Navigation – Plan du site
Thèses

Marie-Françoise PINDARD : Les rythmes fondamentaux de la musique traditionnelle créole de Guyane : signes, symboles et représentations d’un fait social total original

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le le 15 décembre 2016 à l’Université des Antilles
p. 269
Référence(s) :

Marie-Françoise PINDARD : Les rythmes fondamentaux de la musique traditionnelle créole de Guyane : signes, symboles et représentations d’un fait social total original
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le le 15 décembre 2016 à l’Université des Antilles, Schoelcher
366 p., 146 illustrations, 28 exemples musicaux et 17 exemples audiovisuels
Directeur de thèse : Apollinaire Anakesa

Texte intégral

1La problématique principale de cette recherche concerne la musique traditionnelle des Créoles, en Guyane. Produit d’un contexte historique, sociologique et culturel inédit, elle sert en même temps de ciment de l’identité créole sur ce territoire. Ici, la culture des premiers habitants, les Amérindiens, mais aussi celle des colons français et des esclaves africains, est à l’origine de la formation de la société créole, et avec elle, de la culture et des traditions sous-jacentes, dont les musiques traditionnelles et leurs six rythmes principaux : le grajé, le léròl, le grajévals, le béliya, le kanmougwé et le kasékò qui font l’objet de mon étude. Par ce truchement, les performances vocales à travers un répertoire de chants en langue créole et les performances instrumentales par l’accompagnement principalement de tambours montrent la réalité de la nature des rythmes fondamentaux de la musique traditionnelle créole guyanaise comme un fait social original, du reste attesté par des écrits du révérend père Labat dès le XVIIIe siècle.

2Mes observations de ce fait social m’ont permis de mettre, entre autres, en exergue le rôle de l’instrument soliste (le tanbou koupé), celui des accompagnateurs, avec le tanbou foulé, guide suprême des instruments accompagnateurs du système musical créole guyanais, et le tanbou plonbé, véritable marqueur métrique. L’apprentissage de tous ces instruments et les savoir-faire qui en découlent sont transmis à la fois par les Gangan (les Anciens), par les groupes traditionnels constitués en association et par le biais des écoles de musique. Malgré les apports musicaux européens, américains et antillais, la musique traditionnelle créole guyanaise garde son authenticité, que je traite dans cette thèse, authenticité qui se renouvelle en tant qu’élément identitaire, tout en servant de base aux nouvelles compositions, dont la contribution de la jeunesse est significative aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marie-Françoise PINDARD : Les rythmes fondamentaux de la musique traditionnelle créole de Guyane : signes, symboles et représentations d’un fait social total original », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 269.

Référence électronique

« Marie-Françoise PINDARD : Les rythmes fondamentaux de la musique traditionnelle créole de Guyane : signes, symboles et représentations d’un fait social total original », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2731

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page