Navigation – Plan du site
Thèses

Anis FARIJI : La tradition musicale au prisme critique de la contemporanéité. Exemple de la modernité musicale arabo-berbère à travers les cas des trois compositeurs : Ahmed Essyad, Zad Moultaka et Saed Haddad

Thèse de doctorat en musicologie, soutenue le 26 janvier 2017 à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
p. 271
Référence(s) :

Anis FARIJI : La tradition musicale au prisme critique de la contemporanéité. Exemple de la modernité musicale arabo-berbère à travers les cas des trois compositeurs : Ahmed Essyad, Zad Moultaka et Saed Haddad
Thèse de doctorat en musicologie, soutenue le 26 janvier 2017 à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
1 volume de 469 p. (420 p. et 49 p.), 1 CD
Directeurs de thèse : Jean Paul Olive et Jean Lambert

Texte intégral

1Le corpus central de cette thèse est constitué d’œuvres des trois compositeurs : Ahmed Essyad, Zad Moultaka et Saed Haddad. Leurs démarches ont en commun de réinvestir certaines musiques traditionnelles du monde arabe, tout en ayant intégré la pensée critique de la modernité musicale occidentale. Ainsi le matériau emprunté à la musique orale se trouve déployé mais néanmoins contrarié dans ce qu’il pouvait induire comme conduite normative. Il se meut dès lors en se transformant et laisse émerger de nouvelles potentialités, quitte à devenir non-immédiatement perceptible.

2Analysant les processus d’un tel devenir, ce travail interroge la notion de tradition musicale. La première partie, d’approche ethnomusicologique, étudie ce que l’auteur désigne par « déclin de la valeur traditionnelle dans la musicale orale ». Trois aspects y sont distingués : une rationalité esthétique accrue, l’irruption de l’hétérogène et la réification marchande. La tradition est ensuite étudiée comme objet de discours, dont sont présentées une posture traditionaliste, une posture nationaliste et une posture de la contemporanéité.

3Cette dernière fait l’objet des deux autres parties de la thèse où il est question du devenir du matériau traditionnel oral dans la nouvelle forme écrite. Il y est montré que les techniques d’écart observées chez les trois compositeurs, loin d’être une fin en soi, concourent à dégager ce que le matériau traditionnel recèle comme potentialités. Ainsi celui-ci ne vaut plus guère comme identité positive, mais s’ouvre à d’autres possibles : il participe alors d’une nouvelle expérience esthétique.

4La thèse présentée défend l’idée que le rapport au patrimoine musical peut s’avérer d’autant plus intense qu’il s’affranchit de l’impératif identitaire. La contemporanéité est alors envisagée comme distance essentielle par rapport à ce qui se présente comme immédiatement donné, y compris son propre acquis culturel ; son champ opératoire devient a fortiori la relation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Anis FARIJI : La tradition musicale au prisme critique de la contemporanéité. Exemple de la modernité musicale arabo-berbère à travers les cas des trois compositeurs : Ahmed Essyad, Zad Moultaka et Saed Haddad », Cahiers d’ethnomusicologie, 30 | 2017, 271.

Référence électronique

« Anis FARIJI : La tradition musicale au prisme critique de la contemporanéité. Exemple de la modernité musicale arabo-berbère à travers les cas des trois compositeurs : Ahmed Essyad, Zad Moultaka et Saed Haddad », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 10 décembre 2017, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2733

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page