Navigation – Plan du site
Thèses

Estelle Weiping WANG : Les partitions pour pipa de Dunhuang : édition et interprétation

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 7 décembre 2016 à l’Université Paris-Sorbonne
p. 267
Référence(s) :

Estelle Weiping WANG : Les partitions pour pipa de Dunhuang : édition et interprétation
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 7 décembre 2016 à l’Université Paris-Sorbonne
696 p.
Directeur de thèse : François Picard

Texte intégral

1Les partitions pour pipa de Dunhuang, copiées sur les manuscrits conservés à la BnF numérotés P. 3539, P. 3808 et P. 3719, datent du Xe siècle, de la fin de la dynastie Tang et du début de celle des Song. Elles ont été collectées par Paul Pelliot en 1908 dans la grotte 17 du site de Mogao. Etudiées depuis soixante-quinze ans par les plus éminents spécialistes, dont Hayashi Kenzo et Chen Yingshi, il est admis qu’il s’agit de partitions en tablature pour un luth pipa à quatre cordes et quatre frettes tel qu’il existait alors. Il reste des discussions sur la tonalité, le rythme et le tempo, les sources et l’organisation de ces pièces et leur genre, instrumental, accompagnement de chants ou de danses.

2Après avoir analysé et comparé les travaux déjà accomplis et s’être intéressée aux influences musicales et culturelles apportées en Chine par la route la soie, notamment la musique koutchéenne, l’auteure a étudié les textes anciens tels le Mengxi bitan de Shen Gua et appris auprès d’anciens musiciens la musique traditionnelle pour percussions Xi’an Guyue, les pièces du début du XIXe siècle en notation gongche pu et la musique du Gagaku japonais, encore actuellement écrite avec des caractères similaires à ceux des partitions de Dunhuang. Elle a en outre assimilé les techniques de jeu du pipa de Nanyin, l’instrument actuel le plus proche de celui de l’époque Tang. Elle a spécifié les règles de transcription des pièces de Dunhuang pour le développement d’un logiciel de trans-notation générant une partition au format MusicXml. Ce programme configurable permet d’effectuer rapidement de nombreux essais d’accordages et de rythmes différents et de faciliter l’analyse musicale des morceaux. L’auteure a ainsi pu préparer ses propres transcriptions des vingt-cinq pièces de P. 3808, en faire l’analyse détaillée et montrer qu’elles sont réparties en trois groupes, copiées par trois copistes, dans trois accordages et composées dans trois modes différents. Finalement elle les a interprétées sur luth pipa de Nanyin avec un plectre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Estelle Weiping WANG : Les partitions pour pipa de Dunhuang : édition et interprétation », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 267.

Référence électronique

« Estelle Weiping WANG : Les partitions pour pipa de Dunhuang : édition et interprétation », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2728

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page