Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18Onyùmə́nyùmà, le règne olfactif c...

Onyùmə́nyùmà, le règne olfactif chez les Fang-Ntumu du Gabon

Essai de catégorisation
Onyùmə́nyùmà, Fang-Ntumu's of Gabon olfactory kingdom: Categorization try
Régis Ollomo Ella

Résumés

Lorsque vous parlez des odeurs à un locuteur fang-ntumu, la première réaction est celle du dégoût, comme si le terme ènyùm « odeur » était pour lui synonyme de ènyùm àbé « mauvaise odeur ». Le présent travail vise donc à étudier ònyùmə́nyùmà c’est-à-dire l’univers olfactif fang-ntumu afin de répondre à trois questions : Pour les Ntumu, qu’est-ce qui sent ? Qu’est-ce que ça sent ? Comment ça sent ? Il s’agira, d’une part d’identifier et de catégoriser les sources odorantes et les odeurs pertinentes dans l’environnement fang-ntumu. Il s’agira d’autre part, d’examiner la catégorisation endogène des odeurs et de déterminer les principes sous-jacents qui fondent le jugement olfactif au sein de la population étudiée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 De manière générale, on désigne par classe un ensemble d'éléments linguistiques ayant des propriété (...)

1Chez les populations fang-ntumu, le terme ènyùm (classe1 7), pluriel bìnyùm (classe 8) désigne l’odeur, la senteur, l’effluve émanant d’un objet. Le terme générique ònyùmǝ́nyùmà (classe 14), désigne pour sa part le « règne olfactif », c’est-à-dire aussi bien les objets odorants, que les odeurs dégagées par ces objets.

2Le présent travail vise à répondre à trois questions fondamentales : Qu’est-ce qui sent ? Qu’est-ce que ça sent ? Comment ça sent ? On sera donc appelé à identifier les sources odorantes, à inventorier et catégoriser les odeurs et à étudier le jugement olfactif fang-ntumu.

3Nous partirons à cet effet d’une liste de sources odorantes et d’odeurs dégagées par celles-ci, collectées sur le terrain auprès de locuteurs natifs ntumu. À partir de cette liste, nous envisagerons une première possibilité de catégorisation, c’est-à-dire identifier les traits permettant de les regrouper, en nous basant sur l’origine des noms d’odeurs. Nous analyserons aussi bien les noms d’odeurs (leur étymologie et leur morphologie nominale) que les propriétés des objets odorants associés. Nous envisagerons ensuite la catégorisation endogène des odeurs qui fonde le jugement olfactif en exploitant deux types de traits :
- Les traits de surface sont clairement exprimés par les locuteurs et formalisés dans la langue. Ces traits relèvent du jugement olfactif : odeur agréable/non agréable, humaine/non humaine, maléfique/non maléfique.
- Les traits sous-jacents : ils sont semblables aux traits phonologiques en ce qu’ils ne sont pas formalisés dans la langue. Ils fondent cependant les traits de surface et se basent sur les représentations sociales inhérentes à chaque odeur.

Le Fang et les Ntumu

Figure 1 : Aire dialectale Fang-Ntumu

Figure 1 : Aire dialectale Fang-Ntumu

4Le Fang est une langue bantu parlée par des populations transfrontalières vivant au Nord Gabon, au Sud Cameroun et en Guinée Équatoriale. Selon la classification de Guthrie (1953), le Fang (A75) appartient au groupe éwondo-fang (A70), groupe auquel appartiennent également l’Éton (A71), l’Éwondo (A72) et le Bulu (A74).

5Selon Maho (2009), qui met à jour la classification de Guthrie (1953), le Fang présente six dialectes : Ntumu (A75A), Okak (A75B), Make (A75C), Atsi/Batsi (A75D), Nzaman, Zaman (A75E), Mveny (A75F). Medjo Mvé (1997 : 329-336) divise l’aire dialectale fang en deux zones : nord et sud. Le Ntumu appartiendrait, d’après lui, à la zone nord qui regroupe le Ntumu et l’Okak. Le dialecte ntumu couvre le Sud Cameroun (région de Mvili Mangalé), le Nord Gabon (Bitam, Oyem, Sam), puis une grande partie de l’est de la Guinée Équatoriale (région Ebibiyin).

Catégorisation selon l’origine du nom de l’odeur

  • 2 Mouele (1997) et Boisson (1997) parlent de noms d’odeur inhérents aux « termes de base » ou vocabul (...)

6Les noms d’odeur présentent des étymologies aussi diverses que variées. En Fang-Ntumu, certains noms d’odeurs sont issus du lexique de base2 de la langue, je parlerai dans ce premier cas des noms d’odeur pure. D’autres odeurs empruntent leur nom à des sources odorantes, c’est-à-dire à des objets dégageant une odeur. Le nom de l’odeur correspond ici soit à celui de la source odorante (musaraigne, excréments, etc.), soit à une propriété de l’objet odorant (pourri, sucré, doux, etc.).

7Dans tous les cas, chaque odeur dispose d’un référent qui lui est immédiatement associé, elle s’appliquera par la suite à une série d’objets présentant une odeur similaire. L’association d’une odeur à un référent principal est un procédé mnémotechnique qui participe au processus d’apprentissage et d’identification des odeurs. On associera par exemple le poisson à l’odeur dɛ̂ɲ et on dira dɛ̂ɲ kwās « odeur dɛ̂ɲ de poisson ». De même on dira káŋà mə̀bí « odeur káŋà d’excréments », àbàm mə́nyólóʔ, « odeur àbàm d’urine ». Aussi l’odeur dɛ̂ɲ, qui est principalement associée au référent « poisson », sera-t-elle également associée à tout corps séjournant ou ayant séjourné dans l’eau (odeur du pêcheur sortant de l’eau, odeur de l’épuisette, odeur de la nasse, odeur d’animaux aquatiques, etc.).

Noms d’odeur pure

8Les noms d’odeur pure présentent deux types de morphologie : ceux qui sont d’origine nominale et construits avec un thème nominal, et ceux d’origine verbo-nominale construits à partir d’une racine. Les nominaux exprimant une odeur pure sont de classes 1, 5 et 6. Ce sont des nominaux appartenant à des genres à classe unique, ils n’ont qu’une forme singulier et pas de pluriel. Deux de ces odeurs sont de classe 1 à savoir :
- ŋgòò : cette odeur est principalement associée aux poils brûlés. Par extension, c’est l’odeur de tissu animal brûlé. On l’applique à l’odeur de toute forme de pelage brûlé : poils, plumes, écailles, mais aussi à la peau et à la chair brûlées. C’est l’odeur par exemple d’une marmite de viande brulée.
- káŋà : contrairement à Galley (1964 : 149) qui le définit comme « l’odeur de poils brûlés », cette odeur est principalement associée, chez les Ntumu, aux excréments et aux pets. Elle renvoie particulièrement à une forte odeur d’excréments frais. On dira :
Edzìná dī dá nyùm káŋà mə̀bí
, litt. : « chambre ci elle sentir káŋà (de) excréments » se traduit par « cette chambre dégage une forte odeur d’excréments »

  • 3 Le terme est emprunté à Mouele, 1997 : 218.

9Tous les autres nominaux de cette catégorie sont de classe 5 à savoir :
- àfúʔúbú : Galley (1964 : 24) définit cette odeur comme « sauvagin, odeur de poulailler, de nid, de moisi, de chien ». Nos enquêtes montrent effectivement que cette odeur avait pour référent principal fùmà « la rage ». En principe, seuls les chiens affectés par la rage présentaient cette odeur. Aujourd’hui l’odeur àfúʔúbú a pour référent principal le chien. Elle s’applique à tout ce qui présente une odeur de moisi sec ou de poussière fine issue d’une accumulation de peaux mortes. C’est l’odeur du pain moisi, du riz sec, du plumage, ou encore d’une personne n’ayant pas pris de douche depuis plusieurs jours.
émbō ny àà nyùm àfúʔúbú, litt. : « Homme ci lui sentir àfúʔúbú » se traduit par « cet homme sent àfúʔúbú »
- àvùrà est une odeur proche de àfúʔúbú sauf qu’ici, il s’agit d’odeur de poussière fine non organique. C’est l’odeur dégagée par la friperie, par un matelas ou un tissu poussiéreux, par une poule remuant ses plumes après avoir couvé dans de la poussière, ou encore par un enfant s’étant roulé ou assis dans la poussière.
- dɛ̂ɲ : cette odeur a pour référent principal le poisson. Par extension, c’est « l’odeur des choses aquatiques »3. Chez les Ntumu, cette odeur s’applique à tout ce qui séjourne régulièrement dans l’eau : pêcheur après une partie de pêche, nasse, épuisette, animaux aquatiques, etc. Par extension, cette odeur s’applique non seulement aux sécrétions vaginales, au liquide amniotique, mais aussi à l’odeur du bébé à sa naissance.
- àbàm est l’odeur de l’urine, particulièrement lorsqu’elle est concentrée. On dira par exemple d’une personne s’étant uriné dessus qu’elle sent àbàm. Le nom s’applique par extension sémantique à toute odeur soufrée. C’est l’odeur dégagée par le poisson salé, l’odeur de chaussettes ou celle dégagée par une forte concentration de sueur sur un vêtement, etc.
- ŋgìrà : Le nom d’odeur est construit à partir de la racine verbo-nominale /-git- / qui porte le sème « assaisonner minutieusement ». La même racine apparaît dans le verbe ákìt « cuisiner en assaisonnant minutieusement. Elle désigne un fumet émanant d’un mélange de certaines herbes aromatiques, principalement òsàŋ « citronnelle », mə̀sə̀p « Ocimum viride » et όndόndô « piment ». Ces herbes accompagnent généralement la cuisson d’un gibier frais. Ngìrà désigne l’odeur de fumet issue de la cuisson de viande fraîche avec des herbes aromatiques òsàŋ, mə̀sə̀p et όndόndô.
ŋgìrà dà sɔ́ é ndá nyī, litt. : « fumet lui venir de maison ci » se traduit par « un agréable fumet émane de cette maison ».
- fùrà désigne la mauvaise odeur de teigne. Par extension, l’odeur renvoie à la mauvaise odeur du cuir chevelu et à l’odeur des pellicules.

Nom d’odeur dérivé d’une source odorante

10Nous examinerons ici, aussi bien les sources odorantes que les odeurs qu’elles produisent.

Source humaine

11Lorsque la source odorante est humaine, les odeurs empruntent le nom de sécrétions ou de déjections. Notre corpus comporte les odeurs èdùdùʔ « sueur », mə̀kə̀t « sperme », mə̀ɲáŋ « lait », mvàʔàfán « aisselle » et mə̀bí « excrément ».

12Les termes èdùdùʔ « sueur » et mvàʔàfán « aisselle » désignent deux odeurs proches en ce qu’ils décrivent deux types d’odeur de sueur. Le premier renvoie à l’odeur de sueur sur un vêtement, alors que le second correspond à l’odeur de la sueur fortement concentrée ou séchée. Un maillot de sport sentira èdùdùʔ à la sortie d’une séance de sport, alors qu’il sentira mvàʔàfán s’il est porté plusieurs fois sans être lavé ou simplement si la sueur sèche dessus.

13mə̀ɲáŋ est l’odeur de lait et, par extension, celle du nourrisson. Dire, par exemple, à un adulte qu’il sent le lait signifie qu’il n’est pas encore assez mûr.

14mə̀kə̀t désigne aussi bien le sperme que l’odeur de sperme. L’odeur du sperme n’est pas associée à un référent physique, elle est socialement associée à la violence et à la guerre.

15La dernière odeur issue de déjection humaine est mə̀bí, excréments. Les excréments constituent la pire des déjections. Symboliquement, sentir les excréments c’est être réduit à l’état de déjection, être un déchet pour la société.

Sources animales

16Les animaux sauvages, disposent d’une odeur générique : ènyùm tsít « odeur animale ». Par extension, l’odeur tsít s’applique aux animaux domestiques et aux humains ayant longtemps séjourné en brousse.

17E mbō nyī ǎ nyùmàŋ tsít, litt. : « Homme ci lui sentir animal » se traduit par « cet homme sent déjà l’animal ».

18Certaines odeurs sont propres à des espèces données, ce sont les odeurs sui generis. Elles sont issues de phéromones utilisées pour marquer le territoire, pour la parade amoureuse ou comme système de défense olfactif. D’autres odeurs sont propres aux déjections de certaines espèces données.

19Les animaux à odeur sui generis dégagent une odeur de même nom que l’espèce concernée. Dans le corpus, les odeurs suivantes relèvent de cette catégorie :
- Ʒὲɲ est l’odeur de la civette, ou plus exactement l’odeur des phéromones de civette. Les Ntumu distinguent èlìnə́Ʒὲɲ et ntsìmáƷὲɲ. èlìnə́Ʒὲɲ désigne la glande anale de la civette qui produit la phéromone concernée. ntsìmáƷὲɲ, désigne pour sa part l’amas de crottes de civette. Pour marquer son territoire, la civette dépose effectivement des amas de déjections imprégnés de phéromones.
- ḿbàʔàsùmù « la musaraigne », òzùrùŋgùm « la mangouste » et èkə́lá « le cabri » produisent également des phéromones typiques qui donnent à leur tour des noms d’odeur.
- àbí kɔ́ʔɔ́ « déjection de volaille ». Le terme est un nom composé : àbí désigne les excréments alors que kɔ̀ʔɔ́ est un monème non autonome. Sa morphologie indique cependant que c’est un figement composé de la consonne initiale de « Gallinacée, poule » et des deux dernières syllabes de sɔ̀ʔɔ́ « Anatidés, canard ». àbí kɔ́ʔɔ́ est donc l’odeur de crotte de volaille. C’est également l’odeur qui se dégage lorsqu’on frotte vigoureusement un bras contre l’autre.

La source odorante est un insecte

  • 4 Nous détaillerons plus bas le lien entre l’odeur des mìntótô et l’esprit des morts.
  • 5 Nous reviendrons plus bas sur le type de sorciers présentant une odeur de moucheron.

20Dans notre corpus, les insectes ci-dessous donnent leurs noms aux odeurs qui leurs sont associées.
- fə́fέɲ désigne le cafard. Son odeur caractéristique provient du liquide qu’il sécrète en situation de stress et qui sert de répulsif pour d’éventuels prédateurs. Sur le plan olfactif, l’odeur fə́fέɲ a pour référent principal la blatte, puis, par association olfactive, elle est appliquée à la mauvaise haleine ou plus spécifiquement à la mauvaise haleine matinale.
- ōswān est une espèce de petites fourmis noires qui construisent des nids sur des arbres. L’odeur âcre qui les caractérise est assez proche de celle des termites. Elles constituent surtout l’un des aliments favoris du pangolin (Mani longicaudata). L’odeur ōswān, qui se réfère certes à la fourmi, a pour référent principal le pangolin. Sentir ōswān, c’est avoir une odeur proche aussi bien de la fourmi, que de son prédateur.
- mìntótô « grandes fourmis noires » (Galley 1964). De par sa taille, la fourmi appartiendrait à la famille des Ponerides ou des Cérapachyides. Au-delà du référent principal qu’est la grande fourmi noire, l’odeur de mìntótô est associée à la présence de mauvais esprits, de revenants, et constitue un mauvais présage4.
- òsún est une espèce de mouche à sang de couleur jaune-orangé. On la désigne également par mouche à filaire, « On dit que c'est elle qui donne la filaire loa ou filaire de l'œil » (Galley 1964 : 312). Sur le plan olfactif, òsún dégage, lorsqu’elle est écrasée, une odeur caractéristique légèrement fruitée mêlée généralement à l’odeur du sang qu’elle a ingurgité. Sur le plan social, l’odeur de òsún est associée à la sorcellerie, c’est plus exactement l’odeur d’un certain type de sorciers5.
- mìŋkōŋ (Imbrasia dione) est une espèce de chenilles comestibles. Elles colonisent généralement l’arbre àbíɲ (Petersianthus macrocarpus). L’odeur de mìŋkōŋ est donc étroitement associée à l’arbre qui les abrite.

21D’autres insectes de notre corpus présentent des odeurs qui les caractérisent et qui donnent lieu à des noms d’odeur. Il n’a cependant pas été possible d’établir des associations avec d’autres objets. Les fourmis kə́ə́, « fourmi rouges de forêt, rares et extrêmement venimeuses » (Galley 1964 : 167), ēvōm « espèce de petit coléoptère ».

Sources végétales

22Comme pour les animaux, la forêt dispose d’une odeur générique : ènyùm áfàn « odeur de forêt ». Elle désigne toute odeur rappelant la forêt : odeur de sève de certains arbres poussant à l’état sauvage, odeur d’animaux, de poisson, etc. On dira : étō dī dá nyùm àfàn, litt. : « vêtement ci lui sentir forêt » se traduit par « ce vêtement sent la forêt ».

23Les sources odorantes végétales sont de deux types : les arbres odorants, les plantes aromatiques. L’odeur d’un arbre odorant provient de :
- sa sève : les arbres dzî et ēdūm (Cylicodiscus gabunensis) présentent une odeur caractéristique inhérente à leur sève. Le premier est un arbre dont la sève présente une forte odeur soufrée alors que la sève du second présente une odeur de « pourri » semblable à celle de plantes mortes en décomposition. Une décoction de plantes médicinales avariée présentera une odeur ēdūm.
- sa résine : àsás « Atangatier » (Dacryodes edulis), àŋgùmá « Okoumé » (Aucoumea klaineana) et àndə̀m (Pterocarpus sp.) produisent une résine portant le nom générique de òtú qui désigne aussi bien la résine que l’odeur qu’elle dégage. L’odeur òtú s’applique pour sa part non seulement à la résine elle-même, mais aussi à l’odeur émanant de la fumée issue de la combustion de ladite résine. Par extension sémantique, l’odeur òtú s’applique à la fumée se dégageant de la combustion de certaines écorces utilisées pour la confection des torches de résine.
- ses fleurs : mə̀kɔ̀ʔɔ́ (Guibourtia ehie) est un grand arbre de la forêt équatoriale. Lors de sa floraison, l’odeur de ses fleurs couvre un rayon important autour de l’arbre. Les fleurs de mə̀kɔ̀ʔɔ dégagent une odeur semblable à celle du musc de civette. Un nez non averti et qui ne tient pas compte de l’environnement pourrait aisément les confondre.
- ses fruits : les fruits identifiables par leur odeur sont ceux de l’arbre àdzàp « moabi » (Baillonella toxisperma) appelé èbwàn-ádzàp, le fruit d’àndɔ́ʔ (Irvingia gabonica), ńsàà (banane mûre), ou encore les fruits de ŋgúkɔ̄ŋ, (Tarrietia densiflora).

24Les plantes et herbes aromatiques utilisées dans le domaine culinaire et qui donnent leur nom à des odeurs sont les suivantes :
- èsùn : écorce de Afrostyrax lepidophyllus ou de Scorodophloeus zenkeri. Ces deux écorces aromatiques, quoique relevant d’espèces différentes, appartiennent à la même catégorie endogène et portent le nom de èsùn (Meunier et al. 2015 : 320, White & Abernethy 1996 : 167). Elles sont utilisées pour parfumer des sauces et notamment les plats de feuilles de manioc, elles ont une odeur proche de celle de `nlɔ̄m (Quassia africana), une autre plante aromatique assurant la même fonction.
- òsàŋ
« citronnelle » ; mə̀sə̀p (Ocimum viride) « basilic, remède de la fièvre, menthe aromatique employée comme condiment » (Galley 1964 : 45) et όndόndô « piment » sont les trois autres plantes aromatiques empruntant leur nom à l’odeur qu’elles dégagent. Nous avons vu plus haut qu’elles participent, lors de leur cuisson concomitante, à la constitution de l’odeur ŋgìrà.
- À ces plantes identifiées par nos informateurs, nous ajouterons ngel (Croton oligandrum), èlé ndzik (Monodora myristica), des plantes odorantes signalées par Raponda-Walker. Elles étaient autrefois utilisées à des fins rituelles.

Nom d’odeur et propriétés gustatives de la source odorante

  • 6 Espèce d’Hygrophore blanc ; il présente un « chapeau blanc, charnu et lisse. Chair molle. Feuillets (...)
  • 7 Non identifié scientifiquement, on retrouve cependant une référence à ce champignon chez Walker (19 (...)
  • 8 Les Ntumu associent le goût acide à la grimace « visage d’antilope » qui accompagne la mise en bouc (...)

25Une odeur peut rappeler le goût de sa source odorante. Dans le sous-bois, les Fang-Ntumu distinguent aisément l’odeur acide de mvūt « raisin du Gabon », fruit du Trichoscypha abut), ou encore d’òfwas (fruit du Pseudospondias longifolia) de l’odeur sucrée de m̀bàtwà, l’ananas. Ces odeurs sont particulièrement perceptibles lorsque lesdits fruits sont en décomposition. Dans notre corpus, les odeurs suivantes sont associées au goût de la source odorante :
- àzə̀ʔ : chez les Ntumu, le qualifiant àzə̀ʔ que l’on pourrait systématiquement traduire par « sucré », renvoie non seulement au goût sucré, mais aussi à toute saveur suave et fine. Le caractère àzəʔ d’une sauce est lié, non pas à la présence particulière de sucre comme dans la sauce aigre-douce chinoise, mais à la présence de certains éléments qui lui donneront cette saveur « légère », suave et fine. Sont généralement responsables du caractère « sucré » d’une sauce, les crustacés, poissons à écailles, la tomate ainsi que les champignons tɔ́djɛˆ6 et ètòʔ7. L’odeur àzə̀ʔ rappelle donc tout aliment « sucré » : soupe de poisson, soupe de champignon, lait, fruits sucrés, etc. Le champignon tɔ́djɛ̂ produit une odeur « sucrée ». Les collecteurs de champignons se fient à cette odeur sucrée dans le sous-bois pour retrouver les champignons concernés.
- àyòò : ce terme dénote l’amertume. Sur le plan olfactif, l’odeur àyòò présente une double association de référents. La première association est gustative. La référence principale en termes d’amertume est le fruit de èŋgáŋ (Tetrapleura tetraptera), l’aliment préféré du porc-épic. Sentir amer, c’est avoir une odeur semblable à celle du fruit de èŋgáŋ. La seconde association se fait avec àkíí, la sève blanchâtre ou jaunâtre. Dans les représentations sociales, àkíí (type de sève) et àyòò (goût amer) sont étroitement associés, la sève de type àkíí, à l’exemple de celle de èkùk (Alstonia sp.) présente généralement un goût amer. Aussi, toute sève de type àkíí dégage potentiellement une odeur amère. Dire par exemple é byàŋ nyí dà nyùm àyòò « ce remède sent amer », indique que ledit remède a été réalisé avec des écorces d’un arbre ayant une sève blanchâtre ou jaunâtre.
- mǝ̀sɛ̄ɲ : le goût mǝ̀sɛ̄ɲ est associé à tout mets délicat ou considéré comme prestigieux : Porc-épic, paquet de courges, manioc traité de manière spéciale, mets assaisonné avec des plantes aromatiques rares. Sur le plan olfactif, l’odeur mǝ̀sɛ̄ɲ est à la fois douce et suave, elle est associée au fumet émanant de chacun des plats susmentionnés. Par extension ladite odeur s’applique à l’agréable odeur de certaines fleurs, aux parfums modernes et aux hommes ayant une bonne hygiène corporelle ou se parfumant.
- zìŋí : le terme renvoie au goût « neutre » de certains aliments. Un goût est considéré comme neutre lorsqu’il n’est ni sucré comme l’ananas, ni salé, ni acide. C’est le goût des noix, de certaines amandes, du maïs sec, de noix et fruits séchés, de manioc séché, d’argile comestible, d’arachide grillée, etc. Le terme zìŋí s’applique dans une moindre mesure à certains fruits présentant un goût àvẅɛɲ « frais ». Chez les Ntumu, on parle de goût « frais » lorsqu’un fruit n’est ni trop acide, ni trop sucré. C’est le cas lorsqu’un fruit généralement acide présente un taux d’acidité très bas ou une saveur légèrement sucrée. Sur le plan olfactif, l’odeur zìŋí évoque un produit au goût neutre et « frais ». Elle a pour référent principal kẅɛ́mɛ̀, le fruit du « noisetier africain » (Coula edulis) et renvoie à l’odeur de céréale, à l’odeur douce et légèrement poussiéreuse dégagée par les produits à goût neutre, ni sucré, ni salé.
- dáp et èyàŋ sont deux termes renvoyant au caractère âcre d’un aliment donné. Dáp est un qualifiant indiquant le goût âcre issu de la coagulation d’un produit comestible : huile de palme, graisse, etc. Les Fang-Ntumu associent dáp à ányù « bouche », on dit dáp ányù « caractère âcre en bouche » puisqu’il est étroitement associé au goût. Sur le plan olfactif, tout produit coagulant en bouche présente une odeur dáp. èyàŋ « crasse, suie, fumée âcre » s’applique pour sa part à des produits volatiles (fumée, parfum, vapeur) qui irritent les voies respiratoires. C’est un nominal de classe 7 construit à partir de la racine –yàŋ qui participe également à la construction du verbe áyàŋ « se couvrir de suie ». On dit par exemple vyōʔ wáyàŋ « la casserole prend la suie ». Tout comme dáp est associé à la bouche, èyàŋ est associé à kíŋ, la gorge ou plus exactement la trachée artère, on dit, èyàŋ á kíŋ « caractère âcre dans la gorge ». Les produits èyàŋ génèrent donc systématiquement la toux. Du point de vue des perceptions olfactives èyàŋ renvoie à une odeur qui donne la sensation de coller ou de coaguler dans la trachée artère. Sur le plan olfactif, dáp comme èyàŋ renvoient à des odeurs âcres, c’est-à-dire qui donnent la sensation de « coaguler » et s’encrasser en bouche ou dans la gorge : odeur de plastique brûlé, odeur de gaz d’échappement, odeur d’huile de palme, de piment brûlé. L’utilisation de certaines espèces d’arbres comme bois de chauffage est interdite à cause de la fumée âcre qu’elles dégagent.
- sāŋ : sur le plan gustatif, le terme sāŋ, désigne le goût aigre, acidulé ou tout autre goût qui « fendille les joues8 ». Côté olfactif, il y a association entre l’objet, son goût acidulé, et son odeur de sorte qu’une source odorante présentant un goût acidulé présentera nécessairement une odeur aigre et acide.
é dzóm é nə́ sāŋ é də́ dá ɲùm sāŋ, litt. : « cette chose lui être aigre lui c’est lui sentir aigre » se traduit par « c’est ce qui est aigre, qui sent aigre ».
Par association olfactive, sāŋ renvoie à l’odeur acide se dégageant de certains produits avariés, c’est aussi l’odeur dégagée par les flatulences de nourrisson ou encore par le manioc roui.

Le nom d’odeur décrit l’état de la source odorante

26Les odeurs peuvent décrire le caractère pourri, avarié, vieux ou neuf d’un objet donné. Le qualifiant èbɔ̌ « pourri » désigne aussi bien « quelque chose qui est mouillé, humide, ou très mûr » (Galley 1964 : 90), qu’un objet en état de décomposition. L’odeur èbɔ̌ s’applique à tout corps en décomposition, aux plaies et ulcères, à l’eau stagnante, et tout ce qui dégage une odeur de pourri. Le terme èbɔ̌ kúsə̄mə̄ qui lui est associé, est un nom composé du qualifiant èbɔ̌ et d’un deuxième élément -kúsə̄mə̄ qui n’a aucune autonomie sémantique dans la langue. Le composé désigne un gibier dont le processus de décomposition est enclenché, mais qui demeure comestible.

27Le qualifiant sūn décrit un objet avarié ou moisi. Sur le plan olfactif, c’est l’odeur se dégageant des champignons fins responsables de la moisissure.

28ǹnōm et mfə̀fὲɲ qualifient respectivement le vieux et le neuf. Sur le plan olfactif, ǹnōm désigne l’odeur du vieillard, elle est parfois utilisée comme synonyme de àfúʔúbú. mfə̀fὲɲ décrit pour sa part une odeur de neuf. Elle dépend en grande partie du produit qui est neuf, il peut s’agir d’odeur de gibier frais par opposition à èbɔ̌ kúsə́mə́, de l’odeur de forêt fraîchement défrichée mfə̀fὲ ŋkpὲʔὲ, d’outils neufs portant encore des senteurs de la forge, de vêtements neufs, etc.

Catégorisation endogène des odeurs

bìnyùm / mə̀nwàn

29Sur le plan endogène, les Ntumu procèdent à une première dichotomie en distinguant au sein de ònyùmə́nyùmà (odeurs), mə̀nwàn et bìnyùm. mə̀nwàn désigne les effluves, les odeurs corporelles, naturelles ou artificielles. bìnyùm (pluriel de ènyùm) renvoie pour sa part à l’ensemble des autres odeurs naturelles non corporelles. Il y a donc ici une exploitation des traits humain/non humain. Ces deux premières catégories ne sont pas nécessairement étanches. Par extension sémantique, les propriétés olfactives d’un effluve mə̀nwàn peuvent s’appliquer à des objets non humains présentant les propriétés similaires, ou reconnues comme telles par la société. On parle de mə̀nwàn mə́ mvú littéralement « effluves de chien » pour désigner l’odorat du chien ou plus exactement tout ce que l’odorat du chien peut percevoir.

Catégorisation selon le jugement qualitatif

30Le jugement olfactif est avant tout subjectif, les goûts et les odeurs ne se partagent pas. Il ne s’agit donc pas ici d’étudier le jugement olfactif de chaque membre de la communauté mais plutôt de dégager les constances communautaires. On peut en effet observer que certaines odeurs sont socialement reconnues comme agréables, d’autres comme malodorantes.

31Chastrette, Godinot & Sicard (1997) ont par exemple établi que le jugement olfactif dépendait de la molécule odorante. Les molécules pyridine, thiophénol et acide isovalérique sont jugées malodorantes, alors que le cinéol, le camphre, et le menthol sont associés à la sensation de fraîcheur. Pour Mouele (1997 : 216), le jugement olfactif est lié au tabou alimentaire : « l'odeur d'un aliment (viande ou fruit) devenu tabou à la suite d'une initiation ne peut plus être ressentie comme plaisante ».

32On observe de manière générale que les critères de jugement de l’odeur sont étroitement liés aux représentations sociales inhérentes aussi bien à l’odeur qu’à la source odorante. Les Ntumu distinguent les odeurs qualifiées de èɲùm àbé (senteur mauvais) « odeur désagréable » / èɲùm mbə̀ŋ (senteur bon) « odeur agréable ». Il sera question de déterminer quels traits fondent le caractère agréable ou désagréable d’une odeur. Il ne s’agit pas ici de catégoriser toutes les odeurs inventoriées plus haut, mais de ne retenir que celles qui sont pertinentes pour les Ntumu au point d’y porter un jugement olfactif.

ènyùm mbə̀ŋ : odeur agréable

33Un principal trait semble justifier le caractère agréable d’une odeur (èɲùm mbə̀ŋ) : ses propriétés gustatives. Il apparaît en effet qu’une grande partie des odeurs appréciées se rattachent à un goût apprécié, à savoir : gira (agréable fumet), mə̀sɛ̄ɲ, zìŋí, àzə̀ʔ. Du point de vue du jugement olfactif, èbɔ̌ kúsə̄mə̄ est traité comme une odeur désagréable lorsque le gibier est cru, et agréable lorsque le gibier est cuit.

34De même, les plantes aromatiques utilisées dans le domaine culinaire présentent une odeur jugée agréable : èsùn (Afrostyrax lepidophyllus et Scorodophloeus zenkeri), mə̀sə̀p (Ocimum viride), òsàŋ « citronnelle », óndόndóó « piment ».

ènyùm àbé : odeur désagréable, socialement dépréciée

35Contrairement aux odeurs agréables qui étaient liées à une catégorie homogène, celle du goût, les odeurs désagréables sont liées à des représentations sociales hétérogènes. En examinant les représentations sociales inhérentes au référent principal de chaque odeur, on peut cependant dégager les traits sous-jacents justifiant son caractère désagréable.

36Une odeur est désagréable lorsque l’un de ses référents rappelle un objet :
- Qui est impropre à la consommation, qui présente un goût désagréable. C’est le cas des odeurs, èbɔ̌ qui rappelle l’état de décomposition d’un objet, sūn qui indique le caractère avarié et donc impropre à la consommation, àyòò qui indique le caractère amer, èbɔ kúsə́mə́ qui indique qu’un gibier est à la fois cru et en état de décomposition, donc, non comestible en l’état.
- Qui relève des sécrétions ou des déjections. Les odeurs mə̀bí, káŋá, àbàm, àbí-kɔ̄ʔɔ̄ qui ont pour référents principaux respectivement les excréments, les excréments frais, l’urine, et les déjections de Gallinacées, sont de ce point de vue socialement perçues comme désagréables. L’odeur Ʒɛ̀ɲ qui renvoie aussi bien aux déjections (ǹtsìmá Ʒɛ̀ɲ) de la civette qu’aux phéromones sécrétées par des glandes anales (èlìnə́ Ʒɛ̀ɲ) entre dans la même catégorie.
- Qui relève à la fois des sécrétions et du caractère impropre à la consommation. C’est le cas de dɛ̂ɲ, l’odeur de poisson. Elle est perçue comme désagréable par ce qu’elle est associée au qualifiant èbɔ̌ « mouillé, pourri » donc impropre à la consommation. La deuxième association est celle faite plus haut avec les secrétions vaginales : dɛ̂ɲ est l’odeur du vagin, une odeur socialement perçue comme désagréable.
- Qui indique une absence d’hygiène ou une maladie : àfúʔúbú est une odeur associée aussi bien au chien qu’à la crasse. C’est l’effluve émanant d’une personne n’ayant pas pris de douche depuis des jours, ce qui est socialement déprécié. De même, l’odeur fùrà indique non seulement une absence d’hygiène corporelle (la tête qui sent), mais aussi la présence de teigne, une maladie qui affecte le cuir chevelu causée par un champignon et qui indique également un manque d’hygiène. De même, l’odeur àfúʔúbú, l’odeur de chien enragé, indique potentiellement la présence de la rage.
- Qui indique une situation de danger. Dans cette catégorie on retrouve l’ensemble des substances odorantes sécrétées et utilisées comme système de défense. C’est un répulsif indiquant la présence d’un poison potentiel : ēvōm.
Dans cette catégorie, on retrouve également mə̀kə̀t « odeur de sperme ». Elle désigne par extension l’odeur de la testostérone, et symbolise la violence, la guerre. L’expression dzí dá nyùm à nə́ mə̀kə̀t qui se traduit littéralement par « qu’est-ce qui sent comme le sperme » et qui pourrait correspondre à l’expression « sentir le roussi », indique une situation de conflit imminent ou de danger. De même, les personnes belliqueuses et violentes sentent mə̀kə̀t.
- Qui indique une présence maléfique. Socialement l’odeur des fourmis Mintotoo génère aussi bien la nausée que la peur. Cette odeur indique en effet la présence des esprits des morts. C’est un mauvais présage indiquant le décès d’un proche. Un adage fang dit : « si tu ne vois pas les fantômes, tu sentiras au moins l’odeur des mìntótô ». Galley (1964 : 249) indique que les « esprits des morts » sentent mìntótô car cet insecte constitue, selon les croyances populaires, leur aliment principal.

37De même, l’odeur òsún « mouche à sang » indique la présence d’un sorcier. La mouche à sang jouit d’une mauvaise réputation au sein de la population non seulement parce qu’elle suce le sang, mais aussi parce que certaines injectent des larves filaires qui, à l’âge adulte, sont responsables de la filariose. Certains sorciers ont la réputation de disposer de meutes de mouches à sang. Elles servent aussi bien à la collecte de sang pour leurs propriétaires, que pour l’inoculation de maladies telle que la filariose à la demande du sorcier propriétaire. On dit desdits sorciers qu’ils sentent òsún.

Catégorisation des modes de diffusion et la persistance de l’odeur

38La catégorisation endogène des odeurs se fait également en fonction de leur mode de diffusion. Les termes indiquant le mode de diffusion de l’odeur présentent une structure de base verbonominale ou idéophonique. Cette catégorisation se base aussi bien sur les traits agréable/non agréable présentés plus haut, que sur le caractère brusque, envahissant ou intermittent de l’odeur.

39Le verbe átúnân est exclusivement utilisé dans le domaine olfactif et signifie « dégager fortement ». Il est construit à partir de la racine /–tunan-/ qui participe également à la construction du verbe átùnàn « s’échapper brusquement, se dégager brusquement d’une étreinte ». Le verbe átúnân et l’idéophone dérivé túnààààn sont utilisés lorsqu’une mauvaise odeur s’échappe brusquement d’un endroit donné. Ce mode de diffusion décrit par exemple le type de sensation d’odeur qui vous parvient lorsque vous ouvrez la porte d’une pièce emplie d’une forte odeur d’excrément ou de cadavre, ou encore lorsque vous ouvrez une casserole de nourriture avariée.

40zə̀ə̀ŋ est un idéophone utilisé lorsqu’une odeur agréable emplit subitement un espace donné. Il fonctionne à l’opposé d’átúnân. Ce type de diffusion s’applique par exemple à l’odeur emplissant une pièce suite à l’entrée d’une personne portant un agréable parfum, ou encore d’une entité diffusant une odeur agréable.

41L’idéophone tɔ̀ɔ̀p décrit les légers relents d’odeur parvenant par intermittence. Généralement, la source odorante n’est pas visible. Sa présence est indiquée par son odeur portée par le vent.

42Le verbe ábàràn indique l’action de s’oindre, de s’asperger ou de s’appliquer grossièrement et de manière salissante, une substance onctueuse, visqueuse ou gluante. On dirait d’un enfant qui prend un bain de boue ààbàràn mbɔ̀rɔ̀ « il s’oint de boue ». Concernant les odeurs, ábàràn ényùm signifie s’asperger d’une substance malodorante qui colle à la peau. Ce type d’odeur collante est dit bàt-ènyùm « mauvaise odeur persistante », son référent principal est àbí-kɔʔɔ « excréments de volailles », ils sont à la fois visqueux et malodorants.

Conclusion Fang

43Ce travail nous a permis de dresser un inventaire des odeurs en-Ntumu, d’étudier leur origine et d’envisager les modalités d’une catégorisation endogène. Il apparaît que l’identification des odeurs se fait grâce à un jeu d’association entre une odeur et son référent principal, qu’il s’agisse d’odeur pure ou d’odeur empruntant le nom de la source odorante. Sur le plan de la catégorisation endogène, nous avons vu que les populations disposaient de catégories de surface qui se fondent sur les traits humain/non humain, sur le jugement olfactif agréable/non agréable et sur le mode de diffusion de l’odeur. Sur le plan du jugement olfactif, les traits de surface (agréable/non agréable) se fondent sur des traits sous-jacents liés au goût appréciable ou non appréciable de la source odorante. La catégorie « non agréable » est pour sa part sous-tendue par le caractère impropre à la consommation : l’odeur rappelle un déchet, une sécrétion ; le caractère maléfique : l’odeur indique une présence malfaisante ; le caractère dangereux : l’odeur indique un poison potentiel, ou une maladie.

Haut de page

Bibliographie

Boisson C. 1997 – La dénomination des odeurs : variations et régularités linguistiques. Intellectica. Revue de l'Association pour la Recherche Cognitive 24 : 29-49.

Chastrette M., Godinot N. & Sicard G. 1997 – Des représentations de l'espace olfactif : des récepteurs à la perception. Intellectica Revue de l'Association pour la Recherche Cognitive 24 : 85-107.

Dubois D. 2006 – Une approche cognitive de l’olfaction : Des catégories d’odorants à la sémantique des odeurs. Terrain 47 : 89-106.

Galley S. 1964 – Dictionnaire fang-français et français-fang, suivi d'une grammaire fang. Neuchatel, Henri Messeiller.

Guthrie M. 1953 – The Bantu languages of Western Equatorial Africa. Londres, Oxford University Press.

Maho J. 2009 – NUGL Online, The online version of New Updated Guthrie List, a referential classification of the Bantu languages. Consulté le avril 15, 2019, sur brill.com: https://brill.com/fileasset/downloads_products/35125_Bantu-New-updated-Guthrie

Medjo Mvé P. 1997 – Essai sur la phonologie panchronique des parlers fang du Gabon et ses implications historiques. Thèse de Doctorat, Université Lumière Lyon 2, Lyon.

Meunier Q., Moumbogou C. & Doucet J.-L. 2015 – Les arbres utiles du Gabon. Presses Agronomiques de Gembloux.

Mouele M. 1997 – L'apprentissage des odeurs chez les Waanzi : note de recherche. Enfance 1 : 209-222.

Perrois L. 1987 – Plantes aromatiques et rituels au Gabon. In : Aubaile-Sallenave F. & Meurgues G. (Ed.) Parfums de Plantes. Paris, Muséum national d’Histoire naturelle : 217-218.

Walker A. 1931 – Champignons comestibles de la Basse-Ngounié (Gabon). Revue de botanique appliquée et d'agriculture coloniale 11 (116) : 240-247.

White L. & Abernethy K. 1996 – Guide de la végétation de la Réserve de la Lopé. Libreville, ECOFAC GABON.

Haut de page

Notes

1 De manière générale, on désigne par classe un ensemble d'éléments linguistiques ayant des propriétés communes. Ici, il s'agit particulièrement de classes nominales c'est-à-dire un ensemble de nominaux présentant les mêmes caractéristiques morphologiques : ils emploient les mêmes préfixes (indices de classe) et régissent les mêmes accords.

2 Mouele (1997) et Boisson (1997) parlent de noms d’odeur inhérents aux « termes de base » ou vocabulaire de base de la langue.

3 Le terme est emprunté à Mouele, 1997 : 218.

4 Nous détaillerons plus bas le lien entre l’odeur des mìntótô et l’esprit des morts.

5 Nous reviendrons plus bas sur le type de sorciers présentant une odeur de moucheron.

6 Espèce d’Hygrophore blanc ; il présente un « chapeau blanc, charnu et lisse. Chair molle. Feuillets épais, peu serrés. Odeur douce, agréable ». (Walker 1931 : 243).

7 Non identifié scientifiquement, on retrouve cependant une référence à ce champignon chez Walker (1931 : 241). Il le décrit comme un « champignon cartilagineux, à pied grêle, assez long. Le chapeau, mince, creusé en coupe ».

8 Les Ntumu associent le goût acide à la grimace « visage d’antilope » qui accompagne la mise en bouche d’un produit d’une extrême acidité, elle donne une impression de fente sur les joues.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Aire dialectale Fang-Ntumu
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/6211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Régis Ollomo Ella, « Onyùmə́nyùmà, le règne olfactif chez les Fang-Ntumu du Gabon », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 18 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/6211 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.6211

Haut de page

Auteur

Régis Ollomo Ella

Docteur en linguistique, assistant CAMES - Enseignant-chercheur à l'université Omar Bongo - chercheur associé à l'UMR 7206 du MNHN

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo MNHN
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search