Navigation – Plan du site
Dossier : Perspectives – Quel devenir pour l’ethnomusicologie ?

Du Caire à Nantes. Parcours et reformulations du zār, de ses musiques et de ses acteurs

Séverine Gabry-Thienpont
p. 137-153

Résumé

Cet article examine les reformulations et circulations des musiques d’un rituel de possession. La récente multiplication des contextes de diffusion de ces musiques donne à entendre des répertoires musicaux considérés comme « traditionnels » et/ou « en déclin » tant dans le cadre de projets locaux (archivage, patrimonialisation, concerts) que de fusions musicales électro internationales (comme le montre le projet Urban Baladi du festival de Rezé) précisément en vertu de cette caractéristique « traditionnelle », notamment du point de vue des musiciens qui s’en emparent. La prise en compte de ces évolutions au prisme d’une approche ethnomusicologique me permet de questionner les dynamiques de changement actuellement à l’œuvre sur la scène musicale égyptienne.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2019.

Plan

Le zār, ses terrains, ses acteurs
Patrimonialisation, valorisation et reformulation du zār
Autour des musiques du zār. Rencontres, échanges et projets musicaux
Conclusion : la formule du zār égyptien au XXIe siècle

Aperçu du texte

Nous sommes en février 2016 à l’Institut français du Caire. D’un souffle, Ḥasan soulève sa tambūra, une lyre imposante à six cordes, décorée de colliers, de coquillages, de perles, de cordons, de pompons colorés et de bandes de tissus chamarrés. Il la cale perpendiculaire à son ventre, égraine quelques notes pour vérifier l’accord, puis commence son riff en grattant les cordes de sa main droite, à hauteur de la caisse de l’instrument, pendant que les doigts de sa main gauche se posent sur certaines cordes pour étouffer leur résonance. Le riff en question, c’est celui du chant Yawra Bey, bien connu des adeptes du rituel de possession dénommé zār. Pendant que Hasan joue, il observe d’un œil interrogateur les autres musiciens présents, à l’affût de leurs réactions.

Et le riff séduit : les musiciens égyptiens le connaissent bien et se l’approprient instantanément, tandis que les musiciens étrangers entendent immédiatement différentes manières d’arranger le chant et de s’en emparer. L’imp...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Gabry-Thienpont, « Du Caire à Nantes. Parcours et reformulations du zār, de ses musiques et de ses acteurs », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 137-153.

Référence électronique

Séverine Gabry-Thienpont, « Du Caire à Nantes. Parcours et reformulations du zār, de ses musiques et de ses acteurs », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2019, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2681

Haut de page

Auteur

Séverine Gabry-Thienpont

Séverine GABRY-THIENPONT est ethnomusicologue, actuellement membre scientifique de l’Institut français d’archéologie orientale au Caire et chercheure associée au Centre de recherche en ethnomusicologie [CREM-LESC, UMR 7186, CNRS/Université Paris-Nanterre].

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page