Navigation – Plan du site

AccueilNumérosSupplément 2Les collections d'Ethnobiologie d...Le maïs au Mexique dans les colle...

Les collections d'Ethnobiologie du Muséum national d'Histoire naturelle

Le maïs au Mexique dans les collections du Musée de l’Homme

I - Le maïs et sa culture – 1e partie
“El maíz en México” en las colecciones del Museo del Hombre. I – El maíz y su cultura
Pauline Rameau et Serge Bahuchet

Résumés

Les collections mexicaines liées au maïs, au Musée de l’Homme, comptent plus de 250 objets, relevant tant du matériel d’étude que des collections patrimoniales. Après une présentation des recherches menées et des conditions et lieux d’obtention de cette collection, nous décrivons ici ces objets, en les resituant dans leur contexte technique, en y associant de nombreuses photographies de terrain. Le catalogue est divisé en deux parties. Les domaines abordés sont la production agricole, la préparation alimentaire, la consommation, et les aspects liés à la représentation.
Les objets liés au maïs, dans leur diversité, sont présents dans tous les domaines de la culture matérielle. Ainsi, à travers ce catalogue, c’est une certaine évocation de la vie quotidienne du Mexique contemporain que nous esquissons.

Haut de page

Texte intégral

« C’est ainsi que la nourriture fut découverte, et cette dernière forma la chair de l’Homme créé, de l’Homme formé. C’est elle qui composa son sang - c’est à partir d’elle qu’est né le sang de l’Homme. C’est ainsi que le maïs est entré ; à travers le travail des Géniteurs, le maïs permit alors la formation de l’Homme.
En broyant neuf foix les épis de maïs jaunes et les épis de maïs blancs, Ixmucané créa une boisson, de laquelle découlèrent la force et la corpulence. Ainsi furent formés les muscles et la vitalité de l’Homme – fruits des Géniteurs que l’on nomme Tepeu et Gucumatz.
Par la suite, eux se rassemblèrent afin d’évoquer la création et la formation de notre première mère et de notre premier père. De maïs jaune et de maïs blanc on façonna leur chair ; avec la pâte de maïs on fabriqua les bras et les jambes de l'Homme. La chair de nos parents naquit de la seule farine de maïs. »
Extrait de Popol Vuh. Las antiguas historias del Quiché (éd. Recinos) : 103-104, traduit de l’espagnol et adapté par nous.

Histoire des collectes et collections mexicaines

1Plante aux multiples visages, le maïs est présent partout dans le monde. Dans les collections d’ethnobotanique, il apparaît pour la première fois en 1899 avec des épis collectés au Bénin par Auguste Chevalier (cf. Bahuchet et al. 2019 : § 55).

2Au Mexique, nos collectes ethnoécologiques commencent en 2005 avec le début de la collaboration entre le laboratoire d’éco-anthropologie du Muséum et l’Université de Guadalajara (Autlán) au Mexique (cf. Aubaile-Sallenave 2021) ; elles s’orientent résolument vers les objets qui accompagnent la vie quotidienne mexicaine. Du point de vue statutaire, ces collections constituent du matériel d’étude, rattaché au laboratoire d’éco-anthropologie. Elles sont inventoriées sous le préfixe ETB- (« EThnoBiologie »).

3Les collections patrimoniales d’ethnologie du Muséum, inventoriées sous le préfixe MNHN-E (pour « Ethnologie »), se sont constituées à partir de 2002 après la dévolution au Musée du quai Branly-Jacques Chirac des collections historiques d’ethnologie non européenne du laboratoire d’ethnologie du Musée de l’Homme. Elles comportent également quelques objets originaires du Mexique, dont cependant très peu concernent le maïs ; ils seront eux-aussi inclus dans ce catalogue.

  • 1 La collection d’objets et spécimens mexicains représente environ 17 % du matériel d’étude d’ethnobi (...)

4Notre matériel d’étude mexicain compte actuellement plus de 850 objets et spécimens1, parmi lesquels des plantes cultivées (plus de 170 échantillons de haricots, piments et maïs). Les domaines les plus importants concernent l’alimentation et la cuisine (350 objets), l’agriculture et l’élevage (100 objets), la fête des morts (120 objets), l’artisanat et la vannerie (50 objets). Dans tous ces ensembles, les objets touchant au maïs sont nombreux, ce qui nous a engagé à en dresser un inventaire spécifique ; ils concernent tant l’agriculture, l’alimentation, la vannerie que les aspects festifs et symboliques.

5C’est en 2013 que la collection mexicaine prend un tournant résolument « Zea mays » avec les travaux menés sur la milpa dans le Jalisco ; en 2014 celle-ci s’agrandit considérablement, lors de la collecte effectuée en vue de l’élaboration de la nouvelle galerie du Musée de l’Homme (Figure 1).

Figure 1 : Les variétés de maïs collectées dans différents États du Mexique (5/12/2014, San Cristobal de las Casas, Chiapas)

Figure 1 : Les variétés de maïs collectées dans différents États du Mexique (5/12/2014, San Cristobal de las Casas, Chiapas)

© P. Rameau

  • 2 La spécialité de master Environnement, développement, territoires, sociétés (EDTS), dispensée au MN (...)

6Parmi les étudiants effectuant leur stage de fin de Master2 au Mexique, plusieurs réalisent leur recherche de terrain dans des communautés rurales et abordent plus précisément le sujet du maïs (Leal-Almaraz 2008, Rameau 2013, Zurita Benavides 2009 ; Zurita Benavides et al. 2012). Ces recherches concernent la diversité et les usages du maïs, ainsi que sa culture dans la milpa. Elles seront poursuivies et enrichies par des recherches complémentaires ultérieures (Rameau 2013-2018, Leal-Almaraz 2014).

7Ces travaux menés sur le maïs ont fait l’objet d’une vitrine dans l’exposition permanente du Musée de l’Homme portant sur l’agrobiodiversité et les menaces qui pèsent sur celle-ci (Musée 2016 : 119) L’exemple du maïs avait été choisi pour illustrer l’impact des changements de techniques agricoles sur la diversité biologique ainsi que sur les pratiques alimentaires. Nous avons décrit cette vitrine en 2016 (Bahuchet et al. 2016 : § 50-51). Outre les éléments des collections ethnoécologiques, elle contient également deux objets mexicains appartenant à la collection patrimoniale d’ethnologie. La vitrine met en regard des variétés hybrides commerciales, cultivées dans une large partie du monde le plus souvent sous forme de monocultures mécanisées, avec une diversité de maïs natifs issus d’une même municipalité du Jalisco, Chiquilistlán. Le but est d’illustrer le contexte agricole actuel qui, selon les stratégies économiques et sociales de chacun, mêle cultures de rente uniformisées pour l’élevage, l’approvisionnement des villes et l’exportation d’une part, et d’autre part cultures de variétés locales pour l’autoconsommation, de taille, textures et saveurs différentes, cultivées pour répondre aux aléas climatiques et saisonniers comme aux attentes culturelles et sociales (Figure 2).

Figure 2 : Vitrine sur la diversité biologique en danger – l’exemple du maïs au Mexique. Maïs de Chiquilistlán, Jalisco, Mexique (Collection Renata Leal) (Musée de l’Homme, Paris, 2019)

Figure 2 : Vitrine sur la diversité biologique en danger – l’exemple du maïs au Mexique. Maïs de Chiquilistlán, Jalisco, Mexique (Collection Renata Leal) (Musée de l’Homme, Paris, 2019)

© P. Rameau

8De ce travail de recherche, mené principalement dans le Jalisco mais aussi dans d’autres régions du Mexique, est née une exposition, Maíz de mis amores, présentée à l’Institut culturel du Mexique à Paris, du 14 juin au 14 août 2019 ainsi que sous une forme réduite du 28 octobre au 2 novembre 2019, dans le cadre d’une manifestation autour de la fête des morts, au sein des locaux de l’UNAM Francia dans le cloître des Cordeliers de la Sorbonne (voir le descriptif de cette exposition dans Bahuchet, Rameau, Arriaga & Angeles, en préparation).

  • 3 Dans la section « Cultures culinaires », cette évocation d’une foire alimentaire illustrait la reco (...)

9Enfin, c’est pour l’élaboration du stand de feria mexicaine de l’exposition temporaire Je mange donc je suis3 (octobre 2019/juin 2020) qu’une nouvelle collecte a été effectuée entre les États de Tlaxcala et du Michoacán (Figures 3, 4).

Figure 3 : Fiesta del maïz (13/4/2019, San Juan Ixtenco, Tlaxcala)

Figure 3 : Fiesta del maïz (13/4/2019, San Juan Ixtenco, Tlaxcala)

© P. Rameau

Figure 4 : Stand de feria mexicaine dans l’exposition « Je mange donc je suis » (Musée de l’Homme, Paris, 2019)

Figure 4 : Stand de feria mexicaine dans l’exposition « Je mange donc je suis » (Musée de l’Homme, Paris, 2019)

© P. Rameau

10Le présent catalogue rend compte et bénéficie de l’ensemble de ces réalisations muséographiques.

Méthode et conditions de collecte

11Nos enquêtes se sont déroulées auprès des paysans, dans divers villages en grande majorité dans l’État du Jalisco (Figure 5). Nous n’avons jamais cherché à enquêter de manière privilégiée dans des communes autochtones (indigenas) ; au contraire notre démarche consiste à documenter les usages et la présence du maïs dans la vie quotidienne des Mexicains de toutes origines (« mestizos »).

Figure 5 : Entretien sur le terrain dans la coamil de Don Roberto, serpe en main, à Chiquiliztli (17/8/2017, Chiquilistlán, Jalisco)

Figure 5 : Entretien sur le terrain dans la coamil de Don Roberto, serpe en main, à Chiquiliztli (17/8/2017, Chiquilistlán, Jalisco)

© S. Bahuchet

12En observant les pratiques et les gestes, dans les champs, dans les maisons, dans les cuisines, nous avons évidemment pu prendre connaissance des ustensiles et outils de la vie quotidienne et nous les faire expliquer. Nous avons ainsi visité les lieux où les cultivateurs se fournissent en outillage, tels que les quincailleries, les marchés ou les magasins agricoles (Figures 6, 7, 8).

Figure 6 : Lieux de collecte : épicerie de village (27/10/2011, Tonaya, Jalisco). Des hottes, des nattes et des balais. Tout au fond, on peut distinguer des gourdes suspendues

Figure 6 : Lieux de collecte : épicerie de village (27/10/2011, Tonaya, Jalisco). Des hottes, des nattes et des balais. Tout au fond, on peut distinguer des gourdes suspendues

© S. Bahuchet

Figure 7 : Lieux de collecte : le marché couvert (21/4/2010, Colima, Colima). Le vendeur de vanneries : les hottes, avec nattes, chaises, corbeilles, éventails…

Figure 7 : Lieux de collecte : le marché couvert (21/4/2010, Colima, Colima). Le vendeur de vanneries : les hottes, avec nattes, chaises, corbeilles, éventails…

© S. Bahuchet

Figure 8 : Lieux de collecte : le marché couvert (21/4/2010, Colima, Colima). Le quincailler : en haut des fers de bêches, au centre des couteaux-éplucheurs, en bas des lames de serpes

Figure 8 : Lieux de collecte : le marché couvert (21/4/2010, Colima, Colima). Le quincailler : en haut des fers de bêches, au centre des couteaux-éplucheurs, en bas des lames de serpes

© S. Bahuchet

13Nous avons étendu nos visites et nos collectes aux villes, petites et grandes, auxquelles sont rattachés les villages des cultivateurs, y compris les capitales comme Guadalajara pour l’Etat du Jalisco, ou même Mexico, capitale du Mexique. Notre surprise a été grande d’y trouver des outils fabriqués artisanalement et clairement destinés aux ruraux (Figure 9).

Figure 9 : Lieux de collecte : quincaillerie (22/3/2012, Guadalajara, Jalisco)

Figure 9 : Lieux de collecte : quincaillerie (22/3/2012, Guadalajara, Jalisco)

On peut remarquer en haut une machette, à droite un couteau-éplucheur, au centre une lame de serpette non emmanchée (à côté d’un racloir pour les agaves), en bas et à gauche, des fers de houes

© S. Bahuchet

14En sus de l’outillage agricole, nous avons acquis dans des boutiques ou des foires spécialisées nombre d’ustensiles issus de l’artisanat, liés à la vie quotidienne, tels que des jouets, des vanneries et tissages en prenant en compte les matières employées, ou encore des figurations telles que des broderies ou des dessins (Figures 10, 13). Beaucoup de ceux-ci concernent la place du maïs dans la vie quotidienne, et nous les présenterons dans la deuxième partie de ce catalogue (« Les usages »). Certains sont destinés à l’usage domestique, alors que d’autres relèvent clairement de la décoration des intérieurs urbains ou sont même destinés aux étrangers. Il n’en demeure pas moins qu’ils véhiculent une certaine image qu’artisans et artistes veulent présenter de leur propre culture.

Figure 10 : Une boutique de vanneries à Guadalajara (19/11/2010)

Figure 10 : Une boutique de vanneries à Guadalajara (19/11/2010)

© S. Bahuchet

15L’importance des objets liés au maïs, leur diversité, et le fait qu’ils soient présents dans tous les domaines de la culture matérielle, nous ont convaincus du fait qu’à travers ce catalogue, c’est une certaine présentation de la vie quotidienne du Mexique contemporain que nous esquissons.

Organisation du catalogue

16Le catalogue des objets liés au maïs est organisé en deux parties et plusieurs sous-parties :

  1. La production du maïs

    1. La plante et la diversité des variétés

    2. L’agriculture

  2. Les usages

    1. Préparation et consommation

    2. Artisanat

    3. Représentations.

17La publication sera échelonnée sur plusieurs livraisons de la revue. La première partie (« La production du maïs ») est divisée en deux sections pour des raisons techniques de taille des fichiers ; elles paraissent ici l’une à la suite de l’autre.

18Chaque fiche descriptive suit le même plan :
• Nom de l’objet, suivi du nom local propre au lieu où nous l’avons collecté
• Photographie de l’objet
• Eventuellement communauté ; lieu d’origine (Etat), éventuellement lieu d’acquisition si différent
• Description, matière, usage
• Date de collecte ; collecteurs, éventuellement donateurs
• Mesure en cm
• N° d’inventaire

19L’inventaire est codé de la manière suivante : pour le matériel d’étude, ETB-MX [Mexique]-initiale du collecteur-année-numéro de l’objet dans cette collecte. Pour la collection patrimoniale : MNHN-E-année-n° de la collection de l’année-n° de l’objet dans cette collection.

20Aussi souvent que cela nous est apparu pertinent, nous avons accompagné les fiches d’objets par des photographies originales prises sur nos terrains, illustrant le contexte et la manipulation des ustensiles.

La plante et la diversité des variétés

L’origine du maïs

21Le téosinte (Zea mays subsp. parviglumis Iltis & Doebley, Poaceae ; cf. Iltis & Doebley 1980) est la graminée sauvage considérée comme l’ancêtre du maïs cultivé (Zea mays L., subsp. mays). Il n’est pas rare que les paysans en plantent quelques pieds au bord de leur champ, pour les qualités que le téosinte est censé apporter aux épis de maïs. Originaire de Mésoamérique, le maïs tel que nous le connaissons aujourd’hui a été façonné par la main de l’homme. Depuis sa domestication il y a environ 8000 ans, il occupe une place centrale dans l’agriculture et l’alimentation mexicaine (cf. Staller et al. 2010) (Figure 11).

Figure 11 : La grotte du premier maïs archéologique (19/7/2017, Cueva del maíz, Coxcatlán, vallée de Tehuacan, Puebla)

Figure 11 : La grotte du premier maïs archéologique (19/7/2017, Cueva del maíz, Coxcatlán, vallée de Tehuacan, Puebla)

C’est dans cette grotte, et d’autres de cette célèbre vallée de Tehuacan, qu’ont été découverts les plus anciens épis de maïs domestiqué, par l’archéologue Richard MacNeish (1918-2001) et son équipe, dans les années 1960. La séquence chronologique couvre près de 2000 ans, et a révélé une succession de rafles depuis les plus petits, vers 7000 avant le présent, jusqu’à des plus évolués et volumineux, vers 5000 avant le présent (cf. Kato et al. 2009, Staller et al. 2010)

© P. Rameau

Figure 12 : Un épi de téosinte, à côté de deux épis de maïs, dans la maison de Don Lauro (28/11/2010, Chiquilistlán, Jalisco)

Figure 12 : Un épi de téosinte, à côté de deux épis de maïs, dans la maison de Don Lauro (28/11/2010, Chiquilistlán, Jalisco)

© S. Bahuchet

221) Teosintle, broderie

Figure 13 : Broderie ETB-MX-JLL-2012-39

Figure 13 : Broderie ETB-MX-JLL-2012-39

© S. Bahuchet

23• Cuzalapa (Jalisco)
• Coton brodé
• 2012 ; collecteurs Jean-Marie Betsch et Johana Larco-Laurent
• 31 x 31 cm
• ETB-MX-JLL-2012-039

La diversité des variétés

Figure 14 : « Diversidad en el campo » (6/2018, Chiquilistlán, Jalisco)

Figure 14 : « Diversidad en el campo » (6/2018, Chiquilistlán, Jalisco)

© P. Rameau

24Plusieurs centaines de variétés locales poussent au Mexique, pays aux climats, altitudes et écosystèmes contrastés (voir les articles dans ce Supplément 2 de la Revue d’ethnoécologie, 2021, en particulier Ortega Paczka, Mota, Perales et Lazos & Chauvet) (Figure 15). Sur leurs caractères morphologiques et génétiques, on regroupe actuellement les maïs en une soixantaine de « races » (razas), elles-mêmes formant quatre groupes majeurs (CONABIO 2011). Les variétés locales de maïs diffèrent par la taille et le diamètre des épis, la couleur et la forme des grains, le nombre et la linéarité des rangs, mais aussi par la hauteur des tiges (voir par exemple Hernandez X 1985, Kato et al. 2009, Perales & Golicher 2014, Ron Parra et al. 2006, Sanchez et al. 2000).

252) Affiche de la diversité des maïs « Maices mexicanos »

Figure 15 : Affiche « Maices mexicanos » ETB-MX-SBPR-2017-086

Figure 15 : Affiche « Maices mexicanos » ETB-MX-SBPR-2017-086

© CONABIO, 2013, Proyecto global de maíces nativos

26• Mexico (CDMX)
• Impression quadrichromie, « Maíces mexicanos », produite par la Commission nationale pour la connaissance et l’usage de la biodiversité CONABIO ; « le maïs est le patrimoine biologique, agricole, culturel et économique du Mexique »
• Août 2017 ; collecteurs Serge Bahuchet & Pauline Rameau
• 60 x 90 cm
• ETB-MX-SBPR-2017-86

27Chaque communauté paysanne plante son propre ensemble de types de maïs, auxquels elle donne ses propres noms, sans que cela coïncide avec la classification en races définies par les spécialistes. La culture de plusieurs variétés de maïs dans des parcelles voisines permet des croisements produisant des épis bigarrés. De tels croisements peuvent également être générés de façon volontaire par les agriculteurs en semant des mélanges des variétés. (Figures 16, 17, 18). La manière de gérer, par les paysans mexicains, les populations hétérogènes et la pollinisation ouverte se distingue clairement de la culture du maïs commercial hybride dont les semences obtenues des lignées pures sont achetées tous les ans.

Figure 16 : Maïs en fleurs : en haut, les fleurs mâles, en bas les fleurs femelles qui vont donner les épis (16/4/2010, Cuzalapa, Jalisco)

Figure 16 : Maïs en fleurs : en haut, les fleurs mâles, en bas les fleurs femelles qui vont donner les épis (16/4/2010, Cuzalapa, Jalisco)

© S. Bahuchet

Figure 17 : « Espigas en la milpa », pollinisation croisée (11/9//2017, Chiquilistlàn, Jalisco)

Figure 17 : « Espigas en la milpa », pollinisation croisée (11/9//2017, Chiquilistlàn, Jalisco)

© P. Rameau

Figure 18 : Les variétés en mélange, gardées pour leurs semences (9/6/2017, Limoncito, Jalisco)

Figure 18 : Les variétés en mélange, gardées pour leurs semences (9/6/2017, Limoncito, Jalisco)

© S. Bahuchet

28Le développement de l’agriculture intensive et commerciale, et la recherche agronomique sur l’amélioration des plantes introduisent la culture de variétés hybrides commerciales qui entrent en concurrence avec les types locaux, appelés « criollos » ou « nativos » (Figure 19) (voir encadré).

Figure 19 : “Diversidad del maíz ajo” (13/4/2019, Fiesta del maíz, Ixtenco, Tlaxcala)

Figure 19 : “Diversidad del maíz ajo” (13/4/2019, Fiesta del maíz, Ixtenco, Tlaxcala)

La majorité des épis de cette photo sont des « maïs vêtus », au Mexique ajo tunicado, en anglais podcorn, de la variété tunicata. Ils sont caractérisés par le fait que chaque grain est enveloppé séparément dans une glume.

© P. Rameau

Glossaire

Maïs natif : variété originaire de la terre où elle a évolué et développé les caractères qui la différencient des autres variétés.
Maïs créole : variété résultant d’un croisement entre une variété native et une autre étrangère qui s’est acclimatée au terrain local. Localement, les paysans utilisent le terme de « maïs créole » pour désigner en réalité des variétés natives.
Maïs hybride ou amélioré : semence issue du croisement de deux lignées pures homozygotes sélectionnées pour leurs caractères avantageux afin d’obtenir une seule et même plante (F1) porteuse des caractères recherchés. Si l’on replante les grains issus de cet hybride, les caractères se dispersent et l'on perd la vigueur hybride – aussi appelée hétérosis – typique de la F1. En raison de ce problème, les semences des hybrides sont donc achetées tous les ans.
Maïs OGM ou transgénique 
: maïs dont le génome a été modifié pour exprimer des caractères avantageux, tels que la résistance aux herbicides ou aux insectes.

29Les épis que nous avons recueillis ne forment aucunement une collection exhaustive, ou représentative des 60 « races » définies par les agronomes ; collectés sur nos terrains d’enquête, dans des foires agricoles ou même sur les marchés (y compris à Mexico), ces épis n’ont d’autre but que d’illustrer l’incroyable diversité de ce patrimoine culturel, toujours vivant. Nous ne détaillerons pas ici les quelque 70 variétés de maïs que nous avons collectées, elles devront faire l’objet d’une étude ultérieure (Figure 20, tableau en annexe).

Figure 20 – Diversité des épis collectés (provenant du Yucatan, du Jalisco et du Tlaxcala), du plus petit (7 cm) au plus grand (27 cm)

Figure 20 – Diversité des épis collectés (provenant du Yucatan, du Jalisco et du Tlaxcala), du plus petit (7 cm) au plus grand (27 cm)

1e ligne : A- Sak-nal (MF-2015-039), B- Cacahuacintle (MF-2004-004), C- Dulce (RLA-2014-005)
2e ligne : D- Negro (PR-2019-004), E- Xhuuk-nal (MF-2015-001), F- Ajo (PR-2018-019)
3e ligne : G- Zapalote (PR-2018-047), H- Amarillo huesillo (RLA-2014-036)
4e ligne : I- Olote delgado (RLA-2014-001), J- Amarillo huesillo (rojo) (RLA-2014-035)
(On trouvera les lieux de collecte dans l’annexe)

©P Rameau et S. Bahuchet

30Un gros travail ethnobotanique a été accompli par R. Leal-Almaraz (2008), qui a consisté à inventorier toutes les variétés locales cultivées dans un même village du Jalisco, Chiquilistán. Pour cela elle a enquêté et interrogé la majorité des agriculteurs, en particulier sur leurs motivations pour planter ces cultivars. Elle a ensuite prolongé son inventaire en 2014, pour le compléter, et elle l’a illustré par une affiche destinée en premier lieu aux habitants du village, afin de les sensibiliser à la diversité et donc à la richesse patrimoniale de leur terroir (Figures 21, 22).

313) Affiche des variétés « créoles » de Chiquilistlán

Figure 21 : Affiche ETB-MX-SBPR-2017-87

Figure 21 : Affiche ETB-MX-SBPR-2017-87

© R. Leal-Almaraz

32• Chiquilistlán/Guadalajara (Jalisco)
« Maíces criollos de Chiquilistlán », affiche créée par Renata Leal-Almaraz à la suite des inventaires réalisés par elle de 2008 à 2014, destinée à être diffusée dans le village pour attirer l’attention sur la richesse que représente la diversité des variétés cultivées au village
• Juin 2017 ; collecteurs Serge Bahuchet & Pauline Rameau, don de R. Leal-Almaraz
• Tirée en deux formats, 30 x 42 cm et 60 x 88 cm
• ETB-MX-SBPR-2017-087

Figure 22 : Examen de l’affiche par Concepción Martinez, l’un des agriculteurs interrogés au cours de l’inventaire (Limoncito, Chiquilistlán, 8/6/2017)

Figure 22 : Examen de l’affiche par Concepción Martinez, l’un des agriculteurs interrogés au cours de l’inventaire (Limoncito, Chiquilistlán, 8/6/2017)

© S. Bahuchet & P. Rameau

33D'autres études similaires ont été réalisées par la suite. Un travail mené en 2009 dans deux communautés indigènes du Veracruz par Gabriela Zurita, a été centré sur les choix économiques des paysans (Zurita Benavides 2009, Zurita Benavides et al. 2012). Une étude longitudinale comparative entre 1999 et 2011, a porté sur la dynamique de conservation des variétés dans un village du Yucatán (Fenzi et al. 2017). Une deuxième étude, toujours dans ce même village, a analysé le flux de semences, dynamique qui a permis de rétablir la diversité de maïs cultivés après un événement climatique extrême (Fenzi et al. 2021)

34Bien que la culture du maïs transgénique (OGM) soit actuellement interdite au Mexique, les grains qui sont commercialisés pour l’alimentation, importés des USA, peuvent être replantés par les paysans ou accidentellement mélangés aux semences locales, ce qui a provoqué une contamination du maïs natif, détectée dans plusieurs régions du pays (cf. Quist & Chapela 2001, Dyer et al. 2009). En réaction, de plus en plus de mouvements paysans et citoyens se développent, pour favoriser la culture et la conservation vivante des variétés locales, nativas, des maïs mexicains et s’opposer fermement à la culture des maïs OGM (Figure 23).

Figure 23 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : sous la tente de la réunion, un calicot affirme « Les OGM ne sont pas la solution »

Figure 23 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : sous la tente de la réunion, un calicot affirme « Les OGM ne sont pas la solution »

© S. Bahuchet

35L’un de ces groupes, particulièrement actif au Jalisco, est le RASA, Red de Alternativas Sustentables Agropecuarias « réseau des alternatives agropastorales durables ». Il réunit annuellement des paysans et des consommateurs autour du thème « Nuestro maiz; nuestra cultura », qui discutent des problèmes, dangers et réalisations, échangent leurs expériences, montrent leurs productions et la diversité des plantes cultivées (maïs, haricots, tomates et autres légumes...), en même temps que l’examen des maïs ayant été plantés antérieurement permet d’en évaluer les caractères et d’en prélever des semences pour ceux qui le souhaitent (Figures 24, 25).

Figure 24 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : discussions, échange d’expérience, et de semences

Figure 24 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : discussions, échange d’expérience, et de semences

© S. Bahuchet

Figure 25 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : visite des parcelles cultivées, discussion sur les diverses variétés et dons de graines

Figure 25 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : visite des parcelles cultivées, discussion sur les diverses variétés et dons de graines

© S. Bahuchet

364) Affiche pour la préservation des variétés « créoles » (RASA, 2010)

Figure 26 : Affiche ETB-MX-SB-2010B-018

Figure 26 : Affiche ETB-MX-SB-2010B-018

© elpueblodelmaiz.org

37• Ixtlahuacán de los Membrillo (Jalisco)
• Créé par le réseau RASA. « Un vrai Révolutionnaire défend son maïs », basé sur une photo historique de la Révolution de 1910.
• 21/11/2010 ; collecteur Serge Bahuchet
• 33 x 47 cm
• ETB-MX-SB-2010B-018

L’agriculture

Figure 27 : Maïs de plaine et maïs de coteau (Champs de Don Roberto, Chiquilitzli, Chiquilistlán, Jalisco, 18/8/2017)

Figure 27 : Maïs de plaine et maïs de coteau (Champs de Don Roberto, Chiquilitzli, Chiquilistlán, Jalisco, 18/8/2017)

Dans la plaine, au premier plan, les maïs améliorés destinés à la nourriture animale et à la vente. Sur les coteaux pierreux, les coamiles avec les maïs criollos destinés à l’alimentation humaine.

© S. Bahuchet

38Deux modes de culture contrastés du maïs coexistent au Mexique, auxquels correspondent des outils différents (Figure 27). Dans les vallées, les variétés modernes, améliorées, sont cultivées intensivement avec des machines agricoles, charrues attelées ou tracteurs, et des intrants, en vue de leur commercialisation.

  • 4 « Coamil (sing.) : (Del azt. cuahuitl, árbol, y milli, heredad.) m. Huerta con arboleda. Usual prin (...)
  • 5 C’est cette association des trois plantes qui constitue l’archétype de la milpa.

39Sur les coteaux et les pentes inaccessibles aux machines, ou même dans les plaines au sol très caillouteux, c’est la culture à la main qui est d’usage. Y sont semées les variétés locales, « natives » (nativas) ou « créoles » (criollas), dans des parcelles de taille limitées, qui fournissent l’alimentation de la famille. Ces lieux de culture sont nommés coamiles4 ou bien milpa, et le maïs est souvent associé à d’autres plantes avec qui il entretient une relation d’entraide, principalement des haricots et des courges : les haricots prennent appui sur la tige du maïs, et les grandes feuilles des courges couvriront le sol et maintiendront son humidité5 (Figure 28). Les variétés de maïs y sont mélangées. Ayant des rythmes de croissance différents et des capacités variées de résistance aux maladies ou aux aléas climatiques, ce mélange augmente la productivité du champ.

Figure 28 : Association des trois plantes dans la milpa de Don Miguel (1/8/2017, Chiquilistlàn, Jalisco)

Figure 28 : Association des trois plantes dans la milpa de Don Miguel (1/8/2017, Chiquilistlàn, Jalisco)

Pousses de haricots (Phaseolus vulgaris) et de courge (Cucurbita pepo), au pied de deux tiges de maïs (Zea mays)

© P. Rameau

40Généralement des jardins sont aménagés dans le village, à côté de l’habitation, ce sont les solares. On y plante des variétés locales de maïs criollos ou nativos, des haricots, des courges, des piments, des Physalis ixocarpa (Solanaceae, tomatillos), tous ingrédients que l’on doit avoir sous la main pour la cuisine quotidienne (Figures 29, 62).

Figure 29 – Les solares à Chiquilistlán (Jalisco), Juillet 2017

Figure 29 – Les solares à Chiquilistlán (Jalisco), Juillet 2017

Solares de Lauro Cordena (qui cueille des feuilles de maïs) et de Luis Medina.

© S. Bahuchet

La journée au champ

L’équipement du paysan

41Le paysan se rend quasi-quotidiennement dans ses parcelles cultivées, souvent en montant une mule (Figures 30, 31) et accompagné de ses chiens. Il porte sa machette, une gourde d’eau, une musette à l’épaule et se protège du soleil par le fameux sombrero mexicain !

Figure 30 : « Subiendo al coamil », Don Lauro et ses fils partent aux champs (9/9/2017, Chiquilistlàn, Jalisco)

Figure 30 : « Subiendo al coamil », Don Lauro et ses fils partent aux champs (9/9/2017, Chiquilistlàn, Jalisco)

© P. Rameau

Figure 31 a et b : Selle de mule harnachée, avec la machette dans son fourreau, exposée dans la Galerie de l’Homme ETB-MX-AB-2014-001 (la selle), ETB-MX-SB-2014-070 (la machette), ETB-MX-PR-2014-101 (fourreau)

Figure 31 a et b : Selle de mule harnachée, avec la machette dans son fourreau, exposée dans la Galerie de l’Homme ETB-MX-AB-2014-001 (la selle), ETB-MX-SB-2014-070 (la machette), ETB-MX-PR-2014-101 (fourreau)

Selle provenant de San Miguel et machette de Mascota (Jalisco), fourreau provenant de Oaxaca.

© J.-C. Domenech-MNHN, (vitrine) © S. Bahuchet

425) Machette dans son fourreau (machete y frenda)

Figure 32 : Machette dans son fourreau ETB-MX-SB-2012-23a et b

Figure 32 : Machette dans son fourreau ETB-MX-SB-2012-23a et b

© P. Rameau

43• Guadalajara (Jalisco), achat en quincaillerie
• Lame en métal, manche en matière plastique, fourreau en cuir
• 2/4/2012 ; collecteur Serge Bahuchet
• 55 x 13 cm
• ETB-MX-SB-2012-023a et b

Figure 33 : Mule harnachée avec la machette dans un fourreau de fabrication domestique, en bâche cousue (15/4/2010, Cuzalapa, Jalisco)

Figure 33 : Mule harnachée avec la machette dans un fourreau de fabrication domestique, en bâche cousue (15/4/2010, Cuzalapa, Jalisco)

© S. Bahuchet

446) Fourreaux de machette (funda de piel)

Figure 34 : Fourreaux de machette ETB-MX-SB-2018-019 et ETB-MX-PR-2014-177

Figure 34 : Fourreaux de machette ETB-MX-SB-2018-019 et ETB-MX-PR-2014-177

En cuir cousu, fabriqués localement, par les bourreliers, fabricants de selles
À gauche : ETB-MX-SB-2018-019, Quincaillerie dans le quartier Merced, CDMX, 19/4/2018, collecteur Serge Bahuchet
À droite : ETB-MX-PR-2014-177, San Cristobal (Chiapas), fabriqué à Comitan de Dominguez, 7/12/2014, collectrice Pauline Rameau

© S. Bahuchet

Les récipients pour porter l’eau aux champs

45L’eau à boire est contenue dans des gourdes en fruits secs de calebasse Lagenaria siceraria (Molina) Standl. (Cucurbitaceae, Figure 35), fréquemment pourvus d’une partie renflée et d’un col plus ou moins ventru, en forme de bouteille ; en général on le bouche avec un morceau de rafle de maïs. Ces gourdes peuvent être nues, avec une simple ficelle pour les porter ou les suspendre, ou enveloppées dans une résille, qui les protège contre les chocs, ce fruit étant très cassant. Beaucoup cultivent des gourdes dans leur jardin, mais on en trouve dans tous les commerces (Figure 36).

Figure 35 : Lagenaria cultivées au Jardin des Plantes en 2019

Figure 35 : Lagenaria cultivées au Jardin des Plantes en 2019

© S. Bahuchet

Figure 36 : Gourdes au marché de Colima (21/4/2010)

Figure 36 : Gourdes au marché de Colima (21/4/2010)

© S. Bahuchet

467) Gourdes nues

Figure 37 : Gourdes nues ETB-MX-SB-2015-003 et ETB-MX-SB-2014-018

Figure 37 : Gourdes nues ETB-MX-SB-2015-003 et ETB-MX-SB-2014-018

À gauche : ETB-MX-SB-2015-003, Xoxocotle (Morelos), Ø 13, H 20 cm, 24/8/2015, achat en jardinerie
À droite : ETB-MX-SB-2014-018, Talpa de Allende (Jalisco), Ø 12, H 22 cm, 17/4/2014

© P. Rameau

478) Gourdes protégées

Figure 38 : Gourdes protégées ETB-MX-SB-2010A-024 et ETB-MX-SBPR-2017-081

Figure 38 : Gourdes protégées ETB-MX-SB-2010A-024 et ETB-MX-SBPR-2017-081

À gauche : ETB-MX-SB-2010A-024, Gourde et son filet en fibres d’agave, bouchon en rafle de maïs, Cuzalapa (Jalisco), 35 cm Ø 16, 15/4/2010
À droite : ETB-MX-SBPR-2017-081, Gourde protégée (at tecomate) par une corde en écorce de jonote (Heliocarpus donnelsmithii, Malvaceae), bouchon de bois, Cuetzatlan (Puebla), Nahua, Ø 10 H 17, 22/9/2017

© P. Rameau

489) Bouteille pour l’eau

Figure 39 : Bouteille pour l’eau ETB-MX-PR-2018-006

Figure 39 : Bouteille pour l’eau ETB-MX-PR-2018-006

© P. Rameau

49• Chiquilistlán (Jalisco)
• Matière plastique, boutique rigide de 2 l. ; s’accroche à la selle de la mule
• 17/4/2018 ; collectrice Pauline Rameau, don Lauro Cordena
• H 34 ø 9,5 cm
• ETB-MX-PR-2018-006

Les chapeaux (sombreros)

50Les sombreros sont disponibles dans de nombreuses boutiques comme sur les marchés ; ils peuvent aussi être confectionnés par certains vanniers spécialisés, qui sont en même temps cultivateurs (Figure 41). Les larges chapeaux, tressés (Figures 40, 42) ou cousus (Figure 43), protègent le paysan du soleil, et quelquefois d’une averse, lors des longues journées dans les champs.

5110) Chapeau (sombrero de otate)

Figure 40 : Chapeau ETB-MX-PR-2018-007

Figure 40 : Chapeau ETB-MX-PR-2018-007

© P. Rameau

52• Chiquilistlán (Jalisco)
• Bambou otate (Otatea accuminata, Poaceae) sur armature de fer, à l’intérieur une bande de simili cuir. Confectionné par Lauro Cordena
• 17/4/2018 ; collectrice Pauline Rameau, don de Lauro Cordena
• 42 x 38 x 15 cm
• ETB-MX-PR-2018-007

Figure 41 : Atelier de tressage des chapeaux par Don Lauro, qui en commence un nouveau, et son fils, qui affine les brins d’otate (Chiquilistlán, Jalisco, 29/8/2017)

Figure 41 : Atelier de tressage des chapeaux par Don Lauro, qui en commence un nouveau, et son fils, qui affine les brins d’otate (Chiquilistlán, Jalisco, 29/8/2017)

© P. Rameau

5311) Chapeau de soleil

Figure 42 : Chapeau ETB-MX-SB-2018-016

Figure 42 : Chapeau ETB-MX-SB-2018-016

© S. Bahuchet

54• Teotihuacan (État de Mexico)
• Palme tressée (probablement Brahea dulcis, Arecaceae), cordon en laine
• 18/4/2018 ; collecteur Serge Bahuchet
• 45 x 32 x 14 cm
• ETB-MX-SB-2018-016

5512) Chapeau (sombrero)

Figure 43 : Chapeau ETB-MX-SB-2010A-041

Figure 43 : Chapeau ETB-MX-SB-2010A-041

© S. Bahuchet

56• Guadalajara (Jalisco)
• En palme cousue
• Avril 2010 ; collecteurs Françoise Aubaile et Serge Bahuchet
• 49 x 40 x 15 cm
• ETB-MX-SB-2010A-041

Les manteaux de pluie

57En sus du couvre-chef, le costume classique du paysan comporte (ou comportait) une cape réalisée avec des folioles de palmier, qui le protège des pluies. Toujours disponibles dans les quincailleries locales (Figure 44), ces manteaux de pluie sont surtout, de nos jours, employés au cours des fêtes votives calendaires, dans les communes (Figure 45).

Figure 44 : Démonstration du port du manteau de pluie par le quincailler lui-même (23/8/2015, Zacatlán, Puebla)

Figure 44 : Démonstration du port du manteau de pluie par le quincailler lui-même (23/8/2015, Zacatlán, Puebla)

© S. Bahuchet

Figure 45 : Danses avec les manteaux de pluie au cours des fêtes du Corpus Christi à Cherán (Michoacán, 14/6/2017)

Figure 45 : Danses avec les manteaux de pluie au cours des fêtes du Corpus Christi à Cherán (Michoacán, 14/6/2017)

© P. Rameau

Figure 46 : Aspect des palmes du Brahea dulcis (Arecaceae)

Figure 46 : Aspect des palmes du Brahea dulcis (Arecaceae)

Deux palmiers mexicains sont très communément employés pour la vannerie, Brahea dulcis et Sabal mexicana, dont les feuilles présentent un aspect similaire. Les deux espèces peuvent être utilisées pour tresser les capes de pluie.

Extrait de O. de Kerchove, 1878, Les palmiers. Histoire iconographique, planche XXIX

58Le nouage est subtil. La première rangée de folioles est accrochée sur une corde. La foliole est repliée sur elle-même autour de la corde, et repasse en boucle par un nœud « en tête d’alouette » (Figure 47). Chaque foliole est divisée en trois brins : l’un part vers l’extérieur pour créer la protection, deux se divisent vers la droite et vers la gauche, pour servir d’accroche aux palmes du rang suivant. Les brins résultant des deux palmes contiguës du rang supérieur sont noués l’un à l’autre pour permettre l’accroche de la foliole suivante, par une boucle.

Figure 47 : Détail de l’attache des folioles des palmes : nœud d’accroche « tête d’alouette » (sur spécimen ETB-MX-SB-2015-025, § 14)

Figure 47 : Détail de l’attache des folioles des palmes : nœud d’accroche « tête d’alouette » (sur spécimen ETB-MX-SB-2015-025, § 14)

© S. Bahuchet

5913) Manteau de pluie (china)

Figure 48 : Manteau de pluie ETB-MX-SB-2013-035

Figure 48 : Manteau de pluie ETB-MX-SB-2013-035

Détails du manteau ETB-MX-SB-2013-035 : B. les nœuds face intérieure, C. la ligne supérieure et D. la ligne inférieure.

© N. Idalie

60• Achat à Guadalajara, origine Zacatecas
• En palmes tressées
• 10/4/2013 ; collecteur Serge Bahuchet
• Longueur 93 cm
• ETB-MX-SB-2013-035

6114) Manteau de pluie (tapizayo)

Figure 49 : Manteau de pluie ETB-MX-SB-2015-025

Figure 49 : Manteau de pluie ETB-MX-SB-2015-025

© N. Idalie

62• Zacatlán (Puebla), achat en quincaillerie
• En palmes tressées
• 23/8/2015 ; collecteur Serge Bahuchet
• Longueur 145 cm
• ETB-MX-SB-2015-025

6315) Manteau de pluie

Figure 50 : Manteau de pluie nahua MNHN-E-2002.1.37

Figure 50 : Manteau de pluie nahua MNHN-E-2002.1.37

Détails du manteau MNHN-E-2002.1.37 : B. l’accroche supérieure, C. l’aspect de l’intérieur et D. la frange inférieure. Ce nœud (C) est identique à celui des capes §§ 13 et 14, il est simplement inversé : on voit à l’intérieur la boucle qui est à l’extérieur dans les deux autres manteaux.

© N. Idalie

  • 6 Deux manteaux de pluie Nahua des anciennes collections du Musée de l’Homme sont désormais conservés (...)

64• Nahua. Pahuatlán (Puebla) 6
• En palme ; Sierra Norte de Puebla
• Date inconnue (vers 1955) ; collecteur Guy Stresser-Péan
• Longueur 102 cm
• MNHN-E-2002.1.37

Sacs et musettes (morrales)

65Devant travailler plusieurs heures dans sa parcelle, le paysan emporte avec lui, outre de quoi se désaltérer (voir ci-dessus §§ 6-8), dans des sacs, besaces ou musettes ce qu’il faut pour improviser un feu de bois où réchauffer les tortillas préparées le matin (Figure 51). Lieu de vie et de partage, on peut même y dormir en cas d’intempérie ou de longues journées de travail, et lorsque cela est possible, s’y rassembler pour les fêtes.

66Ces morrales peuvent aussi servir de contenant pour les grains de maïs et de haricots lors des semis.

Figure 51 : « La comida de la parcela » (9/2017, Chiquilistlán, Jalisco)

Figure 51 : « La comida de la parcela » (9/2017, Chiquilistlán, Jalisco)

© P. Rameau

6716) Boîtes d’allumettes

Figure 52 : Boîtes d’allumettes ETB-MX-RGA-2018-022 et 023

Figure 52 : Boîtes d’allumettes ETB-MX-RGA-2018-022 et 023

À gauche, allumettes MAYA (ETB-MX-RGA-2018-022), à droite Jaguares (ETB-MX-RGA-2018-023), Ville de Mexico, 7 x 4 x 1 cm, collecteur Ruben García Andrade

© P. Rameau

6817) Musettes, sacs à nourriture tissés

Figure 53 : Musettes ETB-MX-SBPR-2017-080 et ETB-MX-PR-2016-007

Figure 53 : Musettes ETB-MX-SBPR-2017-080 et ETB-MX-PR-2016-007

À gauche : Nahua. Cuetzatlan (Puebla) ; fibres d’agave tissées, 42 x 35 cm, 22/9/2017, ETB-MX-SBPR-2017-080
À droite : bolsa de ixtle. Nahua. Sierra Norte de Puebla ; fibres d’agave tissées, 32 x 25 cm, 2016, don d’Alvaro Salgado, ETB-MX-PR-2016-007

© S. Bahuchet et P. Rameau

69Le motif est imprimé avec un tronçon de bois fendu en quatre. Bien que collectés en des endroits différents, ces deux sacs similaires semblent provenir du même atelier. La bandoulière est une tresse de fibres d’agaves, qui est cousue à l’intérieur sur une dizaine de centimètres.

7018) Sac à nourriture (morral)

Figure 54 : Sac à nourriture ETB-MX-SBPR-2017-202

Figure 54 : Sac à nourriture ETB-MX-SBPR-2017-202

© P. Rameau

71• Nahua. Cuetzatlan (Puebla), quincaillerie
• Fibre d’agave yute, tissée
• 22/9/2017 ; collecteurs Pauline Rameau et Serge Bahuchet
• 43 x 37 cm
• ETB-MX-SBPR-2017-202

7219) Filets à nourriture (redes)

Figure 55 : Filets à nourriture ETB-MX-PR-2014-200 et 201

Figure 55 : Filets à nourriture ETB-MX-PR-2014-200 et 201

A, B : ETB-MX-PR-2014-200, et détail des mailles au fond du filet
C, D : ETB-MX-PR-2014-201, et détail des mailles et de l’attache. En haut, a et b : ETB-MX-PR-2014-200, San Cristobal (Chiapas), fil de coton de Merida blanc, tressé ; 28 x 42 cm, 13/12/2014
En bas, c et d : ETB-MX-PR-2014-201, San Cristobal de las Casas (Chiapas), fil de coton teint avec sangle de cuir ; 41 x 20 cm, 13/12/2014, collectrice Pauline Rameau

© P. Rameau et S. Bahuchet

73Ces deux filets sont extensibles. C’est une sorte de tressage en tube, avec une maille en boucle (nommée Linked hourglass looping en anglais, cf. Seiler-Baldinger 1994: 15-16).

7420) Filet à nourriture (red)

Figure 56 -Filet à nourriture ETB-MX-PR-2014-134 et détail des mailles et de la boucle

Figure 56 -Filet à nourriture ETB-MX-PR-2014-134 et détail des mailles et de la boucle

© P. Rameau et S. Bahuchet

75• San Pedro Cajonos (Oaxaca), au marché
• Corde de fibres d’agave ixtle, torsadée et tressée, avec deux anneaux noués pour passer une bandoulière
• 21/12/2014 ; collectrice Pauline Rameau
• 50 x 30 cm
• ETB-MX-PR-2014-134

76Les mailles sont similaires à celles des filets de coton (§ 19), mais beaucoup plus grandes, de telle sorte que le tressage de la corde a pu être réalisé à la main.

7721) Besace, filet à nourriture avec bretelle à coulisse, morral

Figure 57 : Besace ETB-MX-PR-2014-206 et détail du fond

Figure 57 : Besace ETB-MX-PR-2014-206 et détail du fond

© P. Rameau et S. Bahuchet

78• San Cristobal de las Casas (Chiapas)
• Corde de fibre d’agave ixtle, 5 anneaux de métal pour la coulisse. Le fond est conique, avec des nœuds en boucle fixés sur une corde en spirale. Les boucles du filet, en « sablier » (cf. § 19), partent sur le dernier rang du cône, qui d’ailleurs est le point de départ du tressage
• 13/12/2014 ; collectrice Pauline Rameau
• 45 x 25 cm
• ETB-MX-PR-2014-206

Le travail dans les champs

79En ce qui concerne l’agriculture et les outils associés, nous nous inspirons de Bonfil Batalla (2012). Présentant les outils, celui-ci distingue les étapes du travail du système agricole de la manière suivante (Bonfil 2012 : 54-55) :

80- Préparation du terrain
- Nettoyage du terrain
- Labour
- Semailles
- Travail sur les cultures
- Récolte
- Transport
- Magasinage.

81Dans les présentations qui vont suivre, nous regrouperons certaines de ses étapes. Certains outils sont à usages multiples et interviennent à diverses périodes, en particulier les outils coupants (machettes, serpes) qui servent à la préparation et au nettoyage. D’autres sont beaucoup plus spécifiques, les houes-bêches coas pour les semis et les couteaux-éplucheurs piscalones pour la récolte. Les contenants, paniers, hottes, sacs, sont aussi à usages multiples, bien qu’ils interviennent d’une manière inévitable pour certaines étapes du système agricole (récolte, transport).

La préparation et le nettoyage du terrain

Désherbage

82Machettes et serpes, emmanchées ou non, sont les outils à tout faire pour gérer la végétation, et notamment pour nettoyer le terrain avant les semis.

8322) Serpes (casangas)

Figure 58 : Serpes ETB-MX-PR-2018-009 et ETB-MX-SB-2010A-026

Figure 58 : Serpes ETB-MX-PR-2018-009 et ETB-MX-SB-2010A-026

À gauche : ETB-MX-PR-2018-009, Sayula (Jalisco), L 46,5 cm, 20/4/2018
À droite : ETB-MX-SB-2010A-026, Cuautitlán (Etat de México), L 45 cm, 16/4/2010

© P. Rameau

84Le fer peut être simplement tenu à la main ou bien être emmanché. La plupart des lames agricoles utilisées au Jalisco sont forgées à Sayula ou à Ayutla.

Figure 59 : La serpe permet aussi des travaux minutieux, comme nettoyer une feuille de nopal (cactus) de ses épines (Don Lauro, Agua Prieta, Chiquilistlán, Jalisco, 8/7/2017)

Figure 59 : La serpe permet aussi des travaux minutieux, comme nettoyer une feuille de nopal (cactus) de ses épines (Don Lauro, Agua Prieta, Chiquilistlán, Jalisco, 8/7/2017)

© P. Rameau

8523) Serpe (guardaña)

Figure 60 : Serpe ETB-MX-FGTG-2021-002

Figure 60 : Serpe ETB-MX-FGTG-2021-002

© S. Bahuchet

86• P’urhépecha ; Cherán (Michoacán)
• Fer mince forgé ; à la fois pour désherber et pour couper les feuilles du maïs (cf. § 36)
• 21/6/2021 ; collecteurs Florencia Grisanti et Tito González García (Ritual Inhabitual)
• 38x 13 x ø 3cm, épaisseur du métal 2 mm
• ETB-MX-FGTG-2021-002

Préparation du sol et labour

87La préparation du sol du champ se déroule de manières très différentes selon qu’il se trouve sur les coteaux ou en plaine, et selon sa superficie.

88Sur les coteaux, dans les coamiles, la disposition, la pente et souvent l’empierrage rendent l’utilisation de machines agricoles quasi-impossible, et dans ce cas le paysan travaillera avec sa houe ou sa coa (voir ci-après). En revanche, en plaine, l’usage de charrue ou d’araire attelés à un âne ou une mule est fréquent, de même que celui de tracteurs pour les productions plus intensives sur des très grandes parcelles.

89Dans les jardins (solares), ce sont les houes qui servent à prépare la terre et à entretenir la parcelle.

Les houes

90Dans certaines régions où l’on cultive plus en plaine que sur les coteaux, on emploie des houes. L’exemple qui nous a été rapporté est celui de Cherán dans la communauté p’urhépecha, où la houe azadón est utilisée pour labourer la terre et la préparer pour semer (Florencia Grisanti & Tito González García, comm. pers. 21/6/21). Elisabeth Motte-Florac, dans son étude très complète sur le maïs chez les P’urhépecha de la Sierra Tarasca précise que la houe « est utilisée pour les travaux dans les solares et dans les terrains de superficie limitée », alors que le « bâton-plantoir » coa « continue à être parfois utilisé dans les terrains très pentus et de surface réduite. » (Motte-Florac 1988 : 61), l’outil usuel étant l’araire.

9124) Fer de houe (azadón)

Figure 61 : Fer de houe ETB-MX-FGTG-2021-001

Figure 61 : Fer de houe ETB-MX-FGTG-2021-001

© S. Bahuchet

92• P’urhépecha ; Cherán (Michoacán)
• Fer forgé ; à douille fermée, s'enfile à l’extrémité d’un manche de bois et se fixe avec un clou à travers une fente ; pour labourer la terre et la préparer pour semer dans les jardins solares, et pour les désherber (Figure 62)
• 21/6/2021 ; collecteurs Florencia Grisanti et Tito González García (Ritual Inhabitual)
• 20 x 11 x 11 cm
• ETB-MX-FGTG-2021-001

Figure 62 – Désherbage et buttage à la houe des plants de maïs dans le jardin (Cherán, Michoacán, juillet 2021)

Figure 62 – Désherbage et buttage à la houe des plants de maïs dans le jardin (Cherán, Michoacán, juillet 2021)

On remarque les épis de maïs suspendus sous le toit de la grange.

© Ritual Inhabitual

9325) Houe emmanchée (coa)

Figure 63 : Houe à fer asymétrique ETB-MX-PR-2014-107

Figure 63 : Houe à fer asymétrique ETB-MX-PR-2014-107

© S. Bahuchet

94• Talea de Castro, Sierra Norte de Oaxaca (Oaxaca) ; achat dans la rue
• Fer, bois ; fixation à collet ; le manche est coudé mais la lame, perpendiculaire au manche, est asymétrique, ressemblant ainsi à certaines coas (cf. § 27)
• 18/11/2014 ; collectrice Pauline Rameau
• Longueur du manche 75 cm ; fer 25,5 x 16 cm
• ETB-MX-PR-2014-107

Araire et charrue

95C’est la forme qui distingue les deux instruments : l’araire est fait d’un soc placé au bout d’un axe rectiligne, le dental (ou sep) ; c’est un appareil symétrique qui gratte ou ouvre le sol, en surface et rejette, sur les deux côtés de la raie, la terre déplacée et émiettée par le soc (Figures 64-66).

96Inversement, la charrue est asymétrique. Son soc n’est pas symétrique et la bande de terre qu’il découpe horizontalement est plus large d’un côté de l’appareil que de l’autre. La terre ainsi soulevée est rejetée et versée de ce même côté par une large lame axillaire, le versoir (Figures 67, 68) ; cf. les définitions dans Haudricourt & Jean-Bruhnes Delamarre 1955 : 14-17).

97Les deux instruments, araire et charrue, sont originaires d’Europe et ont été introduits lors de la colonisation espagnole. À l’évidence, l’araire a été apporté par les premiers colons, la charrue ultérieurement. Les communautés contemporaines qui utilisent l’araire témoignent donc d’une pratique plus ancienne de la culture attelée.

Figure 64 : Un araire en vente à la quincaillerie (Guadalajara, Jalisco, 2/4/2012)

Figure 64 : Un araire en vente à la quincaillerie (Guadalajara, Jalisco, 2/4/2012)

Cet araire a été soudé sur place. On en distingue clairement le soc et dans ce cas deux ailes latérales y ont été fixées, toujours symétriquement.

© S. Bahuchet

Figure 65 : Araire (Talea de Castro, Sierra Norte de Oaxaca, 18/11/2014)

Figure 65 : Araire (Talea de Castro, Sierra Norte de Oaxaca, 18/11/2014)

Il s’agit d’un araire manche-sep, dont le manche et le sep, ou dental, sont une seule pièce de bois, sur laquelle le soc et le timon sont fixés. Le timon est la pièce par où s’exerce la traction de l’instrument, qui est guidé par le mancheron.

© P. Rameau

9826) Maquette d’araire arado

Figure 66 : Maquette d’araire ETB-MX-SBPR-2014-012

Figure 66 : Maquette d’araire ETB-MX-SBPR-2014-012

© P. Rameau

99• Guadalajara (Jalisco), achat en brocante
• Bois, lame de métal pour le soc
• 16/12/2014 ; collecteurs Pauline Rameau et Serge Bahuchet
• 55,5 x 11 x 3 cm
• ETB-MX-SBPR-2014-012

100Il s’agit d’un modèle « d’araire dental » : le mancheron unique est encastré dans le dental, à l’arrière du timon, lui-même également encastré dans le dental (Haudricourt & Jean-Brunhes Delamare 1955 : 144)

10127) Jouet-maquette de charrue

Figure 67 : Jouet-maquette de charrue ETB-MX-SB-2014-071

Figure 67 : Jouet-maquette de charrue ETB-MX-SB-2014-071

On distingue le versoir et la roue qui correspond à l’avant-train.

© P. Rameau

102• Mascota (Jalisco)
• Fer forgé et soudé
• 13/12/2014 ; collecteur Serge Bahuchet
• 20 x 11 x 3 cm
• ETB-MX-SB-2014-071

Figure 68 – Labour à la charrue dans la milpa de Don Camilo (Chiquilistlán, Jalisco, 11/7/2017) : en métal, sans avant-train

Figure 68 – Labour à la charrue dans la milpa de Don Camilo (Chiquilistlán, Jalisco, 11/7/2017) : en métal, sans avant-train

© P. Rameau

Les semailles

103On trouve un joli petit texte sur les semailles dans l’Histoire naturelle de la Nouvelle Espagne de Francisco Hernández, écrit entre 1570 et 1577, mais publié en latin seulement en 1651 :

  • 7 Se siembra en marzo, arrojando cuatro o cinco granos en hoyos distantes un paso entre sí, y vuelve (...)

« On sème en mars, plaçant quatre ou cinq grains dans des trous espacés d’un pas, on ressème de nouveau en novembre, décembre et janvier, travaillant à nouveau la terre (…) on récolte plus tard ou plus tôt et on les garde [les grains] égrenés7. » Chapitre XL sur le Maïs (Tlaolli) (traduit par nous de Barros & Buenrostro 2007 : 92).

Les coas, outils aratoires

104La coa est un outil agricole, proche d’une bêche, constitué d’une pointe métallique emmanchée. C’est un instrument original qui s’emploie en percussion lancée verticale ou légèrement oblique, punctiforme, le poids de la lame augmentant sa force. Il se situe entre le bâton à fouir avec une pointe renforcée, un plantoir, bien que le fer soit en général élargi et non une simple pointe, et une bêche mais il ne déplace pas la terre et l’on n’enfonce pas la lame en s’aidant d’un repose-pied (voir aussi Haudricourt 1987 : 115, 120).

105La coa est utilisée pour semer en saison des pluies dans les terres dures de montagne, aussi appelées coamiles, inaccessibles aux engins mécanisés. Toutefois cet outil peut aussi être utilisé en plaine pour former le trou où seront déposées les semences, recouvertes à l’aide du pied. Très souvent on loge dans le poquet entre 2 et 5 graines de maïs accompagnées d’une semence de haricot (Figure 69).

Figure 69 : « Sembrando » : usage de la coa pour planter les semences, ici contenues dans une large bouteille de plastique. (21/6/2018, Chiquilistlán, Jalisco)

Figure 69 : « Sembrando » : usage de la coa pour planter les semences, ici contenues dans une large bouteille de plastique. (21/6/2018, Chiquilistlán, Jalisco)

© P. Rameau

106L’instrument est antérieur à l’arrivée des Espagnols. On en trouve deux représentations dans le Codex Florentin de Bernardo de Sahagun, au folio 72 du Quatrième livre. Ces images ne correspondent pas au texte qui les entoure, et de ce fait elles ne sont pas expliquées par une légende. La première, les semailles, montre un Aztèque tenant un bâton à fouir dans sa main gauche, et semant de sa main droite des grains dans le trou creusé ; il porte au cou un grand sac de toile que l’on pense contenir les semences (Figure 70). La deuxième image montre le cultivateur agenouillé creusant au pied des hautes tiges de maïs, probablement pour les désherber ? La troisième illustre la récolte des épis par deux hommes.

Figure 70 : Les semis, d’après B. de Sahagun (Codex Florentin, 4e livre, F° 72)

Figure 70 : Les semis, d’après B. de Sahagun (Codex Florentin, 4e livre, F° 72)

107Sahagun emploie à plusieurs reprises le mot coa dans son texte, sans l’expliquer ni le mettre en contexte agricole (ce qui laisse à penser que ce terme était d’usage général à cette époque, compréhensible par tout Espagnol).

108Ce mot coa ne semble pas avoir une origine bien définie. Il est bien présent dans l’espagnol du Mexique actuel, ainsi dans le Diccionario del español de México (qui reprend textuellement la définition du Diccionario del español usual en México de Luis Fernando Lara, 1996) :

  • 8 Instrument agricole qui ressemble à une houe, composé d’un long manche de bois avec un fer terminé (...)

Coa : s f Instrumento de labranza parecido al azadón, compuesto por un mango largo de madera unido a una pala de hierro terminada en punta, con uno de sus lados rectos y el otro curvo.8

109Le Diccionario de Mexicanismos de Francisco Santamaría (2000) le définit ainsi :

  • 9 Instrument agricole qui sert à creuser, comme la pelle. Il consiste en une pièce, plus ou moins tri (...)

Coa. Instrumento de labranza que sirve para cavar, como la pala. Consiste en une pieza, más o menos triangular, a modo de pala plana o ligeramente acanalada, de hiero grueso y con algùn filo en la línea de la base ; con mango largo y pesado, como asta, con el cual se maneja estando uno en pie.9

110Le Diccionario de mejicanismos (Ramos I Duarte 1898) est plus ambigu, qui indique des régions particulières pour ce terme, avec des synonymes locaux :

  • 10 Coa : instrument de travail agricole, comme une houe. Tarécua : Il existe un instrument agricole av (...)
  • 11 Actuellement, les coas ne sont plus en usage chez les P’urhépecha, et tarekwa désigne désormais l’a (...)

Coa (Yucatan, Méjico, Michoacan), sf. : Instrumento de labor agrícola, a manera de hoz
Chuzo (Michoacan). sm., Coa: instrumento de labranza.
Tarécua (Hidalgo i Guerrero), sf. : Zapato viejo. Hay un instrumento agrícola con una punta corva i afilada por amboa lados, que en Yucatán llaman coa, i en Michoacán tarécua; término derivado del tarasco tarhekua, instrumento con que se cava ó labra la sementera, de tarheni, cavar ó labrar el campo.1011

111Le Dictionnaire de la langue nahuatl ou mexicaine de Rémi Siméon (1885, consultable en ligne), donne le terme nahuatl :

  • 12 Le Diccionario de Mexicanismos de Santamaría réfère à une étymologie nahuatl différente : « coahuit (...)

Coahuacatl : Bâton à fouir. 'huictli' ou 'coahuacatl', instrument qui servait pour le labourage. Il avait la forme d'un bâton dont l'une des extrémités était élargie et un peu coudée. (…)12

112Avec l’explication suivante :

« Coa, instrument aratoire fait d'une lame de métal sans rebord, rectiligne d'un côté, courbe de l'autre, et d'un manche en bois. L'instrument ancien était sans doute tout en bois ou avec une lame en pierre. La coa sert à faire des trous dans le sol dans lesquels sont enfoncés les graines. »

  • 13 Deux autres coas à lame asymétrique, collectées par Guy Stresser-Péan, sont conservées au Musée du (...)

113La description, répétée, d’une lame avec un côté rectiligne et un autre courbe, correspond peu ou prou au dessin du Codex. De nos jours, les formes des lames que l’on trouve dans diverses régions diffèrent. Certaines lames sont en effet asymétriques, en demi-cœur, avec la pointe dans l’axe du manche, le tranchant étant latéral13 (§ 28, Figure 72). D’autres sont lancéolées, pointues et symétrique, larges ou au contraire plus étroites ; les fers sont dans l’axe du manche (§§ 29-32, Figures 71, 73-76).

Figure 71 : Deux coas lancéolées dans la grange (Jalpa, Chiquilistlán, Jalisco, 7/6/2017)

Figure 71 : Deux coas lancéolées dans la grange (Jalpa, Chiquilistlán, Jalisco, 7/6/2017)

© S. Bahuchet

Lame asymétrique

11428) Fer de bêche (coa)

Figure 72 : Fer de coa asymétrique ETB-MX-SB-2010A-001

Figure 72 : Fer de coa asymétrique ETB-MX-SB-2010A-001

© P. Rameau

115• Xochimilco (CDMX)
• Fer forgé devant être emmanché
• 5/4/2010 ; collecteur Serge Bahuchet
• 30 x 14 cm
• ETB-MX-SB-2010A-001

Lame symétrique

11629) Bêches coa lancéolées

Figure 73 : Coas à lame symétrique ETB-MX-SB-2010A-029, ETB-MX-SB-2012-019 et ETB-MX-SB-2014-013

Figure 73 : Coas à lame symétrique ETB-MX-SB-2010A-029, ETB-MX-SB-2012-019 et ETB-MX-SB-2014-013

À gauche : ETB-MX-SB-2010A-029, Autlán (Jalisco), 29,5 x 10 cm, 20/4/2010
Au centre : ETB-MX-SB-2012-019, Guadalajara (Jalisco), 36 x 11 cm, 2/4/2012
À droite : ETB-MX-SB-2014-013, Mascota (Jalisco), 28,5 x 10,5 cm, 7/4/2014

© P. Rameau

11730) Bêche coa emmanchée

Figure 74 : Coa emmanchée ETB-MX-SBPR-2014-011

Figure 74 : Coa emmanchée ETB-MX-SBPR-2014-011

© J.-C. Domenech

118• Guadalajara (Jalisco), achat en brocante.
• Bêche en métal, manche en bois
• 16/12/2014 ; collecteurs Serge Bahuchet et Pauline Rameau
• ETB-MX-SBPR-2014-011 (Exposition permanente Galerie de l’Homme)

11931) Lame de plantoir-bêche (coa sembradora)

Figure 75 : Lame de plantoir-bêche ETB-MX-PR-2014-211

Figure 75 : Lame de plantoir-bêche ETB-MX-PR-2014-211

© P. Rameau

120• Guadalajara (Jalisco), achat en brocante
• Fer. Ce petit fer, bien qu’épais, est plus un plantoir qu’un outil lourd capable de défoncer le sol.
• 16/12/2014 ; collectrice Pauline Rameau
• 21 x 7 x ø 4 cm
• ETB-MX-PR-2014-211

12132) Lame de plantoir-bêche (chuzo)

Figure 76 : « Pic à semer » ETB-MX-PR-2014-068

Figure 76 : « Pic à semer » ETB-MX-PR-2014-068

© S. Bahuchet

122• Bienvenido, Tetela de Ocampo (Puebla)
• « Pic à semer » en fer.
Ce petit fer épais et lourd est capable de défoncer le sol et en même temps de planter. Utilisé pour semer dans la montagne.
• 11/11/2014, collectrice Pauline Rameau
• 16,5 x 6,5 x ø 5,5 cm
• ETB-MX-PR-2014-068

12333) Bêche droite (sembrador)

Figure 77 – Plantoir-bêche sembrador ETB-MX-PR-2014-108

Figure 77 – Plantoir-bêche sembrador ETB-MX-PR-2014-108

© P. Rameau

124• Talea de Castro, Sierra Norte de Oaxaca (Oaxaca), achat dans la rue
• Acier provenant d’un ressort de voiture ; cette lourde lame diffère des autres en n’étant pas lancéolée ; elle ressemble plus à un outil propre à défoncer le sol
• 18/11/2014 ; collectrice Pauline Rameau
• 28,5 x 4,6 x ø 4,5 cm
• ETB-MX-PR-2014-108

Plantoir

12534) Pointe pour semer (pulson)

Figure 78 : Pointe pour semer ETB-MX-PR-2014-176

Figure 78 : Pointe pour semer ETB-MX-PR-2014-176

© P. Rameau

126• Calle Comitan, San Cristobal de las Casas (Chiapas)
• Fer forgé, enroulé en cône ; se fixe à l’extrémité d’un manche droit
• 7/12/2014 ; collectrice Pauline Rameau
• L 15, ø 4 cm
• ETB-MX-PR-2014-176

Figure 79 : Semis avec le plantoir (Hidalgo, 27/6/2018)

Figure 79 : Semis avec le plantoir (Hidalgo, 27/6/2018)

© P. Rameau

127Dans certaines régions, en pays Nahua par exemple, la coa (devenue rare et remplacée par des bêches) sert à préparer le sol et à briser les mottes, alors que le plantoir sert spécifiquement pour les semailles (cf. Chamoux 1981 : 169-171).

Semences et semailles

Sélection et reproduction des semences

128Dans l’attente des prochaines semailles, les semences sont précieusement gardées (voir 2e partie, §§ 61-64, figures 124-126).

129C’est à l’arrivée des pluies que l’on ensemence les champs. Les graines peuvent être soigneusement triées afin de conserver une ou plusieurs variétés en particulier, ou bien semées en mélange afin d’obtenir des variétés multicolores. Cette sélection, faite chaque année, est intimement liée aux conditions topographiques et climatiques bien sûr mais également aux pratiques socio-culturelles telles que les fêtes ainsi qu’aux préférences plus personnelles relatives aux saveurs, textures et couleurs recherchées.

13035) Grand panier à semences, à couvercle (tenate)

Figure 80 : Grand panier à semences ETB-MX-SB-2015-029

Figure 80 : Grand panier à semences ETB-MX-SB-2015-029

© P. Rameau

131• Zacatlán (Puebla)
• Palmes tressées ; se porte au côté pendant les semailles. Vannerie tissée-nattée, en diagonale
• 23/8/2015 ; collecteur Serge Bahuchet
• Ø 27 H 30 cm (sans la sangle)
• ETB-MX-SB-2015-029

132Ces paniers tenate peuvent également servir de petite hotte, portée par des enfants avec un bandeau frontal (cf. Figure 90).

13336) Petit panier à semences

Figure 81 : Petit panier à semences MNHN-E-2002.24.5

Figure 81 : Petit panier à semences MNHN-E-2002.24.5

© D. Brabant

134• Nahua. Huauchinango (Puebla)
• Sac à semences tressé en fibres végétales avec bandoulière tressée et cordelettes végétales. Sierra Norte de Puebla.
• 1970, collectrice Marie Noëlle Chamoux
• diamètre 22 cm, hauteur 14,5 cm ; bandeau: 54 x 4,3 cm
• MNHN-E-2002.24.5 (Exposition permanente Galerie de l’Homme)

13537) Petit panier à semences (bolsa palma)

Figure 82 : Petit panier à semences ETB-MX-SB-2016-014

Figure 82 : Petit panier à semences ETB-MX-SB-2016-014

© P. Rameau

136• Sierra Norte de Puebla ; achat boutique du Musée Amparo, Puebla
• Palme tressée
• 1/2/2016 ; collecteur Serge Bahuchet
• Ø 21, H 17 cm (sans la sangle)
• ETB-MX-SB-2016-014

13738) Sac à semences

Figure 83 : Sac à semences ETB-MX-PR-2016-006

Figure 83 : Sac à semences ETB-MX-PR-2016-006

© P. Rameau

138• Altopesco, la Huasteca (Hidalgo)
• Carapace de tatou (Dasypus novemcinctus, Dasypodidae)
• 23/6/2016 ; collectrice Pauline Rameau, don d’Alvaro Salgado
• 27 x 12 x 17 cm
• ETB-MX-PR-2016-006

139L’anthropologue Frederick Starr rapporte cette observation des sacs en carapace de tatou et de leur préparation, dans des villages Otomi et « Aztèques » (Nahuatl) du district de Huachinango (Puebla) qu’il parcourt en 1898 :

At many villages and at scattered country houses in this region they have quaint sacks made of armadillo shell. The shell is removed and bent while fresh into the desired shape; it is packed tightly full of ashes to make it retain its shape while drying. It is then hung to a cord which passes over the shoulder. It is used only for holding seed corn at planting time. (Figure 68.) (Starr 1899-1900 : 80)

L’entretien du champ

  • 14 Quelites est le nom générique pour l’ensemble des herbacées rudérales, sauvages ou non, qui sont co (...)

140Au cours de la croissance des jeunes tiges de maïs, le paysan procède régulièrement au désherbage, pour nettoyer le champ. Il emploie pour cela sa main, sa machette, une serpette, ou encore une houe selon les régions (Figure 62), mais aussi araire ou charrue pour les grandes parcelles (Figure 85). Les « mauvaises herbes », ces rudérales, ainsi dégagées ne sont pas pour autant perdues, beaucoup d’espèces constituent des quelites14 très appréciées, que l’on va consommer après cuisson (Bye 2000).

Figure 84 : « Milpa nahuatl », désherbage à la main (27/6/2018, Hidalgo)

Figure 84 : « Milpa nahuatl », désherbage à la main (27/6/2018, Hidalgo)

© P. Rameau

Figure 85 : « La limpia de la milpa » : nettoyer les maïs des mauvaises herbes, à la main et avec une charrue (milpa de Camilo 2, 11/7/201, Chiquilistlán, Jalisco)

Figure 85 : « La limpia de la milpa » : nettoyer les maïs des mauvaises herbes, à la main et avec une charrue (milpa de Camilo 2, 11/7/201, Chiquilistlán, Jalisco)

© P. Rameau

14139) Serpettes

Figure 86 : Serpettes ETB-MX-SB-2010A-020 et ETB-MX-SB-2010B-011

Figure 86 : Serpettes ETB-MX-SB-2010A-020 et ETB-MX-SB-2010B-011

À gauche : ETB-MX-SB-2010A-020, Guadalajara (Jalisco), L 28 cm, 16/4/2010
À droite : ETB-MX-SB-2010B-011, Tequila (Jalisco), L 28 cm, 13/11/2010
Lame dentée en métal, manche en bois
Bien qu’achetées dans des lieux différents, ces deux serpettes proviennent du même atelier ; elles servent autant à désherber le champ qu’à couper les feuilles de maïs pour nourrir les animaux

© J.-C. Domenech

Fin de la première partie

142À suivre, 2e section : la récolte, la conservation ; liste des objets par régions ; remerciements ; annexe « liste des variétés de maïs récoltées » ; bibliographie

Haut de page

Notes

1 La collection d’objets et spécimens mexicains représente environ 17 % du matériel d’étude d’ethnobiologie ; c’est l’une des plus importantes.

2 La spécialité de master Environnement, développement, territoires, sociétés (EDTS), dispensée au MNHN et à AgroParistech, nécessitait que les étudiants en 2e année consacrent leur dernier semestre à un stage de recherche sur le terrain, pour valider leur diplôme.

3 Dans la section « Cultures culinaires », cette évocation d’une foire alimentaire illustrait la reconnaissance de la cuisine mexicaine du Michoacán dans le Patrimoine immatériel de l’Humanité de l’Unesco.

4 « Coamil (sing.) : (Del azt. cuahuitl, árbol, y milli, heredad.) m. Huerta con arboleda. Usual principalmente en la zonas aztecas del país. » (Santamaria, Dicc. Mexicanismos, 2000).

5 C’est cette association des trois plantes qui constitue l’archétype de la milpa.

6 Deux manteaux de pluie Nahua des anciennes collections du Musée de l’Homme sont désormais conservés au Musée du quai Branly, provenant de la même région : 71.1938.152.4 collecté par Robert Gessain à Puebla en 1938, et 71.1977.106.532, donné par la Mission archéologique française au Mexique, dirigée par Guy Stresser-Péan et collecté par lui à Pahuatlán (Puebla).

7 Se siembra en marzo, arrojando cuatro o cinco granos en hoyos distantes un paso entre sí, y vuelve a sembrarse en noviembre, diciembre y enero, labrando de nuevo la tierra; (…) se cosecha más tarde o más pronto y se guarda desgranado. (Barros & Buenrostro 2007 : 92)

8 Instrument agricole qui ressemble à une houe, composé d’un long manche de bois avec un fer terminé en pointe, dont un côté droit et l’autre courbe. (Notre traduction)

9 Instrument agricole qui sert à creuser, comme la pelle. Il consiste en une pièce, plus ou moins triangulaire, comme une pelle plate ou légèrement cannelée, de fer épais et aiguisé à la base ; avec un manche long et lourd, comme une pique, et que l’on manipule en se tenant debout. (Notre traduction)

10 Coa : instrument de travail agricole, comme une houe. Tarécua : Il existe un instrument agricole avec une pointe courbe et affûtée sur les deux côtés, que l’on nomme coa au Yucatan et tarécua au Michoacan, un terme dérivé du tarasque tarhekua, outil avec lequel on creuse ou on laboure pour ensemencer, de tarheni, creuser ou labourer le champ.

11 Actuellement, les coas ne sont plus en usage chez les P’urhépecha, et tarekwa désigne désormais l’araire, d’ailleurs peu à peu remplacé par le tracteur (à Cherán, F. Grisanti & T. González García, comm. pers. 8/7/21)

12 Le Diccionario de Mexicanismos de Santamaría réfère à une étymologie nahuatl différente : « coahuitl, palo » (s.v. Coa)

13 Deux autres coas à lame asymétrique, collectées par Guy Stresser-Péan, sont conservées au Musée du quai Branly : une lame nue semi-ovale sans pointe (70.2011.21.605, Totonaque, Xicotepec, Puebla) et une semi-circulaire à pointe décentrée, avec un curieux manche arqué long de 87 cm (70. 2011.21.607, Nahua, Acaxochitlán, Hidalgo).

14 Quelites est le nom générique pour l’ensemble des herbacées rudérales, sauvages ou non, qui sont comestibles.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les variétés de maïs collectées dans différents États du Mexique (5/12/2014, San Cristobal de las Casas, Chiapas)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2 : Vitrine sur la diversité biologique en danger – l’exemple du maïs au Mexique. Maïs de Chiquilistlán, Jalisco, Mexique (Collection Renata Leal) (Musée de l’Homme, Paris, 2019)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 3 : Fiesta del maïz (13/4/2019, San Juan Ixtenco, Tlaxcala)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 4 : Stand de feria mexicaine dans l’exposition « Je mange donc je suis » (Musée de l’Homme, Paris, 2019)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 5 : Entretien sur le terrain dans la coamil de Don Roberto, serpe en main, à Chiquiliztli (17/8/2017, Chiquilistlán, Jalisco)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 6 : Lieux de collecte : épicerie de village (27/10/2011, Tonaya, Jalisco). Des hottes, des nattes et des balais. Tout au fond, on peut distinguer des gourdes suspendues
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 362k
Titre Figure 7 : Lieux de collecte : le marché couvert (21/4/2010, Colima, Colima). Le vendeur de vanneries : les hottes, avec nattes, chaises, corbeilles, éventails…
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 8 : Lieux de collecte : le marché couvert (21/4/2010, Colima, Colima). Le quincailler : en haut des fers de bêches, au centre des couteaux-éplucheurs, en bas des lames de serpes
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 9 : Lieux de collecte : quincaillerie (22/3/2012, Guadalajara, Jalisco)
Légende On peut remarquer en haut une machette, à droite un couteau-éplucheur, au centre une lame de serpette non emmanchée (à côté d’un racloir pour les agaves), en bas et à gauche, des fers de houes
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Figure 10 : Une boutique de vanneries à Guadalajara (19/11/2010)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 11 : La grotte du premier maïs archéologique (19/7/2017, Cueva del maíz, Coxcatlán, vallée de Tehuacan, Puebla)
Légende C’est dans cette grotte, et d’autres de cette célèbre vallée de Tehuacan, qu’ont été découverts les plus anciens épis de maïs domestiqué, par l’archéologue Richard MacNeish (1918-2001) et son équipe, dans les années 1960. La séquence chronologique couvre près de 2000 ans, et a révélé une succession de rafles depuis les plus petits, vers 7000 avant le présent, jusqu’à des plus évolués et volumineux, vers 5000 avant le présent (cf. Kato et al. 2009, Staller et al. 2010)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 12 : Un épi de téosinte, à côté de deux épis de maïs, dans la maison de Don Lauro (28/11/2010, Chiquilistlán, Jalisco)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 13 : Broderie ETB-MX-JLL-2012-39
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 14 : « Diversidad en el campo » (6/2018, Chiquilistlán, Jalisco)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 15 : Affiche « Maices mexicanos » ETB-MX-SBPR-2017-086
Crédits © CONABIO, 2013, Proyecto global de maíces nativos
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 16 : Maïs en fleurs : en haut, les fleurs mâles, en bas les fleurs femelles qui vont donner les épis (16/4/2010, Cuzalapa, Jalisco)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 17 : « Espigas en la milpa », pollinisation croisée (11/9//2017, Chiquilistlàn, Jalisco)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 18 : Les variétés en mélange, gardées pour leurs semences (9/6/2017, Limoncito, Jalisco)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Figure 19 : “Diversidad del maíz ajo” (13/4/2019, Fiesta del maíz, Ixtenco, Tlaxcala)
Légende La majorité des épis de cette photo sont des « maïs vêtus », au Mexique ajo tunicado, en anglais podcorn, de la variété tunicata. Ils sont caractérisés par le fait que chaque grain est enveloppé séparément dans une glume.
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 20 – Diversité des épis collectés (provenant du Yucatan, du Jalisco et du Tlaxcala), du plus petit (7 cm) au plus grand (27 cm)
Légende 1e ligne : A- Sak-nal (MF-2015-039), B- Cacahuacintle (MF-2004-004), C- Dulce (RLA-2014-005)2e ligne : D- Negro (PR-2019-004), E- Xhuuk-nal (MF-2015-001), F- Ajo (PR-2018-019)3e ligne : G- Zapalote (PR-2018-047), H- Amarillo huesillo (RLA-2014-036)4e ligne : I- Olote delgado (RLA-2014-001), J- Amarillo huesillo (rojo) (RLA-2014-035)(On trouvera les lieux de collecte dans l’annexe)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Figure 21 : Affiche ETB-MX-SBPR-2017-87
Crédits © R. Leal-Almaraz
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 22 : Examen de l’affiche par Concepción Martinez, l’un des agriculteurs interrogés au cours de l’inventaire (Limoncito, Chiquilistlán, 8/6/2017)
Crédits © S. Bahuchet & P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 23 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : sous la tente de la réunion, un calicot affirme « Les OGM ne sont pas la solution »
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Figure 24 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : discussions, échange d’expérience, et de semences
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 25 : 7e rencontre RASA à Ixtlahuacán de los Membrillo, Jalisco (21/11/2010) : visite des parcelles cultivées, discussion sur les diverses variétés et dons de graines
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Figure 26 : Affiche ETB-MX-SB-2010B-018
Crédits © elpueblodelmaiz.org
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 27 : Maïs de plaine et maïs de coteau (Champs de Don Roberto, Chiquilitzli, Chiquilistlán, Jalisco, 18/8/2017)
Légende Dans la plaine, au premier plan, les maïs améliorés destinés à la nourriture animale et à la vente. Sur les coteaux pierreux, les coamiles avec les maïs criollos destinés à l’alimentation humaine.
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 28 : Association des trois plantes dans la milpa de Don Miguel (1/8/2017, Chiquilistlàn, Jalisco)
Légende Pousses de haricots (Phaseolus vulgaris) et de courge (Cucurbita pepo), au pied de deux tiges de maïs (Zea mays)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 29 – Les solares à Chiquilistlán (Jalisco), Juillet 2017
Légende Solares de Lauro Cordena (qui cueille des feuilles de maïs) et de Luis Medina.
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 30 : « Subiendo al coamil », Don Lauro et ses fils partent aux champs (9/9/2017, Chiquilistlàn, Jalisco)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 31 a et b : Selle de mule harnachée, avec la machette dans son fourreau, exposée dans la Galerie de l’Homme ETB-MX-AB-2014-001 (la selle), ETB-MX-SB-2014-070 (la machette), ETB-MX-PR-2014-101 (fourreau)
Légende Selle provenant de San Miguel et machette de Mascota (Jalisco), fourreau provenant de Oaxaca.
Crédits © J.-C. Domenech-MNHN, (vitrine) © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 32 : Machette dans son fourreau ETB-MX-SB-2012-23a et b
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 33 : Mule harnachée avec la machette dans un fourreau de fabrication domestique, en bâche cousue (15/4/2010, Cuzalapa, Jalisco)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 34 : Fourreaux de machette ETB-MX-SB-2018-019 et ETB-MX-PR-2014-177
Légende En cuir cousu, fabriqués localement, par les bourreliers, fabricants de sellesÀ gauche : ETB-MX-SB-2018-019, Quincaillerie dans le quartier Merced, CDMX, 19/4/2018, collecteur Serge BahuchetÀ droite : ETB-MX-PR-2014-177, San Cristobal (Chiapas), fabriqué à Comitan de Dominguez, 7/12/2014, collectrice Pauline Rameau
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 35 : Lagenaria cultivées au Jardin des Plantes en 2019
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Figure 36 : Gourdes au marché de Colima (21/4/2010)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 37 : Gourdes nues ETB-MX-SB-2015-003 et ETB-MX-SB-2014-018
Légende À gauche : ETB-MX-SB-2015-003, Xoxocotle (Morelos), Ø 13, H 20 cm, 24/8/2015, achat en jardinerieÀ droite : ETB-MX-SB-2014-018, Talpa de Allende (Jalisco), Ø 12, H 22 cm, 17/4/2014
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre Figure 38 : Gourdes protégées ETB-MX-SB-2010A-024 et ETB-MX-SBPR-2017-081
Légende À gauche : ETB-MX-SB-2010A-024, Gourde et son filet en fibres d’agave, bouchon en rafle de maïs, Cuzalapa (Jalisco), 35 cm Ø 16, 15/4/2010À droite : ETB-MX-SBPR-2017-081, Gourde protégée (at tecomate) par une corde en écorce de jonote (Heliocarpus donnelsmithii, Malvaceae), bouchon de bois, Cuetzatlan (Puebla), Nahua, Ø 10 H 17, 22/9/2017
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 39 : Bouteille pour l’eau ETB-MX-PR-2018-006
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 40 : Chapeau ETB-MX-PR-2018-007
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 41 : Atelier de tressage des chapeaux par Don Lauro, qui en commence un nouveau, et son fils, qui affine les brins d’otate (Chiquilistlán, Jalisco, 29/8/2017)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 42 : Chapeau ETB-MX-SB-2018-016
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Titre Figure 43 : Chapeau ETB-MX-SB-2010A-041
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 44 : Démonstration du port du manteau de pluie par le quincailler lui-même (23/8/2015, Zacatlán, Puebla)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 45 : Danses avec les manteaux de pluie au cours des fêtes du Corpus Christi à Cherán (Michoacán, 14/6/2017)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Figure 46 : Aspect des palmes du Brahea dulcis (Arecaceae)
Légende Deux palmiers mexicains sont très communément employés pour la vannerie, Brahea dulcis et Sabal mexicana, dont les feuilles présentent un aspect similaire. Les deux espèces peuvent être utilisées pour tresser les capes de pluie.
Crédits Extrait de O. de Kerchove, 1878, Les palmiers. Histoire iconographique, planche XXIX
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 47 : Détail de l’attache des folioles des palmes : nœud d’accroche « tête d’alouette » (sur spécimen ETB-MX-SB-2015-025, § 14)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 361k
Titre Figure 48 : Manteau de pluie ETB-MX-SB-2013-035
Légende Détails du manteau ETB-MX-SB-2013-035 : B. les nœuds face intérieure, C. la ligne supérieure et D. la ligne inférieure.
Crédits © N. Idalie
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Figure 49 : Manteau de pluie ETB-MX-SB-2015-025
Crédits © N. Idalie
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 50 : Manteau de pluie nahua MNHN-E-2002.1.37
Légende Détails du manteau MNHN-E-2002.1.37 : B. l’accroche supérieure, C. l’aspect de l’intérieur et D. la frange inférieure. Ce nœud (C) est identique à celui des capes §§ 13 et 14, il est simplement inversé : on voit à l’intérieur la boucle qui est à l’extérieur dans les deux autres manteaux.
Crédits © N. Idalie
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 51 : « La comida de la parcela » (9/2017, Chiquilistlán, Jalisco)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Figure 52 : Boîtes d’allumettes ETB-MX-RGA-2018-022 et 023
Légende À gauche, allumettes MAYA (ETB-MX-RGA-2018-022), à droite Jaguares (ETB-MX-RGA-2018-023), Ville de Mexico, 7 x 4 x 1 cm, collecteur Ruben García Andrade
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Titre Figure 53 : Musettes ETB-MX-SBPR-2017-080 et ETB-MX-PR-2016-007
Légende À gauche : Nahua. Cuetzatlan (Puebla) ; fibres d’agave tissées, 42 x 35 cm, 22/9/2017, ETB-MX-SBPR-2017-080À droite : bolsa de ixtle. Nahua. Sierra Norte de Puebla ; fibres d’agave tissées, 32 x 25 cm, 2016, don d’Alvaro Salgado, ETB-MX-PR-2016-007
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 54 : Sac à nourriture ETB-MX-SBPR-2017-202
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 55 : Filets à nourriture ETB-MX-PR-2014-200 et 201
Légende A, B : ETB-MX-PR-2014-200, et détail des mailles au fond du filetC, D : ETB-MX-PR-2014-201, et détail des mailles et de l’attache. En haut, a et b : ETB-MX-PR-2014-200, San Cristobal (Chiapas), fil de coton de Merida blanc, tressé ; 28 x 42 cm, 13/12/2014En bas, c et d : ETB-MX-PR-2014-201, San Cristobal de las Casas (Chiapas), fil de coton teint avec sangle de cuir ; 41 x 20 cm, 13/12/2014, collectrice Pauline Rameau
Crédits © P. Rameau et S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 56 -Filet à nourriture ETB-MX-PR-2014-134 et détail des mailles et de la boucle
Crédits © P. Rameau et S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 57 : Besace ETB-MX-PR-2014-206 et détail du fond
Crédits © P. Rameau et S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 58 : Serpes ETB-MX-PR-2018-009 et ETB-MX-SB-2010A-026
Légende À gauche : ETB-MX-PR-2018-009, Sayula (Jalisco), L 46,5 cm, 20/4/2018À droite : ETB-MX-SB-2010A-026, Cuautitlán (Etat de México), L 45 cm, 16/4/2010
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 59 : La serpe permet aussi des travaux minutieux, comme nettoyer une feuille de nopal (cactus) de ses épines (Don Lauro, Agua Prieta, Chiquilistlán, Jalisco, 8/7/2017)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 60 : Serpe ETB-MX-FGTG-2021-002
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Figure 61 : Fer de houe ETB-MX-FGTG-2021-001
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Figure 62 – Désherbage et buttage à la houe des plants de maïs dans le jardin (Cherán, Michoacán, juillet 2021)
Légende On remarque les épis de maïs suspendus sous le toit de la grange.
Crédits © Ritual Inhabitual
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 63 : Houe à fer asymétrique ETB-MX-PR-2014-107
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Titre Figure 64 : Un araire en vente à la quincaillerie (Guadalajara, Jalisco, 2/4/2012)
Légende Cet araire a été soudé sur place. On en distingue clairement le soc et dans ce cas deux ailes latérales y ont été fixées, toujours symétriquement.
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 65 : Araire (Talea de Castro, Sierra Norte de Oaxaca, 18/11/2014)
Légende Il s’agit d’un araire manche-sep, dont le manche et le sep, ou dental, sont une seule pièce de bois, sur laquelle le soc et le timon sont fixés. Le timon est la pièce par où s’exerce la traction de l’instrument, qui est guidé par le mancheron.
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 66 : Maquette d’araire ETB-MX-SBPR-2014-012
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 67 : Jouet-maquette de charrue ETB-MX-SB-2014-071
Légende On distingue le versoir et la roue qui correspond à l’avant-train.
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Titre Figure 68 – Labour à la charrue dans la milpa de Don Camilo (Chiquilistlán, Jalisco, 11/7/2017) : en métal, sans avant-train
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 69 : « Sembrando » : usage de la coa pour planter les semences, ici contenues dans une large bouteille de plastique. (21/6/2018, Chiquilistlán, Jalisco)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure 70 : Les semis, d’après B. de Sahagun (Codex Florentin, 4e livre, F° 72)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 71 : Deux coas lancéolées dans la grange (Jalpa, Chiquilistlán, Jalisco, 7/6/2017)
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 72 : Fer de coa asymétrique ETB-MX-SB-2010A-001
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Figure 73 : Coas à lame symétrique ETB-MX-SB-2010A-029, ETB-MX-SB-2012-019 et ETB-MX-SB-2014-013
Légende À gauche : ETB-MX-SB-2010A-029, Autlán (Jalisco), 29,5 x 10 cm, 20/4/2010Au centre : ETB-MX-SB-2012-019, Guadalajara (Jalisco), 36 x 11 cm, 2/4/2012À droite : ETB-MX-SB-2014-013, Mascota (Jalisco), 28,5 x 10,5 cm, 7/4/2014
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 74 : Coa emmanchée ETB-MX-SBPR-2014-011
Crédits © J.-C. Domenech
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Figure 75 : Lame de plantoir-bêche ETB-MX-PR-2014-211
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Figure 76 : « Pic à semer » ETB-MX-PR-2014-068
Crédits © S. Bahuchet
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Titre Figure 77 – Plantoir-bêche sembrador ETB-MX-PR-2014-108
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Figure 78 : Pointe pour semer ETB-MX-PR-2014-176
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre Figure 79 : Semis avec le plantoir (Hidalgo, 27/6/2018)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre Figure 80 : Grand panier à semences ETB-MX-SB-2015-029
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Figure 81 : Petit panier à semences MNHN-E-2002.24.5
Crédits © D. Brabant
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 82 : Petit panier à semences ETB-MX-SB-2016-014
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 83 : Sac à semences ETB-MX-PR-2016-006
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 84 : « Milpa nahuatl », désherbage à la main (27/6/2018, Hidalgo)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Figure 85 : « La limpia de la milpa » : nettoyer les maïs des mauvaises herbes, à la main et avec une charrue (milpa de Camilo 2, 11/7/201, Chiquilistlán, Jalisco)
Crédits © P. Rameau
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 86 : Serpettes ETB-MX-SB-2010A-020 et ETB-MX-SB-2010B-011
Légende À gauche : ETB-MX-SB-2010A-020, Guadalajara (Jalisco), L 28 cm, 16/4/2010À droite : ETB-MX-SB-2010B-011, Tequila (Jalisco), L 28 cm, 13/11/2010Lame dentée en métal, manche en boisBien qu’achetées dans des lieux différents, ces deux serpettes proviennent du même atelier ; elles servent autant à désherber le champ qu’à couper les feuilles de maïs pour nourrir les animaux
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7175/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Rameau et Serge Bahuchet, « Le maïs au Mexique dans les collections du Musée de l’Homme », Revue d’ethnoécologie [En ligne], Supplément 2 | 2021, mis en ligne le 25 novembre 2021, consulté le 27 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/7175 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.7175

Haut de page

Auteurs

Pauline Rameau

Chercheure associée et assistante de gestion des collections d’ethnobiologie, laboratoire Eco-anthropologie (MNHN)

Articles du même auteur

Serge Bahuchet

Professeur d'ethnobiologie du Muséum, laboratoire Eco-anthropologie (MNHN)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search