Navigation – Plan du site
Thèses

Simone VAITY : La question de la modernité dans l’art Bèlè martiniquais

Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 16 décembre 2016 à l’Université des Antilles
p. 270
Référence(s) :

Simone VAITY : La question de la modernité dans l’art Bèlè martiniquais
Thèse de doctorat en ethnomusicologie, soutenue le 16 décembre 2016
à l’Université des Antilles
623 p., 72 illustrations, 38 partitions, 206 exemples musicaux audio et vidéo
Directeur de thèse : Apollinaire Anakesa Kululuka

Texte intégral

1Cette recherche questionne les dimensions artistiques du Bèlè et son inscription dans la modernité. Cette inscription s’origine dès l’expansion coloniale avec les renouvellements de la pensée et des idéaux dans le monde européen. La modernité du Bèlè est liée aux bouleversements permanents de la période esclavagiste, à l’élan des découvertes et des progrès technologiques, scientifiques et philosophiques qui ont suivi. Ces progrès se formulent dans les paradoxes des rapports entre idéal des lumières et libéralisme des modernes, dans les modalités d’exploitation économique particulièrement. Ainsi aux expansions économique et géopolitique s’associeront des idéaux humanistes, ceux de piété religieuse chrétienne contrastant avec la servilité et la déshumanisation. C’est dans ce contexte que la domination européenne va s’exercer, en Amérique, à partir de l’extermination des Amérindiens et de la traite et de l’esclavage des Africains. Toutes ces raisons sous-tendent la réaction des déportés et descendants africains à la Martinique. Cette réaction va s’inscrire dans une construction et une quête permanente de (re)humanisation et de progrès, dans les rapports humains symbolisés et matérialisés par la musique et la danse des Calenda de l’ère esclavagiste (à partir de 1635). Elle se prolongera jusqu’à l’ère contemporaine du Bèlè Renouveau, initié à l’orée de 1980.

2Cette réalité s’inscrit dans une consubstantialité entre musique et modernité où les principes structurants Chantè, Répondè, Bwatè, Tanbou, Lawonn, Kadans se formalisent, avec une marge d’analogie tranchant entre figuralisme et abstraction, à travers des médias de formalisation. Cet écart d’analogie entre principe et formalisation implique le Wèlto, le faux semblant, qui induit la dualité muée par la feinte, la ruse et le détour. Cela se réalise dans des modalités formelles, en permanente élaboration, entre l’immuabilité de surface et renouvellements du matériau musico-chorégraphique, mais aussi de l’instrumentarium.

3La présente étude démontre que le Bèlè peut s’entendre comme art, avec les déclinaisons nécessaires pouvant s’inscrire dans le classicisme, autant que comme tradition sous-tendant et nourrissant la modernité. Afin de répondre aux enjeux de pouvoir, tenir compte des rapports de force dans les antagonismes ou modalités d’intégration sociales, entre l’Europe et la Martinique, le Bèlè contemporain privilégie sa définition en tant que tradition en masquant, au point de l’occulter, sa véritable acception en tant qu’art. Cette occultation de la dimension artistique du Bèlè marginalise par conséquent la modernité de l’art bèlè.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Simone VAITY : La question de la modernité dans l’art Bèlè martiniquais », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 270.

Référence électronique

« Simone VAITY : La question de la modernité dans l’art Bèlè martiniquais », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 12 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2732

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page