Navigation – Plan du site
CD | DVD | Multimédia

LAOS. Musique des Khmou

Enregistrements et texte : Véronique de Lavenère, notice français-anglais 39 pages. Photos et carte couleurs. CD MEG-AIMP CXIII/VDE-GALLO CD-1490, 2017
Stéphanie Khoury
p. 257-259
Référence(s) :

Musique des Khmou, Enregistrements et texte : Véronique de Lavenère, notice français-anglais 39 pages. Photos et carte couleurs. CD MEG-AIMP CXIII/VDE-GALLO CD-1490, 2017

Texte intégral

1Les populations montagnardes d’Asie du Sud-Est continentale, dont font partie les Khmou, présentent chacune des particularités culturelles qui les distinguent entres elles et des populations dominantes, essentiellement implantées en plaines (Lao, Thaï, Khmer et Viet). Appartenant à la famille linguistique austro-asiatique, les Khmou résident pour leur grande majorité dans les zones montagneuses du nord du Laos et, dans une bien moindre mesure, de l’autre côté des frontières avec la Thaïlande et le Vietnam. L’environnement naturel tient une place particulièrement importante dans le quotidien de ces groupes dont la subsistance est souvent liée à la culture des terrains environnant l’espace villageois. Objets du quotidien et instruments de musique montrent un usage prédominant de matériaux naturels locaux. Alors que différents aspects sociaux, religieux et politiques de ces populations ont bien souvent suscité l’intérêt des anthropologues, géographes et historiens, les pratiques musicales en elles-mêmes sont plus rarement documentées et étudiées. La publication Laos. Musique des Khmou contribue ainsi à combler un manque et, par la présentation d’enregistrements de terrain effectués dans plusieurs villages du Nord Laos, plonge l’auditeur au cœur du paysage sonore des espaces Khmou.

  • 1 A l’exception de la plage 24, qui figurait déjà dans de Lavenère 2004, plage 7.

2Il s’agit du troisième opus de l’ethnomusicologue Véronique de Lavenère (2004, 2009) et du premier consacré intégralement aux pratiques musicales des populations Khmou du Nord Laos. Elle propose ici un recueil d’enregistrements de terrain inédits1 effectués sur une période de 17 ans (1998-2015). On y perçoit l’environnement au sein duquel ces musiques furent jouées (exclamations de villageois, cris de coq, sons de la nature, etc.), offrant un corps sonore aux contextes de jeu mentionnés.

3Les instruments de musique mis en avant dans ce CD sont confectionnés à partir de bambou, poussant en abondance dans cette région. Ephémères ou permanents, ils réaffirment le lien de la population à son espace naturel. C’est l’occasion d’entendre des instruments peu connus, tels que la cithare de bambou (tam ting, plage 13) ou encore la clarinette taillée dans une jeune pousse de riz fraîche (plage 21). On retrouve aussi des instruments familiers et plus communément rencontrés dans la région, tels que l’orgue à bouche, qui est particulièrement mis à l’honneur dans ce recueil musical. On peut de plus percevoir, le temps d’une pièce rituelle (plage 24), un gong, ce qui n’est pas sans rappeler l’usage de gongs suspendus que l’on retrouve chez différents autres groupes de ces zones montagneuses. La diversité des flûtes et clarinettes est également méthodiquement illustrée par leur jeu soliste. Ce panorama musical des Khmou offre ainsi un contraste singulier avec les orchestres de gongs, xylophones, hautbois et tambours habituellement associés aux pratiques musicales de la région et qui demeurent représentatifs des musiques de cour du Laos, autant que du Cambodge et de la Thaïlande. Ici nous avons affaire à des musiques rurales, populaires, touchant tant au divertissement qu’aux activités rituelles et dont la présentation, autant que les explications fournies dans le livret, permettent d’apprécier la singularité musicale.

4Le CD est agencé selon trois sections, illustrant respectivement un répertoire, une atmosphère et un contexte, dévoilant au fil des plages la large palette de timbres qu’offrent les aérophones Khmou. La première section couvre plus de la moitié des musiques du CD. Elle présente le répertoire de teum, polyphonies interprétées par un khène khmou et les improvisations chantées d’hommes ou de femmes. L’orgue à bouche est constitué de tubes de bambou munis d’anches individuelles et insérés dans une chambre d’air de bois. C’est un instrument propre à l’Asie du Sud-Est et à l’Asie Orientale (Chine, Japon), chaque région se distinguant par des différences esthétiques tant dans la facture de l’instrument que dans le jeu musical. Ainsi, le khène khmou est semblable aux orgues joués par d’autres populations du Laos et leurs voisins immédiats. Les chants d’amour et de circonstances présents dans ce CD illustrent les particularités musicales, et notamment les « profils mélodiques », des teum propres à différents sous-groupes khmou tout en mettant en valeur les sonorités du khène, instrument de prédilection de ce répertoire dont il accompagne le chant. Si les teum sont essentiellement des joutes amoureuses, le disque illustre l’adaptabilité contextuelle et instrumentale de ce répertoire à travers quelques exemples tels que le chant a cappella d’une berceuse (plage 7), le chant collectif et improvisé avec khène en l’honneur de l’ethnomusicologue (plage 3), ou encore celui accompagné d’une cithare de bambou pour célébrer l’arrivée d’un hôte (plage 13).

5La seconde section du CD, composée de sept pièces, présente le jeu intimiste de clarinettes (pi) ainsi que de flûtes à embouchure centrale, latérale ou terminale. Didactique, cette série de pièces initie l’auditeur aux possibilités mélodiques de ces instruments ainsi qu’aux timbres, nasillards ou sifflants, des sons produits. Ces musiques sont associées au divertissement et jouées par un musicien seul, assis aux abords d’une rizière ou chez soi, pour se détendre (plages 18, 21 et 22), ou encore pour soutenir le travail de récolte du riz (plage 19).

6La troisième section est peut-être la plus originale en cela qu’elle offre à l’écoute des musiques orchestrales peu connues et encore plus rarement portées à l’attention d’un public extérieur. Enregistrés lors de rituels, ces orchestres donnent à entendre un ensemble de musiques propitiatoires dont notamment deux pièces pour lesquelles des groupes d’une dizaine et d’une vingtaine de musiciens célèbrent le passage d’une année à la suivante en associant à des bambous entrechoqués ou frappés au sol, le jeu de cymbales, d’un gong (plage 24) ou d’un tambour (plage 26). Des formations plus réduites et ne comprenant qu’un seul type d’instrument s’adressent directement aux esprits dans le cadre de rites agraires, qu’il s’agisse de bambous entrechoqués (plage 25) ou d’un ensemble de flûtes traversières (plage 27).

7Le livret est complémentaire de l’écoute. L’iconographie illustre les instruments, montrant des techniques de jeu qui sont ensuite minutieusement décrites dans le livret. Celui-ci permet une meilleure appréciation des différentes pièces proposées par le biais des descriptions accompagnant chacune d’elles et touchant tant aux contextes de jeu qu’aux particularités musicales. Les informations générales initiales permettent de situer cette population dans son milieu socioculturel et dessinent la logique sous-tendant le choix et l’agencement des pièces musicales présentées.

8On quitte l’écoute de ce CD empli des polyphonies intimistes du quotidien et du jeu collectif percussif du temps rituel. Voici un recueil musical à l’esthétique soignée, dont la qualité fut d’ailleurs récompensée par un Coup de cœur de l’Académie Charles Cros en 2017. Pour conclure, signalons que ce disque s’insère dans la prestigieuse collection des Archives Internationales de Musique Populaire (AIMP). Ces archives, fondées au Musée d’ethnographie de Genève (MEG) en 1944, se sont imposées comme une référence en matière de collecte, d’archivage et de recherche sur les musiques du monde. La collection des AIMP a publié une centaine de disques depuis les années 1980. A ce jour, Musique des Khmou est la seconde publication des musiques du Laos et la première portant sur les musiques populaires d’une population montagnarde.

Haut de page

Bibliographie

DE LAVENERE Véronique, 2004, Musiques du Laos. Traditions des Khmou’, Oï, Brao, Lao, Phou-noï, Kui, Lolo, Akha, Hmong et Lantene, CD coll. INEDIT/Maison des Cultures du Monde, W 260118.

DE LAVENERE Véronique, 2009, Molam et Mokhènes. Chant et orgue à bouche (Laos), CD coll. INEDIT/Maison des Cultures du Monde, W 260137.

Haut de page

Notes

1 A l’exception de la plage 24, qui figurait déjà dans de Lavenère 2004, plage 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Khoury, « LAOS. Musique des Khmou », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 257-259.

Référence électronique

Stéphanie Khoury, « LAOS. Musique des Khmou », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2714

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page