Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Zoom arrière. L’ethnomusicologie à l’ère du Big Data

Florabelle Spielmann, Aurélie Helmlinger, Joséphine Simonnot, Thomas Fillon, Guillaume Pellerin, Bob L. Sturm, Oded Ben-Tal et Elio Quinton
p. 9-28

Résumé

Les techniques d’extraction automatique d’information musicale appliquées à des répertoires de musiques traditionnelles ont ouvert de nouvelles perspectives dans le champ de l’ethnomusicologie. Si les chercheurs anglophones ont adopté le terme computational ethnomusicology pour désigner cette branche spécifique de l’ethnomusicologie, une même segmentation disciplinaire n’a pas eu lieu en France où ce nouveau champ de la recherche s’inscrit plus globalement dans le domaine des humanités numériques. Cet article collectif se propose de faire un état des lieux de la recherche dans ce domaine émergent. Nous nous interrogerons sur le devenir de l’ethnomusicologie dans ce contexte de « révolution numérique » où les dispositifs informatiques bouleversent d’ores et déjà les pratiques de recherche.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été écrit dans le cadre du projet de recherche « Le calypso à travers l’histoire : une approche en science des données » (DaCaRyH, mars 2016-juillet 2017). Ce projet de recherche franco-britannique est financé par le Arts and Humanities Research Council Care for the Future (AHRC Grant No. AH/N504531/1) et le LABEX Les passés dans le présent.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Ethnomusicologie et dispositifs technologiques
Etat des lieux
Synthèse des travaux anglophones
Big Data
Synthèse des travaux francophones
Archives sonores et programmes de recherche innovants
Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Aperçu du texte

Si l’ethnomusicologie s’est développée sur la base de l’observation participante et d’analyses ponctuelles détaillées, des sortes d’observations en gros plan, les nouveaux usages qui accompagnent le développement du numérique et des réseaux sont en train de conduire la discipline à enrichir ses méthodes et à repenser sa pratique de recherche en permettant une observation en grand angle.

Les techniques d’extraction automatique d’information musicale appliquées à des répertoires de musiques traditionnelles ont ouvert de nouvelles perspectives dans le champ de l’ethnomusicologie. Si les chercheurs anglophones ont adopté le terme de computational ethnomusicology pour désigner cette branche spécifique de l’ethnomusicologie, une même segmentation disciplinaire n’a pas eu lieu en France où ce nouveau champ de la recherche en ethnomusicologie s’inscrit plus globalement dans le domaine des humanités numériques.

Cet article collectif se propose de faire un état des lieux de la recherche dans ce...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florabelle Spielmann, Aurélie Helmlinger, Joséphine Simonnot, Thomas Fillon, Guillaume Pellerin, Bob L. Sturm, Oded Ben-Tal et Elio Quinton, « Zoom arrière. L’ethnomusicologie à l’ère du Big Data », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 9-28.

Référence électronique

Florabelle Spielmann, Aurélie Helmlinger, Joséphine Simonnot, Thomas Fillon, Guillaume Pellerin, Bob L. Sturm, Oded Ben-Tal et Elio Quinton, « Zoom arrière. L’ethnomusicologie à l’ère du Big Data », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2653

Haut de page

Auteurs

Florabelle Spielmann

Florabelle SPIELMANN est chercheuse post-doctorante en ethnomusicologie (CREM-LESC, UMR CNRS 7186) dans le cadre du projet interdisciplinaire du Labex Les passés dans le présent « Le calypso à travers l’histoire : une approche en science des données ». Elle mène des recherches depuis plus de dix ans à Trinidad sur la pratique des combats de bâtons.

Aurélie Helmlinger

Aurélie HELMLINGER, spécialiste des steelbands de Trinidad et Tobago, est ethnomusicologue, chercheuse au Centre de Recherche en Ethnomusicologie du CNRS/Université Paris-Nanterre. Son travail de doctorat sur la mémorisation du répertoire dans les steelbands a été salué par le prix de thèse du musée du quai Branly (2007). Egalement musicienne, Aurélie Helmlinger pratique le steel-drum depuis plus de quinze ans.

Articles du même auteur

Joséphine Simonnot

Joséphine SIMONNOT est ingénieur de recherche au Centre de Recherche en Ethnomusicologie du CNRS/Université Paris-Nanterre et chef de projet de la plate-forme web Telemeta. Elle veille à conserver et à améliorer l’accès aux archives sonores en ethnomusicologie. Ses recherches s’orientent vers le développement d’outils d’analyse innovants pour faciliter l’indexation et la représentation des données audio.

Thomas Fillon

Thomas FILLON est le directeur scientifique de Parisson, société qui conçoit, développe et intègre des systèmes informatiques dédiés à la production et à la valorisation des archives numériques.

Guillaume Pellerin

Guillaume PELLERIN est le directeur général de Parisson. Passionné des technologies de traitement audiovisuel, il se consacre aujourd’hui à la programmation de logiciels audio et à la conception d’applications web dynamiques dédiés au mixage, à l’archivage, à l’indexation et à la publication audio (projet Telemeta).

Bob L. Sturm

Bob L. STURM est Lecturer en Digital Media au Centre for Digital Music à l’université Queen Mary de Londres. Ses recherches portent sur le traitement des signaux et l’apprentissage statistique de la musique et des données audio.

Oded Ben-Tal

Oded BEN-TAL est compositeur et chercheur. Ses travaux associent musique, informatique et cognition. Maître de conférences à l’université Kingston de Londres, il enseigne la composition, la musique électronique et la psychologie musicale.

Elio Quinton

Elio QUINTON est un chercheur post-doctorant au Centre for Digital Music à l’université Queen Mary de Londres. Ses recherches concernent principalement l’analyse musicale automatique, domaine mieux connu sous le terme de « Music Information Retrieval » (MIR). Plus particulièrement, il est spécialiste de l’analyse des attributs rythmiques de la musique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page