Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Approche interdisciplinaire du geste musical : nouvelles perspectives en ethnomusicologie

Fabrice Marandola, Marie-France Mifune et Farrokh Vahabzadeh
p. 45-72

Résumé

Cet article propose une réflexion épistémologique et méthodologique sur l’utilisation des nouvelles technologies pour l’analyse du geste instrumental en ethnomusicologie. Après un état des lieux des études sur le geste, nous montrons la nécessité de développer de nouveaux protocoles de collecte et d’analyse du geste instrumental sur le terrain. A partir de trois études de cas réalisées au sein du programme Geste-Acoustique-Musique de Sorbonne-Universités (luths d’Iran et d’Asie centrale, harpes du Gabon, xylophones et tambours du Cameroun, de France et du Canada), nous illustrons ce que nous permettent ces nouvelles technologies dans l’expérimentation et l’interaction avec les musiciens pour mieux comprendre le rôle de chacun des paramètres constitutifs du jeu instrumental et accéder notamment aux phénomènes de corporalité musicale. En conclusion, nous proposons quelques pistes de réflexion suscitées par ces technologies de capture du mouvement pour l’ethnomusicologie.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les recherches ayant mené à la rédaction de cet article ont été menées dans le cadre de la Chaire Geste-Acoustique-Musique (GeAcMus) de l’IDEX « Sorbonne Universités » (ANR-11-IDEX-0004-02). Les auteurs tiennent à remercier tous leurs collègues et partenaires et plus particulièrement l’équipe du laboratoire de BioMécanique et de BioIngénierie (BMBI) de l’Université de Technologie de Compiègne dirigée par Frédéric Marin et le Pôle Supérieur de Paris Boulogne Billancourt et ses professeurs Christophe Bredeloup et Julien André.

Texte intégral

Introduction

  • 2 Susanne Fürniss et François Picard (coordinateurs du projet), Fabrice Marandola, Farrokh Vahabzadeh (...)

1La naissance de l’ethnomusicologie fut marquée par l’invention de l’enregistrement audio avec le phonographe de Thomas Edison puis le gramophone d’Emile Berliner à la fin du XIXe siècle. Le développement des technologies de captation du son puis de l’image a permis la collecte et l’analyse des musiques, la création d’archives sonores, leur sauvegarde et leur diffusion. L’ethnomusicologie, née de l’interdisciplinarité entre la musicologie et l’anthropologie, a progressivement développé de nouvelles approches, méthodes et outils pour étudier les pratiques musicales de tradition orale. Cette approche interdisciplinaire a par la suite été étendue à d’autres domaines complémentaires à l’ethnomusicologie : s’affranchir des frontières disciplinaires permet en effet de mieux appréhender la complexité des objets que nous étudions, et c’est dans le cadre d’une démarche volontairement pluridisciplinaire qu’a été initiée la Chaire GeAcMus (Geste-Acoustique-Musique) de Sorbonne Universités réunissant plusieurs ethnomusicologues2 et chercheurs en biomécanique, acoustique, musicologie et pédagogie de la musique pour étudier le jeu instrumental. En effet, l’étude de l’interaction musicien-instrument nécessite de prendre en compte les différentes dimensions constitutives du jeu instrumental que sont l’ergonomie et l’acoustique de l’instrument, la gestuelle du musicien, la musique produite, l’esthétique et les valeurs socioculturelles associées à la pratique. A visée méthodologique et comparative, le but du projet GeAcMus est d’étudier le geste instrumental en tenant compte de ses dimensions fonctionnelles, esthétiques et socioculturelles. L’ analyse comparative du geste instrumental a été réalisée entre six types d’instruments (tambour, xylophone, luth, harpe, flûte, cornemuse) provenant d’aires géoculturelles distinctes (Europe, Asie centrale, Afrique subsaharienne, Amérique du Sud) afin de mieux comprendre les différents processus sous-tendant l’interaction musicien-instrument. L’une des innovations du projet est d’inclure dans l’approche ethnomusicologique de nouvelles méthodes de capture et d’analyse du mouvement provenant notamment du domaine de la biomécanique.

2Cet article propose une réflexion sur les nouveaux enjeux, tant épistémologiques que méthodologiques, de l’utilisation des nouvelles technologies d’analyse du geste instrumental en ethnomusicologie. Après un bref état des lieux des recherches sur l’étude du geste, nous montrerons de quelles manières ces nouvelles technologies de captation du mouvement permettent :

  • d’élaborer de nouvelles méthodes d’analyse qualitative et quantitative du geste,

  • d’accéder à des dimensions qui étaient jusque-là impossibles à analyser à partir de l’observation directe,

  • d’expérimenter et d’interagir avec les musiciens pour comprendre leur conception, perception et pratique musicale,

  • d’entreprendre des analyses comparatives intra- et interculturelles,

  • et de réaliser des analyses entre différentes familles d’instruments ainsi qu’à l’intérieur d’une même famille.

3L’utilisation de ces méthodes a nécessité de développer de nouveaux protocoles de collecte et d’analyse. Ces éléments seront illustrés à partir de trois études de cas réalisées au sein du programme GeAcMus (luths d’Iran et d’Asie centrale, harpes du Gabon, xylophones et tambours du Cameroun, de France et du Canada).

L’étude du geste et les technologies de captation du mouvement en ethnomusicologie

Etat de la recherche sur le geste musical

4Dès 1936, André Schaeffner, dans son livre Origine des instruments de musique, introduction ethnologique à l’histoire de la musique instrumentale, définit l’instrument de musique en rapport avec le corps du musicien et propose une origine corporelle de la musique (Schaeffner 1936). Mais ce n’est que récemment que les ethnomusicologues se sont intéressés de près au geste musical, dont la thématique a fait l’objet d’un numéro spécial dans les Cahiers de musiques traditionnelles (14, 2001). Les études montrent que les gestes et la posture du musicien sont porteurs de significations et sont marqueurs d’identités (During 2001, Martinez 2001, Vahabzadeh 2010, 2012), et que la signature stylistique d’une musique ne réside pas uniquement dans le son mais également dans la performance globale du musicien (Desroches 2008). Comme le souligne Jean Molino (1988), « un geste musical peut renvoyer à d’autres gestes sociaux, et c’est ce renvoi qui constitue une des premières strates de sa signification. Ce jeu de renvoi est d’autant plus riche que les gestes instrumentaux sont l’objet d’un long apprentissage, au cours duquel ils cristallisent autour d’eux toutes sortes d’expériences physiques et symboliques » (ibid. :  12).

5D’autres études ont porté sur l’aspect cognitif et ergonomique de la pratique instrumentale. John Baily montre, en comparant deux luths à cordes pincées d’Afghanistan, que chaque instrument est une sorte de transducteur qui convertit les schémas de mouvements corporels en structures sonores (Baily 2001). Dans cette même perspective, Aurélie Helmlinger (2001, 2012) s’appuie sur l’étude des processus d’apprentissage des steelbands de Trinidad et Tobago pour démontrer que le geste musical a un rôle-clé dans la composition, la performance et la mémorisation visuelle du répertoire par les musiciens. Vincent Dehoux (1991), Sylvie Le Bomin (2001, 2004) et Marie-France Mifune (2012, 2014) ont quant à eux montré que, dans plusieurs pratiques musicales en Afrique centrale, le langage musical, la technique instrumentale et le répertoire sont intégrés dans un même processus d’apprentissage.

6Concernant la définition du geste musical en ethnomusicologie, Martinez propose d’aller au-delà d’une définition trop restrictive qui désignerait les « mouvements participant directement à la production du son ». Elle adhère à la proposition de Van Zile (1988), « movements in the context of the music event », qui ouvre de nouvelles perspectives d’observation et permet d’intégrer deux catégories de mouvements dont la valeur opérationnelle est particulièrement intéressante : des mouvements locomoteurs ou non-locomoteurs, concomitants à la production sonore mais n’agissant pas directement sur elle, et des mouvements non concomitants à l’émission des sons, c’est-à-dire ayant lieu avant ou après la performance (Martinez 2001).

7Le rapport instrument/interprète a fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des concepteurs de nouveaux instruments et interfaces musicales numériques : ceux-ci sont en effet confrontés au problème du mapping, qui consiste à assigner des gestes ou combinaisons de gestes spécifiques à des sons donnés – ou à certains types de contrôle relevant du domaine sonore (Delalande 1988, Wanderley 1997, Cadoz 1999, Jensenius et al. 2010).

8Ces recherches ont proposé une première grille d’analyse de la performance musicale, regroupée dans Jensenius et al. (2010) et qui est constituée d’un environnement :

  • où se situe l’action de la performance, qui peut être un espace dédié (une scène dans le contexte de la musique classique) ou qui relève d’une construction sociale (« performance scene »),

  • au sein duquel le musicien a un positionnement général qui contient en quelque sorte la somme de ses actions possibles – c’est la kinesphère de Laban (1963) (« performance position », « set of performance spaces »),

  • et où il adopte différentes positions, qui sont autant de postures à partir desquelles il interprète la musique et qui se décomposent en une catégorisation plus fine du geste instrumental en tant que tel (« gesture spaces »).

9A ce niveau plus fin, on retrouve un certain nombre de catégories fonctionnelles qui caractérisent le geste musical de l’interprète, c’est-à-dire celui qui est responsable de la production du son. Les catégories suivantes font également référence à la classification de Jensenius et al. (2010) :

    • 3 Voir aussi « Instrumental gestures » (Cadoz 1988), « Geste effecteur » (Delalande 1988).

    geste producteur de son, qui en est à la source (« sound-producing gestures »3),

    • 4 Voir aussi « geste accompagnateur » (Delalande 1988), « non-obvious performer gestures » (Wanderley (...)

    geste ancillaire, subordonné à la production du son (« sound-facilitating gestures »4 ),

    • 5 Aussi appelé « semiotic gestures » (Cadoz et Wanderley 2000).

    geste de communication, impliqué dans la communication entre musiciens ou entre musiciens et audience (« communicative gesture »5 ),

  • geste accompagnateur, concomitant à la production sonore mais qui ne lui est pas nécessaire (« sound-accompanying gestures »).

10Etant donné les nombreuses définitions et propositions de catégorisation du geste, nous souhaitons tout d’abord préciser ce que nous désignons ici par geste musical : soit tout geste ou mouvement du corps impliqué directement ou indirectement dans la production sonore, et plus intégralement dans la performance musicale. Dans le cadre de cet article, nous parlerons essentiellement du geste instrumental, objet de notre projet de recherche au sein de la chaire GeAcMus. Quant à l’étude des différentes catégories de geste, la grille de lecture proposée par Jensenius et al. (2010), définie dans le cadre spécifique de l’étude des musiques contemporaines et classiques occidentales, devra être examinée à travers les pratiques musicales de tradition orale, notamment en rapport avec les catégories endogènes existantes. En effet, la définition des catégories de gestes est essentielle comme outil analytique pour une meilleure caractérisation des gestes que nous étudions ; cependant leur définition doit également prendre en compte le contexte de performance pour une meilleure compréhension du geste musical de la culture étudiée.

Geste musical et captation 3D

  • 6 L’évolution des capteurs de mouvements, utilisés indépendamment ou en combinaison, rend leur utilis (...)

11L’étude du geste musical a débuté assez tardivement, en raison peut-être du manque d’outils permettant d’analyser finement, et de manière objective, les paramètres constitutifs du geste. La capture tridimensionnelle des mouvements humains est aujourd’hui une technologie en rapide évolution visant à l’analyse et à la quantification des cinématiques des segments corporels et des objets en interaction avec le sujet (Robertson et al. 2014). La captation a le plus souvent recours à l’utilisation de caméras optoélectroniques (OptiTrack, Qualisys, Vicon Motion Systems, etc.)6, situées autour de la scène à mesurer, qui émettent une lumière infrarouge et enregistrent la position de réflecteurs placés sur l’instrument et le corps du musicien dont on souhaite suivre le mouvement. Ces réflecteurs, aussi appelés marqueurs rétro-réflexifs, se présentent comme de petites sphères argentées dont les tailles varient selon les parties du corps à étudier. A partir de la position des marqueurs vue dans les plans de chacune des caméras et d’une calibration préalable de la géométrie des marqueurs, un logiciel permet d’identifier chaque marqueur et de reconstruire la position et l’orientation tridimensionnelle du musicien et de ses mouvements dans l’espace. L’utilisation de telles méthodes de captation aide à réaliser une analyse physique du mouvement qui rende compte des déplacements de différentes parties du corps et donne des informations sur des schèmes de mouvement, souvent impossibles à détecter à l’œil nu. Ces méthodes peuvent également mettre en œuvre différents types de mesures : l’analyse des trajectoires de certains points privilégiés (comme par exemple les doigts moteurs de la mise en vibration de l’instrument), l’analyse des variations angulaires de différentes articulations du corps pour comprendre la structure du geste ou encore la vitesse ou le rythme de certaines trajectoires de mouvements. On parvient ainsi à caractériser une posture ou un mouvement par la quantification fonctionnelle du système neuro-musculo-squelettique de la personne (Marin et al. 1999).

12Les différents champs d’application de la capture tridimensionnelle du mouvement concernent, par exemple, l’évaluation d’une performance sportive (Fradet et Marin 2016), l’appréciation d’un risque à l’exposition d’un trouble musculo-squelettique pour l’ergonomie (Vignais et al. 2013) ou encore l’étude des performances artistiques, avec, dans le domaine musical, un accroissement constant de la littérature au cours des vingt dernières années. Ces études ont notamment porté sur les mouvements du bras contrôlant l’archet au violoncelle (Winold et al. 1994), l’analyse d’aspects tels que la modélisation de modes de jeu et de paramètres de contrôle (Demoucron 2008) ou les stratégies gestuelles pour le violon (Rasamimanana et al. 2009), ainsi que l’interaction et l’expressivité au sein de quatuors à cordes (Maestre et al. 2017). D’autres catégories d’instruments ont aussi fait l’objet de recherches abordant par exemple la nature des gestes dans le jeu de la clarinette (Wanderley 2002), la caractérisation des stratégies respiratoires à la flûte (Cossette et al. 2008) et à la trompette (Fréour et al. 2010), les modes de vibration des cordes pour la harpe de concert (Chadefaux 2012), le jeu des percussionnistes (Dahl 2004, Bouënard et al. 2011), ou encore différents aspects du jeu pianistique (Goebl et Palmer 2008 et 2009, Dalla Bella et Palmer 2011).

13En ethnomusicologie, la capture du mouvement tridimensionnelle a été récemment utilisée pour étudier les musiques tsiganes de Transylvanie (Bonini Baraldi et al. 2015), plus spécifiquement les paramètres musicaux du répertoire d’air de chagrin (de jale). La captation et la modélisation du geste musical ont permis d’étudier la manière dont les musiciens conçoivent le rythme aksak et les types de désynchronisation entre mélodie et accompagnement générant un effet de balancement typique du swing (Bonini Baraldi 2010). Dans le domaine de la musique indienne, les travaux de Benning et al. (2007) ont utilisé la capture du mouvement de la main droite d’un joueur de tablas exécutant des variations sur un cycle rythmique de 16 temps (tîntâl theka).

14Concernant le projet de la Chaire GeAcMus, les enregistrements de capture de mouvements ont été réalisés avec un harpiste gabonais, deux joueurs (professionnel et amateur) de luths iraniens et centrasiatiques et trois élèves du conservatoire en percussions du Pôle Supérieur de Paris Boulogne Billancourt. Ces captations ont été menées en collaboration avec l’équipe du laboratoire de BioMécanique et de BioIngénierie (BMBI) de l’Université de Technologie de Compiègne, dirigé par Frédéric Marin, spécialiste des méthodes de capture et d’analyse des mouvements et de leur modélisation 3D. D’autres enregistrements ont été réalisés sur la plateforme du Centre Interdisciplinaire de Recherche en Musique, Médias et Technologies (CIRMMT) avec neuf étudiants en percussions de l’Université McGill à Montréal.

15Afin de mener à bien les protocoles de capture 3D, des marqueurs rétro-réflexifs ont été placés sur le corps des musiciens, avec une attention toute particulière portée à leurs mains, ainsi que sur les instruments (harpe, luth à manche long, xylophone, tambours). La localisation adéquate des marqueurs sur le corps des musiciens et sur leurs instruments a nécessité une adaptation selon les spécificités de chaque pratique instrumentale.

  • 7 Travaux en cours, voir notamment Moulart et al. 2016.

16Pour chaque type d’instrument, un corpus a été préalablement défini afin d’établir des comparaisons inter-sujets, en laboratoire et sur le terrain, incluant différentes techniques de jeu et des pièces de référence, de manière à observer la singularité gestuelle de chaque musicien et/ou de chaque école. Les données spatio-temporelles ont été traitées pour quantifier et qualifier la posture et la coordination de chaque segment du corps. Ces différents types d’analyse ont permis d’obtenir des données qualitatives et quantitatives sur la reproductivité spatio-temporelle des doigts moteurs de la génération du son pour le jeu instrumental des luths d’Asie centrale et celui des harpes du Gabon, sur la latéralité et l’effet de l’expertise dans le jeu des xylophones au Cameroun, en France et au Canada, ainsi que sur la différenciation du geste selon chaque musicien, avec par exemple des profils de trajectoire de poignet spécifiques à chacun des percussionnistes observés tant en laboratoire qu’en situation de concert7.

  • 8 Cette partie de la recherche a été rendue possible grâce au soutien de la Fondation Canadienne pour (...)

17Un tout autre type de captation concernait le suivi du regard des instrumentistes dans le jeu du xylophone, afin de mieux comprendre les phénomènes de synchronisation et d’anticipation entre l’œil et la main8. Cet aspect est tout particulièrement pertinent dans le jeu du xylophone, où le musicien n’est en contact avec son instrument qu’en de brefs moments, lors du contact entre les baguettes qu’il tient en main et les lames de l’instrument. Afin de les percuter, surtout à haute vitesse, son regard joue ainsi un rôle primordial dans l’apprentissage et l’exécution musicale.

Fig. 1. Les protocoles de captation pour :

Fig. 1. Les protocoles de captation pour :

a) la harpe (musicien : Yannick Essono Ndong),
b) les instruments à percussion (musicien : Maxime Chatal ; schémas Mélissa Moulart),
c) le luth (musicienne : Shadi Fathi) ;
d) scène globale de captation.

18Les appareils permettant de mesurer le déplacement du regard (eye-trackers) connaissent une constante évolution et le développement d’unités réellement portatives est actuellement en plein essor, chaque compagnie développant des solutions différentes. Quels que soient les modèles, les principes de fonctionnement de ces dispositifs reposent sur un ensemble de caméras fixées sur des montures de lunettes, avec au moins une caméra filmant la scène depuis le point de vue de l’utilisateur, tandis qu’au moins une autre est braquée sur son œil. Lorsqu’une seule caméra est utilisée pour suivre le déplacement de l’œil, un système de points lumineux projetés sur un point fixe de la cornée permet de mesurer la distance entre ce point (ou groupe de points) et la position de la pupille, ce qui permet de déduire la direction du regard, tandis que d’autres systèmes font appel à deux caméras par œil. Dans tous les cas, des logiciels combinant les données des deux types de caméras permettent de reconstituer et de visualiser le déplacement du regard dans le champ de vision capté par la caméra filmant la scène, et de fournir des informations quantitatives sur les mouvements de l’œil (fig. 2, voir document 1 pour la vidéo).

Fig. 2. Dispositif eye-tracking porté par Zebe Bienvenue, village eton de Emana (Cameroun), avec caméra GoPro en surplomb.

Fig. 2. Dispositif eye-tracking porté par Zebe Bienvenue, village eton de Emana (Cameroun), avec caméra GoPro en surplomb.

Photo Fabrice Marandola, 12.12.2015.

19

Document 1. Célestin Ovanga, xylophoniste Eton, joue une montée en tierces tout en étant équipé d’un système de eye-tracking, enregistré le 12.12.2015 au village de Emana (Cameroun).

La deuxième partie de l’enregistrement montre la même séquence mais à 30 % de la vitesse réelle : on voit bien les fixations successives du regard et l’anticipation du geste instrumental. 

Crédits : Image Fabrice Marandola, 2016.
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

20Les défis principaux tiennent à la possibilité de capter au mieux le déplacement du regard à l’aide d’un dispositif qui permette une pleine liberté de mouvement sans toutefois entraver le champ de vision, au processus de calibration qui peut être long et complexe, et à l’adaptabilité du système à des profils de visages fort différents (largeur du nez par exemple). Le modèle utilisé sur le terrain au Cameroun, comme en laboratoire au Canada, était un Mobile Eye-XG de ASL, fonctionnant à une fréquence de 60Hz.

21Les résultats préliminaires montrent que les musiciens aguerris, quelle que soit leur culture, adoptent des stratégies similaires d’anticipation du regard par rapport aux notes qu’ils doivent jouer, c’est-à-dire que leur regard fonctionne par fixations successives des lames à frapper (sans toutes les fixer, allant souvent de deux en deux), et précède l’exécution du mouvement de la main – le regard étant en avance sur le geste d’une ou plusieurs notes, et presque toujours de manière systématique. Par ailleurs, ce type de dispositif permet de recueillir des renseignements sur les modes de communication visuelle mis en œuvre par les instrumentistes, entre eux (avec les autres musiciens) et avec leur environnement (avec les danseurs et spectateurs) : les données recueillies au Cameroun dans les ensembles de xylophones eton montrent ainsi que les musiciens passent une partie importante de leur temps de jeu à regarder leurs partenaires (ou les parties qu’ils exécutent sur leurs instruments, tambours ou xylophones), ces moments étant le plus souvent liés à des changements en cours – ou anticipés – dans la structure musicale.

Terrain et expérimentation

Du laboratoire au terrain

  • 9 Cette étude se focalise principalement sur la famille des luths à manche long. Deux luths à manche (...)

22Les séances de captation en situation de laboratoire à l’Université de Technologie de Compiègne ont servi de terme de référence pour l’analyse comparative avec les données collectées sur le terrain (au Gabon pour les harpes, en Iran pour les luths à manche long9, au Cameroun et en France pour les percussions). Le système de captation du mouvement utilisé en laboratoire est extrêmement coûteux et complexe à transférer sur le terrain, ce qui nous a conduit à élaborer différents protocoles d’enregistrement utilisant un système de petites caméras portatives de type GoPro (Hero4 Black). Les principales raisons nous ayant conduits à l’utilisation de ces caméras tiennent à la qualité de leur image, à leur possibilité de filmer jusqu’à 240 images par seconde – permettant d’obtenir un ralentissement des mouvements avec une précision très fine –, et à leur maniabilité caractérisée par leur légèreté, compacité et résistance à la poussière et à l’humidité, couplée à différentes possibilités de fixation sur les instruments.

Protocole avec deux caméras

  • 10 Un luth à manche court mais dont le jeu de la main gauche se développe sur une grande partie de la (...)
  • 11 Les enquêtes ont été menées en collaboration avec l’Université de Téhéran grâce au Professeur Azin (...)

23Pour le luth, les enregistrements sur le terrain ont été réalisés en novembre et décembre 2015. Le corpus comprend à la fois la musique régionale (mousighi-e navâhi) mais aussi la tradition de musique d’art savante (mousighi-e sonnati-e irâni), qui coexistent et dans lesquelles les luths à manche long ont une place importante. Les enregistrements de la musique régionale en Iran concernent la province du Khorâssân (tradition du Nord) et celle du Golestan (tradition turkmène) pour le dotâr et aussi la diaspora des musiciens afghans du Khorâssân pour le rubâb10. Le corpus comprend également des enregistrements de musiciens étudiants de l’Ecole de musique de la faculté des Beaux-Arts de l’Université de Téhéran jouant différents luths à manche long : târ, setâr, shurangiz et tanbur ainsi que rubâb et oud (luths à manche court)11.

24Dans un premier temps, il a fallu définir un protocole commun pour la collecte des données vidéo en deux dimensions (2D) valable pour tous les types de luths étudiés sur le terrain. Nous avons choisi pour chaque musicien de réaliser un enregistrement vidéo en haute définition (HD) de chaque main séparément. Nous avons fixé une caméra GoPro sur chaque extrémité de l’instrument (sur le bas de la caisse pour la main droite, et sur le manche pour la main gauche) afin de pouvoir visualiser de manière précise la main droite réalisant le rythme et la main gauche jouant la mélodie. Nous avons également enregistré avec une autre caméra la performance globale de chaque musicien.

Protocole avec trois caméras

  • 12 Les enquêtes au Cameroun ont été rendues possible grâce au soutien de l’Institut de Recherche et de (...)

25Les tambours et xylophones12 ont fait l’objet de captations avec trois caméras permettant de couvrir autant de plans complémentaires : frontal, transversal et sagittal (c’est-à-dire des vues de face, de côté et de dessus), de manière à couvrir au mieux tous les angles possibles d’observation. Un enregistrement vidéo conventionnel couplé à un enregistrement audio stéréo visait à documenter systématiquement chacune des prises réalisées selon ce dispositif statique, qui était rendu possible par l’absence de déplacement des instruments eux-mêmes, contrairement aux luths décrits ci-dessus. On a ainsi étudié au Cameroun, en novembre et décembre 2015, des ensembles de xylophones sur caisse à résonateurs multiples chez les Eton et les Tikar, ainsi que des xylophones sur troncs de bananiers et des tambours sur pied chez les Tikar et les Bedzan. Dans le cas des xylophones, le protocole était répété pour chacun des musiciens, au cours de plusieurs prises successives de la même pièce. Des captations ont également été réalisées sur des harpes-cithares chez les Tikar et les Bedzan : le procédé consistait alors à installer sur le manche même de l’instrument une des trois caméras de manière à obtenir une vue simultanée, détaillée et distincte du jeu de chacune des mains, en plus des prises de vue transversale et frontale. Il est à noter que les enregistrements ont tous eu lieu dans les villages camerounais, dans l’environnement habituel de jeu.

Fig. 3. Protocoles de captation sur le terrain pour :

Fig. 3. Protocoles de captation sur le terrain pour :

a) 2 GoPro pour le luth ;
b) 3 GoPro pour les xylophones (musiciens : Aboubakar et Charles-André Nanga) ;
c) 5 GoPro pour la harpe (musicien : Pierre Ondong Ndo) ;
d) 12 caméras infrarouge pour les percussions (musicien : Antoine Brocherioux).

Protocole avec cinq caméras

  • 13 Les séances d’enregistrement ont été menées en collaboration avec les harpistes gabonais à l’Univer (...)

26La collecte des données au Gabon a été réalisée en février et en mai 2016 avec plusieurs musiciens13 (experts et apprentis) de trois populations (Tsogho, Massango, Fang). En collaboration avec l’équipe de biomécaniciens, nous avons conçu un premier dispositif portatif de captation du mouvement en 2D avec cinq caméras GoPro synchronisées permettant d’obtenir cinq points de vue de la performance du musicien (face, profils droit et gauche, ¾ avant droit et ¾ avant gauche), couplées à un enregistrement audio stéréo. Ce dispositif tout à fait nouveau a nécessité de modifier le protocole réalisé habituellement avec les musiciens au Gabon : les séances d’enregistrement ont dû être réalisées à l’Université Omar Bongo afin de pouvoir disposer d’une salle permettant d’installer les cinq caméras sur trépied, des tissus noirs autour de la scène permettant de mieux visualiser les gestes du musicien portant lui-même un débardeur noir et des gommettes de couleur sur les bras et les mains pour aider à l’analyse a posteriori. Avant chaque séance, il a fallu calibrer les cinq caméras en plaçant un objet de calibration comportant une dizaine de marqueurs à l’endroit où était ensuite placé le musicien. L’utilisation de cinq caméras a pour but de réaliser a posteriori une possible reconstitution 3D des captations du mouvement en 2D (travail en cours) et de vérifier si le protocole peut être amélioré pour de prochains terrains.

27Un autre protocole a également été testé en attachant une caméra en haut du manche afin de pouvoir mieux visualiser le pincement des cordes par les doigts des mains. Ce dernier test a présenté des difficultés au niveau de l’attache de la caméra qui nécessite un bras extensible assez long pour pouvoir visualiser l’ensemble des doigts qui, selon les musiciens, sont plus ou moins espacés au niveau du plan vertical des cordes.

Protocole avec douze caméras infrarouge en situation de concert

  • 14 Outre Frédéric Marin, l’équipe comprenait Khalil Ben Masour, Kevin Lepetit et Lise Ochej. Le dispos (...)
  • 15 Heng Chen, Tsuyuno ; Philippe Hurel, Loops II ; Iannis Xenakis, Rebonds A ; Elliot Carter, Canaries(...)

28Une seule expérience de transfert du protocole de laboratoire sur le terrain – dans le contexte de la musique contemporaine occidentale, une salle de spectacle – a pu être réalisée avec succès : il s’agissait d’une séance de captation réalisée en situation de concert avec les étudiants du Pôle Supérieur de Paris Boulogne Billancourt, le 14 mai 2016. La captation a été réalisée avec douze caméras infrarouge, installées et calibrées quatre heures avant le concert par l’équipe de l’UTC dirigée par Frédéric Marin14. Les œuvres interprétées étaient toutes issues du répertoire soliste de la percussion contemporaine15, dont certaines avaient été préalablement enregistrées en laboratoire par les mêmes interprètes, trois étudiants en fin de Licence. Pour compléter la comparaison entre laboratoire et situation de concert, des extraits de partitions d’orchestre (communément appelés « traits d’orchestre ») enregistrés eux aussi en laboratoire ont été joués par chacun des musiciens lors du concert.

29Cette expérience de captation en concert visait à valider la possibilité de réaliser de telles mesures sans que le dispositif technique ne perturbe le déroulement habituel du concert, ce qui a été réussi. Les différents modes de représentation de la captation en temps réel étaient projetés sur un écran au-dessus de la scène, procurant au public une vision augmentée de la performance musicale. Les musiciens, familiarisés avec le port des marqueurs lors des captations en studio, n’ont pas signalé de différence notable, ni d’effet inhibiteur particulier du fait du port des marqueurs en concert. Il est à noter que des aménagements quant au positionnement des marqueurs avaient été réalisés après la séance en laboratoire pour éliminer des placements qui auraient pu réduire la pleine liberté de mouvement des interprètes. Les premiers résultats des comparaisons entre les données recueillies en laboratoire et celles recueillies lors du concert confirment la différenciation des musiciens en fonction de leurs signatures gestuelles, quelles que soient les conditions de jeu. On note cependant quelques différences, notamment dans le jeu de la caisse claire, où la posture globale est légèrement différente (poignets légèrement plus éloignés du rebord de l’instrument).

30Si les données recueillies lors de ce travail comparatif constituent une collection unique à ce jour (3 musiciens différents, plusieurs œuvres ou extraits d’œuvres captés en laboratoire et en concert), soulignons que la possibilité de réaliser une captation de qualité en concert reste une opération complexe, et que le traitement de ces données requiert un travail colossal de préparation avant de procéder aux analyses elles-mêmes.

De la captation à l’expérimentation

  • 16 Voir à ce sujet Arom et Fernando (2002) et Fernando (2004).

31Les nouvelles techniques de captation du mouvement ne représentent pas seulement une nouvelle étape dans l’évolution des outils technologiques à la disposition de notre discipline. En renouvelant notre regard sur la relation entre geste et pratique musicale, elles nous encouragent à mettre en œuvre des méthodes expérimentales qui aident à mieux distinguer le rôle de chacun des paramètres participant à la mise en œuvre de l’interprétation musicale, et à tester de nouvelles hypothèses. Le recours aux méthodes expérimentales donne aux ethnomusicologues la capacité de travailler sur des aspects difficiles à mettre au jour avec les méthodes d’enquête et d’observation habituelles, notamment en interrogeant directement les savoir-faire sans passer par la verbalisation16. Les enregistrements en re-recording développés par Arom dans les années 1970 (Arom 1976) ont ainsi pavé la voie aux travaux sur les échelles musicales mettant en œuvre l’utilisation de sons de synthèse et de synthétiseurs adaptés au jeu du xylophone et du gamelan (Arom et Voisin 1998, Analyse musicale 23, 1991), à la combinaison de techniques d’enregistrement multipistes numériques et d’analyse-synthèse du son par ordinateur (Marandola 1999, 2004, 2014), ainsi qu’à la création d’instruments numériques imitant les instruments traditionnels dans le cas des flûtes Ouldémé (Cuadra et al. 2002).

32Pour l’étude du geste instrumental, nous avons eu recours à trois types d’approche expérimentale.

  1. Nous avons enregistré des éléments musicaux isolés de leur contexte de jeu habituel (par exemple des techniques de variation rythmique de la main droite au luth, des gammes conjointes ou en intervalles de tierce au xylophone, des techniques de base de pincement des cordes à la harpe) afin de mieux appréhender les gestes fondamentaux qui entrent dans la production musicale. Ces gestes ou séquences de gestes correspondent à la segmentation que les interprètes font de leur propre pratique instrumentale.
    Pour l’étude des luths, chaque séquence comprenait ainsi plusieurs répétitions de la même technique de jeu isolée, enchaînées à un court extrait musical qui intègre cette technique dans des conditions habituelles de jeu. Ces enregistrements font suite aux travaux préliminaires sur le dotâr iranien et centrasiatique (Vahabzadeh 2012 et 2014), mais cette fois-ci en élargissant le corpus à d’autres luths de la région.

  2. Nous avons demandé aux interprètes de varier la vitesse d’interprétation d’un même extrait musical, de manière à vérifier par exemple l’influence du niveau d’expertise sur la performance musicale. Ces variations de vitesse ont été mises en œuvre essentiellement pour les instruments à percussion, et principalement auprès des musiciens occidentaux afin d’observer l’effet de l’expertise à la fois sur la précision de la réalisation du geste instrumental et, dans le jeu du xylophone, sur un lien possible avec l’anticipation par le regard. Une corrélation forte a été notée, d’une part entre le niveau d’expertise et le maintien du contrôle du geste à des vitesses élevées, et d’autre part entre la perte de contrôle de l’anticipation du regard (due à la vitesse d’exécution) et l’apparition d’erreurs dans le jeu.

  3. Nous avons testé différentes combinaisons de paramètres entrant dans le jeu instrumental pour mieux comprendre quel était leur rôle respectif. Ces tests consistaient à jouer sur la présence ou l’absence de l’instrument, combinée à la présence ou à l’absence de retour sonore. Ce troisième type d’expérimentation, que nous avons qualifié de « air playing », a été réalisé pour chaque type d’instrument (luth, harpe et percussions) afin d’interroger l’incidence de l’instrument dans la gestuelle du musicien. Le protocole expérimental que nous avons élaboré permet de mettre au jour les relations entre l’anatomie du corps du musicien, l’organologie de l’instrument, l’ergonomie et l’acoustique, qui toutes sont associées au geste instrumental.

  • 17 Pour notre expérimentation, nous préférons utiliser le terme « air playing » plutôt que celui de «  (...)

33Le protocole expérimental débute avec l’enregistrement de pièces sélectionnées au préalable avec le musicien. Vers la fin de la session d’enregistrement, on demande à l’interprète de choisir une des pièces préalablement enregistrées, qu’il maîtrise sans aucune difficulté. Le protocole consiste ensuite à lui demander de rejouer la pièce, sans instrument mais en disposant simultanément d’un retour sonore, au moyen d’écouteurs, de la version de la pièce qu’il vient d’enregistrer. Cette expérimentation peut être désignée par le terme de « air playing » dans le sens où le musicien reproduit dans l’air son jeu sans aucun contact physique avec l’instrument17. L’étape suivante consiste à rejouer la même pièce, toujours sans instrument, et en l’absence de retour sonore.

34Les premières observations concernant l’expérimentation avec les harpistes gabonais nous confirment que le jeu instrumental se fonde sur une interaction effective entre le corps du musicien et l’instrument. La posture et le jeu instrumental des musiciens sont perturbés en raison de l’absence des trois points de contacts-clés avec l’instrument, à savoir, la poitrine où est apposée la harpe, les poignets des mains posés de chaque côté de la caisse de la harpe et les deux pouces et index pinçant les cordes. A partir de la comparaison entre le jeu avec et sans instrument, on peut observer que le jeu sans instrument repose sur une mémoire cinético-gestuelle, et que l’absence des points de contact avec l’instrument se traduit notamment par un positionnement plus espacé des mains l’une de l’autre et le corps plus figé (voir documents 2 et 3). Quant aux trajectoires des doigts, elles semblent compenser l’absence des points de contact avec l’instrument par des mouvements plus amples et plus marqués.

35

Document 2. Le harpiste gabonais Yannick Essono Ndong enregistré sur la plateforme de captation du laboratoire de BioMécanique et BioIngénierie à l'Université de Technologie de Compiègne le 5 novembre 2015.

La vidéo présente simultanément la visualisation du musicien en 2D (à droite) et en 3D (à gauche) jouant la même pièce « nganga ». 

Crédits : Image Marie-France Mifune, 2016.
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

36

Document 3. Cette seconde vidéo présente simultanément la visualisation du musicien en 3D jouant la même pièce « nganga » avec la harpe (à gauche) et sans instrument (à droite).
Crédits : Image Marie-France Mifune, 2016.
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Fig. 4. Comparaison de la trajectoire du pouce et de l’index de chaque main d’une même pièce jouée avec la harpe (à gauche) et sans la harpe avec retour sonore (à droite).

Fig. 4. Comparaison de la trajectoire du pouce et de l’index de chaque main d’une même pièce jouée avec la harpe (à gauche) et sans la harpe avec retour sonore (à droite).

Image Marie-France Mifune, 2016.

  • 18 La largeur des lames du marimba est similaire à celle des xylophones à résonateurs multiples qui ét (...)

37Les expérimentations réalisées avec les percussionnistes en laboratoire, en France et au Canada, ont porté sur le jeu du marimba18 et des expérimentations avec et sans instrument, et, dans ce deuxième cas de figure, avec et sans baguettes. A l’instar de la harpe gabonaise, l’absence d’instrument perturbe le positionnement dans l’espace, mais à l’inverse des harpistes gabonais, les gestes sont légèrement plus réduits dans la version sans instrument. La hauteur des mains par rapport au reste du corps est également variable, puisqu’elle ne dépend alors plus des contraintes physiques imposées par la présence de l’instrument, et les instrumentistes tendent à aller vers la position la plus confortable possible. On constate également de plus grandes différences dans la réalisation du geste lorsque les musiciens jouent à la fois sans instrument et sans tenir de baguettes dans les mains : la distance entre les mains est beaucoup plus réduite, tandis que les schèmes de déplacement montrent, d’une part, une moins grande variabilité due aux déplacements latéraux et, d’autre part, une augmentation de la trajectoire des poignets, comme si l’instrumentiste cherchait à compenser l’absence de baguettes par des mouvements plus marqués. De fait, on se rapproche de la mise en œuvre de ce qui semble être la référence mentale du geste instrumental de l’instrumentiste, un modèle qui retient l’essentiel des éléments relatifs aux déplacements dans l’espace, mais qui fait abstraction des contraintes physiques réelles de la facture de l’instrument.

38Pour les travaux sur la famille des luths, le protocole expérimental a été prolongé selon les configurations suivantes :

  • les cordes de l’instrument ont été recouvertes (enregistrement du jeu avec et sans retour sonore avec des écouteurs), afin de conserver la présence physique de l’instrument, mais sans que celui-ci ne puisse produire de son [enregistrement du jeu avec (fig. 5b) et sans retour sonore (fig. 5c)],

  • l’instrument a été remplacé par une référence physique non-acoustique (comme une barre métallique ou un bâton de golf), afin de conserver certains repères dans l’espace (enregistrement du jeu avec et sans retour sonore),

  • « air playing », en absence totale d’instrument donc [enregistrement du jeu avec (fig. 5d) et sans retour sonore (fig. 5d), voir document 4].

Fig. 5. Les expérimentations avec la famille des luths : Khorshid Dadbeh enregistrée à l’Université de Téhéran.

Fig. 5. Les expérimentations avec la famille des luths : Khorshid Dadbeh enregistrée à l’Université de Téhéran.

Image Farrokh Vahabzadeh, 29.11.2015.

39

Document 4. La musicienne iranienne Targol Khalighi au La vidéo présente les différentes expérimentations avec la famille des luths. iranien, enregistrée à Téhéran en novembre 2015.

La vidéo présente les différentes expérimentations avec la famille des luths.

Crédits : Image Farrokh Vahabzadeh, 2016.
: Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

  • 19 Ces mesures ont été réalisées à l’aide du logiciel Kinovea (Kinovea 0.8.15, www.kinovea.org).

40La figure suivante montre la comparaison des différentes séquences de jeu d’une joueuse iranienne de oud dans l’interprétation d’une pièce sans instrument, avec pour chaque séquence le retour sonore par des écouteurs (à droite) et sans le retour sonore (à gauche). Dans la première séquence a), nous pouvons constater que les mesures des angles19 des différentes parties du corps sont similaires pour les deux expérimentations. La dernière séquence d) montre la fin de trajectoire du geste final de la musicienne, identique dans les deux conditions de jeu. Les résultats préliminaires suggèrent l’existence d’une mémoire cinético-gestuelle et un niveau élevé de mémorisation du geste par le corps de l’interprète. Cela se manifeste à la fois au niveau des gestes et de la posture du corps du musicien.

Fig. 6. Comparaison des différentes séquences de jeu d’une pièce pour le oud, pour chaque séquence : sans instrument et avec le retour sonore (à droite), sans instrument et sans retour sonore (à gauche).

Fig. 6. Comparaison des différentes séquences de jeu d’une pièce pour le oud, pour chaque séquence : sans instrument et avec le retour sonore (à droite), sans instrument et sans retour sonore (à gauche).

Chaharmezrâb-e Mahour interprété par Yasamin Shah-Hosseini.

Enregistré à l’Université de Téhéran. Image Farrokh Vahabzadeh, 28.11.2015.

  • 20 Voir Wanderley et al. (1999) pour la notion de retour dans le geste instrumental.

41Concernant la main gauche, qui s’occupe plutôt du jeu mélodique, nous constatons l’utilisation moins systématique du vibrato dans le jeu sans instrument. Cela peut être lié à l’absence des retours tactilo-kinesthésique et acoustique20. Le jeu mélodique des doigts de la main semble également être perturbé dans le jeu sans instrument, et il nous est apparu que, dans le jeu sans instrument, les musiciens sont plus concentrés sur le jeu de la main droite que de la main gauche.

42La figure 7 montre la superposition des images de quelques instants synchronisés, issus de deux enregistrements du jeu du târ iranien : avec l’instrument couvert avec retour sonore (à droite) et en version normale (à gauche). Nous constatons dans cette expérimentation moins de mouvements du corps et de l’instrument par rapport au jeu normal. Le fait de couvrir l’instrument semble avoir également un impact sur les gestes ancillaires (le mouvement de la tête de l’interprète ainsi que le mouvement du manche de l’instrument). Il est possible que ces changements soient le résultat du manque de retour/contact tactilo-kinesthésique car c’est la seule différence entre les deux expérimentations.

Fig. 7. Superposition des images de quelques instants synchronisés issus de deux enregistrements du jeu du târ iranien : avec l’instrument couvert avec retour sonore (à droite) et la version normale (à gauche).

Fig. 7. Superposition des images de quelques instants synchronisés issus de deux enregistrements du jeu du târ iranien : avec l’instrument couvert avec retour sonore (à droite) et la version normale (à gauche).

Pishdarâmad-e Dashti interprété par Ashkan Shahriari. Enregistrée à l’Université de Téhéran.

Image Farrokh Vahabzadeh, 28.11.2015.

Bilan et perspectives

43Tout geste exprime diverses significations d’ordre fonctionnel, esthétique, interactionnel et socioculturel. En effet, l’analyse du geste musical nous révèle les manières dont le musicien produit de la musique avec son instrument d’un point de vue tant cognitif que sensoriel, comment il interagit avec les autres musiciens, le type d’émotion qu’il souhaite partager avec les musiciens et auditeurs et comment ses gestes sont des marqueurs stylistiques et socioculturels d’une pratique à la fois collective et individuelle. C’est donc par l’étude du geste que nous pouvons accéder à ces différentes significations. Comment y parvenir ?

44En réalisant une étude comparative inter-instruments et interculturelle du geste musical, il est possible d’accéder à une meilleure compréhension du rôle et des relations de ces différentes dimensions dans la performance musicale et de comprendre les spécificités qui prévalent entre types d’instruments et pratiques socioculturelles.

45Puisque les pratiques instrumentales sont des pratiques culturelles, souvent peu verbalisées par les musiciens et intégrées selon un long processus d’apprentissage faisant largement appel à l’imitation, accéder aux savoir-faire ne peut se faire qu’en étudiant la pratique elle-même. Quel est donc l’apport des nouvelles technologies pour l’étude du geste en ethnomusicologie ?

Les techniques de captation du mouvement

46Les nouvelles technologies de captation 3D permettent d’accéder aux dimensions du geste impossibles à étudier à l’œil nu et d’offrir de nouveaux outils pertinents pour une analyse quantitative et qualitative du geste qui soit la plus objective possible. Cette analyse permet de décrire et de caractériser une pratique qui doit être ensuite validée auprès des musiciens spécialistes, car le but final de l’ethnomusicologue est bien de comprendre ce qui fait sens pour le musicien et dans sa culture.

47La collecte des données 3D présente l’avantage de pouvoir sélectionner les éléments les plus pertinents selon les contextes de recherche (par exemple, les trajectoires de chacune des phalanges de la main droite dans l’étude du jeu des instruments à cordes pincées), et il convient de souligner que les informations obtenues permettent de parvenir à un degré de précision extrêmement élevé. Les données 3D donnent également accès à l’observation d’un même mouvement se développant dans l’espace sous tous les angles possibles, ce qui n’est pas le cas en 2D. Malgré cela, il est possible avec les données 2D enregistrées avec les GoPro de quantifier différents types de mesures (trajectoires des segments corporels, variations angulaires de différentes articulations du corps et de l’instrument, vitesse des trajectoires de mouvements), à condition de prendre soin d’incorporer dans le protocole de captation des repères de distance qui permettent de calibrer ces mesures. L’utilisation de logiciels, comme Kinovea, permettent ces analyses mais sont nettement moins efficaces que les logiciels d’analyse tridimensionnelle du mouvement, car beaucoup plus coûteux en temps et moins précis.

48Les données 2D restent toutefois pertinentes car elles donnent accès à la visualisation d’éléments du corps du musicien dont la représentation 3D ne peut rendre compte : les deux types de données sont donc complémentaires pour l’analyse, l’une (2D) comprenant l’image complète du musicien, de son instrument et de son environnement, l’autre (3D) proposant une représentation schématique du corps du musicien et des objets étudiés (fig. 8).

Fig. 8. Comparaison des mouvements de la main droite des musiciens durant un cycle complet de la même pièce, mesurés à l’extrémité de la baguette avec le logiciel Kinovea, à partir d’enregistrements vidéos réalisés à l’aide d’une caméra GoPro à 240 images/seconde.

Fig. 8. Comparaison des mouvements de la main droite des musiciens durant un cycle complet de la même pièce, mesurés à l’extrémité de la baguette avec le logiciel Kinovea, à partir d’enregistrements vidéos réalisés à l’aide d’une caméra GoPro à 240 images/seconde.

Mgbe Moussa (à gauche) et Nestor Mvoutikoin (à droite), village tikar de Beng-Beng (Cameroun).

Image Fabrice Marandola, 7.12.2015.

49Avec l’utilisation des technologies de captation du mouvement dont les systèmes sont pour le moment utilisés principalement en laboratoire, l’enjeu pour l’ethnomusicologue est alors de pouvoir transférer ces méthodes sur le terrain. Des systèmes portatifs sont en train d’être développés dans différents domaines (sport, jeu, création) mais ne sont pas optimisés pour l’ethnomusicologie. Les différents protocoles que nous avons développés avec les caméras GoPro montrent, selon les types d’instruments, diverses possibilités d’analyse.

50Du point de vue des difficultés techniques pour le protocole de captation 3D, le problème majeur tient au maintien de la visibilité des marqueurs positionnés sur les mains par les caméras infrarouges disposées autour du musicien. Dans le cas du jeu du luth, certains procédés de mise en vibration des cordes impliquant les doigts (pour le dotâr) ou l’ongle (ou onglet pour le setâr) empêchent la captation systématique des marqueurs : le suivi des marqueurs par les caméras n’est pas toujours possible lorsque les doigts sont soit positionnés face au sol, soit cachés par les autres doigts ou par la caisse de résonance de l’instrument. Pour le protocole avec les caméras GoPro, l’installation de la caméra sur le manche (harpe, harpe-cithare et luth) déséquilibre le poids initial de l’instrument et peut perturber dans certains cas le jeu du musicien, biaisant ainsi l’analyse.

51La collaboration entre ethnomusicologues et biomécaniciens est essentielle si l’on souhaite développer des systèmes de captation 2D et 3D pour le terrain, de manière à concevoir des outils de collecte et d’analyse pertinents pour l’ethnomusicologie. L’évolution dans le domaine des capteurs de mouvements, et en particulier des centrales inertielles (IMU) est très prometteuse puisqu’elle devrait permettre de collecter le même type de données sans avoir recours à un système de caméras entourant le sujet, tout en proposant une grande diversité de modes d’utilisation.

L’expérimentation

52Que nous apporte l’expérimentation dans l’analyse ? Le recours aux méthodes expérimentales est un moyen privilégié pour étudier les savoir-faire. Les différentes expérimentations que nous avons présentées (isolation des techniques de jeu, mesure de l’influence de la vitesse de jeu, « air playing ») aident à mieux comprendre et à définir le rôle de chacun des paramètres constitutifs du jeu instrumental. En effet, l’expérimentation du « air playing » pour les trois types d’instruments provenant de trois cultures différentes nous a permis d’observer une forte mémoire cinético-gestuelle, l’influence du retour tactilo-kinesthésique et acoustique de l’instrument dans la gestuelle du musicien, ainsi que celle du retour sonore sur l’action du musicien : lorsque ce retour sonore est absent, le musicien éprouve le plus souvent le besoin de le produire lui-même, en le fredonnant ou en se le remémorant.

53Les expérimentations nous permettent, d’une part, d’étudier la pratique instrumentale selon différents critères d’analyse en isolant certains paramètres de jeu pour en comprendre les liens mutuels, et, d’autre part, d’impliquer les musiciens dans l’étude, ce qui permet de provoquer une certaine verbalisation sur leurs propres pratiques, de même que des échanges fondés sur les savoir-faire qui n’auraient pu exister autrement.

54L’expérimentation ne peut négliger la prise en compte du contexte culturel. Par exemple, dans le cadre des expérimentations mesurant l’impact de l’absence de retours tactiles et acoustiques dans le jeu instrumental, la musicienne iranienne Targol Khalighi a perçu son instrument de musique, enveloppé dans un tissu blanc, comme « mort ». En effet, le luth enfilé dans un tissu blanc lui rappelait l’usage du drap mortuaire dans lequel le corps du défunt est enveloppé avant d’être enterré. Ainsi, l’aspect symbolique fort qui se dégageait de cette situation a donné à l’expérimentation un autre sens que celui qui avait été prévu au départ.

55C’est bien l’expérimentation sur le terrain qui permet de valider ce qui est pertinent ou non dans l’analyse, par la validation par les musiciens eux-mêmes. Ce n’est pas le contexte « laboratoire » ou « terrain » qui doit être examiné ; mais c’est bien la validation et le jugement culturel du musicien sur le sens de l’expérimentation et de ses résultats, quel que soit l’environnement, qui garantissent la valeur de l’expérimentation. L’une des difficultés méthodologiques tient alors à la nécessité d’élaborer un protocole commun pour pouvoir faire des comparaisons inter-instruments et interculturelles tout en prenant en compte les spécificités des pratiques instrumentales et du contexte d’enregistrement dans le protocole de collecte et d’expérimentation.

Nouvelles perspectives

56Ce n’est qu’à partir de collaborations pluridisciplinaires que les ethnomusicologues pourront prendre conscience des potentialités des outils de recherche utilisés en biomécanique et d’établir une méthode et un vocabulaire sur lesquels les chercheurs pourront s’appuyer. Cela nécessite un apprentissage des savoir-faire (captation et analyse quantitative) et des outils numériques de la part des chercheurs pour une réelle intégration dans le domaine de l’ethnomusicologie, notamment dans la formation des étudiants. Le travail collaboratif entre disciplines est nécessaire. L’enregistrement simultané du geste et de la production sonore du musicien est fondamentale pour l’ethnomusicologue et nécessite une réelle adaptation des outils de captation du mouvement utilisés en biomécanique pour synchroniser mouvement et son, afin de pouvoir analyser le geste instrumental de manière pertinente. L’ethnomusicologue doit également prendre en compte la notion de validité culturelle pour l’étude du geste musical, élément qui n’est pas toujours présent dans les approches expérimentales en biomécanique ou en sciences cognitives. Cette prise en compte de la validation culturelle passe d’abord dans le choix des séquences musicales, lesquelles sont sélectionnées avec les musiciens afin qu’elles aient un sens pour eux. Les expérimentations permettent de discuter avec les musiciens de ce qui est culturellement pertinent, au niveau de l’expérimentation elle-même, des paramètres constitutifs du jeu instrumental et des représentations associées à la performance musicale. Il est enfin essentiel de pouvoir déterminer les critères qui permettent de juger de la qualité d’un geste producteur de son : ce n’est pas parce que l’on joue plus vite ou plus fort que le geste est de meilleure qualité. Il est donc primordial de pouvoir accéder aux références culturelles qui sous-tendent l’exécution du geste si l’on souhaite en réaliser une analyse pertinente. En ce sens, les protocoles d’analyse habituellement mis en œuvre en biomécanique doivent être ajustés à la réalité culturelle.

57L’étude du geste instrumental nous entraîne également vers un dépassement des frontières traditionnelles qui prévalent entre musiques de l’écriture et de l’oralité, puisque les protocoles de recherche mis en œuvre avec les musiciens sont, dans leurs principes, exactement les mêmes pour les deux traditions. Le point central est en effet celui de l’étude d’une interprétation réalisée au moment de son exécution, problématique essentielle de l’ethnomusicologie, des musiques de tradition orale et des performance studies pour le domaine des musiques occidentales savantes.

58L’ approche comparative et pluridisciplinaire permet de renouveler les méthodes d’analyse du geste ainsi que leurs modes de représentation. Ceci offre de nouvelles perspectives notamment pour la sauvegarde des patrimoines immatériels. Les données 3D des pratiques sur le terrain enrichiront les archives audiovisuelles et les bases de données numériques diffusées notamment dans les musées d’instruments de musique et les plateformes multimédia.

59Ces nouvelles méthodes de représentation fournissent également de nouveaux outils à visée pédagogique : les étudiants ayant participé aux études sur le geste, tant en Iran qu’en France ou au Canada, ont tous reconnu une attention différente portée à leur propre gestuelle, et ont fait état d’une plus grande sensibilité aux différents aspects qui entrent dans la préparation et l’exécution du geste musical au sein de leur propre pratique. Certains ont également mentionné l’apport bénéfique de cette étude dans leur enseignement pédagogique, actuel et futur.

Haut de page

Bibliographie

AROM Simha, 1976, « The Use of Play-Back Techniques in the Study of Oral Polyphonies », Ethnomusicology 20/3 : 483-519.

AROM Simha et Nathalie FERNANDO, 2002, « L’ethnomusicologie est-elle condamnée à rester une science molle ? », Observation, analyse, modèle : peut-on parler d’art avec les outils de la science ? Les cahiers de l’Ircam. Paris : l’Harmattan : 427-450.

AROM Simha et Frédéric VOISIN, 1998, « Theory and Technology in African Music », in R. Stone, dir. : The Garland Encyclopedia of World Music 2 : Africa. New York : Garland : 254-270.

BAILY John, 2001, « L’interaction homme-instrument. Vers une conceptualisation », Cahiers d’ethnomusicologie 14 :  125-41.

BENNING M. S., A. KAPUR, B. TILL, G. TZANETAKIS et P. DRIESSEN, 2007, « A Comparative Study on Wearable Sensors for Signal Processing on the North Indian Tabla », 2007 I Pacific Rim Conference on Communications, Computers and Signal Processing : 621-624.

BONINI BARALDI Filippo, 2010, L’émotion en partage approche anthropologique d’une musique tsigane de Roumanie. Thèse de doctorat, Université Paris Nanterre.

BONINI BARALDI Filippo, Emmanuel BIGAND et Thierry POZZO, 2015, « Measuring Aksak Rhythm and Synchronization in Transylvanian Village Music by Using Motion Capture », Empirical Musicology Review 10/4 : 265-291.

CADOZ Claude, 1988, « Instrumental gesture and musical composition », in Proceedings of the 1998 International Computer Music Conference. The Hague (NL) : 60-73.

CADOZ Claude, 1999, « Musique, geste, technologie », in H. Genevois et R. de Vivo, dir. : Les nouveaux gestes de la musique. Marseille : Editions Parenthèses : 47-92.

CADOZ Claude et M. Marcelo WANDERLEY, 2000, « Gesture-Music », in M. M. Wanderley and M. Battier, dir. : Trends in Gestural Control of Music [CD-ROM]. Paris : IRCAM : 71-93.

CHADEFAUX Delphine, 2012, Interaction Musicien/Instrument : le cas de la harpe de concert. Thèse de doctorat. Paris : Université Pierre et Marie Curie.

Collectif, 1991, Analyse Musicale 23, « Analyse et expérimentation – en hommage à Simha Arom et son équipe ».

Collectif, 2001, Cahiers de musiques traditionnelles 14, « Le geste musical ».

COSSETTE I., P. MONACO, A. ALIVERTI et P.T. MACKLEM, 2008, « Chest wall dynamics and muscle recruitment during professional flute playing », Respiratory Physiology & Neurobiology 160 :  187-195.

CUADRA P. de la, C. VERGEZ et R. CAUSSÉ, 2002, « Use of physical-model synthesis for developing experimental techniques in ethnomusicology. The case of the Ouldeme flute », International Computer Music Conference. Gotheborg : 53-56.

CUYKENDALL S., M. JUNOKAS, M. AMANZADEH, D.K. TCHENG, Y. WANG, T. SCHIPHORST, G. GARNETT et P. PASQUIER, 2015, « Hearing movement : how taiko can inform automatic recognition of expressive movement qualities », Proceedings of the 2nd International Workshop on Movement and Computing :  140-147.

DAHL S., 2004, « Playing the Accent – Comparing Striking Velocity and Timing in an Ostinato Rhythm Performed by Four Drummers », Acta Acustica United with Acustica 90 : 762-776.

DALLA BELLA S. et C. PALMER, 2011, « Rate Effects on Timing, Key Velocity, and Finger Kinematics in Piano Performance », PLoS ONE 6(6) : e20518.

DEHOUX Vincent, 1991, « Typologie et modalités de jeu des xylophones centrafricains », Analyse Musicale 23 : 36-42.

DELALANDE François, 1988, « La gestique de Glenn Gould », in Guertin G., dir. : Glenn Gould Pluriel. Montréal : Louise Courteau Editrice : 84-111.

DEMOUCRON Matthias, 2008, On the control of virtual violins : Physical modelling and control of bowed string instruments. Thèse de doctorat Paris : Université Pierre et Marie Curie (UPMC) & Stockholm : Royal Institute of Technology (KTH).

DESROCHES Monique, 2008, « Entre texte et performance » l’art de raconter », Cahiers d’ethnomusicologie 21, « Performance(s) » :  103-16.

DURING Jean, 2001, « Hand Made. Pour une anthropologie du geste musical », Cahiers de musiques traditionnelles 14, « Le geste musical » : 39-60.

FERNANDO Nathalie, 2004, « Expérimenter en ethnomusicologie », L’Homme 171-172 : 284-302.

FRADET Laetitia et Frédéric MARIN, 2016, « Classification of physical activities based on body-segments coordination », Computers in Biology and Medicine 76 :  134-142.

FRÉOUR V., R. CAUSSÉ et I. COSSETTE, 2010, « Simultaneous Measurements of Pressure, Flow and Sound during Trumpet Playing », 10ème Congrès Français d’Acoustique Musicale.

GODØY Rolf Inge, Egil HAGA et Alexander Refsum JENSENIUS, 2006, « Playing “Air Instruments” : Mimicry of Sound-Producing Gestures by Novices and Experts », Gesture in Human-Computer Interaction and Simulation 3881, Springer : 256-267.

GOEBL, W. et C. PALMER, 2008, « Tactile feedback and timing accuracy in piano performance », Experimental Brain Research 186 : 471-479.

GOEBL, W. et C. PALMER, 2009, « Synchronization of timing and motion among performing musicians », Music Perception 26 : 427-438.

HELMLINGER Aurélie, 2001, « Geste individuel, mémoire collective. Le jeu du pan dans les steelbands de Trinidad & Tobago », Cahiers de musiques traditionnelles 14, « Le geste musical » :  181-202.

HELMLINGER Aurélie, 2012, Pan Jumbie. Mémoire sociale et musicale dans les steelbands (Trinidad et Tobago). Collection « Hommes et musiques ». Nanterre : Société d’ethnologie.

JENSENIUS A.R., M.M. WANDERLEY, R.I. GODØY et M. LEMAN, 2010, « Musical gestures : concepts and methods in research », in R. I. Godøy and M. Leman, dir. : Musical gestures : Sound, Movement, and Meaning. New-York : Routledge :  12-35.

LE BOMIN Sylvie, 2001, « Raison morphologique et langage musical : musiques de xylophone en Afrique centrale », Cahiers de musiques traditionnelles 14, « Le geste musical » : 203-219.

LE BOMIN Sylvie, 2004, « Etudier une musique par ses processus d’apprentissage », Revue de Musicologie 90/2 :  179-192.

LEPETIT K., C. HANSEN, K. BEN MANSOUR et F. MARIN, 2015, « 3D location deduced by inertial measurement units : a challenging problem », Computer Methods In Biomechanics And Biomedical Engineering 18, Iss. Sup1 :  1984-1985.

MAESTRE E., P. PAPIOTIS, M. MARCHINI, Q. LLIMONA, O. MAYOR,
A. PEREZ et M.M. WANDERLEY, 2017, « Enriched Multimodal Representations of Music Performances : Online Access and Visualization », I Multimedia 24/1 : 24-34.

MARANDOLA Fabrice, 1999, « L’ apport des nouvelles technologies à l’étude des échelles musicales d’Afrique centrale », Journal des Africanistes (Parcours musical en Afrique), 69/2 :  109-119.

MARANDOLA Fabrice, 2004, « The Study of Musical Scales in Central Africa : the Use of Interactive Experimental Methods », in Udo Wiil, dir. : Computer Music Modeling and Retrieval. Coll. Lecture Notes in Computer Sciences2771. Berlin : Springer : 34-41.

MARANDOLA Fabrice, 2014, « Expressiveness In The Performance Of Bedzan Pygmies’ Vocal Polyphonies : When The Same Is Never The Same », in D. Fabian R. Timmers & E. Schubert, dir. : Expressiveness in music performance : Empirical approaches across styles and cultures. Oxford : Oxford University Press : 200-216.

MARIN F., J. ALLAIN, A. DIOP, N. M AUREL, M. SIMONDI et F. LAVASTE, 1999, « On the estimation of knee joint kinematics », Human movement science 18/5 : 613-626.

MARTINEZ Rosalia, 2001, « Autour du geste musical andin », Cahiers de musiques traditionnelles 14, « Le geste musical » :  167-180.

MIFUNE Marie-France, 2012, Performance et construction identitaire. Une approche interdisciplinaire du culte du bwiti chez les Fang du Gabon. Thèse de doctorat. Paris : EHESS.

MIFUNE Marie-France, 2014, « Corps et performance dans le culte du bwiti fang (Gabon) », in M. Desroches, S. Lacasse et S. Stévance, dir. : Quand la musique prend corps. Montréal : Presses de l’Université de Montréal : 347-364.

MOLINO Jean, 1988, « La musique et le geste : prolégomènes à une anthropologie de la musique », Analyse musicale 10 : 8-15.

MOULART M., K. BEN MANSOUR, M.F. MIFUNE, F. VAHABZADEH,
F. MARANDOLA et F. MARIN, 2016, « Expert Musician’s Sound Producing Gestures Analysis using 3D Motion Capture », 22nd Congress of the European Society of Biomechanics. Lyon, 10-13 juillet.

ROBERTSON G., J. CALDWELL, G. HAMILL, S. KAMEN et S. WHITTLESEY, 2014, Research Methods in Biomechanics, 2nd Edition. Champaign : Ed. Human Kinetics.

SCHAEFFNER André, 1936, Origine des instruments de musique. Introduction ethnologique à l’histoire de la musique instrumentale. Paris : Mouton.

VAHABZADEH Farrokh, 2010, Le dotâr et sa musique dans le Khorâssân et en Asie Centrale. Thèse de doctorat, EHESS, Paris.

VAHABZADEH Farrokh, 2012, « Etude comparative des gestes instrumentaux : Le jeu du dotâr en Iran et en Asie centrale », Musicultures 32/2. Edmonton, Alberta : Canadian Society for Traditional Music :  141-160.

VAHABZADEH Farrokh, 2014, « Se démarquer de l’autre : du geste instrumental à la corporalité musicale », in M. Desroches, S. Lacasse et S. Stévance, dir. : Quand la musique prend corps. Montréal : Presses de l’Université de Montréal : 65-78.

VAN ZILE Judy, 1988, « Examining movement in the context of the music event : a working model », Yearbook for Traditional Music 20 :  125-133.

VIGNAIS M., M. MIEZAL, G. BLESER, K. MURA, D. GORECKY & F. MARIN, 2013, « Innovative system for real-time ergonomic feedback in industrial manufacturing ». Applied ergonomics 44/4 : 566-574.

WANDERLEY Marcelo M., 1997, Les Nouveaux Gestes de la Musique – Rapport Interne. IRCAM – Groupe Analyse/Synthèse, Avril/97.

WANDERLEY Marcelo M., 1999, « Non-obvious performer gestures in instrumental music », in A. Braffort, R. Gherbi, S. Gibet, J. Richardson & D. Teil, dir. : Gesture-Based Communication in Human-Computer Interaction. International Gesture Workshop, LNAI 1739. Berlin, Heidelberg : Springer : 37-48.

WANDERLEY Marcelo M., 2002, « Quantitative Analysis of Non-obvious Performer Gestures », in I. Wachsmuth & T. Sowa, dir. : Gesture and Sign Language in Human-Computer Interaction, Lecture Notes in Computer Science 2298, Springer : 241-253.

WANDERLEY Marcello M. et P. DEPALLE, 2004, « Gestural control of sound synthesis », Proceedings of the IEEE, 92/4 : 632-644.

WANDERLEY Marcello M., P. DEPALLE et X. RODET, 1999, « Contrôle gestuel de la synthèse sonore », in H. Vinet & F. Delalande : Interfaces homme-machine et création musicale. Paris : Hermes Science Publications :  145-164.

WINOLD H., E. THELEN et D. D. ULRICH, 1994, « Coordination and Control in the Bow Arm Movements of Highly Skilled Cellists », Ecological Psychology 6/1 : 1-31.

Haut de page

Notes

2 Susanne Fürniss et François Picard (coordinateurs du projet), Fabrice Marandola, Farrokh Vahabzadeh, Sylvie Le Bomin, Marie-France Mifune et Cassandre Balosso-Bardin.

3 Voir aussi « Instrumental gestures » (Cadoz 1988), « Geste effecteur » (Delalande 1988).

4 Voir aussi « geste accompagnateur » (Delalande 1988), « non-obvious performer gestures » (Wanderley 1999), « ancillary gestures » (Wanderley et Depalle 2004). Soulignons que la distinction entre geste producteur et geste ancillaire n’est pas toujours facile à déterminer et peut dépendre du contexte (des mouvements de bras d’un pianiste peuvent ainsi être tantôt considérés comme producteurs de son, tantôt comme secondaires.

5 Aussi appelé « semiotic gestures » (Cadoz et Wanderley 2000).

6 L’évolution des capteurs de mouvements, utilisés indépendamment ou en combinaison, rend leur utilisation de plus en plus courante dans la mesure du geste musical. On a ainsi testé, dans le cadre des travaux de la chaire GeAcMus, l’utilisation de centrales inertielles (IMU) constituées d’une combinaison de magnétomètres, accéléromètres et goniomètres, pour la captation des mouvements des percussionnistes. Voir par exemple K. Lepetit et al. (2015) à propos de l’utilisation des centrales inertielles. Des systèmes tels que Microsoft Kinect, beaucoup moins précis que les systèmes 3D cités ici, ont aussi été utilisés, par exemple pour l’analyse du jeu du Taïko (Cuykendall et al. 2015).

7 Travaux en cours, voir notamment Moulart et al. 2016.

8 Cette partie de la recherche a été rendue possible grâce au soutien de la Fondation Canadienne pour l’Innovation, programme Fonds des Leaders.

9 Cette étude se focalise principalement sur la famille des luths à manche long. Deux luths à manche court de la région (le oud et le rubâb afghan) font également partie de l’étude.

10 Un luth à manche court mais dont le jeu de la main gauche se développe sur une grande partie de la touche, présentant ainsi des caractéristiques similaires au jeu des luths à manche long.

11 Les enquêtes ont été menées en collaboration avec l’Université de Téhéran grâce au Professeur Azin Movahed, doyenne de l’Ecole de musique de la faculté des Beaux-Arts, ainsi qu’aux bardes et musiciens qui ont collaboré à ce projet : Saleh Astaraki, Amin Ataii, Sepand Dadbeh, Khorshid Dadbeh, Shadi Fathi, Isa Gholipour, Ali Haj Malek, Targol Khalighi, Nasim Khushnawaz, Eugene Leung, Homa Meyvani, Hamid Nashvadian, Alireza Paknia, Ashkan Shahriari, Yasamin Shah-Hosseini, Hossein Valinejad, Arash Zarin.

12 Les enquêtes au Cameroun ont été rendues possible grâce au soutien de l’Institut de Recherche et de Développement au Cameroun, et à tous les musiciens Bedzan, Eton et Tikar qui ont accepté de participer à cette étude, trop nombreux pour être cités ici individuellement. Martin Mgbédié et Valentin Angoni ont contribué à la réalisation des enquêtes.

13 Les séances d’enregistrement ont été menées en collaboration avec les harpistes gabonais à l’Université Omar Bongo de Libreville au Gabon (Emmanuel Esso Ndo, Pierre Ondong Ndo, Arnaud-Patrick Nze Eyeghé, Madouma Jean-Claude, Brice Mouanga Ekouanga, Moukala Kombé Théophile, Paul Moukani, Donatien Nda Ngoula) et à l’Université de Technologie de Compiègne (Yannick Essono Ndong).

14 Outre Frédéric Marin, l’équipe comprenait Khalil Ben Masour, Kevin Lepetit et Lise Ochej. Le dispositif IMU, testé en laboratoire, complétait l’appareillage de mesure.

15 Heng Chen, Tsuyuno ; Philippe Hurel, Loops II ; Iannis Xenakis, Rebonds A ; Elliot Carter, Canaries et Improvisation ; Kevin Volans, She who sleeps with a small blanket ; Philippe Manoury, Solo du Livre des Claviers ; Minoru Miki, Time for marimba ; Nicolas Martynciow, Impressions (mvt 1) ; Bruno Mantovani, Moi, jeu…

16 Voir à ce sujet Arom et Fernando (2002) et Fernando (2004).

17 Pour notre expérimentation, nous préférons utiliser le terme « air playing » plutôt que celui de « air-instrument » (Godoy et al. 2005) car l’usage commun de « air-instrument » renvoie aux compétitions bien connues de « air guitar » dont l’enjeu repose sur une imitation des gestes d’un guitariste. Ces gestes sont le plus souvent exagérés et exacerbés ; ils relèvent de gestes communicatifs, et plus rarement de réels gestes producteurs de sons. Notre expérimentation ne repose pas sur un jeu d’imitation mais sur une reproduction du jeu réel du musicien sans l’instrument.

18 La largeur des lames du marimba est similaire à celle des xylophones à résonateurs multiples qui étaient étudiés au Cameroun, afin de faciliter des comparaisons interculturelles.

19 Ces mesures ont été réalisées à l’aide du logiciel Kinovea (Kinovea 0.8.15, www.kinovea.org).

20 Voir Wanderley et al. (1999) pour la notion de retour dans le geste instrumental.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les protocoles de captation pour :
Légende a) la harpe (musicien : Yannick Essono Ndong), b) les instruments à percussion (musicien : Maxime Chatal ; schémas Mélissa Moulart), c) le luth (musicienne : Shadi Fathi) ; d) scène globale de captation.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2. Dispositif eye-tracking porté par Zebe Bienvenue, village eton de Emana (Cameroun), avec caméra GoPro en surplomb.
Crédits Photo Fabrice Marandola, 12.12.2015.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre Fig. 3. Protocoles de captation sur le terrain pour :
Légende a) 2 GoPro pour le luth ; b) 3 GoPro pour les xylophones (musiciens : Aboubakar et Charles-André Nanga) ; c) 5 GoPro pour la harpe (musicien : Pierre Ondong Ndo) ; d) 12 caméras infrarouge pour les percussions (musicien : Antoine Brocherioux).
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4. Comparaison de la trajectoire du pouce et de l’index de chaque main d’une même pièce jouée avec la harpe (à gauche) et sans la harpe avec retour sonore (à droite).
Crédits Image Marie-France Mifune, 2016.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 5. Les expérimentations avec la famille des luths : Khorshid Dadbeh enregistrée à l’Université de Téhéran.
Crédits Image Farrokh Vahabzadeh, 29.11.2015.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 6. Comparaison des différentes séquences de jeu d’une pièce pour le oud, pour chaque séquence : sans instrument et avec le retour sonore (à droite), sans instrument et sans retour sonore (à gauche).
Légende Chaharmezrâb-e Mahour interprété par Yasamin Shah-Hosseini.
Crédits Enregistré à l’Université de Téhéran. Image Farrokh Vahabzadeh, 28.11.2015.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig. 7. Superposition des images de quelques instants synchronisés issus de deux enregistrements du jeu du târ iranien : avec l’instrument couvert avec retour sonore (à droite) et la version normale (à gauche).
Légende Pishdarâmad-e Dashti interprété par Ashkan Shahriari. Enregistrée à l’Université de Téhéran.
Crédits Image Farrokh Vahabzadeh, 28.11.2015.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Fig. 8. Comparaison des mouvements de la main droite des musiciens durant un cycle complet de la même pièce, mesurés à l’extrémité de la baguette avec le logiciel Kinovea, à partir d’enregistrements vidéos réalisés à l’aide d’une caméra GoPro à 240 images/seconde.
Légende Mgbe Moussa (à gauche) et Nestor Mvoutikoin (à droite), village tikar de Beng-Beng (Cameroun).
Crédits Image Fabrice Marandola, 7.12.2015.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2666/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Marandola, Marie-France Mifune et Farrokh Vahabzadeh, « Approche interdisciplinaire du geste musical : nouvelles perspectives en ethnomusicologie »Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 45-72.

Référence électronique

Fabrice Marandola, Marie-France Mifune et Farrokh Vahabzadeh, « Approche interdisciplinaire du geste musical : nouvelles perspectives en ethnomusicologie »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2666

Haut de page

Auteurs

Fabrice Marandola

Fabrice MARANDOLA est Professeur agrégé de percussion et de musique contemporaine à l’Ecole de Musique Schulich de l’Université McGill à Montréal. Il est très actif dans le domaine de la musique de création, notamment avec l’ensemble canadien à percussion Sixtrum dont il est l’un des fondateurs. Fabrice Marandola est membre du CIRMMT (Centre Interdisciplinaire de Recherche en Musique, Médias et Technologie) dont il a été Directeur adjoint – Recherche artistique de 2009 à 2014. Titulaire d’un doctorat en ethnomusicologie, il a réalisé de nombreuses recherches de terrain au Cameroun. En 2015-16, il occupait une Chaire de Recherche Senior au Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris), pour le projet Geste-Acoustique-Musique de Sorbonne-Universités.

Articles du même auteur

Marie-France Mifune

Marie-France MIFUNE, après une thèse en anthropologie à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales sur le rôle de la performance dans la construction identitaire rituelle du culte du bwiti fang au Gabon, a été post-doctorante au sein de plusieurs projets interdisciplinaires (ANR DIADEMS, NATIV et Chaire Geste-Acoustique-Musique de Sorbonne Universités). Ses travaux ont porté sur l’indexation automatique des archives sonores ethnomusicologiques, l’étude interdisciplinaire de la voix et sur l’étude multidimensionnelle du geste instrumental. Elle enseigne également à l’Université de Lorraine à Metz et est responsable du module « anthropologie de la performance » (cours muséum) au Muséum National d’Histoire Naturelle où elle est chercheure associée.

Farrokh Vahabzadeh

Farrokh VAHABZADEH est maître de conférences invité au Musée de l’Homme et chercheur associé au Muséum National d’Histoire Naturelle. Ses recherches portent notamment sur les traditions musicales iranienne et centrasiatique. Après avoir obtenu son doctorat en Anthropologie Sociale et Ethnologie à l’EHESS de Paris et passé trois années de recherches postdoctorales à la faculté de musique de l’Université de Montréal, il s’intéresse à l’étude des instruments de musique, le symbolisme, le geste instrumental et la corporalité musicale. Il a détenu la Chaire de Recherche Junior GeAcMus, Sorbonne Universités de 2015 à 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals