Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Note, à propos des noms vernacula...

Note, à propos des noms vernaculaires chinois dans la Flora cochinchinensis (1790) de Loureiro

About Chinese vernacular names in the Flora cochinchinensis (1791), by Loureiro
André-Georges Haudricourt et Georges Métailié

Résumés

Le botaniste Edmer D. Merrill a noté que les noms vernaculaires des plantes dans certains textes de botanique ancienne pouvaient aider les botanistes à identifier les plantes citées. Dans le même article, il notait qu'ils pouvaient aussi induire en erreur. Partant de cette apparente contradiction, nous avons pris en considération les noms de plantes chinois choisis par Loureiro dans sa Flora cochinchinensis (1791) et, en les comparant à ceux figurant dans des livres chinois contemporains, nous avons trouvé que les deux remarques sont exactes. Cependant, la première assertion reflète une situation fréquente contrairement à la seconde.

Haut de page

Texte intégral

1Joan de Loureiro (1710-1791), missionnaire jésuite portugais, arriva en 1742 en Cochinchine où il allait rester 35 ans. Constatant à son arrivée qu’il ne pourrait pas exercer seulement son ministère, il proposa ses services au roi et s’installa à Hué exerçant en tant que connaisseur « des choses des mathématiques et de la nature » (« rebus Mathematicis ac Physicis » comme il est écrit dans le sous-titre de la Flora cochinchinensis. Son intérêt pour les plantes viendrait de la difficulté de se procurer de la matière médicale d’Europe. Il semble qu’une grande partie du matériel botanique qu’il utilisa pour la rédaction de sa flore provenait non d’herborisation mais d’échantillons fournis par des marchands ou des médecins vietnamiens et chinois. Il s’efforça de noter à côté des binômes botaniques, souvent de sa propre création, les noms vernaculaires qu’on lui indiquait. Dans le cas des noms chinois, on peut trouver donc des termes savants désignant la matière médicale fournie par une plante, tels que cités dans des pharmacopées chinoises mais prononcés en cantonais, tandis qu’à côté, il y a des noms vernaculaires cantonais de plantes locales. Si les premiers peuvent être retrouvés dans des ouvrages chinois, les seconds, en revanche, n’ont pas toujours été recensés, d’où la difficulté de les identifier. Après avoir quitté la Cochinchine en 1777, il séjourna à Canton pour retourner au Portugal en 1782, après de courts séjours en Inde et au Mozambique. À côté de divers textes sur les plantes utiles de Cochinchine (cf. Merrill 1946 : 250), il publia la Flora cochinchinensis en 1790 « aux frais de l’Académie », à Lisbonne. Il est remarquable qu’il indique pour chaque espèce citée en premier lieu, bien sûr, un binôme latin suivi presque toujours de noms locaux des plantes en transcription alphabétique latine mais selon la prononciation cantonaise. Dans sa préface, il précise (p. xii) que ces noms sont précédés d’une lettre grecque, α pour les vietnamiens, β pour les chinois, γ pour les africains et δ pour les indiens. Il décrit 1292 espèces, nombre qui a été ramené à 1157, compte tenu de doublons relevés par les botanistes qui ont analysé l’ouvrage par la suite (Merrill op. cit. : 265).

2Le principal botaniste systématicien qui a analysé l’œuvre de Joan de Loureiro pour en réviser la nomenclature, Elmer D. Merrill (1876-1956), a émis certains doutes sur la validité des termes chinois cités (Merrill 1946 : 269) tout en notant que « dans de très nombreux cas, quand on s’occupe de l’œuvre botanique d’auteurs tels que Blanco et Loureiro, les noms indigènes notés par eux sont de la plus grande importance, fournissant de très précieux indices quant à l’identité de telle ou telle espèce peut-être mal rangée dans un genre ou bien suffisamment ou même incorrectement décrite ». Il ajoutait que « de nombreux cas pourraient être cités dans l’œuvre de Loureiro où le nom local seul s’était révélé être le sésame donnant accès à l’identification d’une espèce, parfois alors que toutes les méthodes du travail d’investigation botanique avaient échoué ». (Merrill op. cit. : 272). Ces deux remarques de Merrill ont suscité notre intérêt et nous avons relevé toutes les entrées où figurait un nom chinois. Nous en avons trouvé quelques sept cent quatorze 714 et c’est à partir de cet ensemble que nous nous sommes proposé d’apprécier la pertinence des deux remarques de Merrill, en comparant – dans la mesure du possible – la nomenclature relevée par Loureiro à celle figurant dans des ouvrages chinois modernes (flores et ouvrages de matière médicale).

3En considérant les noms chinois cités par Loureiro et leurs équivalents modernes, on remarque plusieurs situations différentes. Tantôt le terme cité correspond aujourd’hui à un nom de plante stricto sensu, tantôt il s’agit du nom de la partie de la plante utilisée en tant que matière médicale. Dans ce dernier cas, le nom noté dans le livre est toujours la transcription du terme chinois dans la pharmacopée, donc d’un nom savant. En revanche, dans le cas où il s’agit du nom d’une plante, on peut trouver des termes vernaculaires, pas forcément cantonais, mais tous transcrits selon la prononciation cantonaise. Dans le cas du vocabulaire purement cantonais il n’est pas aisé de restituer les caractères qui, le plus souvent, n’ont pas d’équivalents stricts en chinois écrit. C’est la raison pour laquelle, en considérant systématiquement toutes les 714 entrées de la Flora cochinchinensis pour lesquelles Loureiro indique un nom chinois, nous n’avons pu trouver de réponse que pour 191 problèmes. Pour les autres, en effet, une enquête de terrain nous semble nécessaire. Voici, concrètement, les différentes situations qu’on rencontre à la lecture du texte de Loureiro par rapport à la nomenclature botanique actuelle.

41/ Le binôme latin, sans nom d’auteur, choisi ou créé par Loureiro, pour identifier une espèce botanique est toujours valide et le nom chinois l’accompagnant se retrouve dans les ouvrages modernes, flore, traités de matière médicale. Nous avons relevé 35 cas comme, par exemple p. 101, Mirabilis jalapa L., Jén chí hōa (yānzhihuā 胭脂花) ; p. 240, Polygonum hydropiper L., Xūei leào (shuílíăo 水蓼) ; p. 481, Carthamus tinctorius L., Hùm lán hōa (hónglánhuā 紅藍花); p. 30, Piper nigrum L., hú tſiāo (hújiāo 胡椒) ; p. 551, Coix lachrima-jobi L., Y y gin (yì yí rén 薏苡仁) ; p. 567, Areca catechu L., Pín làm (bīng lang 檳榔) ; p. 491, Artemisia vulgaris L., Ngái yè (ài yè 艾葉) ; p. 628, Carica papaya L., Mán xeù cö (wàn shoù guŏ 萬壽果) ; p. 671, Equisetum hiemale L., Mö cë (mù zéi 木賊 ; p. 560, Amaranthus tricolor L., Hûm hién (hóng xiàn cài 紅莧菜).

5Ces simples exemples permettent d’apprécier, outre le sérieux du travail de l’auteur, la transcription dérivée du portugais qu’il utilisait en comparaison avec la transcription pinyin actuelle.

62/ Le binôme indiqué par Loureiro n’est plus valide ou erroné mais le nom chinois correspond bien à l’identification botanique actuellement admise comme p. 591, Muricia cochinchinensis Lour., Mö pië sù (mùbiēzi 木鱉子), Momordica cochinchinensis (Lour.) Spreng. Ce cas qui se trouve dans plus de 150 entrées illustre bien la remarque de Merrill, précédemment citée sur l’importance des noms vernaculaires qui dans le cas précis de cette flore ont pu être parfois la clé pour permettre aux botanistes comme Merrill de trouver l’identification botanique correcte par rapport au binôme et à la description de l’auteur. On peut se demander si, en revanche, un nom chinois n’aurait pas pu entraîner une mauvaise interprétation. En cherchant bien, nous avons relevé deux telles occurrences. Ainsi Loureiro, pour Khú tſăi (kŭcài 苦菜) « légume amer » a choisi Cichorium endiva (Cichorium intybus L. júqŭ 菊苣), confondant, d’après le goût sans doute, le laiteron Sonchus oleraceus L. (kŭcài 苦菜), avec une endive, deux plantes de même famille et d’aspect voisin ; néanmoins l’endive ne figure pas dans la flore de Canton. Une autre confusion pose question. À la page 40, il introduit Commelina medica Lour., Mĕ mùen tūm (Màiméndōng 麥門冬). Merrill indique Aneilema medicum (Lour.) Kostel comme équivalent valide de C. medica. Dans la flore de Canton (Hou K. 1956 : 657), le nom chinois pour cette espèce est un néologisme des auteurs sans aucun rapport linguistique avec le terme cité par Loureiro, tandis que dans le grand ouvrage de référence pour la pharmacopée (Anon. 1977-1979), le binôme n’est plus mentionné. Le genre Aneilema a été remplacé par Murdannia mais nous n’avons pas trouvé le binôme M. medicum dans les ouvrages chinois contemporains, même dans le dictionnaire trilingue, latin-chinois-anglais des noms de plantes à graines de Feng Songming (éd.) 1983, qui cite pourtant quatorze espèces de ce genre. En revanche, le nom chinois est bien connu et désigne la matière médicale, les racines médicinales de l’espèce Ophiopogon japonicus Ker-Gawl. ainsi que celles d’espèces voisines du genre Liriope de la famille des Liliacées. Une seule espèce de comméline, Commelina communis L., figure dans les pharmacopées sous le nom principal de yāzhícăo 鴨跖草, cinquante-trois synonymes sont cités (Anon 1977 : 1845) mais màiméndōng ne figure pas dans cet ensemble. Il semble bien que, dans ce cas précis, Loureiro a pu être mal informé du nom de la plante qu’il avait observée, peut-être sous forme séchée, une confusion entre les plantes vivantes de ces deux espèces étant peu probable comme le montre bien la comparaison entre les deux images de la figure 1. (An. 1969 : 273, 477).

Figure 1 : La simple comparaison des deux images montre qu'il est difficile de confondre les deux et donc d'attribuer à la comméline, à gauche, le même nom que celui de l'ophiopogon figurant à droite. (An. 1969, p. 273, 477)

Figure 1 : La simple comparaison des deux images montre qu'il est difficile de confondre les deux et donc d'attribuer à la comméline, à gauche, le même nom que celui de l'ophiopogon figurant à droite. (An. 1969, p. 273, 477)

73/ Le binôme indiqué par Loureiro est considéré comme tout à fait erroné par rapport au genre auquel appartient l’espèce. Merrill (1946 : 263-4) cite, à côté d’un grand nombre de cas propres aux plantes de Cochinchine, dix-huit binômes de Loureiro dont le nom de genre est tout à fait fautif (absolute error) à ses yeux et qui correspondent à des espèces de plantes chinoises. Pour chacun de ces binômes, il indique le binôme qu’il juge correct. Une recherche, à partir des binômes cités par Merrill, dans les ouvrages chinois cités en références, nous a permis de retrouver, pour six d’entre eux, les mêmes noms chinois – à la prononciation près – que ceux cités par Loureiro. Il s’agit des cas suivants :
Plectronia chinensis Lour. (p. 162), Pă lac hōa / Acanthopanax trifoliatus (Linn.) Merr. Chinois moderne : 白簕bái lè; 白簕花 bái lè huā
Santalum album L (non Linn.) (p. 87), Tán yàm / Dysoxylum lourieri Pierre. Chinois moderne : 檀香tán xiāng
Rheseda chinensis (p. 299), Thin Kí hoám / Hypericum japonicum Thunb. Chinois moderne : 田基黃 tián jī huáng
Melanthium cochinchinensis Lour. (p. 216), Tiēn món doung / Asparagus cochinchinenesis (Lour.) Merr. Chinois moderne :天門冬 tiān mén dōng
Scirpus capsularis Lour. (p. 44), Tem ſin tsao / Juncus effusus L. Chinois moderne : 燈心草 dēng xīn căo
Scabiosa cochinchinensis Lour. (p. 68), Ti tan tsào / Elephantopus scaber Linn. Chinois moderne : 地膽草 dì dăn căo

8En guise de conclusion, nous pouvons dire que sur les 714 occurrences de noms chinois de plantes mentionnés par Loureiro, les 191 cas que notre documentation nous a permis d’analyser, confirment la pertinence des remarques de Merrill sur l’importance cruciale des noms locaux pour l’investigation d’une flore locale. À partir des documents écrits publiés, il est difficile d’analyser les autres cas pour lesquels une enquête de terrain auprès d’informateurs locaux connaissant chinois et cantonais ainsi que les plantes, est indispensable

Haut de page

Bibliographie

Anon. [Guangzhou budui houqinbu weishenbu (Ed.) Départements de la santé et de la logistique des troupes de réserve de Canton] 1969 – Changyong zhongcaoyao shouce (Manuel des plantes médicinales chinoises fréquemment utilisées). Beijing, Remin weisheng chubanshe. 常用中草藥手冊<

Anon. [Jiangsu xin yixueyuan (Ed.) Nouvelle Académie de médecine du Jiangsu] 1977-1979 – Zhongyao da cidian (Grand dictionnaire de matière médicale chinoise). Shanghai, Renmin chubanshe, 3 vol. 中藥大辭典<

Feng Songming. La-Han-Ying zhongzi zhiwu mingcheng; Dictionary of seed-plants names Latin-Chinese-English. Beijing, Kexue chubanshe, 1983. 馮宋名。拉漢英種子植物名稱。

Hou Kuangzhao (Ed.) 1956 – Guangzhou zhiwuzhi (Flore de Canton). Beijing, Kexue chubanshe.侯寬昭. 廣州植物志.

Loureiro Joannis de 1790 – Flora Cochinchinensis: sistens Plantas in regno cochinchina nascentes, quibus accedunt aliae observantae in Sinensi Imperio, Africa Orientali, Indiae que locis variis. Omnes dispositae secundum Systema Sexuale Linnaeanum. Ulyssipone, Tipis, et expensis Academicis.

Merrill E.D. 1935 – A commentary on Loureiro’s « Flora cochinchinensis ». Transactions of the American Philosophical Society 24 : 2.

Merrill E.D. 1946 – On Loureiro’s ’ Flora Cochinchinensis. Chronica Botanica X, 3-4. (Merrilleana).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La simple comparaison des deux images montre qu'il est difficile de confondre les deux et donc d'attribuer à la comméline, à gauche, le même nom que celui de l'ophiopogon figurant à droite. (An. 1969, p. 273, 477)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André-Georges Haudricourt et Georges Métailié, « Note, à propos des noms vernaculaires chinois dans la Flora cochinchinensis (1790) de Loureiro », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/7870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.7870

Haut de page

Auteurs

André-Georges Haudricourt

(1911-1996) Directeur de recherche CNRS

Georges Métailié

Directeur de recherche honoraire CNRS - Membre honoraire, Centre Alexandre Koyré - Honorary fellow, Needham Research Center, Cambridge, U.K.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search