Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Musique, mémoire et émotion : les lamentations, un objet de la psychanalyse et de l’art-thérapie ?

Mina Dos Santos
p. 91-106

Résumé

Cet article propose de considérer les lamentations comme un objet de recherche non seulement pour l’ethnomusicologie, mais aussi pour l’art-thérapie et la psychanalyse. En s’intéressant aux larmes, aux affects, à la musique, et à la parole, il semblerait que la posture de l’ethnomusicologue puisse ne pas être si éloignée de celle du psychanalyste… Comment musique, mémoire et émotion peuvent-elles se retrouver dans des disciplines telles que l’art-thérapie et la psychanalyse ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Les interactions entre ethnologie et psychanalyse
Œil et mémoire : de l’observation à l’anamnèse
Une relation tiercéisée ? : le médium musical
Recueil de données : la parole, l’oral, la mémoire, données de la relation
Musique, mémoire et émotion
Mémoire et émotion : comment le trauma et les émotions liées aux traumatismes forgent nos souvenirs
Comprendre l’émotion au travers de la structure musicale, du timbre, de l’échelle et des pleurs
Les lamentations, un espace psychique, une « aire transitionnelle » à la façon winnicottienne
Jouer : l’expression de la bonne santé mentale au sens Winnicottien du terme
Les lamentations comme « psychodrame musical » : de l’individu au groupe
L’autre espace : une transition entre passé et futur, dedans-dehors. Le thérapeute, chamane urbain ?
Conclusion

Aperçu du texte

On peut dire que les deux propositions « L’homme est un être de culture » et « L’homme est un être de psychisme » sont rigoureusement équivalentes.
Tobie Nathan (1986 : 32)

Les lamentations, entre musique, mémoire, émotion, pleurs, parlé et chanté, constituent un prisme rêvé pour éclairer les points communs entre musicothérapie et ethnomusicologie. Elles permettent de préciser le rôle de la pleureuse, la libération d’affects pénibles en rejouant un drame. Se pencher sur leur forme même, qui semble révéler une frontière très mince entre l’objet thérapeutique et l’objet ethnomusicologique invite à se questionner sur les spécificités de l’ethnomusicologie et son devenir.

Si l’ethnomusicologie et la musicothérapie apparaissent bien distinctes, c’est en reprenant un cursus de musicothérapie à l’Hôpital Sainte-Anne, (Université de médecine Paris-Descartes Paris V) puis des études de psychologie, que des parallèles m’ont paru évidents, et vertigineux car ils semblaient ouvrir des champs d’exp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mina Dos Santos, « Musique, mémoire et émotion : les lamentations, un objet de la psychanalyse et de l’art-thérapie ? », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 91-106.

Référence électronique

Mina Dos Santos, « Musique, mémoire et émotion : les lamentations, un objet de la psychanalyse et de l’art-thérapie ? », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2674

Haut de page

Auteur

Mina Dos Santos

Mina DOS SANTOS est diplômée de deux Masters, l’un en musicologie spécialisé en ethnomusicologie et l’autre en muséologie spécialisée dans la culture russe. Aujourd’hui musicothérapeute et en 3e année de psychologie à l’Université Paris 7 Diderot, elle continue de travailler sur les liens qui unissent musique, mémoire et émotion dans les lamentations russes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page