Navigation – Plan du site
Dossier : Enfants musiciens

Des enfants musiciens comme projet de société ? Le projet Démos de la Philharmonie de Paris

Marta Amico, Claire Clouet, Maxime Le Calvé, Julie Lewandowski, Lucille Lisack et Julie Oleksiak
p. 119-136

Résumé

Cet article est le résultat d’une enquête collective sur le projet Démos de la Philharmonie de Paris. Démos est présenté par ses initiateurs comme un dispositif proposant un apprentissage collectif de la « musique classique » à des enfants de quartiers « défavorisés ». Une observation multisituée dans différents ateliers nous permet d’examiner la manière dont les enfants deviennent porteurs d’un idéal de société concocté par des adultes (organisateurs de la Philharmonie, musiciens-intervenants, travailleurs sociaux, parents…) à travers ce programme de « démocratisation culturelle ». L’analyse de la mise en place du dispositif et de certains de ses outils pédagogiques permet de mettre en perspective l’emploi des catégories de « social » et « culturel » par les acteurs du projet et son impact sur sa la perception par les familles des enfants concernés. L’espoir d’une efficacité sociale du projet est ainsi abordé à travers diverses perspectives. Donc, si certains discours sur l’action sociale par l’enseignement de la musique classique semblent en décalage par rapport à la réalité vécue par les enfants et les familles, l’ethnographie permet de mettre en valeur des interstices où se produisent des situations de musique inédites et marquantes pour ceux qui les vivent.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Un dispositif parmi d’autres : des enfants très demandés
Démos, la scène et les conservatoires : quels enfants musiciens veut-on former, et à quels risques ?
Quand les enfants musiciens jouent avec les partitions : de l’œuvre à l’objet
Le projet politique officiel de Démos : des enfants pris dans les catégories du « social » et du « culturel »
Démos et son public. Une exclusion à dépasser ?
Conclusion

Aperçu du texte

L’atelier DÉMOS de La Courneuve se tient le lundi au Centre de Loisirs Saint Exupéry, situé au milieu d’une Cité. Lors de ma première visite, j’approche les enfants en leur demandant quelle est leur musique préférée. Un enfant tient une flûte en main : « Moi, ce que j’aime, c’est Maître Gims et Vitaa. On aime tous Maître Gims. Et j’aime aussi les Étudiants Gaillards ! Ma maman ne connaissait pas ces choses-là, mais elle est en train de découvrir. Elle est venue à la Salle Pleyel l’année dernière avec mes frères, elle n’avait jamais vu une salle pareille. Elle a compris tout de suite que je suis un vrai musicien ».
Carnet de terrain de Marta Amico, janvier 2014

Apprendre la musique dite « classique occidentale » à des enfants de quartiers que l’on classerait couramment comme « défavorisés », en pariant sur les bienfaits de cette pratique musicale tant à l’échelle individuelle que collective : voilà, de manière schématique, l’objectif du projet Démos (dispositif d’éducation musicale et ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Amico, Claire Clouet, Maxime Le Calvé, Julie Lewandowski, Lucille Lisack et Julie Oleksiak, « Des enfants musiciens comme projet de société ? Le projet Démos de la Philharmonie de Paris », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 119-136.

Référence électronique

Marta Amico, Claire Clouet, Maxime Le Calvé, Julie Lewandowski, Lucille Lisack et Julie Oleksiak, « Des enfants musiciens comme projet de société ? Le projet Démos de la Philharmonie de Paris », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2880

Haut de page

Auteurs

Marta Amico

Marta AMICO, maîtresse de conférences en ethnomusicologie, Université de Rennes 2. Elle s’intéresse aux relations entre musique, identité, globalisation, politiques culturelles et maintien de la paix au Sahara et au Mali. Elle a aussi collaboré avec la Philharmonie de Paris en menant des recherches sur les projets du Département Education.

Articles du même auteur

Claire Clouet

Claire CLOUET, doctorante à l’EHESS (Centre Georg Simmel). Son travail de thèse porte sur le parcours de musiciens et de danseurs ouest-africains (Soninkés) en région parisienne, et plus largement sur les migrations et les frontières culturelles et spatiales dans l’espace urbain.

Maxime Le Calvé

Maxime LE CALVÉ, doctorant à l’EHESS et à la Freie Universität de Berlin. Son travail porte sur l’ethnographie des processus de créations musicales et plus généralement de créations artistiques, ainsi que sur les phénomènes d’ambiances qui émergent dans ces pratiques collaboratives.

Julie Lewandowski

Julie LEWANDOWSKI est doctorante à l’EHESS (Paris) et à l’Université Jean Monnet (Saint Etienne). Son travail de thèse porte sur l’Orchestre juvénile Juan XXIII de la ville de San Miguel de Tucuman (Argentine). Elle s’intéresse plus particulièrement au statut de l’Orchestre et à la réinvention du paradigme menée par les différents acteurs socioculturels.

Lucille Lisack

Lucille LISACK, chercheure associée au Centre Georg Simmel. Dans le cadre de sa thèse à l’EHESS et à la Humboldt Universität de Berlin, elle a travaillé sur la création musicale en Asie centrale et sur l’ethnomusicologie des musiques savantes occidentales.

Articles du même auteur

Julie Oleksiak

Julie OLEKSIAK, doctorante à l’EHESS (Centre Georg Simmel), en contrat CIFRE avec la Fondation Royaumont et la Fondation de France. Dans le cadre de sa thèse, elle interroge l’idée de rencontre entre les cultures à travers la musique, notamment à partir du positionnement d’institutions culturelles françaises comme le programme des musiques transculturelles à la Fondation Royaumont.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page