le baratin sert ainsi à ramener au bercail les conservateurs déçus des politiques sanitaires mises en place par le gouvernement de Jason Kenney, alors que celles-ci étaient loin d’être les plus sévères au pays.

22On voit aussi la logique en trois temps du baratin, celle décrite dans la première section, se mettre en place à propos d’une promesse de Danielle Smith d’amnistier ceux qui ont été accusés par la justice pour avoir défié les mesures sanitaires. Dans un premier temps, elle a laissé entendre (été 2022) qu’elle irait de l’avant avec un projet de loi pour interdire les discriminations contre les non-vaccinés, tout comme elle voulait explorer (octobre 2022) des moyens pour « pardonner » à ceux qui ont reçu des amendes et des condamnations pour violation des règles sanitaires (Lachacz, 2022). Dans un deuxième temps, son propos a effectivement été entendu comme une promesse d’action, notamment par un pasteur (Artur Pawlowski) accusé d’avoir contrevenu aux règles sanitaires et qui est même parvenu à obtenir un entretien téléphonique (6 janvier 2023) avec la première ministre. Lors de l’entrevue, le troisième temps du baratin, la première ministre s’est empêtrée dans ses explications lorsqu’elle a admis ne pas avoir le pouvoir qu’elle croyait avoir, soit celui d’accorder une amnistie, comme si elle pouvait ignorer qu’un premier ministre n’a pas le pouvoir d’un président américain.

23Or, comme l’a montré le rapport de la commissaire à l’éthique, Danielle Smith a enfreint la loi sur les conflits d’intérêts en parlant à ce pasteur, tout comme lorsqu’elle a cherché à influencer son propre ministre de la Justice, en lui téléphonant le jour même pour savoir s’il pouvait intervenir dans ce cas (Trussler, 2023). L’ensemble de l’épisode est particulièrement révélateur, d’une part, de la logique profonde du baratin, celle de prendre la pose de celle qui « sauve » les partisans conservateurs de la dictature sanitaire, d’autre part, que le baratin mène aussi rapidement à des conséquences négatives pour celui qui l’utilise lorsque la promesse d’action se révèle impossible à tenir.

24Dans le même sens, elle a joué le rôle de sauveur en dénonçant les intentions cachées du Forum économique mondial, tant pendant la course à la direction du parti qu’après sa victoire (Leavitt, 2022). Cette posture dénonciatrice du Forum économique mondial représente aussi une forme de baratin, cette fois sous le signe du conspirationnisme (Boily, 2023). Dans un tweet, Danielle Smith a dénoncé différents dirigeants politiques (Klaus Schwab, Justin Trudeau et Rachel Notley) dans une même tirade dénonciatrice, celle voulant que l’Alberta soit menacée par des acteurs principalement situés à l’extérieur de l’Alberta. Ainsi, elle les accuse de « vouloir détruire notre économie avec les taxes sur le carbone », d’où la nécessité de la Loi sur la souveraineté qui permet de « tracer une ligne dans le sable » (Smith, 2022). Cette supposée attaque concertée d’acteurs politiques et économiques différents implique donc une réponse forte, celle de la Loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni qui a été votée en décembre 2022. Sa constitutionnalité, fort douteuse, importe moins que le message performatif envoyé, celui de l’opposition des conservateurs unis dirigés par Danielle Smith contre le gouvernement libéral qui, d’Ottawa, menace l’Alberta.

25À strictement parler, ses déclarations à propos de l’action néfaste du Forum économique mondial ne sont pas de simples mensonges, c’est-à-dire des déclarations qu’il serait possible de falsifier avec des propos contraires des trois dirigeants mentionnés précédemment. De plus, on peut accepter, en théorie, qu’une étude se penche sur le pouvoir informel et les orientations politiques des membres du Forum économique mondial, ce qui est d’ailleurs sujet à interprétation (Graz, 2003 : 68). Mais, l’idée qu’ils veulent détruire « notre » économie s’inscrit, dans le cas de Smith, dans une autre logique ; celle d’une affirmation à visée mobilisatrice où il faut s’unir afin de contrer les forces qui, de l’extérieur, tenteraient, avec une complicité de l’intérieur, de transformer l’économie albertaine. Le baratin n’est pas une affirmation indexée à la vérité, mais un acte performatif qui, comme dans le cas du tweet mentionné plus haut, permet de mobiliser les troupes dans une commune opposition fabriquée autour d’une coalition de forces.

26Toujours dans la catégorie des déclarations mobilisatrices qui penchent du côté du baratin, il faut inclure la possibilité, pour Danielle Smith, de relancer la construction d’un nouvel aréna pour héberger l’équipe de hockey, les Flames de Calgary, alors que les pourparlers entre les propriétaires de l’équipe et la ville ont été interrompus en décembre 2019. En soi, rien de problématique à voir une première ministre courtiser l’électorat d’une grande ville. Or, un des arguments utilisés par Danielle Smith, et avancé lors de son émission de radio, relève du baratin, celui que « je ne veux pas voir les Flames de Québec, je ne peux pas vous le dire assez… Alors, nous allons tout faire pour garder l’équipe ici » (Aldrich, 2023). Cette déclaration, qui baigne dans le spéculatif, appartient au genre du baratin parce qu’il n’est pas possible de la juger au regard des catégories du mensonge et de la vérité, l’éventualité d’un déménagement n’étant pas impossible mais fort improbable. Il était difficile de réagir à une telle déclaration, sauf à dire qu’il s’agissait de réveiller les sentiments antiquébécois de certains conservateurs.

27On peut évoquer ici le concept de Dog-Whistle, image difficilement traduisible, qui signifie qu’un acteur politique, notamment populiste, émette des déclarations qui, presque anodines pour un observateur non averti, contiennent des références chargées idéologiquement pour ceux se trouvant dans un contexte donné (Bonikowski et Zhang, 2023). Pour convaincre le tribunal de l’opinion publique, le baratin, combiné avec des discours de ce type (Dog-Whistle), peut se révéler fort utile, le risque étant que cela se retourne contre celui qui l’utilise.

28D’ailleurs, le bureau de la première ministre a réagi en clarifiant ses propos pour dire qu’une ville de classe mondiale comme Calgary devait se doter d’installations de la même classe (Aldrich, 2023). On voit le changement de registre : avec la nouvelle déclaration, il est possible de débattre de son exactitude, à partir d’indicateurs précis, concernant la caractérisation voulant que Calgary soit une ville de classe mondiale. Toutefois, la caractérisation de « Flames de Québec » accomplissait la fonction performative du baratin, celle d’évoquer auprès des partisans conservateurs qui, par exemple, sont contre le système de péréquation qui favoriserait le Québec.

29Par ailleurs, d’autres propos controversés montrent qu’il est parfois difficile de savoir si on a affaire à du baratin. C’est le cas de commentaires sur l’invasion russe en Ukraine, tenus en février 2022, mais qui ont rebondi au visage de Danielle Smith, après sa victoire, des propos voulant que la guerre en Ukraine soit le résultat des agressions de l’OTAN (Boyd, 2022). Au début de la crise, Smith reprenait l’idée que deux régions ukrainiennes se sentaient davantage proches de la Russie, laissant tout de même entendre que cela pouvait être de la propagande (Kaufmann, 2022). En revanche, en ce qui concerne la neutralité que devrait observer l’Ukraine (Kaufmann, 2022), les positions de Smith l’entraînent sur un autre terrain que celui de l’interprétation des causes de l’invasion russe. Ses propos sur le conflit en Ukraine sont d’autant plus difficiles à saisir que l’Alberta entretient des liens profonds avec les Ukrainiens, l’ex-premier ministre Ed Stelmach étant même d’origine ukrainienne. D’ailleurs, elle a fini par s’excuser en affirmant que son « opinion » sur le sujet n’était plus la même (Black, 2022). Il s’agit peut-être aussi d’un effet de la propagande russe qui a été active au Canada (Boucher et al., 2022).

30On mesure de nouveau le risque encouru par l’utilisation du baratin, celui de susciter des polémiques qui peuvent éloigner autant d’éventuels partisans et électeurs à la recherche de stabilité qu’elles peuvent en ramener d’autres. Ainsi, la fonction performative du baratin risque aussi de briser la confiance à l’égard de celui qui parle et, par conséquent, de diviser plutôt que de regrouper. Ce faisant, de tels propos vont à l’encontre de l’objectif consistant à refaire l’union de la famille conservatrice.

31Enfin, le baratin est peut-être utile pour se faire élire à la tête d’une formation politique, mais l’est-il autant lors d’une élection générale? Certes, on a l’esprit l’exemple de Donald Trump qui n’a jamais vraiment cessé d’utiliser ce style. À l’inverse, on peut penser qu’au Canada, il faut plutôt rallier les électeurs se situant près du centre et que, par conséquent, le baratin montre rapidement ses limites. La récente élection provinciale albertaine tend à confirmer ce propos selon lequel le baratin doit être mis de côté. Par exemple, lors de l’élection provinciale de 2022, Danielle Smith n’a pas voulu parler de sa Loi sur la souveraineté dans un Canada uni comme si celle-ci était devenue un boulet plutôt qu’un atout. Peut-être que c’est le sort réservé au baratin que d’être un instrument utile en certaines occasions, mais beaucoup moins efficace en d’autres, notamment lorsque vient le moment de se présenter devant l’électorat comme un dirigeant politique responsable.

Conclusion : prudence et baratin

Le service pratique de la vérité en politique est une affaire d’éthique, non de principes purs. Autant chez les décideurs que chez leurs critiques, l’action et le discours doivent donner lieu à des jugements prudents qui, loin de s’inspirer uniquement de règles abstraites, prennent en compte tous les aspects des situations concrètes (Ryan, 1999 : paragraphe 9).

32La citation en exergue de Claude Ryan met le doigt sur certains aspects fondamentaux du problème de la vérité en politique. Dans ce texte, Ryan expliquait, à la façon d’Hannah Arendt même s’il ne la cite pas, que les dirigeants politiques ne peuvent pas seulement se cantonner dans les principes purs, c’est-à-dire les vérités de raison. Il remarquait que les propos qu’il se permettait de dire lorsqu’il était éditorialiste au Devoir ne passaient pas la rampe comme chef du Parti libéral du Québec. C’est pourquoi il affirmait que les dirigeants politiques devaient prendre en considération l’ensemble de la situation et faire preuve de prudence lorsque venait le moment de parler de la vérité en politique (Ryan, 1999 : paragraphe 9). Par définition, selon Ryan, les dirigeants politiques devaient rester humbles et prudents devant la complexité des situations. Or, le discours du baratin est en quelque sorte l’antithèse de la prudence, car la personne qui en use ne tient compte de la situation que pour la performance qu’il peut permettre, reléguant la complexité à des phrases chocs et à des promesses irréalisables.

33Si l’on revient à Danielle Smith ‒ qui elle aussi a été dans les milieux médiatiques ‒ et à ses déclarations examinées ici, on voit que la prudence nécessaire à l’exercice politique ne faisait pas partie de son vocabulaire. Les propos sur le cancer et sur le contrôle que l’on peut en avoir étaient, pour le moins, particulièrement imprudents, étant donné qu’ils vont bien au-delà de la compétence et de l’expertise d’une aspirante première ministre. D’autres déclarations de la même eau peuvent être interprétées à la lumière de ce manque de jugement prudentiel caractéristique du baratin, à savoir qu’elles impliquent non seulement une prise de position, mais aussi des engagements politiques : celui de régler les problèmes de ceux qui sont devant la justice pour le non-respect des règles sanitaires, de protéger l’Alberta menacée par Justin Trudeau et par le Forum économique mondial et, enfin, d’éviter que Calgary perde son équipe de hockey au profit de Québec.

34En raison de son imprécision congénitale, le langage du baratin sera presque à coup sûr entendu de différentes manières par ceux qui espéreront des actions concrètes. Mais celles-ci se butent, une fois aux commandes, à la réalité institutionnelle. Par exemple, l’idée de pardonner aux personnes qui ont été accusées pour le non-respect des règles sanitaires s’est rapidement retournée contre Smith qui a dû se rendre à l’évidence qu’une première ministre ne pouvait pas pardonner aux contrevenants à moins de vouloir faire disparaître les frontières entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire, comme le lui a rappelé la commissaire à l’éthique dans son rapport évoqué plus haut. L’acte performatif rencontre ici le mur de la réalité institutionnelle, tout comme la Loi sur la souveraineté de l’Alberta dans un Canada uni risque, si jamais elle était maintenue et appliquée, de se buter à la Constitution. L’épreuve du réel finit par imposer sa froide logique et par rattraper celui qui use du langage du baratin, bien que l’on puisse douter que cette épreuve décourage d’autres dirigeants de l’utiliser dans le futur. Il faudra donc continuer de prendre au sérieux le baratin.

Haut de page

Bibliographie

Articles de journaux et sondages

Aldrich, Josh (2023), « “I do not want to see the Quebec Flames”: Premier Smith on new arena negotiations », Calgary Herald, 11 février, https://calgaryherald.com/news/i-do-not-want-to-see-the-quebec-flames-premier-smith-on-new-arena-negotiations (12 mars 2023).

Black, Matthew (2022), « Danielle Smith backtracks with apology for past Ukraine comments, 'categorically condemns' Russian invasion », National Post, 18 octobre, https://nationalpost.com/news/local-news/smith-apologizes-for-past-comments-on-russian-invasion-of-ukraine/wcm/5a972090-5a61-4a26-bf72-c79346a0b0fc (10 mars 2023).

Boyd, Alex (2022), « Danielle Smith apologizes for ‘ill-informed’ remarks on Ukraine », Toronto Star, 18 octobre, https://www.thestar.com/news/canada/2022/10/18/danielle-smith-apologizes-for-ill-informed-remarks-on-ukraine.html (10 mars 2023).

Braid, Don (2022), « Danielle Smith turns her love of fringe views to cancer care », The Calgary Herald, 25 juillet, https://calgaryherald.com/opinion/columnists/braid-danielle-smith-turns-her-love-of-fringe-views-to-cancer-care (15 février 2023).

Cryderman, Kelly (2023), « Smith picks her own adventure », The Globe and Mail, 19 mai, https://www.theglobeandmail.com/canada/alberta/article-danielle-smith-alberta-ucp/ (20 mai 2023).

De Souza, Raymond (2022), « Danielle Smith – Canada’s first “alternatively informed” premier », National Post, 22 octobre, https://nationalpost.com/opinion/raymond-j-de-souza-danielle-smith-canadas-first-alternatively-informed-premier (10 février 2023).

Enns, Andrew et Heather Owen (2023), « Opinion: 67% agree Canada is broken — and here's why », National Post, 5 février, https://nationalpost.com/opinion/67-agree-canada-is-broken-and-heres-why (10 févévrier (2023).

Fedor, Tyson (2022), « UCP leadership candidate Danielle Smith under fire by all political stripes for cancer comments », CTV News, 26 juillet, https://calgary.ctvnews.ca/ucp-leadership-candidate-danielle-smith-under-fire-by-all-political-stripes-for-cancer-comments-1.6003219 (15 mars 2023).

Ipsos (2022), « Only One-Third Of Canadians Believe Most People Can Be Trusted », 24 mars, https://www.ipsos.com/en-ca/news-polls/only-one-third-of-Canadians-believe-most-people-can-be-trusted (15 mars 2023).

Johnson, Lisa (2022), « Danielle Smith continues to face calls for an apology over cancer comments », Edmonton Journal, 29 juillet, https://edmontonjournal.com/news/politics/danielle-smith-continues-to-face-calls-for-an-apology-over-cancer-comments (2 avril 2023).

Kaufmann, Bill (2022), « “Move on”: Premier Smith defies calls to apologize for Ukraine remarks », Calgary Herald, 17 octobre, https://calgaryherald.com/news/local-news/move-on-premier-smith-defies-calls-to-apologize-for-ukraine-remarks (10 avril 2023).

Kline, Jesse (2022), « Danielle Smith’s ever shifting views on the World Economic Forum », National Post, 26 octobre, https://nationalpost.com/opinion/jesse-kline-danielle-smiths-ever-shifting-views-on-the-world-economic-forum (2 avril 2023).

Lachacz, Adam (2022), « Alberta premier exploring 'pardons' for COVID-19 related fines and arrests », CTV News, 22 octobre, https://edmonton.ctvnews.ca/alberta-premier-exploring-pardons-for-covid-19-related-fines-and-arrests-1.6120925 (15 avril 2023).

Leavitt, Kieran (2022), « “We are not QR codes”: Danielle Smith wants blanket amnesty for COVID rule breakers and no more World Economic Forum in Alberta, she says », Toronto Star, 21 octobre, https://www.thestar.com/news/canada/we-are-not-qr-codes-danielle-smith-wants-blanket-amnesty-for-covid-rule-breakers-and/article_01c3ef7c-69f3-57b8-b22b-dcfd0041e8f0.html (12 avril 2023).

Markusoff, Jason (2022), « From COVID care to cancer, there's a pattern to Danielle Smith's 'alternative' medical thoughts », CBC News, 25 juillet, https://www.cbc.ca/news/canada/calgary/danielle-smith-ucp-leadership-cancer-controllable-dubious-1.6531883 (10 avril 2023).

Smith, Danielle (2022), Tweet, 29 juillet, https://twitter.com/abdaniellesmith/status/1553050101102231554 (14 décembre 2023).

Wesley, Jared (2022), « Danielle Smith's populist playbook: make the dominant feel marginalized », CBC News, 16 octobre, https://www.cbc.ca/news/canada/calgary/opinion-danielle-smith-populism-playbook-1.6617059 (20 mars 2023).

Zanetta, Alice (2022), « Les non-vaccinés sont “les plus discriminés”, selon la première ministre de l’Alberta », Le Devoir, 12 octobre, https ://www.ledevoir.com/politique/763575/les-personnes-non-vaccinees-sont-les-plus-discriminees-selon-la-premiere-ministre-de-l-alberta (19 janvier 2023).

Ouvrages et articles

Arendt, Hannah (1972), La crise de la culture, Paris, Éditions Gallimard.

Boily, Frédéric (2013), La droite en Alberta. D’Ernest Manning à Stephen Harper, Québec, Presses de l’Université Laval.

Boily, Frédéric (2023), « Surenchère populiste : la course à la direction des conservateurs unis en Alberta (2022) », Nouvelles perspectives en sciences sociales, vol. 19, no 1, 2023, p. 279-317.

Bonikowski, Bart et Yueran Zhang (2023), « Populism as Dog-Whistle Politics:Anti-Elite Discourse and Sentiments Toward Minority Groups », Social Forces, vol. 102, no 1, p. 180-201.

Boucher, Jean-Christophe et al. (2022), « Disinformation and Russia-Ukrainian war on Canadian Social media », The School of Public Policy Publications, vol. 15:16, juin, https://journalhosting.ucalgary.ca/index.php/sppp/article/view/75449/55875 (14 décembre 2023).

Boyd, Brendan et Jared Wesley (2022), « Policy-making in turbulent times: Alberta 2012 to 2022 », Policy options/Options politiques, 23 août, https://policyoptions.irpp.org/magazines/august-2022/turbulent-times-in-alberta/ (8 mars 2023).

Breul, Martin (2022), « Lies, Bullshit, or Propaganda? Hannah Arendt, Deliberative Democracy, and the Fight against Post-Truth Politics », Interdisciplinary Journal for Religion and Transformation in Contemporary Society, vol. 8, no 1, p. 52-66.

Bronner, Gérald (2021), Apocalypse cognitive, Paris, PUF.

Calmettes, Sandrine (2019), « Vérité et politique : ce qu’en écrivent Myriam d’Allones et Barbara Cassin », Érès, La revue Lacanienne, 2019/1, no 20, p. 31-39.

Cassam, Quassim (2021), « Bullshit, Post-truth, and Propaganda », dans E. Edenberg et M. Hannon (dir.), Political Epistemology, Oxford University Press, p. 49-63.

Chalier, Jonathan et Michaël Fœssel (2016), « L’ère des imprécateurs. Enquête auprès de Matthieu Angotti, Jean-Claude Eslin, Dick Howard, Nicolas Léger, Daniel Lindenberg et Lucile Schmid », Esprit, no 3, mars-avril, p. 103-121.

Dieguez, Sebastian (2018), Total Bullshit! Au cœur de la post-vérité, Paris, PUF.

Frankfurt, Harry (2005), On Bullshit, Princeton, Princeton University Press.

Gershman, Bennet L. (2019), « Rudolph Giuliani and the Ethics of Bullshit », Duquesne Law Review, vol. 57, no 2 (Summer 2019), p. 293-308.

Graz, Jean-Christophe (2003), « Qui gouverne ? Le Forum de Davos et le pouvoir informel des clubs d’élites transnationales », A contrario, vol. 1, no 2, p. 67-89.

Halévy, Élie (2016), L’Ère des tyrannies. Études sur le Socialisme et la Guerre. Œuvres complètes, tome II, Paris, Les Belles lettres.

Kakutani, Michiko (2018), The Death of Truth. Notes on Falsehood in the Age of Trump, New York, Tim Duggan Books.

Lara, Phillipe de (2018), « La force du baratin », Esprit, no 12, décembre, p. 46-54.

Meyran, Régis (2019), « John Langshaw Austin. Quand dire, c’est faire », dans N. Journet (dir.), Les Grands Penseurs du langage, Éditions Sciences humaines, p. 51-54.

Monod, Jean-Claude (2017), « Vérité de fait et opinion politique », Esprit, no 10, octobre, p. 143-153.

Oustinoff, Michaël (2021), « La confiance à l’heure de la post-vérité », Hermès. La Revue, 2021/2, no 88, p. 33-35.

Raynaud, Philippe (2017), « Taking bullshit seriously. Prendre les conneries au sérieux », Le Débat, vol. 5, no 197, p. 13-19.

Reynié, Dominique (2017), « La dépendance de la démocratie à l’égard du progrès », dans D. Reynié (dir.), Où va la démocratie ? Une enquête internationale de la fondation pour l’innovation politique, Paris, Plon.

Rosanvallon, Pierre (2006), La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance, Paris, Éditions du Seuil.

Ryan, Claude (1999), « La vérité en politique ; l’avenir des services publics », Éthique publique, vol. 1, no 1, https://journals.openedition.org/ethiquepublique/2599 (8 mars 2023).

Trussler, Marguerite (2023), « Report of Findings and Recommendations, Office of the Ethics Commissioner Province of Alberta », May 17, https://www.ethicscommissioner.ab.ca/media/3124/allegations-involving-premier-danielle-smith-may-17-2023.pdf (18 mai 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Boily, « Vérité, mensonge et baratin : le cas albertain »Éthique publique [En ligne], vol. 25, n° 2 | 2023, mis en ligne le 09 février 2024, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/8111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethiquepublique.8111

Haut de page

Auteur

Frédéric Boily

Frédéric Boily est professeur titulaire au Campus Saint-Jean (Université de l’Alberta). Spécialiste de la politique canadienne, ses recherches portent sur la droite, le conservatisme et le populisme. Il est l’auteur de l’ouvrage Le conservatisme au Québec. Retour sur une tradition oubliée (PUL, 2010), qui a remporté le Prix Donald Smiley (2011), remis par l’Association canadienne de science politique, et de Droitisation et populisme. Canada, Québec et États-Unis (PUL, 2020). Il a aussi dirigé le collectif Les droites provinciales en évolution (2015-2020). Conservatisme, populisme et radicalisme (PUL, 2021). Son plus récent ouvrage s’intitule Génération MBC. Mathieu Bock-Côté et les nouveaux intellectuels conservateurs (PUL, 2022).

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search