Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie29HommagesIn Memoriam. Ramón Pelinski (1932...

Hommages

In Memoriam. Ramón Pelinski (1932-2015), un ethnomusicologue aux vastes horizons

Monique Desroches et Jean-Jacques Nattiez
p. 215-217

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Un éminent musicologue et ethnomusicologue, Ramón Pelinski, professeur à l’Université d’Ottawa puis à la Faculté de musique de l’Université de Montréal de 1976 à 1995, nous a quittés le 6 juillet 2015. Sa formation première était classique. Titulaire d’un premier prix de piano au Conservatoire de Córdoba, en Argentine où il avait aussi étudié la philosophie, il suivit les cours de Jacques Chailley à la Sorbonne et ceux d’Olivier Messiaen au Conservatoire de Paris en 1959-1960. Il prolongea ses études de philosophie à l’Université de Cracovie avec le phénoménologue Roman Ingarden en 1960-61 pour se consacrer ensuite à la musicologie à l’Université de Munich (1963-1969), notamment avec Theodor Georgiades qui dirigea sa thèse sur la musique vocale du Siècle d’or espagnol (1971). Mais ses intérêts ont très vite dépassé la seule musique dite « savante » pour rejoindre ceux des musiques de tradition orale et des musiques « populaires ». En témoignent la Revue de musique des universités canadiennes (aujourd’hui Intersections) dont il prit l’initiative de la création en 1985 et celle de la revue électronique Trans, au nom bien significatif, en 1995.

2Engagé à l’Université de Montréal pour enseigner les musiques baroques et classiques, c’est à l’ethnomusicologie que, d’emblée, il consacre d’abord ses recherches. Après des terrains à Rankin Inlet et Eskimo Point en 1974, 1975 et 1976, il publie en 1981 un ouvrage sur la musique des Inuit du Caribou où il prend une position critique par rapport aux analyses de Zygmunt Estreicher sur la multisonance de certaines chants de danse à tambour de cette culture. Alors fortement inspiré par les recherches sémiologiques de l’époque, il reconstitue le système émique de substitutions intervalliques propres à ce corpus ; il réalise avec l’aide de l’ordinateur une typologie de leurs contours mélodiques ; il en propose une grammaire générative. Parallèlement, il fait paraître, en 1979, un recueil de 41 chants personnels en collaboration avec deux chercheurs Inuit. Ce travail est d’ailleurs conçu à l’intention de la communauté autochtone : le texte en inuktitut qui accompagne les transcriptions musicales est publié en caractères syllabiques sans traduction anglaise ou française. Un disque encarté permet d’entendre dix de ces chants. Il publiera plus tard, en 1990, un CD principalement consacré aux chants personnels, à quelques jeux vocaux – une collection plus complète en sera publiée dans l’album « Jeux vocaux des Inuit » (1989) –, et à des chants d’animaux. Mais, soucieux de refléter ce qui est présent dans les communautés visitées à côté des musiques dites traditionnelles, il y ajoute des pièces contemporaines : l’exécution à la guimbarde d’une mélodie importée du répertoire occidental, un chant personnel nouvellement composé accompagné à la guitare, un quadrille exécuté à l’accordéon, une version inuit de « Frère Jacques » et un extrait d’une messe avec orgue électronique.

Ramón Pelinski.

Ramón Pelinski.

Photo Teresa Pelinski.

  • 1 On peut écouter ses enregistrements préférés (soit comme compositeur, arrangeur et pianiste), et li (...)

3Il témoigne encore de son engagement pour autre chose que les cultures musicales classiques en donnant, dans les années 1990, le premier cours consacré aux musiques populaires à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Ce cours sera signe d’une ouverture nouvelle et importante de la Faculté et lui apportera une signature spécifique. Pianiste et compositeur, il anime de 1978 à 1988 le premier groupe de tango argentin au Canada, Tango x 4, qui existe toujours. Soucieux de favoriser aussi bien le tango « à danser » que le tango de concert (dans le style d’Astor Piazzola), il fonde encore, respectivement, Tango x 3 et Métatango. Mettant à profit son énorme érudition musicale, il insère dans ses arrangements des citations et des éléments stylistiques empruntés aux musiques classiques et contemporaines de l’Europe, contribuant ainsi à la rencontre de pratiques musicales dont il regrettait à juste titre la séparation. Il crée dans cet esprit son tangopéra Angora Matta, libretto de Marta Savigliano, dont la première a eu lieu au Teatro Alvear (Buenos Aires, Argentina) le 22 novembre 2002, sous la direction musicale de Gerardo Gandini. Parallèlement à l’exécution du tango, il réunit, après un copieux essai sur la diaspora du tango, des études de treize autres auteurs dans un ouvrage publié en français (1995) et en espagnol (2000). Elles nous font suivre le nomadisme du tango à Paris, en Italie, dans le monde hispanique, dans la communauté séfarade, dans les pays scandinaves, au Japon, au Québec, à New York et dans la musique dite savante1.

4C’est ainsi qu’au fil des années, il s’éloigna de l’orientation structuraliste et moderniste des premières années de sa carrière, pour se faire le défenseur et le promoteur d’une conception postmoderne de la musicologie avant même qu’elle ne se répande. En témoigne l’important bilan de l’ethnomusicologie contemporaine qu’il a publié dans l’encyclopédie musicale d’Einaudi et d’Actes Sud en 2002 et 2004. À la fois musicien, compositeur, pianiste, musicologue, ethnomusicologue et philosophe, Ramón Pelinski aura été l’un des premiers à mettre en œuvre une pédagogie fondée sur la recherche et la transmission transversale des savoirs et des savoir-faire.

Haut de page

Bibliographie

PELINSKI Ramón Adolfo, 1971, Die weltliche Vokalmusik Spaniens am Anfang des 17. Jahrhunderts. Der Cancionero Claudio de la Sablonara. Tutzing : Verlegt bei Hans Schndeider.

PELINSKI Ramón, Luke SULUK, Lucy AMAROOK, 1979, Inuit Songs from Eskimo Point. Ottawa : National Museums of Canada/Musées Nationaux du Canada, Musée national de l’homme. Collection Mercure. Le Service canadien ethnologie. Dossier no 60 (avec un disque 17 cm.)

PELINSKI Ramón, 1981, La musique des Inuit du Caribou. Cinq perspectives méthodologiques. Montréal : Les Presses de l’Université de Montréal. Coll. « Sémiologie et analyse musicales ».

PELINSKI Ramón, 1990, Musiques et chants Inuit (Eskimo Point et Rankin Inlet). CD UMM 202. Montréal : UMMUS (Faculté de musique de l’Université de Montréal), série « Traditions ».

PELINSKI Ramón, 2002, « Etnomusicologia nell’epoca postmoderna », in Jean-Jacques Nattiez et al., éd. : Enciclopedia della musica. Vol. II : Il sapere musicale. Turin : Giulio Einaudi Editore : 694-717.

PELINSKI Ramón, 2004, « L’ethnomusicologie à l’ère postmoderne », in Jean-Jacques Nattiez et al., éd. : Musiques. Une Encyclopédie pour le XXI e siècle. Vol. II : Les savoirs musicaux. Arles : Actes Sud/Paris : Cité de la musique : 740-765.

PELINSKI Ramón, éd., 1995, Tango nomade : études sur le tango transculturel. Version française traduite et supervisée par Pierre Monette. Montréal : Triptyque.

PELINSKI Ramón, éd., 2000, El tango nómade : ensayos sobre la diáspora del tango. Buenos Aires : Corregidor.v

PELINSKI Ramón, éd., 2002, Tangopéra Angora Matta, libretto de Marta Savigliano,Teatro Alvear (Buenos Aires, Argentina) 22 novembre 2002, sous la direction musicale de Gerardo Gandini.

Haut de page

Notes

1 On peut écouter ses enregistrements préférés (soit comme compositeur, arrangeur et pianiste), et lire aussi des fragments de ses publications sur le site : www.ramonpelinski.com<http://www.ramonpelinski.com/>. Le lecteur trouvera aussi sa conférence/pièce de musique « Grata voz del agua. Paisajes sonoros de la Alhambra » sur le site http://cvc.cervantes.es/artes/paisajes_sonoros/p_sonoros02/pelinski/pelinski_01.htm

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ramón Pelinski.
Crédits Photo Teresa Pelinski.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2600/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Desroches et Jean-Jacques Nattiez, « In Memoriam. Ramón Pelinski (1932-2015), un ethnomusicologue aux vastes horizons »Cahiers d’ethnomusicologie, 29 | 2016, 215-217.

Référence électronique

Monique Desroches et Jean-Jacques Nattiez, « In Memoriam. Ramón Pelinski (1932-2015), un ethnomusicologue aux vastes horizons »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2600

Haut de page

Auteurs

Monique Desroches

Articles du même auteur

Jean-Jacques Nattiez

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search