Navigation – Plan du site
Thèses

Marie-Pierre LISSOIR : Le khap tai dam, catégorisation et modèles musicaux. Etude ethnomusicologique chez les Tai des hauts plateaux du Laos

Thèse de doctorat en Sciences Politiques et Sociales et en Sciences du Langage, soutenue le 27 avril 2016 à l’Université Libre de Bruxelles, en cotutelle avec l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
p. 261
Référence(s) :

Marie-Pierre LISSOIR : Le khap tai dam, catégorisation et modèles musicaux. Etude ethnomusicologique chez les Tai des hauts plateaux du Laos
Thèse de doctorat en Sciences Politiques et Sociales et en Sciences du Langage, soutenue le 27 avril 2016 à l’Université Libre de Bruxelles, en cotutelle avec l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
543 p., dont un volume d’annexes de 137 p., 1 DVD
Directeurs de thèse : Didier Demolin et Pierre Petit

Texte intégral

1Cette thèse étudie le chant khap de l’ethnie des Tai Dam du Laos à partir de la notion de modèle musical. Son principal objectif est la mise en lumière des compétences liées au chant, c’est-à-dire des connaissances abstraites nécessaires à l’interprétation et la catégorisation du khap tai dam. Ce travail étudie la grammaire musicale du chant, ainsi que les discours, savoirs, et concepts qui y sont liés. Partant d’une considération d’ordre musical, sont mis au jour : les mécanismes de transmission du chant, les rapports entre tons parlés et chantés, ainsi que les différents mécanismes de catégorisation musicale et identitaire.

2C’est au départ de la notion de modèle mélodique, qui est le fil rouge de cette recherche, que sont construites les différentes parties de la thèse. L’analyse paradigmatique d’un corpus représentatif a montré que le khap tai dam au sens large se base sur un modèle musical. Ce dernier se compose d’une mélodie de base (épure), et d’une série de principes encadrant la mise en œuvre de celle-ci, dont une structure fixe, des degrés polarisants et l’interrelation musique et tons parlés.

3En dévoilant les mécanismes d’influence réciproque qui régissent les interactions entre les tons parlés et le modèle, cette thèse représente également une contribution originale aux travaux traitant des rapports tons-musique. Enfin, l’approche transdisciplinaire développée tout au long de ce travail se concrétise avec le dernier chapitre consacré aux catégories musicales et identitaires, à leurs frontières, et aux rapports qu’elles entretiennent entre elles. Une série d’expérimentations visant à dégager ces savoirs peu verbalisés a montré la présence de critères contextuels et personnels, mais aussi la mobilisation fréquente du critère linguistique (les tons parlés traduisant l’accent régional de l’interprète) et/ou musical (l’épure), le plus souvent évoqué à travers la notion de siaang.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marie-Pierre LISSOIR : Le khap tai dam, catégorisation et modèles musicaux. Etude ethnomusicologique chez les Tai des hauts plateaux du Laos », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 261.

Référence électronique

« Marie-Pierre LISSOIR : Le khap tai dam, catégorisation et modèles musicaux. Etude ethnomusicologique chez les Tai des hauts plateaux du Laos », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2717

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page