Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Vie et œuvre d’Eugène Poilane (18...

Vie et œuvre d’Eugène Poilane (1888-1964)

The Life, work and journey of Eugène Poilane in French Indochina (1888-1964)
Ariadna Burgos et Benoît Carré

Résumés

Cet article présente la vie et l’œuvre d’Eugène Poilane (1888-1964), prospecteur, planteur et explorateur dans l’Indochine coloniale de la première moitié du xxe siècle. L’héritage scientifique d’E. Poilane s’articule autour des manuscrits et des collections d’Histoire naturelle déposées au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris (MNHN). Les 50 000 spécimens de plantes (dont nombres de spécimens type) conservés à l’Herbier national représentent sans conteste la partie la plus visible de son œuvre. La grande richesse de ses collections reflète la vie exceptionnelle qu’il mena en Indochine : rigoureux, exhaustif et très méticuleux dans ses récoltes, E. Poilane prospecte des régions très peu visitées voire complètement inconnues des naturalistes. Il s’intéresse et documente les savoirs indigènes, les usages et les modalités d’exploitation de la flore locale, tout en dessinant un portrait très précis de la vie, des mœurs et de l’esprit colonial de l’époque. En un peu plus d’un demi-siècle passé en Indochine, il parvient à s’intégrer dans la société de ce pays, jusqu’à en incarner certains de ses bouleversements les plus tragiques. Ses diverses observations, en majorité inédites, se retrouvent dans les étiquettes de ses spécimens d’herbiers, dans ses cahiers de récolte, ainsi que dans un ensemble de manuscrits et correspondances qu’il a pris le soin de léguer au MNHN. Eugène Poilane s’inscrit dans la tradition des grands explorateurs naturalistes dont l’œuvre scientifique est à la croisée de nombreux champs d’étude tels que l’ethnographie, la botanique, la pédologie, l’écologie et l’agronomie. Simple soldat sans instruction, Poilane fut repéré par Auguste Chevalier en 1918 ; 36 ans plus tard, celui-ci écrira à son propos : « Ce sera une des fiertés de ma vie d’avoir découvert un jour, en Indochine, ce chercheur intrépide et d’en avoir fait mon disciple ». Nous allons, dans cet article, illustrer une partie de l’itinéraire de ce naturaliste hors norme et de son apport pour le savoir académique et l’histoire de l’empire colonial de la France en Indochine. Le deuxième article, qui fait suite à celui-ci, illustre l’utilisation de l’œuvre scientifique d’E. Poilane dans l’étude des mangroves du Viêtnam.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Eugène Poilane est une des personnalités qui a marqué la Botanique tropicale du xxe siècle dans la région de l’ancienne Indochine coloniale : quiconque désirant étudier la flore passée et présente du sud-est asiatique aura toutes les chances de découvrir les collections immenses léguées au Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) de Paris par Poilane.

2L’Herbier de Paris (P) possède une riche collection d’herbiers récoltés par E. Poilane pendant la première moitié du xxe siècle à travers l’Indochine. L’héritage scientifique de cet homme est primordial pour les naturalistes. Sa vie et son œuvre furent ancrés dans une époque de grands bouleversements socio-culturels et enjeux géopolitiques (colonisation, guerres) et reflètent le positionnement de la France et le rôle du MNHN dans l’exploration des colonies françaises en Indochine. Nous pouvons aujourd’hui encore exploiter les fruits de son travail à travers l’étude de ses collections et de ses écrits (Figure 1).

Figure 1 : Eugène Poilane en 1919

Figure 1 : Eugène Poilane en 1919

© MNHN

Nature des sources : Les collections d’Eugène Poilane au Muséum

3Nous sommes assez bien renseignés sur la vie d’Eugène Poilane, grâce à plusieurs manuscrits qu’il a pris soin de rédiger. E. Poilane nous a légué non seulement 50.000 planches d’herbier et deux cahiers de récolte méticuleusement renseignés (Poilane 1919, 1922), mais aussi, une riche documentation ayant valeur d’autobiographie : deux manuscrits dont un de 428 pages « Notes d’un paysan » (Poilane s.d.) et un autre de 46 pages qu’il intitule « mes mémoires » (Poilane 1947-1950), neuf cahiers d’écoliers rédigés à la main (Poilane s.d.b), diverses correspondances et des « causeries familiales » qui s’apparentent à des contes éducatifs destinés à sensibiliser les populations locales aux méthodes de construction d’un village ou aux dangers des feux de brousse (Figure 2). Tous ces documents (en dépôt à la bibliothèque de Botanique du MNHN) représentent un témoignage vivant de l’activité d’E. Poilane en Indochine, mais plus encore, ils donnent un aperçu de la vie coloniale de l’époque à travers le regard d’un homme profondément attaché à cette terre d’Indochine qu’il a faite sienne.

Figure 2 : Documentation d’Eugène Poilane déposée dans les archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, et consultable actuellement dans la Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris

Figure 2 : Documentation d’Eugène Poilane déposée dans les archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, et consultable actuellement dans la Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris

Photographie A. Burgos

4Il introduit son manuscrit par cette préface, révélatrice de sa personnalité :

« J’ai, sur les conseils d’amis, reporté le plus fidèlement que j’ai pu, et autant que mes souvenirs me l’ont permis, les remarques que j’ai faites, ce que j’ai vu ou entendu, mes impressions, ainsi que mon jugement le plus impartial possible, sans pourtant avoir la prétention de dire quoi que ce soit de bon. Je ne suis pas le pape, donc pas infaillible, mais un pauvre paysan, qui n’a pas même son certificat d’études primaires, et qui ne l’aura probablement jamais. Il y a assurément beaucoup de choses qui m’ont frappé et qui sont banales, comme peut-être de plus intéressantes que j’ai omis de signaler. Trop heureux si, sur l’ensemble, quelques renseignements peuvent être utiles à quelqu’un, notamment à ce pays que j’aime, et qui est le mien.
Je ne suis plus Français, mais Indochinois. » (Poilane s.d.a préface).

5Lorsque nous parlons des collections d’Eugène Poilane nous pensons immédiatement aux herbiers (Figure 3), mais c’est oublier, qu’en authentique naturaliste, E. Poilane a collecté des échantillons appartenant à différents phylums et déposés au MNHN, par exemple le type de Ducetia spatula Ragge (famille des Tettigoniidae, collections d’entomologie) ou le syntype de Pareuchiloglanis poilanei Pellegrin (famille des Sisoridae, collections d’ichtyologie). En effet, la collection d’E. Poilane comporte un ensemble de collections naturalistes variées : bois, minéraux, reptiles, poissons, amphibiens et insectes, constituant une des plus importantes sources d’information naturaliste de la région indochinoise (Figure 4). Le caractère précieux de ces collections ne provient pas seulement du grand nombre de spécimens qu’elles contiennent, mais surtout des informations qui leur sont associées et leur provenance : Poilane a exploré des régions très peu prospectées à l’époque.

« C’est pour récolter des matériaux, pour faire l’inventaire botanique que j’ai parcouru l’Indochine » (Poilane s.d.a : 96).

Figure 3 : Herbier d’Eugène Poilane. Spécimen type de Lithocarpus kontumensis A. Camus, Poilane n°32255

Figure 3 : Herbier d’Eugène Poilane. Spécimen type de Lithocarpus kontumensis A. Camus, Poilane n°32255

© MNHN

Figure 4 : Collection de reptiles d’Eugène Poilane. Spécimens collectés par E. Poilane et consultables en ligne dans la collection de Reptiles & Amphibiens (RA) du MNHN. Limnonectes (Elachyglossa) poilani (Holotype) (gauche), Cylindrophis jodiae (Paratype) (droite)

Figure 4 : Collection de reptiles d’Eugène Poilane. Spécimens collectés par E. Poilane et consultables en ligne dans la collection de Reptiles & Amphibiens (RA) du MNHN. Limnonectes (Elachyglossa) poilani (Holotype) (gauche), Cylindrophis jodiae (Paratype) (droite)

© MNHN

6Les premiers envois d’échantillons botaniques vers le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) remontent à 1922. Depuis lors, et jusqu’en 1947, ils se poursuivent au rythme de 1500 à 5000 numéros par an (Tardieu-Blot 1964). Ses récoltes sont caractérisées par la description minutieuse des plantes rencontrées en relation avec le milieu, réflexe éminemment naturaliste qui explique la qualité des informations portées sur les étiquettes de ses herbiers et leur inestimable importance scientifique. C’est en grande partie grâce à ses récoltes qu’a pu voir le jour l’importante « Flore générale de l’Indochine » (Lecomte 1907-1950). Les étiquettes de ses herbiers sont richement renseignées : description de la plante, écologie, pédologie, nom vernaculaire, usages traditionnels et commentaires divers découlant de ses observations.

7Un grand nombre de ses herbiers ont également permis de décrire de nouvelles espèces de plantes, jusque-là inconnues de la science. À titre d’exemple, il a été le premier à récolter 19 nouvelles espèces de chênes (genre Quercus), ou encore 21 espèces du genre Castanopsis. En raison de cet important travail de récolte, certains botanistes travaillant sur ses spécimens ont nommé des espèces en son honneur (poilaneana, poilanei, poilanii), ainsi que deux genres : Poilania (Asteraceae) et Poilaniella (Euphorbiaceae). L’estimation actuelle faite à partir de la base de données du Muséum SONNERAT précise qu’environ 20 à 30 % des spécimens des collections d’E. Poilane sont des types nomenclaturaux : c’est-à-dire des herbiers de référence auxquelles les noms des taxons sont attachés de manière permanente.

Naissance d’un botaniste

8Eugène Poilane naît le 16 mars 1888 à Saint-Sauveur-de-Landemont, dans le Maine-et-Loire, au sein d’une famille paysanne très pauvre. Dès l’enfance, il participe aux tâches agricoles aux côtés de son père, gardant les troupeaux dès l’âge de sept ans. Il ne se distingue pas vraiment comme élève studieux et quitte l’école à 10 ans, l’année du décès de sa mère.

9Très tôt, il se prend à rêver de voyages et de découvertes, fasciné par les revues relatant l’aventure coloniale du début du xxe siècle. Devenu orphelin à 16 ans, il s’attire quelques inimitiés (principalement auprès des autorités religieuses locales) à cause de son caractère frondeur et décide de s’engager dans l’armée, l’année de ses 19 ans. Exempté tout d’abord à Cholet en raison d’une constitution trop faible : « J’ai souvent entendu dire à mon père que j’étais si chétif que si j’avais été un petit veau, il ne m’eut pas élevé. » (Poilane s.d.a : 1), il parvient à intégrer pendant deux ans le 3e Régiment d’Artillerie Coloniale de Toulon.

10C’est en 1909 qu’il part pour la Cochinchine (l’actuel sud-Viêtnam) afin d’être affecté à la 7e Batterie de Montagne, puis à la Pyrotechnie de Saigon, pour aboutir, en 1914 dans un peloton de sous-officiers où on lui confiera, entre autres, la culture du ricin.

  • 1 A. Chevalier est, à cette époque, un explorateur avant tout ; il vient de passer 15 ans à prospecte (...)
  • 2 Albert Sarraut est de 1911 à 1914 et de 1917 à 1919 gouverneur général de l'Indochine.

11Au cours de ces années dans la métropole indochinoise, Poilane fréquente assidûment le jardin botanique de Saigon. C’est en 1918 qu’il y fait une rencontre décisive dont l’issue fera de lui l’explorateur intrépide que nous connaissons. Ainsi, sur les recommandations de l’Ingénieur en chef du Génie maritime Albert Bertrand, il se présente à Auguste Chevalier (1873-1956)1, figure centrale de la botanique et savant chevronné, invité en Indochine par Albert Sarraut2 pour fonder l’Institut Scientifique de Saigon. Il tient à cette rencontre afin de discuter et échanger avec A. Chevalier sur la passion qu’il nourrit pour l’apiculture. L’expérience de terrain de Chevalier et sa grande compréhension de l’utilité des savoirs indigènes et paysans lui font immédiatement comprendre tout l’intérêt que représente pour une institution comme le Muséum national d’Histoire naturelle un homme tel que Poilane, voyant derrière le soldat qui n’a même pas son certificat d’études l’explorateur courageux potentiel et le naturaliste intuitif, curieux des choses naturelles en devenir.

  • 3 Le 31 décembre 1918 un arrêté de Mr Albert Sarraut décide la fondation de l’Institut scientifique S (...)

12Auguste Chevalier le fera – non sans mal – détacher à l’Institut Scientifique de Saigon 19193. E. Poilane et A. Chevalier restent évasifs quant aux difficultés rencontrées lors de son détachement, nous ne pouvons que spéculer : malgré ses années de service effectif en Indochine, il semble que l’administration coloniale fut réticente face à un soldat n’ayant même pas son certificat d’études, de plus l’accès aux postes dépendait des services coloniaux qui se montrent hostiles à l’égard du Muséum et de ses représentants (Bonneuil 1996).

13Auguste Chevalier forme E. Poilane lors de tournées de prospection à Gia-Ray et à Ca-Mau, (sud du Viêtnam), il lui apprend tout ce qu’il doit savoir sur la récolte et la préparation d’échantillons botaniques :

« Il faut récolter des rameaux feuillés, avec fleurs et fruits quand c’est possible, mais au moins l’un des deux, fleurs ou fruits. Ces rameaux sont étiquetés avec notes les plus complètes possible sur le sujet sur lequel ils ont été prélevés, nom, hauteur, diamètre, usage, sol, altitude, date, lieu de récolte {…}. Pressés et séchés, ils sont étiquetés puis envoyés au Muséum où ils sont d’abord empoisonnés puis triés {…}. C’est M. Gagnepain, notre plus éminent botaniste qui fait ce triage et distribue à ses collaborateurs les familles qu’ils veulent bien étudier » (Poilane s.d.a : 96-97)

14À partir de 1919 il devient botaniste prospecteur, puis promu agent des services forestiers en 1922 et enfin, correspondant du Muséum en 1928. Jusqu’à la mort de Chevalier en 1956, ils ne cesseront de correspondre. Même si Chevalier ne fut pas amené à revenir par la suite en Indochine, leur relation, faite de cordialité et de respect mutuel, va s’étendre tout au long de leurs carrières respectives. Chevalier dira à son propos : 

« Ce sera une des fiertés de ma vie d’avoir découvert un jour, en Indochine, ce chercheur intrépide et d’en avoir fait mon disciple. Malgré son manque de culture (il savait à peine lire et écrire), je compris vite en l’interrogeant qu’il s’intéressait à toutes les productions naturelles du pays et qu’il était prêt à aller n’importe où, avec le désir d’observer et d’apprendre. J’eus bientôt l’intuition du parti que je pourrais tirer de lui pour la recherche de matériel scientifique dans les régions inexplorées de la colonie » (Chevalier 1954).

15Pied-de-nez du destin, la vie d’E. Poilane prend alors une tournure extraordinaire. Le jeune homme frêle, rejeté par l’armée à Cholet, se métamorphose en véritable force de la nature douée d’une endurance légendaire, parcourant tout au long de sa carrière l’Indochine, souvent à pied, visitant des régions inexplorées et encore hostiles à l’époque. Il fut, par exemple, le premier explorateur à entreprendre l’ascension du mont Fan-Si-Pan (3143 m, au nord-ouest du Viêtnam). Il dut lutter contre un environnement parfois très inhospitalier : rencontres avec des tigres, dysenterie, crues soudaines, etc.

16E. Poilane sera, à la fois, correspondant du Muséum et détaché aux services forestiers coloniaux, le forçant parfois à jongler délicatement avec les méandres administratifs de l’époque pour organiser ses missions de récolte. Mais ces difficultés ne l’arrêteront jamais, il ne rentrera d’ailleurs en France qu’une seule fois, l’espace de quelques mois (Poilane s.d.a : 96). C’est lors de la visite à une exposition apicole qu’il rencontrera sa première femme, Melle Yvonne Bourdeauducq, qui va donc adopter son mode d’existence. Elle-même sera initiée à la découverte de la flore et jouera un rôle prépondérant dans la plantation de café qu’ils établiront à Khe Sanh (Poilane Madeleine 1988 : 5) (Figure 5).

Figure 5 : Mariage d’Eugène Poilane avec sa première femme Yvonne Bourdeauducq en 1921

Figure 5 : Mariage d’Eugène Poilane avec sa première femme Yvonne Bourdeauducq en 1921

Photo de la collection personnelle de son petit-fils Jean-Marie Poilane. © J.M. Poilane

Prospections et contexte de la collecte

17E. Poilane explore de nombreux recoins de l’Indochine pour découvrir sa flore, ses richesses. Ce ne sera pas un travail de tout repos et aura seulement 15 jours de vacances par an. Il lui faudra tracer son chemin, « ouvrir la piste » aidé par des coolies qui seront engagés pour l’assister dans ce travail. E. Poilane et ses coolies dormiront sous la même tente et le travail sera abondant : les échantillons récoltés feront l’objet de soins très minutieux, ils seront mis à sécher entre des feuilles de papier journal et E. Poilane prendra le soin de les référencer et de les répertorier sur ses cahiers de récolte et sur les étiquettes avec leurs noms indigènes et des informations culturelles et écologiques associées qu’il enquêtera sur place auprès des populations indigènes. Les équipes se relaieront ensuite pour apporter les nombreux échantillons à Saïgon (Poilane 1988 : 4).

  • 4 En 2016, une mission herbonautes du MNHN coordonnée par Gwenael Lebras a permis le récolement et le (...)

18Toute de même, les missions de prospection d’E. Poilane sont difficiles à suivre : on constate de nombreux retours en arrière dans son récit et la chronologie n’est pas respectée. Il existe d’ailleurs très peu de cartes de la main d’E. Poilane (Figure 6). Seules les étiquettes des herbiers témoignent de façon précise ses parcours, mais un grand travail de géoréférencement reste à accomplir pour connaître ses trajets exacts4.

Figure 6 : Carte d’un itinéraire de prospection de Houei Sai à Lao Kay de la main de Poilane

Figure 6 : Carte d’un itinéraire de prospection de Houei Sai à Lao Kay de la main de Poilane

© MNHN

19Dans son manuscrit E. Poilane fournit des indications sur son régime alimentaire et ses habitudes de brousse, des telles révélations révèlent le secret de son endurance : il avait la réputation d’être infatigable et gratifié d’une santé de fer. Durant ses divers périples dans la brousse Indochinoise, Poilane va trouver en lui-même des ressources insoupçonnées qu’il explique par ce que nous appelons aujourd’hui son hygiène de vie, mais qui à ses yeux ne sont que de simples pratiques héritées du bon sens et de son expérience :

« Moi qui fus refusé une première fois à Cholet et qui ne pesais que 54 kilos en 1912, et bien de 1928 à 1935, de 40 à 46 ans, quelqu’un qui eut voulu m’en rendre à la marche aurait fait des kilomètres. Au Cambodge, les indigènes disaient que j’avais quelque chose ; je devais fumer l’opium, ou boire de l’alcool ou un secret à moi qui me permis une telle endurance. Or, il n’en est rien : je ne fume pas même du tabac dont la fumée m’incommode, et pars pour de très longues tournées sans une goutte d’alcool, ni même de vin {…} l’effort fait pour absorber près d’un litre de thé chaud va me permettre de voyager toute la journée sous le plus fort soleil, sans ni boire ni prendre de nourriture » (Poilane E. s.d.a : 73, 75)

« La chemise la plus légère m’était encore trop lourde et je marchai le torse absolument nu. Mes brodequins que je n’ai jamais pu quitter ou remplacer, un petit pantalon le plus court possible et un chapeau pendant les heures chaudes de la journée, voilà tout et c’est bien assez {…} Dans les pays chauds, les vêtements sont meurtriers ; ils tuent l’homme. {…} Je m’étonne que les hommes de science, les docteurs ne se soient pas élevés contre l’habillement colonial des troupes par exemple. Là est là tout le secret de ma résistance qui étonne dans la brousse ; mais qui, à la ville, est peut-être moindre que celle des autres, car les préjugés m’obligent à une vie anormale. » (Poilane s.d.a : 61, 78-79)

20Ces extraits illustrent parfaitement le style de vie rustique qu’il s’imposait et qui lui a permis de parcourir la région sans problèmes car il partageait sa vie avec les populations des plateaux de l‘intérieur, là où d’autres explorateurs seraient tentés de faire demi-tour. Ces journées chargées, entièrement consacrées à la récolte, furent la base de son extraordinaire efficacité (Figure 7).

Figure 7 : Illustration d’Eugène Poilane dans la mangrove

Figure 7 : Illustration d’Eugène Poilane dans la mangrove

Dessins A. Burgos et P. Dillais

21Au-delà de son dévouement et de sa curiosité pour les plantes et l’apiculture, pour E. Poilane tout est source d’intérêt : le climat, le sol et le sous-sol, les relations entre les tigres et les panthères, entre les moustiques, les crabes et les poissons, et les modes de vie et habitudes des autres animaux tels que les grillons, les sangsues, les limaces, les mygales, les papillons, les serpents, les chauves-souris, les ours, les éléphants, les hirondelles, les corbeaux, etc. (Poilane s.d. : 210-267). Il s’intéresse à la fabrication du nưoc-mâm, aux relations entre ethnies indochinoises, aux mœurs, à la construction des villages, à l’influence commerciale et culturelle des Chinois (Poilane s.d.). Nous retrouvons dans ces centres d’intérêt un point commun avec A. Chevalier qui nous éclaire un peu plus sur la raison qui a poussé A. Chevalier à faire d’E. Poilane un prospecteur botanique : ils sont tous deux à l’écoute des savoirs locaux. Alors que la plupart des colons n’ont que mépris ou indifférence pour les pratiques indigènes, leur culture et leurs productions, E. Poilane estime que la promotion des colonies et l’optimisation des ressources végétales passe par une adaptation des pratiques européennes aux pratiques des paysans indochinois, et non l’inverse. En cela Chevalier et lui sont très semblables, ils vont à l’encontre du dogme de l’époque soutenu par les services d’agronomie coloniale pour qui la mise en valeur des ressources passe par une uniformisation des pratiques calquée sur les méthodes occidentales (Thomas 2009).

22La venue d’Auguste Chevalier en Indochine (1917-1919) s’inscrit à la fois dans la politique menée par le ministère des colonies, avec la création de la mission d’étude des cultures et jardins d’essais coloniaux, et dans la doctrine de mise en valeur des colonies prônée par Albert Sarraut, gouverneur général de l’Indochine (Bonneuil 1996, Sarraut 1923). A. Chevalier profite donc de l’appel d’A. Sarraut à une réorganisation des services agricoles de l’Indochine pour créer d’abord des stations expérimentales d’Hévéa et de thé, puis l’Institut Scientifique de Saigon (comme vu plus haut) afin de pallier le manque d’établissement de recherche stable dans la région. E. Poilane sera par la suite impliqué dans les expérimentations sur les cultures de ricin et de l’Hévéa pour le compte de l’armée. Celles-ci reflètent le dogme de l’époque qui consiste à voir dans les colonies une source de richesses exploitables qui doivent être mises en valeur pour le bien de l’empire colonial (Thomas 2009). Les productions végétales sont au centre des préoccupations de l’administration coloniale et les forêts d’Indochine font l’objet de toutes les convoitises.

23Eugène Poilane n’a jamais fait partie d’aucun de ces cercles scientifiques, lui simple paysan n’en a même jamais ressenti le besoin. Les missions auxquelles il doit répondre se focalisent sur la prospection botanique, forestière et l’agronomie fruitière (Figure 8). E. Poilane a publié et co-publié seulement deux articles et deux petites notes de son vivant (articles : Poilane 1933a, Joyeux et al. 1936) (notes : Poilane 1933b, Poilane 1952). Après sa mort, son manuscrit sur les arbres fruitiers de l’Indochine a été publié dans le Journal d’Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée (Poilane 1965a, b, c). Ce point important permet de comprendre en grande partie pourquoi l’œuvre d’E. Poilane n’est véritablement connue que des botanistes travaillant sur ses échantillons d’herbiers, et très peu du reste du monde scientifique. A. Chevalier, en revanche, avait très bien compris cela ; lors de ses voyages dans les colonies il prenait soin de faire échelonner les envois d’articles par Courtet, afin d’être toujours présent aux yeux de ses pairs, et ce malgré la distance (Bonneuil 1996).

24E. Poilane a rencontré de nombreuses difficultés pour être dûment reconnu et rémunéré, comme en témoigne une lettre adressée à l’ancien directeur de l’Institut Scientifique de l’Indochine en 1929 : 

« Sans être ambitieux je crois qu’il n’eut pas été onéreux de créer un emploi pour moi à l’Institut et en raison de 11 ans de services m’assimiler à la 3e catégorie, cà generait pas beaucoup le budget et ma foi pour quelques années qu’il me reste peut-être à courrir la brousse je supporterais un peu plus de bien être et de considération » (Correspondance de 17 janvier 1929 à Saigon)

25E. Poilane a un savoir naturaliste que l’on pourrait qualifier aujourd’hui de haut niveau étant donné l’abondance des spécimens et des observations récoltés. Cependant il apparaît stigmatisé comme un simple récolteur et non comme un amateur naturaliste très qualifié. On peut penser que son statut social et son absence d’études l’ont laissé au bas de l’échelle académique et scientifique.

Figure 8 : Eugène Poilane dans les années 50. Au dos de la photo, écrit de sa main « Photo prise par Minier au pied d’un kaki si chargé de fruits que le tronc en est ployé »

Figure 8 : Eugène Poilane dans les années 50. Au dos de la photo, écrit de sa main « Photo prise par Minier au pied d’un kaki si chargé de fruits que le tronc en est ployé »

Collection J.M. Poilane

La personnalité d’un récolteur hors norme

26E. Poilane était très observateur, qualité première d’un naturaliste, et il a rapporté des quantités d’informations vues ou entendues : il ne donne pour certaines que les choses dont il est absolument sûr, mais il ne garantit pas la véracité des renseignements donnés par des tiers. Il a, par ailleurs, des opinions arrêtées sur beaucoup de choses : religion, politique, mœurs, colonisation. Elles sont exprimées avec franchise et lui causerons parfois de sérieux problèmes :

« Le curé de St. Sauveur pendant la guerre aurait clamé en chaire : 
LA FRANCE MÉRITE D’ÊTRE PUNIE ET SERA PUNIE.
Vous ne trouvez pas que comme parole de consolation pour des mères qui pleuraient leurs enfants, des épouses séparées de leurs maris pour longtemps et combien pour toujours.
Ha Jésus Jésus vient voir tes ministres qui font ripaille qui, non content de vivre de ce pauvre paysan, l’insulte.
Ha gangster d’Amérique qui, en maniant le revolver risquez la chaise. Si vous brandissiez un crucifix, ça vous rapporterait beaucoup plus, et vous auriez droit à tous les honneurs et à fauteuil doré.
Ha paysan secoue ce joug honteux, chasse ces vampires, qui non content de vivre à te dépens, t’insultent dans ce que tu as de plus cher.
Ha Mère et Épouse, détournez-vous et fuyez ces consolateurs perfides et hypocrites.
Oh jeune fille : innocente victime, sachez que chacune de ces robes noires cache un serpent redoutable.
Oh enfants : méfiez-vous de ces gros frelons qui disent vous apportez la lumière, mais qui, en réalité, ne visent qu’à obscurcir, endormir, à asservir votre cerveau comme certaine guêpe, celui de leur victime qu’elle capture et destine à la pâture de leurs petits.
Et oui messieurs les Ministères de l’église, votre doctrine ressemble à un papillon, comme lui, elle est jolie et l’on croirait qu’elle va apporter bonheur et félicité. Mais comme l’insecte cité plus haut qui, pourtant si beau ne donnera qu’une hideuse et malfaisante chenille, votre religion basée sur le mensonge n’apporte que l’illusion, le vice et la souffrance.
Ce que je dis tout le monde le sais mais ne dis rien. Pensez donc celui qui oserait dire la vérité il pourrait le regretter et il lui faudrait, comme moi, prendre le large. » (Poilane s.d.a : 8-9).

27Son aversion pour la religion et à l’église catholique est illustrée par des nombreux exemples tout au long de ses récits. Dans son manuscrit il souligne :

« La religion est parfois non plus absurde, mais criminelle. Ces fous dangereux vont jusqu’à conseiller aux femmes de ne pas avoir d’enfants, si elles ne pouvaient les faire catholiques » (Poilane s.d.a : 367)

28… Et dans ses mémoires, il ajoute :

« Le Catholique adhère un dieu qu’il précise, moi j’admire une organisation que faute de mieux connaître j’appel DAME NATURE » (Poilane 1947-1950 : 16)

29Un autre exemple qui illustre bien le caractère de Poilane est l’antipathie qu’il vouait à son collègue Alfred Pételot, auteur de la monographie des Plantes médicinales du Cambodge, du Laos et du Viêtnam (1952-1954), et qui a utilisé nombreux des herbiers et des informations produites par Poilane pour sa rédaction. Suite à un quiproquo impliquant la disparition d’herbiers de l’Institut de Recherches Agronomiques de l’Indochine (IRAI), E. Poilane rendra A. Pételot responsable de cette perte. Il affirme :

« J’ai vu un boy qui pour avoir volé 3$ à M. Margot, Administrateur adjoint à Quang-tri, récolte trois mois de prison. Monsieur Pételot qui a détruit 6000 de mes échantillons, soit 6 ans de travail et 60.000 $ d’avant-guerre, n’est pas même désavoué ; bien plus on lui confie les collections du Sud, sur lesquelles il peut exercer les effets de sa jalousie farouche, de son égoïsme et de sa méchanceté. » (Poilane 1947-1950).

30Cette mésaventure prend une tournure savoureuse quand on constate qu’Eugène Poilane n’hésitera pas à retourner sur les lieux de prospection pour réaliser de nouvelles récoltes, en prenant soin d’apposer sur les étiquettes la mention suivante :

« Échantillon de remplacement du même n° détruit par Pételot par jalousie et pour nuire au Muséum qu’il dénigre » (Figure 9).

31Dans l’avant-propos de l’article de E. Poilane publié après sa mort P. Tixier signale

« {…} il faut penser que ces collections se sont égarées au travers de deux déménagements, une révolution et une reconquête qu’ont dû subir le matériel de l’IRAI. » (Poilane 1965a).

32Nous ne connaissons pas aujourd’hui le fin mot de cette histoire ni la version d’A. Pételot.

Figure 9 : Étiquette d’herbier incriminant Alfred Pételot. Ecrit en rouge sur l’étiquette « Echantillon de remplacement du même n° détruit par Pételot par jalousie et nuire au Muséum qu’il dénigre » (P00604071)

Figure 9 : Étiquette d’herbier incriminant Alfred Pételot. Ecrit en rouge sur l’étiquette « Echantillon de remplacement du même n° détruit par Pételot par jalousie et nuire au Muséum qu’il dénigre » (P00604071)

© MNHN

33Il est fort probable que la médiocrité des relations entretenues avec Alfred Pételot vient à la fois du désintérêt, voire du mépris d’E. Poilane pour ce qu’il considère comme des « mondanités superficielles » (Poilane s.d.b cahiers manuscrits), et de la position de supériorité qu’apparemment A. Pételot affichait face à E. Poilane, Lauréat de l’Académie des sciences et chef de la division de botanique du Centre de Recherche Scientifique et Technique (CRST), A. Pételot travaille principalement à la mise en valeur des produits de la colonie : plantes médicinales et pharmacopée.

L’esprit colonial dans les récits de E. Poilane

  • 5 Guillaume Capus, 1857-1931, naturaliste et botaniste au Muséum qui, après de longues tournées en As (...)

34Les collections et les écrits d’E. Poilane dessinent également une peinture vivante et colorée de l’Indochine coloniale. Une véritable galerie de portraits et de personnages hauts en couleur qui vont et viennent au gré du récit : administrateurs coloniaux, scientifiques et forestiers, tel que Guillaume Capus qu’il n’a pas croisé mais dont il loue l’héritage5 (Chevalier 1931), soldats ou simples colons installés comme planteurs.

35Parfois, il s’agit de personnalités emblématiques de l’Indochine coloniale, tel le Dr Alexandre Yersin de l’Institut Pasteur (Poilane s.d. : 40), découvreur du bacille de la peste et de la toxine diphtérique, explorateur et cultivateur lui aussi. Ils se croisèrent plusieurs fois et E. Poilane semble avoir reconnu chez lui un caractère volontaire semblable au sien, il ne cache pas d’ailleurs son admiration pour Yersin dans ses mémoires :

« J’ai bien connu le docteur Yersin qui avait la réputation d’être sobre, frugale, rustique et d’une rare endurance, très dur. {…} J’ai entendu raconté par des Viêtnamiens qui l’avaient accompagné qu’avec lui il n’avait absolument pas moyen de carotté quoique ce soit car il avait l’œil à tout. C’est vraisemblablement ce qui lui a permis comme à moi d’aller partout sans ennuis. Je n’ai pas eu le bonheur de l’accompagné mais ça m’aurais beaucoup plus {…} A 80 et quelques années il circulait en vélo à Nha Trang et toujours en kaki, je ne crois pas qu’il eu de sa vie mis un smoking. » (Hôpital de Hué le 16-6-60, Poilane s.d.b cahiers manuscrits).

36Les écrits laissés par E. Poilane nous renseignent à la fois sur les conditions de prospection de l’époque, mais aussi sur les relations qu’étaient susceptibles d’entretenir les colons et les Indochinois. Certains passages de ses mémoires sont révélateurs de l’état d’esprit des hommes de ce temps. Rappelons qu’à cette époque la prospection naturaliste n’était pas chose aisée, les missions duraient plusieurs mois, dans des conditions parfois spartiates auxquelles se rajoutaient de multiples dangers : maladies, prédateurs, pillards et individus peu fiables. A ce sujet, E. Poilane s’exprime clairement :  

« Il y a beaucoup de fumistes à l’affût de vos désirs. Voulez-vous une mine d’or ? Ils la connaissent. L’Européen ayant la réputation d’être un peu bluffeur, mais incapable d’aller au-delà de deux kilomètres où va l’auto ; que de fois ai-je eu des indicateurs. Le lendemain je partais au bout de peu de temps, je voyais l’individu qui se retournait pour voir si je ne manifestais pas le désir de faire demi-tour ; j’en ai vu plusieurs fois qui finissaient par avouer m’avoir carotté ; je leur faisais expier par une bonne journée de marche ; par suite les renseignements étaient moins abondants, mais plus sûrs. » (Poilane s.d.a : 72)

37Les relations avec les guides ou le personnel qu’il embauche s’inscrivent, elles aussi, dans ce contexte. E. Poilane clame son amour de l’Indochine et de ses habitants, il aura sept enfants avec deux femmes Viêtnamiennes et se fera l’avocat auprès de l’administration coloniale de plusieurs de ses employés soupçonnés de complots à la solde des Viet-Minh. Par exemple, E. Poilane a eu des collaborateurs fidèles, notamment M. Lé Hiêu, avec qui il partageait sa passion pour les plantes et les arbres fruitières et qui lui a accompagné durant plus de 15 ans dans ses prospections à travers toute l’Indochine, sa mort lui cause une double peine :

« … il était revenu depuis peu avec moi [M. Lé Hiêu] j’étais content, s’était pour moi un grand réconfort sa présence me faisait envisager l’avenir confiance {…} j’appris qu’il était disparu {…} dès le lendemain matin je partais à sa recherche connaissant le chemin qu’il prenait pour aller et revenir de son travail {…} je cherchais et je découvrais son chapeau {…} et le lieu où il a était enterré, je l’ai dégagé et déshabillé et j’ai constaté qu’il portait 4 trous de balles autour de l’oreille {…} le groupement de balles indiqué que ces avec une mitraillette {…} l’assassin l’a tue à bout portant, j’avais espère et souhaité surtout [ce] crime ait été commis par un chasseur Laotien ou un partisan Khas, mais seul les militaires français ont des mitraillettes, j’en ai donc la double douleur que l’auteur de ce crime était des nôtres » (Poilane 1947-1950 : 4).

38Cependant, il ne perd jamais de vue sa position de colon dont l’influence se doit d’être civilisatrice. Lorsqu’il organise une mission de prospection, il choisit son personnel selon la vision, qu’il s’est constitué au fil des années d’observation, des populations locales :

« Personnel : Attention : là est la question grave. Il existe entre les Annamites et toutes les autres populations une antipathie très marquée. L’annamite en général et en particulier celui des centres méprise les autres peuples qu’il qualifie de sauvages. {…}. Il vaut donc mieux à mon avis prendre un bon coolie dans ces régions, qui ne marque pas trop de répugnance à l’égard de ces populations. {…}
Prenez garde ! que de fois ai-je été pris ! ce sont 9 fois sur 10 des fumeurs d’opium qui savent dans l’intérieur trouver de la drogue à bon compte ! Gare ! ce sont des individus peu résistants à la fatigue et capables de tout. Après avoir roulé comme je l’ai fait, j’ai la conviction que plus de la moitié des européens qui ont été tués dans la brousse l’ont été à cause des excès ou fautes commise par leur suite annamite.» (Poilane s.d.a : 269-270)

39Même s’il sait faire preuve de clairvoyance en comprenant les relations entre ethnies qu’il croise, il ne se dépare pas de jugements parfois très durs :

« Les Annamites constituent presque toujours la base du personnel ; ils sont en principe bons à tout, c’est-à-dire que, stables, vous pouvez les dresser. » (Poilane s.d.a : 284)

  • 6 Le ray, est un terme utilisé en Indochine, c’est un champ vivrier, de taille assez réduite, obtenu (...)

40Malgré son grand intérêt pour les savoirs locaux, E. Poilane n’échappe pas aux préjugés omniprésents dans la société des colonies, notamment le fameux paternalisme du colonisateur qui prône un désir, parfois sincère, d’améliorer la condition du colonisé, en lui prodiguant les « bienfaits » civilisateurs de l’Europe. La lutte contre les feux de brousses, le ray6, est un exemple frappant de cette attitude, E. Poilane en a fait un cheval de bataille, tout comme les services forestiers et agronomiques (Thomas 2009). Cette pratique est accusée de détruire la forêt, les indigènes sont considérés comme les artisans de la destruction de leur environnement, les colons étant là pour les sauver de cette ignorance par l’éducation, la prévention et la punition. E. Poilane adhère complètement à ces recommandations et à cet état d’esprit, or la situation en Indochine est plus complexe que dans les forêts de France, la lutte contre le ray s’apparente plus à une ingérence écologique, un impérialisme environnemental visant à prendre le contrôle sur les pratiques locales. En effet, le passage du feu sur les terres indochinoises pendant la saison sèche semble être bénéfique aux associations végétales ; malheureusement ce savoir indigène n’est jamais pris en compte (Thomas 2009).

41Cet exemple ne doit cependant pas faire oublier l’énorme quantité de savoirs locaux qu’Eugène Poilane a recueillis dans ses herbiers et qu’il a bien souvent mis en pratique dans le cadre de ses fonctions de planteur. Nous pouvons parler ici d’une « école Auguste Chevalier », ils étaient tous deux convaincus des bienfaits de la colonisation, mais ne perdaient pas de vue l’importance des savoirs des colonisés et la nécessité d’en tenir compte dans le développement agricole de l’Indochine.

42Souvent E. Poilane se révoltera contre les traitements réservés par les militaires français aux Viêtnamiens soupçonnés d’appartenir aux éléments Viet-Minh révolutionnaires. Il n’hésite pas à citer les noms et grades des officiers qu’il tient pour responsables de ce qu’il considère comme des exactions, il vivra la période de décolonisation avec tristesse, voyant une partie de son œuvre engloutie dans le chaos de la guerre alors qu’il imaginait un avenir de paix et de prospérité pour cette région.

43L’administration coloniale fait, elle aussi, les frais de sa critique, ce qui lui vaudra quelques blâmes et divers ennuis avec ses supérieurs des services forestiers. Ces mauvaises relations se cristallisent lorsque Poilane est amené à collaborer avec des services forestiers étrangers, il s’insurge du manque de professionnalisme de ses supérieurs en des termes sans ambiguïtés :

« Il y a quelques années à Trang-Bôm, passe un inspecteur des forêts chinoises, il demande des graines, mon chef me dit : envoyez-les-lui. {…}
A quelque temps de là, il me dit et bien les graines pour la Chine, je réponds c’est fait, sauf ces deux espèces dont les graines ne valent rien. {…}
 Lui de me dire, mais pourquoi ? Il a demandé des graines c’est tout, qu’elles soient bonnes ou non, on s’en moque, l’on ne sait pas pourquoi c’est faire ? {…}
 Voilà la conscience française. L’on peut être orgueilleux et intrigant après de tel fait, s’il n’était dûment démontré, je ne le dirais pas. A comparer des Russes qui, désireux d’avoir des graines de citrus d’Indochine, commencent par envoyer des greffons de pommier et poirier acclimatés pour pays chaud et humide, et ceci dans la station la plus apte à les utiliser. Il ne leur fut pas répondu. Cette lettre m’ayant été communiquée, je leur adresse quelques boîtes à beurre de graines de citrus, ils envoient une lettre de remerciements adressés au directeur de l’institut qui me vaut un blâme {…}.
Comparons la délicatesse et le sens pratique de ces gens-là, j’avoue être honteux et ferais mon possible pour leur adresser quelque chose, à côté du je m’en foutisme français, de notre manque total de conscience et de correction. » (Poilane s.d. : 182-183).

44E. Poilane, en revanche, exprima tout au long de ses récits une grande admiration de l’influence commerciale et culturelle des Chinois en Indochine :

« Je tiens à dire que les chinois sont des as, même des super-as, que ce soit en agriculture ou dans le commerce. Ils ont de l’endurance, de la sobriété et sont des maîtres dans l’art de coloniser. Nous, occidentaux vaniteux, nous serons battus sur tous les points lorsque ce grand peuple se réveillera » (Poilane s.d.a : 69)

45Une observation pour le moins visionnaire, et qui plus de 80 ans après avoir été énoncée, prend aujourd’hui tout son sens, à l’heure où la Chine, deuxième puissance mondiale, étend son influence sur tous les continents au point de menacer la suprématie mondiale américaine.

Les dernières années de sa vie

46L’époque est dure et soumise aux aléas de l’Histoire : deux guerres mondiales, une invasion japonaise (9 mars 1945) et une guerre d’Indépendance dont E. Poilane sera finalement victime. Il endure les épreuves avec obstination doublée d’une volonté de fer :

« {…} te voilà ruiné et trop vieux pour recommencer à économiser sou par sou, tu marcheras, vielle bête, {…} ou tu crèveras. » (Poilane E. s.d.a : 61).

47Par trois fois sa maison sera brûlée. La première fois, en 1927, fut suivie d’une lettre de dénonciation d’un voisin envieux qui le força à un exil de deux ans au Cambodge. Exode qu’il mit à profit pour faire deux fois le tour du pays et récolter de nombreux échantillons botaniques. Les fois suivantes verront les Japonais en 1945, puis les Viêt-Cong en 1953 s’en prendre à ses terres. À chaque fois il reconstruira, avec l’aide de sa famille : il eut dix enfants de deux mariages et une union libre (Figure 10). Entouré d’une famille si nombreuse il partageait son temps entre les missions de terrain et l’autre grande orientation de sa vie : la culture des arbres fruitiers et l’arboriculture, un intérêt transmis par son père durant sa jeunesse paysanne en France. Dès le début de ses prospections il chercha une terre où s’installer et trouva son bonheur à Khe-Sanh, province de Quảng-Trị, dans la région du centre-Viêtnam (Figure 11). Après obtention d’une concession par le gouvernement colonial, il ne mit pas longtemps à retrouver son savoir-faire d’homme de la terre : élevage de bœufs et de volailles, plantation de café, d’hévéa et de toutes sortes de productions végétales.

Figure 10 : Eugène Poilane avec sa deuxième épouse Dong Thi Nam, et ses enfants. Photo de la collection personnelle de Cosette Poilane, fille d’Eugène Poilane datant de 1955

Figure 10 : Eugène Poilane avec sa deuxième épouse Dong Thi Nam, et ses enfants. Photo de la collection personnelle de Cosette Poilane, fille d’Eugène Poilane datant de 1955

Collection C. Poilane

Figure 11 : Maison de la famille Poilane en décembre 1967

Figure 11 : Maison de la famille Poilane en décembre 1967

Collection J.M. Poilane

48L’œuvre agronomique d’E. Poilane est riche en expérimentations et observations : recherche des essences spontanées et des variétés cultivées les plus intéressantes, introduction de variétés étrangères, acclimatation et culture de toutes ces essences dans la région du centre Viêtnam. Poilane était conscient de la situation géographique particulière du Viêtnam et pensait pouvoir produire presque tous les fruits des zones tropicale et tempérée (Tardieu-Blot 1964). Dans son verger expérimental il s’essaye au greffage, marcottage, et tous les essais d’acclimatation de plantes sauvages ou cultivées qu’il trouvait au cours de ses voyages, ou qu’il recevait de correspondants étrangers (il reçoit des greffons de Chine et de Russie). Ce travail s’étale sur toute une vie, lui permettant d’obtenir de bons résultats sur le café Chari, les arbres fruitiers de France (vigne, pêchers, pruniers, et même noisetiers) et de la région (Durio, sapotier, agrumes). La réputation de son jardin expérimental de Lang-Tram est telle qu’il reçoit la visite du Président de la république Ngo Dinh Diem en juillet 1959 (Poilane 1988 : 42).

49Dans les dernières années de sa vie, alors que selon le professeur J.F. Leroy (1915-1999) « avec l’âge il avait pris l’allure d’un patriarche biblique » (Leroy 1964) (Figure 12), il se laisse convaincre de rassembler la somme de ses observations et expérimentations concernant les arbres fruitiers d’Indochine en vue d’être publiés (Poilane 1965a, b, c). Malheureusement il n’aura pas la joie de voir ce travail achevé en 1965 : E. Poilane, personnage pittoresque, a fini comme finissent les héros de légende, son destin est scellé le 20 avril 1964 quand, à l’âge de 76 ans, il tombe sous les balles des soldats Viêt-Cong lors d’une embuscade sur la route de Lao-Bao à Quảng-Trị, au volant de sa célèbre Citroën jaune. Sa belle-fille, Madeleine Poilane décrit dans ses mémoires cet épisode difficile :

« … un soldat Viêtnamien que nous connaissons bien entra vivement et nous dit en criant en Viêtnamien : M. Poilane est mort {…} Nous étions abasourdis et très tendus par l’annonce de cette nouvelle incroyable {…} Nous savions mon beau-père athée et nous ne fîmes rien en dehors de ses volontés {…} Il voulait que l’on l’enterre, debout, sur sa montagne, mais cela était devenu trop dangereux » (Poilane Madeleine, 1988 : 53).

Figure 12 : Eugène Poilane en 1964 à l’âge de 76 ans

Figure 12 : Eugène Poilane en 1964 à l’âge de 76 ans

© MNHN

50N’étant qu’un simple « cul terreux » - comme lui-même se décrivait - peu avide d’honneurs et nullement introduit dans les cercles savants de l’époque, seuls les botanistes connaissent véritablement l’importance majeure de son œuvre (Figure 13). Si aujourd’hui encore les botanistes et les taxonomistes se penchent sur ses herbiers, en retirent de nouvelles informations cruciales sur la flore du sud-est asiatique au XXe siècle, il laisse pourtant un héritage immense inexploré. Les données et informations socio-culturelles, économiques, politiques et écologiques produites par Eugène Poilane et inscrites dans ses récits nécessitent une étude détaillée, une organisation méticuleuse et une valorisation interdisciplinaire. Nous avons dans cet article à peine effleuré quelques aspects par rapport à l’immensité de son œuvre. Nous avons dû sacrifier certaines informations, certains passages, des thématiques. Par exemple, son intimité et son admiration pour les femmes traversent ses manuscrits et peu parfois surprendre le lecteur !

51Dans un deuxième article, nous présenterons une utilisation parmi les autres potentielles, des collections et des manuscrits d’Eugène Poilane pour comprendre l’état et l’évolution de la mangrove du Viêtnam au cours du siècle dernier (voir Burgos et al. 2021).

Figure 13 : Lettre (recto-verso) adressée en 1962 à E. Poilane par le Directeur du Muséum national d’Histoire naturelle, le Professeur Roger Heim. Veuillez noter à la fin de la lettre la notification du Pr. Heim des efforts qu’il souhaite renouveler afin que le gouvernement attribue à M. Poilane la Légion d’Honneur

Figure 13 : Lettre (recto-verso) adressée en 1962 à E. Poilane par le Directeur du Muséum national d’Histoire naturelle, le Professeur Roger Heim. Veuillez noter à la fin de la lettre la notification du Pr. Heim des efforts qu’il souhaite renouveler afin que le gouvernement attribue à M. Poilane la Légion d’Honneur

© MNHN

Nous souhaitons remercier tout particulièrement Jean-Marie Poilane, petit fils d’Eugène Poilane, pour sa disponibilité et son intérêt pour notre article et à Peyo Dillais pour l’élaboration des dessins illustrant le héros de ce récit. À Mme Sovanmoly Hul, Françoise Aubaile-Sallenave, Sophie Bary, Vincent Leblan et Dominique Juhe-Beaulaton pour leurs relectures et conseils. A Liliane Rayer et Florence Tessier pour avoir facilité la consultation des archives d’Eugène Poilane dans la Bibliothèque de Botanique du MNHN. Au Dr Thierry Deroin qui, il y a 15 ans, a initié ce travail de recherche et de compilation de l’œuvre d’E. Poilane.

Haut de page

Bibliographie

Bonneuil C. 1996 – Auguste Chevalier, savant colonial. Entre science et Empire, entre botanique et agronomie. In : Waast R. (Dir.) P. Petitjean (Ed.) Les Sciences hors d’occident au XXè siècle, Vol 2 : Les sciences coloniales : figures et institutions. Paris, ORSTOM.

Burgos A., Carré B, Aubaile-Sallenave F. & Hul S. – La mangrove du Viêtnam dans l’Indochine coloniale selon Eugène Poilane. Revue d’Ethnoécologie ce numéro

Chevalier A. 1931 – Guillaume Capus, note biographique. Annales de Géographie 226 : 438-439.

Chevalier A. 1954 – L’Œuvre d’Eugène Poilane en Indochine de 1918 à 1942. JATBA 1 (10-12) : 385-406.

Joyeux B., Guichard F. & Poilane E. 1936 – L’Hymenodictyon excelsum velutinum. Bulletin économique de l’Indochine 10 : 751-757.

Lecomte H. 1907-1950 – Flore générale de l’Indochine. VII vols. + suppl.

Leroy J.F. 1964 – Un grand prospecteur de plantes en Indochine : Eugène Poilane (1888-1964). JATBA 11 (4) : 104-106.

Pételot A 1952-1954 – Les Plantes médicinales du Cambodge, du Laos et du Viêtnam. Archives des recherches Agronomiques et Pastorales au Viêtnam (IV Tomes).

Poilane E. (s.d.a) – Notes d’un paysan. Archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris. 427 p. (Date estimée de rédaction 1937-1939).

Poilane E. (s.d.b) – Cahiers manuscrits Archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris. IX Volumens.

Poilane E. 1919 – Cahier de Récolte (CR 135). Archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris.

Poilane 1922 – Cahier de Récolte (CR 136). Archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris.

Poilane E. 1933a – Une légumineuse fourragère à propager : le chon trau (Bauhinia). Bulletin économique de l’Indochine 36 (1) : 176-178.

Poilane E. 1933b – Note sur les abeilles d’Indochine. Chambre d’agriculture de Cochinchine 254 : 4-5.

Poilane 1947-1950 – Mes mémoires. Notes diverses. Archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris

Poilane E. 1952 – L’Eupatorium odoratum et d’autres plantes de couverture en Indochine. II. La culture du Coffea excelsa dans les montagnes du Laos. III. Fourrages pour pays tropicaux. Notes & Actualités de la Revue internationale de botanique appliquée et d’agriculture tropicale 32 : 496-497.

Poilane E. 1965a – Les arbres fruitiers d’Indochine. JATBA 12 (6-8) : 235-252.

Poilane E. 1965b – Les arbres fruitiers d’Indochine (suite). JATBA 12 (9-10) : 438-453.

Poilane E. 1965c – Les arbres fruitiers d’Indochine. JATBA 12 (11) : 527-549.

Poilane M. 1988 – Ma vie au Viêtnam 1957-1968. Manuscrit personnel 103 p.

Sarraut A. 1923 – La mise en valeur des Colonies françaises. Paris, Payot et cie.

Tardieu-Blot L. 1964 – Eugène Poilane 1888-1964. Adansonia nouvelle série 4 (3) : 351-354.

Thomas F. 2009 – Protection des forêts et environnementalisme colonial : Indochine, 1860-1945. Revue d’histoire moderne et contemporaine 4 (56-4) : 104-136.

Zimmermann M. 1920 – Création d’Instituts Scientifiques dans les colonies françaises. Annales de Géographie 29 (157) : 68-69.

Haut de page

Notes

1 A. Chevalier est, à cette époque, un explorateur avant tout ; il vient de passer 15 ans à prospecter et étudier la flore d’Afrique en tant que botaniste et agronome. Échaudé par la concurrence que se livrent les scientifiques et les services agricoles coloniaux, il entrera en controverse régulièrement au sujet de la création de réserves naturelles ou d’instituts scientifiques. Arrivé en Indochine en 1917 il la quittera en 1919 afin de bâtir une carrière scientifique d’envergure plus en relation avec les cercles scientifiques et politiques de la métropole (Bonneuil, 1996).

2 Albert Sarraut est de 1911 à 1914 et de 1917 à 1919 gouverneur général de l'Indochine.

3 Le 31 décembre 1918 un arrêté de Mr Albert Sarraut décide la fondation de l’Institut scientifique Saigon. Cet institut est composé d’une bibliothèque, des laboratoires, d’un Muséum d’histoire naturelle, et enfin des champs expérience. Mr Auguste Chevalier est chargé de la direction du nouvel Institute en 1919 (Zimmermann 1920).

4 En 2016, une mission herbonautes du MNHN coordonnée par Gwenael Lebras a permis le récolement et le géoréférencement de 3369 échantillons de bois déposés à la xylothèque nationale et associés à des herbiers.

5 Guillaume Capus, 1857-1931, naturaliste et botaniste au Muséum qui, après de longues tournées en Asie centrale, est appelé en Indochine par Paul Doumer, gouverneur général, pour organiser un bureau économique qui devint bientôt la Direction de l’agriculture, des forêts et du commerce de l’Indochine.

6 Le ray, est un terme utilisé en Indochine, c’est un champ vivrier, de taille assez réduite, obtenu par l’abattage et le brûlage des arbres, dans les cendres desquels on plante, riz, manioc etc… deux ou trois années de suite, puis on laisse la forêt reprendre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Eugène Poilane en 1919
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 2 : Documentation d’Eugène Poilane déposée dans les archives de l’ancien Laboratoire de Phanérogamie, et consultable actuellement dans la Bibliothèque de Botanique, MNHN, Paris
Crédits Photographie A. Burgos
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Figure 3 : Herbier d’Eugène Poilane. Spécimen type de Lithocarpus kontumensis A. Camus, Poilane n°32255
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Figure 4 : Collection de reptiles d’Eugène Poilane. Spécimens collectés par E. Poilane et consultables en ligne dans la collection de Reptiles & Amphibiens (RA) du MNHN. Limnonectes (Elachyglossa) poilani (Holotype) (gauche), Cylindrophis jodiae (Paratype) (droite)
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Figure 5 : Mariage d’Eugène Poilane avec sa première femme Yvonne Bourdeauducq en 1921
Crédits Photo de la collection personnelle de son petit-fils Jean-Marie Poilane. © J.M. Poilane
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Figure 6 : Carte d’un itinéraire de prospection de Houei Sai à Lao Kay de la main de Poilane
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 7 : Illustration d’Eugène Poilane dans la mangrove
Crédits Dessins A. Burgos et P. Dillais
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 8 : Eugène Poilane dans les années 50. Au dos de la photo, écrit de sa main « Photo prise par Minier au pied d’un kaki si chargé de fruits que le tronc en est ployé »
Crédits Collection J.M. Poilane
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre Figure 9 : Étiquette d’herbier incriminant Alfred Pételot. Ecrit en rouge sur l’étiquette « Echantillon de remplacement du même n° détruit par Pételot par jalousie et nuire au Muséum qu’il dénigre » (P00604071)
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 10 : Eugène Poilane avec sa deuxième épouse Dong Thi Nam, et ses enfants. Photo de la collection personnelle de Cosette Poilane, fille d’Eugène Poilane datant de 1955
Crédits Collection C. Poilane
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 11 : Maison de la famille Poilane en décembre 1967
Crédits Collection J.M. Poilane
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 12 : Eugène Poilane en 1964 à l’âge de 76 ans
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Figure 13 : Lettre (recto-verso) adressée en 1962 à E. Poilane par le Directeur du Muséum national d’Histoire naturelle, le Professeur Roger Heim. Veuillez noter à la fin de la lettre la notification du Pr. Heim des efforts qu’il souhaite renouveler afin que le gouvernement attribue à M. Poilane la Légion d’Honneur
Crédits © MNHN
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/7942/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariadna Burgos et Benoît Carré, « Vie et œuvre d’Eugène Poilane (1888-1964) », Revue d’ethnoécologie [En ligne], 20 | 2021, mis en ligne le 31 décembre 2021, consulté le 16 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/7942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.7942

Haut de page

Auteurs

Ariadna Burgos

Anthropologue et halieute. Chercheur au Laboratoire Patrimoines locaux, Environnement et Globalisation (PALOC), UMR 208, Institut de Recherche pour le Développement – Museum National d’Histoire Naturelle - ariadna.burgos@mnhn.fr

Articles du même auteur

Benoît Carré

Assistant Ingénieur en instrumentation - Observatoire de Haute Provence- OSU Institut Pythéas - CNRS - Aix-Marseille Université - 04870 Saint Michel l'Observatoire - benoit.carre@osupytheas.fr - Tel : 04.92.70.64.56

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d'ethnoécologie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search