Navigation – Plan du site
Livres

Nidaa ABOU MRAD : Eléments de sémiotique modale. Essai d’une grammaire musicale pour les traditions monodiques

Hadath-Baabda, Liban : Les Editions de l’Université Antonine/Paris : Geuthner, 2016
Fériel Bouhadiba
p. 241-243
Référence(s) :

Nidaa ABOU MRAD : Eléments de sémiotique modale. Essai d’une grammaire musicale pour les traditions monodiques, Hadath-Baabda, Liban : Les Editions de l’Université Antonine/Paris : Geuthner, 2016.

Texte intégral

1Le présent ouvrage apporte une réponse sémiotique à une question fondamentale pour la compréhension des spécificités des musiques modales et pour la survie même de ces spécificités, à savoir celle des bases grammaticales, du procès génératif et de leurs soubassements musicaux et culturels. Cette démarche sémiotique émane d’une expérience musicale et d’une connaissance musicologique de l’auteur ancrées dans la modalité en tant que langage musical, philosophique et spirituel.

2L’ouvrage se distingue par une grande précision terminologique et une richesse lexicale notable. Le déroulement de la pensée de l’auteur, docteur en médecine et en musicologie, laisse clairement transparaître sa double formation ce qui confère à la construction théorique une richesse tant sur le plan du contenu que sur celui de l’approche analytique.

3L’auteur met ainsi à contribution un rapprochement entre données physiologiques et observation de la musique, dans ses dimensions grammaticale et énonciative, en tant qu’objet sémiotique. Sur un plan plus large, l’approche relève d’une démarche quasi chirurgicale entrant en profondeur dans l’objet sémiotique en question pour en fragmenter la teneur musicale et en faire ressortir les mécanismes de fonctionnement.

4Fondé sur sept axiomes dont l’essence réside en ces quatre termes : cohérence/langage/catégorisation/signification, cet ouvrage a l’avantage d’allier trois angles de vue : la pratique musicale, les théories sémiotiques et l’analyse appliquée.

5D’emblée, l’observation des composantes du paratexte laisse clairement entrevoir deux principaux moteurs d’action : filiation et spiritualité. L’insertion de ces éléments reflète une appartenance à la sémiosphère culturelle des traditions modales où l’exercice et la transmission du musical s’effectuent dans une approche esthétique mais également philosophique et spirituelle.

6Le regard que pose Nidaa Abou Mrad sur les traditions modales d’Orient est un regard de praticien et d’observateur des usages culturels. Sa connaissance des mécanismes de genèse de l’œuvre modale lui permet d’aborder la théorisation à travers les spécificités de l’œuvre.

7La musique modale dans sa réalité vécue, se laisse ainsi entrevoir à travers les lignes de la théorisation, aux sources de la pensée modale développée par l’auteur. Les traditions monodiques d’Orient sont abordées dans leur cadre culturel, historique et spirituel. Ce faisant, Nidaa Abou Mrad se place dans la continuité de la démarche des pères fondateurs d’une tradition alliant performance musicale et réflexion théorique dans une recherche herméneutique du sens musical. La musique y est perçue comme réceptacle et véhicule d’une spiritualité, d’un savoir ésotérique et d’une pensée philosophique.

8Précédé de deux préfaces de Nicolas Meeùs et de Jean During, un prélude dense (p. 25-41) ouvre la voie à une lecture éclairée permettant au lecteur familier des théories sémiotiques de suivre le cheminement menant vers l’élaboration d’une sémiotique modale et au lecteur néophyte de trouver les points d’ancrage pour une meilleure compréhension de ses bases conceptuelles. Une annexe et un glossaire complètent l’apport didactique.

9L’auteur balise ainsi le chemin du discours sémiotique modal en mettant en exergue et en définissant son champ référentiel principalement dans l’approche conceptuelle et terminologique de la grammaire générative transformationnelle.

10La première partie articulée en cinq chapitres s’ouvre sur une approche phonologique phonématique du discours modal et pose comme postulat de base du fonctionnement génératif du discours modal, la présence au niveau des structures profondes d’un trait distinctif basé sur l’existence de noyaux modaux – principal α et secondaire β – formés par deux chaînes concurrentes de tierces. Cette « caractérisation neurosensorielle préférentielle des tierces » (p. 54) est définie par son substrat physiologique donnant à la tierce zalzalienne une position préférentielle dans la sélectivité physiologique des fréquences. Un second trait distinctif consiste en une hiérarchisation des degrés « au sein de chaque noyau » (p. 54).

11Le second chapitre pose les jalons d’une morphophonologie rythmico-mélodique laissant transparaître l’empreinte rythmique d’une culturalité verbale (prosodique, métrique) et gestuelle (chorégraphique, rituelle). La valeur qualitative d’un temps lisse y est mise en exergue dans son rapport aux dualités macrométrique/micrométrique et isochrone/anisochrone.

12La progression du raisonnement pose les fondements d’une représentation algébrique constituant une proposition pour une méthodologie d’analyse syntaxique modale (chapitre 3) opérant par « une réécriture algébrique de la syntaxe musicale modale et de ses transformations obligatoires et facultatives » (p. 123) à travers la mise en exergue d’un ensemble de vecteurs sémiophoniques génératifs modaux, relatifs notamment au questionnement (progression mélodique du noyau α vers le noyau β) et à la responsivité (retour de β vers α). Il ne s’agit pas là d’une appréhension subjective pouvant varier sur le plan analytique mais d’une catégorisation des progressions mélodiques où la responsivité correspond à la valeur de stabilité modale que confère le degré fondamental du mode.

13La sémiose modale est définie au quatrième chapitre selon une approche tridimensionnelle. La sémiose musicale émane ainsi, sur un plan primaire, de l’association des composants phonologique et syntaxique et relève à ce titre d’un mode de signifiance intrinsèque, endosémiotique. Il est qualifié de mélogénique au sens d’une autoréférentialité de la sémiotique musicale (p. 144). Le procès de signifiance puise en outre dans une exosémiotique relative aux topiques stylistiques culturels sur un plan secondaire et aux topiques stylistiques individuels sur un plan tertiaire.

14A la recherche du sens endosémiotique, Nidaa Abou Mrad prône une herméneutique « essentiellement anaphatique/anagogique et sophianique » (p. 164). L’auteur cite à ce titre le traité du Xe s. d’al-Ḥasan al-Kātib, Kitāb kamāl adab al-ġinā’ (La perfection des connaissances musicales), et les traités arabes des XVIe et XVIIe s. et opère un rapprochement avec la pensée mystique. Lecture musicale modale transcendantale, l’herméneutique sophianique s’exprime en termes métaphoriques. La symbolique de l’arborescence modale témoigne à ce titre d’un ressenti spirituel et d’une quête de sens transcendantale.

15Notons que les rapports entre portée signifiante des « nucléotides modaux » (p. 157), attractivité téléologique, éthos sur le plan d’une construction sémiotique collective, pathos sur le plan d’un apport individuel, contenance transcendantale sur le plan herméneutique et arborescence sur le plan symbolique, ouvrent la voie à une réflexion passionnante.

16Dans une démarche philologique, le cinquième chapitre sonde l’épistémè modale dans la conception foucaldienne d’une archéologie du savoir, plongeant dans les racines et suivant le cheminement de la pensée musicologique modale de l’Orient musical à travers les siècles. Mettant en exergue l’importance de l’approche formulaire dans la détermination des caractéristiques modales, Nidaa Abou Mrad offre ici un exposé critique fourni opposant une posture épistémique « mélométrique » (p. 171) axée sur la quantification à une posture herméneutique praticienne grammaticale formulaire.

17Tout aussi dense que la première, la seconde partie de l’ouvrage présente une étude analytique d’un corpus musical représentatif de chants ecclésiastiques, de monodies arabes composées et improvisées et de mutations rénovatrices intrasystémiques. Une réflexion sémiotique autour des mutations modernisantes intersystémiques conclut cette partie.

18Avec pour porte d’accès l’étude de la métrique poétique syriaque et arabe, conjuguée à une étude des schémas rythmiques, la « réécriture morphophonologique rythmico-mélodique » (p. 254), le « transcodage vectoriel » (p. 252) et la « réécriture dérivationnelle transformationnelle » (p. 253) que propose l’auteur portent par leur potentiel syncrétique les conditions d’efficacité d’une visibilité analytique. Utilisant notamment une réécriture métasyllabique, celle-ci, par l’économie qu’elle offre, apparaît comme particulièrement intéressante pour une mise en valeur du cheminement nucléaire tout en conservant la possibilité de mettre en exergue les dimensions relatives à la prolongation du noyau modal et à l’ornementation.

19La sincérité d’une œuvre n’est pas une donnée scientifiquement observable, mais elle transparaît entre les lignes d’un ouvrage, entre les notes d’une musique… Il est des travaux où la sincérité de l’acte est particulièrement présente, Eléments de sémiotique modale de Nidaa Abou Mrad en fait partie. Par son apport théorique et analytique, par sa vision musicale et musicologique et par sa démarche constructive et didactique, cet ouvrage passionnant témoigne d’un esprit d’une grande rigueur et d’un souci pédagogique constant. Il enrichit indubitablement la pensée musicologique et sémiotique relative aux musiques modales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fériel Bouhadiba, « Nidaa ABOU MRAD : Eléments de sémiotique modale. Essai d’une grammaire musicale pour les traditions monodiques », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 241-243.

Référence électronique

Fériel Bouhadiba, « Nidaa ABOU MRAD : Eléments de sémiotique modale. Essai d’une grammaire musicale pour les traditions monodiques », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2704

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page