Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

L’ethnomusicologie computationnelle : pour un renouveau de la discipline

Stéphanie Weisser, Olivier Lartillot, Matthias Demoucron et Darrell Conklin
p. 29-44

Résumé

Près de dix ans après la publication de l’article Computational Ethnomusicology (2007), l’ethnomusicologie computationnelle s’est largement développée et a conquis une légitimité institutionnelle et académique. Pourtant, peu d’ethnomusicologues – au sens traditionnel du terme – investissent ce champ de recherche. A la lumière de collaborations menées ces dernières années sur des problématiques diverses (le timbre instrumental de cordophones indiens ou la construction motivique de chants éthiopiens), nous examinons la nature des différentes approches de l’ethnomusicologie computationnelle, les obstacles qui se dressent lorsqu’on aborde cette discipline et enfin en quoi l’approche computationnelle peut apporter un renouveau épistémologique et méthodologique, et constituer une véritable opportunité de renouveau (inter)disciplinaire pour l’ethnomusicologie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Voyage en terre computationnelle
Un premier obstacle : la diversité des approches computationnelles
1. La démarche appliquée
2. La démarche d’analyse
3. La démarche de simulation
Un deuxième obstacle : les barrières disciplinaires
1. La faible prise en compte de la dimension émique et des aspects culturels, anthropologiques et, plus largement, contextuels
2. L’ethnocentrisme, visible notamment dans la terminologie utilisée dans les publications des computationnels qui travaillent sur les musiques non occidentales
3. L’ambition, souvent affichée ou plus discrète, d’universalité ou de transférabilité de la démarche computationnelle
4. La dimension « opérationnelle » des publications computationnelles
5. La possibilité même de comprendre la musique par la « computation »
L’ethnomusicologie computationnelle : une opportunité pour redéfinir l’ethnomusicologie ?
La dimension intégrative multiniveau

Aperçu du texte

De nombreuses recherches sont actuellement menées par différentes équipes sous le nom générique « d’ethnomusicologie computationnelle ». Sous cette dénomination popularisée notamment par Tzanetakis (Tzanetakis et al. 2007, Tzanetakis 2014) sont regroupées des approches et des démarches très variées. Leur point commun : aborder les musiques dites « traditionnelles » avec l’aide d’un ordinateur.

Catégorie a priori « fourre-tout », donc, dans laquelle on retrouve pêle-mêle des approches expérimentales assistées par ordinateur, des instruments augmentés, des bases de données (parfois intelligentes), des logiciels d’extraction automatisée d’informations musicales, etc. Souvent menées par des équipes relevant de départements de mathématiques ou de sciences de l’information, ces recherches font appel à des paradigmes et à des méthodes très éloignées de celles établies par l’ethnomusicologie « traditionnelle ». Elles utilisent des modèles mathématiques, statistiques ou acoustiques complexes,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Weisser, Olivier Lartillot, Matthias Demoucron et Darrell Conklin, « L’ethnomusicologie computationnelle : pour un renouveau de la discipline », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 29-44.

Référence électronique

Stéphanie Weisser, Olivier Lartillot, Matthias Demoucron et Darrell Conklin, « L’ethnomusicologie computationnelle : pour un renouveau de la discipline », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2661

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Weisser

Stéphanie WEISSER, titulaire d’un DFS en Acoustique Musicale du CNSM de Paris et d’un doctorat en musicologie de l’Université Libre de Bruxelles, a été chargée de recherches et conservateur f.f. au Musée des Instruments de Musique de Bruxelles (Belgique). Depuis 2010, elle est Maître de Conférences en ethnomusicologie à l’Université Libre de Bruxelles. Elle a publié deux CD aux AIMP (Musée d’ethnographie de Genève) : Ethiopie, les chants de bagana (2006) et Kenya. L’obokano, lyre des Gusii, qui a obtenu en 2014 le Prix « Coup de Cœur - Mémoire Vivante » de l’Académie Charles-Cros.

Olivier Lartillot

Olivier LARTILLOT est docteur en informatique de l’Université Paris 6-IRCAM. Il est membre du Music Informatics and Cognition Group (MusIC), qui fait partie du Aalborg Media Technology Section (MTA) de l’Université d’Aalborg (Danemark). Il a précédemment mené des recherches au Finnish Centre of Excellence in Interdisciplinary Music Research et au Swiss Center for Affective Sciences (Genève). Il a notamment développé MirToolbox, un environnement computationnel permettant d’extraire des informations musicales et sonores à partir de fichiers audio.

Matthias Demoucron

Matthias DEMOUCRON est docteur en Acoustique, traitement du signal et informatique appliqués à la musique (IRCAM, Paris 6 - Royal Institute of Technology, Suède) et a mené des recherches postdoctorales à l’Institute for Psychoacoustics and Electronic Music (IPEM, Université de Gand, Belgique), notamment sur les instruments à cordes frottées et l’analyse des musicales.

Darrell Conklin

Darrell CONKLIN est docteur en Science de l’Informatique (Queen’s University, Canada, 1995). Il dirige le Music Informatics Group, groupe de recherche spécialisé au sein du Department of Computer Science and Artificial Intelligence de l’Université du Pays Basque (San Sebastián, Espagne).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page