Navigation – Plan du site
Dossier : Ethnomusicologie appliquée

De la nécessité de l’implication du chercheur sur le terrain. Vers une ethnomusicologie de la rencontre

Marie-Christine Parent
p. 105-123

Résumé

Cet article questionne le rôle et la place de l’ethnomusicologue sur le terrain et suggère la considération des préoccupations locales dans la mise en œuvre d’un projet de recherche, afin de mieux répondre aux attentes de sa communauté d’accueil. Se basant sur son expérience de recherche doctorale aux Seychelles (océan Indien) dans le cadre d’un partenariat avec le Ministère de la Culture des Seychelles, l’auteure relate quelques expériences d’implications, et les limites de celles-ci, et souligne que ces engagements peuvent contribuer à l’émergence d’un savoir ethnomusicologique. Elle se penche également sur les enjeux scientifiques et éthiques des nouvelles conditions d’exercice de la discipline. Enfin, elle propose une « ethnomusicologie de la rencontre », qui inscrit le chercheur dans des rapports sociaux, aussi rapports de pouvoir, et dans les « rencontres globalisées » (White) qui s’opèrent à travers la musique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce doctorat est réalisé en cotutelle de thèse entre la Faculté de musique de l’Université de Montré (...)
  • 2 La notion de partenariat est encore peu développée, tant en ethnomusicologie qu’en anthropologie. D (...)

1J’ai mis les pieds pour la première fois aux Seychelles, archipel et pays de l’océan Indien, en janvier 2011, afin d’y entreprendre mon projet de recherche doctorale1 qui porte sur le moutya seychellois et les enjeux mémoriels, patrimoniaux et de sa mise en tourisme qui y sont associés. Le moutya est une pratique et un genre musical seychellois dont les composantes musicales de base chantées, tambourinées et dansées sont connues comme étant issues de l’héritage malgache et africain des Seychellois descendants d’esclaves. Au-delà du grand intérêt que représentent les Seychelles sur le plan scientifique, notamment en raison de la quasi absence de recherches en sciences humaines et sociales sur cette aire culturelle, une demande avait été exprimée par les autorités locales pour mener une recherche sur les musiques seychelloises, demande qui a nécessité l’élaboration d’un partenariat2 entre l’Université de Montréal et le Ministère de la Culture des Seychelles.

2En partageant ici certains épisodes de mon expérience de terrain, répartie sur douze mois entre janvier 2011 et février 2014, je souhaite alimenter les réflexions quant à l’arrimage entre recherche fondamentale et appliquée. Je m’intéresserai particulièrement à la place et à l’implication de l’ethnomusicologue sur le terrain, de même qu’à certains enjeux éthiques qui en découlent. Partant du principe selon lequel chaque terrain ou chaque situation fait appel à une méthodologie et une éthique différentes (Desroches 2010), nous verrons que l’ethnomusicologue peut être amené à orienter, voire à ajuster ses recherches afin de tenter de répondre adéquatement aux demandes et aux besoins de ses partenaires et des participants à sa recherche. C’est dans ce sens, du moins dans cet article, que je considère une « application » de la recherche ethnomusicologique.

Un appel à une ethnomusicologie impliquée

3Laurent Aubert propose une définition de l’ethnomusicologie appliquée qui se veut engagée « soit dans la diffusion de certaines musiques et la vulgarisation de leur connaissance, soit dans la recherche de solutions aux problèmes suscités par les mutations auxquelles ces musiques et leur environnement sont exposés » (2010 : 24). Ces actions sont-elles toutefois compatibles avec la recherche dite fondamentale et la démarche ethnographique ? À mon sens, et c’est ce que je tenterai de montrer dans les pages qui suivent, elles le sont tout à fait, à condition que le chercheur fasse preuve de réflexivité face à son implication. De plus, elles favorisent souvent la rencontre avec le terrain, quand elles n’en sont pas une exigence d’accès.

  • 3 Telle que définie par l’anthropologue Daniel Cefai (2010 : 7), la démarche d’enquête « s’appuie sur (...)

4Quelles qu’en soient les motivations, toute recherche ethnomusicologique contemporaine qui comporte une part importante d’ethnographie3 se retrouve confrontée à des attentes émanant de nos différents interlocuteurs. Pour Ana Hofman (2010), la collaboration avec ces derniers durant une recherche implique une perspective appliquée de la méthode ethnographique. Ainsi, elle écrit que « tout travail ethnomusicologique est fondamentalement appliqué et que tous les ethnomusicologues font de l’ethnomusicologie appliquée » (2010 : 24-25). Considérer les préoccupations de nos collaborateurs nécessite parfois de prendre position et de répondre à certaines attentes.

  • 4 « Applied ethnomusicology is the approach guided by principles of social responsibility, which exte (...)

5L’ International Council for Traditional Music (ICTM) définit l’ethnomusicologie appliquée comme « une approche guidée par des principes de responsabilité sociale, qui dépasse les objectifs académiques habituels en élargissant et approfondissant la connaissance et la compréhension en vue de résoudre des problèmes concrets et de travailler à la fois à l’intérieur et au-delà des contextes académiques typiques »4.

6Beaucoup plus générale que la définition précédente (Aubert 2010), puisqu’elle pourrait convenir à toutes les sciences humaines et sociales, cette définition insiste davantage sur la dimension éthique de la recherche appliquée. Plusieurs ethnomusicologues optent d’ailleurs aujourd’hui pour ce type d’approche, à différents niveaux. Je citerai, à titre d’exemples, le travail de Samuel Araújo avec le Grupo Musicultura5 – un groupe de recherche en ethnomusicologie composé de jeunes issus de la communauté de Maré, en périphérie de Rio de Janeiro – ou encore celui d’Angela Impey sur les chants traditionnels Dinka au sud du Soudan, en lien avec un projet global d’éducation6.

  • 7 Je me réfère ici à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, adoptée par l’assemblée généra (...)

7La conjoncture actuelle, marquée par diverses crises (sociales, politiques, économiques, écologiques, etc.) qui provoquent des injustices, des inégalités, de la discrimination et de la violence au sein des différentes populations du monde, pousse plusieurs chercheurs, dont les ethnomusicologues, à aborder la démarche d’enquête selon de nouvelles perspectives. Ainsi, les questions du sens, de l’utilité, de l’apport de sa propre recherche, de la dénonciation de situations jugées inadmissibles ou injustes pour des groupes ou individus car elles portent atteinte aux droits de l’homme7, du respect et de l’empathie envers nos interlocuteurs se posent plus que jamais. En s’intéressant de près aux phénomènes de création et d’expression artistiques et culturelles, de même qu’à leur reconnaissance et aux mécanismes de diffusion et de circulation qui y sont liés, l’ethnomusicologue se trouve dans une position privilégiée pour observer et comprendre certains rapports de pouvoir autour des enjeux identitaires et patrimoniaux, entre autres. Il peut souhaiter proposer des pistes, fournir des outils, ou encore mettre en place des projets ou structures pour atténuer et contrebalancer ces rapports. Il se retrouve ainsi impliqué dans son terrain autrement que sur le plan scientifique.

8La posture impliquée a été définie par l’anthropologue Bruce Albert comme étant une « recherche anthropologique fondamentale intellectuellement et socialement investie dans la situation historique des sociétés qu’elle étudie » (1995 : 18). Pour lui, ce sont les rencontres spécifiques du terrain qui, par le biais d’un regard réflexif et critique, déterminent ce que s’impliquer veut dire. En d’autres termes, la singularité de la dynamique ethnographique suscite des modalités d’implication particulières. À leur tour, ces dernières favorisent une ethnomusicologie qui prend en compte la perspective socio-historique sur le terrain et qui problématise les relations ethnographiques en tant que sources de production de connaissances.

9Tel que l’écrivent Desroches et Desrosiers, « le terrain, c’est d’abord et avant tout, la rencontre de l’Autre » (1995 : 3). S’attarder sur la situation ethnographique en tant que « scène historique où se joue la rencontre entre [l’ethnomusicologue] et ses interlocuteurs » (Fassin 2008 : 9), ainsi qu’à la relation ethnographique (Fogel et Rivoal 2009, Naepels 1998), dans laquelle s’expriment des rapports d’autorité, de pouvoir, de fuite, mais aussi d’affinités, de confiance ou de solidarité par exemple, d’un point de vue critique et distancié, laisse entrevoir la possibilité de construire un savoir ethnomusicologique. À travers ces interactions humaines et musicales, chacun des acteurs participant au processus a ses propres objectifs – académiques, artistiques, économiques, politiques, etc. – et la recherche peut ainsi répondre à des visées pratiques.

Le terrain en ethnomusicologie : la rencontre de l’Autre et la production des savoirs

10Il y a une trentaine d’années, l’ethnomusicologue Bruno Nettl (1983) écrivait que l’histoire de l’ethnomusicologie, c’est l’histoire du terrain. Il n’y a pas qu’une seule façon de « pénétrer » le terrain. Toute recherche ethnographique est la résultante de contacts spécifiques entre un chercheur, avec son bagage personnel et ses quêtes, et des personnes imposées et/ou choisies. Pour plusieurs ethnomusicologues, dont Monique Desroches et Brigitte Desrosiers (1995), c’est souvent dans les interactions avec et entre les individus que naissent les problématiques de recherche. Cette rencontre ne se situe toutefois pas uniquement avec les informateurs ou collaborateurs sélectionnés, mais avec tout leur univers, y compris les institutions et individus avec lesquels ils sont eux-mêmes en relation dans leur quotidien.

11Loin de se réduire à un lieu de collecte de données, le terrain confronte le chercheur à la réalité locale, au vécu et au quotidien des individus avec lesquels il travaille, ainsi qu’à leurs systèmes de représentations et de valeurs. Le terrain révèle également un « aspect spontané et imprévisible qui échappe à la planification et à l’organisation du chercheur, sorte de réseau dont les liens se tissent au gré des événements et des gens que l’on rencontre » (ibid. : 3). Ainsi, la notion de rencontre peut offrir un angle conceptuel utile pour l’analyse.

  • 8 L’anthropologie réflexive s’est développée chez les anthropologues post-modernes américains au cour (...)

12Si, dans le passé, l’ethnomusicologue s’intéressait souvent davantage à l’objet musical, il en est venu à accorder une place de plus en plus importante aux individus dans la recherche (Ruskin & Rice 2012, Rice 1994, etc.), ainsi qu’aux relations entre ces derniers (Le Menestrel 2012, White 2012, etc.) et, moins souvent, à la rencontre avec eux (Barz & Cooley, 2008, Hofman 2010, etc.). Anthony Seeger (1987) suggère que l’éthique de l’anthropologie réflexive8 est basée sur une approche intersubjective et dialogique du terrain, qui considère les individus non en tant qu’objets abstraits, mais en tant qu’êtres pensants avec lesquels les ethnomusicologues partagent des connaissances. Dans ce sens, et parce que la recherche présente toujours des intérêts et des enjeux pour les personnes concernées (celles sur le terrain, mais aussi les chercheurs), la gestion des relations interpersonnelles avec les informateurs et interlocuteurs, ainsi que des sensibilités demeure un défi crucial dans la recherche en sciences humaines et sociales, puisque notre accès à la majeure partie des informations dépend souvent des qualités interrelationnelles du chercheur, ainsi que de la place ou du statut qui lui est accordé.

Genèse du projet de recherche doctorale : un terrain de recherche « engageant »9

  • 9 Je joue ici sur la nature du terme « engageant », puisque, d’un côté, les Seychelles sont effective (...)
  • 10 Le Consul des Seychelles à Montréal, Monsieur Gérard Le Chêne, connaissait ma co-directrice de rech (...)
  • 11 Bien qu’une demande ait été formulée pour obtenir l’avis d’un « expert » et qu’un partenariat offic (...)

13Tel que précisé en début d’article, c’est suite à une demande explicite formulée d’abord à ma co-directrice de recherche par les autorités seychelloises, via le Consul des Seychelles à Montréal10, que mon projet doctoral est né. Une rencontre avec ces derniers m’a laissé comprendre qu’on souhaitait qu’un « spécialiste » vienne « documenter les musiques traditionnelles locales en perte de vitesse et tenter de stimuler l’intérêt de la population et des musiciens locaux pour celles-ci »11. Mon étude allait ainsi contribuer à la recherche de solutions face aux changements rapides et aux influences diverses que subissent les musiques traditionnelles locales ; elle s’inscrivait d’emblée dans une perspective appliquée. De plus, il était question que je dispense des enseignements de base en ethnomusicologie à l’École nationale de musique et de danse (ci-après désignée NCPA, pour National Conservatoire of Performing Arts) afin de poser les jalons d’un futur programme d’enseignement en ethnomusicologie et en gestion du patrimoine culturel, conjointement avec la nouvelle Université des Seychelles.

14L’idée de m’impliquer dans ma communauté d’accueil m’enchantait et constituait une porte d’entrée privilégiée sur le terrain, m’amenant ainsi à rencontrer de potentiels collaborateurs à ma recherche. Aussi, ce contexte allait me permettre de mesurer, au-delà du bien-fondé scientifique de mes questionnements, leur pertinence culturelle sur le plan local. Définir comment et pourquoi une question est adéquate culturellement pour nos collaborateurs, voire même intéressée, fournit des données qui entrent ensuite en ligne de compte dans nos analyses.

15Au plan épistémologique, ma démarche visait l’instauration d’un dialogue avec mes interlocuteurs favorisant l’émergence des connaissances. Mes expériences de recherche préalables, dont celle auprès du groupe Musicultura, mise en œuvre par l’ethnomusicologue brésilien Samuel Araújo12, m’avaient convaincue de la pertinence de la recherche-action13 comme méthodologie en ethnomusicologie. Celle-ci correspondait à mon désir de mettre en place une coopération scientifique et artistique, afin de contribuer au développement culturel et social local.

  • 14 Jusqu’à l’indépendance du pays, en 1976, les Grands Blancs constituaient la catégorie des colons eu (...)

16Cette approche s’est avérée difficile à concrétiser aux Seychelles, voire quasi impossible, pour différentes raisons dont celle de la hiérarchie sociale entre différents segments de la population14 et dans laquelle j’allais être intégrée. L’enthousiasme, un peu naïf sans doute, de mes débuts a graduellement laissé place à d’autres formes d’implications, commandées cette fois-ci par le terrain, et non seulement par mes premières intuitions et aspirations.

Première rencontre avec le terrain : mise en place des conditions de réalisation de la recherche

  • 15 J’utilise ici le terme « négocier » puisqu’il s’agissait bien de déterminer quelle serait la nature (...)
  • 16 J’ai défini la notion de partenariat en début d’article. Afin d’officialiser cette coopération, une (...)

17Ma première rencontre avec le terrain, au-delà de la famille chez laquelle j’avais trouvé un logement, fut celle avec les représentants du Ministère de la Culture. Un comité de supervision des recherches sur la culture avait été instauré dès mon arrivée. Un membre du comité m’a expliqué, lors d’une conversation non officielle, qu’un tel organisme n’existait pas auparavant. Ils souhaitaient donc, par ce dispositif, éviter les mauvaises expériences déjà vécues avec d’autres chercheurs étrangers. C’est avec les membres de ce comité, des fonctionnaires du Ministère de la Culture, que j’ai « négocié15 » un protocole de recherche m’autorisant officiellement à faire de la recherche en territoire seychellois. Cette négociation, concrétisée par de nombreuses rencontres dans les bureaux du Ministère, par la présentation de mon projet et de mes intentions et par la rédaction des engagements réciproques, durera près de deux mois. Les échanges autour du protocole, de même que l’élaboration de son contenu, allaient aboutir à une forme de partenariat officiel avec le Ministère de la Culture des Seychelles16.

18La caution des autorités seychelloises a ainsi orienté et influencé d’emblée le processus de recherche. J’allais d’abord être associée au Ministère (donc au gouvernement – ce qui est significatif dans un ancien système socialo-marxiste à parti unique) par l’ensemble de la population seychelloise, dont les musiciens et les artistes. Ceci a nécessairement eu un impact sur les résultats, bien qu’il n’ait pas été forcément négatif. Le protocole soulignait en effet la nécessité de mon implication dans ma communauté d’accueil, notamment par des activités de transfert de connaissances et de savoir-faire. Il insistait également sur le retour des résultats de recherche au comité de supervision des recherches. Cette clause m’est a priori apparue évidente, puisque j’espérais que ma recherche puisse intéresser des institutions et des personnes et être utile sur le plan local. De plus, le sujet initialement proposé, portant sur le moutya, intéressait particulièrement les représentants du Ministère de la Culture, puisque – j’allais l’apprendre lors de mon premier séjour de terrain – il était question de déposer un dossier de candidature pour le moutya en tant que patrimoine culturel immatériel (PCI) à l’Unesco. Cette condition de retour à la communauté allait en fait se concrétiser par la rédaction de rapports écrits à la fin de chaque séjour de recherche (incluant entre autres les enregistrements audio et vidéo de musique et d’entretiens réalisés, des listes des personnes rencontrées dans le cadre de ma recherche, etc.). Ces dernières exigences, non sans conséquences sur le plan éthique, sont devenues une sorte de monnaie d’échange pour l’obtention de mes prochains visas de séjour. Un peu de recul me permet d’interpréter que ce système de retour visait à mieux comprendre, voire, à contrôler ma présence sur le terrain et la tournure que prenaient mes recherches (vu les différents enjeux et objectifs auxquels j’ai fait allusion précédemment), mais surtout à m’intégrer dans une hiérarchie sociale vécue au quotidien par tous les Seychellois.

  • 17 L’anthropologue Burton Benedict l’avait noté lors de ses recherches aux Seychelles au cours des ann (...)
  • 18 Au-delà des hiérarchies au sein de la population, et ici particulièrement à l’intérieur même des in (...)
  • 19 Comme me le faisait remarquer Angela Impey (SOAS) lors d’une conférence à East London, Afrique du S (...)

19Tout au long des échanges concernant le protocole de recherche, je tentais de mieux comprendre les enjeux autour de mon enquête et de ma présence sur le terrain. Bien que l’assistance d’un/e ethnomusicologue – ou du moins d’un « spécialiste » – ait été souhaitée, le statut qu’on allait m’accorder n’était pas prédéterminé et allait se construire, parallèlement à la confiance établie. Certaines personnes m’appelaient la « pti fiy kanadyen » (la petite fille canadienne). Une femme qui n’a pas d’enfants aux Seychelles est encore souvent aujourd’hui considérée comme une jeune fille17. Le fait d’être doctorante et non « professionnelle », ainsi que l’ensemble de mes fréquentations, faisaient de moi une personne difficilement classable au sein de leur hiérarchie18, ce qui laissa la porte ouverte à une certaine forme d’intimidation de la part de certains membres du comité en charge de « superviser » mes travaux19.

20Ainsi, l’ethnomusicologue se voit généralement octroyer un statut qui varie en fonction de différents facteurs : son âge, son sexe, son origine, son ou ses affiliation(s) académiques ou professionnelles, son expérience, sa personnalité, ainsi que la manière dont il est présenté et/ou introduit dans le milieu. Ce statut varie aussi généralement avec le temps et parfois aussi en fonction des contextes. Si je venais « observer » certains comportements et manières de faire, il va sans dire que j’étais moi-même également visible. Il s’agit réellement de la jonction de « mon monde » et de « leur monde ». Une rencontre qui suggère des découvertes, des différences, des similitudes, etc. et qui crée finalement des liens, d’où le désir de collaboration.

Du partenariat à la collaboration : implications du chercheur

21Le partenariat est davantage un cadre qu’une méthode de recherche. À l’intérieur de celui-ci, l’implication du chercheur sur le terrain peut évoluer selon différentes méthodologies. Le protocole dont il a été question précédemment suggérait qu’une partie de la recherche soit effectuée en « collaboration » avec des chercheurs locaux, sans toutefois préciser comment celle-ci pouvait être développée au bénéfice des deux parties. Si ce terme ne semble pas avoir fait l’objet d’une définition précise en ethnomusicologie, les anthropologues s’y sont penchés et plusieurs considèrent même qu’elle s’impose et vient répondre aux nouvelles conditions du travail anthropologique (Field & Fox 2007, White 2011).

  • 20 Bien que les valeurs qui la sous-tendent s’en rapprochent, il ne faut aucunement la confondre ici a (...)

22Dans un article intitulé « Le pouvoir de la collaboration », White insiste sur l’ambiguïté du mot pouvoir qui peut, comme il l’écrit lui-même, « signifier puissance, mais aussi autorité » (2011 : 330). On est en droit de questionner les différents rapports de pouvoir dans le cadre de mon expérience seychelloise. L’autorité scientifique du chercheur doit être négociée avec des autorités locales sur le terrain. Si je n’ose pas parler d’une ethnomusicologie collaborative20 dans le cadre de mon projet doctoral, c’est que j’estime qu’une coentreprise effective, qui mènerait, elle, à une réelle ethnomusicologie de la rencontre (rencontre de différents objectifs également), pouvait difficilement être établie sur un « nouveau terrain » dont je ne connaissais pas encore les interlocuteurs, ni les codes sociaux ainsi que le contexte global dans lequel s’inscrivait ma démarche, et ce, particulièrement sur une durée limitée, qui comporte en outre des exigences relatives à la rédaction d’une thèse. En d’autres termes, si le « temps long » est nécessaire « dans le processus d’observation et de compréhension des pratiques culturelles » (Desroches 2003 : 7), il l’est tout autant, voire plus, pour établir une réelle collaboration.

23Dans cette perspective, plusieurs projets et formations furent mis en place, notamment en partenariat avec le Conseil National des Arts et le National Conservatoire of Performing Arts (NCPA), deux institutions relevant directement du Ministère de la Culture J’en présenterai ici brièvement quelques-uns que je juge significatifs.

Enseignements au NCPA (National Conservatoire of Performing Arts)

24Tel que prévu dans le protocole, mes enseignements au NCPA ont débuté dès mon premier mois aux Seychelles, et ce jusqu’à la fin de mon premier séjour, pour un total de trois mois. Ils s’inscrivaient dans le cursus d’un nouveau programme dit « professionnalisant », bien qu’ouverts à tous. Par exemple, un employé du Ministère de la Culture, un anthropologue, y a participé.

25Souhaitant développer un projet de collaboration ou de recherche-action dans ce cadre et partager certains savoir-faire dans ce court laps de temps, j’ai d’emblée testé le terrain en demandant aux étudiants une participation active au cours : lecture de textes et discussions, petit travail personnel de recherche sur un genre musical à partir des paradigmes présentés et discutés ensemble. Si les étudiants furent enchantés de découvrir une nouvelle approche pédagogique (différente des cours magistraux) et d’être considérés comme des apprentis chercheurs appelés à réfléchir sur les phénomènes observés et/ou auxquels ils prenaient part, les obstacles furent nombreux pour ceux qui travaillaient sur des musiques locales : accès difficile aux archives, prise de conscience que leur patrimoine musical était très peu documenté, embarras ou gêne à questionner les personnes âgées ou à approcher certains musiciens, etc.

26A la fin de mon premier séjour de terrain, tandis que je sentais que « quelque chose se passait » (During 1993) et que nous commencions à établir un dialogue de plus en plus fertile, on me remercia pour mon travail, puis on me demanda si je pourrais plutôt enseigner le saxophone lors d’un voyage subséquent. On m’a dit que, pour la première fois en plusieurs années, des gens demandaient à consulter les archives (en lien avec la musique) ou à avoir accès à certains documents et que les infrastructures actuelles ne permettaient pas qu’on aille plus loin. Bien que je ressentais une certaine fierté face à l’idée d’avoir suscité un réel intérêt de la part des étudiants, je comprenais que je venais aussi déranger. Cet épisode de terrain explique aussi plusieurs défis rencontrés lors de mes propres recherches.

Fig. 1. Participants à l’atelier de percussions et batterie et représentants du Ministère de la Culture, National Conservatoire of Performing Arts, Mont-Fleuri, Seychelles, 18 janvier 2012.

Fig. 1. Participants à l’atelier de percussions et batterie et représentants du Ministère de la Culture, National Conservatoire of Performing Arts, Mont-Fleuri, Seychelles, 18 janvier 2012.

Photo de l’auteure.

Ateliers de production musicale en studio et de créativité pour batteurs et percussionnistes

  • 21 Il s’agit du musicien Abéna Atangana, d’origine camerounaise, né et éduqué en France, récemment éta (...)

27Si ces implications sur le terrain étaient convenues depuis mon arrivée aux Seychelles, le protocole prévoyait un espace d’ajustement pour que je puisse proposer d’autres contreparties suite à des besoins identifiés ou des demandes émanant de mes rencontres avec les musiciens et les acteurs sur le terrain. Lors de mon deuxième séjour, une discussion informelle avec la directrice de l’époque du Conseil National des Arts, est venue me rappeler que je devais « offrir ou partager mes compétences et mon savoir-faire » lors de ce nouveau séjour. Je savais que le NCPA cherchait à mettre en place un programme de batterie et percussions et j’avais ouï dire qu’il y avait un grand besoin de formation en ce qui concerne les techniques d’enregistrement de studio. C’est ainsi que, en collaboration avec le Conseil National des Arts et le NCPA, nous avons organisé des cours dans ces domaines avec un batteur professionnel (ancien professeur en Conservatoire), également ingénieur de son et réalisateur, venu de France21. Ces formations furent reçues très positivement par les participants. Après chaque journée de travail – à laquelle j’assistais souvent –, je discutais avec le formateur des activités réalisées, des défis, des pistes de solutions, etc. Ma connaissance du terrain (accès limité à certaines technologies de l’information ou à certains matériaux, connaissance des musiques locales, etc.) combinées au savoir-faire et à l’expérience du formateur dans son domaine ont permis des ajustements rapides au fur et à mesure que les formations avançaient.

Fig. 2. Atelier de production musicale, Studio Kasamba, Mont-Buxton, Mahé, Seychelles, 10 janvier 2012.

Fig. 2. Atelier de production musicale, Studio Kasamba, Mont-Buxton, Mahé, Seychelles, 10 janvier 2012.

Photo de l’auteure.

  • 22 Une petite industrie musicale existe aux Seychelles, mais la production est destinée essentiellemen (...)

28En tant que chercheuse, ces expériences m’ont menée vers de nouveaux contextes et musiciens, et m’ont permis de mieux saisir certains défis et enjeux locaux de l’industrie musicale22. Bien qu’étant toujours liée aux institutions officielles, je considérais que ces activités touchaient davantage ceux avec lesquels je travaillais : la communauté musicale.

L’implication auprès des divers acteurs de la recherche : l’ethnomusicologue médiateur

29Lors des séjours suivants, le comité de supervision eut moins d’exigences quant à mon implication. De mon côté, ces activités prenaient aussi beaucoup de mon temps et je souhaitais me consacrer davantage à ma recherche de terrain. Au fil du temps, j’approchais de nouveaux interlocuteurs : des musiciens, des personnes âgées avec lesquelles je discutais de leurs souvenirs musicaux et autres, différents acteurs du milieu de la musique, mais aussi de l’éducation, du tourisme, etc.

  • 23 Pour White (2011 : 337), « Le modèle anthropologique classique repose sur l’idée de la réciprocité (...)

30Mes échanges avec ces personnes m’ont conduite, dans un premier temps, à faire preuve de réciprocité23, notion qui se distingue de celle de collaboration. Toutefois, la réalité locale des musiciens m’a interpellée et j’ai souhaité également appuyer ces acteurs. Assez rapidement, un climat de confiance, voire un espace de confidence, s’est établi avec plusieurs d’entre eux. Les musiciens avaient également des attentes : ils souhaitaient une plus grande reconnaissance de leur musique, davantage d’opportunités de déplacements vers l’étranger afin de s’y produire ou encore compléter leur formation par des stages de perfectionnement, etc. Autrement dit, j’avais acquis un pouvoir de médiation entre eux et les autorités seychelloises. Pour plusieurs d’entre eux, mon statut de chercheuse-ethnomusicologue, de surcroît nord-américaine, me donnait la crédibilité et le droit de mettre en exergue et de « dénoncer » le trop peu d’investissement dans la culture aux Seychelles, le nombre très restreint de travailleurs culturels, les injustices et un certain népotisme dans le milieu artistique, etc.

  • 24 Cette réalité est d’autant plus effective du fait qu’il n’existe pas de regroupements, d’associatio (...)
  • 25 Les musiciens seychellois font souvent référence à l’expérience du groupe seychellois Dezil avec la (...)

31Au gré de diverses rencontres, plusieurs idées de projets, ou d’applications, en lien avec mes recherches sont nées, comme l’enregistrement et la production de disques, DVDs ou outils multimédias en collaboration avec des artistes, ingénieurs de son, cameramen et/ou des chercheurs locaux. J’avais d’ailleurs moi-même proposé, lors de la négociation du protocole, qu’au moins un outil de la sorte soit conçu durant mes séjours aux Seychelles, sans toutefois prévoir les nombreuses difficultés auxquelles nous allions être confrontés dans la réalisation de telles entreprises : autorisations diverses (notamment liées à des questions de propriété intellectuelle, un sujet particulièrement sensible lorsqu’il s’agit de ce que les Seychellois nomment eux-mêmes le « folklore » seychellois) jamais obtenues, difficulté à rassembler et à motiver les ressources humaines nécessaires, à trouver des lieux convenables pour effectuer les enregistrements, de même que plusieurs obstacles dont les motivations et les potentielles solutions m’échappent encore aujourd’hui. Certaines de ces difficultés sont liées à la complexité des formalités nécessaires à l’obtention d’aides financières locales, mais aussi internationales. En effet, toute demande adressée aux organismes internationaux, dont l’Unesco et la Francophonie, doit être entérinée par le bureau de la coopération internationale du Ministère de la Culture24, ou du moins en obtenir une approbation, une recommandation ou une signature officielle. En l’absence de ressources financières suffisantes, l’ethnomusicologue peut difficilement mobiliser des personnes autour d’un projet, qui sera considéré comme « son » projet, puisqu’il en est l’initiateur. Même s’il croit d’abord leur faire une « faveur », puisqu’il offre son temps, son expertise et investit souvent un petit montant d’argent pour que le produit aboutisse, il risque d’être perçu comme un producteur venu « exploiter » la culture locale25.

32Somme toute, ces tentatives de collaboration, analysées avec un certain recul, permettent de comprendre la réalité locale et conduisent à une ethnomusicologie de la rencontre, où désirs, besoins, priorités, visions esthétique et stratégique, etc. se confrontent, se négocient et se rapprochent.

33Si mon implication sur le terrain était nécessaire et souhaitée de la part de mes collaborateurs ainsi que par moi-même, je ne pouvais en aucun cas « m’imposer » n’importe où, ni n’importe comment. À plusieurs reprises, j’ai suggéré de m’impliquer dans l’organisation d’événements ou la gestion d’un projet local, mais, pour diverses raisons, on rejetait poliment ma proposition ou encore je n’obtenais pas les autorisations nécessaires pour aller de l’avant. Lors d’une rencontre avec le comité du Protocole, l’un des membres m’a mise en garde en me disant : « tu dépasses ton mandat, restreins tes activités uniquement à ce qui est prévu dans le protocole ». Difficile dans de tels cas d’expliquer que ma présence dans presque tous les événements culturels et mon implication avec certains individus et institutions font partie de ma méthodologie de recherche.

34Les quelques exemples d’implication ici présentés relèvent d’une ethnomusicologie appliquée en tant que processus, en amont d’une partie des analyses et de l’écriture et en tant que méthode de recherche, facilitant la rencontre et la relation avec mes interlocuteurs. D’autres applications sont à prévoir suite à la publication des résultats. Si on a accepté ma présence sur le terrain, c’est aussi parce qu’une thèse sur le moutya représente un intérêt particulier pour le Ministère. Ainsi, ma recherche relève d’enjeux non seulement musicaux et culturels, mais bien aussi sociaux, identitaires, patrimoniaux et, plus généralement, politiques et économiques. Qu’il s’agisse de la promotion du moutya sur la scène touristique ou encore auprès d’instances internationales telles que l’Unesco, le développement des connaissances sur ce phénomène musical demeure essentiel à sa mise en place.

De nouvelles questions éthiques et rapports de pouvoir

35Les questions éthiques relatives au terrain, à mon implication et au respect du protocole ont hanté mon quotidien avant, pendant et après chaque séjour. Avec ce protocole et le comité de supervision, on assistait à une forme d’institutionnalisation de ma recherche, qui risquait de devenir davantage orientée par cette autorité locale. Souhaitant être à l’écoute et respecter les façons de faire locales, ce protocole s’avérait l’unique porte d’entrée officielle en tant que chercheuse. Il est ici pertinent de se questionner sur les relations de pouvoir qui interviennent dans cette négociation donnant droit au final à une permission d’exercer des recherches sur place. Si le chercheur est habituellement réputé pour être en position « d’autorité scientifique », cette dernière doit parfois se négocier, comme nous le voyons ici, avec d’autres autorités sur le plan local.

36La presque omniprésence du Ministère dans ma recherche, mais également dans la plupart des activités culturelles du pays, en fait un acteur à part entière. La production des savoirs nécessite, plus que jamais, une mise en relation multidirectionnelle entre l’objet de recherche (l’objet musical en ce qui me concerne), le chercheur et les différents niveaux d’informateurs. Desroches et Desrosiers insistent sur la prise en compte des relations entre les différents acteurs sur le terrain :

Les relations bipolaires chercheur/objet et informateur/objet laissent la place à une relation triangulaire multi-directionnelle entre chercheur/informateur/objet. Le chercheur ne se pose plus simplement de questions sur l’objet, sur le contexte ou sur le sens que l’informateur donne aux objets mais sur la nature même de ses relations avec les différents acteurs qui interviennent dans son parcours » (1995 : 7).

37En ce qui concerne mon expérience, la relation triangulaire se voit décuplée et il me semble alors essentiel de considérer les institutions officielles dans l’élaboration d’un modèle d’analyse.

38Par ailleurs, le désir de rendre à la communauté étudiée les résultats de la recherche et que ces derniers lui soient utiles peut parfois complexifier la tâche du chercheur. Comme le souligne avec justesse l’anthropologue Didier Fassin, l’entreprise ethnographique, le travail de terrain, et j’ajouterais également le travail de rédaction, sont « loin d’avoir les qualités de transparence épistémologique, d’évidence éthique et de neutralité politique qui lui ont longtemps été attribuées » (2008 : 7). De son côté, Pierre Bonte pose la question : « n’est-ce pas en définitive aux membres de la société concernée de définir ce que doivent être les thèmes abordés par l’anthropologue et n’ont-ils pas droit de contrôle sur les résultats diffusés ? » (1991 : 80). Qui, au final, a le dernier mot ?

39L’ethnomusicologue doit considérer l’ensemble des relations – notamment de pouvoir – dans sa démarche et, par sa présence sur le terrain, se retrouve également au cœur de celles-ci, souvent en tant que médiateur. En plus d’être un « expert », l’ethnomusicologue possède généralement des compétences particulières en musique et souvent en gestion culturelle, ce qui fait de lui une personne sollicitée à plusieurs niveaux. À ce titre, il est souvent difficile de ne pas se retrouver impliqué dans ce qu’on pourrait nommer une « ethnomusicologie appliquée », pour laquelle la codification d’une éthique professionnelle me paraît peu développée et relever du cas par cas, puisqu’elle laisse place à des engagements individuels encore souvent considérés comme extérieurs à la discipline.

40L’orientation épistémologique adoptée par le chercheur sur le terrain, incluant son implication ou toute forme d’application de la recherche, influence directement les questions d’éthique auxquelles il est confronté. Certains chercheurs proposent d’adopter une « éthique de sollicitude » ou une « éthique de la relation » (Laplante 2005 : 423-424), qui s’appuie sur la valeur des relations humaines et vise à l’émancipation de chacun dans le processus. Celle-ci va bien au-delà des questions abordées dans les comités d’éthique de plusieurs universités et nécessite une vigilance constante de la part du chercheur, avant, pendant et après le terrain.

Perspectives pour une ethnomusicologie de la rencontre

41Mon implication sur le terrain était nécessaire non seulement pour y justifier ma présence, mais également pour m’inscrire dans une réelle ethnomusicologie de la rencontre. Je suis d’avis qu’il ne s’agit pas d’opter pour la recherche fondamentale ou encore appliquée. Combinées, les deux démarches s’enrichissent et se complètent, elles finissent même parfois par se confondre, et elles procurent un sentiment d’accomplissement pour le chercheur et ses collaborateurs (Araújo 2006, Averill 2003, etc.) L’argument selon lequel les données seraient faussées car le chercheur deviendrait partie intégrante de son objet de recherche ne tient pas, puisque le chercheur ne laisse jamais indifférent et que sa seule présence sur le terrain amène les individus rencontrés à faire preuve de réflexivité et à remettre en question leurs pratiques.

42Les conditions d’exercice de la discipline changent, tout comme les processus que nous étudions. L’ethnomusicologie et l’ethnomusicologue s’inscrivent de plus en plus dans ces rencontres globalisées (global encounters, White 2012) qui s’opèrent à travers la musique. Le point de vue réflexif amène le chercheur à repenser son rôle dans ces dernières. Plus que jamais, l’ethnomusicologue a une responsabilité quant à ses actions et ses écrits et les questions éthiques sont au cœur de celles-ci. Une ethnomusicologie de la rencontre propose une relation entre des individus, des affinités, des objectifs communs, puis des réussites partagées. Elle nécessite beaucoup de confiance, d’écoute et d’empathie et peut occasionner des amitiés durables. Elle doit être conçue sur le temps long, plutôt en tant que processus que comme méthodologie, et transforme tous les participants à la recherche.

Haut de page

Bibliographie

ALBERT Bruce, 1995, « “Anthropologie appliquée” ou “anthropologie impliquée” ? Ethnographie, minorités et développement », in Jean-François Baré, dir. : Les applications de l’anthropologie : un essai de réflexion collective depuis la France. Paris : Karthala : 87-118.

ARAÚJO Samuel, 2008, « From neutrality to praxis : The shifting politics of ethnomusicology in the contemporary world », Muzikološki zbornik/Musicological Annual 44(1) : 13-30.

ARAÚJO Samuel and members of the Grupo Musicultura, 2006, « Conflict and Violence as Theoretical Tools in Present-Day Ethnomusicology : Notes on Dialogic Ethnography of Sound Practices in Rio de Janeiro », Ethnomusicology 50/2 : 287-313.

AUBERT Laurent, 2010, « Du “bon usage” des musiques du monde. Questions sur une éthique de la diversité culturelle », Les Cahiers de la SQRM 11/1-2, Ethique, droit et musique : 21-29.

AVERILL Gage, 2003, « Ethnomusicologists as Public Intellectuals : Engaged Ethnomusicology in the University », Folklore Forum 34/1-2 : 49-59.

BARREYRE Jean-Yves, dir., 1995, Dictionnaire critique de l’action sociale. Paris : Fayard.

BARZ Gregory and Timothy J. COOLEY, 2008, Shadows in the Field. New Perspectives for Fieldwork in Ethnomusicology. New York : Oxford University Press.

BONTE Pierre, 1991, « Questions d’éthique en anthropologie », Sociétés contemporaines 7 : 73-85.

CARDINAL Pierrette et André MORIN, 1993, « La modélisation systémique peut-elle se concilier avec la recherche-action intégrale ? ». Educatechnologiques, vol. 1, no 2, publication internet : Québec : Université Laval.

CEFAI Daniel, dir., 2010, L’engagement ethnographique. Paris : Éditions de l’EHESS.

DESROCHES Monique, 2010, « L’éthique au-delà du protocole déontologique. À chaque terrain, son éthique ? ». Les Cahiers de la SQRM 11/1-2, Ethique, droit et musique : 81-88.

DESROCHES Monique et Brigitte DESROSIERS, 1995, « Notes “sur” le terrain », Cahiers de musiques traditionnelles 8 : 3-12.

DESROCHES Monique et Ghyslaine GUERTIN, 2003, Construire le savoir musical. Enjeux épistémologiques, esthétiques et sociaux. Paris : L’Harmattan.

EVERS Sandra J.T.M., 2010, « Tales from a Captive Audience : Dissident Narratives and the Official History of the Seychelles », in E. Bal, T. Eriksen et O. Salemink, dir. : A World of Insecurity : Anthropological Perspectives on Human Security. Londres : Pluto Press : 208-240.

FASSIN Didier, 2008, « Introduction. L’inquiétude ethnographique », in A. Bensa et D. Fassin, dir. : Les politiques de l’enquête. Paris : La Découverte, coll. Recherches : 7-15.

FIELD Lee & Richard G. FOX, dir., 2007, Anthropology Put To Work. New York : Wenner-Gren International Symposium Series, Berg.

FOGEL Frédérique et Isabelle RIVOAL, 2009, « Introduction », Ateliers du LESC [En ligne], 33 | 2009, mis en ligne le 18 mars 2009, consulté le 07 avril 2015. URL : http://ateliers.revues.org/8192 ; DOI : 10.4000/ateliers.8192

HARRISON Klisala, 2012, « Epistemologies of Applied Ethnomusicology », Ethnomusicology 56/3 : 505‑529.

HOFMAN Ana, 2010, « Maintaining the Distance, Othering the Subaltern : Rethinking Ethnomusicologists’ Engagement in Advocacy and Social Justice », in K. Harrison, E. Mackinlay & S. Pettan, dir. : Applied Ethnomusicology : Historical and Contemporary Approaches. Newcastle Upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing : 22-25.

IMPEY Angela, 2002, « Culture, Conservation and Community Reconstruction : Explorations in Advocacy Ethnomusicology and Patricipatory Action Research in Northern Kwazulu Natal ». Yearbook for Traditional Music 34 : 9-24.

LAPLANTE Bernard, 2005, « Cheminement éthique d’un chercheur engagé en recherche collaborative ». Revue des sciences de l’éducation 31/2 : 417-440.

LASSITER Luke, 2005, The Chicago Guide to Collaborative Ethnography. Chicago : University of Chicago Press.

LE MENESTREL Sara, coord., 2012, Des vies en musique. Parcours d’artistes, mobilités, transformations. Paris : Éditions Hermann.

NAEPELS Michel, 1998, « Une étrange étrangeté. Remarques sur la situation ethnographique ». L’Homme 38/148 : 185-199.

NETTL Bruno, 1983 [2005], The Study of Ethnomusicology. Champaign : University of Illinois Press.

RICE Timothy, 1994, May It Fill Your Soul. Experiencing Bulgarian Music. University of Chicago Press.

RUSKIN Jesse D. et Timothy RICE, 2012, « The Individual in Musical Ethnography », Ethnomusicology 56/2 : 299-327.

SEEGER Anthony, 1987, Why Suyá Sing : A Musical Anthropology of an Amazonian People. Cambridge : Cambridge University Press.

WHITE Bob W., 2011, « Le pouvoir de la collaboration », in L. Lachapelle et D. Neumark, éd. : Célébrer la collaboration : Art communautaire et art activiste humaniste au Québec et ailleurs. Montréal : Levier/Engrenage noir : 329-338.

WHITE Bob W., dir., 2012, Music and Globalization. Critical Encounters. Bloomington : Indiana University Press.

Haut de page

Notes

1 Ce doctorat est réalisé en cotutelle de thèse entre la Faculté de musique de l’Université de Montréal, sous la co-direction de la professeure Monique Desroches, et l’Université de Nice-Sophia-Antipolis, auprès du professeur Luc Charles-Dominique.

2 La notion de partenariat est encore peu développée, tant en ethnomusicologie qu’en anthropologie. Dans cette dernière discipline, elle semble souvent concerner des ententes avec des groupes minoritaires. On voit, par exemple, des partenariats avec des communautés autochtones. M’inspirant de Barreyre (1995), je suggère que la notion de partenariat en ethnomusicologie fasse l’objet d’une association active entre différents intervenants – individus ou institutions – qui, tout en maintenant leur autonomie, acceptent de mettre en commun leurs efforts afin de répondre à un problème ou une question, pour lesquels ils ont un intérêt, une motivation, voire une responsabilité ou une obligation. Ainsi présentée, cette notion se rapproche de celle de « communauté épistémologique » proposée par Harrison (2012). Le partenariat se veut toutefois doté d’un caractère institutionnel.

3 Telle que définie par l’anthropologue Daniel Cefai (2010 : 7), la démarche d’enquête « s’appuie sur une observation prolongée, continue ou fractionnée, d’un milieu, de situations ou d’activités, adossée à des savoir-faire qui comprennent l’accès au(x) terrain(s) (se faire accepter, gagner la confiance, trouver sa place, savoir en sortir…), la prise de notes la plus dense et la plus précise possible et/ou l’enregistrement audio ou vidéo de séquences d’activités in situ. »

4 « Applied ethnomusicology is the approach guided by principles of social responsibility, which extends the usual academic goal of broadening and deepening knowledge and understanding toward solving concrete problems and toward working both inside and beyond typical academic contexts ». Voir la page web du groupe d’étude sur l’ethnomusicologie appliquée de l’ICTM : http://www.ictmusic.org/group/ictm-study-group-applied-ethnomusicology (consulté le 9 janvier 2015).

5 Pour connaître ce projet, il est possible de visionner une vidéo de présentation du groupe sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=ubsaPWcM67Q. Le groupe possède aussi une page facebook : https://www.facebook.com/grupomusiculturamare (dernière consultation de liens le 19 mars 2015). Voir également Araújo 2008 et 2006.

6 Pour plus d’information, voir la page web https://www.soas.ac.uk/music/research/research-in-action/traditional-songs-as-a-path-to-literacy-in-south-sudan.html (dernière consultation le 19 mars 2015) et les publications liées à ce projet (dont Impey 2002).

7 Je me réfère ici à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, adoptée par l’assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1948 à Paris. Les atteintes à ces droits peuvent se manifester sous la forme d’entraves à la liberté d’expression ou encore d’exploitation de la production artistique ou culturelle d’un groupe humain par un autre groupe ou individu externe à ce groupe, par exemple.

8 L’anthropologie réflexive s’est développée chez les anthropologues post-modernes américains au cours des années 1980. Elle se caractérise par un retour critique, de la part du chercheur, sur les conditions de production de son savoir et de son objet. Aujourd’hui considérée comme une exigence méthodologique et épistémologique à la recherche en sciences humaines et sociales, la réflexivité invite à considérer les limites intrinsèques et la possibilité de vérités multiples en lien avec les aléas de la relation d’enquête sur le terrain. Au-delà de cet aspect méthodologique, la réflexivité est également politique et éthique puisqu’elle questionne la valeur sociale des choix effectués par le chercheur et les conséquences que peuvent entraîner ses décisions ou ses prises de position.

9 Je joue ici sur la nature du terme « engageant », puisque, d’un côté, les Seychelles sont effectivement apparues comme un terrain de recherche séduisant et attirant, et, de l’autre, le contexte institutionnel, dont il est question au cours des prochaines sections, imposait un certain engagement de la part de l’ethnomusicologue.

10 Le Consul des Seychelles à Montréal, Monsieur Gérard Le Chêne, connaissait ma co-directrice de recherche, Monique Desroches, directrice du Laboratoire d’ethnomusicologie et d’organologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal et spécialiste en ethnomusicologie des îles créoles.

11 Bien qu’une demande ait été formulée pour obtenir l’avis d’un « expert » et qu’un partenariat officiel ait été établi avec le Ministère de la Culture, il n’était question d’aucune rémunération. L’ensemble de mes recherches sur le terrain a été financé grâce à l’obtention de bourses, dont la Bourse d’études supérieures du Canada Vanier et des aides financières provenant de l’OICRM, du LEO, du LIRCES et de la Société française d’ethnomusicologie. Je remercie d’ailleurs tous ces organismes pour leur soutien.

12 Grupo Musicultura (https://www.facebook.com/grupomusiculturamare). Voir également Araújo 2008 et 2006.

13 Selon Cardinal et Morin (1993), la recherche-action est une « démarche de compréhension et d’explication de la praxis des groupes sociaux, par l’implication des groupes eux-mêmes, dans le but d’améliorer leur praxis ».

14 Jusqu’à l’indépendance du pays, en 1976, les Grands Blancs constituaient la catégorie des colons européens et des propriétaires de plantations. La société seychelloise actuelle, marquée par son histoire coloniale puis par son importante période socialo-marxiste à parti unique, a conservé une structure hiérarchique basée sur une centralisation du pouvoir au sein de l’État et une lourde bureaucratie. Le positionnement hiérarchique d’un individu dans la société dépend ici de plusieurs facteurs, dont certains qui reposent sur un système de valeurs établi culturellement (avoir une famille à charge, disposer d’un emploi bien rémunéré, l’accès à certains biens matériels, etc.), ainsi que du degré de proximité ou d’affinité avec d’autres individus qui se positionnent aux échelons supérieurs de la hiérarchie. Pour plus d’information à ce sujet, voir également Evers 2010.

15 J’utilise ici le terme « négocier » puisqu’il s’agissait bien de déterminer quelle serait la nature de notre partenariat durant mes séjours de terrain de façon à ce que les échanges nous paraissent équitables pour les deux parties et que le projet de recherche soit bien mené à terme. Ces échanges, dans lesquels j’étais seule face à un comité composé de six à huit personnes (le nombre pouvait varier d’une rencontre à l’autre) sur un terrain que je connaissais encore à peine, m’ont permis d’intégrer à ma recherche des réflexions sur certains enjeux liés aux relations de pouvoir, aux questions éthiques et d’autorité, à la postcolonialité et à la décolonisation, entre autres.

16 J’ai défini la notion de partenariat en début d’article. Afin d’officialiser cette coopération, une entente fut signée entre le Ministère de la Culture des Seychelles et le Carrefour des Cultures Musicales, organisme à but non lucratif dont le siège social est situé à Montréal.

17 L’anthropologue Burton Benedict l’avait noté lors de ses recherches aux Seychelles au cours des années 1970-1980. En 1983, il écrivait : « A young female without a child is not a woman, but a girl. » (1984 : 637).

18 Au-delà des hiérarchies au sein de la population, et ici particulièrement à l’intérieur même des institutions gouvernementales – chaque fonctionnaire relève d’un supérieur auquel il doit rendre des comptes et l’ascension dans ce système dépend de réalisations concrètes que chacun cherche à s’accaparer –, une hiérarchie se met en place également avec les étrangers qui se retrouvent souvent dans les classes supérieures. Dans mon cas précis, assez exceptionnel aux Seychelles (une femme étrangère, seule, sans aucun lien de parenté aux Seychelles venant effectuer une recherche sur la culture locale, chercheuse avec un statut ambigu pour plusieurs – comment, ne serait-ce que financièrement, une étudiante canadienne s’est-elle retrouvée aux Seychelles ?), je perçois – et comprends parfaitement – un malaise à m’accorder une certaine autorité en matière de culture locale. Aussi, plusieurs de mes interlocuteurs n’étant pas familiers avec le système universitaire international, avaient du mal à concevoir l’ampleur d’une recherche doctorale. Cela dit, selon certains proches Seychellois, le grade de « docteur » pourrait changer considérablement mon statut aux yeux, notamment, des fonctionnaires du Ministère et de leurs supérieurs. Somme toute, il semble déjà que ceux-ci fassent preuve de respect dans ma démarche si j’en juge par leur intérêt et les questions qui m’ont été adressées par les membres du « comité » lors de notre dernière rencontre, en février 2014.

19 Comme me le faisait remarquer Angela Impey (SOAS) lors d’une conférence à East London, Afrique du Sud, en juillet 2014, je « leur ai permis de m’accorder ce statut », notamment par ma personnalité et aussi par mon désir d’éviter de reproduire le modèle postcolonial dans lequel j’aurais été en position de supériorité. Il s’agissait ainsi davantage d’un acte d’humilité de ma part que d’une faiblesse, d’un désir de renverser les positions. J’étais personnellement convaincue que cette attitude m’ouvrirait des portes, mais j’ai assez rapidement compris qu’on n’est pas habitué à ce type de comportement venant d’un « expert étranger » aux Seychelles, et cette posture a un peu joué en ma défaveur au tout début, puisque je préférais observer qu’imposer, ce qui a paru déstabiliser certains interlocuteurs et a pu créer une ambiguïté sur mon statut, puisque mon comportement n’était aucunement prescriptif.

20 Bien que les valeurs qui la sous-tendent s’en rapprochent, il ne faut aucunement la confondre ici avec l’ethnographie collaborative telle que définie par Lassiter (2005), qui consiste en une écriture à plusieurs mains.

21 Il s’agit du musicien Abéna Atangana, d’origine camerounaise, né et éduqué en France, récemment établi à Montréal. Il était temporairement de retour en France au moment de ce projet.

22 Une petite industrie musicale existe aux Seychelles, mais la production est destinée essentiellement à la distribution locale, bien que plusieurs artistes souhaiteraient être promus à l’étranger.

23 Pour White (2011 : 337), « Le modèle anthropologique classique repose sur l’idée de la réciprocité (et son corollaire conceptuel « le don ») comme récompense aux membres d’une communauté pour leur générosité, hospitalité et participation, mais la réciprocité n’a pas d’impact sur les objectifs du projet, qui restent néanmoins des objectifs scientifiques. »

24 Cette réalité est d’autant plus effective du fait qu’il n’existe pas de regroupements, d’associations ou d’organismes à but non lucratif indépendants dans le secteur musical, à part l’Association de musiciens SEYMAS qui, bien qu’indépendante selon ses membres, collabore de très près avec le Ministère.

25 Les musiciens seychellois font souvent référence à l’expérience du groupe seychellois Dezil avec la chanson San Ou (La Rivière), enregistrée à Mahé et promue en France par Sony Music Entertainment et qui a connu un vif succès en 2005, comme un exemple d’exploitation des musiciens locaux au profit d’un producteur étranger.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Participants à l’atelier de percussions et batterie et représentants du Ministère de la Culture, National Conservatoire of Performing Arts, Mont-Fleuri, Seychelles, 18 janvier 2012.
Crédits Photo de l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2590/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig. 2. Atelier de production musicale, Studio Kasamba, Mont-Buxton, Mahé, Seychelles, 10 janvier 2012.
Crédits Photo de l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2590/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Parent, « De la nécessité de l’implication du chercheur sur le terrain. Vers une ethnomusicologie de la rencontre », Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 105-123.

Référence électronique

Marie-Christine Parent, « De la nécessité de l’implication du chercheur sur le terrain. Vers une ethnomusicologie de la rencontre », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 19 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2590

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Parent

Marie-Christine PARENT est doctorante en ethnomusicologie en cotutelle à l’Université de Nice Sophia Antipolis et à l’Université de Montréal, où elle est auxiliaire de recherche pour le Laboratoire d’ethnomusicologie et d’organologie (LEO). Elle prépare actuellement une thèse portant sur une analyse du moutya, pratique musicale seychelloise (océan Indien) et les enjeux identitaires, patrimoniaux et touristiques qui en découlent. Elle a bénéficié d’une bourse d’études supérieures du Canada Vanier pour ses recherches doctorales. Elle est également responsable des comptes rendus en français pour la revue canadienne MUSICultures.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page