Navigation – Plan du site
Dossier : Enfants musiciens

Enfants violonistes des siècles passés en France. Un violon d’enfant dans un musée de Grasse (Alpes-Maritimes)

Luc Charles-Dominique
p. 23-38

Résumé

Malgré une production massive dès la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, et une très large diffusion, sous l’Ancien Régime, par le biais des ateliers de facteurs d’instruments, de certains magasins spécialisés d’instruments de musique et, surtout, des foires, les violons d’enfants sont restés dans l’ombre des études d’organologie historique et de musicologie, de même qu’ils sont quasiment absents des collections publiques instrumentales. Pourtant, entre les apprentis ménétriers, généralement pré-adolescents ou adolescents, et les très nombreux enfants violonistes s’inscrivant dans des pratiques itinérantes, mendiantes, foraines, les enfants ont été nombreux à développer une pratique violonistique publique dans les siècles passés en France. L’absence d’intérêt que l’on y a porté – et que l’on continue à manifester à leur égard –, au-delà du peu de documentation historique disponible, ne révèle-t-elle pas le manque de considération pour une activité artistique enfantine (perçue comme non aboutie), de surcroît émanant de milieux sociaux populaires ou de populations gyrovagues et, de ce fait, déclassées ?

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Se procurer un violon (d’adulte ou d’enfant) dans les siècles passés en France
L’âge de cette « enfance » musicienne
L’importante pratique artistique publique des enfants violonistes dans les siècles passés
Enfants violonistes tsiganes
Conclusion

Aperçu du texte

Le Musée d’Art et d’Histoire de Provence (Grasse, Alpes-Maritimes) possède dans ses collections un petit violon [fig. 1], daté de 1940 environ, acheté alors par le musée à l’ancien bazar Quaglia de Grasse, en même temps qu’un clairon et une petite flûte de fer, un mirliton, deux porte-voix et deux crécelles. Quel était le statut de cet instrument ? Violon d’enfant ? Instrument de cirque ? Jouet ? Nul ne le sait vraiment. Le fait que cet instrument provienne de l’un de ces incroyables bric-à-brac que constituaient les bazars, échoppes d’un autre âge, pourrait contribuer à le déconsidérer et à le rabaisser au rang des objets de peu de valeur, entre jouets et pacotille. Pourtant, il n’évoque en rien un jouet. Bien qu’en assez mauvais état (incomplet et ayant subi de nombreux chocs), ce violon, de morphologie assez massive, a une facture peu orthodoxe, ce qui signe une origine vraisemblablement populaire. D’autre part, son archet est énigmatique : très petit (à peine un peu plus de 30 c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Luc Charles-Dominique, « Enfants violonistes des siècles passés en France. Un violon d’enfant dans un musée de Grasse (Alpes-Maritimes) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 23-38.

Référence électronique

Luc Charles-Dominique, « Enfants violonistes des siècles passés en France. Un violon d’enfant dans un musée de Grasse (Alpes-Maritimes) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2778

Haut de page

Auteur

Luc Charles-Dominique

Luc CHARLES-DOMINIQUE est Professeur d’Ethnomusicologie à l’Université Nice Sophia Antipolis (Université Côte d’Azur), cofondateur et président du CIRIEF (Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France), est membre de l’Institut Universitaire de France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page