Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Vers une ethnomusicologie du studio d’enregistrement. Stonetree Records et la paranda garifuna en Amérique centrale

Ons Barnat
p. 121-135

Résumé

Alors que la paranda garifuna semblait inéluctablement vouée à une disparition prochaine – du fait de la raréfaction de ses interprètes conjuguée à son impopularité auprès des jeunes – son entrée dans les studios locaux d’enregistrement allait étonnamment être à l’origine d’un puissant engouement chez l’ensemble des musiciens et réalisateurs locaux. En quoi les transformations apportées en studio à la paranda « traditionnelle » lui ont-elles permis de s’insérer dans le marché mondialisé de la world music ? A partir de cette étude de cas en Amérique centrale, cet article tentera de déterminer jusqu’à quel point le studio d’enregistrement représenterait un laboratoire expérimental autant pour les musiciens, réalisateurs, ingénieurs du son, producteurs qui s’y côtoient que pour le chercheur en ethnomusicologie qui choisit d’en faire son terrain.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Studio d’enregistrement et fabrication d’une world music en Amérique centrale
Vers une ethnomusicologie du studio d’enregistrement
Conclusion

Aperçu du texte

Indépendamment de la musique que nous écoutons, des médias que nous utilisons ou de l’emplacement que nous choisissons, ce que nous entendons a été tempéré d’abord et avant tout par la technologie utilisée pour l’enregistrer et les décisions techniques et esthétiques prises en studio.

Enregistrer sa musique est aujourd’hui devenu, grâce à la miniaturisation et à la diffusion du matériel d’enregistrement (ordinateurs portables, enregistreurs numériques…), un phénomène social qui s’est répandu aux quatre coins de la planète – et la recherche sur les nouvelles pratiques en studio apparaît de ce fait comme un champ de plus en plus important en ethnomusicologie. Depuis les travaux pionniers de Walter Benjamin (1936) et de Theodor W. Adorno (1941) sur les premières formes d’enregistrement, la littérature consacrée au studio d’enregistrement n’a eu de cesse de se développer jusqu’à aujourd’hui. De nombreuses disciplines se sont penchées, suivant leur propres orientations méthodologiques, su...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ons Barnat, « Vers une ethnomusicologie du studio d’enregistrement. Stonetree Records et la paranda garifuna en Amérique centrale », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 121-135.

Référence électronique

Ons Barnat, « Vers une ethnomusicologie du studio d’enregistrement. Stonetree Records et la paranda garifuna en Amérique centrale », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2678

Haut de page

Auteur

Ons Barnat

Ons BARNAT est titulaire d’un doctorat en ethnomusicologie de l’Université de Montréal. Il a été stagiaire postdoctoral au sein du LARC (Laboratoire audionumérique de recherche et de création), à l’Université Laval. Il est actuellement professeur à temps partiel de Sciences humaines numériques à l’Université d’Ottawa, et il a créé un cours au Département de culture et communication de l’Université de Sudbury (été 2017). Après avoir coordonné le projet « Songs and Stories of Migration and Encounter » au Center for Sound Communities de Cape-Breton University, en Nouvelle-Ecosse, à l’automne 2017, il entreprend en janvier 2018 un postdoctorat au Département de musique de l’Universidad de los Andes, à Bogotá en Colombie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page