Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21TechniquesLire les techniques pour comprend...

Techniques

Lire les techniques pour comprendre les rapports entre humains et non-humains

Retours et réflexivité sur l’approche ethnoécologique
Reading the techniques to understand the relationships between humans and non-humans: review and reflexivity on the ethnoecological approach
Nastassia Reyes

Résumés

L’approche ethnoécologique permet d’aborder de manière complexe les rapports des humains à l’environnement. Elle ouvre la voie d’une compréhension fine des pratiques, usages et représentations des acteurs. L'on découvre alors comment les différents éléments d’un outil technique, dans la pêche par exemple, se rapportent à des caractéristiques et des comportements de l’animal recherché. Plutôt qu’une analyse fondée essentiellement sur la dimension matérielle, cette proposition insiste sur la dimension changeante et saisonnière des pratiques, et sur la compréhension acquise par le pêcheur, sur le poisson. J’entends reprendre, à la manière d’une chronique réflexive, le déroulé conceptuel et méthodologique entrepris lors des enquêtes menées auprès des pêcheurs artisans du nord de la méditerranée. Un focus sera porté sur les pratiques et savoirs environnementaux des pêcheurs de Catane (Sicile). J'aborderai ainsi finement les apports et limites auxquels j’ai été confrontée tout au long du travail de collecte des données, et ouvrirai des propositions pour une analyse des savoirs et des pratiques qui se dessaisit des incomplétudes inhérentes à la compréhension des savoirs environnementaux. Cette proposition s'attache à rendre compte, d’une part, des techniques avec un niveau de finesse qui fait sens pour les pêcheurs, et d’autre part, des liens intimes rapprochant les actants humains et non-humains – ici notamment le pêcheur et le poisson – dans la pratique de pêche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La pêche artisanale se définit de prime abord par la propriété du navire. Ici le capitaine est égal (...)

1Lorsque le pêcheur artisan1 méditerranéen, en mer, remonte à bord de son bateau son filet, sa palangre ou sa nasse, un moment décisif se joue. C’est en effet à cet instant qu’il peut apprécier la capture qu’il a réalisée. Avant même de mettre son engin à l’eau, il a identifié les différentes variables pouvant influer sur sa pêche, telles que l’orientation et la force des courants, la couleur de l’eau ou la température en surface et en profondeur, susceptibles d’orienter les mouvements des poissons (Johannes 1981, Geistdoerfer 1987). En anticipant les tendances évolutives de ces variables, il a opté pour une manœuvre particulière. Au-delà de cette action se trouve, en filigrane, une lecture des techniques, des savoirs écologiques et des modes d’appropriation du milieu. La technique est couramment définie comme une action socialisée de l’homme sur la matière, mettant en jeu les lois du monde physique (Leroi-Gourhan 1945). Elle est l’un des moyens par lequel l’homme s’approprie l’environnement (Lemonnier 1991). En d'autres termes les techniques sont le produit de l’humain qui a su les adapter et les élaborer d’après les observations faites sur le milieu et les comportements des espèces recherchées. Celles-ci sont pensées et définies, pendant un temps, pour être ensuite modifiées au gré de ses observations, de ses connaissances et de ses interprétations.

2Plusieurs auteurs ayant travaillé sur la culture matérielle et les techniques et se sont appliqués à développer des principes classificatoires mobilisables dans le cadre de l’étude des rapports de l’homme aux milieux et de l’analyse des techniques de pêche. Les travaux d’André Leroi-Gourhan s’attachent à proposer une classification des actions techniques qui se fonde sur les propriétés physiques de la matière et sur les modes mis en œuvre pour la transformer. Il considère d’abord que ce sont les moyens et les forces qui conditionnent les techniques, pour ensuite envisager que c’est plutôt la matière qui joue un rôle central. L’auteur distingue les techniques de fabrication des techniques spéciales, qu’il répartit entre les techniques d’acquisition (telles que la chasse, l’élevage, l’agriculture ou la pêche) et les techniques de consommation (l’alimentation, les vêtements, l’habitation). Les propriétés physiques que l’auteur dégage lui permettent d’ordonner les techniques les unes par rapport aux autres. On retiendra notamment son travail sur les différentes formes de percussions, réparties entre les percussions posées, lancées, posées avec percuteur. La classification qu’il propose permet de rendre compte de la diversité, de l’évolution des techniques mais aussi et surtout de la diversité des réponses apportées à une même catégorie de techniques. Son ambition est celle de proposer une classification qui rapproche différents domaines (chasse, pêche, etc.). À la même période, et dans le domaine particulier de la pêche, Théodore Monod propose une classification fondée sur « la nature de l’action (principale) subie par le poisson » (1973 : 96). Il accorde une importance primordiale à l’action exercée par l’outil de capture, au « type de menace » qu’il représente pour l’animal, rejetant au second plan forme et nature de l’objet (Laval 2016). Cette classification sera d'ailleurs qualifiée de « réellement ethnobiologique » par Bahuchet et Rameau (2016 : 2).

  • 2 Les poissons benthiques vivent sur le fond des mers ou des océans. Ils ont un lien étroit et perman (...)
  • 3 Un poisson est dit pélagique lorsqu’il vit dans la colonne d’eau. C’est-à-dire qu’il se trouve dans (...)
  • 4 Depuis 2013, un travail d’analyse ethnographique a été mené, totalisant une durée cumulée d’enquête (...)

3Si l’exercice de classification a d’abord mis en regard les liens entre l’outil technique et l’homme, puis entre l’outil technique et l’animal, il ne rend pas toujours bien compte des relations intimes (Raffles 2002) entre l’homme et l’animal. L’objectif visé ici est donc d’enrichir la dimension analytique opératoire des approches ethnoécologiques et des manières d’analyser les rapprochements entre techniques et cultures, dans leur capacité à rendre compte des dimensions relationnelles qui lient l’humain, ici le pêcheur artisan méditerranéen, et l’animal non-humain (Latour 1991), ici les poissons appelés benthiques2 et pélagiques3 par les scientifiques halieutes. Cet exercice de conceptualisation implique de recenser les éléments matériels opératoires et soulève une question préalable : quelles sont les pratiques locales ? Pour ce faire, il a été choisi de mener un retour réflexif sur la démarche méthodologique entreprise dans l’analyse des techniques mobilisées4, afin d'étudier les pratiques des pêcheurs artisans méditerranéens et de se concentrer sur la proposition d’une nouvelle forme de présentation des techniques de pêches et des savoirs qui leurs sont associés. La démarche d’enquête n’a cependant pas été menée sans quelques pérégrinations méthodologiques. Celles-ci constituent d’ordinaire les coulisses de la recherche, et je souhaite ici les dévoiler pour en dégager une analyse réflexive. Repenser cette approche permettra également d’enrichir une démarche plus générale visant à l’analyse anthropologique des agencements entre les politiques publiques et les pratiques de l’environnement, à l’heure où la gestion des ressources naturelles est le fait de nombreuses transformations et où les puissances publiques interviennent pour réguler ou encadrer les pratiques des acteurs locaux.

4J’exposerai dans une première partie les procédés de recueil des données et les choix épistémiques qui ont motivé cette démarche. Je ferai l’état des difficultés auxquelles j’ai été confrontée et je présenterai comment il m’a été important d’aller observer au plus près des pratiques. Dans une seconde partie, je procèderai à une présentation territorialisée des techniques de pêches, et exposerai les modalités pratiques d’appropriation de leur environnement immédiat par les pêcheurs de Catane (Sicile). J’ai opté pour une présentation à partir d'un portrait, pour rendre compte des interconnexions entre les pratiques mises en œuvre par un seul et même pêcheur, et qui contextualise l’exercice d’une activité de pêche au regard des choix et contraintes rencontrés par cet acteur. Cette proposition met l’emphase sur les connexions entre les pratiques techniques, les contextes de mise en œuvre des techniques, les saisonnalités des pratiques, l’incertitude inhérente à la pratique de pêche induite par la présence incertaine des espèces, les relations entre les pêcheurs et les poissons clés de voute des analyses et logiques classificatoire ; plutôt qu’un focus sur l’outil lui-même. Le parti pris de cette démarche est que l’outil technique est intégré au sein d’un tout. Il fait système avec une pluralité d’autres techniques (corollaire d’un calendrier saisonnier) et d’actants non-humains (poissons), il est le reflet des savoirs et savoir-faire du pêcheur. Cette approche permet d’en dire bien plus que la seule dimension matérielle. Elle introduit plusieurs éléments relatifs aux dynamiques individuelles et collectives concernant les rapports de concurrence, mais aussi sur les choix et les stratégies des pêcheurs insérés dans des secteurs économiques nationaux et mondiaux.

Rétrospective méthodologique et premiers résultats d’analyse des techniques

5Plusieurs raisons m’ont amenée à procéder à ce retour sur le cheminement entrepris dans la collecte des techniques. Tout d’abord, les choix entrepris, les embuches rencontrées et les ajustements auquel le chercheur procède dans la démarche de collecte d’informations, peuvent être des révélateurs du système de représentation des groupes sociaux auxquels il s’intéresse. En saisissant les limites de ma démarche, je me suis alors davantage approchée des conceptions que les pêcheurs ont à l’égard de leurs propres pratiques. C’est donc ce parcours, composé de différentes étapes : hypothèses, erreurs, significations, ajustements méthodologiques et enfin, formulation de nouvelles hypothèses, que je compte présenter ici. Toutes ces orientations ont été riches de sens, et se sont avérées essentielles à la construction de ma démarche d’enquête, en ce qu’elles m’ont permis de saisir chaque fois un nouvel élément sur la manière dont les pêcheurs artisans s’approprient l’environnement. L’autre raison de cette présentation tient à la nécessité de situer les analyses menées au sein d’un ensemble bien plus large de données collectées. Si le corpus de donnée n’est pas mobilisé dans sa totalité il semble toutefois fondamental d’indiquer qu’il a servi d’appui pour l’analyse et le développement exposé dans cet article. J’expliciterai alors les choix qui m’ont amenée à resserrer le développement vers certains nœuds analytiques.

Où arrêter la collecte ? Une complexe gestion des données

  • 5 Pour cet auteur, le terme de « métier » pour les pêcheurs se réfère soit à l’engin, on dira par exe (...)

6Dès les premières enquêtes de terrain auprès des pêcheurs artisans méditerranées, j’ai constaté que la notion de métier5, définie par Paul Jorion, dans sa forme la plus élémentaire, comme une « pratique qui associe une technique de pêche particulière à la capture d’une espèce bien définie » (1979 : 139), était un concept qui faisait réellement sens pour le pêcheur. Ce niveau d’analyse étant alors assez précis pour rendre compte avec finesse de l’étendue et de la richesse de leurs pratiques. C’est ce qui m’a amenée à considérer qu’il me fallait parvenir à distinguer les divers métiers de pêche, autrement dit à considérer les différents filets, les différentes palangres utilisées, etc. Pour ce faire, j’ai emprunté le concept de métier proposé par cet auteur afin de m’intéresser à la combinaison entre la technique et l’espèce.

7Les informations qui ont pu m’amener à différencier un filet d’un autre reposaient alors sur des différences de montage et de mesures. Ainsi, la hauteur du filet à daurade est plus importante que celle du filet à sole ou à rouget. Le premier étant généreusement pourvu de flotteurs, le second n’en dispose quasiment pas tandis que le troisième en détient juste suffisamment pour soutenir le filet dans l’eau. De plus, si le filet à sole est un filet trémail, les deux autres sont des filets simples (encadré 1). Mais, je me suis rapidement aperçue que ces informations appelaient à un travail plus fin. Elles n’avaient pas de sens en elles-mêmes. J’ai compris à ce stade combien la composition des engins de pêches était alors intimement associée aux connaissances des pêcheurs sur les comportements des espèces. Par exemple, la hauteur du filet à daurade est liée aux déplacements de ce poisson le long de la colonne d’eau, tandis que l’importante quantité de flotteurs est liée à la nécessité de maintenir ce filet à la surface afin d’éviter que les daurades ne s’échappent par le dessus. Le filet à sole est relativement bas et équipé de peu de flotteurs car il s’agit d’un poisson plat, vivant sur le sable. Ses déplacements ne l’amènent jamais vraiment à s’éloigner du fond, d’où l’inutilité de disposer d’un filet de grande hauteur pour capturer cette espèce. En ce qui concerne le filet à rouget, il est aussi relativement bas pour cette dernière raison. En revanche, à la différence du filet à sole qui tend à s’affaisser sur le fond, le filet à rouget doit être maintenu droit afin d’assurer la prise des poissons dans le filet lors de leurs déplacements.

Les filets simples et les filets trémails

Les filets simples, appelées aussi nappes ou pièces, sont formés d’une seule nappe de filet rectangulaire. Elle est faite de polypropylène, souvent appelé crin par les pêcheurs du fait de sa clarté. Néanmoins, ils sont de hauteur variable selon la profondeur de la zone de pêche, et la taille de leur maille varie aussi selon l’espèce recherchée. C’est pourquoi ils sont considérés comme des engins de pêche très sélectifs.

Les trémails sont formés de trois nappes de filets : une bande de maille fine (que l’on appelle ici le lis) insérée entre deux bandes de mailles plus larges (les armals). Ces engins capturent le poisson par boursage, c’est-à-dire que le poisson passe la première maille, mais il est arrêté par la seconde. Celle-ci étant suffisamment ample pour que chaque poisson, en avançant, se retrouve enfin emmêlé dans une bourse en dépassant la troisième nappe. Cette technique permet de capturer notamment les poissons plats tels que les soles (solea vulgaris).

  • 6 Les « métiers de l’hameçon », est une expression utilisée dans le domaine halieutique pour parler d (...)
  • 7 Caler signifie mettre son filet ou engin à l’eau.

8Pour ce qui est des métiers de l’hameçon6, c’est plus complexe. Là aussi la profondeur d’eau à laquelle caler7 l’engin de pêche est déterminant pour le montage de l’engin et son adaptation à l’espèce recherchée conduisant le pêcheur à penser encore différemment la manière de mettre à l’eau ses outils. Pour ce qui est des palangres par exemple, elles sont parfois montées de manière à suivre une certaine profondeur d’eau et parfois montées de manière à en traverser plusieurs. En fonction de cela les flotteurs sont disposés à intervalles plus ou moins réguliers. L’écartement entre les hameçons dépend en revanche de la capacité d’agrégation de l’espèce. À savoir, si elle se déplace en banc ou de manière solitaire. On comprendra que dans le premier cas, les hameçons vont être resserrés tandis que, à l’inverse, si elle se déplace de manière solitaire, les hameçons seront plus espacés afin de couvrir une étendue d’eau plus vaste.

  • 8 Les plus grosses différences sont surtout entre l’automne et l’été. Par exemple, une daurade vendue (...)
  • 9 La demande augmente notamment pour le loup (Dicentrarchus labrax).

9Pour dynamiser l’étude des techniques de pêche, le recueil des calendriers d’activité annuels a alors été central. L’année est une unité de durée de travail significative pour les professionnels. Elle traverse les différentes saisonnalités et permet de prendre en compte les différents cycles biologiques des espèces. Par ailleurs, au niveau de la gestion de l’entreprise, la dimension annuelle est fondamentale car elle est ponctuée de périodes d’activités intenses et de moments plus calmes. C’est dans cette temporalité que s’inscrit l’activité du pêcheur qui veille à assurer un équilibre financier entre les différentes périodes. Le printemps et l’automne sont les saisons où les captures se font généralement plus abondantes. Ce sont également les périodes où se trouve une plus grande diversité d’espèces, ce qui offre aux pêcheurs un éventail plus diversifié de métiers de pêche. Toutefois, les prix proposés sur le marché ne sont pas aussi élevés qu’en été8. La période estivale concentre une demande très importante en produits de la mer du fait de l’afflux de touristes vers les zones littorales, mais la diversité et les captures sont plus faibles. En revanche, l’hiver est une période très calme à l’exception de la période des fêtes où le marché devient plus dynamique pour les quelques espèces consommées à ces périodes9.

10Les calendriers d’activité annuels sont une entrée fructueuse pour l’analyse des pratiques de pêches en ce qu’ils permettent de mettre en évidence le caractère polyvalent des petites pêches méditerranéennes. Les calendriers rendent compte des connexions entre les techniques de pêche et du caractère holistique que détiennent les pratiques de pêche artisanales méditerranéennes. La technique est associée à une ou plusieurs espèces mais aussi à une saisonnalité et à un type de fond marin. Ces calendriers suggèrent la mise en œuvre simultanée ou successive des techniques et permettent d’explorer ce qui motive les changements d’activités. J’ai ainsi interrogé, sur un intervalle d’un an, des pêcheurs sur leur calendrier technique afin d’obtenir une vision systémique des changements de pratiques interannuels.

De l’importance d’aller observer au plus près des pratiques

11La collecte de données sur les techniques a constitué une part importante du travail de terrain mené auprès des pêcheurs artisans méditerranéens. La tâche était ambitieuse, le niveau de finesse recherché n’a pas rendu la chose aisée. Plusieurs aspects éclairent à propos des difficultés rencontrées. Tout d’abord, au sein d’un cadre de référence partagé, les montages des engins font l’objet de variations interindividuelles entre pêcheurs. Or, les montages précis des engins sont des informations que les professionnels catalans, occitans comme siciliens ne divulguent pas. Parfois, cela ne fait même pas exception au cercle familial et il est des cas où des pêcheurs avouent n’avoir jamais transmis certaines informations à leur propre frère, fils ou neveu. Ces savoirs constituent la fierté personnelle et individuelle du pêcheur qui les identifie, les expérimente et les accumule au fil de son expérience. Toutefois, quand ils sont transmis, ils peuvent aussi faire la fierté et la reconnaissance familiale.

12De plus, ces informations atteignent un tel niveau de complexité qu’il devient assez complexe de les invoquer sans y consacrer un long moment. De ce fait, les discours de certains pêcheurs se sont souvent maintenus à un certain niveau de généralité. Néanmoins, il m’a été possible d’aller plus en précision au cours de plusieurs entretiens longs et à partir des observations in situ. Toutefois, en raison du caractère sensible de ces données, il m’a parfois été sommée de ne pas les divulguer. S’il n’est pas possible de les divulguer de manière précise, ces données m’ont néanmoins permis d’appréhender un niveau de compréhension général et complexe qui sera quant à lui exposé ici.

  • 10 Avec la production industrialisée des engins de pêche, le millimètre s’impose de plus en plus comme (...)

13L’autre raison qui a rendu le travail de collecte de donnée assez complexe, est le temps d’analyse nécessaire qu’il m’a fallu pour décrypter les logiques cognitives propres à l’exercice de l’activité de pêche. Au gré des entretiens, j’ai pu saisir que, pour les pêcheurs, les informations sur les mesures ne se discutent pas de la même manière selon les engins. En effet, il est cohérent pour les pêcheurs de chercher à déterminer la longueur d’un filet, mais moins celle d’une palangre. La palangre étant, par exemple, plutôt mesurée en nombre d’hameçons. Mais cela n’est pas tout. En croisant les données, j’ai également saisi qu’il existe parfois d’importantes différences dans les réponses. Selon les lieux, les pêcheurs se réfèrent à des systèmes de mesures différents : l’empan, les nœuds ou les ponts. L’empan par exemple, est une unité de longueur ancienne qui est encore souvent employée par les pêcheurs catalans et siciliens. Elle a comme étalon de mesure la largeur d’une main ouverte soit, la distance entre le bout du pouce et l’auriculaire. Les pêcheurs de Palamós le réfèrent à une valeur de base de 20 centimètres tandis que ceux de Palavas-les-Flots et de Catane à une base de 25 centimètres. Ils calculent le nombre de mailles étirées au sein de cette unité. Cela leur permet de différencier les filets. Si en Catalogne et en Sicile cette mesure est encore couramment employée, en Occitanie c’est le système de mesure en millimètre qui est devenu la référence10.

14Enfin, l’autre écueil que j’ai eu à éviter est le suivant : les interrelations entre la technique, l’espèce, la saisonnalité et le lieu ne sont pas systématiques. Certes mes premières investigations sur la diversité des filets de pêche m’ont conduite à entendre certaines phrases récurrentes chez les pêcheurs, telles que « à chaque poisson, sa maille » mais j’ai constaté à ce stade que la théorie s’accommode mal avec la réalité pratique. Je me suis arrêtée de manière trop ingénue au sens premier de cette maxime. Ainsi, j’ai pensé identifier les quarante principales espèces de poissons recherchées sur l’ensemble des sites et faire correspondre à chacune d’entre elles une taille de maille ou un type d’hameçon. Mais cela est valable pour les filets simples, pas pour les filets trémails. En effet, la capture du poisson par les filets simples suppose généralement que celui-ci se trouve pris au niveau des branchies. La maille étant alors suffisamment resserrée pour qu’il ne parvienne à s’en libérer. Cela suppose donc une adaptation fine de la maille du filet à la taille du poisson. Or, la taille du poisson peut varier selon les saisons et selon les phases de son cycle biologique. Ainsi, plusieurs mailles peuvent être utilisées par les pêcheurs pour une seule espèce. Par exemple, la taille de la maille utilisée en Occitanie pour le rouget (Mullus sp.) peut aller de 19 à 23 mm. Celle utilisée pour la sole (Solea vulgaris) de 40 à 50 mm ou encore pour la daurade (Sparus orata) de 40 à 70 mm. Je me suis alors trouvée face à une masse d’informations pour lesquelles je définissais assez difficilement les contours. J’ai réalisé qu’à chaque espèce étaient associées plusieurs tailles de mailles et non une seule ; inversement, une taille de maille peut être utilisée pour la capture de plusieurs espèces différentes. J’ai également découvert que dans certains cas les pêcheurs utilisent une maille de filet plus petite que celle généralement adaptée à la capture de l’espèce en question. Je pense notamment au cas du merlu (Merluccius merluccius) pour lequel des pêcheurs occitans ont développé un mode de capture par mailles, non pas par resserrement autour des branchies, mais par accrochage au niveau de la bouche. Dans ce cas, la taille de la maille ne correspond donc plus au diamètre potentiel du corps du poisson. En fin de compte, j’ai compris a posteriori que la maxime suivante « à chaque poisson sa maille » venait plutôt signifier l’adaptation fine des engins aux espèces et insister particulièrement sur la pluralité des techniques.

15Analyser les techniques pour rendre compte du point de vue du pêcheur n’a donc pas été une mince affaire. En partant d’un outil matériel, je pensais parvenir à transcrire des données directement correspondantes. J’ai cru pouvoir faire correspondre avec aisance les espèces et les techniques. Si cela avait été possible, cela aurait constitué un travail long mais aurait simplifié la démarche à entreprendre. J’ai, au contraire, saisi combien ces savoirs échappent à des contours trop précis. Cette partie discrète et parfois déroutante des savoirs du pêcheur, n’est en fait qu’un ensemble d’éléments tangibles qui reflète des caractères systémiques, adaptatifs et évolutifs des savoirs des pêcheurs. Ces caractères forment un ensemble complexe, appelé « poïétique des flots » par Hélène Artaud (2009), qui est constitué d’un subtil agencement de « savoirs intimes » (Raffles 2002) explicites, implicites mais composé aussi de connaissances non verbales. Comment dès lors mener une analyse avec un niveau de connaissance fragmentaire ? J’ai pensé qu’il fallait que je me dessaisisse quelque peu de ces incomplétudes pour me permettre de rendre compte des techniques avec un niveau de finesse qui fasse sens pour les pêcheurs, et d’analyser le(s) lien(s) entre l’homme et l’animal révélés par la pratique de pêche.

16Portrait de pêcheur

17Afin d’engager un exposé dynamique, j’ai opté pour un développement autour d’un portrait de pêcheur. Ce choix affirme le parti pris d’une approche centrée sur la compréhension des dimensions humaines des pratiques et leur rapport au milieu. Mais, valait-il mieux partir sur un portait réel ou un idéaltype ? Constituer une personnalité idéelle plutôt que de m’attacher à présenter l’existant, m’aurait amené à m’éloigner de l’objectif annoncé et il m’aurait fallu reconstituer une personnalité à partir d’un discernement exogène. Ce premier choix méthodologique a entraîné une seconde série de questionnements : comment choisir les individualités servant de référence ? Comment justifier présenter telle personnalité plutôt que telle autre ? Sur quels critères fonder ces choix ? Pendant un temps, cette entrée me semblait séduisante dans la forme mais pas tout à fait satisfaisante sur le fond. En procédant ainsi, je risquais d’exclure une partie des pratiques exercées sur un site d’étude. Il est indéniable que les calendriers techniques sont des configurations individuelles (Doyon & Sabinot 2015) et que certaines techniques seraient restées dans l’ombre tandis que d’autres auraient été portées à une visibilité plus importante par rapport à ce qu’elles représentent localement.

  • 11 J’ai comparé l’ensemble des calendriers collectés par site d’étude. Le portrait qui a été sélection (...)

18Pour remédier à ce biais, j’ai tout d’abord entrepris d’identifier une personnalité en pondérant mon choix11 en fonction des types d’activités pratiqués. Le profil présenté me permet de rendre compte à la fois des activités contemporaines qui détiennent une charge identitaire, sociale ou économique forte pour les pêcheurs d’une région, mais aussi de restituer des activités plus ordinaires. Pour m’extraire de ce particularisme et rendre compte des pratiques dans leurs complexités, j’ai choisi de mettre explicitement en regard l’activité exercée par le profil décrit à celles exercées par les autres professionnels. Cela apporte ainsi une ouverture substantielle et permet de replacer la présentation d’un unique portrait au sein d’un système collectif de pratiques.

19Les techniques décrites ci-après sont donc celles principalement mises en œuvre et rapportées par les pêcheurs. Quelques-unes des techniques occasionnellement pratiquées sont également décrites et viennent illustrer la diversité des pratiques qui existent au sein de la petite pêche. La présentation suivante vise à décrire l’étendue ainsi que la singularité des techniques mises en œuvre sur un pêcheur méditerranéen étant dans ce cas, localisé à Catane (Sicile), mais aussi et surtout de rendre compte de la succession des techniques en fonction des périodes. J’ai cherché à démontrer l’importance que les pêcheurs accordent au principe de saisonnalité, en le rendant central dans la présentation de cet exposé des savoirs et des techniques.

20Les pratiques exercées par les pêcheurs suivent des évolutions en fonction des conditions écologiques et des fluctuations du marché. Pour Paul Jorion (1979) la saison est manifestement l’un des concepts fondamentaux de la pêche artisanale. Il attribue à cette notion trois sens distincts :

« • La saison est l'époque de l'année où il est possible de pêcher une certaine espèce animale.
• La saison est une unité de durée de travail pour le pêcheur.
• La saison est une unité de compte dans la comptabilité de l'entreprise qu'est un bateau de pêche. » (1979 : 135).

  • 12 L’on peut néanmoins supposer que certains pêcheurs choisissent de suspendre la mise en pratique d’u (...)

21Il ajoute que « la notion de saison se fonde sur une certaine récurrence annuelle : d'habitude (ou toujours), il est possible de pêcher telle espèce à cette époque de l'année » (1979 : 135). Ainsi, la saison intervient comme un concept fondamental dans la pratique des pêches et, comme je l’ai précédemment évoqué, l’année figure comme la temporalité la plus adéquate pour analyser les pratiques exercées par les professionnels de la petite pêche. Cette unité de temps est la clé de voute pour comprendre l’intentionnalité et ce qui fait sens pour le pêcheur. L’année est composée des quatre saisons présentes dans les régions tempérées. Elle participe à composer un cycle, une unité, par la succession régulière d’une suite de phénomènes analogues qui prennent en compte la succession des techniques exercées et les cycles naturels. Ainsi, il existe au fil du temps un ensemble de techniques qui composent, à l’échelle individuelle comme collective, le socle de l’activité des professionnels formant un cadre d’activité partagé par les pêcheurs. En effet, d’une année sur l’autre les calendriers individuels d’activité des pêcheurs sont assez semblables, et il n’est, à ma connaissance, pas de cas de professionnel qui ait intégralement changé de calendrier technique d’une année sur l’autre12. En revanche, le moment précis et la durée de mise en œuvre de chacune des techniques peut varier. En cela, la temporalité de ces activités ne se répète jamais à l’identique si bien que si un cadre de référence existe, ses contours restent flous et indéfinis. Les propos d’un pêcheur occitan sont clairs à ce sujet : « l’an dernier, à cette période, j’avais déjà commencé à l’étang. Mais cette année, il y a des rougets, des daurades… il y a de quoi travailler en mer. Peut-être qu’il y aurait plus à l’étang mais peut-être qu’il y aurait moins ». Cette variabilité, j’ai donc cherché à la représenter graphiquement en introduisant des dégradés aux calendriers d’activité techniques. Ils illustrent les dispositions adaptatives des pêcheurs de Catane aux milieux, aux ressources et au marché.

  • 13 La consommation des produits de la mer repose souvent sur un nombre restreint d’espèces, ce qui ten (...)

22Cette relative récurrence dans les pratiques tient également aux caractéristiques du marché. À un moment donné, les pêcheurs s’appliquent à développer des connaissances sur un nombre limité de techniques dont la mise en œuvre présente une certaine rentabilité13. Or, la rentabilité de l’activité ne s’évalue pas seulement sur une sortie en mer mais surtout sur un cycle annuel. Comme je l’ai indiqué précédemment, l’automne et le printemps sont les saisons les plus favorables à la pêche. La saison estivale ne permet pas de grandes quantités de captures mais elle est très favorable en ce qui concerne les prix de vente alors que l’hiver est une période plus calme à l’exception de la seule période des fêtes de fin d’année. Cette conception de la rentabilité de l’activité s’appuie en partie sur la temporalité annuelle. Pour les pêcheurs, la gestion des bénéfices sur une année et plus est clé en ce qu’elle reflète, au-delà même de la question économique, la structuration sociale des professionnels de la pêche. Celui qui parvient à gérer au mieux ses finances et qui ne « flambe » pas son argent, démontre aux yeux des autres qu’il est conscient de la dimension aléatoire intrinsèquement liée à l’activité halieutique et, par là même d’un état d’esprit qui lui permettra d’aborder la pêche avec un niveau d’intention approprié, c’est-à-dire en ayant conscience des contraintes et limites que cette activité suppose. Le pêcheur démontre par la même aussi qu’il tient compte les subtilités et variations inhérentes à l’environnement, qu'il maitrise son activité au point de se projeter à moyen terme, et que son engagement professionnel repose sur ces considérations fondamentales.

Celui qui pêche dans le golfe de Catane

23C’est en suivant l’activité d’Elio que seront détaillées les pratiques mises en œuvre par les professionnels de la pêche artisanale à Catane. Âgé de 46 ans, il a officiellement effectué son premier embarquement en tant que matelot en 1989 à l’âge de 14 ans. Cela fait un peu plus de 30 ans qu’il travaille à la pêche. Il est à la fois l’armateur et le capitaine d’un navire en fibre, mesurant un peu plus de 11 mètres. Celui-ci permet à quatre, parfois cinq marins de travailler à bord. Elio vit à proximité du port, dans un quartier de Catane historiquement habité par des pêcheurs, mais aujourd’hui délaissé par une grande partie de la profession. Sa femme, Elena, ne s’implique pas dans l’activité professionnelle de son mari même s’il lui est ponctuellement arrivé, à la demande d’Elio, de prendre en charge certaines démarches administratives. Elle est employée par la mairie de Catane, et travaille dans le secteur du tourisme. Aucun membre de sa famille ne s’est essayé à exercer cette profession. Du côté d’Elio, en revanche, la pêche est une activité exercée depuis au moins deux générations. Si son père n’a pas repris le métier, son grand-père et son oncle ont été pêcheur. Actuellement, deux de ses cousins sont, tout comme lui, impliqués dans la pêche. Leur bateau est d’ailleurs amarré juste à côté du sien.

24En suivant ses activités à différentes périodes de l’année, j’ai pu constater que, comme les autres pêcheurs artisans, Elio exerçait en moyenne quatre techniques de pêche différentes durant l’année (Figure 1).

Figure 1 : Calendrier d’un pêcheur de Catane

Figure 1 : Calendrier d’un pêcheur de Catane

La pêche à la menaide

  • 14 Le chalut pélagique est un filet remorqué qui évolue en pleine eau, entre la surface et le fond, sa (...)
  • 15 J’ai eu connaissance, par Elisabeth Tempier, de l’existence d’un pêcheur qui continuait à exercer c (...)

25Du mois de janvier au mois de mai ou de juin, Elio met à bord de petits filets dérivants destinés à la capture des petits poissons pélagiques, les sardines (Sardina pilchardus) ou les anchois (Engraulis encrasicolus). Localement cette technique est appelée la menaide. Elle était autrefois connue le long des littoraux espagnols et français, sous le nom du sardinal. Durant la seconde moitié du xxe siècle, celle-ci a progressivement disparu. Selon les pays c’est le lamparo, une technique qui consiste à encercler, de nuit, des bancs de poissons bleus regroupés sous l’effet de la lumière, plutôt que le chalut pélagique14 qui s’est avéré plus productif comme technique de substitution au sardinal15.

  • 16 À Palerme, les pêcheurs ciblent préférentiellement la sardine.
  • 17 Le terme de masculini est utilisé pour désigner les anchois en Sicilien. Or, l’on peut voir dans le (...)
  • 18 Les masculini da maglia peuvent être vendues à 7 euros le kilo (parfois même, 10 euros le kilo). Ma (...)
  • 19 Sous la direction de Mario Tringau, Association Ketos.

26Aujourd’hui, la Sicile, est l’une des rares régions du nord de la Méditerranée où la technique de la menaide continue d’être exercée au point de détenir une place prépondérante sur le marché des produits de la pêche artisanale dans les villes de Palerme ou de Catane. Si cette technique permet de capturer différents types de poissons bleus, à Catane et ses environs cette activité est surtout orientée vers la capture des anchois16. La production d’anchois pêché à la menaide fait localement l’objet d’une niche commerciale. Ceux-ci subissent un traitement particulier qui est intimement lié à la technique de capture : ils sont commercialisés sans la tête. Maintenus dans un subtil mélange d’eau de mer et d’eau douce, les anchois sont laissés à tremper. Les pêcheurs et les acheteurs disent qu’ils y perdent leur sang, et ainsi leur amertume. En raison de ce traitement particulier, ceux-ci ont alors un goût très doux. Une fois capturés, les anchois sont mis à la vente dans l’heure qui suit. C’est un produit qui s’abime très vite et dont la qualité dépend de sa fraicheur. La fragilité du produit étant ce qui lui aussi confère sa rareté. Les pêcheurs ne les conservent jamais d’un jour sur l’autre. Les locaux désignent cette production sous l’appellation masculini da maglia17, dont le sens pourrait être traduit de la manière suivante : « anchois pêchés à la maille ». Il s’agit d’un mets très apprécié des siciliens qui se disent prêts à payer le prix fort18 pour obtenir un produit de grande qualité. En 2015, un petit groupe de pêcheurs artisans, assisté d’un biologiste, avaient cherché à mettre en place une labellisation sur ce produit en assurant aux consommateurs un suivi de la production et des engagements sanitaires19. Mais le peu de moyens n’a pas permis au projet de se poursuivre sur la durée, et a réduit les chances de ce circuit court à ce qu’il soit valorisé en étant institutionnalisé.

  • 20 Soit un peu plus de 11 kilomètres. 1 mille nautique équivaut à 1,852 kilomètre.
  • 21 Embarquements réalisés les 24 et 25 novembre 2015, puis les 2 et 5 décembre 2015.

27Au-delà de ces aspects commerciaux, la mise en œuvre de cette technique est assez particulière. Durant les périodes d’enquête de terrain en Sicile, j’ai eu l’occasion d’embarquer à bord des navires afin observer la mise en œuvre de ce métier de pêche à quatre reprises. Cette technique réunit entre quatre et cinq marins à bord d’un navire de pêche artisanale (Figure 2). Elle s’effectue à proximité de la côte, souvent dans le golfe de Catane, soit à une distance moyenne de la côte de 6 milles nautique20. Au cours de mes observations, les manœuvres ont été effectuées entre 40 et 60 mètres de profondeur21. Les entretiens menés avec les professionnels permettent d’identifier deux principaux sites de pêche. L’un situé au nord-est du golfe, et l’autre plutôt vers le sud.

28Pour Elio, c’est l’une des plus belles techniques auquel il s’adonne. Rechercher le poisson, anticiper son comportement, parvenir à le prendre dans les mailles de son filet, est semblable à un jeu.

« Lorsque je pêche à la menaide, je suis tout excité, comme un gamin. Quand le bateau quitte le quai, je suis hyper concentré. Toutes les informations sont importantes pour établir la meilleure stratégie de pêche. Dès que j’ai repéré le poisson, je dois être réactif »

29C’est un jeu d’autant plus attirant qu’en raison des courants, l’incertitude de l’attraper est forte. « Concentration » et « stratégie », sont les maîtres mots pour arriver à l’objectif visé. Le banc d’anchois, nage et se déplace entre deux eaux, il ne s’approche jamais vraiment du fond et rarement de la surface. La profondeur à laquelle il se trouve varie toutefois en fonction des conditions météorologiques. Dans le domaine de l’halieutique, les anchois sont, pour ces caractéristiques, des poissons dits pélagiques. D’après les pêcheurs, le lever du soleil est le moment le plus favorable pour les capturer. C’est un balai silencieux de rapprochements et d’évitements qui s’opère alors entre le banc de poisson, présent dans l’eau, et le pêcheur, à bord de son navire. Le pêcheur est à l’affût. Une fois le banc de poisson localisé, le pêcheur doit identifier, et surtout anticiper, à partir des éléments météorologiques, la direction vers laquelle le poisson va se diriger. Il se doit d’agir vite et cherche alors à placer son filet en travers du passage du banc, de manière à l’intercepter.

  • 22 Les pêcheurs mesurent la hauteur du filet en nombre de mailles. La menaide mesure entre 800 et 1500 (...)
  • 23 Le Golfe de Catane mesure 31,5 km de long pour 9,8 km de large.

30Le pêcheur sait d’expérience qu’il faut entre trente et quarante-cinq minutes pour que le filet soit convenablement disposé sous l’eau. Tout se joue alors en l’espace de ces quelques minutes. Le sens du courant exerçant une force sur l’engin de pêche à mesure que celui-ci disparait vers le fond peut le détourner de l’endroit où il devait arriver. Parallèlement, le banc peut finalement bifurquer vers une toute autre direction. Ce filet d’une douzaine de mètres de hauteur22 et de 350 mètres de long ne représenterait qu’un léger obstacle, comparativement à un golfe dont la superficie23 dépasse les 300 km2. L’étendue de la zone de pêche laisserait, d’après les pêcheurs, toutes ses chances aux poissons. À ce jeu du chat et de la sourie, les pêcheurs seraient désavantagés. D’autant que, selon les pêcheurs, les astres influent également sur le comportement de ces espèces. En l’absence de lune, des effets de bioluminescence rendent les bancs de poissons bleus plus faciles à apercevoir ; tandis que l’apparition du soleil, peut parfois entrainer un changement inattendu d’orientation du courant, une augmentation de la force des vagues ou du vent qui pourront aussi avoir pour conséquence de détourner le banc de l’orientation initialement estimée. De manière plus ponctuelle, cette technique peut aussi être exercée durant la journée. Elio ajuste en conséquence sa manière de travailler :

« Selon s’il fait jour où s’il fait nuit, le poisson ne se trouve pas à la même hauteur. Quand il fait nuit, le poisson est plutôt en surface comparativement à la journée où il se trouve plutôt vers le fond. En fonction de ces constats, la nuit, tu cales plutôt le filet vers le haut et de jour, tu cales plutôt le filet vers le fond ».

31Au-delà de ces savoirs relatifs aux déplacements et aux comportements des poissons, se trouvent aussi des caractéristiques techniques. Lorsqu’ils décrivent la mise en œuvre de cette technique, les pêcheurs précisent que ces filets sont maintenus entre deux eaux de manière à ce qu’ils n’affleurent pas la surface. Elio détaille : « On dispose des bouées tous les 10 mètres environ pour maintenir le filet vertical et tendu. On y met aussi beaucoup de plomb pour qu’il ne s'affaisse pas car les mailles sont très petites ». Mateo, un autre pêcheur de Catane exerçant la menaide, indique attacher 750 kg de plomb sur le filet de manière à le faire descendre légèrement vers le fond, lui permettre de rester droit et de maintenir les mailles ouvertes. Les anchois, comme les sardines, se prennent dans les mailles au niveau de leurs ouïes. Le filet remonté est mis à plat. Les pêcheurs sont disposés de part et d'autre. Chaque poisson est retiré à la main, l’un après l’autre. Ils semblent exercer de légères pressions sur les poissons, à la manière d’un pianiste appuyant sur les touches de son clavier, faisant ressortir les poissons uns à uns par le bas

Figure 2 : Pêche à la menaide (Catane)

Figure 2 : Pêche à la menaide (Catane)

32Si jusque-là j’évoquais indistinctement la mise en œuvre de cette technique pour la capture des sardines ou des anchois, il faut reconnaitre quelques dissemblances. D’après les pêcheurs catanais, les sardines ont tendance à nager plus en surface que les anchois. Aussi, selon l’espèce recherchée ou le comportement de l’espèce durant la saison, la période de l’année ou le moment de la journée, les pêcheurs disposent le filet à une profondeur plus ou moins importante.

  • 24 Entretien mené au mois d’octobre 2015.

33À Catane, Elio n’est pas le seul pêcheur à rechercher le banc de poisson. Plusieurs navires se trouvent, à l’occasion de cette pêche, répartis dans une même zone. Chaque capitaine de navire s’installe à l’emplacement qu’il pense adéquat. En activant la lumière de signalisation au-dessus de son navire le capitaine indique aux autres qu’il effectue sa manœuvre pour mettre le filet à l’eau. L’ordre d’arrivée sur le site de pêche participe à donner un ordre de priorité. Les pêcheurs disent qu’il est souvent préférable d’être le premier à « caler », c’est-à-dire à mettre son filet à l’eau, pour choisir plus librement son emplacement de pêche. Parfois il est préférable d'être le second car le premier équipage transmet, nécessairement, des informations aux suivants. L’ordre selon lequel les pêcheurs calent revêt une importance différentielle selon la densité du banc. Les pêcheurs parlent de la forme du banc, et disent que le banc est « regroupé » ou qu’il est « étendu ». Il arrive que le banc occupe une surface d’un mille. Dans ce cas, l’ordre et le lieu de la calée nécessitent moins de précisions. Toutefois, ces dynamiques varient aussi selon l’affinité et les savoirs de chacun. Fabio, un autre pêcheur à la menaide de Catane, indiquait, à la période où nous échangions24, qu’il préférait caler en dernier pour une question de timing. Il avait remarqué au cours de ces dernières semaines que les anchois commençaient à se déplacer après les sardines. En agissant en dernier, il laissait le banc de sardines aux autres pêcheurs, et se concentrait sur les anchois au profit d’une capture plus abondante.

  • 25 D’ailleurs, l’un des scientifiques qui a participé au projet de valorisation de la menaide, a mené (...)
  • 26 Ce savoir-faire pourtant essentiel est délaissé par les pêcheurs récemment installés.

34En résumé, à la pêche à la menaide, chaque pêcheur choisi et occupe, l’espace de quelques minutes, une zone de pêche. Les pêcheurs doivent tenir compte d’où les premiers ont immergé leurs filets pour se maintenir à l’écart, et éviter, selon leur expression, de se « voler » la pêche. Placés trop proches, les filets peuvent selon la formulation des pêcheurs « alerter » les poissons, se concurrencer et empêcher à l’un, à l’autre, ou même aux divers équipages de pêcher. C’est toutefois sans compter la présence des dauphins considérés particulièrement nuisibles par les pêcheurs. Ceux-ci viennent, à cette période, à proximité du banc et aux abords des zones de pêche pour se nourrir. Les poissons bleus sont des mets qu’ils apprécient. Sardines ou anchois pris dans les mailles attirent les dauphins. Le simple fait de frôler, à grande vitesse, ces filets aux fines mailles, tendus par le courant, suffirait à les endommager. Ces animaux sont ici considérés comme des nuisibles, par les pêcheurs. Des répulsifs sonores ont été attachés aux filets pour tenter de les repousser25, mais ces outils ne fonctionnent pas toujours. À cette technique, la gestion des aléas est particulièrement importante. Une fois remonté à l’eau, le filet est minutieusement inspecté pour vérifier l’état des mailles. Les trous sont, chaque fois, recousus par les marins. Ce sont parfois un, deux, voire trois pêcheurs26 qui armés de leur aiguille et de leur fil œuvrent, le temps de plusieurs heures pour réparer le filet et préparer la sortie de pêche du lendemain.

35La pêche à la menaide occupe Elio la moitié de l’année tandis que d’autres l’exercent jusqu’à huit ou neuf mois par ans s’y étant installés plusieurs semaines auparavant, à l’automne. La fin du mois de mai et le début du mois de juin annoncent généralement la fin de cette pêche et le début de la période de migration aux abords des côtes de la Sicile de plusieurs poissons grands pélagiques tels que le thon rouge, l’espadon et le coryphène.

La pêche aux grands pélagiques : de la palangre à la technique d’encerclement

  • 27 Il existe trois principales espèces de thons rouges dans le monde : le thon rouge de l’Atlantique ((...)
  • 28 1 mille nautique correspond à 1 852 km.

36La zone méridionale de l’île a été identifiée, par les halieutes et biologistes marins spécialistes de cette espèce, comme l’une des principales zones de reproduction du thon rouge de l’est27. Le détroit de Messine est quant à lui célèbre pour être l’un des principaux lieux de passages de l’espadon (Collet 1993), le germon, quant à lui, se trouve de manière assez uniforme aux alentours de Catane, tandis que le coryphène est plutôt capturé au sud-est de la Sicile. La Sicile se situe donc au carrefour de plusieurs parcours migratoires de ces non-humains pélagiques participant, dès lors, à ce que de nombreux professionnels de la pêche artisanale guettent leurs passages au large de Catane. Ces derniers observent la présence de banc à une distance de la côte parfois inférieure à 6 milles nautiques28, et ce depuis l’Antiquité. Après l’interdiction des grands filets dérivants à la fin des années 1990, les professionnels des différentes flottes de pêche (ceux de la pêche artisanale, comme ceux plus spécialisés dans la capture des grands pélagiques) ont été amené à modifier leur pratique. Ils usent aujourd’hui majoritairement de la palangre de surface. Cet engin de pêche, dénommé palangaro di superficie en italien et conzo en sicilien est souvent qualifié par les pêcheurs de « sélectif », car il « permet de capturer des poissons vigoureux cherchant à se nourrir ». La notion de « sélectivité » est ici dirigée vers des critères de consommation. Les quantités prélevées sont plus faibles comparativement à d’autres techniques, mais plutôt que la durabilité de l’espèce, c’est la qualité de la chaire qui est valorisée.

  • 29 Il s’agit d’un fil en polypropylène, souvent appelé, à tort, nylon.
  • 30 L’avançon est appelé bracciolo en italien tandis que la ligne mère est appelée lenza madre.
  • 31 La brasse est une unité de mesure. 1 brasse correspond à 1 mètre 65.

37Conditions environnementales présentes dans la région, comportements et niveau de concentration des poissons participent à déterminer la conception spécifique d’une palangre pour le thon rouge, l’espadon et le germon à Catane. En Sicile, comme sur l’ensemble de la Méditerranée, la palangre pélagique est entièrement composée en monofil29. Ce matériau a l’avantage d’être peu perceptible par les poissons, dans une eau elle-même habituellement claire. Cela est essentiel pour recueillir le thon, moins pour la capturer l’espadon. Jugé plus curieux ou doté d’une moins bonne vision, l’espadon est peu sensible à la transparence de l’engin. L’usage de lumières, de perles phosphorescentes ou d’autres éléments brillants est, au contraire, préconisé pour les attirés. La palangre composée d’une ligne mère en monofil est prolongée, de manière perpendiculaire, par des avançons au bout desquelles se trouvent des hameçons (Figure 3). Le diamètre de la ligne-mère est toujours supérieur à celui des avançons30. Son épaisseur dépend de l’espèce et de la force que celle-ci peut exercer sur l’engin. Pour les espèces dites grands pélagiques, les pêcheurs artisans rencontrés utilisent un fil d’au moins 220 de diamètre pour la ligne mère et de 90 à 110 de diamètre pour les avançons. Autre aspect important, la palangre est assemblée de façon à ce qu’elle puisse absorber les éventuelles résistances exercées sur l’engin. Une mauvaise manœuvre ou un poisson qui se débat, tire sur l’avançon pour se dégager de l’hameçon, sont les principales raisons provoquant l’emmêlement ou la rupture d’une palangre. Les pêcheurs cherchent donc à éviter que le fil ne se rompe. Pour ce faire, la ligne-mère doit non seulement disposer d’une certaine élasticité, mais il est aussi essentiel que la liaison entre la ligne-mère et les avançons soit assez souple. Pour les palangres pélagiques, ces liaisons sont souvent réalisées à partir d’un émerillon, c’est-à-dire une attache métallique rotative, plutôt que nouées, de manière à supprimer certains points de résistance et permettre à l’avançon de se laisser porter de manière autonome par les mouvements qui s’exercent sur l’engin. Les avançons, composés également en monofil, doivent avoir une résistance d’au moins deux fois le poids de la prise attendue (George 1992). Si la longueur de l’avançon est difficile à déterminer, il semble qu’il soit préférable d’utiliser des avançons assez longs pour des poissons vifs, tels que les thons et les espadons, afin d’obtenir une résistance plus importante (ibidem, 1992). À Catane, les pêcheurs utilisent des avançons d’environ 6 brasses31 de longueur. Plus les poissons seront constitués en bancs, plus le pêcheur rapproche chacun des avançons. La densité du poisson fait varier l’écartement entre les avançons, qui évolue en fonction des périodes ou même des années ; et les professionnels n’ont pas toujours à disposition l’engin le plus adéquat à mettre à l’eau. Quelles que soient les circonstances, respecter un écartement d’au moins deux fois la longueur d’un avançon est primordial pour les pêcheurs, afin d’éviter que les deux avançons situés côte à côte ne s’emmêlent.

Figure 3 : Pêche au thon rouge à la palangre

Figure 3 : Pêche au thon rouge à la palangre
  • 32 Arrière du navire.

38Lors des sorties en mer, Elio a pour habitude de transporter les palangres en ayant la ligne-mère enroulée dans le fond d’un bac en plastique. Les lignes secondaires, prolongées par les avançons, sont suspendues à partir de l’hameçon sur le bord du bac où il a disposé une bande de mousse ou de plastique souple. Pour la mise à l’eau de l’engin, Elio se place à la poupe32 de son navire. Il noue toujours une bouée à chaque extrémité de la palangre pour la maintenir à la surface, la repérer en mer, mais aussi par obligation dans le but d’indiquer aux autre navigants la présence d’un corps étranger dans l’eau. Tandis que le bateau avance, Elio fait glisser la ligne-mère, décroche au fur et à mesure les hameçons et les laisse s’échapper tour à tour dans l’eau. Durant cette manœuvre, il maintient l’avançon dans l’une de ses mains de manière à éviter que l’avançon ne s’enroule avec la ligne-mère. Il limite par la même occasion les éventuels accrochages et incidents que pourrait provoquer la libération des hameçons. La palangre est considérée comme une technique assez dangereuse en raison des hameçons qui, bien que mesurant à peine quelques centimètres, peuvent retenir des masses de plusieurs kilos. Or, durant la mise à l’eau de l’engin, la marche du bateau entraine un mouvement vers l’avant, et pourrait blesser un pêcheur, si, avant de tomber à l’eau, l’hameçon s’agrippe à lui ou à un quelconque élément.

39L’efficacité d’une palangre dépend bien de son assemblage mais en grande partie aussi du type et de la taille de l’hameçon choisi, ainsi que de la qualité de l’appât. La taille de l’espèce recherchée détermine a priori la taille d’hameçon adéquate. Une grande variété d’hameçons existe néanmoins et la forme, le matériau, l’épaisseur ou le système d’attache qui conviendra le mieux sont aussi décisifs. Les pêcheurs évoquent l’existence d’hameçons en inox, en laiton, en acier simple ou en acier galvanisé. Ils peuvent être mats ou brillants, argentés ou parfois de couleur noire, cela influant sur leur visibilité. Les hameçons peuvent également être de forme droite, renversée, à large ouverture, à anneau, à palette ou à émerillon. Ces choix ne sont pas anodins d’autant que les professionnels constatent que des poissons dotés d’une importante vivacité, tels que les thons rouges ou les espadons, peuvent causer la rupture de l’hameçon. Cela occasionne alors la fuite du poisson préalablement pris.

40Pour attirer le poisson et le capturer, les pêcheurs prêtent une grande attention au choix de l’appât. À Catane, ceux qui exercent la palangre de surface utilisent généralement l’encornet, le calmar, la seiche ou encore des sardines, anchois ou maquereaux. Ces espèces sont considérées comme de bons appâts pour la capture de thons rouges, d’espadons ou de thons germons. Il existe, pour chaque appât, différentes manières de les disposer sur l’hameçon. Taille de l’hameçon et taille d’appât sont directement corrélée. Le pêcheur cherche parfois à couvrir l’hameçon avec l’appât ou au contraire à le maintenir visible pour que ses reflets attirent les poissons curieux. Dès lors, le poisson peut être pris de différentes manières, soit parce qu’il a avalé l’hameçon et l’appât, soit parce qu’il s’y est accroché par la bouche. Toutes les espèces ne se nourrissent pas de la même manière et les pêcheurs font en sorte de choisir et d’accommoder les appâts pour qu’ils correspondent le mieux au mode d’alimentation de l’espèce qu’ils recherchent à un moment donné.

  • 33 Depuis la mise en place des quotas thon rouge, qui ont permis une limitation de la production et un (...)

41La durée de tenue de l’appât dans l’eau est, d’après les pêcheurs, également déterminante car elle permet, éventuellement, de prolonger le temps d’immersion de l’engin et donc d’accroître son potentiel de capture. Certains préféreront utiliser du poisson frais, d’autres du poisson congelé. Si les pêcheurs sont attentifs à la qualité de l’appât, ils doivent aussi composer avec leur prix et leur disponibilité. Du choix de l’appât dépend le bénéfice de la calée. La nécessité de l’appât implique des frais substantiels préalables à la sortie de pêche, ce que d’autres techniques excluent. Quelques-uns cherchent donc à minimiser ces frais en utilisant des leurres en plastiques à l’intérieur desquels ils placent une sorte de pâte composée de poisson reconstitué. S’il est d’usage d’entendre dire que les poissons pêchés à la palangre ont une valeur économique supérieure sur le marché des produits de la mer, les pêcheurs utilisant ces techniques sont souvent considérés par les autres comme étant dans une situation économique plus difficile33. La pratique de cette technique implique corrélativement un statut social particulier, faisant des pêcheurs à la palangre une catégorie d’acteurs souvent dépendante des autres.

42Cette distinction sociale est accentuée par les conflits de zones de pêche. Pour capturer le thon rouge, les pêcheurs utilisent plutôt une palangre de surface tandis que, depuis une quinzaine d’années, l’usage de la palangre dite semi-pélagique, disposée à quelques mètres de profondeur, s’est développée pour la capture de l’espadon. Les zones de passage de ces deux espèces se superposant parfois, engendrent alors des conflits entre engins de pêche, et corrélativement, entre pêcheurs. Dans ces circonstances, les palangres de surfaces s’emmêlent dans les bouées des palangres semi-pélagiques rendant l’engin totalement inefficace. En revanche, les palangres semi-pélagiques, situées entre deux eaux, ne sont pas, ou bien moins, affectées par cet enlacement. Lors de conflits d’espaces ces techniques prennent le dessus, entrainant par voie de ricochet une plus grande vulnérabilité de certains acteurs par rapport à d’autres. Dès lors, au travers de ces choix techniques, c’est la structuration sociale du groupe de pêcheurs qui se dessine, certains jouissant d’une occupation plus durable de l’espace et de la possibilité de continuer à exercer leur activité dans un contexte souvent très concurrentiel.

43Durant la période où Elio exerce la pêche à la palangre de surface, d’autres pratiquent la pêche au coryphène. Il s’agit d’un des rares métiers pour lequel je n’ai pas eu la possibilité de faire une sortie en mer. Les propos rapportés ici sont donc uniquement issus d’entretiens. Pour les pêcheurs siciliens, le coryphène est un poisson vivant surtout dans les zones du large et approchant des côtes à l’automne. D’après eux, cette période est aussi la période de reproduction de l’espèce. Selon son stade de développement, les pêcheurs lui attribuent différentes appellations. Le poisson adulte est désigné lampuga ou capone, tandis que le poisson juvénile est appelé capunissa. Vers Catane et Aci trezza les pêcheurs artisans capturent cette espèce exclusivement à la palangre. La ligne mère mesure environ 1,30 millimètres de diamètre tandis que les avançons mesurent entre 0,60 et 0,70 millimètres. La distance entre chaque avançon est de 12 à 14 mètres. L’hameçon utilisés par les pêcheurs est souvent le même que celui employé pour la capture du germon. En revanche, dans le sud de la côte Ionienne de la Sicile, cette espèce est pêchée d’une tout autre manière. Les pêcheurs de Syracuse ou de Porto palo préfèrent capturer les coryphènes par une technique de pêche encerclante. Ils utilisent alors des dispositifs de concentration de poissons (DCP), ce sont des structures flottantes, ici composées en feuilles de palmes, en dessous desquels les poissons se regroupent, attirés par un habitat favorable. Ces dispositifs sont ancrés afin d’éviter qu’ils ne soient emportés par les courants. Les pêcheurs remontent ensuite les coryphènes en encerclant les poissons et le dispositif à l’aide d’un filet.

La technique de la tartarone

  • 34 La tartarone est le terme italien. En français, on parlerait de senne halée à bord sans fermeture. (...)
  • 35 JO, L 5/32 du 09/01/2004.
  • 36 Prot. N. 5789. Transmissione elenchi delle unita in possesso dei requisiti richiesti per la pesca a (...)
  • 37 Ministère italien en charge des questions de pêche.
  • 38 De nombreux articles de journaux, documentaires présentent cette activité et les actions entreprise (...)

44Une fois la saison de pêche dédiée à la capture des espèces pélagiques finie, Elio reporte son activité sur le tartarone34. Cette technique est soumise à une régulation depuis l’entrée en vigueur du Règlement (CE) 26/2004 de la Commission du 30 décembre 2003 relatif au fichier de la flotte de pêche communautaire35 (Cf. figure 8 chapitre 1. III. a.). En dépit de cette interdiction, près de 250 navires de pêches artisanale ont reçu une dérogation36 de la part du Ministère des politiques agricoles, alimentaire et forestière37 pour exercer cette activité. D’autres continuent de l’exercer en marge des contrôles entrepris par les différents agents de l’État38.

Figure 4 : La technique de la tartarone (Sicile)

Figure 4 : La technique de la tartarone (Sicile)
  • 39 La cuisine sicilienne dispose de plusieurs recettes faites à partir d’alevins de sardine, d’anchois (...)
  • 40 Cette dernière espèce est souvent assimilée aux alevins de par la similitude de leur taille. Toutef (...)
  • 41 Les enquêtes de terrain en Catalogne nous avaient permis de rapporter l’existence d’une technique s (...)
  • 42 Dans le système italien de catégorisation des pêches, il fait partie de la catégorie sciabica.

45Cette technique est celle dans laquelle Elio considère exceller. En fonction des années, il commence à l’exercer à partir de la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet, pour une durée oscillant entre trois et quatre mois. Durant ces quelques mois, la présence du poisson bleu diminue et rend la pêche à la menaide peu rentable. Utilisée pendant longtemps pour la capture des alevins39 de sardines, d’anchois, du nonnat (Aphia minuta)40, appelé rossetto en sicile, ou encore du lançon (Gymnammodites cicerelus)41, désigné cicerello dans la région, cette technique s’oriente aujourd’hui vers la capture de différentes espèces benthiques (e. g. rougets, turbots, etc.). La tartarone42 est une senne halée à bord (Figure 4) destinée à encercler le poisson, où avant d’être remonté, le filet laissée plusieurs minutes à trainer. Cet engin est composé d’une poche d’ouverture et de longueur variable, semblable à une celle d’un chalut de fond léger, mais présentant de longs filins maillants de part et d’autre aboutissant à une corde. À l’issue de la pêche, tout le poisson se trouve réuni au niveau de la poche.

  • 43 Les technologistes des pêches parlent d’« arts traînants » pour les engins de pêche dont une partie (...)
  • 44 Les techniques de pêche passives, par opposition aux techniques de pêche actives, correspondent aux (...)

46Faisant, depuis une quinzaine d’année, l’objet de plan de régulation par l’Union européenne (Cf. Règl. CE 26/2004), en raison des dommages qu’elle exerce sur le fond marin côtier, l’activité a été interdite. Malgré les interdictions d’exercer un quelconque art trainant43 dans le golfe de Catane, les professionnels de pêche artisanale ne peuvent s’adonner à des techniques de pêche passives44 au risque de voir emportés leurs engins de pêche. Ils sont contraints de se replier sur la bande côtière (ou au large), et doivent exercer des techniques de pêche actives. Faute d’alternative, une grande partie des pêcheurs artisans se disent « contraints » d’exercer cette pratique pourtant interdite par la Politique commune des pêche (PCP).

La pêche à la nasse

  • 45 L’espèce n’a pu être précisément identifiée.

47Au moment même où Elio exerce la pêche à la menaide, les premiers mois de l’année, quelques rares pêcheurs s’adonnent à la pratique de la nasse. Ces pêcheurs recherchent des crevettes aux couleurs rose, sur le dessus, et bleue, sur le dessous45. C’est une espèce qu’ils disent particulièrement rare et très valorisée sur le marché de la région de Catane. Un pêcheur dénommé Giovanni m’explique avoir repris cette activité, après l’avoir interrompu durant plusieurs années, ne sachant pas que qu’il pouvait exercer d’autre. La menaide n’est pas une technique qu’il maitrise. D’autres pêcheurs étant bien meilleurs que lui, et il ne pourrait rivaliser avec la concurrence. En revanche, la pêche à la nasse est une technique s’étant bien transmisse au sein de sa famille. Il l’a apprise dès son plus jeune âge et leur famille est connue pour son habileté à la mettre en pratique. Peu de pêcheurs savent encore l’exercer. Les nasses qu’il utilise aujourd’hui sont en plastique mais il y a peu encore, elles étaient composées de fibre végétale (Figure 5). La fabrication d’une seule de ces nasses prenait entre un et deux jours.

48Pour les fabriquer, il devait se procurer des cannes végétales, sortes de roseaux. Giovanni se souvient que ces cannes étaient récoltées près de l’embouchure des fleuves :

« Ce sont d’autres personnes, familles, qui s’occupaient de les récolter. Puis, ces gens mettaient les tiges à sécher, et nous les vendaient. Lorsqu’ils les faisaient sécher, ils les tournaient régulièrement pour éviter qu’elles ne s’aplatissent sur une face ».

49En regardant une tige de près, on perçoit effectivement qu’elle est vrillée par section. Le séchage était réalisé durant les périodes sèches de l’année afin d’éviter que la rosée ne se dépose sur la canne, ce qui pouvait la faire pourrir. Une fois que les pêcheurs avaient les tiges à disposition, ils commençaient par tresser le cône en débutant part la partie la plus étroite du cône extérieur. Une fois cette partie finie, ils tressaient la partie intérieure, servant de goulot, et donc de piège au poisson. Ces deux parties étaient ensuite assemblées. Il explique qu’ils mettaient l’appât à l’intérieur, à proximité de la partie la plus étroite. L’appât était attaché à l’aide d’un fil. Au total, chacune des nasses comprenait près d’un kilo d’appât. Plusieurs lots de trois sardines étaient regroupés et assemblés à l’aide d’un nœud. Ensuite, ils refermaient la nasse avec un disque. S’ils utilisaient principalement de la sardine, la spatola était aussi parfois utilisée. Ces appâts étaient achetés frais à d’autres pêcheurs.

Figure 5 : Nasse de pêche (Sicile)

Figure 5 : Nasse de pêche (Sicile)

50Pour la mise à l’eau, chaque nasse était ensuite reliée à un avançon qui était lui-même associé à une ligne-mère. La durée de construction d’une nasse végétale était grande, alors que sa durée d’utilisation était très courte. Avant qu’elle ne se détériore, celle-ci était utilisée à peine trente jours, si bien qu’il était nécessaire d’avoir toujours à disposition quelques nasses déjà fabriquées. Giovanni précise que « pour travailler à cet engin, tu dois toujours être en train de travailler ». C’est d’autant plus pénible que la nasse végétale est, en raison de son matériau naturel, encore plus fortement soumises aux dommages. En effet, il suffit qu’un chalutier passe dans la zone pour que l’intégralité des nasses soient détruites. En plus d’être fragiles, les nasses naturelles ne sont pas toujours pratiques. De par leur forme, il est difficile de les ranger facilement, si bien que l’espace qu’elles occupent limite aussi leur nombre à bord.

« Tu ne les manipules pas n’importe comment sinon elles s’abiment, elles s’écrasent. Le métier de la nasse c’est un art, ce n’est même pas de la pêche. La manière dont est construite chaque nasse est unique et on peut reconnaitre celui qui l’a faite ».

51Autant dire que ces nasses portent la patte de celui qui l’a construite, à la manière d’une œuvre d’art. En résumé, étant donné les dommages potentiels, le temps de main-d’œuvre que représente la fabrication de chacune de ces nasses (entièrement manufacturées à partir de matériau périssable et fragile) et l’achat des appâts, le coût de mise en œuvre de cette technique fini par être trop élevé pour continuer à les utiliser.

52En dehors de ces enjeux de partage de zones de pêche, de la durée de confection de l’engin, Giovanni évoque également les dommages causés par les requins venus manger les espèces capturées. En effet, mes fibres végétales dégageraient une substance naturelle qui attirerait les poissons. Il s’agirait, de plus, d’un matériau qui se mêle mieux au milieu. Il est moins facilement repéré par les poissons comme étant un corps étranger. Selon lui, les crevettes iraient aussi manger cette substance. Même si les nasses végétales lui permettaient de pêcher en plus grande quantité, il a fait le choix d’utiliser des nasses en matière plastiques. D’après lui, là où une nasse végétale permet de capturer dix kilos, une nasse en plastique disposée au même endroit en rapporterait cinq. Le végétal aurait ainsi l’avantage de l’attractivité, là où le plastique aurait l’avantage de la résistance dans un contexte très concurrentiel et où les pêcheurs sont en friction pour la répartition de l’espace de pêche.

La pêche au merlu

  • 46 Les chiffres permettant de caractériser la taille des hameçons sont décroissants, par rapport à leu (...)

53Au port de Catane, une autre technique est exercée par de nombreux pêcheurs artisans siciliens, la pêche au merlu. Celle-ci peut, d’après eux, être exercée toute l’année, mais la période la plus intense se situe au printemps et à la saison estivale. Les pêcheurs recherchent cette espèce tantôt à la palangre, tantôt au filet simple à de grandes profondeurs comprises entre 100 et 400 brasses (passi en italien). Les palangres sont dites de fond. Elles sont composées d’une ligne-mère dont le diamètre varie entre 1,8 et 2,5 millimètres. Sa longueur peut parfois atteindre plus de 5000 mètres. Les avançons sont généralement d’un diamètre compris entre 0,6 et 0,8 millimètre. Les pêcheurs siciliens utilisent généralement un hameçon n°9, mais ils en utilisent occasionnellement de plus grand comme le n°7 ou 646. Les avançons sont écartés les uns des autres d’environ sept mètres. Pour les pêcheurs, le merlu est un prédateur nocturne aussi il est impératif de laisser la palangre immergée de nuit. Selon les périodes, cette espèce est plus ou moins craintive. Durant la phase de reproduction, les merlus ont tendance à se regrouper. Durant les phases de croissance, ils cherchent à se nourrir et se déplace. Cette période est plus propice pour le pêcheur qui agrémente les palangres d’un appât, attirant les merlus vers de l’engin.

Conclusion

54Puisqu’ils les recherchent, veulent les capturer, les pêcheurs prêtent aux poissons des comportements, des intentions, des qualités, et des faiblesses : les poissons sont susceptibles de percevoir l’engin, disposent d’une habileté suffisante pour déjouer les pièges qui leurs sont tendus, sont en mesure d’identifier la présence d’un corps étranger disposé, même soigneusement, dans leur habitat. Ceci étant, les pêcheurs cherchent à comprendre les poissons, tentent de se mettre à leur place, voire de penser comme eux, confectionnent des outils et créent ainsi les moyens de s’approcher au plus près de ces êtres non-humains, jusqu’à in fine les soumettre à la mort. Le poisson est alors au cœur de toute les attentions du pêcheur. Ce dernier lui confère un statut dont, le poisson, lui-même, n’a pas conscience.

55Chaque technique, et plus particulièrement chaque engin, est le fruit d’un ensemble de savoirs orientés vers l’efficacité de la capture. D’ordinaire la technique donne la primauté au pêcheur. Certains la définissent comme « un produit de l’homme pour acquérir et transformer des éléments organiques et inorganiques du monde naturel » (Cresswell 2002), d’autres encore en parlent en ces termes « Les techniques de pêche sont les moyens par lesquels le pêcheur accède aux ressources halieutiques (poissons, mollusques et crustacés) et se les approprie » (Geistoderfer 1974). Si l’action, au travers de l’objectif de capture, confère une intentionnalité à l’homme agissant à la recherche du poisson, l’engin en lui-même, en tant qu’artefact sociotechnique, naît de la rencontre de deux actants, l’un humain, l’autre non-humains, impliqués dans une relation horizontale. Vincent Giovannoni en rend particulièrement compte quand il évoque que :

« devant ruser avec la défiance de chaque espèce, le principe qui induit les formes de chaque pratique, de chaque engin, doit être compris comme le résultat matériel de la confrontation de deux intelligences : celle de l’homme et celle des poissons » (1995 : 162).

56En remettant au cœur de la présentation sur les techniques l’humain, au travers d’un portrait de pêcheur, on constate que le pêcheur n’est pas seul face à la technique. Ce dernier engage une pluralité d’autres actants humains et non-humains (hameçon, appât, filet, …) qui viennent médier son rapport au poisson. L’engin se veut transparent, peu discernable, calqué sur la manière dont le poisson se nourri, est porteurs de technologie visant à lui permettre d’échapper à certains prédateurs (dauphins)… Chaque outil confectionné est la résultante des comportements observés chez les poissons, qui a tour de rôle concernent les sardines, anchois, thons rouges, espadons, thons germons, coryphènes, etc… L’engin se veut le plus ressemblant possible au milieu, au point d’en faire un outil qui s’assimile, imite et se mêle à l’environnement naturel.

  • 47 Les heures de sorties en mer sont fonction du moment où le poisson se déplace, et peut être capturé (...)

57Au-delà de ce que l’outil révèle de la relation du pêcheur et du poisson, l’engin confectionné par le pêcheur devient un artefact sociotechnique et organisationnel. Les pêcheurs agissent sur l’engin, l’assemblent en vue d’un objectif, mais ceux-ci en retour ponctue leur rythme de vie (heure de départ en mer et de retour au quai, calendrier d’activité)47, détermine les zone de pêche et celle à éviter, influe sur les relations sociales qu’ils entretiennent les uns avec les autres, est au cœur des leurs stratégies économiques et, nous l’avons vu, détermine également leur statut social (cf. dépendance des pêcheurs à la palangre, vis-à-vis des autres pêcheurs pour l’approvisionnement en appâts). La menaide, la palangre, le tartarone ou la nasse, autrement dit les techniques exercées ne sont pas seulement des outils, elles sont constitutives de la raison sociale du pêcheur.

Haut de page

Bibliographie

Artaud H. 2009 – La poïétique des flots : ouvrir, construire, et refermer la mer dans le Banc d'Arguin (Mauritanie). Thèse d’anthropologie sociale, EHESS (Paris).

Bahuchet S. & Rameau P. 2016 – Quelques engins de pêche en eau douce d’Afrique centrale, Revue d’ethnoécologie 10. https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.2877

Collet S. 1989 – « Faire du sang, faire de la parenté. Logique de repréentation de la chasse à l’espadon », Etudes rurales, juil.-déc., pp223 – 250.

Creswell R. 2002 – Technologie. Paris, Presses Universitaire de France, 842 p.

Doyon S. & Sabinot C. 2014 – A New “Conservation Space”? Protected Areas, Environmental Economic. Activities and Discourses in Two Yucatán Biosphere Reserves in Mexico, Conservation and Society 12 (2) :133-146.

Geistdoerfer A. 1974 – Savoir et techniques des pêcheurs des îles de la Madeleine (Québec) ou de quelques moyens de s’approprier la mer et ses ressources Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée XXI (7-8-9) : 169-204.

Geistdoerfer A. 1987 – Pêcheurs acadiens, pêcheurs madelinots. Ethnologie d’une communauté de pêcheurs. Paris, Editions du CNRS, Québec, Presses universitaire de Laval, 495 p.

George J.-P. 1992 – La pêche à la palangre. Collection FAO, Formation, n° 22, 81 p.

Giovannoni V. 1995 – Les pêcheurs de l’étang de Thau. Ecologie humaine et ethnologie des techniques. Paris, L’Harmattan, 283 p.

Johannes R.E. 1981 – Words of the lagoon: fishing and marine lore in the Palau district of Micronesia. Berkeley, University of California Press, 245 p.

Jorion P. 1979 – Les deux concepts fondamentaux de la pêche artisanale. La « saison » et le « métier » à Houat (Morbihan). Ethnologie française XI (2) : 135-146.

Latour B. 1991 – Nous n’avons jamais été modernes. Paris, La Découverte, 178 p.

Laval P. 2016 – Captures estuariennes. Une ethnoécologie de la pêche sur le bas Oyapock (frontière franco-brésilienne). Thèse Ethnoécologie, MNHN (Paris), 514 p.

Lemonnier P. 1991 – Technique (Système). Paris, Presses Universitaires de France, 697 p.

Leroi-Gourhan A. 1945 – Milieu et technique. Paris, Albin Michel, 512 p.

Lévi-Strauss C. 1962 – La pensée sauvage. Paris, Plon, 347 p.

Monod T. 1973 – Contribution à l’établissement d’une classification fonctionnelle des engins de pêche. Bulletin du Muséum National d’Histoire Naturelle, 3e Série, 156 : 206-231.

Raffles H. 2002 – Les savoirs intimes. Revue internationale des sciences sociales,173 : 365-376.

Reyes N. 2016 – Aux confins des mesures internationales, une gestion locale. Itinéraire des pêcheurs d’anguille en Méditerranée. In : Robert S. & Melin H. (Ed.), Habiter le littoral. Enjeux contemporains. Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille : 257-279.

Reyes N. 2017 – À l’aune des politiques internationales et européennes. Pratiques des pêcheurs méditerranéens et systèmes de gestion communautaires. Catalogne – Occitanie – Sicile. Thèse de Doctorat, Anthropologie de l’environnement, MNHN (Paris), 442 p.

Reyes N., Bahuchet S. & Wahiche J.-D. 2015 – Quelle définition des « petits métiers » de la pêche ? De l’analyse juridique à l’ethnoécologie des pêcheurs lagunaires languedociens. Revue ethnoécologie 7. https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.2221

Haut de page

Notes

1 La pêche artisanale se définit de prime abord par la propriété du navire. Ici le capitaine est également détenteur du navire (mesurant au plus 15 mètres) et des engins de pêche qu’il utilise. Pour ce qui est de la pratique, la pêche artisanale est ici entendue comme une activité polyvalente s’établissant à une distance souvent inférieure à 20 milles nautiques (1 mille = 1,852 km), et dont les durées de sorties en mer n’excèdent pas 24 heures. Les équipages sont réduits et peuvent être composé d’une à 5 personnes maximum (Reyes et al. 2015).

2 Les poissons benthiques vivent sur le fond des mers ou des océans. Ils ont un lien étroit et permanent avec le fond.

3 Un poisson est dit pélagique lorsqu’il vit dans la colonne d’eau. C’est-à-dire qu’il se trouve dans les eaux proches de la surface ou entre la surface et le fond. Ces poisons sont souvent de couleur bleu, ce qui implique qu’ils soient parfois désignés sous l’expression de « poissons bleux ». Il est courant de distinguer les « petits pélagiques » tels que les anchois et la sardine, des « grands pélagiques » comprenant notamment le thon et l’espadon.

4 Depuis 2013, un travail d’analyse ethnographique a été mené, totalisant une durée cumulée d’enquête de terrain de plus de deux ans, et donnant lieu à plusieurs travaux d’analyse sur les pratiques des pêcheurs artisans méditerranéens en Corse, Occitanie, Catalogne ou Sicile. Sur la seule période allant de 2013 à 2016 près de 100 entretiens ont été réalisés auprès des pêcheurs artisans, afin de saisir les changements de pratiques liés à l’implications grandissantes des décisions européennes et internationales relatives à leurs pratiques de pêches (Reyes 2017).

5 Pour cet auteur, le terme de « métier » pour les pêcheurs se réfère soit à l’engin, on dira par exemple « le métier du casier », soit à l’espèce animale recherchée : « le métier de l’araignée ». Comme un même engin permet de capturer différentes espèces, associer le terme de « métier » à la technique de pêche offre une acception plus générale, à moins qu’il ne soit associé à l’espèce capturée. Il ajoute enfin que « Le métier […] est le savoir qui permet d’être pêcheur ». Ce terme revêt donc dans le contexte de la pêche une signification qui va bien au-delà de celle d’un simple travail dont on tire un revenu. Le métier apparaît ici fortement associé à un savoir-faire professionnel.

6 Les « métiers de l’hameçon », est une expression utilisée dans le domaine halieutique pour parler de l’ensemble des techniques pourvues d’hameçons, mais pourtant différentes : ligne à main, ligne avec canne, ligne de traîne et palangres.

7 Caler signifie mettre son filet ou engin à l’eau.

8 Les plus grosses différences sont surtout entre l’automne et l’été. Par exemple, une daurade vendue entre 16 et 20 euros le kilo en été peut descendre jusque 3 euros le kilo en automne. Toutefois, cela dépend des années, du marché, et, des apports nationaux et en provenance des autres pays.

9 La demande augmente notamment pour le loup (Dicentrarchus labrax).

10 Avec la production industrialisée des engins de pêche, le millimètre s’impose de plus en plus comme le système de mesure de référence.

11 J’ai comparé l’ensemble des calendriers collectés par site d’étude. Le portrait qui a été sélectionné est celui présentant une plus grande diversité technique, mais aussi les techniques localement employées par la majorité des pêcheurs.

12 L’on peut néanmoins supposer que certains pêcheurs choisissent de suspendre la mise en pratique d’une technique pour la remplacer temporairement ou définitivement par une autre.

13 La consommation des produits de la mer repose souvent sur un nombre restreint d’espèces, ce qui tend à limiter l’introduction inédite, voir les changements fondamentaux, d’approvisionnement au sein du marché. Or, le calendrier économique est indexé sur la saisonnalité attachée à chaque espèce. Sur cet aspect, la comparaison entre la saisonnalité de l’activité de pêche aux saisonnalités des fruits et légumes, me semble particulièrement évocatrice.

14 Le chalut pélagique est un filet remorqué qui évolue en pleine eau, entre la surface et le fond, sans être en contact avec lui.

15 J’ai eu connaissance, par Elisabeth Tempier, de l’existence d’un pêcheur qui continuait à exercer cette technique dans la région Provence-Alpes-Côte-D’azur, au port de Sanary-sur-Mer. Dans un ouvrage, Elisabeth Tempier (2014) relate d’ailleurs le portrait de ce pêcheur. Toutefois, cette pratique dans le contexte français, si tant est qu’elle existe, s’avère profondément anecdotique.

16 À Palerme, les pêcheurs ciblent préférentiellement la sardine.

17 Le terme de masculini est utilisé pour désigner les anchois en Sicilien. Or, l’on peut voir dans les dénominations données aux deux espèces capturées à la menaide, un contraste genré entre, d’un côté les sardines, appelées sàdda en sicilien, et de l’autre les anchois, appelées masculini en sicilien.

18 Les masculini da maglia peuvent être vendues à 7 euros le kilo (parfois même, 10 euros le kilo). Mais Arturo me dit que les prix sont souvent autour de 5 euros le kilo et que parfois cela descend à 2 euros le kilo.

19 Sous la direction de Mario Tringau, Association Ketos.

20 Soit un peu plus de 11 kilomètres. 1 mille nautique équivaut à 1,852 kilomètre.

21 Embarquements réalisés les 24 et 25 novembre 2015, puis les 2 et 5 décembre 2015.

22 Les pêcheurs mesurent la hauteur du filet en nombre de mailles. La menaide mesure entre 800 et 1500 mailles de haut. Chaque maille mesurant entre 9 et 14 millimètres de côté.

23 Le Golfe de Catane mesure 31,5 km de long pour 9,8 km de large.

24 Entretien mené au mois d’octobre 2015.

25 D’ailleurs, l’un des scientifiques qui a participé au projet de valorisation de la menaide, a mené une expérience à ce sujet. Il a montré que les répulsifs (pinger) avaient, dans un premier temps, permis de repousser les dauphins, mais que le son émis leur avait ensuite servi à identifier la présence des pêcheurs et donc aussi les zones de concentration des sardines et des anchois. Son interprétation mérite d’être prise avec précaution car son attachement envers les dauphins transparait dans son discours. Il évoque aussi le fait que ce projet lui permettait de sensibiliser les pêcheurs à l’ingéniosité qu’il attribue aux dauphins.

26 Ce savoir-faire pourtant essentiel est délaissé par les pêcheurs récemment installés.

27 Il existe trois principales espèces de thons rouges dans le monde : le thon rouge de l’Atlantique (Thunnus thynnus), le thon rouge du sud (T. maccoyii) et le thon rouge du Pacifique (T. orientalis). Le thon rouge de l’Atlantique est réparti en deux stocks : le thon rouge de l’Atlantique Ouest évoluant vers les côtes du continent nord-américain et le stock de l’Atlantique Est présent sur les côtes européennes et en Méditerranée.

28 1 mille nautique correspond à 1 852 km.

29 Il s’agit d’un fil en polypropylène, souvent appelé, à tort, nylon.

30 L’avançon est appelé bracciolo en italien tandis que la ligne mère est appelée lenza madre.

31 La brasse est une unité de mesure. 1 brasse correspond à 1 mètre 65.

32 Arrière du navire.

33 Depuis la mise en place des quotas thon rouge, qui ont permis une limitation de la production et une augmentation du prix, cette assertion est de plus en plus nuancée.

34 La tartarone est le terme italien. En français, on parlerait de senne halée à bord sans fermeture. La barque reste stable (quand elle est dédiée à la capture des alevins) ou tirée sur 50 ou 100 m (pour la capture des espèces de démersales ou benthiques comme les rougets et les turbots).

35 JO, L 5/32 du 09/01/2004.

36 Prot. N. 5789. Transmissione elenchi delle unita in possesso dei requisiti richiesti per la pesca al Rossetto e al Cicerello. Riferimento art. 1 comma 4 del D. M. 4 aprile 2017. http://pti.regione.sicilia.it/portal/pls/portal/docs/147623401.PDF [Consulté le 7 septembre 2021].

37 Ministère italien en charge des questions de pêche.

38 De nombreux articles de journaux, documentaires présentent cette activité et les actions entreprises par les agents de contrôle pour faire respecter la règlementation. e.g https://www.lasicilia.it/news/agrigento/221284/tutela-del-novellame-operazione-alla-scala-dei-turchi.html [Site consulté le 27 septembre 2021].

39 La cuisine sicilienne dispose de plusieurs recettes faites à partir d’alevins de sardine, d’anchois, ou à partir de rosseto. Les alevins sont les larves ou les jeunes poissons n’ayant pas encore acquis une forme adulte.

40 Cette dernière espèce est souvent assimilée aux alevins de par la similitude de leur taille. Toutefois, le rosseto n’est pas un type d’alevin. Il s’agit d’une espèce qui n’atteint qu’une très petite taille.

41 Les enquêtes de terrain en Catalogne nous avaient permis de rapporter l’existence d’une technique similaire, dédiée à la capture du lançon. À titre comparatif, se reporter à Reyes (2017).

42 Dans le système italien de catégorisation des pêches, il fait partie de la catégorie sciabica.

43 Les technologistes des pêches parlent d’« arts traînants » pour les engins de pêche dont une partie est laissée à traîner sur le fond marin.

44 Les techniques de pêche passives, par opposition aux techniques de pêche actives, correspondent aux engins de pêche qui une fois mis à l’eau par les pêcheurs restent plusieurs heures immergés au même endroit. Les engins actifs sont, quant à eux, déployés mais sont tractés ou tirés par le navire qui se déplace.

45 L’espèce n’a pu être précisément identifiée.

46 Les chiffres permettant de caractériser la taille des hameçons sont décroissants, par rapport à leur taille.

47 Les heures de sorties en mer sont fonction du moment où le poisson se déplace, et peut être capturé.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/9277/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 1 : Calendrier d’un pêcheur de Catane
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/9277/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 2 : Pêche à la menaide (Catane)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/9277/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Figure 3 : Pêche au thon rouge à la palangre
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/9277/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
Titre Figure 4 : La technique de la tartarone (Sicile)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/9277/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Figure 5 : Nasse de pêche (Sicile)
URL http://journals.openedition.org/ethnoecologie/docannexe/image/9277/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nastassia Reyes, « Lire les techniques pour comprendre les rapports entre humains et non-humains »Revue d’ethnoécologie [En ligne], 21 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ethnoecologie/9277 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ethnoecologie.9277

Haut de page

Auteur

Nastassia Reyes

Anthropologue de l’environnement - IRD - UMR SENS et UMR d’Eco-anthropologie - nastassia.reyes@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search