Navigation – Plan du site

Étude ethnobotanique, ethno-taxonomique et ethnoécologique de Anacyclus pyrethrum var. pyrethrum (L.) Link. (Asteraceae) dans la vallée d’Ait Mhamed (Région d’Azilal, Maroc)

Ethnobotanical, Ethnotaxonomic and Ethnoecological Study of Anacyclus pyrethrum var. pyrethrum (L.) Link. (Asteraceae) in Ait Mhamed valley (Region of Azilal, Morocco)
Abderrahim Ouarghidi et Abdelaziz Abbad

Résumés

Les racines des plantes médicinales constituent une part importante de la pharmacopée marocaine traditionnelle. Cependant, malgré le rôle intéressant que jouent ces racines en médecine traditionnelle, plusieurs questions de durabilité et éventuellement de substitution ou/et de confusion ont été soulevées. Anacyclus pyrethrum var. pyrethrum est parmi les plantes médicinales qui sont sujettes à cette situation. Le présent travail constitue une contribution à une étude ethnobotanique, ethnotaxonomique et ethnoécologique de la plante A. pyrethrum var. pyrethrum dans la vallée d’Ait Mhamed, considérée comme un des derniers refuges de l’espèce dans le Haut Atlas central. Les enquêtes ethnobotaniques réalisées auprès de 28 collecteurs et 2 grossistes dans la région ont montré que la racine, considérée comme la partie la plus exploitée de l’espèce, est utilisée essentiellement en poudre ou en décoction contre le rhumatisme articulaire des membres inférieurs, des vertèbres lombaires et aussi contre la gastroentérite. En application locale, la racine est utilisée fraîche contre les maux de dents et dans l’hygiène intime des femmes. L’étude a montré que les femmes possèdent un savoir-faire plus important que les hommes dans l’usage phytothérapique de cette racine. L’étude ethnotaxonomique a montré que les collecteurs savent très bien distinguer entre la racine de iguendez (A. pyrethrum var. pyrethrum ou vrai pyrèthre) et celle de tiguendizt (A. pyrethrum var. depressus ou faux pyrèthre). Les collecteurs utilisent la couleur des fleurs, la forme et la taille des racines et l’odeur pour différencier entre ces deux espèces. Cela montre bien que la substitution entre les deux racines est volontaire et que la confusion est très rare. L’étude ethnoécologique a montré qu’il y a un consensus au sein de deux groupes de collecteurs (jeunes et âgés) en ce qui concerne l’écologie de A. pyrethrum var. pyrethrum. Cela montre bien qu’il y a une transmission verticale du savoir écologique entre les générations en ce qui concerne l’espèce vu son intérêt économique. Cette étude a montré également que la population locale est consciente de la raréfaction de l’espèce dans son aire de répartition naturelle et qu’elle détient un savoir-faire très important concernant son mode de gestion et de conservation in situ.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

1De nos jours, les plantes aromatiques et médicinales ne sont plus seulement un remède pour les communautés démunies des pays en voie de développement, mais aussi une source de molécules bioactives très demandées dans les industries pharmaceutique, agroalimentaire, en cosmétique et en parfumerie (Hamilton 2004). En effet, les plantes aromatiques et médicinales constituent actuellement un produit de base aussi bien pour la médecine moderne que pour la médecine traditionnelle. Il a été rapporté que près de 30% de médicaments qui sont prescrits par des médecins sont d’origine naturelle, alors qu’il s’agit de 50% pour ceux mis en vente libre (Hamilton 2004). Ce regain d’intérêt pour les plantes aromatiques et médicinales a été associé à plusieurs problèmes qui sont d’une part d’ordre sanitaire, lié plus particulièrement aux effets secondaires occasionnés par les composés chimiques (ou synthétique), et d’autre part liés à des aspects économiques en relation avec la cherté des médicaments chimiques. En effet, en Europe, l’utilisation des plantes aromatiques et médicinales pour un usage sanitaire a enregistré ces dernières années une augmentation annuelle de 10% à 20% (Hamilton 2004, Newmaster et al. 2013).

2Le Maroc, par sa position géographique et ses caractéristiques géomorphologiques, offre une très grande diversité écosystémique qui se traduit par une flore riche et variée comprenant un important potentiel en plantes aromatiques et médicinales (Bellakhdar et al. 1991, Bellakhdar 1997). Cette diversité floristique combinée à un riche et ancien savoir traditionnel de la population locale, a amené des travaux d’études et de recensements des plantes utilisées en phytothérapie dans plusieurs régions du Maroc (Ouarghidi et al. 2013). Grâce à ces travaux, on a recensé près de 570 espèces aromatiques ou/et médicinales réparties sur 98 familles et 486 genres, soit environ 8.1% de la flore totale Marocaine (Ouarghidi et al. 2012). Certaines études montrent que sur l’ensemble des espèces aromatiques et médicinales inventoriées dans les différentes régions du Maroc, plus de 60% sont des plantes collectées dans le milieu naturel à l’état spontané (Bellakhdar 1997, Ouarghidi et al. 2012). De ces plantes, plusieurs sont exploitées pour leurs parties souterraines (racines, rhizomes, tubercules …etc.), ce qui soulève des questions de durabilité. Il a été rapporté que près de 13.1% des produits aromatiques et médicinaux en vente libre sur les étalages des herboristes sont sous forme de racines, de tubercules ou de rhizomes, regroupés sous l’appellation locale de laaroug (Ouarghidi et al. 2013). En effet, certains auteurs ont noté la raréfaction de ces espèces exploitées pour leurs racines dans le milieu naturel (Zschocke et al. 2000, Ouarghidi et al. 2012). En effet, elles sont très prisées pour leurs propriétés médicinales aussi bien sur le marché national qu’international. Parmi ces espèces médicinales surexploitées pour leurs racines, est Anacyclus pyrethrum var pyrethrum (L.) Link. Cette dernière joue un rôle socio-économique très important tant à l’échelle locale que nationale (Ouarghidi et al. 2012, 2017). De ce fait, elle est sujette à une exploitation anarchique et se trouve aujourd’hui en voie de disparition dans plusieurs régions du Maroc. Face à cette situation, on a cherché des substituts ce qui a pu amener à des confusions (Ouarghidi et al. 2013). Dans l’optique d’apporter de plus amples informations sur les différents usages thérapeutiques, les modes de gestion et de conservation ainsi que les critères d’identification de l’espèce par les communautés, nous nous proposons de faire une étude ethnobotanique, ethnotaxonomique et ethnoécologique dans la région d’Ait Mhamed (Azilal) considérée comme un des derniers refuges de l’espèce dans le Haut Atlas central et où la population possède un riche savoir dans son exploitation et sa gestion.

Matériel et méthodes 

Description de la zone d’étude 

3La vallée d’Ait Mhamed est située au sud d’Azilal (31°52´12ʺ N et 6°28´12ʺ W) à une altitude de 1733 m. Elle est limitée au sud par les communes d’Ait Abbas, Ait Bouelli et de Tabant (Figure 1). Sur une superficie de 300 km2, la vallée d’Ait Mhamed regroupe près de 47 villages. La population locale est ethniquement rattachée à la tribu Ait M’hand. Le climat est de type méditerranéen montagnard, avec une variante semi-aride à subhumide (Couvreur 1968). Les précipitations sont irrégulièrement réparties et restent abondantes en automne et au printemps (Couvreur 1968). Le domaine forestier occupe environ les 2/3 de la surface de la commune et assure à la population locale du fourrage et du bois de chauffe. Le mode de vie local est basé sur l’exploitation des ressources locales, réglementé en grande partie par le droit coutumier qui détermine les droits d’accès et d’usages. L’exploitation à des fins commerciales des racines d’A. pyrethrum var. pyrethrum constitue une des activités principales de la population locale (Ouarghidi et al. 2012).

Figure 1 : Carte topographique montrant la localisation et les limites de la zone d’étude

Figure 1 : Carte topographique montrant la localisation et les limites de la zone d’étude

Méthode d’étude

4L’étude s’est déroulée entre 2010 et 2012 au moyen de fiches questionnaires, auprès des collecteurs locaux et des usagers de l’A. pyrethrum var. pyrethrum. Cette enquête visait à questionner sur les divers usages thérapeutiques de l’espèce dans la vallée. Des enquêtes semi-structurées ont été réalisées auprès de 28 collecteurs et deux grossistes dans la région. Afin de mettre en évidence le savoir et les systèmes d’identification et de classification, nous avons relevé auprès des différents informateurs (collecteurs et vendeurs) ce qui leur permet de distinguer entre les racines d’iguendez, le vrai Pyrèthre et celles de tiguendizt qualifié de faux pyrèthre. Il est important de noter que les racines des deux taxons sont souvent sujettes à des situations de substitution volontaire ou à des confusions dans certains cas. L’identification botanique des deux variétés d’Anacyclus pyrethrum a été confirmée à l’Institut National de la Recherche Scientifique, Rabat par le Pr Mohammed Ibn Tattou.

5Le savoir ethnoécologique concernant ce taxon a été évalué suivant un questionnaire auprès de 28 collecteurs locaux répartis en fonction de leur âge, leurs expériences et leurs niveaux d’éducation. Le degré de consensus des collecteurs a été apprécié sur la base de plusieurs paramètres externes : couleur des fleurs, saison de floraison et de fructification, type de sol où l’espèce est la mieux développée. Des informations sur le mode de gestion et de conservation communautaire de cette espèce ont été également relevées, essentiellement sur les pratiques et la période de récolte, les techniques de multiplication et de conservation in situ (Hersch Martínez 1996), l’écologie et l’aire de répartition de l’espèce dans la vallée. Ce savoir de multiplication a été vérifié par des essais de transplantation expérimentale (ex situ) des racines de cette espèce en adoptant le mode traditionnel décrit par les informateurs (Bérard et al. 2005, Tuxill et al. 2013). Pour cet effet, 50 racines fraichement collectées (en Août 2010) et préalablement découpées en morceaux de 6 cm de longueur ont été transplantées dans des conteneurs emplis de la même terre prélevée dans la zone de développement naturelle de l’espèce. On a arrosé une fois par semaine sur la recommandation de l’ensemble des collecteurs. Ces derniers affirmant qu’un arrosage fréquent nuirait au développement de la plante et pourrait même faire pourrir la racine. Le manque d’eau, d’après eux, stimule la croissance de la racine et la ramification/multiplication du système racinaire.

Résultats et discussion

Utilisation traditionnelle de l’A. pyrethrum var. pyrethrum

6Selon les enquêtes ethnobotaniques, cette espèce est très prisée par la population locale pour ses propriétés médicinales et surtout pour ses valeurs socio-économiques. Sur le plan thérapeutique, la racine constitue la partie la plus importante et la plus utilisée de la plante. L’ensemble des informateurs note que la collecte des racines s’étale généralement sur quatre à cinq mois au cours de l’année (Avril-Août), avec une période de ramassage clandestine qui commence un peu plus tôt (Février). Toutefois, les racines matures ou collectées tardivement pendant la période estivale (Juin-Août) sont les plus appréciées en phytothérapie locale, car d’après eux, elles sont très riches en principes actifs et possèdent par conséquent une bonne activité biologique. La préparation la plus fréquente est la mise en poudre de la racine sèche qui est généralement administrée avec du miel. On peut aussi en faire une décoction et mâcher les racines fraiches. Ces données concordent parfaitement avec ce qui a été rapporté par plusieurs auteurs (Bellakhdar et al. 1991, Bellakhdar 1997, Slimani et al. 2016). Tous les informateurs sont unanimes sur l’utilisation locale de cette racine, utile contre le rhumatisme articulaire des membres inférieurs et de la partie lombaire (100% des personnes enquêtées). En effet, le rhumatisme articulaire apparait parmi les maladies les plus dominantes dans la zone, ce qui concorde avec ce qu‘a rapporté Ouarghidi (2007), en raison probablement des conditions climatiques extrêmes (froid), associées à la pauvreté et la précarité de la population locale. L’utilisation de ces racines s’explique par ses effets analgésiques et l’amélioration de la circulation sanguine rapportés par plusieurs auteurs (Bown 1995, Cox 2002). On rapporte également que cette racine est utilisée dans la région contre les maux de dents (45% des informateurs enquêtés), les douleurs intestinales, les coliques (64%) et en hygiène intime des femmes (9%). En effet, l’effet anesthésiant et antiseptique de ces racines a été rapportée dans plusieurs travaux antérieurs (Panchal et al. 2001, Doudach et al. 2012, Naderi et al. 2012). De ces données, il apparait que dans la région, les collecteurs détiennent un savoir très important dans l’usage thérapeutique de cette racine. Ce savoir traditionnel important dans l’usage thérapeutique des plantes médicinales a été soulevé par de nombreux auteurs dans plusieurs régions du Maroc (Fakchich & Elachouri 2014, Eddouks et al. 2017, Teixidor-Toneu et al. 2017). Tous les informateurs interviewés ont également noté que l’état de la racine (fraiche ou sèche) est un critère déterminant selon la maladie traitée. La racine est beaucoup plus utilisée à l’état sec pour les cas de rhumatisme et de gastroentérite, alors qu’il est recommandé de l’utiliser fraiche pour les maux de dents et dans l’hygiène intime de la femme. L’utilisation des racines contre ces maladies concorde parfaitement avec ce qui a été rapporté dans des travaux antérieurs (Usmani et al. 2016).

Evaluation ethnotaxonomique entre les deux taxons d’A. pyrethrum

7Les critères de différenciation et de caractérisation entre les deux taxons indigènes iguendez et tiguendizt ont été déjà rapportés par Humphries (1979). Ce dernier s’est basé essentiellement sur l’épaisseur du collet, les ailes du fruit ainsi que le diamètre du capitule pour différencier A. pyrethrum var. pyrethrum de A. pyrethrum var. depressus (Naderi et al. 2012). En effet, A. pyrethrum var. pyrethrum présente l’épaisseur au collet la plus importante (Figure 2). Ce critère a été relevé aussi bien par les collecteurs que par les vendeurs dans la zone d’étude. Les collecteurs ont également évoqué qu’au moment de la collecte et avant le déracinement de la plante, la taille du collet, qui est généralement grande et de couleur brun-sombre, sont des critères qui peuvent enseigner sur l’épaisseur importante de la racine et donc sur l’identification du taxon iguendez (Figure 2). Ils ont ajouté que les racines de ce taxon présentent généralement un goût amer avec un effet anesthésiant. Ils ont également signalé les feuilles basales denses, verdâtres et les pétales rouge vif sur leurs faces inférieures (Figure 2). Ainsi, par ces données ethnotaxonomiques, la population locale sait parfaitement distinguer les deux taxons et lorsque substitution il y a, elle est généralement volontaire.

Figure 2 : Caractéristiques morphologiques différenciant les racines des variétés A. pyrethrum var. depressus ; tiguendizt (a) et A. pyrethrum var. pyrethrum ; iguendez (b)

Figure 2 : Caractéristiques morphologiques différenciant les racines des variétés A. pyrethrum var. depressus ; tiguendizt (a) et A. pyrethrum var. pyrethrum ; iguendez (b)

Étude du savoir ethnoécologique et du mode de gestion communautaire des racines d’A. pyrethrum var. pyrethrum

8L’analyse de la matrice multidimensionnelle (MDS) a permis d’individualiser deux groupes de collecteurs qui sont d’accord entre eux vis-à-vis de ce savoir ethnoécologique de la plante A. pyrethrum var. pyrethrum dans la vallée d’Ait Mhamed (Figure 3). Un premier groupe est formé par de jeunes collecteurs, de moins de 40 ans et un second composé de personnes âgées d’âge supérieur à 40 ans. Ces données montrent qu’en général, il n’y a pas de différence au niveau du savoir ethnoécologique autour de cette plante entre les collecteurs jeunes et âgés. Ils partagent le même savoir ethnoécologique, ce qui se comprend en partie par la transmission de ce savoir à travers les générations et également par l’implication des jeunes dans la gestion de l’espèce vu son importance économique. Par ailleurs, l’analyse montre que d’autres collecteurs ne sont pas en parfait accord avec ces deux groupes, ce qui prouve qu’il existe une certaine variation au niveau de ce savoir ethnoécologique dans la zone d’étude.

Figure 3 : Distribution du consensus ethnoécologique des collecteurs autour de la plante A. pyrethrum var. pyrethrum dans la vallée d’Ait Mhamed

Figure 3 : Distribution du consensus ethnoécologique des collecteurs autour de la plante A. pyrethrum var. pyrethrum dans la vallée d’Ait Mhamed

9Sur le plan écologique, les collecteurs en tant qu’experts dans ce domaine, ont noté que les deux taxons indigènes coexistent occasionnellement dans la même zone, mais souvent dans des habitats différents en fonction de l’humidité et de la présence de l’ombre généralement apportée par les chênes-verts. Ils ont remarqué qu’iguendez (A. pyrethrum var. pyrethrum, le vrai pyrèthre) préfère les terrains humides, sableux, moins dégagés avec une alternance d’ensoleillement et d’ombre. La floraison débute généralement au mois de mars alors que la fructification a lieu entre les mois de mai et de juillet. Les collecteurs savent très bien que les deux taxons sont sujets à des problèmes de substitution qui est, d’après eux, le résultat de la surexploitation d’iguendez, accusée par une forte demande aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale. Ils sont unanimes sur le fait que A. pyrethrum var. pyrethrum a connu ces dernières années une réduction de son aire de répartition naturelle. En effet, l’exploitation abusive dans le milieu naturel des racines des plantes médicinales affectera certainement leur durabilité en absence de tout programme de conservation. Cette situation a été rapportée pour de nombreuses espèces médicinales exploitées pour leurs racines (Rai et al. 2000, Hamilton 2004). Face à cette situation et vu l’importance socio-économique d’A. pyrethrum var. pyrethrum dans la région, certains collecteurs se sont appropriés de petites parcelles au voisinage de leur habitation et ont essayé de contribuer à la conservation in situ de l’espèce. La population locale a développé plusieurs méthodes : la mise en défense, associée à d’autres mesures telles que la protection des inflorescences de la plante contre toute activité de pastoralisme. Du fait que l’espèce pousse au ras du sol, les collecteurs mettent des branches d’arbres sur lesquelles ils placent des blocs de roches afin d’assurer la protection des inflorescences et leur permettre de produire des graines, voire d’assurer la régénération par semis de la plante. D’autres techniques de multiplication traditionnelle ont été également suivies par certains collecteurs et usagers par transplantation directe de petits morceaux de racines d’une longueur d’environ 5 à 7 cm, ce qui a été confirmé par l’expérimentation. En effet, selon certains collecteurs, les tests de transplantation ont montré qu’après une période de 2 mois, 46% des fragments racinaires de l’A. pyrethrum var. pyrethrum transplantés y compris les segments du côté de la coiffe et du collet régénèrent avec succès (Figure 4). Toutes ces pratiques communautaires ont donné satisfaction, malheureusement à petite échelle. Il serait intéressant de les développer à grande échelle pour atténuer la pression exercée sur l’espèce dans le milieu naturel et soutenir par conséquence le développement socioéconomique des collecteurs et ainsi contribuer à la conservation de l’espèce (Begossi et al. 2002).

Figure 4 : Essai expérimental de transplantation des boutures à partir des fragments de racines de A. pyrethrum var. pyrethrum suivant la méthode préconisée par les collecteurs

Figure 4 : Essai expérimental de transplantation des boutures à partir des fragments de racines de A. pyrethrum var. pyrethrum suivant la méthode préconisée par les collecteurs

Conclusion

10L’A. pyrethrum var. pyrethrum est une plante médicinale largement exploitée pour ses racines dans la vallée d’Ait Mhamed. Sur le plan phytothérapique local, la racine est utilisée essentiellement en poudre ou en décoction contre le rhumatisme articulaire des membres inférieurs et des vertèbres lombaires et contre les coliques. A l’état frais, la racine est appliquée localement contre les maux de dents et dans l’hygiène intime des femmes. Il apparait que les collecteurs de plantes médicinales détiennent un savoir plus large dans l’usage thérapeutique de la racine dans la zone d’étude.

11Nous avons déjà vu que la population locale distingue bien les racines d’A. pyrethrum var. pyrethrum (le vrai pyrèthre) de celles d’A. pyrethrum var. depressus (faux pyrèthre) et que la substitution est généralement volontaire.

12Les données ethnoécologiques montrent bien que la population identifie les bonnes conditions écologiques de l’espèce ; elle est consciente de sa régression sur son aire de répartition naturelle, et elle détient le savoir qui permet sa conservation in situ par la multiplication de l’espèce qu’il faut peut-être exploiter à plus grande échelle.

Haut de page

Bibliographie

Begossi A., Hanazaki & N. Tamashiro J.Y. 2002 – Medicinal plants in the Atlantic Forest (Brazil): knowledge, use, and conservation. Human Ecology 30 (3) :281-299.

Bellakhdar J. 1997 – La pharmacopée marocaine traditionnelle : Médecine arabe ancienne et savoirs populaires. Paris, Ibis Press, 766 p.

Bellakhdar J., Claisse R., Fleurentin J. & Younos C. 1991 – Repertory of standard herbal drugs in the Moroccan pharmacopoea. Journal of ethnopharmacology 35 (2) : 123-143.

Bérard L., Cegarra M., Djama M., Louafi S., Marchenay P., Roussel B. & Verdeaux F. 2005 – Savoirs et savoir-faire naturalistes locaux : l’originalité française. Vertigo-la revue électronique en sciences de l'environnement 6.

Bown D. 1995 – The Royal Horticultural Society encyclopedia of herbs & their uses. London, Dorling Kindersley, 424 p.

Couvreur G. 1968 – La vie pastorale dans la Haut Atlas Central. Revue de géographie du Maroc 13 : 3-54.

Cox C. 2002 – Pyrethrins/pyrethrum. Journal of pesticide reform 22 (1) :14-20.

Doudach L., Meddah B., Alnamer R., Chibani F. & Cherrah Y. 2012 – In vitro antibacterial activity of the methanolic and aqueous extracts of Anacyclus pyrethrum used in Moroccan traditional medicine. International Journal of Pharmacy and Pharmaceutical Sciences 4 (3) :402-405.

Eddouks M., Ajebli M. & Hebi M. 2017 – Ethnopharmacological survey of medicinal plants used in Daraa-Tafilalet region (Province of Errachidia), Morocco. Journal of Ethnopharmacology 198 : 516-530.

Fakchich J. & Elachouri M. 2014 – Ethnobotanical survey of medicinal plants used by people in Oriental Morocco to manage various ailments. Journal of Ethnopharmacology 154 (1) : 76-87.

Hamilton A.C. 2004 – Medicinal plants, conservation and livelihoods. Biodivers. Conserv. 13 : 1477-1517.

Hersch Martínez P. 1996 – Destino Común: los recolectores y su flora medicinal. México DF, Instituto Nacional de Antropologia e Historia, 262 p. (Biblioteca del INAH).

Humphries C.J. 1979 – A revision of the genus Anacyclus L. (Compositae: Anthemideae). Bulletin of British Museum (Natural History), Botany 7 (3) : 142.

Naderi N.J., Niakan M. & Khodadadi E. 2012 – Determination of antibacterial activity of Anacyclus pyrethrum extract against some of the oral bacteria: an in vitro study. Journal of Dentistry 13 (2) : 59-63.

Newmaster S.G., Grguric M., Shanmughanandhan D., Ramalingam S. & Ragupathy S. 2013 – DNA barcoding detects contamination and substitution in North American herbal products. BMC Medicine 11 (1): 222.

Ouarghidi A. 2007 – Éude comparative du savoir ethnomédicinal et ethnobotanique entre les guérisseurs et la population locale de la vallée d’Imnane (Région de Marrakech, Haut atlas). Mémoire de Master en Ethnobotanique, FSSM, sous la direction de A. Abbad.

Ouarghidi A., Powell B., Martin G.J., De Boer H. & Abbad A. 2012 – Species substitution in medicinal roots and possible implications for toxicity of herbal remedies in Morocco. Economic Botany 66 (4) : 370-382.

Ouarghidi A., Martin G.J., Powell B., Esser G. & Abbad A. 2013 – Botanical identification of medicinal roots collected and traded in Morocco and comparison to the existing literature. Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine 9 (1) : 59.

Ouarghidi A., Powell B., Martin G.J. & Abbad A. 2017 – Traditional Sustainable Harvesting Knowledge and Distribution of a Vulnerable Wild Medicinal Root (A. pyrethrum var. pyrethrum) in Ait M’hamed Valley, Morocco. Economic Botany 71 (1) : 83-95.

Panchal G.M., Venkatakrishna B., Devasankaraiah G., Gopalakrishna G. & Patel V.K. 2001 – Anaesthetic activity of Anacyclus pyrethrum in laboratory animal. Indian Journal of Pharmacology 33 : 296.

Rai L.K., Prasad P. & Sharma E. 2000 – Conservation threats to some important medicinal plants of the Sikkim Himalaya. Biological Conservation 93 (1) : 27-33.

Slimani I., Najem M., Belaidi R., Bachiri L., Bouiamrine E.H., Nassiri L. & Ibijbijen J. 2016 – Étude ethnobotanique des plantes médicinales utilisées dans la région de Zerhoun-Maroc. International Journal of Innovation and Applied Studies 15 (4) : 846-863.

Teixidor-Toneu I., Martin G.J., Puri R.K., Ouhammou A. & Hawkins J.A. 2017 – Treating infants with frigg: linking disease aetiologies, medicinal plant use and care-seeking behaviour in southern Morocco. Journal of Ethnobiology and Ethnomedicine 13 (1) : 4.

Tuxill J. & Nabhan G.P. 2013 – People, Plants and Protected Areas: a guide to in situ management. Cheltenham, UK, Stanley Thornes.

Usmani A., Khushtar M., Arif M., Siddiqui M.A., Sing S.P. & Mujahid M. 2016 – Pharmacognostic and phytopharmacology study of Anacyclus pyrethrum: An insight. Journal of Applied Pharmaceutical Science 6 : 144-50.

Zschocke S., Rabe T., Taylor J.L.S., Jäger A.K. & Van Staden J. 2000 – Plant part substitution–a way to conserve endangered medicinal plants? Journal of Ethnopharmacology 71 (1-2) : 281-292.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte topographique montrant la localisation et les limites de la zone d’étude
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 2 : Caractéristiques morphologiques différenciant les racines des variétés A. pyrethrum var. depressus ; tiguendizt (a) et A. pyrethrum var. pyrethrum ; iguendez (b)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 3 : Distribution du consensus ethnoécologique des collecteurs autour de la plante A. pyrethrum var. pyrethrum dans la vallée d’Ait Mhamed
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 4 : Essai expérimental de transplantation des boutures à partir des fragments de racines de A. pyrethrum var. pyrethrum suivant la méthode préconisée par les collecteurs
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahim Ouarghidi et Abdelaziz Abbad, « Étude ethnobotanique, ethno-taxonomique et ethnoécologique de Anacyclus pyrethrum var. pyrethrum (L.) Link. (Asteraceae) dans la vallée d’Ait Mhamed (Région d’Azilal, Maroc) », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/5546 ; DOI : 10.4000/ethnoecologie.5546

Haut de page

Auteurs

Abderrahim Ouarghidi

Assistant Research Professor, Department of Ecosystem Science and Management, Pennsylvania State University, Forest Resources Building, University Park, PA 16802, USA - ouarghidi@hotmail.com

Abdelaziz Abbad

 

 

 

Professor, Cadi Ayyad University, Faculty of Sciences Semlalia, Laboratory of Biomolecule and Medicinal Chemistry Unit, Marrakech, Morocco

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo MNHN
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals