Navigation – Plan du site
Thèses

Ariane ZEVACO : Les enjeux de la « tradition ». Identités, pouvoirs et réseaux dans les pratiques musiciennes au Tadjikistan

Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, soutenue le 5 décembre 2016 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
p. 266
Référence(s) :

Ariane ZEVACO : Les enjeux de la « tradition ». Identités, pouvoirs et réseaux dans les pratiques musiciennes au Tadjikistan
Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, soutenue le 5 décembre 2016 à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales
599 p., glossaire, index, annexes, illustrations + 1 CD
Directeur de thèse : Gilles Tarabout

Texte intégral

1Cette thèse porte sur les pratiques des musiciens au Tadjikistan. Dans une perspective d’anthropologie à la fois sociale et musicale, il s’agit de rendre compte de la manière dont l’organisation des activités musicales présentées comme « traditionnelles » ou découlant d’une pensée « traditionnelle », témoigne du fonctionnement social du monde musical, et plus largement de celui de la société tadjike. Les musiciens sont engagés dans différents contextes d’activité : banquets rituels, scène d’Etat, enseignement, etc. Au sein de ces derniers, ils livrent des interprétations distinctes, et présentent une identité différente, en fonction des contraintes et des opportunités de chaque lieu et des réseaux sociaux convoqués.

2Les relations entre les différents acteurs d’une prestation musicale (commanditaires et financeurs, musiciens, auditoire, metteurs en scène ou programmateurs, logisticiens) sont déterminées en fonction de différents paramètres. Selon qu’il s’agit d’appartenances communes (familiales, territoriales), de rapports de pouvoir ou clientélistes, de liens d’amitié, de rapports de maître à élève, la prestation est organisée différemment, et fait souvent état d’un croisement des enjeux portés par ces relations sociales diversifiées. La musique elle-même, en tant que ressource sociale, témoigne de ces liens par le biais de choix poétiques, mélodiques, rythmiques, et de mise en scène. En outre, l’esthétique musicale est aussi déterminée par l’ambition de l’interprète, qui dépend à la fois du contexte, du réseau social concerné, et de ce que le musicien revendique comme un ressenti ou un vécu musical particulier, qu’il cherche à transmettre. Comment les identités et les valeurs « traditionnelles » mises en avant dans les pratiques et les discours de ces différents acteurs déterminent-elles des exécutions spécifiques, et comment celles-ci nous informent-elles en retour sur l’organisation du social à laquelle elles contribuent ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Ariane ZEVACO : Les enjeux de la « tradition ». Identités, pouvoirs et réseaux dans les pratiques musiciennes au Tadjikistan », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 266.

Référence électronique

« Ariane ZEVACO : Les enjeux de la « tradition ». Identités, pouvoirs et réseaux dans les pratiques musiciennes au Tadjikistan », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2726

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page