Navigation – Plan du site
Dossier : Enfants musiciens

Une voie/voix pour devenir adulte. Le chant de la vara à Fiumedinisi (Sicile)

Anne-Florence Borneuf
p. 137-151

Résumé

Dans le village sicilien de Fiumedinisi, le « chant de la vara » est exclusivement associé à l’enfance. Perçu comme une cantilène rudimentaire, il est réservé aux enfants et les adultes ne le chantent pas. Or, ce chant n’est pas si enfantin qu’il y paraît et cette ambiguïté s’explique dès lors qu’il est observé dans son contexte, une fête de village qui se conclut par une représentation sacrée de l’Annonciation dont les jeunes acteurs-chanteurs sont choisis par la population à l’issue d’un concours public. Il s’avère en effet que, sous ses divers aspects, le chant joue un rôle central et se révèle comme un puissant vecteur qui, à l’issue du rite et de la fête, mènera les enfants au seuil de leur tout nouveau statut d’adultes, citoyens et chrétiens.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

L’apprentissage : déployer sa voix
De la transmission informelle à l’apprentissage
Maîtriser la parole chantée
Maîtriser son souffle et déployer sa voix
Les épreuves publiques de chant : devenir citoyen-chrétien
Une (recon)naissance civique
L’expérience du politique
La voix du chrétien
De la vara à la représentation sacrée : passer dans la catégorie des « bons à marier »
L’inscription sexuelle
Une préfiguration des fiançailles et du mariage
Chanter pour devenir adulte

Aperçu du texte

Dans le village sicilien de Fiumedinisi, les enfants ont l’exclusivité du « chant de la vara ». Composé sur trois notes seulement, ce chant est perçu par la population comme une cantilène répétitive et rudimentaire que l’on rattache donc volontiers au répertoire enfantin. Or, à y regarder de plus près, il ne présente pas les canons « habituels » du chant enfantin. De plus, la qualité de voix utilisée par les enfants révèle une maîtrise inattendue. Pour autant, les adultes ne le chantent pas. De toute évidence, ce chant jouit donc d’un statut particulier. De fait, on ne l’entend publiquement que très rarement : essentiellement à l’approche de la « fête de la vara » qui a lieu selon une périodicité irrégulière. Mais il est alors chanté de façon très intensive durant presque deux mois. Les habitants ne manquent pas de venir l’écouter tous les dimanches sur la place et, durant la semaine, le traquent à travers les ruelles du village en prêtant l’oreille au moindre filet de voix. Certain...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Florence Borneuf, « Une voie/voix pour devenir adulte. Le chant de la vara à Fiumedinisi (Sicile) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 137-151.

Référence électronique

Anne-Florence Borneuf, « Une voie/voix pour devenir adulte. Le chant de la vara à Fiumedinisi (Sicile) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2910

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Borneuf

Anne-Florence BORNEUF est ethnomusicologue, membre du CREM (LESC – UMR 7186) et longtemps chargée d’enseignement à l’université Paris 8 et Paris Nanterre. Après plusieurs enquêtes en Sicile consacrées aux relations entre musique et rituel et la publication d’un premier ouvrage Le Chant et la sainte Patronne. La fête de la vara a Fiumedinisi (Sicile) (2004), ses recherches se concentrent dans le sud de la Croatie et de la Bosnie-Herzégovine et questionnent les façons d’« être ensemble » dans les situations de convivialité, dont le chant – qu’elle pratique activement – constitue une composante importante.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page