Navigation – Plan du site
Dossier : Enfants musiciens

Conserver, interdire ou réécrire… Que faire des chansons enfantines racistes en Allemagne ?

Nepomuk Riva
Traduction de Martine Sgard
p. 189-208

Résumé

Depuis quelques années en Allemagne, un vif débat oppose les partisans et les détracteurs de certaines chansons pour enfants autour de la question de savoir si elles véhiculent des représentations racistes de cultures extra-européennes. Cet article expose les contextes d’émergence de ces chansons et fait apparaître les représentations coloniales et racistes dont sont porteuses leurs paroles. Il montre, à travers l’examen de leur usage dans le cadre de jeux éducatifs, pourquoi certaines d’entre elles restent appréciées et continuent d’être transmises alors même qu‘elles font aussi l’objet de récupérations dans des situations de harcèlement ou de violences racistes. Si des mouvements militant pour la suppression ou reformulation de ces chansons n’ont pu encore trouver un large écho dans la culture majoritaire blanche de l‘Allemagne, l’internationalisation des publications de chansons enfantines pourrait cependant contribuer à les faire progressivement disparaître.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l’allemand par Martine Sgard, financée par le Center for World Music (Universität Hildesheim).

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Approches historiques ou systématiques du racisme
Les chansons au cœur du débat
Invoquer la pédagogie pour justifier l’usage de chansons racistes
Usages des chansons enfantines et racisme ordinaire
Formes de résistance aux chansons enfantines racistes
Le suprémacisme blanc sur le banc d’essai
La résistance du racisme à un répertoire enfantin inclusif

Aperçu du texte

En mai 2016, une classe de l’école primaire de Reichenfels en Autriche devait présenter la chanson pour enfants Drei Chinesen mit dem Kontrabass (Trois Chinois avec contrebasse) à l’émission Kärnten heute de la télévision autrichienne ORF. Dans ce magazine télévisé, un chœur d’enfants est invité chaque jour à chanter un morceau tiré du livre Ich schenk dir ein Lied (« Je t’offre une chanson »), coédité par la fédération des chœurs de Carinthie et l’ORF (Kärntner Sängerbund 2016). C’est la seule chanson enfantine de langue allemande, connue de tous, qui évoque des Asiatiques. Elle a été composée à Berlin peu après 1900. La première strophe parle d’une rencontre entre trois Chinois et la police allemande. Le texte est tellement elliptique qu’il est difficile d’y trouver un sens. Pour les auditeurs allemands d’aujourd’hui, c’est simplement une chanson amusante.

Drei Chinesen mit dem Kontrabass,

Trois chinois avec contrebasse,

Saßen auf der Straße
und erzählten sich was.

Étaient assis dans ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nepomuk Riva, « Conserver, interdire ou réécrire… Que faire des chansons enfantines racistes en Allemagne ? », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 189-208.

Référence électronique

Nepomuk Riva, « Conserver, interdire ou réécrire… Que faire des chansons enfantines racistes en Allemagne ? », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2957

Haut de page

Auteur

Nepomuk Riva

Nepomuk RIVA a étudié la musicologie et la théologie à Heidelberg et Berlin. Il a rédigé une thèse sur la transmission écrite et orale de la musique d’église au Cameroun à la Freie Universität de Berlin. Il est depuis 2016 chargé de cours et de recherche à la Hochschule für Musik und Theater de Hanovre, où il coordonne le programme « Performing Sustainibility » en partenariat entre l’Université de Hildesheim, l’Université de Maiduguri et l’Université de Cape Coast (Ghana). Ses recherches actuelles portent sur la représentation de l’Afrique dans l’histoire de la musique en Europe.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page