Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Arbīṭ ou la purée d'herbes sauvag...

Arbīṭ ou la purée d'herbes sauvages des Babors

Une étude ethnolinguistique d'une recette menacée
Arbīṭ the wild grass mash of the Babor Mountains: an ethnolinguistic survey of a threatened recipe
Massinissa Garaoun

Résumés

Une enquête cherchant à relever les différentes recettes d'une purée réalisée à partir d'herbes sauvages dans le massif des Babors en Algérie nous a permis d'étudier sur le plan linguistique différents phénomènes liés au contact entre l'arabe et le berbère dans deux de ses variétés : l'arabe jijélien (žīžlīya), et le berbère tasaḥlit (ṯasaḥlit). En élargissant notre champ d'étude à la description de la place de ce plat dans ces sociétés, et celle de recettes voisines attestées parmi les massifs des Kabylies, ainsi qu'en interrogeant les données linguistiques récoltées et leurs motivations ethnolinguistiques, nous avons été amenés à explorer les champs de l'ethnobiologie et de l'ethnologie culinaire. Nos résultats ont démontré l'importance de la conservation de ce plat pour la transmission des savoirs liés aux agroécosystèmes locaux, dans cette région connaissant un exode rural chaque jour plus important.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Une purée d'herbes sauvages cueillies à travers collines et vallons, avant d'être nettoyées à l'eau de source, hachées à la faucille, jetées dans de l'eau bouillante salée, puis servies avec de l'huile d'olive ou du beurre : voilà l'objet qui nous intéressera ici. Un plat offert à qui se donnera la peine de partir en quête des nombreux simples qui le composent, en prenant soin d'identifier les espèces comestibles et d'en sélectionner les meilleures parties. Autrefois synonyme de période de disette, la consommation de arbīṭ s'est figée dans le statut de plat régional traditionnel des Babors ; et en particulier dans sa capitale régionale, Jijel, au point d'être aujourd'hui considérée par les Jijéliens comme une authentique recette du pays des Babors.

  • 1 L'arabe pratiqué dans le massif des Babors et plus généralement dans la Kabylie orientale appartien (...)

2Ce plat sans doute très ancien, de facture simple bien que nécessitant une certaine connaissance de la flore sauvage, est intéressant à plus d’un titre. Sur le plan de l'étude de l’environnement, il permet de renouer, le temps d'une cueillette, avec son environnement naturel direct, un modèle de nutrition entièrement écologique. Sur le plan ethnobiologique, arbīṭ est un véritable symbole du rapport symbiotique des habitants d'un massif montagneux et de leur savoir accumulé sur les milieux qui les entourent. Du point de vue culinaire, notre purée est, selon les nombreuses combinaisons d'herbes possibles, l'occasion de générer et de découvrir la gamme de saveurs que peuvent offrir des plantes sauvages ; et il serait sans doute intéressant de regarder les valeurs nutritionnelles de ce type d'alimentation. Enfin, l'aspect linguistique qui nous intéressera tout particulièrement ici, est également très important : la description des différentes recettes de arbīṭ pourrait être en effet l'occasion de la réalisation d'un véritable atlas phytonomique de la région, la réalisation de cette recette requérant la mobilisation d’une certaine connaissance de la botanique locale. Nos résultats nous permettront de croiser les questions de la linguistique du contact, s'intéressant ici à la rencontre et l'interpénétration linguistique millénaire1 des deux langues pratiquées dans le massif des Babors — l'arabe et le berbère —, et celles de l'ethnolinguistique, cherchant à comprendre la motivation des formes sémantiques observées au moyen du prisme ethnologique.

3Après avoir présenté la recette de arbīṭ, ses variantes et des recettes proches attestées en Afrique du Nord, nous présenterons ses différentes dénominations à travers le massif des Babors. Nous regarderons ensuite les différentes herbes entrant dans la composition de arbīṭ et tenterons de retracer les origines étymologiques des noms de celles-ci dans les deux langues de la région, l'arabe préhilalien du massif des Babors (dit žīžlīya, arabe jijélien [AJ]), et le berbère de la même région (dit ṯasaḥlit [TS] ou kabyle extrême-oriental). Enfin, nous questionnerons l'avenir et les techniques de valorisation qui pourraient être mises en place pour assurer la prospérité de ce plat.

4Nous tenons à avertir le lecteur potentiellement attiré par la confection de arbīṭ du réel danger pour le non-connaisseur de la flore sauvage, d'intoxication alimentaire par des végétaux entièrement ou partiellement non comestibles. Cette recette requérant un savoir traditionnel héritée d'une culture experte de son environnement naturel, nous invitons les potentiels amateurs à prendre contact avec des héritiers de ces savoirs, plutôt que de tenter par eux-mêmes de récolter et de cuisiner sans précautions des végétaux sauvages potentiellement toxiques.

Méthodologie

5Notre étude se base sur une enquête par entretiens semi-directifs auprès de locuteurs arabophones et berbérophones natifs du pays des Babors. Dans un premier temps, nous avons questionné au total une quinzaine de locuteurs sur l'existence ou non d'une purée à base d'herbes sauvages dans leur localités respectives et, si oui, sur sa composition. La plupart des réponses ont été positives, ce qui nous a amené dans un second temps à demander des précisions sur les recettes précises de chaque localité, les plantes utilisées et leurs dénominations, ainsi que l'extension éventuelle de cette purée dans la culture locale (littérature orale, etc.). L'identification des espèces végétales utilisées dans cette recette s'est faite au moyen de photographies de celles-ci (inflorescences et feuillage) réalisées dans la région en 2017.

6Les localités (confédération + commune) dans desquelles nous avons interrogé des natifs sont d'ouest en est : Aït Melloul (Tichy), Aït Smaïl (Bordj Mira), Aït Mella (Oued El Bared), Aït Bouyoucef (Tamridjet), Amouchas, Aït Segoual (Ziama-Mansouriah), Bni Mâad (Ziama-Mansouriah), Bni Aïssa (Ziama-Mansouriah), Jijel-ville, Oulad Taffer (Jijel), Bni Hbibi. Nous avons pu récolter les recettes dans huit de ces douze localités : quatre localités berbérophones et quatre arabophones. Nous souhaitons par ailleurs remercier tout particulièrement quatre informateurs qui nous ont grandement aidé dans la réunion de ce corpus : Hamza Azni, Hocine Slimoune, Mehdi Mimoune et Nadia Garaoun.

7Nous avons procédé à l'analyse du corpus de recettes ainsi récoltées, en les comparant entre elles et avec des plats ressemblants attestés dans les massifs voisins du Djurdjura, de Collo et de l'Atlas blidéen. Enfin, nous avons mobilisé les quelques ressources numériques concernant cette recette, des vidéos présentant celle-ci à travers le site de vidéos en ligne YouTube (voir sitographie), à des échanges à son sujet sur le média social Facebook. Afin de retracer les étymologies des phytonymes et des différentes dénominations de la recette, nous avons mobilisé les dictionnaires de différentes variétés de berbère (Dallet 1982 pour le kabyle occidental, El Arifi 2016 pour le berbère de l'Atlas blidéen, etc.), et en particulier les dictionnaires de racines communes (Naït-Zerrad 1998, Haddadou 2007).

8La transcription adoptée dans ce travail, correspond à des alphabets latins adaptés respectivement aux transcriptions phonologiques et scientifiques de l'arabe maghrébin et du berbère-nord. Nous avons également utilisé un système d'abréviation dont voici les différents éléments :
ar. : arabe
AB : berbère de l’Atlas blidéen
AJ : arabe jijélien
ber. : berbère
fr. : français
c.p. : communication personnelle
KOC : kabyle occidental
lat. : latin sp. : espèce
TS : tasaḥlit (ou kabyle extrême-oriental)

Figure 1 : Paysage des Babors, depuis la montagne Agouf (commune de Tamridjet, territoire des Aït Bouyoucef)

Figure 1 : Paysage des Babors, depuis la montagne Agouf (commune de Tamridjet, territoire des Aït Bouyoucef)

En arrière-plan la mer et les montagnes littorales du territoire des Aït Segoual, les rares habitations se devinent par la seule présence de chemins de bergers et de fils électriques

© Garaoun juillet 2017

La purée d'herbes sauvages des Babors et recettes voisines

9La réalisation de purées d'herbes sauvages n'est pas propre au massif des Babors à l'échelle de l'Afrique du Nord. Par ailleurs, d'autres purées végétales, à base d'herbes cette fois cultivées, sont très répandues en Afrique et au Moyen-Orient. À ce titre, les préparations à base de corète potagère (Corchorus olitorius) sont sans doute les plus connues, puisqu'elles sont à l'origine de plats aussi divers que la sauce fakoye au nord du Mali, de la bkaïla des communautés juives tunisiennes et plus généralement de la mouloukhiya attestée du Maghreb central au Moyen-Orient en passant par le Tchad et le Soudan.

10Les équivalents à base d'herbes sauvages sont plus localisés, bien que ceux-ci furent sans doute plus communs dans un passé récent, avant les phénomènes d'exodes ruraux massifs qui ont marqué l'Afrique du Nord dans son ensemble durant le siècle dernier. Notons à ce titre la bakoula marocaine (bəqqūl(a)), véritable plat national, dont l'ingrédient phare est constitué par les diverses espèces de mauves (Malva spp.) que l'on rencontre à l'état sauvage dans le pays. L'avantage certain de l'utilisation de cette plante est son caractère ubiquiste, celle-ci pouvant se développer jusque dans les centres urbains, ainsi que son développement bisannuel permettant de la récolter toute l'année même au cœur de l'hiver. Il arrive que la mauve se suffise comme seul ingrédient de la bakoula, dans ce cas le plat obtenu prend souvent comme dénomination la forme locale utilisée pour désigner ce végétal (à Casablanca xūbbīza désigne la plante et le plat). Dans certaines régions, à la mauve est préférée l'utilisation du pourpier (Portulaca oleracea) : lə-bqūl fīh la mauve w ka yəzīdu fīh ši bəlɛa d ər-rbīɛ ma ɛārəf šāy smīyt-əm, ɛānd-na ɛāwəd ər-rəžla f əṣ-ṣāyf ka dǧi ġzāla « dans la bakoula il y a de la mauve et ils ajoutent des herbes dont je ne connais pas le nom, nous avons (y mettons) aussi le pourpier en été, qui la rend très bonne » (A. Hmamouchi c.p., arabe Jbala des Slass). Contrairement à arbīṭ, les plantes de ce plat sont rarement réduites en purée, le plat est le plus souvent cuit à la vapeur et est agrémenté de nombreux épices et condiments (harissa, citrons confits, cumin, persil, coriandre, etc.). Selon les régions, la bakoula marocaine peut se voir accommoder d'un nombre plus ou moins important de végétaux sauvages, jusqu'à dix-sept espèces d'après l'enquête de Clochey et Aumeeruddy-Thomas (2017) en pays Jbala.

  • 2 Dénomination de fond berbère (√BZN voir Naït-Zerrad 1998 : 152) renvoyant à différents types de pla (...)
  • 3 Du berbère GMR (voir chapitre sur √GMR).

11En Algérie, plusieurs plats semblables sont attestés à travers les massifs montagneux littoraux. Dans la Kabylie occidentale, la dénomination la plus répandue pour celui-ci est abazin2, le kabyle extrême-occidental lui préfère la forme ṯagmurṯ3. L'abazin du Djurdjura semble avoir pour ingrédient principal l'ortie dioïque (KOC azegḍuf, lat. Urtica dioica), présente en grande quantité dans le massif. Selon les régions et les herbes disponibles, on y ajoute quelques herbes sauvages rarement en grand nombre, mais aussi des herbes cultivées fraîches, en particulier de la menthe verte (KOC neɛneɛ, lat. Mentha spicata), du céleri (KOC lekrafeẓ, lat. Apium graveolens), de la bette (KOC ṯiḇidesṯ, lat. Beta vulgaris), des fanes de navet (KOC iferrawen n lleft, lat. Brassica rapa), des gousses d'ail cultivé (KOC tixeddacin n ṯiskert/ṯiccert, lat. Allium sativum) et des petits oignons (leḇṣel d imecṭaḥ, lat. Allium cepa). Cette purée est parfois servie comme sauce avec le couscous à gros grains (berkukes), le plat ainsi obtenu est dénommé berkukes weqessul, littéralement, « couscous à gros grain de l’assiette ». À l'est du Djurdjura, dans les Bibans et la vallée de la Soummam, notre purée végétale porte le plus souvent la dénomination générique de la purée : taḥlult ou taḥluct. Enfin dans l'Atlas blidéen, une des dernières tribus berbérophones, les Aït Zerman, dénomme becniṭ ou habecniṭ un plat de facture très proche auquel on ajoute de l'orge cuit (AB mermez, Aït Zerman) et parfois des pommes de terre. Il en existe même une version à base d'écorce d'amande verte dénommée : habecniṭ n lluz (Samir El Arifi, c.p.).

12Dans les massifs des Babors, la purée végétale est réalisée à partir d'un grand nombre d'espèces végétales, parfois plus de vingt, le plus souvent en fin d'hiver ou au début du printemps, lorsque les tiges des herbes sauvages sont encore tendres : taggara n ccetwa niɣ tazwara n rrbiɛ, macqa i d- sseɣmint teḥcicin taṭṭiwin « à la fin de l'hiver ou au début du printemps lorsque les herbes entrent en bourgeon » (TS, Aït Smaïl). En été et en automne, le plat est réalisé avec les parties restées tendres des mêmes végétaux ou d'une flore à développement estival. À Jijel-ville, dans un milieu urbanisé où la flore sauvage est peu diversifiée, sa confection est élaborée avec des bouquets d'herbes des montagnards : ki nxədmū-h ki ka yəžību-na ən-nās d lə-žbəl əl-ḥšāyəš d əl-gəmra mən ɛānd-həm « nous le faisons (préparons) lorsque les habitants de la montagne nous apportent les herbes du bouquet de chez eux » (AJ, Jijel-ville). Dans certaines régions il peut accompagner un couscous (səksu) fin à base d'orge ou à très gros grains (bərkukəs b arbīṭ) : on obtient dès lors respectivement səksu ~ bərkukəs b arbīṭ (AJ).

  • 4 En arabe colliote, de l'arabe البقل « légume, herbe comestible, gousse », également à l'origine du (...)

13Ce plat est dénommé arbīṭ à Jijel-ville et dans les tribus environnantes (Bni Qaïd, Oulad Taffer, etc.), tandis que dans l'arrière-pays jijélien et les parlers berbères ṯasaḥlit les plus en contact avec l'arabe jijélien (Aït Nabet, Aït Laâlam, etc.), on lui préfère la dénomination ḥārbīṭ. Notons que quelques parlers de l'arrière-pays jijélien appellent ce plat de la même manière que l'on dénomme partout en arabe jijélien le bouquet d'herbes sauvages utilisé pour sa confection : gəmra. À la frontière entre le massif des Babors et celui de Collo, les dénominations ḥārbīṭ et bqūl4 se croisent et s'emploient indifféremment. Enfin, les parlers berbères zénètes à cheval sur le sud du massif et les hauts plateaux sétifiens (chaoui des Amoucha ou ṯaɛemmuct) le dénomment buḥellus et les confédérations berbérophones situées à l'ouest des Babors, en contact avec le kabyle de la vallée de la Soummam, ṯaḥlult. Devant la diversité des appellations pour ce plat dans les Babors (six formes), nous avons pris le parti d'utiliser dans cet article la forme en usage à Jijel-ville, seule forme à partir de laquelle il est possible de trouver des ressources sur Internet, notamment en termes de recettes.

14En dehors de sa composante d'herbes sauvages, arbīṭ peut se voir agrémenter de manière tout à fait facultative d'un certain nombre d'ingrédients : parmi ceux-ci, des œufs cuits en omelette (timellalin n tuftayin, TS, Aït Bouyoucef) dans la purée, parfois un morceau de graisse, de la grosse mouture de semoule d'orge ou de blé, plus rarement une poignée de gros couscous (ɛīš , AJ, Bni Mâad). Les seuls condiments attestés parmi les recettes récoltées sont le sel, indispensable, et parfois des piments rouges ou verts (Capsicum sp.). La purée est abondamment arrosée d'huile d'olive de l'année (zziṯ n ṯzemmurt n useggas, TS, Aït Bouyoucef) ou de beurre (dhən, AJ, Bni Mâad) pour l'onctuosité (tɛāqīda, AJ, Bni Mâad). On lui ajoute plus rarement du jus de citron (ḳārəṣ, AJ, Bni Hbibi) et la consommation de la purée s'accompagne le plus souvent d'une galette de semoule (tamgadalt n uɣṛum, TS, Aït Bouyoucef, voir Figures 1 et 2). Enfin, quelques plantes cultivées peuvent agrémenter la composition de arbīṭ, parmi celles-ci notons l'utilisation courante à Jijel-ville de pommes de terre (Solanum tuberosum) écrasées, celle de féveroles en sauce (aḇiṣar) dans la région d'Aokas (Rahmani 1976 : 57), mais aussi de gousses d'ail, d'oignons et de feuilles de navet dans l'ensemble de la région, offrant à la composition un goût piquant.

15Enfin, la cuisson de arbīṭ peut varier selon l'ordre dans lequel les divers ingrédients sont jetés dans la marmite. Chez les Bni Mâad, on laisse d'abord les oignons et/ou l'ail sauvage jaunir dans l'huile d'olive avant de jeter les herbes qui cuiront dans leur jus, tandis que chez les Aït Bouyoucef les herbes sont jetées dans l'eau frémissante. La variation à ce niveau de la recette pouvant évidemment exister au niveau individuel, chaque famille, chaque cuisinier, ayant ses propres habitudes.

Figure 2 : Purée végétale d'herbes sauvages réalisée par l'auteur de l'article, accompagnée d'une galette de semoule de blé et décorée de fleurs de mauve alcée (TS balaman, lat. Malvea alcea)

Figure 2 : Purée végétale d'herbes sauvages réalisée par l'auteur de l'article, accompagnée d'une galette de semoule de blé et décorée de fleurs de mauve alcée (TS balaman, lat. Malvea alcea)

© Garaoun septembre 2019

Figure 3 : Une scène quotidienne de la vie des montagnards des Babors (Aït Bouyoucef, commune de Tamridjet)

Figure 3 : Une scène quotidienne de la vie des montagnards des Babors (Aït Bouyoucef, commune de Tamridjet)

Cuisson d'une galette de pain dur à la semoule de blé (tamgadalt n uɣṛum iqquren n yirḏen) sur un feu de bois de foyer domestique (tikerkadiyen n lkanun), au moyen d'un plat à pain en terre cuite (afan) posé sur trois pierres servant de trépied

© Garaoun juillet 2017

Les dénominations de arbīṭ dans les Babors

16Nous discuterons ici les origines étymologiques des différentes dénominations relevées pour désigner les purées végétales à base d'herbes sauvages dans les Babors présentées dans le tableau 1.

Tableau 1 : Dénominations de la purée végétale dans les Babors

Tableau 1 : Dénominations de la purée végétale dans les Babors

17√(Ḥ)RBṬ < √BRḌ (arbīṭ ~ ḥārbīṭ) :

  • 5 Notons au moins deux variantes jijéliennes : būgəšša et būyəšša.
  • 6 L'étymologie que nous proposons ici peut paraître surprenante au premier abord, du fait de l'utilis (...)
  • 7 Le terme est attesté dans toute l'Algérie orientale et en Tunisie.
  • 8 Cette dénomination est assez commune en berbère : Ghomara ayerni (Mourigh 2015 : 524), tachelhit ay (...)

18Ces dénominations sont les plus répandues dans le massif des Babors et sont l'objet de bien des tentatives d'étymologies populaires, les reliant le plus souvent à des racines de fond arabe de façon plus ou moins fantaisiste : une tendance très courante dans les étymologies populaires de termes arabes maghrébins absents de l'arabe classique. Nous citerons parmi celles-ci la plus sérieuse d'entre elles, reliant ces deux termes à l'arabe √RBṬ « attacher » (v. Hadji, page personnelle), ce qui aurait été très convaincant si le terme désignait le fagot d'herbes sauvages et non le plat cuisiné, la possibilité d'un glissement sémantique n'étant pas à éloigner. La piste d'une étymologie arabe nous semblait probable jusqu'à ce que nos travaux nous amènent à étudier en détail le lexique gastronomique de l'arabe jijélien et à constater la domination écrasante des emprunts directs au berbère : səksu « couscous » (√SKS, Haddadou 2007 : 192), bwīšša5 « plat traditionnel consommé lors de la célébration de l'Achoura, comprenant de la grosse semoule, des dattes et de l'huile d'olive, cuits dans une panse de mouton » (< bu- ar. « celui qui » + -īšša « il a mangé » < ber. KC « manger » [TS ecc ~ ečč « manger »] lit. « celui qui a mangé »6), zrīr « crème de sésame » (√ZR « couler, fondre, boire d'un seul coup », Haddadou 2007 : 2397), rābbūẓa « purée de navet » (√RBẒ « écraser », Haddadou 2007:172), adġəs « plat à base du premier lait d'une vache venant de vêler » (DƔS « colostrum », Haddadou 2007:40), etc. Parmi les plats jijéliens dont les dénominations ne sont pas directement empruntées au berbère, on rencontre souvent néanmoins soit une composition comprenant un emprunt à cette langue — ɛāṣīda d ayərni « gouet (Arum sp.) au petit lait » (ayərni ~ agərni < ber.8) —, soit une des formes « berbérisées » morphologiquement : aġrūf « crêpe épaisse » et axfūf « type de beignet », deux vocables de fond arabe (respectivement √ƔRF et √XFF) marqués par une voyelle initiale a-, préfixe du masculin singulier emprunté au berbère (cf. Garaoun 2018).

19Arbīṭ ~ ḥārbīṭ sont les dénominations employées dans la majorité des parlers arabes jijéliens, la première forme, peut-être un peu moins répandue, est utilisée à Jijel-ville dans les tribus des alentours directs (Bni Caïd, Bni Ahmed, Oulad Taffer, etc.) et s'étend à l'est jusqu'aux parlers côtiers de la région de Ziama-Mansouriah (Bni Mâad, Bni Aïssa), tandis que la seconde occupe une large partie de l'arrière-pays : des Bni Hbibi situés sur la rive occidentale de l'oued Kébir, frontière naturelle entre le massif des Babors et celui de Collo, jusqu'aux parlers berbères tasaḥlit situés à l'est de l'oued Agrioun dans les Babors orientaux (Aït Bouyoucef, Aït Laâlam, etc.). La seconde forme ḥārbīṭ est souvent considérée à tort comme une déformation de la première : en effet la première syllabe – ḥā – est, d'après l'étymologie populaire des locuteurs préférant la première forme, le résultat d'une assimilation du numéral un, ḥā, de l'arabe jijélien grammaticalisé comme pronom indéfini devant le nom ārbīṭ (présenté dès lors comme la forme d'origine). La locution ḥa ḥārbīṭ « un ārbīṭ » étant même parfois considérée comme caractéristique des parlers de l'arrière-pays. Cette analyse nous a tout de suite paru erronée : une telle assimilation du pronom indéfini ḥā n'étant pas attestée ailleurs dans le lexique de ces parlers, il est difficilement concevable que ceux-ci y aient procédé pour cet unique vocable.

20La première forme ārbīṭ est quant à elle marquée par le préfixe berbère a-, marquant les noms masculin (genre) singulier (nombre) à l'état libre (état) dans cette langue et seulement le masculin (genre) en arabe jijélien. Comme tous les noms jijéliens marqués de ce préfixe, il n'accepte pas l'article arabe. Cet emprunt grammatical de l'arabe jijélien au berbère dont l'usage est attesté à travers un très grand nombre de formes nominales majoritairement de fond berbère, mais également parfois de fond arabe, ainsi « berbérisées », et même d'emprunts à d'autres langues dont des emprunts récents (Garaoun 2018) : aġānža « louche » (< ber. √ƔNJ Haddadou 2007 : 160), arəẓ « guêpe » (< ber. √RẒY Haddadou 2007 : 185), afəllūs « poussin » (latin pullus via le berbère), aktūf « épaule d'animal » (vs. ktəf « épaule d'homme » < ar. √KTF), aṣeyyār « type de tamis » (< ar. ṢYR), atrūtwār « trottoir » (< fr.), apūtu « poteau » (< fr.), ašīšma « toilette » (< osmanli).

  • 9 Une évolution phonétique à l'origine controversée attestée à la fois parmi un certain nombre de par (...)
  • 10 D'où le phytonyme aberḍuḍ izem « plantain » (litt. « queue de lion »).
  • 11 L'arabe jijélien tərṭa « flatulence » pourrait également provenir de cette racine.
  • 12 Cette hypothèse nous a été suggérée suite à la présentation de ce plat et de ces dénominations lors (...)

21Nous proposons comme origine étymologique du couple arbīṭ ~ ḥārbīṭ la racine pan-berbère BRḌ, ayant subi d'une part l'assourdissement caractéristique des parlers préhilaliens de la Kabylie orientale9, et d'autre part une interversion consonantique : BRḌ > BRṬ > RBṬ. La racine BRḌ renvoie selon les variétés de berbère à ce qui est de consistance semi-liquide, et par extension à toutes sortes de bouillies, purées, mais aussi aux champs sémantiques renvoyant aux selles, flatulences, diarrhées et autres joyeuses expressions du système digestif (Haddadou 2007 : 30) : touareg berriṭ « bruit produit par le fondement, pet », Moyen-Atlas aserriḍ « selles liquides », par extension aberḍuḍ « queue »10 et aberriḍ « bouc » chez les Aït Ayyache (Layachi H. c.p.), KOC aberriḍ « matière fécale liquide, diarrhée », mozabite) aberḍuḍ « mèche de laine souillée de matière fécale » (Mouh-Mefnoune & Abdesslam 2011 : 21, TS iwerṭan ~ urṭan « flatulences » (*BRḌ > WRṬ11), aberriṭ « selle de chèvre ». Cette racine est en l'occurrence attestée en arabe jijélien et en berbère tasaḥlit à travers le nom à préfixe berbère abərṭīṭ ~ bərṭīṭ « boue, gadoue, vase ». Par dérivation verbale, le tasaḥlit a développé un verbe ssberṭeṭ « embouer, salir de boue », et l'arabe jijélien bərṭāṭ - yəbərṭəṭ synonyme. En arabe préhilalien du Rif occidental (pays Jbala, nord du Maroc), on rencontre un autre cognat de cette racine bərṭūṭ « flaque d'eau boueuse ». Le lien sémantique reliant la racine BRḌ aux dénominations qui nous intéressent pourrait s'articuler à deux niveaux : d'une part à la consistance semi-liquide de notre purée, consistance qui caractérise également la plupart des sémantismes dont dérivent les formes issues de BRḌ. D'autre part, en raison de l'utilisation de ce plat comme diurétique désintoxiquant, pouvant provoquer la diarrhée, ce qui relirait arbīṭ ~ ḥārbīṭ précisément aux dérivés de BRḌ renvoyant aux selles liquides12.

22Concernant l'interversion consonantique : BRḌ > BRṬ > RBṬ, il convient de noter que les métathèses sont très courantes en berbère :
√MƔY « croître » = KOC mɣi « germer » / TS ɣmi (*MƔY > √ƔMY)
√KF « liquide mousseux » = TS ayeḵfi ~ ayeḵfa / KOC ayefḵ(i) « lait » (*KF > √FK)

23Ce phénomène intervient également auprès des emprunts au berbère de l'arabe maghrébin : AJ (Jijel- ville) būryāmān « inule visqueuse (Dittrichia viscosa) » < bu- ar. « celui qui » + MGR ber. « rencontrer » + M ber. « eau » ; répondant au schéma d'évolution diachronique suivant :
*MGRM (forme en usage en synchronie en TS des Aït Bouyoucef amagraman)
> *bu + MGRM (insertion du préfixe arabe bu- ; en usage en synchronie en AJ des Bni Mâad : būgrāmān)
> *bu + MYRMN (évolution /g/ > /y/ ; en usage en synchronie en AJ des Bni Ketit : bāyrāmān)
> bu + RYMN (métathèse)

  • 13 Deux autres phonèmes empruntés par le berbère-Nord à l'arabe sont mobilisés dans la production de l (...)
  • 14 Voir touareg ahu « fumée » (Haddadou 2007:87), KOC ṯaguṯ, etc.
  • 15 Notons également parmi les dérivations expressives de cette racine la forme ajeḥlum « queue » du ka (...)

24Enfin, pour ce qui est de la première radicale /ḥ/ de la forme ḥārbīṭ, signalons que le phonème /ḥ/ est, en berbère-Nord, un emprunt sans doute assez ancien à l'arabe (voir Kossmann 2013 : chap. 5), devenu productif dans la génération de lexique expressif par insertion ou affixation de celui-ci, voir par remplacement de radicales d'origines par celui-ci13. Le berbère tasaḥlit offre un nombre important de termes auprès desquels l'insertion ou l'affixation du phonème d'emprunt [ħ] est constatable : tasaḥlit aguḥ « brouillard » < ber. √HW « brouillard »14 + /ḥ/ ; tasaḥlit aḥallum « singe » mais azellum « saignée » : les deux termes dérivant d'une même racine d'origine ZLM (Haddadou 2007 : 234-235) dont la radicale a été remplacée par un /ḥ/ expressif (*ZLM > ḤLM) dans la forme portant le signifiant de « singe »15. C'est à partir de ces constatations que nous proposons comme origine à la radicale Ḥ de la variante ḥārbīṭ une origine expressive par affixation. Signalons enfin que ce terme n'accepte pas l'article arabe, phénomène caractéristique des termes d'emprunt très anciens en arabe maghrébin : c'est par exemple le cas de l'arabe jijélien bībba « fait de porter sur le dos » (Jijel-ville dīrl-u ḥa bībba « porte-le sur le dos » ; < ber. √B Haddadou 2007 : 23), ou encore de l'arabe marocain mūka « chouette » (< ber. WK, Haddadou 2007 : 210).

25√GMR (gəmra)

  • 16 L'évolution par spirantisation dynamique du [g] en [y] est caractéristique des parlers AJ de la moi (...)

26Cette seconde racine ne pose quant à elle aucune difficulté sur le plan de la restitution étymologique. Elle n'est utilisée pour désigner le plat cuisiné que dans quelques parlers de l'arrière-pays jijélien, sans doute par élargissement sémantique. En effet, partout ailleurs en jijélien gəmra ~ yəmra16 désigne la botte d'herbes sauvages coupées, prête à être utilisée dans la confection de la purée végétale : əl gəmra ay d kāməl lə-ḥšāyəš əddi ka yədīru bī-həm arbīṭ (AJ, Jijel-ville) « la gəmra, c'est la totalité des herbes avec lesquelles on fait arbīṭ ». Par ailleurs, l'arabe jijélien connaît également un verbe gəmmār / yəgəmmər (~ yəmmār / iyəmmər) « couper les herbes sauvages » utilisé essentiellement dans le cadre de la recherche des ingrédients de notre recette. En berbère TS, le même verbe gemmer désigne le fait de cueillir à la faucille (des herbes, des céréales, etc. ; nom verbal agmer). Le parler kabyle extrême-occidental des At Amran emploie une forme correspondante — ṯagmurṯ — pour dénommer le plat.

27Cette racine tout à fait pan-berbère renvoie selon les parlers à la chasse, à la pêche, et/ou à la récolte des fruits, des légumes et des herbes : Kabyle (Haddadou 2007 : 75-76) gmer « cueillir, cueillir des feuilles de cardon, butiner », tanegmart « jeune femme qui ramasse, qui cueille », Moyen-Atlas gmer « chasser, dérober, voler du gibier », tagemriwt « proie gibier », chleuh g°mr « chasser », tag°mrt « chasse », angmar « chasseur », Ghadamès eǧmer « cueillir (en choisissant) des fruits, des dattes ». Notons que la seconde radicale est parfois géminée assez indifféremment selon les parlers : touareg tagmert « chasse » / pl. tigemmar, Ghadamès aǧemmer « ancienne fête célébrant la première cueillette des dattes ».

28√ḤLW < √BLW (taḥlult)

29Cette racine pan-kabyle est employée parmi les parlers tasaḥlit -Centre et -Est au moyen du nominal aḥlul connu dans toute la Kabylie le plus souvent au féminin (taḥlult ~ taḥlewlt ~ taḥluct), le plus souvent pour le sens générique de « bouillie, purée ». Des formes verbales à relier à celles-ci sont également attestées dans beaucoup de parlers kabyles : TS ḥluli « être trempé, devenir presque liquide, être claire (potage, soupe) », sseḥluli « tremper, liquéfier ». Ce type de base consonantique comprenant une radicale empruntée à l'arabe (ici [ħ]) correspond en berbère-Nord soit à des emprunts à l'arabe, soit à des racines de fond-berbère dont une radicale d'origine fut remplacée par un phonème emprunté à valeur expressive (voir développement de la racine √(Ḥ)RBṬ < √BRḌ). En l'occurrence, à notre √ḤLW correspond une racine de fond-berbère BLW dont dérivent des sémantismes identiques : touareg belulu « être très liquide », sebbelulu « rendre très liquide » (Haddadou 2007 : 28).

30√BḤLLS < √BLS (buḥellus)

31Cette racine est rencontrée dans les seuls parlers de la confédération des Amouchas (ber. Iɛemmucen), une confédération bilingue arabe-berbère pratiquant une variété de berbère zénète se rapprochant du chaoui, une sorte d'îlot chaouiphone septentrional coupé du reste du bloc chaoui par l'axe Sétif-El Eulma. La forme rencontrée dans ce parler correspond encore une fois à un dérivé expressif d'un terme de fond berbère auquel fût infixé un [ħ] à valeur expressive (voir développement de la racine √(Ḥ)RBṬ < √BRḌ). La racine √BḤLLS dérive en effet d'une racine pan-berbère √BLS (Haddadou 2007 : 28) : touareg ctebolast « gerbe, botte de céréale », Ghadamès abelsu « motte de terre enlevée d'un coup de houe », kabyle blules « produire en grande quantité ». Cette racine renvoyant à l'idée de « tas, motte, ramassis de végétaux » est clairement sémantiquement motivée par notre purée d'herbes sauvages.

32√BQL (bḳūl)

33Seule appellation tirée de l'arabe « herbe comestible, gousse, légume » (بقل), celle-ci est surtout répandue dans le massif de Collo. Les parlers pour lesquels nous l'avons observée dans les Babors l'emploient sous la forme de doublon avec ḥārbīṭ. Chez les Bni Hbibi, une différence est même observée entre les deux appellations, ḥārbīṭ désignant une version comprenant peu d'espèces végétales mais de la semoule et de la graisse séchée, tandis que bḳūl comprend un certain nombre de plantes sauvages mais dépourvu des deux derniers ingrédients. Ajoutons enfin que ce nom arabe est emprunté par certaines variétés de berbères, par exemple chez les Aït Snouss, où il renvoie aux herbes sauvages comestibles (Destaing 1914 : 195).

34L'étude de ces dénominations et de leurs origines étymologiques nous permet de constater la prégnance du berbère à travers celles-ci, puisque cinq des six appellations relevées appartiennent au fond lexical de cette langue et la sixième à celui de l'arabe. Une telle prédominance du berbère dans ce domaine n'est pas surprenante : la purée végétale des Babors est sans doute un plat très ancien et assez caractéristique de la région ; comme de nombreuses recettes spéciales à la région, les locuteurs d'arabe préhilalien et de berbère des Babors ont le plus souvent conservé les vieilles dénominations berbères de celles-ci.

35On remarquera également le nombre important (trois sur cinq) de dénominations de fonds berbères concernées par la dérivation expressive au moyen du phonème [ħ] emprunté à l'arabe. Le besoin ressenti, par les locuteurs des variétés à l'origine de ces différentes dénominations, d'augmenter la dimension expressive des dénominations de ce plat est digne d'intérêt pour une meilleure compréhension de ce phénomène. Celui-ci pourrait être interprété sur différents rapports : consistance semi-liquide, coloration verdâtre parfois qualifiée de peu ragoutante, plat particulièrement consommé en hiver et en période de famine et par conséquent plus ou moins synonyme de ceux-ci, etc.

Les herbes utilisées et leurs dénominations

  • 17 Signalons cet emprunt remarquable au latin blitum (> fr. blette) également attesté en kabyle du Dju (...)

36À chaque localité des Babors correspond une recette comprenant une ou plusieurs plantes principales. Celles-ci correspondant le plus souvent aux ressources naturelles directement exploitables dans la région en question : à Jijel-ville par exemple, la bette est particulièrement utilisée, sans doute parce que cette plante est cultivée dans les environs directs de la capitale régionale. L'utilisation ou la préférence de certaines plantes ou parties de plante est un phénomène parfois très localisé : chez les Aït Smaïl par exemple, nous avons noté l'utilisation de bourgeons de ronce (taṭṭiwin n ujdar) attestée nulle part ailleurs. D'une manière générale, notre purée s'accommode de quelques espèces principales et d'herbes facultatives selon la saison et des espèces végétales présentes dans les environs. La variation concerne le plus souvent la ou les espèces principales : l'amarante sauvage chez les Bni Hbibi (ablātu17, lat. Amaranthus blitum), la carline (tigernina, lat. Carlina sp.) chez les Chaouis des Amouchas. Néanmoins, notons que certaines recettes rejettent totalement l'utilisation de telle ou telle plante, ou plus souvent de telle plante sans telle autre. Nous avons à ce titre noté par exemple que les Aït Bouyoucef ne cuisinaient jamais cette purée au moyen de la mauve (Malva sp.), qui n'est guère consommée dans cette confédération. Plus souvent, les règles de cette recette concernent l’association des plantes et de leur saveur, c'est ainsi qu'il est donné ce conseil : lūkān tḥətt səmmūm bla məġrīs yəži hāṛṛ w məġrīs bla səmmūm yəži mārr « si tu mets de l'oseille sauvage sans məġrīs (végétal non identifié), il sera piquant, mais məġrīs sans l'oseille sauvage et le résultat sera amer ».

37Le tableau 2 présente les dénominations parmi les parlers étudiés des treize espèces végétales qui sont le plus souvent apparues parmi les différentes recettes récoltées :

Tableau 2 : Phytonymes de dix herbes sauvages parmi les plus utilisées dans la confection de la purée à travers cinq localités du massif Babors

Tableau 2 : Phytonymes de dix herbes sauvages parmi les plus utilisées dans la confection de la purée à travers cinq localités du massif Babors

L'ail à trois angles (Allium triquetrum)

38Cette espèce d'ail sauvage est très utilisée dans la cuisine kabyle, notamment à travers le plat aɣṛum l leḥwal (KOC) « galette aux ingrédients », un pain dur de semoule fourré des tiges nouvelles de cet ail cueillies avant sa floraison. L'élaboration de la purée végétale à partir de cet ail se fait le plus souvent au moyen des tiges, mais les hampes florales et les tubercules sont également parfois utilisés.

  • 18 L'évolution phonétique proposée dans ce cas par cet auteur - blbs *bbls bbrz -, nous paraît cepen (...)

39La dénomination de l'ail triquètre ou ail à trois angles est identique dans l'ensemble des parlers arabes et berbères des Kabylie, de l'Atlas blidéen au massif de Collo : bībrās (AJ). En arabe Jbala, un cognat désigne une espèce d'oignon sauvage bəybrūẓ ~ bəybrūṣ (Colin 1926 : 57) rapproché du latin bulbus (Ibid.18). Nous proposons quant à nous la possibilité d'un étymon berbère BRZ/BRS renvoyant au fait de trier et par extension de défricher (Haddadou 2007 : 31) : Touareg ebres « trier, séparer ce qui est bon de ce qui est mauvais », ebrez « défricher, couper les arbres », enebraz « défricheur », Kabyle ebrez « séparer, défricher, couper le feuillage des arbres », etc. Cette racine a la particularité de présenter comme radicale finale les deux sifflantes /s/ et /z/, ce qui est également le cas des formes présentées comme des dénominations de l'ail sauvage. Par ailleurs, cette suite consonantique pourrait être à relier à la racine FRS (Haddadou 2007 : 61) « couper, tailler, et par extension moissonner, émonder », à l'origine d'un phytonyme dont on consomme la partie souterraine : chleuh afras « navet blanc ».

40Notons deux caractéristiques originales présentées par la forme nominale bibras : d'une part le doublement de la première radicale B, d'autre part le fait que celui-ci ne prenne jamais d'article, ni en berbère ni en arabe. La première radicale B redoublée pourrait originalement correspondre au préfixe arabe bu- « celui de », qui semble émerger dans le cognat des Bni Snouss : bubris (Destaing 1914 : 282), et donc à une forme d'origine correspondant littéralement à « celui du défrichage, que l'on défriche ». En effet, les ails sauvages sont des plantes adventices à tendance envahissante, que le paysan est souvent amené à supprimer lorsqu'il souhaite cultiver une zone laissée en friche.

Le coquelicot (Papaver rhoeas)

  • 19 Suffixe diminutif ~ péjoratif -uc ~ -uk pan-maghrébin.

41Végétal consommé de diverses manières dans la région, notamment dans un type de couscous végétarien (KOC ameqful). Ses feuilles sont également utilisées pour produire une encre naturelle. Les appellations récoltées pour ce végétal, au-delà des appellations génériques française et arabe sans doute de facture récente parmi plusieurs parlers AJ, correspondent à :
- une racine de fond arabe : ḤRR « soie » + suffixe -uc19 (ḥraruc)
- une seconde racine plus difficile à relier à un étymon QB(B) + suffixe -uc. (qbabuc).

42Ces deux formes se présentent dans les différents parlers au moyen d'un même schème vocalique C1C2aC2uC3, connue dans les deux langues uniquement pour la dénomination de cette plante. La première association « soie » < « coquelicot » est sans doute motivée par la texture des pétales de la fleur du coquelicot et sans doute également sa beauté. Des parlers kabyles orientaux présentent pour le même végétal une dénomination composée issue partiellement du même étymon : leḥrir yigran « la soie des champs » (Samir Tighzert, c.p.).

43La seconde racine QB(B) connaît plusieurs cognats dans les parlers de la région : TS Aït Hasaïn leqḇaḇec « vaisselle », Aït Bouycef aqaḇuc « assiette creuse », Aït Smaïl aqḇuc « pot à eau ». Les deux premières radicales QB apparaissent dans l'ordre BQ dans d'autres dénominations de poteries : ṯaḇeqḇaqt « petite gargoulette », aḇuqal « gargoulette » ; ce qui pourrait nous indiquer un lien entre ces racines pour lesquelles l'origine étymologique pourrait être très complexe : la racine BQL de aḇuqal est en effet circumméditerranéenne : arabe maghrébin būqāl « gargoulette », français bocal, bas-latin baucalis « vase en terre », grec βαύκαλις « pichet ».

44À ces noms de poteries, sont souvent associées des dénominations de phytonymes comme qḇaḇuc « coquelicot », ou encore merẓiqḇac « iris » (< m ? + erẓ « cassant » + iqḇac « assiettes ») chez les Aït Bouyoucef (KOC merẓḇuqal « liseron des champs » (Convolvulus arvensis) < m ? + erẓ « cassant » + aḇuqal « gargoulette » ; ṯaḇeqḇaqt « nombril de Vénus » (Umbilicus horizontalis). Les raisons ayant poussé à ces rapprochements sémantiques nous restent obscures, mais ils pourraient être liés à des systèmes anciens de croyance à l'origine d'associations sémantiques — casse + objet fragile < phytonymes / zoonymes — se retrouvant dans beaucoup de langues du monde non apparentées : créole rodriguais kasbol (< fr. « casse bol ») « mante (Mantis sp.) », swahili kivunjavunja (lit. « qui brise le pot » ; Lenselaer 1983:606) « mante (Mantis sp.) », français casse-lunette « bleuet » (Centaurea cyanus).

Le chrysanthème des moissons (Glebionis segetum)

45Arabe (būyəzūz ~ būzdūz) et berbère des Babors (bayzdud) mobilisent tous les deux pour dénommer cette plante une racine pan-berbère DYZ (Haddadou 2007 : 45) : Moyen-Atlas edz « piler, broyer, enfoncer », azduz « masse », rifain azduz « maillet », etc. Le KOC connaît une forme composée wazdud wakli (litt. « le maillet de l'esclave » ?) pour la même espèce. L'ensemble des dénominations récoltées dans les Babors correspond donc à une racine DYZ « piler et par extension masse, maillet » préfixée de l'arabe bu- « celui de », sans doute motivées par la forme de l'inflorescence de ce végétal après floraison pouvant rappeler celle d'un maillet.

Les épervières (Hieracium spp.)

46Pour cette petite astéracée, les parlers arabes jijélien et le berbère tasaḥlit étudiés emploient des racines différentes : de fond arabe en AJ - ḥrīša < √ḤRC « rugosité », motivée par le caractère râpeux du feuillage d'un certain nombre d'espèces de Hieracium, tandis que nos parlers tasaḥlit préfèrent une base ẒDL que nous soupçonnons être une évolution d'une racine ẒẒL observable dans le cognat des Aït Mhend (taẓuẓla « épervière » Berkaï 2014 : 1447), qui pourrait découler de la racine pan-berbère ẒL « être droit » (Haddadou 2007 : 233) : touareg eẓẓel « rendre droit, redresser une chose », ameẓẓul « homme qui rend droit », aẓel « branche ». Signalons une forme ẓūdəl attestée dans certains parlers AJ.

Les mauves (Malva spp.)

47La dénomination de la mauve est remarquablement stable parmi les parlers observés. La seule variation concerne la seconde radicale géminée /jj/, réalisée ou non affriquée selon les parlers. Notons l'absence d'article auprès de ce nom dans les différentes variétés de berbère comme d'arabe de la région.

  • 20 Préfixe décrit par Naït-Zerrad (2000 : 298) comme un augmentatif ~ péjoratif. Il est réalisé /m/ da (...)

48La racine à l'origine de cette dénomination de la mauve BJR, est bien connue en berbère-Nord (Naït-Zerrad 1998 : 45) : Aït Menacer amejjir (Destaing 1914 : 215), chleuh (w)ab(j)jir ~ (w)am(j)jir « mauve », KOC mejjir ~ cuffmejjir « mauve », abajjer « griffe, serre, grand pied, grosse patte », TS aqejjar « patte de volaille » (préfixe expressif q-). Selon nous, cette racine BJR pourrait être dérivée par préfixation d'une radicale expressive B20 de la racine pan-berbère *SKR > CKR - CCR (Naït-Zerrad 2000 : 297) renvoyant initialement à l'idée de « pointue », et par extension aux « ongles - serres - griffes > pied, patte ». Les derniers sèmes de « pied, patte » ont sans doute motivé sémantiquement le passage à la dénomination de la mauve, dont les grandes feuilles arrondies rappellent des pattes d'animaux.

49*SKR (MC isker « griffe ») > CCR (TS tuccar « serres ») > BCR (MC abaccer « grosse patte ») > BJR (KOC abajjer « grand pied ») > MJR (Chleuh amejjir « mauve » Ibid.)

La moutarde des champs (Sinapis arvensis)

50L'ensemble des parlers des Babors emploient pour cette brassicacée une racine CNF. Les parlers arabes Jbalas ont quant à eux une forme aṣnāb rapprochée du latin : Sinapis « moutarde » (Colin 1926 : 71) ; d'où proviendraient également les formes en CNF avec un traitement phonétique différent (Ibid.). Les parlers arabes jijéliens et colliotes préfixent à cette racine l'élément de fond arabe bu- « celui de ». On nous a également signalé une forme būšnāfən dans un parler arabe de l'arrière-pays jijélien, présentant le suffixe du berbère masculin pluriel -ən (utilisé indifféremment pour le pluriel masculin et féminin dans beaucoup de parlers jijéliens). Les parlers kabyles occidentaux mobilisent la même racine à travers la forme wacnaf, et ceux du Chénoua (Dahra) hacennaf(i)t (Laoust 1912 : 137).

L'ortie dioïque (Urtica dioica)

  • 21 Nous avons cependant trouvé dans le parler arabe colliote de Settara une forme ayant conservé la si (...)
  • 22 D'autres parlers chaouis plus méridionaux préfèrent d'autres dénominations (Huyghe 1906 : 462) : tm (...)
  • 23 L'arabe jijélien réalise en effet [q] ou [ḳ] selon les parlers l'équivalent de la consonne arabe cl (...)
  • 24 Tamazight du Moyen-Atlas amejjuḍ « chauve, galeux » (Layachi H., c.p.), le mot est passé en judéo-a (...)

51Les dénominations concernant l'ortie appartiennent toutes à une même racine d'origine KḌF « pincer, pincement » (Haddadou 2007 : 92) préfixée du factitif verbal berbère s(s)- sonorisé en /z/ dans les parlers traités21 : l'ortie correspond donc à travers ces dénomination à « celle qui pince ». Cette racine est connue dans l'ensemble des parlers berbères de Kabylie, de l'Atlas blidéen (azeǧḍuf, El Arifi, c.p.) aux Chaoui des Amouchas (azegṭuf)22, ainsi qu'en arabe jijélien et colliote. La seconde radicale de notre racine pan-kabyle évolue selon les parlers en [g] par sonorisation, puis en semi-voyelle [y] par spirantisation, et de façon très surprenante en [q] ou en [ḳ] sans doute par réanalyse du [g] berbère en [q] par l'arabe préhilalien23. Ajoutons l'existence d'une seconde dénomination en AJ du nord-est (région de Taher) : məžžūṭ (< Kabyle amejjuḍ/« galeux » ?24, arabe colliote məžžīṭa).

L'oseille sauvage (Rumex sp.)

52Végétal dont la dénomination est très homogène dans la région, de même qu'elle l'est généralement en berbère. En arabe jijélien, la seule variation constatée concerne le genre attribué à cette dénomination : traitée au féminin dans le parler d'El Milia səmmūma (Hadji, page personnelle), contre un traitement masculin à Jijel-ville səmmūm. La racine à l'origine de ces dénominations est de fond berbère √SM et renvoie à l'idée d'acidité et d'aigreur et par extension à la jalousie (Haddadou 2007 : 195) : touareg sesmem « être amer », tanesmit « oseille sauvage », chaoui asemmam « aigre, rude », semem « être aigre », smumi « se crisper », tasmumit « jalousie », tasemmumt « oseille sauvage ».

Le sainfoin espagnol (Hedysarum coronarium)

53La racine √SL à l'origine de ses dénominations partout en kabyle (KOC tasulla), en chaoui (des Amouchas tisulla, ailleurs tasulla ; Huyghe 1906 : 627) et en arabe jijélien ou colliote (səlla), appartient au fond lexical pan-berbère. Celle-ci renvoie partout au fait d'être lisse et doux (Haddadou 2007 : 192-193) : touareg eslel « être très lisse et doux au toucher », taselelet « endroit, surface glissante », eseli « roche lisse » (Atlas blidéen isli, El Arifi c.p.). Une racine rattachée à cette fabacée en raison du caractère doux de ses feuilles, velues (dessous et bord des feuilles) et lisse (dessus des folioles), qui permettent son identification et surtout son tri face aux nombreuses espèces de fabacées ressemblantes toxiques pour le bétail. Ajoutons que l'AJ et le TS connaissaient tous deux un second vocable tiré de cette base consonantique de fond berbère SL : asalu « chemin tracé dans la neige ». La dénomination berbère de ce végétal a connu une extension remarquable dans différentes langues du pourtour méditerranéen : arabe maltais silla (Souag 2018 : 200), italien sulla et espagnol zulla, latin médiéval sylla (Souag 2018 : 200), etc. Ces emprunts au berbère s'expliquent par l'origine géographique de cette plante : l'Afrique du Nord occidentale et la péninsule ibérique.

54De nombreuses autres plantes à distribution plus rare ou peu fréquemment utilisées en raison de leur goût ou de leur aspect moins apprécié peuvent entrer dans la composition de notre purée. Parmi celles-ci, citons la menthe aquatique (Mentha aquatica), assez peu commune dans la région et dénommée au moyen d'une composition de fond berbère dans les parlers pour lesquels nous l'avons relevée : Aït Segoual (TS) amelḵessif, AJ tāmglāsīf (< √MGR « rencontrer » + √SF « rivière »). Signalons également le poireau d'été (Allium ampeloprasum), dont les feuilles les plus tendres sont parfois utilisées. Celui-ci est dénommé dans tous les parlers pour lesquels nous avons pu récolter son nom à partir d'une racine arabe (كرت) : Aït Mhend (TS) aḵuratt (Berkaï). Notons l’utilisation possible mais peu souhaitable à cause de son goût amer du laiteron maraîcher (TS tiffaf ber.). Chez les Amouchas, la recette s'étend rarement à l'utilisation d'une autre plante que la carline (Carlina sp.), dénommée par ses derniers tigernina, un emprunt au roman d'Espagne. Enfin, une curiosité chez les Bni Hbibi, l'utilisation des jeunes feuilles de tomate (Solanum lycopersicum), partie de la plante pourtant reconnue pour sa toxicité (comprenant de la solanine), dont l'ingestion peut provoquer des nervosités et des maux d'estomac. L'utilisation dans la recette de cette confédération des jeunes feuilles vise à limiter les effets secondaires de sa consommation.

  • 25 Voir Clochey & Aumeeruddy-Thomas (2017) sur les phytonymes des adventices en arabe Jbala (arabe pré (...)
  • 26 Doit-on y voir les signes d'une commercialisation par le passé (dénomination homogénéisée par le bi (...)

55Les étymologies déterminées pour les phytonymes du massif des Babors mettent, comme pour les dénominations gastronomiques, le berbère comme source principale des étymons des phytonymes de plantes sauvages dans le massif, en arabe jijélien comme en berbère tasaḥlit. Cette domination du berbère, langue autochtone et substratique de l'arabe jijélien, n'est pas très surprenante concernant la flore sauvage. Celle-ci ayant été probablement en partie inconnue des arabophones qui apportèrent l'arabe dans la région, ses dénominations furent directement empruntées à la langue substratique. Néanmoins, en comparaison avec la phytonymie d'autres parlers arabes maghrébins et notamment de parlers préhilaliens connus pour leur degré important d'emprunts au berbère, on constate que le pourcentage d'emprunts au berbère dans ce domaine semble plus élevé ici qu'ailleurs25. Notons l'existence de quelques phytonymes de fond arabe ou empruntés à d'autres langues (roman d'Espagne) particulièrement bien répandus dans les parlers de la région et dont la diffusion importante et le faible taux de variation posent question26. De même, signalons l'intérêt remarquable des phénomènes originaux et complexes liés au contact de langue telle que la réinterprétation de radicales (ortie), la régularisation d'un schème vocalique pour les différentes racines consonantiques servant à la dénomination d'une même plante (coquelicot), etc.

56Afin de compléter ce chapitre, voici les listes complètes des herbes servant d’ingrédients traditionnellement utilisées pour la confection de arbīṭ dans cinq localités :
Aït Bouyoucef (berbère tasaḥlit, 16 espèces) : azegṭuf (Urtica dioica), taxsayt (Cucurbita sp.), lleft (Brassica rapa), tasemmumt (Rumex sp.), ḇiḇras (Allium triquetrum), tasulya (Onobrychis viciifolia), ṯiɣmas n temɣart (Taraxacum sp.), taẓudla (Hieracium sp.), tigernina (Scolymus grandiflorus), acnaf (Sinapis arvensis), fudelqem (Borago officinalis), alḥaḥ n umɣar (?), saṭer (Tussilago farfara), lḥerca (?), tiffaf (Sonchus arvensis).
Aït Smaïl (berbère tasaḥlit, 13 espèces) : balaman (Althaea sp.), fudelqem (Borago officinalis), aẓerwal (?), taleẓẓaẓt (Salix viminalis), aɣellus umɣaṛ (Taraxacum sp.), mekkerfud (Galium album), tiẓegṭeft (Urtica dioica), Iles uɛerrum (Plantago sp.), bayezdud (Glebionis segetum), ḥraruc (Papaver rhoeas), ajdar (Rubus sp.), taxsayt (Cucurbita sp.).
Jijel-ville (arabe jijélien, 13 espèces) : bībrās (Allium triquetrum), ḥrīša (Hieracium sp.), məžžīr (Malva sp.), būšnāf (Sinapis arvensis), tlūdən (?), məṣṣāyṣa (Plantago sp.), azəḳṭūf (Urtica dioica), lāblīt (Beta vulgaris), səmmūm (Rumex sp.), səlla (Onobrychis viciifolia), žārnīz (Scolymus grandiflorus), krāt (Allium ampeloprasum), tālma (Taraxacum sp.).
Bni Aïssa (arabe jijélien, 10 espèces) : zəqṭūf (Urtica dioica), səmmūm (Rumex sp.), žārnīz (Scolymus grandiflorus), qbābūš (Papaver rhoeas), sāṭər (Tussilago farfara), taẓudāl (Hieracium sp.), məġrīs (?), žārnīz (Scolymus grandiflorus), məǧǧīr (Malva sp.).
Settara (arabe colliote, 15 espèces) : səlla (Onobrychis viciifolia) būsəqṭāf (Urtica dioica), urdāla (?), būšnāf (Sinapis arvensis), slāq (Spinacia oleracea), ḥlība (?), tīlfāf (Sonchus arvensis), səmmūma (Rumex sp.), žārnīz (Scolymus grandiflorus), ḥərša (?), xūbbīza (Malva sp.), wədən əl-nɛāža (Valerianella sp.), brīwūwa (?), kšīra (?), asāṭər (Tussilago farfara), fəržnāṣa (?).

Arbīṭ dans les traditions et la littérature orale

57L'importance apportée à la purée végétale dans les Babors est mesurable à sa présence dans les traditions, les dictons et les proverbes des parlers de la région. Nous avons à ce titre récolté quelques éléments concernant ces aspects en particulier dans le parler de Jijel-ville, où cette recette est restée particulièrement vivante.

La cueillette

58La cueillette de la gəmra, le bouquet d'herbes sauvages, tend à être abandonnée dans les centres urbains et péri-urbains des Babors, et en particulier à Jijel-ville. Elle y est remplacée par l'achat direct des végétaux auprès de montagnards. Dans les villages, la cueillette des herbes (tawakksa n teɣmitin, TS, Aït Bouyoucef) se fait encore traditionnellement à la faucille (amger, TS, Aït Bouyoucef) durant tout l'hiver et au début du printemps. Afin de repérer les meilleures herbes et d'éliminer les parties amères ou fibreuses, le cueilleur expert goûte un petit bout de la tige (aġəddu, AJ Bni Hbibi) de la plante en question. On dit également qu'il convient d'attendre une journée ensoleillée pour partir à la chasse aux herbes composant arbīṭ, une occasion parfaite de se promener en famille et transmettre aux plus jeunes les savoirs botaniques des anciens : dəkān xəržāt əš-šīli, əl-gəmra tkūn kbāla « si le soleil est au rendez-vous, la récolte des herbes sera bonne » (AJ, Bni Ahmed).

Les proverbes

59Nous avons également récolté trois proverbes appartenant à la littérature orale de l'arabe jijélien. Les deux premiers sont de Jijel-ville et le troisième de l'arrière-pays :
Σəbbīt bīk ya arbīṭ, tīḥt-li mən əm-māġrəf : je t'ai transporté ô arbīṭ, et tu m'es tombé de la cuillère.
Xṣārāt əz-zəbda f arbīṭ : la perte de beurre dans arbīṭ
Tāḥ el-ḥīṭ ɛla ḥārbīṭ
(variante tāḥ el-ḥīṭ ɛla bərṭīṭ) : le mur est tombé sur arbīṭ.

60Le premier insiste sur la difficulté de la cueillette des herbes composant la purée végétale, pouvant représenter chez certaines familles jijéliennes une vraie expédition familiale dans l'arrière-pays afin de récolter les précieuses herbes. Le second sur le fait que arbīṭ n'est pas un plat méritant la dépense de beaucoup beurre (une denrée précieuse dans la région). Le troisième proverbe contient un sens figuratif qui nous échappe, sa variante employant le cognat bərṭīṭ « boue » n'est pas sans venir confirmer l'association sémantique entre les deux termes apparentés.

Quel avenir et moyens de valorisation

61L'avenir de arbīṭ, comme celui de beaucoup de recettes traditionnelles algériennes rurales, pourrait être menacé à court terme. Dans plusieurs des localités étudiées, nous avons pu constater que les dernières générations ne connaissaient pas ce plat qui, associé à la faim et à la pauvreté, dans des régions où il a longtemps constitué un plat de subsistance et de survie, a aussitôt été abandonné lorsque les conditions de vie se sont améliorées. À Jijel-ville toutefois, la consommation de arbīṭ bénéficie d'un statut de plat qualifié de régional, traditionnel, synonyme de l'éternel lien qui unit la capitale régionale et son arrière-pays montagnard. S'il n'est pas préparé avec autant de ferveur par toutes les familles, arbīṭ y est sans doute connu par l'écrasante majorité des habitants, au point d'être l'objet de proverbes bien vivants.

  • 27 Et ce même en demandant à des locuteurs âgés.

62Notre travail a mis en évidence la diversité des recettes concernant ce plat, celle-ci variant largement d'un village à l'autre. Dans cette configuration, la disparation d'une variante locale constitue un véritable appauvrissement du patrimoine culinaire de la région, mais aussi des savoirs botaniques liés à cette recette. D’ailleurs, le lecteur remarquera que dans le tableau 2, présentant deux phytonymes des espèces parmi les plus couramment mobilisées dans la confection de arbīṭ, il existe pour presque toutes les localités citées au moins une espèce manquante, pour laquelle nous n’avons pas su retrouver la dénomination27 : indice du lent mais réel affaiblissement de l’expertise des habitants des Babors concernant leurs agroécosystèmes. La transmission des savoirs concernant les environnements naturels des habitants des régions rurales n’étant guère stimulée par le système éducatif algérien, seule une valorisation aux échelles communautaires et familiales a permis la permanence, dans une certaine mesure, de cette transmission jusqu’à nos jours. Il est cependant très incertain que ces recettes perdureront en l’absence totale de statut et leur étiolement, déjà visible, ne pourra être enrayé qu’avec un nouveau regard porté sur les savoir locaux, l’une de nos motivations à l’écriture de cet article.

  • 28 À la manière du régime dit crétois.

63Nous espérons voir naître dans un futur proche des travaux systématiques sur les différentes recettes de arbīṭ, ainsi que l’étude de leurs propriétés nutritives. En effet, la consommation de végétaux sauvages, dont plusieurs sont connus pour leurs richesses nutritives, pourrait être considérée comme une forme de régime à part entière28, voire d'automédication lorsque la recette contient des espèces végétales reconnues pour leurs vertus médicinales. L'étude approfondie de ces aspects pourrait être particulièrement intéressante en vue d'une valorisation de ce plat et des savoir-faire des montagnards des Babors. Par ailleurs, il serait aussi enrichissant de mieux décrire les différences entre le arbīṭ des Babors et ses équivalents des différents massifs littoraux algériens.

64Notons toutefois que arbīṭ, recette probablement de facture très ancienne, s'en sort sans doute assez bien aujourd'hui face aux dizaines de spécialités culinaires des Babors en voie de disparition totale. Ces disparitions touchent tout particulièrement les recettes micro-locales à base de plantes sauvages et d'aventices : lesfenj n uḇquq « beignets au gouet » (Aït Bouyoucef), seḵsu n ubelluṭ « couscous de gland », igisi « lait coagulé au moyen de la sève du figuier », etc. Nous espérons que les montagnards des Babors prendront conscience de la valeur de ce patrimoine exceptionnel et qu'ils sauront enrayer la tendance à l'uniformisation galopante des pratiques alimentaires que l'on observe à ce jour en Algérie.

65Ṭrəb arbīṭ ɛla ṛūḥ-ək, b ṣəḥḥat-ək !

66« Mange arbīṭ, mange-le, bon appétit ! (AJ, Jijel-ville) »

Haut de page

Bibliographie

Berkaï A. 2014 – Essai d’élaboration d’un dictionnaire tasaḥlit (parler d’Aokas)-français. Thèse de doctorat sous la direction du Professeur Md AkliHaddadou, 3 v., Université de Tizi-Ouzou.

Clochey L. & Aumeeruddy-Thomas Y. – De la façon de nommer aux usages des plantes adventices des cultures en pays Jbala (nord du Maroc). Revue d'ethnoécologie, Supplément 1 : 70 p. [En ligne :] https://journals.openedition.org/ethnoecologie/3065

Colin G. 1926 – Étymologies maghrébines. Hesperis VI : 55-82.

Dallet J-M. 1982 – Dictionnaire kabyle-français: parler des At Manguellat, Algérie. Louvain, Peeters, 1052 p.

Destaing E. 1914 – Dictionnaire français-berbère (dialecte des Beni-Snous). Paris, Ernest Leroux, 374 p.

El Arifi S. 2016 – Tamazight de l’Atlas blidéen. Alger, OPU, 768 p.

Garaoun M. 2018 – Noms à préfixes berbères en arabe jijélien. Comparaison entre le parler du centre-ville de Jijel et celui des Bni Mâad de Ziama-Mansouriah, Actes des 20èmes Rencontres Jeunes Chercheurs en Sciences du Langage.

Haddadou M.-A. 2007 – Dictionnaire des racines berbères communes. Alger, Haut-Commissariat à l'Amazighité, 309 p.

Huyghe G. 1906 – Dictionnaire Français-Chaoui. Alger, Adolphe Jourdan, 750 p.

Kossmann M. 2013 – The arabic influence on Northern Berber. Leiden, Brill, 461 p.

Laoust E. 1912 – Étude sur le dialecte berbère du Chenoua comparé avec ceux des Beni-Menaceur et des Beni-Salah. Paris, Ernest Leroux, 228 p.

Mouh-Mefnoune A. & Abdesslam B. 2011 – Dictionnaire mozabite-français. Alger, ÉNAG, 393 p.

Mourigh K. 2015 – A grammar of Ghomara berber. Leiden, Brill, 544 p.

Naït-Zerrad K. 1998 – Dictionnaire des racines berbères (formes attestées) : A-bezl. Louvain, Peeters, 161 p.

Naït-Zerrad K. 2000 – Autours de la base morpho-sémantique SK en berbère Études berbères et chamito-sémitiques, Mélanges offerts à Karl-G. Prasse : 299-301.

Rahmani L. 1976 – Rites et pratiques alimentaires à Aokas (Wilaya de Béjaïa-Algérie). Paris, Université René Descartes, 337 p.

Souag L. 2018 – Berber etymologies in Maltese. International Journal of Arabic Linguistics 4 (1) : 190-223.

Sitographie

Jijel-archeo. [en ligne] Karim Hadji, 2016 [consulté le 10/07/2019]. Disponible sur : https://jijel- archeo.123.fr/repere/index.php?page=arbit

Kabyles de Jijel, Aqbayliyen n Jijel [en ligne] Facebook, 2013 [consulté le 8/07/2019]. Disponible sur : https://www.facebook.com/groups/KabylesCitadins/about/

Lhadra di Jijel [en ligne] Facebook, 2012 [consulté le 8/07/2019]. Disponible sur : https://www.facebook.com/groups/Lhadra.di.jijel/

رشبة السلق والربكوكس اكلة جزائرية ف الشتاء تفيد مرض الزكام-حاربيط [en ligne] YouTube, 2017 [consulté le 11/07/2019]. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=xN4ZpoKlW8o

كيفية تحض رب اربيط الاكلة الجيجلية الشه ربة مع نــوارة طبق لذيـذ صح و ٱقتصـادي [en ligne] Facebook, 2018 [consulté le 11/07/2019]. Disponible sur : https://www.facebook.com/Jijel.la.merveille18/videos/1806209896067113/?v=1806209896067113

Haut de page

Notes

1 L'arabe pratiqué dans le massif des Babors et plus généralement dans la Kabylie orientale appartient en effet aux variétés nées suite à la première vague de conquêtes arabo-musulmanes en Afrique du nord dite préhilalienne (viiie-ixe siècle), tandis que le berbère est la première langue attestée dans le massif depuis l'Antiquité au moins, par les récits épigraphiques romains.

2 Dénomination de fond berbère (√BZN voir Naït-Zerrad 1998 : 152) renvoyant à différents types de plats selon les régions : chaoui bazin « galette coupée en morceaux trempée dans un bouillon » (Ibid.), ghadamès elbazin « plat de farine mise en boulettes, aplaties et jetées dans de l'eau bouillante et consommées avec de l'huile ». Cette racine est également passée en arabe maltais, tunisien et libyen, où bāzīn(a) désigne la polenta ; chez les arabophones du Rif marocain (Jbala) abāzīn désigne un couscous grossier rustique (Hamza Layachi, c.p.).

3 Du berbère GMR (voir chapitre sur √GMR).

4 En arabe colliote, de l'arabe البقل « légume, herbe comestible, gousse », également à l'origine du nom du plat marocain bəqqūla. Bqūl pourrait être la forme dominante parmi les parlers arabes préhilaliens colliotes (non documentés).

5 Notons au moins deux variantes jijéliennes : būgəšša et būyəšša.

6 L'étymologie que nous proposons ici peut paraître surprenante au premier abord, du fait de l'utilisation en composition d'une forme verbale conjuguée berbère. Néanmoins, celle-ci a tout de suite convaincu nos informateurs jijéliens habitués à sa consommation, qui nous ont orienté sur la motivation de celle-ci en raison du caractère très nourrissant de ce plat. Cette allégorie à la dimension très nourrissante d'un plat, nous rappelle la dénomination enfantine d'une recette de la Kabylie orientale (ṯaɛeṣḇant, boulettes de semoules parfumées) chez les Aït Bouyoucef : lḇumḇaṯ n lḵerc « les bombes du ventre ». Lameen Souag (c.p.) nous a également orienté sur la possibilité d'un lien éventuel entre bwīšša et les dénominations du carnaval organisées dans différents ksours sahariens algériens lors de la fête de l'Achoura : Figuig (berbère-Nord) berkaccu, Tabelbala (korandjé) gurgʷəyšša.

7 Le terme est attesté dans toute l'Algérie orientale et en Tunisie.

8 Cette dénomination est assez commune en berbère : Ghomara ayerni (Mourigh 2015 : 524), tachelhit ayrni (Souag 2018:202), quelques parlers KOC ont aɛerni (évolution YRN > ƐRN par remplacement expressif de la première radicale /y/ en /ʕ/) ; et passée dans un certain nombre de parlers arabes : plaines atlantiques marocaines yərni, maltais garni (Ibid.). Il s'agit selon Souag (2018:202) d'un dérivé par métathèse de la racine pan-berbère NYR « front » motivée par la forme de l'inflorescence spécifique aux Aracées (appelée spadice). Des parlers de l'ouest des Babors, notamment celui des Bni Hbibi, ont une autre dénomination pour le gouet, également de fond berbère : kərrīwa > √KR « être rond » (Haddadou 2007:99) motivé par la forme de ses tubercules, Ghadamès akerra « morceau dur », Zénaga kurer « être rond, circulaire, marcher en rond ».

9 Une évolution phonétique à l'origine controversée attestée à la fois parmi un certain nombre de parlers arabes préhilalien (Jijel, Collo, Ghazawat, Béjaïa, Jbala, Bni Yazgha, Bhalil, etc.) et berbères septentrionaux et orientaux (tasaḥlit, kabyle oriental-Est, chaoui septentrional, Ghomara, Nefoussa, etc.) : voir à ce sujet Kossmann 2013 : chapitre 5.

10 D'où le phytonyme aberḍuḍ izem « plantain » (litt. « queue de lion »).

11 L'arabe jijélien tərṭa « flatulence » pourrait également provenir de cette racine.

12 Cette hypothèse nous a été suggérée suite à la présentation de ce plat et de ces dénominations lors de la séance du séminaire de linguistique berbère du 8 novembre 2019 organisée par Amina Mettouchi (Paris).

13 Deux autres phonèmes empruntés par le berbère-Nord à l'arabe sont mobilisés dans la production de lexique expressif : [ʕ] -> TS aɛnur « front » (/ KOC anyir ; *NYR) ; AJ aɛəqqāsu « nourrisson » (*KS ; Moyen-Atlas amkkusu, Haddadou 2007:104) ; et [sˤ] -> TS aḇaluṣ « vase » (*MLS, TS amillus « escargot »).

14 Voir touareg ahu « fumée » (Haddadou 2007:87), KOC ṯaguṯ, etc.

15 Notons également parmi les dérivations expressives de cette racine la forme ajeḥlum « queue » du kabyle extrême-occidental.

16 L'évolution par spirantisation dynamique du [g] en [y] est caractéristique des parlers AJ de la moitié orientale de l'aire de l'AJ, et se constate surtout dans les mots d'emprunt au berbère : Bni Mâad agəns « sol en terre battue de l'habitat traditionnel » / Bni Hbibi ayəns. Cette évolution est également bien connue d'un certain nombre de parlers berbères. En tasaḥlit, celle-ci touche particulièrement le parler des Aït Ouaret Ouali : Aït Bouyoucef agusim « noix » / Aït Ouaret Ouali ayusim.

17 Signalons cet emprunt remarquable au latin blitum (> fr. blette) également attesté en kabyle du Djurdjura : blitu (Dallet 1982 : 26).

18 L'évolution phonétique proposée dans ce cas par cet auteur - blbs > *bbls > bbrz -, nous paraît cependant peu probable vue l'homogénéité des formes attestées dans des variétés de berbère et d'arabe très éloignées géographiquement.

19 Suffixe diminutif ~ péjoratif -uc ~ -uk pan-maghrébin.

20 Préfixe décrit par Naït-Zerrad (2000 : 298) comme un augmentatif ~ péjoratif. Il est réalisé /m/ dans les formes du kabyle pour « mauve » ; rappelons que [m] et [b] sont des phonèmes proches (labiales) très facilement interchangeables en berbère.

21 Nous avons cependant trouvé dans le parler arabe colliote de Settara une forme ayant conservé la sifflante sourde būsəqṭāf.

22 D'autres parlers chaouis plus méridionaux préfèrent d'autres dénominations (Huyghe 1906 : 462) : tmeqsin (> ber. QQS « piquer »), timjerredin (> ar. JRD « enlever »).

23 L'arabe jijélien réalise en effet [q] ou [ḳ] selon les parlers l'équivalent de la consonne arabe classique ق. Celle- ci est typiquement réalisée [g] par les parlers arabes dits hilaliens maghrébins. Le [g], très rare parmi les parlers préhilaliens, se rencontre le plus souvent auprès d'emprunts au berbère ou à l'arabe hilalien. En arabe jijélien, une variété d'arabe préhilalien conservatrice du traitement du ق en [q] (ou [ḳ]), les emprunts au berbère contenant [g] pourraient voir ce dernier évoluer en [q] ou [ḳ] par phénomène de réanalyse, ceux-ci étant traités comme des emprunts à l'arabe hilalien contenant la radicale arabe ق.

24 Tamazight du Moyen-Atlas amejjuḍ « chauve, galeux » (Layachi H., c.p.), le mot est passé en judéo-arabe marocain sous la forme məžžūṭ.

25 Voir Clochey & Aumeeruddy-Thomas (2017) sur les phytonymes des adventices en arabe Jbala (arabe préhilalien des montagnes du Rif marocain), comprenant visiblement peu de termes d'emprunt au berbère : mərrīwa « marrube blanc » (> ber., Marrubium vulgare), azīr (> ber., romarin ?), bāgrāmān (> ber., inule visqueuse ?).

26 Doit-on y voir les signes d'une commercialisation par le passé (dénomination homogénéisée par le biais des commerçants) ?

27 Et ce même en demandant à des locuteurs âgés.

28 À la manière du régime dit crétois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Paysage des Babors, depuis la montagne Agouf (commune de Tamridjet, territoire des Aït Bouyoucef)
Légende En arrière-plan la mer et les montagnes littorales du territoire des Aït Segoual, les rares habitations se devinent par la seule présence de chemins de bergers et de fils électriques
Crédits © Garaoun juillet 2017
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5882/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2 : Purée végétale d'herbes sauvages réalisée par l'auteur de l'article, accompagnée d'une galette de semoule de blé et décorée de fleurs de mauve alcée (TS balaman, lat. Malvea alcea)
Crédits © Garaoun septembre 2019
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5882/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 3 : Une scène quotidienne de la vie des montagnards des Babors (Aït Bouyoucef, commune de Tamridjet)
Légende Cuisson d'une galette de pain dur à la semoule de blé (tamgadalt n uɣṛum iqquren n yirḏen) sur un feu de bois de foyer domestique (tikerkadiyen n lkanun), au moyen d'un plat à pain en terre cuite (afan) posé sur trois pierres servant de trépied
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5882/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Tableau 1 : Dénominations de la purée végétale dans les Babors
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5882/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Tableau 2 : Phytonymes de dix herbes sauvages parmi les plus utilisées dans la confection de la purée à travers cinq localités du massif Babors
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/5882/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Massinissa Garaoun, « Arbīṭ ou la purée d'herbes sauvages des Babors », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 30 juin 2020, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/5882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.5882

Haut de page

Auteur

Massinissa Garaoun

Doctorant à l'EPHE (LLACAN) en linguistique - 76 La Canebière 13001 Marseille
massinissagaraoun@gmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search