Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnomusicologie appliquée

Les cheminements de l’ethnomusicologue. D’une ethnomusicologie de sauvegarde à une ethnomusicologie du contemporain

Monika Stern
p. 55-72

Résumé

À travers l’analyse de quinze ans de recherches au Vanuatu face à des transformations de la situation musicale de l’archipel, cet article s’interroge sur l’application de la recherche en ethnomusicologie. D’une importance politique et identitaire, les expressions orales « traditionnelles » (kastom) ont joué un rôle prépondérant dans la construction du Vanuatu qui accédait à l’Indépendance en 1980. Trente-cinq ans après, c’est le reggae que les jeunes musiciens urbains ont choisi pour s’exprimer et s’identifier. À travers ses expériences personnelles de terrain, l’auteur montre ici comment les changements de la société étudiée peuvent altérer la recherche et comment les différentes tentatives d’engagement du chercheur sur son terrain peuvent plus ou moins facilement s’adapter à la réalité actuelle locale. La réflexion pose ainsi la question de l’évolution de notre discipline dans le monde contemporain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie ici Isabelle Merle, Simonne Pauwels, Leslie Vandeputte-Tavo et les coordinateurs de ce (...)
  • 2 Si cet article décrit et analyse les influences mutuelles entre mes expériences de terrain et mes r (...)

1Dans cet article, j’aimerais analyser, à travers mes différentes expériences de terrains et de vie au Vanuatu entre 1998 et 2012, comment le hasard des rencontres, les amitiés, les conjonctures du moment, l’évolution de la situation musicale, m’ont influencée en tant que chercheuse1. J’essaie de comprendre comment ma recherche scientifique s’imbrique dans une implication pratique et vice-versa. Et aussi pourquoi certaines de mes expériences de terrain ont été fructueuses et d’autres moins, d’une part pour les habitants du Vanuatu, d’autre part pour l’évolution de cette recherche2. Cependant, pour comprendre cette implication personnelle il est nécessaire de la replacer dans le contexte historique, culturel et social de l’archipel du Vanuatu. Si le fil conducteur de cet article est formé par mon expérience personnelle, ce n’est en réalité qu’un prétexte à la description des transformations musicales et des politiques culturelles et sociales de l’archipel, notamment en ville. Ainsi, l’article s’articule autour de la description et de la réflexion sur des politiques culturelles du Vanuatu post-indépendant, du déroulement de certains projets associatifs de développement musical puis enfin de l’évolution musicale liée aux changements sociaux urbains. Face à ces transformations, quelle est la position à adopter dans la recherche ? Dans quelle mesure le chercheur doit-il s’impliquer dans son travail ? Quelles sont les interactions entre le travail de l’ethnomusicologue, les indications des politiques culturelles locales et les revendications et besoins des jeunes musiciens ?

Une approche « classique » du terrain : l’ethnomusicologie de sauvegarde, l’identité nationale et le Centre Culturel du Vanuatu

2Le 30 juillet 1980, après plus de 70 ans d’un double pouvoir franco-britannique au Nouvelles-Hébrides, l’archipel devient indépendant et prend le nom du Vanuatu. La culture locale joue alors un rôle essentiel dans la construction identitaire de cette nouvelle république.

Cette identité est avant tout étroitement liée à l’environnement qui nous entoure […] Une autre partie de notre identité vient des mémoires restées vivantes à travers la religion, les coutumes, les légendes et les chants […] Le mouvement pour l’indépendance s’appliqua à réaffirmer la culture mélanésienne en termes d’identité, de citoyenneté, de terre, d’auto-détermination et d’autonomie. (Bevan et Whyte 1990 : 24, 26)

  • 3 En bislama, pidgin mélanésien, langue nationale et véhiculaire du Vanuatu.

3Au Vanuatu, le terme kastom3 peut, de prime abord, être traduit en français par « coutume ». Mais cette notion, ainsi que ses synonymes locaux dans tout le Pacifique, a une signification complexe qui, dans les milieux scientifiques, a donné lieu à un vif débat sur le renouveau ou sur l’invention de la tradition (Keesing and Tonkinson eds 1982, Jolly and Thomas eds 1992, Sahlins 1993, etc.).

4Au Vanuatu, cette notion a joué un rôle essentiel dans l’histoire de l’acquisition de l’indépendance et, ayant ainsi une connotation politique, elle est toujours discutée par les chercheurs spécialisés sur l’archipel (Jolly 1992a et b, Bolton 1999, 2002, Tabani 2002, Wittersheim 2006, Geismar 2013). Selon Jolly, cette notion de kastom et son renouveau (revival) a une double fonction. Au niveau national, elle représente la décolonisation et la revendication des terres contre l’occupation européenne et permet de se distinguer des anciens colonisateurs. Au niveau local, les éléments particuliers de la kastom (cérémonies de naissance, de mariage ou de passage de rang hiérarchique, mythes, danses et musique) sont revendiqués par des communautés bien distinctes. Ces éléments sont créés et s’échangent d’une région à l’autre en gardant leur identité et en permettant aux gens de se différencier (Jolly 1992a : 341-344, Stern 2013). En effet, l’archipel du Vanuatu, composé de plus de 80 îles, présente une grande diversité culturelle. À l’instar de sa diversité linguistique : record mondial de la densité linguistique avec plus de cent langues vernaculaires (François et Stern 2013), les arts musicaux présentent une variété de genres et de formes considérable. Comme partout en Mélanésie, l’échange des biens et des savoirs est pratiqué depuis des siècles entre des villages, régions ou îles voisines. Les chansons, instruments de musique, rythmes particuliers, mélodies ou paroles de chansons, peuvent ainsi circuler d’une région à l’autre, mais également à l’intérieur d’une même communauté entre les personnes de différents statuts sociaux ou différentes familles. Si certains répertoires ou éléments musicaux peuvent effectivement être empruntés après une simple autorisation du propriétaire (individuel, famille ou communauté), la plupart du temps, un payement en monnaie locale (coquillages, nattes, cochons) ou nourriture doit être effectué. Ces échanges des éléments musicaux accompagnent souvent l’échange plus général de biens et de savoirs, par exemple lors de grandes cérémonies de passages de grades hiérarchiques (Stern 2013).

  • 4 Français né en Algérie, arrivé aux Nouvelles-Hébrides comme instituteur en 1963, devenu journaliste (...)
  • 5 En bislama : « le présent et le passé ».

5Pour revenir à la notion de la kastom au niveau national, Lissant Bolton, dans son article sur la radio et la kastom, démontre l’importance que ce média a joué dans l’élaboration de ce concept et de l’idée du Vanuatu comme nation (Bolton 2002). Pendant les années 1970, les journalistes Godwin Ligo (vanuatais) et Paul Gardissat (français)4 ont lancé des émissions diffusant les musiques et histoires orales locales. Les coutumes du Vanuatu ayant eu jusque-là une connotation péjorative véhiculée par le colonialisme et les missionnaires, ce fut un tournant important dans l’histoire de l’archipel. Les journalistes recevaient une importante correspondance de la part des auditeurs séduits par ces émissions, et Gardissat, en envoyant des cassettes et enregistreurs à des personnes qui désiraient enregistrer leurs histoires et chansons, a instauré un véritable système de « cassette de voyage ». Cette valorisation de la kastom se reflète fortement lors du premier Festival National des Arts organisé en 1979 par Godwin Ligo reprenant le titre de son émission Taem nao, taem bifo5 (Bolton 2002 : 177).

6Quant au Centre Culturel du Vanuatu (Vanuatu Kaljoral Senta : VKS, institution gouvernementale), bien que créé en 1955 sous le condominium franco-britannique, il est devenu lors des années de pré- et post-indépendance un véritable « symbole emblématique de la culture »6. Le VKS a pour objectif principal de préserver, diffuser et valoriser les différentes expressions de la kastom, mais il gère également la recherche et les projets de développement culturel.

7Dès la fin des années 70, a été créé, sur l’initiative du linguiste français Jean-Michel Charpentier et de l’ethnomusicologue néo-zélandais Peter Crowe, l’Oral Tradition Program sponsorisé par l’Unesco. Les traditions orales du Vanuatu furent alors collectées et déposées aux archives audiovisuelles du VKS.

  • 7 Ni-Vanuatu est le nom que les habitants se sont donnés au moment de l’indépendance.

8A la même époque, les chercheurs Kirk Huffman et Darell Tryon ont créé le réseau des filwoka – de l’anglais fieldworkers –, locaux, rejoint à partir de 1994 par un groupe de femmes fieldworkers sur l’initiative de Jean Tarisesei et Lissant Bolton (Bolton 2006 : 2). Les filwoka sont des personnes ni-Vanuatu7 vivant dans leurs villages et participant une fois par an bénévolement aux workshops du VKS à Port-Vila. Toute l’année, elles ont pour rôle d’encourager les activités autour de la kastom dans leur propre région et d’y mener des recherches (collectes d’informations sur leurs savoirs et pratiques traditionnels). Elles doivent également accueillir et assister des chercheurs étrangers lors de leurs terrains dans leurs régions. La collaboration entre les filwoka locaux et les chercheurs est complémentaire, alors que les premiers encouragent au renouveau des cérémonies, les seconds permettent de les documenter (Bolton 1999 : 5). L’ensemble des collaborations a même donné lieu, en 2006, à une grande conférence internationale organisée au sein même du VKS, intitulée « After 26 Years : Collaborative Research in Vanuatu Since Independence » (Taylor et Thieberger 2011).

9Avec l’émergence de la conscience de l’identité culturelle nationale, se sont développées les notions de propriété de la culture (Jolly 1992a et b) et de légitimité à en parler. Elles se reflètent entre autres dans la politique du contrôle restrictif menée par le VKS. Entre 1985 et 1994, un moratoire a été instauré par le gouvernement du Vanuatu sur toutes les recherches concernant les sciences sociales et humaines (Bolton 1999). Selon Kirk Huffman (Bolton 1999 : 1), l’une des raisons probables de ce moratoire a été un fort sentiment protectionniste envers les savoirs et pratiques locaux qui devaient être réservés, selon cette idée, aux seuls ni-Vanuatu (Bolton 1999 : 4). Cette démarche rejoint les politiques culturelles d’autres peuples autochtones (Hawaï, Nouvelle-Zélande) opposant les chercheurs indigènes et occidentaux (Wittersheim 2006, Gagné 2008). En 1994, le moratoire a été levé, reflétant selon Ralph Regenvanu, directeur du VKS de 1995 à 2006, un changement dans les priorités politiques suite à l’instauration d’un nouveau gouvernement en 1992 (Bolton 1999 : 5).

  • 8 Toutes les traductions de l’anglais et du bislama dans l’article sont de l’auteur.

10Pour Ralph Regenvanu, l’idée que la kastom appartient aux ni-Vanuatu et que cela doit être respecté par les étrangers est toujours d’actualité ; cependant les besoins de préservation, de transmission, de diffusion aux jeunes générations ont dépassé les « capacités de la seule équipe du VKS de Port-Vila et de son réseau de fieldworkers volontaires »8 (Regenvanu 1999 : 98). Les travaux académiques, rarement lus par les ni-Vanuatu, leur donnent l’impression que le contrôle sur ce qui se dit à propos d’eux et de leur culture leur échappe. C’est pourquoi, il est explicitement demandé à chaque chercheur de fournir à la communauté étudiée et au VKS, en dehors de leurs travaux académiques, ce qu’on pourrait appeler « un travail dérivé » ou un travail de valorisation (documents photographiques, audio et audiovisuels, livrets de contes, manuels scolaires en langues vernaculaires, transcriptions et traductions des mythes, etc.)

Fig. 1. Les célébrations de l’indépendance devant le Centre Culturel du Vanuatu (VKS), 2 août 2010.

Fig. 1. Les célébrations de l’indépendance devant le Centre Culturel du Vanuatu (VKS), 2 août 2010.

Photo : Laurent Dousset.

  • 9 Le 26 juin 2013, le Vanuatu National Cultural Council (dont dépend le VKS) a à nouveau instauré un (...)

11Ce malaise, ressenti par le Vanuatu envers les chercheurs étrangers et se traduisant par l’instauration de moratoires9, n’est pas surprenant car il exprime la contradiction entre les habitants mélanésiens voulant avoir un contrôle sur ce qui s’écrit à leur sujet et les chercheurs voulant préserver leur indépendance au nom de la déontologie et de l’écriture du savoir scientifique. Cette situation n’est pas unique au Vanuatu, Alban Bensa évoque cette contradiction comme un problème général de l’ethnologie :

Sans être en rien mandaté par ses hôtes, l’ethnologue a de surcroît la prétention de dire qui ils sont. Il produit en effet de la société où il a élu domicile une image qui n’est pas nécessairement celle que ses porte-paroles souhaitent donner. (Bensa 1995 : 313)

12La question de l’engagement du chercheur est ainsi clairement exprimée par le VKS : s’il affirme fortement que la coutume appartient aux seuls ni-Vanuatu, en levant le moratoire, il a ouvert la porte à la collaboration, permettant aux chercheurs de conduire des travaux académiques à condition de susciter des retombées utiles aux communautés locales et au pays.

  • 10 L’ethnomusicologie d’urgence ou de sauvegarde a pour objectif de collecter et étudier des expressio (...)

13C’est dans ce contexte, qu’en 1998 je suis arrivée au Vanuatu pour mes premières recherches de terrain avec l’idée précise de pratiquer une ethnomusicologie d’urgence ou de sauvegarde10 à la recherche des musiques « traditionnelles en voie de disparition ». Suivant la législation, le VKS était ma première porte d’entrée dans le pays, notamment pour officialiser mon séjour et obtenir un visa de recherche. Quatre ans après la levée du moratoire, la collecte d’enregistrements des musiques kastom, qui devaient obligatoirement être déposées aux archives du VKS, était une priorité des politiques de préservation instaurées par le Centre Culturel. Il m’a également été demandé de participer au dépouillement et au catalogage de nombreuses cassettes audio dans les archives sonores du VKS. Ce fut un travail passionnant et favorable, non seulement à mon engagement auprès du VKS, mais également au développement de ma connaissance des musiques de l’archipel. L’existence du VKS est pour les chercheurs extérieurs un moyen de travailler en accord avec les besoins et les attentes du gouvernement local. En dehors de certaines contraintes, ce système apporte, notamment pour les jeunes chercheurs ne connaissant pas le pays, un soutien et une aide précieuse (contacts dans les villages, conseils, informations, etc.). En respectant ces démarches instaurées par le VKS, l’engagement du chercheur bien intentionné se fait ainsi tout à fait naturellement.

  • 11 Au moment même de l’écriture de cet article, des changements importants sont en train d’être apport (...)

14Néanmoins, la science dite engagée est quand même tiraillée entre deux problématiques : d’une part, elle se veut utile et valorisante pour les cultures musicales qu’elle étudie, d’autre part elle tient à rester indépendante pour garantir une certaine objectivité de ses résultats. La situation est complexe : si les politiques culturelles du VKS sont, d’un certain point de vue, positives pour les chercheurs en assurant accueil, contacts et aides, et favorisent ainsi une recherche collaborative, le système présente cependant quelques failles. D’une part, les filwoka, dont l’un des rôles principaux est d’accueillir le chercheur sur le terrain, jouissent de certains avantages et d’un statut souvent enviés par d’autres villageois. Ainsi, ce statut provoque parfois des relations conflictuelles entraînant des enjeux de domination et limite parfois l’accès à certaines personnes ressources de la communauté. De tels contextes peuvent ainsi rendre l’indépendance du chercheur problématique. D’autre part, il suffit d’un différend entre un chercheur et le(s) représentant(s) du VKS, pour qu’il puisse se voir refuser toute recherche au Vanuatu, sans que soit pris en compte le désir des communautés étudiées. Si, malgré cela, le système de recherche collaborative contrôlé par le VKS, reste plutôt avantageux11, il n’en serait peut-être pas de même partout dans le monde. En effet, cela pourrait devenir un système de contrôle plutôt que de collaboration dans les situations extrêmes de régimes autoritaires ou moins démocratiques que celui du Vanuatu d’aujourd’hui.

Le centre de musique Tura Nambe : les incertitudes de l’engagement

15Mes expériences auprès des habitants et la sensibilisation menée par le VKS m’ont encouragée, lors de mon séjour au Vanuatu entre 2005 et 2011, à m’impliquer dans un projet musical pour et avec les habitants de la capitale, Port-Vila.

16La musique est omniprésente à Port-Vila et, depuis une quinzaine d’années, elle joue un rôle essentiel dans la vie des jeunes des quartiers les plus défavorisés. Dans l’introduction de l’ouvrage Vanuatu, 10 ans d’indépendance, le paragraphe sur la jeunesse met déjà l’accent sur la musique :

L’intérêt des jeunes pour la musique et plus spécialement pour la création et la présentation d’une musique populaire spécifique, typique de Vanuatu, a été encouragé. (Bevan et Whyte 1990 : 8)

  • 12 Recensement National 2009.
  • 13 La capitale Port-Vila comptait en 2009, selon le Recensement National, 44 039 habitants.
  • 14 Même si certains besoins commencent à rendre l’économie monétaire de plus en plus indispensable, no (...)
  • 15 http://visit.wansmolbag.org/
  • 16 http://www.furtherarts.org/

17Au Vanuatu, 66% de la population a moins de 30 ans12. Avec le développement urbain et d’importants changements sociaux, on peut observer depuis une dizaine d’années l’émergence de certaines formes de pauvreté et une fragilité sociale chez une partie de la population urbaine13 : chômage, difficulté d’accès à l’éducation, augmentation des prix, etc. (Mitchell 2004, Kraemer 2013). Ces problèmes affectent beaucoup moins les populations rurales, qui vivent encore principalement d’une économie de subsistance14. En milieu urbain, la musique, notamment le reggae, incarne un remède contre l’ennui, un loisir, souvent le seul moyen d’expression (des performances publiques sont possibles lors de festivals). Elle construit et confirme des relations sociales, constitue un moyen de se valoriser et permet le rêve d’un meilleur avenir, d’une carrière et de voyages. Les années 1990 ont vu la création de la Fête de la Musique, du Fest’Napuan : festival annuel national de musiques urbaines (avec un local de répétition), et certaines ONG (Wan Smolbag Theatre15 et Further Arts16) ont également participé au développement de la pratique musicale. À cela s’ajoutent de nombreux studios d’enregistrement.

  • 17 Tura Nambe est le nom en langue vernaculaire des tambours de bois verticaux de l’îlot Vao, près de (...)
  • 18 J’appelle ici « périphériques » des quartiers situés en dehors du centre-ville de Port-Vila et des (...)

18Voulant établir un projet engagé et collaboratif, je me suis donc associée avec un ami ni-Vanuatu, Marcel Melthérorong, musicien, écrivain et acteur dans les événements musicaux de la capitale, pour créer un centre de musique, Tura Nambe17 Musik Senta, destiné aux musiciens de Port-Vila. Nous avons obtenu un financement de la Coopération Régionale de l’Ambassade de France, notamment grâce au fort soutien du directeur de l’Alliance Française, Georges Cumbo. Ce financement était suffisant pour s’équiper en instruments de musique et matériels de sonorisation, mais le projet ne bénéficiait d’aucune aide financière pérenne. La seule condition à sa survie était donc l’autofinancement. À partir de la deuxième année, le centre s’est installé dans le quartier de Namburu (locaux gracieusement prêtés par Thomas Dick de l’association Further Arts, producteur musical et propriétaire des locaux), un quartier habité principalement par les familles ni-Vanuatu et facilement accessible à partir des autres quartiers périphériques18. Le centre de musique disposait ainsi d’une petite maison dans un style local, en bois et avec un toit en feuilles de palmier, dans lequel nous avons installé un local de répétition et un petit bureau destiné à l’administration et aux autres activités du centre.

19Les activités régulières du centre consistaient en des cours d’instruments payants (avec par conséquent une majorité d’élèves expatriés) et surtout un local de répétition, qui a connu un grand succès auprès des groupes pop locaux. Ainsi, certains groupes sont nés ou ont pu développer une activité régulière grâce à ce projet qui leur a permis de percer sur la scène locale (Masamp Crew, Koncerners, Young Life, Shanty Town, etc.). Enfin, la location de l’équipement (instruments et matériel de sonorisation) était également très demandée.

Fig. 2. Le Centre de musique Tura Nambe, 21 octobre 2011.

Fig. 2. Le Centre de musique Tura Nambe, 21 octobre 2011.

Photo Sarah Doyle.

  • 19 La danse Sawagoro, commune aux trois îles de la province de Penama (Pentecôte, Ambae et Maewo), se (...)
  • 20 https://www.christensenfund.org/
  • 21 Au Vanuatu, les formations universitaires en sciences humaines sont encore très restreintes.
  • 22 Après avoir soutenus leurs thèses de doctorat, Leslie Vandeputte-Tavo est actuellement enseignant-c (...)
  • 23 Les formations des jeunes participants ont été assidûment suivies, les études de terrain menées à t (...)

20Le projet Sawagoro19 a aussi été hébergé par le centre Tura Nambe. Il s’agissait de former une dizaine de jeunes ni-Vanuatu urbains aux méthodes de collecte de données, d’archivage et d’analyse, ainsi que de réaliser un petit livret sur la danse Sawagoro. Ce projet a été entièrement financé par la fondation privée Christensen Fund20 et, en raison des aspects scientifiques nécessitant des compétences particulières21, il a été géré par deux collègues français, à l’époque doctorants et séjournant dans l’archipel (Leslie Vandeputte-Tavo et Sébastien Lacrampe22), et moi-même. La plupart des résultats escomptés ont été atteints23.

21L’autofinancement du centre de musique Tura Nambe a pu se faire grâce aux rétributions des cours de musique, à la location de la salle de répétition et du matériel. Notre objectif à moyen terme était de faire fonctionner le centre afin de permettre aux musiciens bénévoles y travaillant de jouer un rôle de plus en plus actif, et en même temps d’y diminuer notre propre engagement. Nous espérions également, qu’avec le temps, les bénévoles seraient rémunérés.

  • 24 Je n’ai pas la place ici pour faire une analyse fine de toutes les relations de parenté, d’amitié, (...)

22Le projet du centre de musique s’est cependant heurté à de nombreuses contradictions entre les besoins de rentabilité et de gestion d’une part, et les réalités sociales d’autre part. Il est certain que ma formation d’ethnomusicologue, exigeant un respect de l’habitus local, n’a pas facilité, ainsi qu’il le sera démontré plus bas, la gestion administrative d’un tel projet. Pour expliquer ces tiraillements, j’aimerais évoquer ici trois exemples24.

  • 25 Babylon System c’est le nom donné par les Rastafari de Jamaïque au monde occidental, capitaliste, c (...)

23Pour le fonctionnement du centre, nous avons fait appel aux musiciens (sans emploi lucratif) afin de gérer la salle de répétition et la location du matériel et, pour les plus confirmés d’entre eux, pour donner des cours d’instruments. Le Centre n’ayant pas d’apport financier suffisant, les musiciens étaient bénévoles (sauf pour les cours d’instruments), mais ils bénéficiaient de quelques avantages : accès gratuit à toutes les activités, frais de repas pendant les activités, etc. Très vite cependant, les bénévoles n’ont pu faire respecter les règles de base d’un fonctionnement monétaire en raison des relations qu’ils avaient avec les usagers. Ainsi, selon une idée répandue au Vanuatu, renvoyant aux valeurs de la kastom et/ou à celles des musiciens contre le Babylon System25, l’importance des relations de parenté et d’amitié, l’obligation de partage, prévalent sur les obligations professionnelles. Dans de nombreux cas, les bénévoles n’ont pas pu exiger d’un groupe de payer en avance leur entrée dans le studio de répétition ou l’emprunt du matériel, et ont dû se contenter d’une promesse de payement futur.

  • 26 Faire la coutume en Mélanésie veut dire participer à des échanges cérémoniels obligatoires lors de (...)

24L’exemple suivant concerne nos propres relations (celles de Marcel Malthérorong et de moi-même) comme responsables du centre avec les bénévoles. Ces derniers s’impliquaient énormément dans le projet – deux d’entre eux dormaient même sur place pour la sécurité des lieux – et nous donnaient le sentiment de leur être redevables. Ainsi, lors d’événements comme un mariage ou les funérailles d’un proche, quand les bénévoles demandaient un prêt d’argent à l’association, afin qu’ils puissent « faire la coutume »26, nous considérions qu’humainement et éthiquement la demande ne pouvait être refusée. Nous nous doutions pourtant que l’argent emprunté n’allait pas être rendu, car nous connaissions les situations précaires des bénévoles. Cependant, ne pas le donner aurait entraîné des relations de domination, que nous ne pouvions ni ne voulions assumer, dans la mesure où nous considérions que le centre appartenait à tous les musiciens. Des règles strictes étaient ainsi difficiles à appliquer, compte tenu notre adoption des valeurs et pratiques propres à la communauté des musiciens locaux.

25Enfin, les groupes venant répéter au studio pendant des mois, nous avons vu leur évolution et leurs motivations. Il arrivait parfois qu’à une ou deux semaines d’un grand festival où ils allaient jouer pour la première fois, ils n’étaient plus en mesure de payer la location. Pouvions-nous pour autant leur refuser d’utiliser le studio en sachant que cela allait compromettre leur performance publique ?

26Certes, ces exemples montrent avant tout, un comportement en faveur d’une flexibilité privilégiant la prise en compte des facteurs sociaux et culturels locaux plutôt qu’un fonctionnement visant à un équilibre financier. C’est d’ailleurs le problème fréquent des business locaux où les projets font faillite en raison des crédits ou emprunts familiaux. Ce choix questionne également ma propre place dans ce projet : d’une part, intégrée depuis des années dans le milieu des musiciens locaux, vivant dans les mêmes quartiers qu’eux ; d’autre part, de nationalité française avec une éducation universitaire, je me refusais d’adopter une position d’autorité (souvent reprochée aux expatriés), reflétant à mes yeux et à ceux des ni-Vanuatu, d’anciennes relations de domination coloniale. Cependant, dans la mesure où ce projet ne bénéficiait pas d’une aide permanente, il ne pouvait survivre dans ces conditions, contrairement au projet Sawagoro qui n’a pas été affecté dans son fonctionnement puisqu’il était entièrement pris en charge par le Christensen Fund. Les participants au projet Sawagoro n’ont pas, pour autant, été épargnés par les problèmes relationnels, même dans leur propre communauté d’origine. Ainsi, lors de leurs terrains, certains d’entre eux se sont vus accusés en collectant les chants, de vouloir publier des enregistrements pour en tirer un profit financier personnel. Nous voyons donc que les projets nécessitant un rendement ou ayant une exigence de résultats, construits selon les normes occidentales, se heurtent aux problèmes induits par le poids des relations sociales. Les projets se voulant engagés doivent y faire face. Ce projet du centre de musique, mené en parallèle à mes recherches dans les villages et auprès des musiciens urbains, n’avait pas d’ambition scientifique en soi, cependant, les échanges avec des musiciens et des participants au projet ont pu nourrir ma compréhension de la société ni-Vanuatu et de ses rapports avec les systèmes associatifs, éducatifs et institutionnels.

Le groupe Kalja Riddim Klan : quand les aléas de la vie inspirent la recherche

27L’idée de former un groupe de musique acoustique, Kalja Riddim Klan, dit KRK, mélangeant les musiques d’ailleurs avec des éléments de musiques traditionnelles locales, est née parmi des jeunes conteurs ni-Vanuatu de l’association Kastom Stori. C’est à ce moment-là (début 2005), que je suis revenue au Vanuatu avec mon violon, et que j’ai eu la chance d’être sollicitée par ce groupe de musiciens pour les accompagner dans cette aventure musicale.

  • 27 En septembre 2011 je retourne en France après six ans de résidence au Vanuatu, et en octobre 2012 j (...)
  • 28 Le kava est la boisson « traditionnelle » du Vanuatu, aux vertus apaisantes, extraite de la racine (...)

28Entre 2005 et 201127, le groupe a sorti deux albums et effectué de nombreuses tournées dans le pays et en Nouvelle Calédonie. Mon influence d’instrumentiste (le seul violon de l’archipel) et la manière d’appréhender la musique a eu inévitablement une influence sur le groupe. En effet, au début, je notais mes parties sur des partitions, ce qui formait à la fois un outil de mémorisation que les musiciens appréciaient beaucoup et fixait quelque part la structure des chansons ; pour la communication et la mise en place, un cadre plus structuré que celui pratiqué habituellement par eux a également été nécessaire. Si personnellement je le regrettais parfois, mes amis avaient l’air de l’apprécier et considéraient cette expérience de pratique musicale commune comme enrichissante. Le fait d’ajouter un violon au groupe a surtout influencé la création musicale fusionnant les éléments locaux, reggae et sonorités adaptées au violon. Pourtant, je ne voulais pas m’impliquer dans tout : je ne me suis ainsi pas vraiment prononcée sur leur choix de jouer du reggae, ni dans la création et la composition, ne voulant pas influencer l’essence même de leur musique. En revanche, j’étais présente lors des concerts, répétitions, réunions du groupe et tournées, mais également lors des cérémonies de naissances, des mariages, des décès, des revendications politiques, des conflits, des jugements pour problèmes liés au cannabis, des fundraising, des longues discussions autour du kava28, des fêtes, etc. J’ai partagé la vie de ces musiciens pendant six ans et je continue à le faire à travers des échanges sur internet, téléphoniques, ou quelques rares visites en France, ainsi que lors de mes terrains au Vanuatu. Mon premier engagement était celui de l’amitié. Je sais que je ne fais pas exception et que l’amitié est, heureusement, souvent un élément qui se construit naturellement entre l’ethnologue et les personnes de la communauté étudiée, mais la musique constitue certainement un élément déclencheur non négligeable. Je pense qu’il est important de se laisser influencer par son terrain afin de lui correspondre et de s’harmoniser avec lui. Se laisser vivre ou, comme l’écrivait Favret-Saada (2009 [1990] : 158, 159), « accepter d’être affecté » au « risque de voir s’évanouir son projet de connaissance ». Etudiant la sorcellerie, l’ethnologue Favret-Saada explique des choses invisibles qui se passent entre elle et les autres, aussi affectés qu’elle-même. À mon sens, ce phénomène est tout à fait comparable à ce qui se passe entre les gens qui font de la musique ensemble. Il se passe « quelque chose » de non-dit, une communication sans paroles, parfois même inintelligible, une « magie » qui peut se prolonger parfois au-delà de la répétition ou du concert, lors des moments privilégiés passés ensemble. Ces conditions ne seraient a priori pas réunies en dehors d’un contexte de vie prolongée en tant que et parmi les musiciens. Mais en faisant tout cela, en quoi ai-je fait de l’ethnomusicologie appliquée ?

Fig. 3. Le groupe Kalja Riddim Klan (KRK) lors du festival Fest’Napuan 2011 à Port-Vila.

Fig. 3. Le groupe Kalja Riddim Klan (KRK) lors du festival Fest’Napuan 2011 à Port-Vila.

Photo Sarah Doyle.

29L’ethnomusicologie ne repose-t-elle pas notamment sur l’imprégnation de la culture étudiée par la pratique musicale (Hood 1960), et donc par extension sur toutes les activités liées à la pratique musicale (répétitions, concerts, enregistrements d’album, etc.) ? Certes, mais pour que l’ethnomusicologie soit une science, il faut également construire une méthode et un objet scientifique. Cette démarche scientifique n’est jamais tout à fait objective, au contraire, dans l’analyse scientifique, la part de subjectivité, la réflexivité du chercheur – observateur, doit également être prise en compte. Ce savoir, produit à partir des observations et des différents points de vue, même s’il reste dans une certaine mesure subjectif, permet la compréhension des phénomènes sociaux, et doit ensuite revenir aux personnes concernées. Bourdieu parle de la nécessité de sortir son savoir des milieux scientifiques afin de l’engager « au dehors » :

Il y a dans la tête de la plupart des gens cultivés, surtout en science sociale, une dichotomie qui me paraît tout à fait funeste : la dichotomie entre scholarship et commitment – entre ceux qui se consacrent au travail scientifique, qui est fait selon les méthodes savantes à l’intention d’autres savants, et ceux qui s’engagent et portent au dehors leur savoir. L’opposition est artificielle et, en fait, il faut être un savant autonome qui travaille selon les règles du scholarship pour pouvoir produire un savoir engagé, c’est-à-dire un scholarship with commitment. Il faut, pour être un vrai savant engagé, légitimement engagé, engager un savoir. Et ce savoir ne s’acquiert que dans le travail savant, soumis aux règles de la communauté savante. (Bourdieu 2002)

  • 29 Pour plus de détails sur les problématiques urbaines en Océanie, voir Wittersheim et Dussy 2013.

30Mon expérience de vie musicale à Port-Vila m’a appris maintes choses sur le Vanuatu, ses musiciens, ses musiques et leur place dans le monde contemporain. Cette découverte du monde des musiciens urbains de Port-Vila m’a fait comprendre que de nouveaux enjeux commençaient à se manifester dans le monde musical du Vanuatu. Il ne s’agissait plus uniquement de la préservation des musiques kastom dans un pays fraîchement indépendant, mais de l’apparition de nouvelles problématiques sociales entraînant de nouveaux besoins musicaux. Me rapprochant de la vie des musiciens urbains, dont beaucoup sont originaires des milieux des grassroots (« ceux d’en bas », « le peuple »), je me suis confrontée tous les jours à des problématiques urbaines liées à la jeunesse des quartiers les plus défavorisés, stigmatisée par des leaders politiques et religieux et par les médias. Pour la plupart de ces jeunes, c’est par la seule pratique du reggae qu’ils peuvent aujourd’hui s’exprimer. Le rôle de la coutume, particulièrement en ville, semble aujourd’hui ne plus avoir la même portée qu’il y a une quinzaine d’années. L’accès aux savoirs « traditionnels » est difficile en ville en raison de règles de transmission strictes (propriété de ces savoirs) et de la mixité urbaine. Une population de plus en plus mélangée, composée de personnes originaires de différentes îles du Vanuatu (avec différentes langues et coutumes), la croissance d’une jeunesse née en ville de plus en plus coupée de l’île d’origine de ses parents, sont des nouvelles réalités de la capitale Port-Vila. Le rôle de la radio a également changé, les musiques et histoires orales de la kastom ne sont plus beaucoup diffusées (Bolton 2010). Les nouvelles générations se reconstruisent aujourd’hui en créant de nouvelles socialités à l’instar des attachement familiales et fonciers traditionnels et la réappropriation du style reggae y joue un rôle non négligeable (Kraemer 2013 : 37). Les habitants de la ville doivent faire face à de nouveaux problèmes sociaux et à l’émergence de la pauvreté (chômage, une scolarité payante, un habitat composé de maisons en tôles ondulées insalubres et surpeuplées, augmentation des prix, etc.29). Trente-cinq ans après l’indépendance, face à ces difficultés, ce ne sont plus les musiques kastom, mais le reggae qui s’adapte le plus facilement à cette réalité et forme un élément important de l’identité des jeunes ni-Vanuatu. Pour moi, c’est cette expérience de vie prolongée parmi les musiciens urbains et de pratique musicale commune, qui m’a permis de me débarrasser de mes idées reçues selon lesquelles les ni-Vanuatu devaient absolument s’inspirer de leur musiques kastom pour garder leur identité, et de m’apercevoir des transformations sociales qui se passaient sous mes yeux.

31Mon objet scientifique a ainsi été en quelque sorte altéré par lui-même. Par cette expérience du terrain au plus près des gens, la nécessité d’étudier le rôle de la musique en ville est devenue une évidence sans que cela soit pour le moment exprimé par des politiques gouvernementales locales. Par l’étude de ces musiques, j’espère participer non plus, comme ce fut le cas lors de mes premiers terrains, auprès des institutions gouvernementales pour la construction de la nation à travers les « coutumes » locales, mais auprès des acteurs sociaux de demain à travers leurs créations musicales actuelles. Il ne s’agit pas d’oublier les influences musicales « traditionnelles » – par mon statut d’ethnomusicologue j’ai souvent échangé sur ces musiques avec mes amis urbains -, mais simplement d’ouvrir les recherches sur les musiques dépourvues de ces influences et de comprendre ce que les musiciens veulent exprimer à travers ces répertoires empruntés ou réappropriés.

Conclusion

32A travers l’analyse des quinze ans de recherches au Vanuatu, j’ai voulu montrer l’évolution du travail et de l’engagement du chercheur à partir de ses expériences. Tout d’abord le VKS, organisation gouvernementale, m’a fourni un cadre de recherche autour de l’objectif de préservation des musiques « traditionnelles » significatives dans la construction du Vanuatu indépendant. Dix ans après, mon implication dans la création d’un centre de musique dans la capitale m’a conduite à faire face aux contradictions entre les structures institutionnelles et les réalités sociales de la ville de Port-Vila. Enfin, l’immersion dans un groupe de musique locale, avec les relations d’amitié fortes dans un milieu social défavorisé, m’a permis d’observer, en dehors des structures officielles, les constructions et les organisations propres aux musiciens de ces quartiers. Les priorités de ma recherche en ethnomusicologie se sont alors déplacées (ou élargies) aux musiques actuelles liées aux problématiques et aux enjeux contemporains des sociétés du Vanuatu.

33Les transformations que connaît le Vanuatu se reflètent dans ses pratiques artistiques. À l’indépendance, les expressions (dont les danses et les musiques) de la kastom servaient à se démarquer des anciens colonisateurs, aidant à construire un nouveau pays et son identité. Aujourd’hui, en choisissant le reggae comme leur musique de prédilection, les jeunes ni-Vanuatu se tournent vers le monde, non pas celui de leurs colonisateurs, mais celui de populations qu’ils considèrent comme proches de leur propre expérience de colonisés. Ils veulent à la fois garder leur identité, en remplaçant ou assimilant de nouveaux éléments aux logiques anciennes, et trouver une place dans le monde contemporain, en cherchant des portes d’entrée non pas chez les puissances coloniales mais chez leurs « frères » au destin semblable.

34L’ethnomusicologue se doit d’étudier l’actualité sous toutes ses formes. Au Vanuatu cela nécessite de s’adapter aux problématiques contemporaines en passant d’une « ethnographie d’urgence » à une « anthropologie d’urgence », pour reprendre les propos d’Augé (1994 : 130-131). Face aux crises que connaît notre monde contemporain (mondialisation, gestion des ressources naturelles, migrations, développement des « nouvelles » technologies, etc.), ainsi qu’à l’émergence de nouvelles formes, scènes et migrations musicales, l’ethnomusicologie ne manque pas d’objets d’études. La légitimité du chercheur à parler des autres demeure dans sa capacité de faire de la science, un moyen de compréhension du monde actuel. Comme disait Seeger, il n’y a pas de séparation entre une ethnomusicologie « pure » et une ethnomusicologie « appliquée », « nous appliquons [apply] notre ethnomusicologie tous les jours » (Seeger 2006 : 221, 222). Finalement, tôt ou tard toute ethnomusicologie peut devenir appliquée, même à notre insu. Si un producteur, un directeur artistique, un organisateur d’événements culturels, un créateur d’une école de musique, ne font pas a priori de l’ethnomusicologie, quelqu’un qui fait tout cela en observant son objet scientifique, puis en construisant à partir de ces observations une méthodologie et un objet de réflexion qu’il analysera et discutera ensuite, est un ethnomusicologue. Le fait de pratiquer les musiques que nous étudions, nous fait accepter plus facilement ce double rôle de musicien et d’ethnomusicologue, mais tout musicien n’est pas ethnomusicologue. La science puise ainsi sa matière dans la vie des musiciens que nous étudions, mais également dans leurs relations avec nous, avec la musique et avec le monde qui les entoure. Elle se nourrit également des musiques et des mondes musicaux que nous observons dans nos différentes pratiques en tant que musiciens, producteurs, directeurs artistiques, ainsi que dans nos conflits et nos amitiés, etc. Elle restituera forcement à son tour, à un moment ou à un autre, sous une forme ou sous une autre, son savoir au monde qu’elle étudie.

Haut de page

Bibliographie

AUGÉ Marc, 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains. Paris : Flammarion.

BENSA Alban, 1995, Chroniques Kanak. L’ethnologie en marche. Paris : Ethnies-Documents.

BEVAN Stuart, dir. and Jennie WHYTE ed., 1990, Vanuatu. 10 yia blong independens. 10 years of independence. Dix ans d’independance. Rozelle NSW, Australia : Other People Publications.

BOLTON Lissant, 1999, « Introduction », Oceania 70 (1) : 1–8.

BOLTON Lissant, 2002, « La radio et la redéfinition de la kastom au Vanuatu », in Christine Hamelin et Éric Wittersheim ed. : La tradition et l’État. Paris : L’Harmattan : 161-184.

BOLTON Lissant, 2006, « The museum as cultural agent : the Vanuatu Cultural Centre extension worker program », in Chris Healay and Andrea Witcomb ed. : South Pacific Museums : Experiments in Culture, <http://books.publishing.monash.edu/apps/bookworm/view/South+Pacific+Museums%3A+Experiments+in+Culture/139/xhtml/chapter13.html>, consulté le 11 février 2015.

BOLTON Lissant, 2010, « Radio and National Transformation in Vanuatu : a kind of history. » Communication non publiée présentée à The Melanesian Research Seminar, British Museum.

BOURDIEU Pierre, 2002, « Pour un savoir engagé », Le Monde Diplomatique, <http://www.monde-diplomatique.fr/2002/02/BOURDIEU/8602>, consulté le 25 janvier 2015.

FAVRET-SAADA Jeanne, 2009, « Être Affecté », in Désorceler. Paris : Éditions de l’Olivier : 145-162.

FRANCOIS Alexandre et Monika STERN, 2013, Musiques du Vanuatu  : Fêtes et Mystères/Music of Vanuatu  : Celebrations and Mysteries. Paris : CD Inédit/Maison des Cultures du Monde. http://www.maisondesculturesdumonde.org/vanuatu-musiques-du-vanuatu.

GAGNÉ Natacha, 2008, « Le savoir comme enjeu de pouvoir. L’ethnologue critiqué par les autochtones », in Alban Bensa et Didier Fassin ed. : Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques. Paris : La Découverte : 277-298.

GEISMAR Haidy, 2013, Treasured possessions : indigenous interventions into cultural and intellectual property. Durham, North Carolina : Duke University Press.

HOOD Mantle, 1960, « The Challenge of ‘Bi-Musicality’ », Ethnomusicology 4 (2) : 55-59. <http://www.jstor.org/stable/924263?origin=crossref>, consulté le 10 janvier 2014.

JOLLY Margaret, 1992a, « Custom and the way of the land : past and present in Vanuatu and Fiji », Oceania 62 (4) : 330–354.

JOLLY Margaret, 1992b, « Specters of inauthenticity », The Contemporary Pacific 4(1) : 49–72.

JOLLY Margaret and Nicholas THOMAS ed., 1992, The Politics of Tradition in Pacific, Oceania 62 (4).

KEESING Roger M. and Robert TONKINSON ed., 1982, Reinventing Traditional Culture : The Politics of Kastom in Island Melanesia, Mankind (special issue) 13 (4).

KRAEMER Daniela, 2013, Planting Roots, Making Place : An Ethnography of Young Men in Port-Vila, Vanuatu, PHD Thesis, London : Department of Anthropology of the London School of Economics and Political Science.

LIGO Tony, 2003, Vanuatu Board (Post), <http://www.network54.com/Forum/219442/post?messageid=1066513358>.

MITCHELL Jean, 2004, « ‘Killing Time’ in a Postcolonial Town : Young People and Settlements in Port-Vila, Vanuatu », in Victoria S. Lockwood ed. : Globalization and culture in the Pacific Islands. Upper Saddle River, N.J. Pearson Education : 358-376.

REGENVANU Ralph, 1999, « Afterword : Vanuatu Perspectives on Research », Oceania 70 (1) : 98-100.

SAHLINS Marshall, 1993, « Goodby to tristes tropes : Ethnography in the context of modern world history », The Journal of Modern History 65 (1) : 1-25. <http://www.jstor.org/stable/10.2307/2124813>, consulté le 18 avril 2013.

SEEGER Anthony, 2006, « Lost Lineages and Neglected Peers : Ethnomusicologists outside Academia », Ethnomusicology  : 50th Anniversary Commemorative Issue 50 (2) : 214-235.

STERN Monika, 2013, « Music in Traditional Exchanges in North Vanuatu », Pacific Studies 36 (1/2) : 59-76.

STERN Monika, 2014, « ‘ Mi wantem musik blong mi hemi blong evriwan’ [‘ I want my music to be for everyone’] : Digital developments, copyright and music circulation in Port Vila, Vanuatu », First Monday 19 (10) : <http://ojs-prod-lib.cc.uic.edu/ojs/index.php/fm/article/view/5551/4130>.

TABANI Marc Kurt, 2002, Les pouvoirs de la coutume à Vanuatu. Traditionalisme et édification nationale. Paris : l’Harmattan.

TAYLOR John and Nick THIEBERGER ed., 2011, Working together in Vanuatu : research histories, collaborations, projects and reflections. Canberra : ANU EPress.

WITTERSHEIM Éric, 2006, Des sociétés dans l’État. Anthropologie et situations postcoloniales en Mélanésie. La Courneuve : Aux lieux d’être.

WITTERSHEIM Éric et Dorothée DUSSY, 2013, « La question urbaine en Océanie » in Dorothée Dussy et Éric Wittersheim ed. : Villes invisibles. Anthropologie urbaine du Pacifique. Paris : L’Harmattan : 13-43.

Haut de page

Notes

1 Je remercie ici Isabelle Merle, Simonne Pauwels, Leslie Vandeputte-Tavo et les coordinateurs de ce numéro des Cahiers d’ethnomusicologie ainsi que son comité de rédaction, pour leurs relectures et conseils précieux qui m’ont permis d’avancer et d’évoluer à travers différentes versions d’écriture de cet article. Il va de soi cependant que le contenu de cet article n’engage que moi. Je remercie également Judith Hannoun pour une dernière relecture et corrections de forme. Je tiens également à remercier Laurent Dousset et Sarah Doyle de m’avoir envoyé et permis de publier leurs photos.

2 Si cet article décrit et analyse les influences mutuelles entre mes expériences de terrain et mes recherches, il n’y a cependant pas lieu, ni de place ici de développer des résultats scientifiques dus à ces influences. Ces résultats font l’objet de mes recherches en cours et de publications à paraître.

3 En bislama, pidgin mélanésien, langue nationale et véhiculaire du Vanuatu.

4 Français né en Algérie, arrivé aux Nouvelles-Hébrides comme instituteur en 1963, devenu journaliste à la radio, puis fortement engagé dans la promotion des arts de l’archipel. Il est décédé au Vanuatu en 2013.

5 En bislama : « le présent et le passé ».

6 http://vanuatuculturalcentre.vu/history/

7 Ni-Vanuatu est le nom que les habitants se sont donnés au moment de l’indépendance.

8 Toutes les traductions de l’anglais et du bislama dans l’article sont de l’auteur.

9 Le 26 juin 2013, le Vanuatu National Cultural Council (dont dépend le VKS) a à nouveau instauré un moratoire sur la recherche pour une période d’un an. La raison énoncée évoquait le temps nécessaire pour que le gouvernement du Vanuatu revoie ses politiques de collaborations scientifiques. Un e-mail signé par le directeur du VKS, Marcelin Abong, envoyé à plusieurs listes de discussions destinées aux chercheurs, expliquait que la décision avait été prise suite aux comportements jugés non conformes à la politique locale de recherche de certains chercheurs, qui négligeaient toute recherche collaborative. Il a également été demandé à tous les chercheurs travaillant au Vanuatu d’envoyer un rapport de leurs travaux au VKS. Le moratoire a été levé avant la période annoncée d’une année, fin mars 2014.

10 L’ethnomusicologie d’urgence ou de sauvegarde a pour objectif de collecter et étudier des expressions musicales considérées comme en voie de disparition, afin de participer à leur préservation, si ce n’est dans les pratiques, au moins sous forme de témoignages historiques.

11 Au moment même de l’écriture de cet article, des changements importants sont en train d’être apportés au niveau de la politique culturelle du Vanuatu. Le VKS alors relativement autonome par rapport aux différents gouvernements, semble se rapprocher aujourd’hui du Ministère de l’Intérieur.

12 Recensement National 2009.

13 La capitale Port-Vila comptait en 2009, selon le Recensement National, 44 039 habitants.

14 Même si certains besoins commencent à rendre l’économie monétaire de plus en plus indispensable, notamment avec le coût des frais de scolarité.

15 http://visit.wansmolbag.org/

16 http://www.furtherarts.org/

17 Tura Nambe est le nom en langue vernaculaire des tambours de bois verticaux de l’îlot Vao, près de l’île Mallicolo, d’où est originaire Marcel Melthérorong. Le centre a pris la forme d’une association non lucrative gérée par un Bureau.

18 J’appelle ici « périphériques » des quartiers situés en dehors du centre-ville de Port-Vila et des quartiers résidentiels habités majoritairement par des expatriés. Les quartiers périphériques, bien que peu éloignés du centre (environ entre 1 et 6 km), sont habités principalement par les ni-Vanuatu dont beaucoup avec de faibles ressources financières. C’est dans ces quartiers que les problèmes socio-économiques se font le plus ressentir.

19 La danse Sawagoro, commune aux trois îles de la province de Penama (Pentecôte, Ambae et Maewo), se pratique dans différents contextes : mariage, passage de grade hiérarchique, levée de deuil. Elle est publique, sans interdits particuliers. Sa rythmique entraînante la rend facilement accessible aux jeunes. Elle commence toujours en soirée et doit durer jusqu’au lever du soleil, sans jamais répéter deux fois le même chant. De plus, les chants circulent entre les trois îles avec plus ou moins de transformations.

20 https://www.christensenfund.org/

21 Au Vanuatu, les formations universitaires en sciences humaines sont encore très restreintes.

22 Après avoir soutenus leurs thèses de doctorat, Leslie Vandeputte-Tavo est actuellement enseignant-chercheur contractuel à l’Université de la Nouvelle-Calédonie et Sébastien Lacrampe est post-doctorant à l’Université de Melbourne.

23 Les formations des jeunes participants ont été assidûment suivies, les études de terrain menées à terme, de nombreuses heures d’enregistrements de musique ont été collectées et le livret du projet est en cours de publication à l’Alliance Française de Port-Vila. Des rushes sur la formation et les terrains des participants ont été tournés par le VKS.

24 Je n’ai pas la place ici pour faire une analyse fine de toutes les relations de parenté, d’amitié, de voisinage, etc., qui montrerait un autre aspect du travail anthropologique de l’ethnomusicologue. Or, c’est un élément indispensable pour comprendre la place de la musique dans une société et ses processus et contextes de création.

25 Babylon System c’est le nom donné par les Rastafari de Jamaïque au monde occidental, capitaliste, considéré comme inégalitaire. Une notion fréquemment évoquée dans de nombreuses chansons du reggae et parmi les jeunes du Vanuatu.

26 Faire la coutume en Mélanésie veut dire participer à des échanges cérémoniels obligatoires lors de tels événements.

27 En septembre 2011 je retourne en France après six ans de résidence au Vanuatu, et en octobre 2012 j’y retourne afin de réaliser des entretiens filmés avec des musiciens.

28 Le kava est la boisson « traditionnelle » du Vanuatu, aux vertus apaisantes, extraite de la racine d’un poivrier. Jadis réservée aux seuls hommes d’un certain statut pour des moments importants de la vie sociale, aujourd’hui il est consommé en ville dans les « kava bars » par des adultes des deux sexes. Dans certaines régions rurales, cependant, sa consommation est toujours interdite aux femmes.

29 Pour plus de détails sur les problématiques urbaines en Océanie, voir Wittersheim et Dussy 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les célébrations de l’indépendance devant le Centre Culturel du Vanuatu (VKS), 2 août 2010.
Crédits Photo : Laurent Dousset.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2586/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig. 2. Le Centre de musique Tura Nambe, 21 octobre 2011.
Crédits Photo Sarah Doyle.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2586/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 3. Le groupe Kalja Riddim Klan (KRK) lors du festival Fest’Napuan 2011 à Port-Vila.
Crédits Photo Sarah Doyle.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2586/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Stern, « Les cheminements de l’ethnomusicologue. D’une ethnomusicologie de sauvegarde à une ethnomusicologie du contemporain », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 55-72.

Référence électronique

Monika Stern, « Les cheminements de l’ethnomusicologue. D’une ethnomusicologie de sauvegarde à une ethnomusicologie du contemporain », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2586

Haut de page

Auteur

Monika Stern

Monika STERN est ethnomusicologue, chargée de recherche au CNRS, membre du Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie (Aix-Marseille Université, CNRS, EHESS). Depuis 1998, ses recherches sont consacrées aux musiques dites kastom du nord et du centre de Vanuatu. Elles ont été élargies ces dernières années par l’étude des musiques urbaines de la capitale, Port-Vila. Ses travaux actuels abordent les problématiques liées aux circuits musicaux, ainsi qu’à la propriété intellectuelle et politiques culturelles locales.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page