Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Musique, mémoire et émotion : les lamentations, un objet de la psychanalyse et de l’art-thérapie ?

Mina Dos Santos
p. 91-106

Résumé

Cet article propose de considérer les lamentations comme un objet de recherche non seulement pour l’ethnomusicologie, mais aussi pour l’art-thérapie et la psychanalyse. En s’intéressant aux larmes, aux affects, à la musique, et à la parole, il semblerait que la posture de l’ethnomusicologue puisse ne pas être si éloignée de celle du psychanalyste… Comment musique, mémoire et émotion peuvent-elles se retrouver dans des disciplines telles que l’art-thérapie et la psychanalyse ?

Haut de page

Texte intégral

On peut dire que les deux propositions « L’homme est un être de culture » et « L’homme est un être de psychisme » sont rigoureusement équivalentes.
Tobie Nathan (1986 : 32)

1Les lamentations, entre musique, mémoire, émotion, pleurs, parlé et chanté, constituent un prisme rêvé pour éclairer les points communs entre musicothérapie et ethnomusicologie. Elles permettent de préciser le rôle de la pleureuse, la libération d’affects pénibles en rejouant un drame. Se pencher sur leur forme même, qui semble révéler une frontière très mince entre l’objet thérapeutique et l’objet ethnomusicologique invite à se questionner sur les spécificités de l’ethnomusicologie et son devenir.

  • 1 A l’issue de cet article, j’ai d’ailleurs interrompu mes études de psychologie.

2Si l’ethnomusicologie et la musicothérapie apparaissent bien distinctes, c’est en reprenant un cursus de musicothérapie à l’Hôpital Sainte-Anne, (Université de médecine Paris-Descartes Paris V) puis des études de psychologie, que des parallèles m’ont paru évidents, et vertigineux car ils semblaient ouvrir des champs d’exploration dans lesquels je pouvais me perdre1

3De nombreuses fois, j’ai ressenti l’envie de croiser l’ethnomusicologie avec d’autres pratiques professionnelles. Il y a quelques années, je m’étais interrogée sur la place du Patrimoine Culturel Immatériel, notamment celui des lamentations, dans l’espace muséal. Aujourd’hui, cet article m’offre la possibilité d’éclairer le parallèle avec les pratiques de musicothérapie, en empruntant aussi à la psychanalyse et l’ethnopsychiatrie.

Les interactions entre ethnologie et psychanalyse

Œil et mémoire : de l’observation à l’anamnèse

4Le premier élément commun entre musicothérapie et ethnomusicologie est la part dévolue à l’humain et à la musique. Le vocabulaire même peut être commun aux deux champs d’investigation ; « terrain », « anamnèse » sont des termes utilisés avec le même signifié et l’histoire de l’« observé » musical semble tout aussi importante pour la construction d’un corpus ethnomusicologique, que pour constituer les éléments d’anamnèse d’un dossier de patient.

5Au sujet de l’anamnèse, Joël Candau écrit dans son Anthropologie de la mémoire :

Plusieurs observations incitent à penser que les souvenirs autobiographiques spontanés sont plus souvent exacts lorsqu’ils sont suscités, par exemple, par une question posée par le narrataire. Par conséquent, lorsque des informateurs en situation d’anamnèse font preuve d’une rétention mémorielle, le fait de solliciter avec trop d’insistance peut induire un assez grand nombre de souvenirs inexacts voire même inexistants. Grâce à des recherches récentes en psychologie expérimentale, on connaît en effet des exemples de remémoration d’événements n’ayant jamais existé. En pratique, l’ethnographe qui recueille des récits de vie doit trouver un équilibre difficile entre la réserve et la sollicitation. […] En revanche, s’il se met trop en retrait, il risque de buter sur la « mémoire réservée », sorte de « gel mnésique » qui se produit lorsqu’il existe un décalage trop grand entre les modèles culturels anciens et ceux d’aujourd’hui. Le narrateur pense alors que ses histoires ne vont « intéresser personne » et appauvrit son récit de vie. (Candau 1998 :  105-106)

6Ce type de dialogue fait directement écho à l’entretien clinique, tel qu’il est pratiqué par les psychologues et tout praticien du soin. Qu’est-ce que l’interrogé décide de donner ou de conserver pour lui ? Quelle part d’intimité offre-t-il de lui ? Dans la collecte des mémoires, la place de l’intime est essentielle. En cela, la démarche de l’ethnomusicologue est fondamentalement différente de celle du psychologue. L’ethnomusicologue semble effectuer un mouvement allant vers l’extérieur, vers l’Autre, tandis que le psychologue semble effectuer un mouvement vers l’intérieur de l’Autre. Ajoutons que dans le cas de l’entretien clinique, la demande vient (a priori) du patient. C’est lui qui se tourne vers un autre, tandis qu’avec l’ethnomusicologie, la demande émane de celui qui cherche et collecte. Cette tendance à la collecte s’est vue cependant inversée par des mouvements de sauvegarde(s) patrimoniale(s) orchestrés par l’UNESCO où ce sont les « autres » qui adressent une demande de sauvegarde de leur propre patrimoine aux ethnomusicologues et instances juridiques…

7Mais, pour revenir aux parallèles entre la posture de psychanalyste et d’ethnologue, voici une réflexion de Georges Devereux :

En ce qui me concerne, je maintiens qu’en devenant également psychanalyste, j’ai tout simplement parachevé ma formation d’ethnologue, c’est-à-dire spécialiste de la culture de l’homme. Si j’avais d’abord été psychanalyste, j’aurais certainement éprouvé le besoin d’étudier aussi l’ethnologie, afin de parachever ma formation de spécialiste du psychisme humain. (Devereux 1970 : 83)

8Si l’on étend cette réflexion à l’ethnomusicologie et à la musicothérapie, nous pourrions dire que l’ethnomusicologue travaille avec son œil comme il utilise ses oreilles. En cela, le métier de musicothérapeute ressemble en tout point à celui de l’ethnomusicologue. Ces deux professionnels, en fonction de la posture qu’ils adoptent, auront à travailler la relation à un Autre avec la musique comme canal principal de création et de communication. S’il n’est pas demandé au psychothérapeute de s’engager de la même manière dans la relation avec son patient – notamment parce qu’il ne divulguera pas ce qui lui aura été dit en séance –, l’on peut insister toutefois sur une forme d’alliance musicale et thérapeutique qui mettra en jeu des facteurs spatio-temporels et musicaux, cela faisant écho au principe même de la relation analytique.

Une relation tiercéisée ? : le médium musical

9Si les thérapies à médiation artistique (ou art-thérapie) assignent à la parole une place secondaire, il n’en demeure pas moins qu’avec certains patients, la parole peut s’avérer essentielle notamment dans la collecte d’informations et sur leur rapport à l’art. Voici ici une brève définition de l’art-thérapie :

Les psychothérapies à médiation artistique sont des techniques psychothérapeutiques qui utilisent les pratiques artistiques comme principal moyen de communication et d’expression. La parole n’est pas l’outil principal ; c’est autour de l’engagement dans un travail créatif que le travail de réflexion et d’élaboration se met en place. En cela, elles se différencient d’une part des psychothérapies verbales et d’autre part, des autres psychothérapies médiatisées. (Dubois 2013 :  15)

10Dans le cadre de la musicothérapie, Rolando Benenzon, un psychiatre argentin considéré comme le père fondateur de la discipline, introduit un concept intitulé « l’identité sonore », plus communément appelé ISO. Il définit cette dernière comme étant « la notion d’existence d’un son ou d’un ensemble de sons ou de phénomènes sonores internes qui nous caractérisent, nous individualisent » (Benenzon 1992). Le musicothérapeute, dans le cadre de son travail, sera amené à comprendre et à définir l’identité sonore de son patient afin de comprendre les relations que celui-ci entretient avec la musique. D’une certaine manière, c’est exactement, le même travail qu’effectue l’ethnomusicologue lorsqu’il se rend sur le terrain.

11De fait, en musicothérapie comme en ethnomusicologie, la médiation se trouve au cœur de la relation.

12Edith Lecourt, la pionnière de la musicothérapie en France, affirme que, « par le choix de la médiation et par la proposition du matériau, il y a induction de la forme et du contenu de l’expression, comme des qualités relationnelles mobilisées. […] La musique développe l’activité sonore, introduit la dimension groupale, engage le corps et peut avoir des effets relationnels massifs. […] Le support est parfois plus qu’un intermédiaire, qu’une aire de jeu, il peut avoir, dans ses caractéristiques, quelque chose qui fasse sens. […] L’efficacité du remède est alors liée à une expérience relationnelle archaïque qui se trouve sémantisée dans certaines caractéristiques du réel (une couleur, un son, une musique, une odeur, un paysage, une alliance etc.) et cela bien avant la parole (c’est aussi le goût de la madeleine de Proust) ». Edith Lecourt ajoute : « on ne peut négliger cet aspect de notre travail avec les médiations, où il est encore trop peu exploré » (Lecourt 2006 : 59). En cela, l’ethnomusicologie aurait beaucoup à apporter à la musicothérapie, sans nul doute.

13Dans l’Esquisse d’une psychologie scientifique de 1895, Freud assigne au cri poussé par le bébé un rôle important. Le cri est d’abord une pure décharge motrice de l’excitation interne, selon le schéma réflexe qui constitue la structure première de l’appareil psychique. « La voix de décharge acquiert ainsi une fonction secondaire d’une extrême importance ; celle de la compréhension mutuelle » (1950 [1895]).

14Le cri, les pleurs, seraient donc en premier lieu un moyen de communiquer avec l’Autre. L’  Autre, qui est beaucoup plus que le père ou la mère, mais qui représente une forme d’altérité. Cette théorie sera complétée par Didier Anzieu avec l’introduction du Moi-peau complétée par celle d’enveloppe sonore. C’est l’enveloppe sonore qui nous intéresse ici. Anzieu écrit à son sujet : « Le Soi se forme comme une enveloppe sonore dans l’expérience du bain de sons, concomitante de celle de l’allaitement. Ce bain de sons préfigure le Moi-peau et sa double face tournée vers le dedans et le dehors, puisque l’enveloppe sonore est composée de sons alternativement émis par l’environnement et le bébé » (Anzieu 1985). Cela amènera l’individu à se construire et à se confronter au réel, à prendre sa place dans la société en trouvant ses propres limites : celles du dedans et du dehors. Le Moi-peau, constitue justement cette enveloppe assez solide pour contenir le Moi et lui permettre de se construire sans tomber dans la pathologie (névrose, psychose, perversion…).

Recueil de données : la parole, l’oral, la mémoire, données de la relation

15Un autre point concerne la prise de notes : ce que le thérapeute choisit de garder, ce qu’il va noter (ou non) lors d’une séance, ce qu’il va mémoriser ou oublier.

16Dans le cadre du terrain ethnomusicologique, il semble tout à fait naturel de prendre des notes, de filmer et d’enregistrer. Cela ne serait nullement possible dans le cadre d’une séance de musicothérapie, sauf si cela entrait dans le dispositif thérapeutique mis en place par le thérapeute. Toutefois, ici, la notion de mémoire est centrale et pose la question de ce que le thérapeute choisit de conserver qui lui semblerait important pour comprendre son patient, un choix de même nature que celui qu’effectue l’ethnomusicologue à travers les données multiples qu’il recueille.

17Le thérapeute et l’ethnomusicologue sont des collecteurs de mémoire et de récits. Comme évoqué plus haut avec Joël Candau, la mémoire et les récits de vie sont souvent au cœur de la relation. J’ai expliqué ailleurs ces points (Dos Santos 2010 : 263-291) où l’amorce de la relation s’effectue certes par la parole, mais où l’ethnomusicologue, pour comprendre le matériau avec lequel il travaille, est obligé de le contextualiser et, de fait, de s’immerger dans son terrain par le recueil des récits de vie. Freud, dans ses Cinq leçons sur la psychanalyse (1921) rappelle que le transfert et le contre-transfert existent dans chaque type de relation. Le psychanalyste, comme l’ethnomusicologue, se retrouve pris dans des liens de confidence. S’ensuivent des rapports forcément transformés, modifiés, qui auront des conséquences directes sur la recherche de l’un et de l’autre.

18De par l’approche mémorielle, la collecte et la rencontre d’émotions approchées dans le cadre de mon terrain autour des lamentations mais aussi de mon travail de musicothérapeute, j’ai souhaité examiner les liens qu’entretenaient la musique, la mémoire et l’émotion dans les lamentations. Cet article en offrait l’occasion.

Musique, mémoire et émotion

Mémoire et émotion : comment le trauma et les émotions liées aux traumatismes forgent nos souvenirs

19Dans le cadre de l’entretien psychanalytique, Freud prône l’association libre comme première règle fondamentale car elle permet au sujet d’exprimer des pensées qui lui viennent à l’esprit de façon spontanée ou à partir d’un élément donné. Pour Freud, l’association libre serait née du trauma. Or, les lamentations semblent indirectement issues d’une forme de traumatisme. Le récit de vie, dans le cadre de mon terrain, fut une amorce pour accéder aux lamentations en Russie chez les babouchkas (grands-mères en russe). A partir du parlé, des associations « libres », je pus m’immiscer dans la mémoire de ces femmes et accéder à leurs affects refoulés. Pour ne pas trop céder à la tentation psychanalytique, nous pourrions qualifier le terme d’affect de « sentiment ». André Green affirme que l’affect constitue la partie inexplorée de la psychanalyse, trop souvent délaissé au bénéfice de la parole. Or, les lamentations se trouvent justement au carrefour de l’affect et de la parole, en cela qu’elles sont à la fois chantées, pleurées, ou constituées de « paroles mélodisées » (Amy de la Bretèque 2013).

20La relation entre lamentations et mémoire pourrait être approchée à partir de la mémoire autobiographique. Olga Lanberg, art-thérapeute et psychologue rapporte que la mémoire autobiographique pourrait se définir :

comme une structure cognitive individuelle (une sorte d’intermédiaire) reflétant la réalité de l’individu sous différentes formes d’identification de soi à différentes caractéristiques physiques et personnelles, le ressenti de l’unicité de son histoire personnelle et de la succession des étapes de la vie. C’est la mémoire autobiographique qui assure la fixation, la sauvegarde, l’organisation et l’actualisation de l’information sur l’expérience personnelle, sur les événements importants de la vie du sujet, et qui définit l’aspect temporel de l’existence et de l’auto-identification de la personne. (Lanberg 2016 :  123)

21Veronika Nourkova, docteur en psychologie, insiste sur le fait que l’état harmonieux de la personne du point de vue de « l’approche positive » (Nourkova : 2015) de la mémoire autobiographique consiste non en l’absence d’expérience traumatique mais en l’atteinte de l’équilibre entre les souvenirs traumatisants et soutenants, qui la conduit à une attitude de vie positive envers sa vie, « une vie difficile, mais heureuse », ce qui semblerait bien être le cas des babouchkas. Les lamentations signifient le traumatisme et l’expurgent d’une certaine manière par la présence singulière des pleurs, au centre même de cette forme vocale et musicale.

Comprendre l’émotion au travers de la structure musicale, du timbre, de l’échelle et des pleurs

22John Blacking (1980 [1973]), lorsqu’il s’intéresse aux universaux musicaux, affirme que si le contexte culturel est indispensable à la compréhension de la musique d’une communauté, il n’en demeure pas moins essentiel d’étudier sa structure.

23Voici la structure type d’une lamentation telle qu’il m’a été donné de la collecter en Russie il y a quelques années.

24Les paroles sont syllabiques et, si elles semblent osciller autour d’une note que l’on pourrait caractériser de note de référence (le fa en l’occurrence), l’on observe une chute à la fin de la phrase signifiée par un point d’orgue.

Extrait d’une lamentation funéraire sur le frère

А братец ты мой родимый

Ah ! Mon petit frère chéri !

А братец же (entendre жа) ты мой любимый

Ah ! Mon petit préféré

А кровиночка же ты моя

Ah ! Mon petit sang

А куда ж’ ты так ранено ушёл ?

Ah ! Où es-tu parti blessé ?

А на кого же ты нас оставил ?

Ah ! Dans quelles mains nous as-tu laissés ?

25Dans la lamentation proposée ci-dessus, s’égrènent des notes conjointes sur un intervalle de tierce majeure puis apparaît une chute symbolisée par un saut d’octave matérialisant une sorte d’effondrement. Comme si la pleureuse, tel Sisyphe, cherchait, par la musique, à « remonter la pente » sans y parvenir, et finissait par décliner vocalement. Le corps, bien évidemment engagé, soutenu parfois par des balancements d’avant en arrière, et la voix de tête (qui traduit un timbre spécifique) viennent souligner une situation particulière, dramatique. Les répétitions de l’interjection « ah ! » en début de chaque vers permettent d’engendrer un processus mélodico-rythmique, d’entraîner la pleureuse dans ce cycle funèbre qui passe par le ressassement. Aucune échappatoire ne semble possible, sinon pleurer.

26La voix joue ici un rôle majeur. Guy Rosolato dit de la voix qu’elle se trouve entre corps et langage (Rosalato :  1969). En cela, elle engage autant la pensée que le corps et, dès qu’elle est « mélodisée », elle entraîne un autre langage, celui de la musique.

27Il est difficile de parler des pleurs. Il existe peu de littérature à ce sujet. En psychanalyse, on parlera d’affect, d’éprouvé, de sentiment, pas vraiment d’émotion mais ces différents termes semblent encore avoir du mal à être définis.

Il y a d’abord le fait que l’émotion, contrairement à l’affect, apparaît comme un mouvement du sujet dont la source essentielle est un événement du monde extérieur et non une représentation qui émane du monde intérieur. […] Il y a par ailleurs dans le terme d’émotion quelque chose qui connote une perspective de décharge dans l’agir, et là encore la différence se marque avec ce qu’il en est de l’affect. (Danon-Boileau 1999 : 10)

28« Le mot émotion nous parle, étymologiquement, d’un mouvement hors de soi. […] Au moyen-âge, émouvoir signifiait “faire sortir du calme, pousser au soulèvement”, et l’émotion désignait alors, logiquement, le “trouble social”, la “sédition”, la révolte en acte » (Didi-Hubermann 1995 : 681). On peut lire, dans les Etudes sur l’hystérie de Freud, une remarquable description de ce que peut un corps lorsqu’il se sent affecté. « Les affects “actifs”, “sthéniques”, compensent la poussée d’excitation (psychique) par une décharge motrice. Les cris et les sauts de joie, le tonus musculaire accru de la colère, les vociférations, les représailles, permettent à l’excitation de se décharger par certains mouvements. La souffrance morale, elle, se débarrasse de l’excitation par des efforts respiratoires et par des sécrétions : les sanglots et les larmes. Chacun peut journellement constater que ces réactions tendent à diminuer et à apaiser l’excitation » (Freud 1895 [1973] : 5). Tobie Nathan ajoutera qu’il s’agit d’une forme de projection, d’expulsion au sens où il faut entendre que la pulsion sort de soi. « La projection prend également modèle sur d’autres formes d’excrétion : le crachat, la transpiration, mais aussi l’écoulement vaginal, expression du désir féminin qu’on retrouve également dans les larmes et dont la formule “laisser couler” assure la transformation » (Nathan 1986 :  173). Etrangement, Françoise Héritier, la grande disciple de Claude Lévi-Strauss, qui s’est beaucoup intéressée aux sécrétions, omet (volontairement ou involontairement ?) de parler des larmes …

29Que traduisent les larmes et comment sont-elles perçues dans la littérature ? Si elles sont souvent assimilées au fleuve, au temps qui passe et au présent, il existe finalement peu d’écrits parlant des larmes. Anne-Vincent Buffault dans son Histoire des larmes (Buffault :  1986) rappelle l’existence d’un genre propre au XVIIIe siècle appelé comédie larmoyante à la croisée de la tragédie et de la comédie mettant en scène des personnages privés dans une action sérieuse avec comme but final d’élever le public. Mais nous sommes encore loin des lamentations qui exigent une modification du timbre et oscillent entre le parlé et le chanté. Les larmes semblent toujours mises de côté. S’agit-il d’un chant pleuré ou de pleurs chantés ? Que représentent les larmes dans la société ?

Les lamentations, un espace psychique, une « aire transitionnelle » à la façon winnicottienne

Jouer : l’expression de la bonne santé mentale au sens Winnicottien du terme

30Donald Winnicott affirme qu’un thérapeute ne sachant pas jouer ne peut être un bon thérapeute. L’ aire transitionnelle de Winnicott remonte à la petite enfance et représente l’espace à l’intérieur duquel l’enfant va progressivement jouer seul en présence de la mère. C’est-à-dire que petit à petit, l’enfant gagne une autonomie et se crée une identité. Détaché des angoisses liées à l’existence, il découvre le jeu, se construit une aire psychique propre dans cet espace potentiel où il forge sa personnalité.

La psychothérapie se situe en ce lieu où ces deux aires de jeu se chevauchent, celle du patient et celle du thérapeute. En psychothérapie, à qui a-t-on affaire ? A deux personnes en train de jouer ensemble. Le corollaire sera donc que là où le jeu n’est pas possible, le travail du thérapeute vise à amener le patient d’un état où il n’est pas capable de jouer à un état où il est capable de le faire. (1971 [1975] : 84)

31L’enfant, ainsi que le patient, expérimentent l’aire transitionnelle comme un lieu de transition et d’évolution. Le moment du rituel semble identique à cet espace hors temps créé dans le cadre de la thérapie. Ce moment de recréation et de récréation est selon Winnicott l’expression de la bonne santé. « Jouer est une expérience : une expérience créative qui se situe dans le continuum espace-temps, une forme fondamentale de la vie ». « C’est le jeu universel qui correspond à la santé : l’activité de jeu facilite la croissance et par là même, la santé. Jouer conduit à établir des relations de groupe » (Winnicott 1972 : 90).

32Les lamentations et, notamment, celles portant sur la mère témoignent de l’expression d’un abandon que le sujet ne peut souffrir. Il s’agit de la perte d’un « objet », pour reprendre les termes analytiques, et tout le moi se concentre sur le travail du deuil, se traduisant par une tristesse intense et prolongée, une grande fatigue, ces deux symptômes caractérisant (entre autres) l’expression du deuil. Face au deuil et à la perte de l’objet, l’homme a peu de choix. Vladimir Jankélévitch, l’un des traducteurs de Freud, affirme que « quand on ne peut fléchir l’inflexible, révoquer l’irrévocable ni renverser l’irréversible, il ne reste rien d’autre à “faire” – suprême ressource ! – qu’à pleurer ou à chanter. C’est tout ce qu’il reste à faire quand il n’y a rien à faire. Pleurer, souffrir, chanter, rêver… » (Jankélévitch 1974 :  185). C’est de cette manière que le deuil semble pouvoir exister. Les quelques vers ci-dessous sont signés de la main de Donald Winnicott lui-même qui, étrangement, ne semble pas s’être intéressé aux lamentations.

Mère en dessous pleure,
Pleure,
Pleure,
Ainsi l’ai-je connue.
Autrefois, allongée sur ses genoux
Comme à présent sur l’arbre mort
Je lui apprenais à sourire,
A contenir ses larmes,
A se défaire de sa culpabilité,
A soigner sa mort intérieure.
La rendre vivante était ma vie.
(Philipps/Winnicott 1998)

33Pleurer et chanter donc… La musique portée par la voix adresse une plainte à l’entourage, à l’autre, à un Autre bien plus grand que le commun des mortels. Mais celui qui est accusé est aussi celui qui part, celui qui quitte les vivants car il leur procure du chagrin et en est responsable. C’est donc au défunt que la plainte est adressée annonçant les prémices d’un deuil en musique.

Extrait d’une lamentation funéraire sur la mère

А матушка моя милая

Ah ! Ma chère petite mère

А матушка моя любоя (entendre любыя)

Ah ! Ma mère bien aimée !

А зачем же ты меня покинула ?

Ah ! Pourquoi m’as-tu abandonnée

А как же я теперь буду жить без тебя ?

Ah ! Comment vais-je bien pouvoir vivre sans toi ?

34Dans la lamentation exposée ci-dessus, le fait de pouvoir jouer en présence de la mère puis sans la mère est tout à fait révélateur d’une autonomie fragile et précaire. Le traumatisme de la perte est rejoué. Dans cette aire entre deux mondes, c’est finalement le jeu qui permet une amorce du deuil. Le jeu non pas au sens purement ludique – mais en tant que moyen d’expression – réunit plusieurs personnes et incite à résoudre un conflit intrapsychique autant individuel que collectif. La douleur, elle, ne disparaît pas, bien au contraire, elle est martelée et rappelée jusqu’à ce que la pleureuse s’effondre.

L’expression de la plainte ne fait pas taire la douleur. Elle s’accompagne d’une résignation silencieuse ou d’une accusation muette. A qui pourrait-elle s’adresser ? La plainte est portée contre X. […]. Dans le cadre de la consultation, elle tient lieu de psychisme ; les affects qu’elle véhicule, pris en masse dans la douleur, cherchent désespérément un sens. Ils représentent un appel qui reste sourd, par défaut, à toute réponse ; un appel qui ne trouve pas d’objet, qui ne cherche pas d’objet mais qui demeure, comme témoin de la souffrance mais aussi comme vestige d’une image maternelle maintenue dans l’espérance à travers le désespoir. (Burloux 1999 : 45)

35Pour dépasser la plainte, la transformer, il semblerait que la capacité de pouvoir jouer soit donc essentielle. Si la bonne santé se traduit par la sociabilité, l’interaction et la création, cela à travers un espace social, alors jouer et recréer (pensons au terme de récréation tout à fait révélateur du jeu et de la création) sont primordiaux dans la vie de l’homme. Dans l’ouvrage L’ animisme parmi nous, Doris Bonnet pose la question suivante : « peut-on rapprocher un jeu d’enfants et un psychodrame en les assimilant à un rite ? »

Comme le rite, ils s‘élaborent dans un cadre, apparemment spontané, mais en fait doté d’une cohérence à la fois spatiale et temporelle, de preuves gestuelles d’authenticité du “faire-semblant”, de codes et de postures culturelles. […] Dans les deux cas, le discours du corps se substitue à celui de la parole, même si le rite comme le jeu d’enfants et le psychodrame ne sont pas dénués de parole. Dans les deux cas, on imagine qu’il y a un plaisir de la fiction, un plaisir de chercher le seuil du faire-semblant. Dans les deux cas aussi, se pose la question du rapport de l’individu au groupe, du rôle qu’il occupe dans ce jeu de rôles (Bonnet 2009 :  167).

36Je fus heureuse de découvrir un tel questionnement car il faisait directement écho à l’hypothèse que j’énoncerai ci-dessous : peut-on parler des lamentations comme d’un psychodrame musical ?

Les lamentations comme « psychodrame musical » : de l’individu au groupe

Le monde est une scène de théâtre
Et la vie est un jeu.
Viens donc, apprends à jouer,
Renonce au sérieux de la vie ;
Ou alors prépare-toi
A supporter les souffrances du drame.
(Palladas, IVe siècle après J.-C./Nathan 1986 : 103)

37Comparer les lamentations au psychodrame et notamment au psychodrame musical pourrait paraître hérétique. En effet, le psychodrame n’apparaît pas comme une forme de théâtre mais bien comme un processus psychanalytique. Jean-François Rabain, dans son article sur le psychodrame, précise : « à l’expression théâtrale spontanée et cathartique, vont venir s’adjoindre l’écoute et l’interprétation psychanalytique des conflits en particulier inconscients. […] En mettant lui-même en scène ses propres conflits, le patient se retrouve en effet auteur et acteur de son propre drame » (Rabain 1997 : 633). Il ajoute : « Le psychodrame se réfère à un certain nombre de paramètres spécifiques qui lui permettront de rester psychanalytique. On peut citer le cadre, la scène, le transfert, la fonction miroir du corps, les deux temps du psychodrame, la scansion de la séance enfin qui donne au psychodrame son originalité particulière. La fonction contenante du cadre est assurée par la constitution d’un groupe psychodramatique : meneur de jeu, co-thérapeutes, patient, qui est support d’identifications narcissiques et où sera posée la question de l’identité et aussi de l’altérité. La dimension groupale avec sa fonction contenante permet la mobilisation d’identifications simultanées sur les différents adultes du groupe et leur élaboration symbolique ».

38L’envie de comparer les lamentations au psychodrame est peut-être née avant tout d’un manque de mots pour exprimer un processus, un acte thérapeutique mais aussi dramatique et musical. Car il s’agit bien de soulager des affects pénibles en les mettant en scène à l’intérieur d’un espace scénique.

39La pleureuse, entourée du groupe faisant à la fois office de public mais aussi d’« enveloppe » va permettre au conflit psychique et au trauma d’être rejoués. De plus, une attention particulière sera portée à la scansion, tout comme dans le rituel funéraire où chaque parole et « mise en bouche émotionnelle » sera jugée pour sa valeur tragique et dramatique.

40L’une des spécificités du psychodrame consiste en la présence d’un meneur de jeu qui sera là pour l’interrompre ou pour y faire entrer des co-thérapeutes avec les patients afin d’orienter la scène en train d’être jouée. Dans les lamentations, rien de tout cela hormis une pleureuse dont le rôle est le suivant : déclamer des vers où musique et affects semblent être au même niveau au point de permettre à l’assemblée de pleurer en écho avec elle. Personne ne viendra arrêter la pleureuse, sinon d’autres pleureuses qui lui souffleront que « cela suffit »… La question de l’écho interroge également car elle renvoie aux fondements même de la psychanalyse avec la légende de Narcisse et d’Echo qui, tombée amoureuse de lui, ne pourra que répéter le dernier mot entendu. A la manière du théâtre antique, la question du chœur, du groupe, rappelle que la souffrance individuelle touche également le collectif. Le groupe n’est pas seulement un espace de rencontres, mais bien un espace où naissent des émotions et des pensées communes. D’où l’idée de jeu répondant à des règles, à une identité autant qu’une altérité, à l’individu et au collectif.

41Ces affirmations renvoient à la réflexion de Georges Didi-Hubermann, qui livre la pensée suivante : les émotions sont l’affaire de tout un chacun, voire l’affaire de nous tous. Il développe : « l’émotion est incompréhensible selon l’individu – ou le je – dans la mesure où elle se déploie selon une dimension particulière en laquelle viennent se toucher le pré-individuel (l’autre du dedans) et le trans-individuel (l’autre du dehors) » (Didi-Huberman 2016 : 49).

42Cela pour terminer sur cet espace liminal propre à toute forme de rite de passage si bien décrit par Arnold Van Gennep.

L’autre espace : une transition entre passé et futur, dedans-dehors. Le thérapeute, chamane urbain ?

Pour les groupes, comme pour les individus, vivre c’est sans cesse se désagréger et se reconstituer, changer d’état et de forme, mourir et renaître. (Van Gennep 1981 [1909] : 272)

43Dans son Traité d’ethnopsychiatrie clinique (1986), Tobie Nathan affirme que « dans la société occidentale, seule la psychanalyse est comparable au système chamanique, puisqu’elle associe une thérapeutique globale du sujet, une théorie dramatisée d’un univers psychique fractionné (ça, moi, surmoi, conflits intrapsychiques, etc.). De plus, le thérapeute fait office de médiateur entre le sujet malade et son double : l’inconscient » (Nathan 1986 :  139).

44Cet espace médiatisé révèle un entre-deux, un moment hors du temps, ce que Freud nomme le Zeitlos ou le temps de l’inconscient. La pleureuse, comme le chamane, le psychanalyste ou l’art-thérapeute, se retrouve créatrice d’un espace tiers permettant un passage, une transition. C’est ce que Winnicott a nommé l’espace transitionnel ou l’espace potentiel, à l’intérieur duquel se rejouent les conflits psychiques, somatiques et qui peut permettre leur résolution.

45André Green lors de la clôture du colloque « L’ animisme parmi nous » (Asséo 2009), établira cinq parallèles entre la psychanalyse et l’ethnologie :

  • la sexualisation fondamentale qui imprègne les rituels chamanistiques et le dualisme pulsionnel vie/mort

  • la place du jeu

  • la focalisation des activités agressives et destructrices

  • le statut transitionnel

  • le rôle du symbolique

46Sans retracer un historique des recherches qui ont comparé la psychanalyse et le chamanisme, il semble toutefois intéressant de rappeler ce phénomène. De Freud à Lévi-Strauss en passant par Georges Devereux ou Roberte Hamayon, les ethnologues comme les psychanalystes se sont heurtés à des similarités entre ces deux « agir » thérapeutiques. Dans le cadre des lamentations, il ne s’agit pas de comparer la pleureuse à un chamane car il n’est pas certain qu’elle soit investie du même pouvoir « magique » aux yeux de la communauté. Toutefois, c’est elle qui semble désignée comme devant pleurer pour le groupe et donc faire office de médiatrice. La pleureuse n’est pas une chamane et on ne lui attribue pas de pensée magique ; cependant, si son âme n’est pas entièrement investie dans son chant, cela peut menacer l’efficience du rituel. Cette idée est déjà avancée en 1949 par Lévi-Strauss, qui parle d’efficacité symbolique du rituel. Ce qu’il y a de commun entre les pleureuses, le chamane et le psychanalyste reste la fonction thérapeutique attribuée soit au rituel, soit aux entretiens cliniques menés par l’analyste. Corps et psyché se trouvent au centre des pratiques de ces trois personnages.

Le concept de chamanisme est le fruit d’une construction occidentale, qui s’est faite en plusieurs étapes. Pour les premiers observateurs (fin du XVIIe siècle), issus du clergé russe orthodoxe, le chamane est un personnage religieux, un rival dangereux que l’on suppose au service du diable, car il crie et gesticule d’une manière extravagante, contraire au recueillement chrétien. Cette perception ancre l’idée que le chamanisme associe l’état de l’âme et l’expression corporelle. (Hamayon 2009 : 213)

47Roberte Hamayon insiste sur le fait que le chamane, en permanence, joue pour attirer la chance à la chasse, s’entraîne et se prépare à se battre dans la réalité. « Jouer, c’est enfin et peut-être surtout, pour le chamane, interagir avec les esprits de façon à l’emporter sur eux, tout en respectant la loyauté due à tout partenaire et garante de la perpétuation de l’échange » (Hamayon 2009 : 201).

48André Green ajoutera sur la place du jeu : « A la différence de la conception du jeu rencontrée par Winnicott, le chamanisme pratique un jeu plus intéressé. Il s’agit d’un jeu pour gagner. … La mort est la borne où s’arrête le jeu ». « Et quand les jeux rituels deviennent obligatoires, on comprend qu’ils sont sérieux » (Green 2009 : 219).

Conclusion

49Pour conjurer la mort, la perte, l’homme n’a d’autre choix que de créer du symbolique – parlé, chanté, peint, dansé… – cette création offre un autre temps, le seul sur lequel l’homme semble avoir prise grâce à l’intervention d’un tiers.

50L’ethnomusicologie a-t-elle encore sa singularité si elle est incorporée à ce point à d’autres disciplines tout autant analytiques ? Ce qui relie fondamentalement la musicothérapie et l’ethnomusicologie concerne la construction de la relation musicale entre un sujet et l’Autre, voire des autres. Leur finalité respective n’est évidemment pas la même, mais elle interroge tout autant la relation de l’humain à l’art et la façon dont la musique peut structurer un individu ou une société. A la manière structuraliste de Lévi-Strauss ou dans la recherche des universaux de Blacking, existerait-il une grammaire musicale qui se retrouverait dans différentes cultures ou civilisations, notamment lorsqu’il s’agit d’affects ? Comment jeu et musique se répondent-ils, eux qui s’inspirent du même champ lexical et qui sont tous deux créateurs d’un autre temps ?

51L’homme, matériellement présent et se questionnant sur sa destinée, en proie à des souffrances qu’il tente de sublimer ou, dans le cas contraire, qu’il ne peut dominer, voit s’ouvrir un chemin, celui de la création et du jeu. En cela, l’ethnomusicologie, la psychanalyse et l’art-thérapie semblent s’intéresser aux mêmes objets : la création, la recréation, ce qui se joue dans la transmission et la potentialité d’aire(s) transitionnelle(s).

52Jouant sur la frontière en permanence, sur le jeu d’absence-présence, de passé-futur, d’intérieur et d’extérieur, ces trois domaines de connaissance dialoguent avec l’espace, le temps (musical, intérieur etc.) et l’humain. Ce sont des champs résolument dynamiques, en mouvement perpétuel, cela en lien avec la nature humaine, elle-même mouvante.

53Ce que nous apprend l’ethnomusicologie sur son devenir, c’est qu’elle peut prendre racine dans le passé pour mieux expliquer le présent grâce à la définition même de la musique et du temps musical. C’est ce qui en fait une discipline unique à la croisée de différents carrefours : sociaux, musicaux voire politiques ou psychanalytiques. Et parce qu’elle s’ancre dans le présent, elle se montre dédiée à l’homme et à son écoute dans ce qu’il possède de plus indicible.

Haut de page

Bibliographie

AMY DE LA BRETÈQUE Estelle, 2013, Paroles mélodisées. Récits épiques et lamentations chez les Yézidis d’Arménie. Paris : Classiques Garnier.

ANZIEU Didier, 1985, Le moi-peau. Paris : Dunod.

ASSÉO Robert et al. éds, 2009, L’ animisme parmi nous. Paris : PUF

BENENZON Rolando, 1992, Théorie de la musicothérapie à partir du concept de l’ISO. Parempuyre : Ed. du Non-verbal.

BLACKING John, 1980 [1973], Le sens musical. Traduit de l’anglais par Eric et Marika Blondel. Paris : Editions de Minuit)

BONNET Doris, 2009, « Le « faire-semblant », in Robert Asséo, et al., éd. : L’ animisme parmi nous, Paris : PUF :  163-167.

BUFFAULT Anne-Vincent, 1986, Histoire des larmes. Paris : Rivages.

BURLOUX Gabriel, 1999, « Pourquoi la douleur », Revue française de psychanalyse LXIII, Paris : PUF : 43-56.

CANDAU Joël, 1998, Anthropologie de la mémoire. Paris : PUF.

DANON-BOILEAU Laurent, 1999, « Affect, éprouvé, émotion, sentiment : notations terminologiques », Revue française de psychanalyse LXIII, Paris : PUF : 9-12.

DEVEREUX Georges, 1970, Essais d’ethnopsychiatrie générale. Paris : Gallimard.

DIDI-HUBERMANN Georges, 2016 [1992], Peuples en larmes, peuples en armes. Paris : Gallimard.

DOS SANTOS Mina, 2010, « Musique, mémoire et… émotion », in Ayari-Makhlouf, dir. : Musique et émotion : pour une anthropologie de la musique. Delatour-France : 263-291.

DUBOIS Anne-Marie, 2013, Art-thérapie, principes, outils, méthodes. Paris : Elsevier Masson.

FREUD Sigmund, 1950 [1895], Esquisse d’une psychologie scientifique. Paris : Presses Universitaires de France.

FREUD Sigmund, 2015 [1910], Cinq leçons sur la psychanalyse. Paris : Payot.

FREUD Sigmund et Josef BREUEUR, 1973 [1895], Etudes sur l’hystérie. Paris : Presses Universitaires de France.

GREEN André, 2009, « Chamanisme et psychanalyse : dialogue avec Roberte Hamayon », in Robert Asséo, et al.. éd. : L’ animisme parmi nous. Paris : PUF : 211-219.

HAMAYON Roberte, 2009, « Les objets et les sujets ont-ils vraiment une âme ? » in : L’ animisme parmi nous. Paris : PUF : 201-210.Robert Asséo, et al., éd. : L’ animisme parmi nous. Paris : PUF : 201-210.

JANKÉLÉVITCH Vladimir, 1974, L’Irréversible et la Nostalgie. Paris : Flammarion.

LANBERG Olga, 2016, « La mémoire autobiographique », in De la mémoire, l’art-thérapie un levier, Actes du 16e colloque annuel de la FFAT : Paris : FFAT :  123-126.

LECOURT Edith, 2006, Le sonore et la figurabilité. Paris : L’Harmattan.

NATHAN Tobie, 1986, Les folie des autres Traité d’ethnopsychiatrie. Paris : Dunod.

NOURKOVA Veronika, 2015, Le passé continue : la psychologie de la mémoire autobiographique de la personnalité. Moscou : Journal of Social Issues.

PHILIPS Adam, 1998, Winnicott. London : Fontana Press.

RABAIN Jean-François, 1997 [1996], « Le psychodrame analytique », in Alain de Mijolla et Sophie de Mijolla Mellor, dir : Psychanalyse. Paris : PUF : 629-821.

ROSOLATO Guy, 1969, Le relation d’inconnu. Paris : Gallimard.

VAN GENNEP Arnold, 1981 [1909], Les rites de passage. Paris : Picard.

WINNICOTT Donald W., 1972, L’enfant et le monde extérieur : le développement des relations. Paris : Payot

WINNICOTT Donald W., 1975 [1971], Jeu et réalité. Paris : Gallimard.

Haut de page

Notes

1 A l’issue de cet article, j’ai d’ailleurs interrompu mes études de psychologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mina Dos Santos, « Musique, mémoire et émotion : les lamentations, un objet de la psychanalyse et de l’art-thérapie ? »Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 91-106.

Référence électronique

Mina Dos Santos, « Musique, mémoire et émotion : les lamentations, un objet de la psychanalyse et de l’art-thérapie ? »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2674

Haut de page

Auteur

Mina Dos Santos

Mina DOS SANTOS est diplômée de deux Masters, l’un en musicologie spécialisé en ethnomusicologie et l’autre en muséologie spécialisée dans la culture russe. Aujourd’hui musicothérapeute et en 3e année de psychologie à l’Université Paris 7 Diderot, elle continue de travailler sur les liens qui unissent musique, mémoire et émotion dans les lamentations russes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals