Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie30Dossier : Perspectives – Quel dev...L’ethnographie de la musique écri...

Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

L’ethnographie de la musique écrite. Fabrication, usages et circulation des partitions

Lucille Lisack
p. 73-90

Résumé

Alors que l’ethnomusicologie se tourne depuis quelques décennies vers les musiques savantes occidentales, pour lesquelles la notation est particulièrement importante, les ethnomusicologues ont porté assez peu d’attention aux partitions en tant qu’objets fabriqués, manipulés, investis par les acteurs. Cet article propose d’explorer des manières possibles d’étudier ces objets à travers le cas d’un ensemble de musique contemporaine à Tachkent, Ouzbékistan, et de la master class de composition qu’il organise. On s’attachera en particulier à la fabrication des partitions, à leur modification, à leur appropriation par les musiciens, et enfin à leur circulation et aux réseaux et frontières que tracent leurs parcours.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Que faire avec les partitions ? La question est souvent revenue au cours de mes recherches doctorales concernant la jeune génération de compositeurs en Ouzbékistan postsoviétique. Lors de mes études de terrain, j’ai accumulé des partitions, souvent photocopiées, parfois transmises sur une clé USB ou par email, que j’ai précieusement mises de côté. Puis je retournais à mes observations de répétitions – où, là encore, les partitions étaient un objet central – et de cours de composition, où professeurs et étudiants se penchaient sur les partitions apportées par ces derniers. Les partitions étaient omniprésentes, sous des formes diverses, sur des supports variés. Je m’interrogerai dans cet article sur la place que peut occuper l’étude des partitions en ethnomusicologie. En abordant depuis une vingtaine d’années des musiques dites « savantes occidentales » (même si leur scène est désormais largement mondialisée), l’ethnomusicologie entre dans un domaine où la place de la partition est prépondérante et où elle a été analysée par une longue tradition musicologique. Que peut apporter l’ethnomusicologie à l’étude des partitions ? Que peut apporter la prise en compte des partitions à l’ethnomusicologie ?

2Le dictionnaire du Centre national des ressources textuelles et lexicales indique à l’entrée « partition » : « Réunion synoptique de toutes les parties (voix et/ou instruments) d’une composition musicale […] ; par métonymie, partie spécifique à interpréter par un instrumentiste ou un chanteur. […] Par métonymie, cahier où est écrite, imprimée une partition1 ». C’est cette dernière acception, très concrète, qui prévaudra dans cet article.

Partitions, notation, transcription : l’ethnomusicologie et la musique écrite

3Dans la littérature ethnomusicologique, la musique écrite l’est souvent par la main de l’ethnomusicologue. Une abondante littérature a été consacrée à l’art de la transcription, faisant de cette étape le point de départ indispensable de toute entreprise ethnomusicologique (voir entre autres Nettl 1964 : 98-130, Hood 1971 : 50-122, Stockmann 1979, Arom et Alvarez-Pereyre 2007). Bruno Nettl résume cette attitude largement répandue qui faisait de la transcription le b.a.-ba de l’ethnomusicologie dans son chapitre intitulé : « Can’t say a thing until I’ve seen the score : Transcription » (Nettl 2005).

4L’usage de la transcription en notation occidentale est cependant vivement remis en question à partir des années 1990. Udo Will critique en 1999 l’usage largement admis de la notation occidentale : « Elle ne décrit qu’un choix limité d’événements perceptibles, et ce en termes de catégories engendrées par la notation comme système d’écriture, combiné à des considérations abstraites et théoriques » (Will 1999 :  12). Ainsi, ces processus de transcription en disent plus long sur les théories qui président à l’établissement du code que sur les musiques transcrites. C’est aussi ce qu’avance en 1996 Denis Laborde à propos de l’analyse d’une transcription de chanson basque : « Notre analyse a consisté à retrouver dans la transcription de l’énoncé les outils (notes, échelles, rythmes, strophe, vers, mots, etc.) que nous nous sommes donnés a priori pour réaliser cette transcription. La boucle se referme sur ce constat quelque peu décevant : l’analyse fait du connaître de l’activité conceptuelle un simple reconnaître » (Laborde 1996 :  110). Pour pallier à ces défauts de la transcription en notation occidentale, certains ethnomusicologues ont développé d’autres outils d’écriture comme la « transcription multimédia » défendue par Chemillier (2003) permettant de créer des animations interactives sur lesquelles l’utilisateur peut intervenir.

5Les critiques à l’encontre de la notation occidentale apparaissent à un moment où la transcription semble occuper une place de moins en moins importante dans la boîte à outils de l’ethnomusicologue. En 1995, Peter Manuel remarquait le recul des analyses de partitions en ethnomusicologie et le faisait remonter aux années 1970, l’attribuant à une orientation de la discipline de plus en plus tournée vers l’anthropologie et de moins en moins vers la musicologie (cf. aussi Bohlman 2001), et à l’hermétisme des analyses techniques pour les lecteurs qui ne lisent pas la notation musicale occidentale et ne maîtrisent pas le jargon musicologique. Il faut certes nuancer cette évolution, qui est peut-être moins affirmée en France, où Arom et Alvarez-Pereyre consacrent en 2007 une partie de leur Précis d’Ethnomusicologie aux questions de transcription ; de plus, certains travaux comme ceux de Tenzer (2006 et 2011) replacent l’analyse de partitions au centre de la discipline. Mais l’article « Ethnomusicology » du Grove (Pegg et al. 2001) mentionne à peine les questions de transcription, absentes également de la Very Short Introduction de Bohlman sur la World Music (Bohlman 2002). Quant à la Very Short Introduction de Rice sur l’ethnomusicologie, elle relègue à l’histoire de la discipline la période où la transcription d’importants corpus constituait un élément essentiel de tout travail ethnomusicologique (Rice 2014 : 40-41). Or au moment où l’analyse de transcriptions commence à tomber en désuétude chez les ethnomusicologues, la discipline se tourne peu à peu vers des objets d’étude inédits : les musiques savantes occidentales, musiques écrites justement dans ce système de notation que les ethnomusicologues ont cherché à appliquer à des musiques auxquelles il était étranger.

6Avec ce répertoire, la notation occidentale n’est plus un moyen de transcrire des musiques par une notation descriptive ; elle est le système de notation indigène, prescriptif, employé par les compositeurs à l’intention des musiciens. Si d’autres systèmes de notation indigènes ont fait l’objet d’analyses ethnomusicologiques (cf. entre autres Helffer 2004 sur la notation musicale employée dans les rituels bouddhiques tibétains, ou encore Guillebaud 2004 sur la conjugaisons de dessins au sol et de musique dans certains rituels du Kerala), les partitions de musique occidentale sont longtemps restées hors du champ de l’ethnomusicologie.

  • 2 Bruno Nettl note la même résistance à une ethnomusicologie de la musique savante occidentale (1995  (...)

7En effet, en approchant la musique dite savante occidentale, souvent appelée simplement « la musique classique » (comme s’il n’y en avait qu’une seule), les ethnomusicologues ont empiété sur la chasse gardée de la musicologie, suscitant parfois une certaine incompréhension : « la ‘musique savante occidentale’ était imperméable au préfixe ‘ethno’, elle l’est encore » (Laborde 1997 : 9)2. Cependant, ce que Nettl a nommé en 1995 le « dernier bastion des cultures musicales non étudiées [par les ethnomusicologues] » (Nettl 1995 : 2) fait l’objet des investigations de ces derniers depuis la fin des années 1980. Nettl lui-même (1989) a enjoint les ethnomusicologues à analyser l’image des compositeurs du panthéon occidental ; les systèmes d’enseignements ont été abordés par Kingsbury (1988) et Nettl (1995) ; Laborde (1997) s’est penché sur trois œuvres de Bach dans un recueil qui revendique son rattachement à une « anthropologie de la musique » (ibid :  12), puis sur la création d’une œuvre de Steve Reich (2008) ; Shelemay (2001) a abordé les cercles de musique ancienne, Cottrell (2004) a observé le monde des musiciens professionnels à Londres… Il est impossible de faire ici une liste exhaustive des études d’ethnomusicologie portant sur des musiques dites savantes occidentales, tant ces travaux se multiplient ; je renvoie ici au numéro de la revue Ethnomusicology Forum entièrement consacré à « l’ethnomusicologie de la musique savante occidentale » (Ethnomusicology of Western Art Music) en décembre 2011 (Nooshin 2011).

8Dans ce contexte où les frontières entre disciplines ne sont plus clairement déterminées par un « grand partage » des objets d’études, Stobart (2008 : 13) voit la présence d’analyse musicale technique comme l’un des derniers marqueurs de la distinction entre musicologie et ethnomusicologie. Tandis que l’histoire de l’ethnomusicologie reposait, jusqu’au deuxième tiers du XXe siècle, en grande partie sur la transcription et l’analyse d’objets sonores, les ethnomusicologues semblent désormais éviter de se pencher de trop près sur les partitions lorsqu’ils étudient les musiques déjà écrites en notation occidentale – comme si, sans l’obstacle de la transcription préalable, l’étude de la musique écrite n’avait plus d’intérêt pour eux. Si les notions de notation et de transcription ont fait l’objet de nombreux développements et conseils de la part des ethnomusicologues, les partitions sont au contraire peu présentes sur leurs terrains, qu’elles soient transcrites par les chercheurs ou écrites par les praticiens de la musique observée ; le terme score est presque absent de l’ouvrage récapitulatif de Nettl (2005) et n’apparaît pas une seule fois dans Shadows in the Field (Barz et Cooley 2008), ouvrage de référence traitant des changements des conditions de l’étude de terrain en ethnomusicologie. Absentes du recueil dirigé par Nooshin (2011) comme de l’ouvrage de Cottrell (2004) ou de l’article de Shelemay (2001), les partitions n’apparaissent qu’implicitement dans l’étude de Nettl, lorsque ce dernier signale en quelques pages l’importance de la notation pour la musique occidentale, tant dans les processus de transmission que de création (1995 : 35-38) – sans pour autant développer cette question de manière plus approfondie.

9Lorsqu’elles sont présentes, les analyses de partitions écrites par les compositeurs ont souvent pour but d’examiner les influences extra-occidentales chez des compositeurs européens et américains (Taylor 2007) ou chez des compositeurs venant d’Asie (Everett et Lau 2004, Bernard 2011). Mais si les partitions sont bien présentes, citées et analysées, elles sont traitées avec les outils de l’analyse musicologique, si bien que le propos semble alterner entre des considérations d’ordre sociologique ou anthropologique sur le « contexte » de la production musicale, et des analyses musicologiques de partitions abordant ce qui serait alors la musique « elle-même ». C’est le cas dans l’étude de Lau sur les avant-gardes chinoises (Lau 2004 : 22-39) : la partition citée est analysée en tant qu’œuvre musicale, et non en tant qu’objet participant au monde social, économique, politique, symbolique de la création musicale en Asie de l’Est. Si l’importance des contrats de publication pour lancer la carrière des compositeurs est rapidement mentionnée (Ibid. : 33), elle n’est pas suivie d’études de cas présentant les conditions juridiques, économiques ou esthétiques de ces contrats. L’ auteur mentionne l’hégémonie de l’industrie du disque (Ibid. : 38), mais ne parle pas des questions d’édition et de circulation des partitions.

10On trouve cependant d’autres approches pour intégrer les partitions à une étude ethnomusicologique des institutions de la musique savante « occidentale ». Dans son chapitre sur les « leçons avec le maître », Kingsbury (1988 : 85-110) observe l’« autorité contingente de la partition musicale » (ibid. : 87). Il souligne la relation problématique entre la partition et la performance et observe le rôle de la partition dans les relations d’autorité qui se tissent entre le maître et ses étudiants : la partition apparaît comme un objet central dans les négociations des relations de pouvoir et se voit conférer ou dénier une autorité, en fonction de la qualité attribuée à l’édition. Laborde (1997), pour sa part, analyse la partition des Variations Goldberg sous l’angle de la croyance. Il montre les usages contrastés que font le pianiste Glenn Gould et le claveciniste Gustav Leonhardt de la partition de Bach. Leonhardt s’efface pour laisser place au texte, qu’il respecte dans ses moindres détails pour une interprétation « ‘au plus près’ de ce que l’inscription graphique signifie » (Ibid. : 81) ; la partition est alors « un idéal à tout moment convoqué en référence » (Ibid. : 82). Gould, au contraire « s’affiche » (ibid.), en musicien « habité par la Musique » (Ibid. : 80). Il fait oublier le texte pour faire croire à un rapport direct avec Bach et la Musique. Laborde montre ainsi le mécanisme de croyance en la « Musique », Bach et Gould : « l’adhésion du spectateur est assurée dès lors qu’il invoque l’objet de la croyance, en passant sous silence l’administration du culte » (Ibid. : 84).

  • 3 Pour une histoire critique de ce type d’analyse musicale, cf. Campos et Donin 2009.

11Les analyses de Kingsbury et Laborde sont fondées sur la place de la partition, l’une dans l’établissement de rapports d’autorité entre maître et étudiants, l’autre dans l’administration d’un culte de la Musique et de ses saints. Dans ces deux cas, il ne s’agit pas d’analyse de partition au sens où elle est pratiquée dans les « cours d’analyse » des conservatoires – analyse harmonique, mélodique, formelle…3 – mais d’une prise en compte du rôle du document écrit et de ses supports dans les phénomènes sociaux que sont les pratiques musicales.

12Plus récemment, Maÿlis Dupont a analysé le mode d’existence des œuvres musicales à l’aide de la notion de « prolifération » : « prolifération des objets, des discours, des acteurs » (2011 :  186) peu à peu « enrôlés » pour faire exister l’œuvre Sur Incises de Boulez. L’ auteure abandonne aux musicologues la partition comme texte pour se concentrer sur l’œuvre en devenir et ses manifestations multiples. Dans cette perspective, l’objet « partition » fait partie des « figures » (Ibid. : 217) de l’œuvre, au même titre qu’un article de presse ou un programme de concert.

La fabrique des partitions

13C’est en tant qu’objet (fabriqué, manipulé, discuté, modifié par des acteurs multiples : étudiants et professeurs de composition, musiciens, chef d’orchestre, musicologues) que j’aborderai ici la partition. Je m’appuierai sur le cas d’un ensemble de musique contemporaine à Tachkent, sur l’ethnographie de ses répétitions et de la master class pour de jeunes compositeurs organisée par ses directeurs. Je tenterai de mettre en lumière les divers usages possibles de la partition, qui peut être lue, jouée, analysée, mais aussi louée, achetée, donnée, photocopiée, imprimée, stockée, découpée, collée, perdue, éparpillée, scannée et postée sur internet, projetée sur un écran… Les jeunes compositeurs n’apprennent pas seulement à concevoir des structures sonores qu’ils fixeraient ensuite par écrit au moyen des partitions ; leur formation consiste à apprendre à fréquenter ces objets d’une manière que leurs professeurs jugeront appropriée, digne d’un « professionnel ». La partition devient alors une entrée fructueuse pour aborder les institutions d’un univers musical, ici la création « contemporaine » inspirée des avant-gardes occidentales dans l’ancienne république soviétique d’Ouzbékistan. Cette étude de cas ne prétend pas épuiser les possibilités d’analyse des partitions dans le cadre d’une étude ethnomusicologique, mais attirer l’attention sur cet objet souvent négligé.

14En octobre 2010, l’ensemble Omnibus de musique contemporaine, fondé à Tachkent en 2004 par Artyom Kim et Jakhongir Shukurov, organise pour la sixième année consécutive sa master class de composition « Omnibus Laboratorium ». De jeunes compositeurs, pour la plupart étudiants au Conservatoire national de Tachkent, viennent suivre les conférences et cours particuliers dispensés par les professeurs invités : Seung-Ah Oh, compositrice coréenne qui enseigne à Chicago, et Peter Adriaansz, compositeur néerlandais ; de plus, l’ensemble Omnibus répète en présence des étudiants et joue lors de la journée portes ouvertes des œuvres que ces derniers ont écrites spécialement pour l’occasion. L’événement est financé par des ONG et des ambassades étrangères. La description de quelques situations observées pendant les répétitions, les cours particuliers et les conférences permettront de saisir un aspect du métier de compositeur : la fabrication des partitions.

  • 4 Les prénoms des étudiants ont été modifiés.

15Lorsque Boris4, étudiant de la master class, arrive aux répétitions de sa propre pièce, il commence en général par passer quelques minutes à brasser des feuilles de papier, classer ses pages dans l’ordre, chercher celles qui manquent… Il avait donné une première version à l’ensemble Omnibus, mais a fait ensuite des modifications. Artyom Kim a toujours la première version, les musiciens ont l’une ou l’autre, parfois les deux… La pagination est différente d’une version à l’autre, et seule l’une des deux versions comporte des lettres repères. Boris va de pupitre en pupitre, remplace une feuille par une autre, cherche les pages manquantes… La plupart des problèmes musicaux achoppent à des problèmes de partitions. Artyom Kim le fait remarquer à Boris à la fin de la séance : « ce n’est pas pour nous, c’est pour toi : si nous passons tant de temps à régler ces problèmes pratiques, nous n’avons plus de temps, ensuite, pour travailler les questions d’interprétation. Il faut nous fournir du matériel facile à utiliser ». Lors des conférences auxquelles les étudiants assistent, Artyom Kim rappelle l’importance d’écrire clairement, pour que les musiciens puissent comprendre facilement ce que veut le compositeur ; il cite comme exemple de clarté et de lisibilité les partitions de Boulez. Ce n’est pas le style musical du compositeur qui est évoqué, mais sa présentation, la mise en forme du matériau écrit.

16Feuilles volantes qui tombent des pupitres, se mélangent, ne sont jamais dans le bon ordre… Les musiciens se retrouvent esclaves de ces papiers récalcitrants. Ce « matériel » d’orchestre, qui appesantit les répétitions et réduit la musique évanescente à des problèmes « bassement matériels », fait en effet figure d’autorité, comme l’a montré Kingsbury (1989 : 87-94). L’ auteur est pourtant présent dans la salle, en chair et en os, mais c’est à la partition qu’obéissent A. Kim et, par son intermédiaire, les musiciens de l’ensemble. Alors qu’un étudiant ne peut s’empêcher d’aller de pupitre en pupitre pour donner des conseils aux musiciens, Artyom Kim lui demande de rester assis, faisant remarquer qu’il voit et entend lui-même ce qu’il faut améliorer. « Tu fais un crescendo alors que ce n’est pas écrit », « c’est écrit détaché », « ta nuance commence plus tard »… Dans ses indications, Artyom Kim fait constamment référence à ce qui est écrit. L’ apprenti-compositeur, assis sur le côté, derrière le chef, a délégué son autorité aux feuilles de papier. Artyom Kim semble vouloir lui faire prendre conscience de l’importance de ces petits signes imprimés, de la responsabilité du compositeur, des conséquences qu’entraîne son travail d’écriture : ce qu’il écrit doit être clair, précis, lisible, chaque signe sera interprété par les musiciens, qui devraient pouvoir se passer de lui en répétition.

17Le compositeur n’est pas seul responsable de la fabrication de la partition. Les pièces ont été envoyées par mail à l’ensemble Omnibus et la violoncelliste, qui est la « bibliothécaire » de l’ensemble, s’est occupée de les imprimer et de les photocopier. Mais elle les a imprimées en format « portrait », en prenant les feuilles verticalement. Artyom Kim doit constamment tourner ses pages, qui ne comportent chacune que quelques mesures. Ce dernier lui fait remarquer que c’est très peu pratique : « je suis obligé de diriger ainsi », et il fait semblant de battre la mesure de la main droite tandis que, de la main gauche, il tourne sans arrêt des pages imaginaires. Tout l’ensemble rit, y compris les deux intéressés, puis A. Kim précise : la prochaine fois, il faut que tu dises à l’imprimeur que ce format ne te convient pas, qu’il doit prendre les feuilles dans l’autre sens, cela s’appelle « format italien ».

Fig. 1. Seung-Ah Oh et une étudiante travaillent sur la partition apportée par cette dernière.

Fig. 1. Seung-Ah Oh et une étudiante travaillent sur la partition apportée par cette dernière.

Goethe-institut de Tachkent, 29 octobre 2010.

Photo Lucille Lisack

18Ecrites en amont de la master class, jouées en répétition, les partitions des étudiants sont aussi observées et parfois modifiées lors des cours particuliers. Les corps se penchent vers la partition comme un médecin vers son patient ; il s’agit cette fois de porter un diagnostic sur ses qualités et ses faiblesses. Certes, lorsque l’étudiant possède un enregistrement (parfois produit automatiquement à l’aide du logiciel « Sibelius »), le cours peut commencer par une écoute. Ainsi, Seung-Ah Oh écoute avec Ravshan un enregistrement de son Elégie ; mais ce dernier n’a pas apporté la bonne clef USB, il n’a pas la partition avec lui. Impossible alors de travailler sur cette pièce. Seung-Ah Oh cherche une solution, essaie d’intervertir des cours pour laisser à Ravshan le temps d’aller chercher sa clef USB ; mais les autres étudiants qui assistent au cours n’ont pas leurs partitions sur eux. Sans partitions, pas de cours. Seung-Ah Oh examine alors une autre pièce de Ravshan dont il a apporté le manuscrit. Si l’on reprend les analyses de Goody sur l’écriture, la partition écrite, en donnant une perception visuelle et non plus seulement auditive de l’œuvre musicale, permet qu’elle soit « examiné[e] bien plus en détail, pris[e] comme un tout ou décomposé[e] en éléments, manipulé[e] en tous sens, […] soumis[e] à un tout autre type d’analyse et de critique qu’un énoncé purement verbal [ou sonore] » (Goody 1979 : 96). L’événement temporel qu’est le son d’une œuvre musicale est spatialisé par l’écriture ; mais il n’est pas réduit à des signes immatériels qui se déploient en deux dimensions : c’est du papier qui se froisse, glisse du pupitre, tombe… Le cours se passe à brasser du papier, revenir en arrière pour comparer deux passages ou se rendre compte de la durée d’une section ; le volume du papier est l’indicateur de la durée des parties. Les feuilles, indisciplinées à nouveau, tombent et se mélangent. Plusieurs passages sont juxtaposés pour être comparés. Seung-Ah Oh insiste sur la nécessité d’analyser ses propres œuvres ; l’analyse en question se concentre sur la temporalité de la pièce et son rendu sonore. Seung-Ah Oh demande à l’étudiant : « quel est le tempo ? », « combien de temps dure cette phrase ? », « est-ce que cet instrument a le temps de finir son geste avant que l’autre ne commence ? », « si vous êtes le public, quelle partie est au premier plan ? », « vers quoi ce geste va-t-il ? »… Si l’on reprend l’opposition établie par Cheyronnaud entre d’une part une « description interne de l’énoncé et de son fonctionnement formel » et d’autre part une description de « son ‘rendement’ dans un cadre énonciatif donné » (1992 : 292), l’analyse des compositeurs insiste surtout sur ce deuxième aspect. La partition est ici l’outil qui permettra de communiquer avec un public, de lui faire entendre tel geste sonore, de faire ressortir tel instrument. En cours de composition, elle est modifiée, raturée, réécrite, elle est un objet sur lequel s’opère un traitement du temps et des gestes sonores. Si l’on parle, comme Revolon, Lemonnier et Bailly, de « mise en objets » des relations (2012 :  17), la partition cristallise les relations entre professeur et élève au moment de son élaboration, et est façonnée en vue des relations futures avec les musiciens qui l’interprètent et le public.

19En cours de composition, pour que le travail puisse avancer, il faut que la partition soit modifiable. On le constate lorsque c’est au tour de Boris d’examiner sa pièce avec Seung-Ah Oh. Comme ce dernier a oublié sa copie, ils n’ont sous la main que l’exemplaire d’Artyom Kim, dont il se sert pour diriger. Dans ces conditions, impossible d’écrire dessus, ces feuilles imprimées n’appartiennent déjà plus à Boris. Cependant, la tentation est grande pour Seung-Ah Oh, qui ne peut retenir un trait de crayon de temps à autre, qu’elle gomme aussitôt en s’excusant. Le cours est laborieux, la partition semble échapper au professeur et à l’élève, ils ne peuvent la « travailler » ; cette version-là de la pièce de Boris est déjà définitive puisque c’est celle qui sera interprétée à la journée portes ouvertes. Le processus de composition, loin d’être purement abstrait, dépend étroitement de la possibilité de marquer le papier à musique, de le façonner peu à peu. Les gestes du compositeur – écrire, gommer, estimer d’un coup d’œil la durée d’une partie, étaler ou rassembler les feuilles, les soupeser – s’avèrent être des moteurs indispensables au processus de création.

Le matériel des musiciens

  • 5 Cf. entre autres Kaddour 2009, et Loiseleux 2014, le carnet de recherche en ligne « Gestes, instrum (...)

20Une fois fabriquées par les compositeurs, les partitions sont livrées aux musiciens. Elles leur appartiennent désormais, et ils continuent à les modifier pour en faciliter l’utilisation : couleurs pour mieux repérer certaines indications, doigtés… Ils se fabriquent un objet qui conviendra à l’usage qu’ils en font. Comme les musiciens n’ont pas reçu les parties séparées mais le « conducteur », ils doivent sans arrêt tourner les pages. L’une des musiciennes a découpé sa partie pour se bricoler une partie séparée plus facile à utiliser. Chaque musicien conserve précieusement sa partition ; il s’est habitué à ses annotations, à sa pagination, et aurait des difficultés à jouer sur n’importe quel exemplaire de l’œuvre. Dans ses textes inspirés du pragmatisme, Hennion met en avant le rôle des objets et des corps (2003) dans le développement des goûts et des attachements ; les objets sont « toujours en devenir, indissociablement dépendants de l’intérêt qu’on leur porte », et les corps sont modifiés par leur fréquentation répétée des objets. Lorsque les musiciens répètent, la matérialité des partitions recueille des gestes, les traces du travail effectué ; elle offre aux musiciens les « prises » (Hennion 2009) nécessaires au développement d’attachements. Traits de crayon, coups de gomme, découpages, coins de page cornés pour tourner plus facilement… Au même titre que les instruments de musique, les partitions font partie de cette panoplie d’objets déployée par les praticiens, investis, modifiés au cours d’un travail d’appropriation. Si les « gestes du musicien » ont fait l’objet de nombreux commentaires5, il reste à y inclure le geste du violoniste qui, tenant violon et archet verticalement de la main gauche, s’avance sur le bord de sa chaise, se penche vers sa partition, crayon en main, et griffonne quelques traits ; ou celui de la harpiste qui repose sa harpe et se tord vers son pupitre, à sa gauche, tenant son crayon dans sa main droite. « Pas de crayon, pas de carrière ! », disent parfois les professeurs d’instruments. Apprendre à jouer du violon, c’est aussi apprendre à avoir sur soi les outils nécessaires pour se fabriquer une partition utilisable. A ce stade, les partitions, sorties identiques de l’imprimante, ne sont plus interchangeables. Elles sont devenues des « objets irremplaçables », qui « condense[nt] des relations d’une certaine nature » (Revolon, Lemonnier, Bailly 2012 :  16) ; les partitions recueillent toutes les relations qui se tissent autour d’elles et à travers elles, en cours de musique ou en répétition.

Fig. 2. Les musiciens d’Omnibus se préparent à jouer les œuvres des étudiants.

Fig. 2. Les musiciens d’Omnibus se préparent à jouer les œuvres des étudiants.

Salle de conférences du Goethe-Institut de Tachkent, 27 octobre 2010.

Photo Lucille Lisack

21Revenons à la master class de l’ensemble Omnibus. Lors des répétitions et des cours particuliers, les partitions sont sans cesse modifiées, travaillées, « bricolées » suivant les besoins du moment et avec les « moyens du bord » (Lévi-Strauss 1962 : 31), pour devenir des objets uniques. En revanche, pendant les conférences tenues par les professeurs invités, les partitions acquièrent un autre statut. Les conférences font l’économie du support papier grâce au projecteur branché sur un ordinateur. Les partitions, scannées au préalable, sont projetées sur le mur blanc de la salle. L’œuvre reste à distance, elle n’est plus à portée de crayon : projetée, elle prend des dimensions gigantesques, elle devient plus grande que le professeur, qui se trouve complètement immergé en elle lorsqu’il passe devant le mur. Peter Adriaansz se promène ainsi entre les notes de ses Three Vertical Swells qui le submergent et doit avouer qu’il n’a pas pu se remémorer dans le détail les processus de composition qui l’ont mené à ce résultat. L’œuvre montrée en exemple est devenue chef-d’œuvre inexplicable et intangible.

Fig. 3. Peter Adriaansz analyse son œuvre Three Vertical Swells.

Fig. 3. Peter Adriaansz analyse son œuvre Three Vertical Swells.

Goethe-Institut de Tachkent, Conférence du 29 octobre 2010.

Photo Lucille Lisack

22Mais même « dématérialisée », la partition reste tributaire d’un matériel approprié. Si à partir de 2009 la master class n’a plus lieu à l’Union des compositeurs mais dans la salle de conférence du Goethe Institut de Tachkent, c’est, m’explique le vice-directeur d’Omnibus, entre autres parce que le matériel y est de meilleure qualité. En effet, le projecteur permet aux conférenciers de montrer facilement aux étudiants les partitions qu’ils analysent. Mais Seung-Ah Oh n’a pas le bon câble ou le bon adaptateur, et doit changer d’ordinateur au dernier moment, ce qui perturbe légèrement sa conférence. Transportées sur une clef USB ou dans un disque dur, projetées sur un mur sous forme de rayons lumineux, les partitions ne sont pas immatérielles pour autant ; elles nécessitent au contraire tout un matériel pour être ouvertes, lues, montrées.

Circulation des partitions

23Enfin, les partitions sont des objets qui circulent, parfois sur de longues distances, sous diverses formes. En 2007, l’ensemble Omnibus établit sa « bibliothèque », appelée « Centre de musique contemporaine », dans une petite pièce prêtée par le Goethe Institut de Tachkent. Y sont conservés et mis à disposition de « toute personne intéressée » des partitions et enregistrements qui, d’après Artyom Kim, font défaut dans les autres bibliothèques de la ville (en particulier celle du conservatoire national). Ces partitions sont pour la plupart offertes par les professeurs invités lors de la master class. Kopytoff (1986) a montré comment les objets, au cours de leur « biographie », entrent dans le statut de marchandise ou en sortent. Les partitions, éditées pour être vendues ou louées, sortent de leur condition de marchandises lorsqu’elles sont données à la bibliothèque d’Omnibus. Elles deviennent à Tachkent des objets rares, introuvables ailleurs en Ouzbékistan.

  • 6 Artyom Kim, entretien du 8 octobre 2010, théâtre Ilkhom, Tachkent.

24Cette bibliothèque n’est pas le résultat d’un programme d’acquisition élaboré à l’avance, et Artyom Kim se défend d’avoir voulu, par cette collection, donner un échantillon représentatif de ce qu’il considère comme de la « musique contemporaine » : « Au Centre [de musique contemporaine], il y a la musique qui, à nos yeux, peut donner aux compositeurs contemporains des instruments techniques pour être capables d’exprimer leurs idées en musique. Cela ne veut pas dire : voilà ce que nous considérons comme de la musique contemporaine6 ». Les partitions sont accumulées au fur et à mesure de leur arrivée, tout comme l’ensemble des moyens du bricoleur, dont les éléments « sont recueillis ou conservés en vertu du principe que ‘ça peut toujours servir’ » (Lévi-Strauss 1962 : 31). Elles sont des outils à disposition des étudiants, qui pourront venir les lire, les étudier, y repérer l’emploi original d’un instrument, une certaine manière de travailler un motif, une manière d’écrire. Mais Artyom Kim se plaint de ce que les étudiants n’utilisent pas assez ces ressources. A ses yeux, ils devraient venir régulièrement voir comment sont écrites les œuvres dont les partitions sont entreposées là. Cette incompréhension entre A. Kim, qui estime qu’il met à la disposition des étudiants des partitions d’œuvres essentielles à leur formation et difficiles à se procurer, et les étudiants, qui ne viennent pas les étudier, provient sans doute de la complexité de ces œuvres et du manque de temps chez les étudiants. Mais il se peut aussi que ces partitions, sorties du système d’échanges et du contexte musical et économique qui leur confère leur valeur, n’exercent plus le même attrait que dans leur contexte d’origine. La renommée d’une maison d’édition, celle des musiciens qui ont créé une œuvre, la qualité des bibliothèques qui acquièrent telle ou telle partition, font partie d’une industrie de la musique contemporaine dont la valeur d’une partition et l’attrait qu’elle exerce sont indissociables. Isolées à Tachkent, ces partitions sont négligées par les étudiants : leur statut d’objets rares n’augmente pas leur valeur aux yeux des étudiants, au contraire ; elles sont des isolats qui ne sont pas en prise sur l’univers esthétique, politique et économique de la création musicale de Tachkent. Leur trajectoire est stoppée jusqu’à ce qu’un étudiant s’y intéresse et les remette en circulation.

25En revanche, les compositeurs déjà en contact avec les réseaux européens de la création musicale peuvent faire circuler des partitions d’un continent à l’autre, en marge des réseaux officiels de circulation régis par les droits d’auteur. Ainsi, alors que j’étais rentrée en France, l’un des directeurs d’Omnibus m’a envoyé par mail sous forme de document PDF une partition de Ligeti que j’avais quelques difficultés à consulter dans les bibliothèques musicales. Il précise alors dans son message que le compositeur lui-même, quelques années auparavant, lui avait envoyé la partition depuis Paris. Tandis que cette même partition, dans les bibliothèques parisiennes, est protégée par le droit d’auteur et qu’il est impossible d’en copier un extrait, elle circule sous forme électronique entre Paris et Tachkent. En l’envoyant au compositeur de Tachkent, Ligeti a fait échapper la partition à son statut de marchandise appartenant à une maison d’édition et à un auteur pour la faire entrer dans un circuit parallèle fondé sur le don. Dans ce cas, l’objet imprimé sur papier suit la voie officielle prescrite par les droits d’auteur, tandis que sous forme de document électronique, la partition suit des chemins détournés – une de ces « déviations » (diversions) dont parle Appadurai (1986 :  17). On rejoint là les problématiques de l’application des droits d’auteur à l’ère du numérique, qu’il n’est pas possible de développer dans le cadre de cet article.

  • 7 Artyom Kim, entretien du 28 mai 2012, Goethe-Institut de Tachkent.
  • 8 Ibid.

26Pour un ensemble de musique contemporaine, la question des autorisations et des droits d’auteur peut devenir un problème difficile à résoudre. La spécificité de la situation en zone postsoviétique apporte parfois des solutions : Artyom Kim m’explique en effet que si l’ensemble joue sur des partitions éditées en URSS, il n’y a pas de droits à payer7. C’est ce qu’ils ont fait lors du premier concert d’Omnibus en octobre 2004, entièrement consacré à Stravinsky. Comme les musiciens jouaient sur du matériel soviétique, la question des droits ne se posait pas. Dans ce cas, c’est le lieu de fabrication de la partition, le pays où elle a été imprimée, qui détermine les règles à appliquer. Mais une telle solution n’est possible que si les œuvres ont été éditées en Union soviétique – ce qui ne peut bien sûr pas être le cas pour les œuvres récentes. Les difficultés s’accumulent alors : d’une part, il faut trouver un sponsor pour payer les partitions – l’ensemble Omnibus a reçu de l’aide de la Art Mentor Foundation de Lucerne (Suisse) pour certaines œuvres. D’autre part, acheminer la partition jusqu’à Tachkent n’est pas aisé. « Même en Europe, quand on commande une partition, il faut parfois attendre un mois ou deux avant qu’elle n’arrive. Ici, elle n’arrive pas du tout8 », déclare Artyom Kim. Il faut donc que la partition soit réceptionnée en Europe, puis scannée et envoyée par mail. Lorsque l’ensemble interprète des œuvres de Gérard Pesson le 15 mai 2012 avec la violoniste Melise Mellinger, venue donner une master class dans le cadre d’un projet d’Omnibus, la partition arrive au dernier moment, ce qui réduit le temps de préparation du concert.

27Le compositeur peut parfois intercéder auprès de son éditeur pour demander des conditions adaptées aux moyens de l’ensemble Omnibus. Ainsi, Seung-Ah Oh a pu obtenir parfois que l’ensemble joue gratuitement ses pièces. Mais lorsqu’il interprète son concerto pour hautbois en avril 2012 avec le hautboïste hollandais Ernest Rombout, venu lui aussi dans le cadre d’une master class organisée par l’ensemble Omnibus, l’éditeur de Seung-Ah Oh demande 400 euros pour la location des partitions. L’ensemble Omnibus paie finalement 270 euros grâce à l’intervention de Seung-Ah Oh ; mais cette somme reste considérable pour un ensemble qui n’a pas de financements stables de la part de l’Etat ouzbek, et dans un pays où le revenu moyen (revenu national brut par habitant) est de 1700 dollars par an en 20129.

28« Les objets-en-mouvement éclairent leur contexte humain et social », écrit Appadurai. Ce dernier reprend les théories de Simmel suivant lesquelles « l’objet économique n’a pas de valeur absolue. […] C’est l’échange qui détermine les paramètres d’utilité et de rareté, et non l’inverse, et c’est l’échange qui est la source de la valeur » (Appadurai 1986 : 4). A partir de là, il « examine des objets spécifiques (ou des groupes d’objets) circulant dans des milieux historiques et culturels spécifiques » (ibid.). La circulation des partitions, leur marchandisation, leur location, leur achat, leur don, est un point particulièrement crucial en musique contemporaine. Entreposées au « Centre de musique contemporaine », elles n’ont que peu de valeur aux yeux des étudiants qui s’y intéressent peu, car elles se trouvent hors du système de valeurs qui prévaut au conservatoire et qui leur permettra d’obtenir leur diplôme. Mais lorsque l’ensemble Omnibus cherche à se procurer une œuvre qu’Artyom Kim a décidé d’interpréter en concert, les partitions rares et difficiles à obtenir se trouvent dotées d’une valeur considérable si l’on compare le prix de location exigé par l’éditeur européen au revenu moyen du pays et si l’on considère les difficultés à surmonter pour acheminer le matériel jusqu’à Tachkent. En observant la circulation de ces « objets-en-mouvement » que sont les partitions, on peut ainsi repérer des rapports de force économiques qui jouent un rôle déterminant dans la diffusion de la musique contemporaine. Il apparaît alors que la musique composée récemment est une musique qui coûte cher. La répartition géographique des éditeurs, le plus souvent en Europe occidentale ou aux Etats-Unis, correspond aux frontières qui délimitent le monde de la musique contemporaine : El-Ghadban note l’absence de candidats venant d’Afrique, du continent asiatique et du Moyen-Orient parmi les finalistes d’un concours de composition au Canada, et souligne ainsi les frontières implicites qui entourent la musique contemporaine (El-Ghadban 2009 :  143-144). Une étude approfondie de la circulation des partitions apporterait un éclairage original sur les limites géographiques de la musique contemporaine : le lieu d’édition des partitions et le jeu des taux de change les rendent en effet presque inaccessibles dans de nombreux pays.

Conclusion

29A travers ce tour d’horizon non exhaustif des manières possibles d’aborder les partitions en ethnomusicologie – leur fabrication, leurs usages, leur circulation – j’espère avoir attiré l’attention sur cet objet peu étudié. L’ethnomusicologie gagnerait à faire appel aux outils méthodologiques des disciplines voisines, en particulier l’anthropologie économique, l’anthropologie des techniques et la sociologie. La description ethnographique d’un ethnomusicologue peut ainsi se fonder sur le programme d’observation annoncé par Bartholeyns, Govoroff et Joulian dans leur introduction à un numéro récapitulatif de Cultures et Technique : « Que décrire ? Non seulement des entités finies (des objets) mais également les gestes qui les animent, les savoir-faire nécessaires au bon accomplissement d’une tâche, ou, sur un autre plan, les innovations ou les significations sociales ou politiques des outils, leurs dynamiques et trajectoires dans le temps et l’espace » (2010 :  11). En suivant les trajectoires de ces objets, on apportera ainsi un éclairage sur leur usage qui pourra enrichir l’analyse musicologique des partitions et permettra de les aborder tout en contournant le « paradigme graphocentrique » de la musicologie (Campos et al. 2006) ; rendues à leur contexte de production et d’utilisation, les partitions ne sont plus une réplique en deux dimensions de l’œuvre sonore, que l’on analyse à la place de l’œuvre pour des raisons pratiques, mais un outil passant entre les mains de divers acteurs et à l’aide duquel ils créent de la musique. Bien que « musique » et « partition » soient parfois synonymes dans le langage familier des musiciens, on pourrait écrire en tête de chaque partition : « ceci n’est pas de la musique » ; elle est plutôt un instrument de la musique. L’étudier en tant que tel pourra révéler sous un jour original les conditions sociales, économiques, ou encore juridiques de la création musicale.

Haut de page

Bibliographie

APPADURAI Arjun, 1986, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective. London/New York : Cambridge University Press.

AROM Simha et Frank ALVAREZ-PEREYRE, 2007, Précis d’ethnomusicologie. Paris : CNRS éditions.

BARTHOLEYNS Gil, Nicolas GOVOROFF et Fréderic JOULIAN, 2010, « Introduction. Une anthologie en forme de manuel ». Techniques et culture 54-55 : 6-17.

BARZ Bregory et Timothy COOLEY, dir., 2008 [1997], Shadows in the Field. New Perspectives for Fieldwork in Ethnomusicology. Oxford : Oxford University Press.

BERNARD Marie-Hélène, 2011, Les compositeurs chinois au regard de la mondialisation artistique : résider-résonner-résister. Thèse de doctorat. Paris Sorbonne.

BOHLMAN Philip, 2001, « Ethnomusicology, §III : Post-1945 developments ». Grove Music Online.

BOHLMAN Philip, 2002, World Music. A Very Short Introduction. New York : Oxford University Press.

CAMPOS Rémy et Nicolas DONIN, dir., 2009, L’ Analyse musicale, une pratique et son histoire. Genève : Droz.

CAMPOS Rémy, Nicolas DONIN et Frédéric KECK, 2006, « Musique, musicologie, sciences humaines : sociabilités intellectuelles, engagements esthétiques et malentendus disciplinaires (1870-1970) ». Revue d’histoire des sciences humaines 14 : 3-17.

CHEMILLIER Marc, 2003, « Pour une écriture multimédia de l’ethnomusicologie », Cahiers d’ethnomusicologie 16, « Musiques à voir » : 59-72.

CHEYRONNAUD Jacques, 1992, « ‘Sacré à plaisanteries’ ? Notes pour servir à l’étude de formes parodiques ». Ethnologie française nouvelle série 22/3 : 291-301.

COTTRELL Stephen, 2004, Professional Music-Making in London. Ethnography and Experience. Ashgate.

DUPONT Maÿlis, 2011, Le bel aujourd’hui. Bach ou Boulez, des œuvres à faire. Paris : Editions du cerf.

EL-GHADBAN Yara, 2009, « Facing the Music : Rituals of Belonging and Recognition in Contemporary Western Art Music ». American Ethnologist 36/1 :  140-160.

EVERETT Yayoi Uno et Frederick LAU, dir., 2004, Locating East Asia in Western Art Music. Middletown : Wesleyan University Press.

GOODY Jack, 1979 [1977], La Raison graphique. La Domestication de la pensée sauvage. Paris : Editions de minuit.

GUILLEBAUD Christine, 2004, « De la musique au dessin de sol et vice-versa. Un répertoire kéralais de formes sonores et graphiques », Cahiers d’ethnomusicologie 17, « Formes musicales » : 217-240.

HELFFER Mireille, 2003, « Regard sur les formes dans la musique rituelle du bouddhisme tibétain », Cahiers d’ethnomusicologie 17, « Formes musicales » : 261-295.

HENNION Antoine, 2003, « Ce que ne disent pas les chiffres… Vers une pragmatique du goût », in Donnat et Tolila, dir. : Le(s) Public(s) de la culture. Politiques publiques et équipements culturels. Paris : Presses de Sciences Po : vol. 1 : 287-304.

HENNION Antoine, 2009, « Réflexivité. L’ activité de l’amateur ». Reseaux 153 : 55-78.

HOOD Mantle, 1971, The Ethnomusicologist. New York : McGraw-Hill

KADDOUR Fériel, 2009, Le geste du pianiste : étude sur le jeu du musicien. Thèse de doctorat. Lille3.

KINGSBURY Henry, 1988, Music, Talent, and Performance. A Conservatory Culturel System. Philadelphia : Temple University Press.

KOPYTOFF Igor, 1986, « The cultural Biography of Things : Commoditization à process », in Appadurai, dir. : The Social Life of Things. London/New York : Cambridge University Press : 65-91.

LABORDE Denis, 1996, (dir.) Repérer, enquêter, analyser, conserver… Tout un monde de musiques. Paris : L’Harmattan.

LABORDE Denis, 1997, De Jean-Sébastien Bach à Glenn Gould. Magie des sons et spectacle de la passion, Paris : L’Harmattan.

LABORDE Denis, 2008, « L’opéra et son régisseur. Notes sur la création d’une œuvre de Steve Reich ». Ethnologie française 38/1 :  119-128.

LAU Frederick, 2004, « Fusion or Fission : The Paradox and Politics of Contemporary Chinese Avant-Garde Music », in Everett et Lau, dir. : Locating East Asia in Western Art Music. Middletown : Wesleyan University Press : 22-39.

LÉVI-STRAUSS Claude, 1962, La pensée sauvage. Paris : Plon.

LOISELEUX Isabelle, 2014, « Du geste au savoir-faire – La place de la conscience du corps dans l’apprentissage, l’exécution puis la transmission du geste du musicien instrumentiste », La Revue du Conservatoire [En ligne]. http://larevue.conservatoiredeparis.fr/index.php ?id=882.

MABRU Lothaire, 1998, Comment la musique vient aux instruments. Ethnographie de l’activité de lutherie à Mirecourt. Sarreguemines : Editions Pierron.

MANUEL Peter, 1995, « New Perspectives in American Ethnomusicology », Revista Transcuultural de Musica/Transcultural Music Review 19. Url : http://www.sibetrans.com/trans/article/299/new-perspectives-in-american-ethnomusicology.

MATHIEU Marie-Christine, 2004, Gestes et postures du musicien : réconcilier le corps et l’instrument. Paris : Format.

MERRIAM Alan, 1964, The Anthropology of Music. Evanston : Northwestern University Press.

NETTL Bruno, 1964, Theory and Method in Ethnomusicology. Londres : Collier-Macmillan.

NETTL Bruno, 1989, « Mozart and the Ethnomusicological Study of Western Culture (An Essay in Four Movements) », Yearbook for Traditional Music 21 :  1-16.

NETTL Bruno, 1995, Heartland Excursions. Ethnomusicological Reflections ond Schools of Music. University of Illinois Press.

NETTL Bruno, 2005 [1983], The Study of Ethnomusicology. Thirty-one Issues and Concepts. University of Illinois Press.

NOOSHIN Laudan, dir., 2011, Ethnomusicology Forum 20/3. The Ethnomusicology of Western Art Music.

PEGG Carole et al., 2001, « Ethnomusicology ». Grove Music Online.

REVOLON Sandra, Pierre LEMONNIER et Maxence BAILLY, 2012, « Objets irremplaçables : une introduction ». Techniques et culture 58 Objets irremplaçables :  14-27.

RICE Timothy, 2014, Ethnomusicology. A Very Short Introduction. New York : Oxford University Press.

ROEDER John et Michael TENZER, dir., 2011, Analytical and Cross-cultural Studies in World Music. Oxford University Press.

SHELEMAY Kay Kaufman, 2001, « Toward an Ethnomusicology of the Early Music Movement : Thoughts on Bridging Disciplines and Musical Worlds ». Ethnomusicology 45/1 :  1-29.

STOBART Henry, 2008, « Introduction », in Stobart, dir. : The New (Ethno)musicologies. Lanham : The Scarecrow Press.

STOCKMANN Doris, 1979, « Die Transkription in der Musikethnologie. Geschichte, Probleme, Methoden ». Acta Musicologica 51/2 : 204-245.

TAYLOR Timothy, 2007, Beyond Exoticism. Western Music and the World. Duke University Press.

TENZER Michael, dir., 2006, Analytical Studies in World Music. Oxford University Press.

WILL Udo, 1999, « La Baguette magique de l’ethnomusicologue ». Cahiers d’ethnomusicologie 12 : 9-33.

Haut de page

Notes

1 http://www.cnrtl.fr/definition/partition, consulté le 14 octobre 2016.

2 Bruno Nettl note la même résistance à une ethnomusicologie de la musique savante occidentale (1995 : xi).

3 Pour une histoire critique de ce type d’analyse musicale, cf. Campos et Donin 2009.

4 Les prénoms des étudiants ont été modifiés.

5 Cf. entre autres Kaddour 2009, et Loiseleux 2014, le carnet de recherche en ligne « Gestes, instruments, notations dans la création musicale des XXe et XXIe siècles » de Barthel-Calvet, Canonne, Donin et Trubert : https://geste.hypotheses.org/a-propos, ainsi que le colloque « le musicien à l’œuvre : le geste et ses représentations », 26-27 novembre 2009, Ecole normale supérieure, Paris ; ou, pour le point de vue d’une kinésithérapeute, Mathieu 2004.

6 Artyom Kim, entretien du 8 octobre 2010, théâtre Ilkhom, Tachkent.

7 Artyom Kim, entretien du 28 mai 2012, Goethe-Institut de Tachkent.

8 Ibid.

9 Source : Banque mondiale, http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GNP.PCAP.CD?locations=UZ (consulté le 14 octobre 2016).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Seung-Ah Oh et une étudiante travaillent sur la partition apportée par cette dernière.
Légende Goethe-institut de Tachkent, 29 octobre 2010.
Crédits Photo Lucille Lisack
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Fig. 2. Les musiciens d’Omnibus se préparent à jouer les œuvres des étudiants.
Légende Salle de conférences du Goethe-Institut de Tachkent, 27 octobre 2010.
Crédits Photo Lucille Lisack
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 3. Peter Adriaansz analyse son œuvre Three Vertical Swells.
Légende Goethe-Institut de Tachkent, Conférence du 29 octobre 2010.
Crédits Photo Lucille Lisack
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 773k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucille Lisack, « L’ethnographie de la musique écrite. Fabrication, usages et circulation des partitions »Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 73-90.

Référence électronique

Lucille Lisack, « L’ethnographie de la musique écrite. Fabrication, usages et circulation des partitions »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2673

Haut de page

Auteur

Lucille Lisack

Lucille LISACK a soutenu en 2015 une thèse portant sur la création musicale en Ouzbékistan, à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris) et à la Humboldt Universität (Berlin). Elle est actuellement chercheure associée au Centre Georg Simmel.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search