Navigation – Plan du site
Livres

Samuel Baud-Bovy (1906-1986), néohelléniste, ethnomusicologue, musicien

Publié sous la direction de Bertrand Bouvier et Anastasia Danaé Lazaridis, avec la collaboration de Hionia Saskia Petroff. Genève : Droz, avec la Faculté des Lettres de l’Université de Genève, 2016
Kyriakos Kalaitzidis
Traduction de Laurent Aubert
p. 238-240
Référence(s) :

Samuel Baud-Bovy (1906-1986), néohelléniste, ethnomusicologue, musicien, Publié sous la direction de Bertrand Bouvier et Anastasia Danaé Lazaridis, avec la collaboration de Hionia Saskia Petroff. Genève : Droz, avec la Faculté des Lettres de l’Université de Genève, 2016. 256 pages.

Texte intégral

1Samuel Baud-Bovy était une personnalité aux compétences multiples dans les domaines de la musique et de la musicologie. Outre ses activités d’enseignant, de musicien et de chercheur et sa contribution à la vie musicale genevoise, il avait développé dès sa jeunesse une relation particulière avec la Grèce et la culture grecque, comme l’atteste la liste de ses publications scientifiques, en grande partie consacrée à ce domaine.

2Cette affinité remonte à l’année 1927. Alors âgé de vingt-et-un ans, il accompagne son père, féru d’alpinisme, dans l’ascension mont Olympe, patrie des anciens dieux grecs. Pour des raisons de sécurité, l’expédition était escortée par une compagnie d’infanterie. Or les fantassins avaient l’habitude de chanter et de danser à chaque étape, et même lors des brèves pauses de l’expédition. Ce fut le premier contact du jeune Samuel avec la musique grecque. Fasciné par cette expérience, il décida d’entreprendre l’étude de la Grèce moderne à travers sa langue, sa littérature et sa musique. Rapidement, l’influence exercée par ses travaux scientifiques sur les spécialistes – grecs ou non – de la musique grecque devient déterminante. Il publie des dizaines d’articles et d’études sur le sujet, dont le plus important est son fameux Essai sur la chanson populaire grecque (1983). Cette œuvre majeure, qui démontre la continuité ininterrompue du patrimoine musical hellénique de l’Antiquité à la fin du XXe siècle, demeure à ce jour une lecture indispensable à quiconque s’intéresse à l’étude de la culture musicale grecque.

3Pour honorer les vingt ans de sa disparition, une conférence a été organisée en 2006 par l’Unité de grec moderne de la Faculté des lettres de l’Université de Genève. Dix ans plus tard, les actes de cette conférence paraissent sous le titre « Samuel Baud-Bovy (1906-1986), néohelléniste, ethnomusicologue, musicien ». Cette publication couvre les trois aspects saillants de l’œuvre de cette importante personnalité. A mon avis, plus qu’un simple recueil de souvenirs ou qu’un hommage à un grand homme, ce volume fournit les preuves irréfutables de l’ampleur et de la durabilité de l’influence exercée par Baud-Bovy sur les mondes de la recherche et de l’art, en Grèce comme en Suisse.

4D’un format de 22 × 15 cm, le recueil dont il est ici question réunit vingt articles regroupés en cinq chapitres, traitant chacun d’un domaine académique cher à Baud-Bovy. Les contributions d’auteurs éminents viennent éclairer des aspects peu connus de la personnalité et de l’œuvre du grand helléniste, documentées avec éloquence et érudition.

5Ce volume peut être abordé de façon sélective, chaque article proposant une réflexion autonome. Mais il peut aussi être lu du début à la fin, d’autant plus que l’ordre des articles répond à une logique destinée à guider le lecteur au sein de l’univers de Baud-Bovy. Les limites du présent compte rendu ne permettent malheureusement pas de fournir une présentation détaillée de toutes les contributions. Mais chacune est intéressante dans la mesure où elle éclaire un aspect de la personnalité de cet homme remarquable. Il suffit en outre de dresser la liste des auteurs réunis pour attester la qualité et la valeur scientifique de cet ouvrage.

6Intitulée « Formation d’un néohelléniste », la première partie du livre réunit des articles centrés sur l’implication de Baud-Bovy dans la création d’une chaire de langue et littérature grecques modernes à l’Université de Genève (Socrates V. Kougéas) et sur son rôle de transmetteur (Bertrand Bouvier). On y trouve des études sur sa contribution à la connaissance de la poésie grecque moderne et à sa traduction en français (Anastasia Danaé Lazaridis, Martha Vassiliadi), de la poésie populaire (Alexis Politis, Grigoris A. Sifakis) et du théâtre grec au Moyen Age (Michel Lassithiotakis).

7Les deux articles de la seconde partie sont consacrés à l’Antiquité grecque. Le premier aborde la dimension musicologique de la comédie d’Aristophane « Les Grenouilles » (André Hurst), tandis que le second évoque les réminiscences mythologiques et historiques présentes dans un genre musical moderne, le rébétiko (Jean-Jaques Richard).

8Dédiée à l’ethnomusicologie et à la musique grecque contemporaine, la troisième partie comporte cinq contributions, dont trois se réfèrent au rôle crucial joué par Baud-Bovy dans la recherche sur deux traditions musicales insulaires de Grèce : celle de Crète et celle des îles du Dodécanèse. Elles s’appuient notamment sur l’expédition de terrain menée en Crète en 1954 (Lambros Liavas), pour aborder la problématique de la numérisation des transcriptions musicales qu’il y effectua (Thanassis Moraitis), ainsi que la biblio-discographie des musiques du Dodécanèse, dont les premières publications sont marquées de l’influence de Baud-Bovy (Marcos Ph. Dragoumis). Un autre article de cette troisième partie est consacré à l’historique des Archives internationales de musique populaire (AIMP) et au rôle que joua Baud-Bovy dans le développement de ce projet important (Laurent Aubert). Quant au papier final, il traite d’un aspect peu connu de l’action de Baud-Bovy, tournée vers la promotion de la musique grecque moderne.

9La quatrième partie, « Education artistique et vie musicale à Genève », comporte quatre volets : deux sur le rôle pivot de Baud-Bovy dans la vie musicale genevoise (Claude Viala) et la renaissance artistique que connut alors le Collège de Genève (Inès Chennaz-Boissonnas), le troisième sur l’œuvre du compositeur suisse Emile Jaques-Dalcroze et l’implication de Baud-Bovy dans sa reconnaissance (Jacques Tchamkerten) ; quant au quatrième, il s’agit d’une contribution plus philosophique sur l’art et la pensée artistique de Baud-Bovy (Raymond Jourdan).

10La cinquième et dernière partie du volume présente deux témoignages, le premier de Jean Starobinski sur les travaux de Baud-Bovy dédiés à la pensée musicale de Jean-Jacques Rousseau, et le second de l’helléniste Mario Vitti, qui évoque quelques souvenirs partagés.

11En annexe figure une liste complète des publications de Samuel Baud-Bovy, au nombre de cent-trente-six, en grec, français, anglais et allemand. Précisons encore que tous les chapitres du livre sont en français, sauf deux en grec avec résumé en français.

12Un recueil consacré à une personnalité aussi importante aurait certes pu comporter une documentation plus ample (photographies, transcriptions musicales, plaquettes de concerts, affiches…). Mais nous devons garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’un livre sur la vie et l’œuvre de Samuel Baud-Bovy, mais bien des actes d’un colloque qui constituent en soi une importante contribution à la littérature musicale.

Haut de page

Bibliographie

BAUD-BOVY Samuel, 1983, Essai sur la chanson populaire grecque. Nauplie : Fondation ethnographique du Péloponnèse ; Genève : Minkoff.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Kyriakos Kalaitzidis, « Samuel Baud-Bovy (1906-1986), néohelléniste, ethnomusicologue, musicien », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 238-240.

Référence électronique

Kyriakos Kalaitzidis, « Samuel Baud-Bovy (1906-1986), néohelléniste, ethnomusicologue, musicien », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2700

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page