Navigation – Plan du site
Dossier : Enfants musiciens

La transmission familiale de la musique hindoustanie ou l’incorporation d’un savoir musical (Inde du Nord)

Ingrid Le Gargasson
p. 169-185

Résumé

Bien qu’elle soit devenue marginale dans la plupart des villes de l’Inde du Nord, la transmission familiale de la musique hindoustanie au sein des communautés de spécialistes constitue un contexte de production musicale historiquement important. Pour ces musiciens dits « héréditaires », l’éducation musicale s’apparente à une véritable socialisation professionnelle, ancrée dans la structure familiale. Cet article, basé sur des données ethnographiques récoltées auprès de plusieurs lignées d’artistes installés à Delhi, expose les spécificités de cet enseignement musical où hérédité, légitimité et compétence sont intimement associées pour justifier du statut de musicien « traditionnel ». Dépassant la relation interindividuelle caractéristique de la pédagogie de maître à disciple, c’est ici la famille étendue qui est, le plus souvent, engagée dans la maturation de l’enfant. Celui-ci devient un interprète doué d’une technique, d’un style et d’un répertoire qui sont autant de marqueurs de son héritage familial.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

L’apprentissage comme participation quotidienne à la vie familiale
La formation des garçons : une responsabilité familiale partagée
Les jeux musicaux : premier stade d’apprentissage
Un enseignement oral formalisé
L’imitation comme dispositif pédagogique
La musique, une histoire de famille
Un savoir professionnel et une économie des choix musicaux
Une naturalisation du savoir
Un héritage à réinvestir à chaque génération
Conclusion

Aperçu du texte

Dans le contexte actuel de la musique hindoustanie, on distingue généralement les musiciens « héréditaires » (khāndānī en ourdou, du terme arabo-persan « khāndān » signifiant lignage, descendance, famille) des musiciens « non héréditaires ». Le qualificatif s’applique à un ensemble de castes et de sous-castes – dont une grande partie de confession musulmane – qui ont été, jusqu’à récemment, les principaux dépositaires et passeurs du savoir musical hindoustani. Au XIXe siècle, cette musique de cour était une spécialisation professionnelle et le savoir se transmettait essentiellement au sein de la famille élargie, souvent du père, de l’oncle ou du grand‑père à un fils, à un neveu ou à un petit-fils. Du fait, entre autres, de l’institutionnalisation de cette tradition musicale et de l’affaiblissement du système des castes dans l’Inde urbaine contemporaine, la transmission familiale au sein des communautés de spécialistes s’est progressivement affaiblie pour ne représenter qu’une des fa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ingrid Le Gargasson, « La transmission familiale de la musique hindoustanie ou l’incorporation d’un savoir musical (Inde du Nord) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 169-185.

Référence électronique

Ingrid Le Gargasson, « La transmission familiale de la musique hindoustanie ou l’incorporation d’un savoir musical (Inde du Nord) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2940

Haut de page

Auteur

Ingrid Le Gargasson

Ingrid LE GARGASSON est anthropologue, formée à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Elle est actuellement post-doctorante à l’université Sorbonne Nouvelle dans le cadre du projet de Dictionnaire Encyclopédique des Littératures de l’Inde (DELI) et chercheuse associée au FRE « Mondes iranien et indien » et au Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM) du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (UMR 7186). Elle a mené des travaux en Inde du Nord sur la transmission de la musique hindoustanie et la circulation des répertoires chantés, et s’intéresse plus largement à la question de l’institutionnalisation des savoirs musicaux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page