Navigation – Plan du site

AccueilCahiers d’ethnomusicologie31Dossier : Enfants musiciensConserver, interdire ou réécrire…...

Dossier : Enfants musiciens

Conserver, interdire ou réécrire… Que faire des chansons enfantines racistes en Allemagne ?

Nepomuk Riva
Traduction de Martine Sgard
p. 189-208

Résumé

Depuis quelques années en Allemagne, un vif débat oppose les partisans et les détracteurs de certaines chansons pour enfants autour de la question de savoir si elles véhiculent des représentations racistes de cultures extra-européennes. Cet article expose les contextes d’émergence de ces chansons et fait apparaître les représentations coloniales et racistes dont sont porteuses leurs paroles. Il montre, à travers l’examen de leur usage dans le cadre de jeux éducatifs, pourquoi certaines d’entre elles restent appréciées et continuent d’être transmises alors même qu‘elles font aussi l’objet de récupérations dans des situations de harcèlement ou de violences racistes. Si des mouvements militant pour la suppression ou reformulation de ces chansons n’ont pu encore trouver un large écho dans la culture majoritaire blanche de l‘Allemagne, l’internationalisation des publications de chansons enfantines pourrait cependant contribuer à les faire progressivement disparaître.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduction de l’allemand par Martine Sgard, financée par le Center for World Music (Universität Hildesheim).

Texte intégral

  • 2 « Aujourd’hui en Carinthie ».

1En mai 2016, une classe de l’école primaire de Reichenfels en Autriche devait présenter la chanson pour enfants Drei Chinesen mit dem Kontrabass (Trois Chinois avec contrebasse) à l’émission Kärnten heute2 de la télévision autrichienne ORF. Dans ce magazine télévisé, un chœur d’enfants est invité chaque jour à chanter un morceau tiré du livre Ich schenk dir ein Lied (« Je t’offre une chanson »), coédité par la fédération des chœurs de Carinthie et l’ORF (Kärntner Sängerbund 2016). C’est la seule chanson enfantine de langue allemande, connue de tous, qui évoque des Asiatiques. Elle a été composée à Berlin peu après 1900. La première strophe parle d’une rencontre entre trois Chinois et la police allemande. Le texte est tellement elliptique qu’il est difficile d’y trouver un sens. Pour les auditeurs allemands d’aujourd’hui, c’est simplement une chanson amusante.

Drei Chinesen mit dem Kontrabass,

Trois chinois avec contrebasse,

Saßen auf der Straße
und erzählten sich was.

Étaient assis dans la rue
et se racontaient des choses.

Da kam die Polizei, fragt :
‘Was ist denn das ?’’

Voilà qu’arrive la police, et demande : qu’est-ce que c’est que ça ?

Drei Chinesen mit dem Kontrabass.

Trois chinois avec contrebasse.

2La particularité de cette chanson est qu’à chaque répétition de la strophe, toutes les voyelles sont remplacées par une seule, comme dans Buvons un coup, ma serpette est perdue. A la différence de l’exemple français, on y joue, en particulier avec la voyelle « i », sur une sonorité qui doit évoquer un texte chanté en chinois : « Dri Chinisin mit dim Kintribiss… ». Il est courant que les enfants tirent alors le coin de leurs yeux avec l’index pour imiter les « yeux bridés ». Cette interprétation est clairement offensante pour les enfants asiatiques d’Europe.

3Le rédacteur responsable de l’émission du jour, Josef Nadrag, refusa cette chanson en argumentant qu’elle n’était pas « politiquement correcte » et qu’on ne ferait « pas de plaisanteries sur les minorités » dans son émission. L’institutrice de la classe, Barbara Uckermann, a déclaré ne pas comprendre cette décision et se sentir entravée dans sa mission pédagogique visant à « promouvoir le chant auprès des enfants » (Kanatschnig 2016). Le refus d’un morceau issu d’un recueil de chansons très populaire, dans lequel se trouvent par ailleurs des chants pour enfants en plusieurs langues européennes, a soulevé une vague de protestations irrationnelles sur divers forums internet. Un commentateur affirme, par exemple, que derrière l’intervention de la rédaction se trouve en réalité celle de la politique, et crie à la « dictature du politiquement correct ». D’autres interprètent la décision comme un « interdit » sans fondement juridique et s’en prennent ensuite aux Chinois, avec un manque patent de discernement : « Il y a environ 1,4 milliards de Chinois. Et la ORF appelle ça une minorité ! ». Toute une série de commentaires sarcastiques ne laisse aucun doute sur les opinions racistes de ses auteurs. On trouve tantôt une allusion à la chanson allemande raciste Zehn kleine Negerlein (Dix petits négros), qui, en suivant le même principe de remplacement des voyelles par un « i », commente : « Zihn klini Nigerlin : pendant qu’on y est, autant interdire d’emblée toutes les opinions personnelles ». Une personne transfère même la chanson dans un contexte islamophobe : « On renie toute forme d’éducation ! ! J’ai hâte de découvrir les pratiques des nouveaux souverains musulmans » (Underberger 2016).

4Ce qui est remarquable dans ces commentaires et articles de journaux, c’est que ni les pédagogues ni les personnes concernées, par exemple des enfants vivant en Autriche et estampillés « asiatiques », ne prennent la parole ni ne sont interrogés. La vive émotion entourant les discussions est donc partagée par des gens qui ne font pas partie du public cible de la chanson et qui n’ont pas de contact avec le groupe de personnes discriminées. Quoi qu’il en soit, l’institutrice ne s’est pas laissée démonter par les arguments du rédacteur de l’ORF ; peu de temps après, elle a fait participer sa chorale avec cette chanson à l’émission « Servus Krone » d’une chaîne privée autrichienne, Servus TV. Elle a donc décidé de présenter cette chanson controversée au public, par l’intermédiaire d’une chaîne réputée autant pour ses sympathies envers la droite populiste autrichienne que pour son rôle de relais d’opinions opposées au « politiquement correct » et aux « théories du genre » (Heute.at 2016).

5Les vifs débats soulevés après son passage à la télévision et la politisation ciblée de l’incident dans le paysage médiatique autrichien révèlent que le problème est plus vaste : derrière la discussion sur le racisme dans les chansons enfantines de langue allemande, il y a bien plus que la question de savoir si elles peuvent être chantées ou non. Deux camps irréconciliables se font face : d’une part, celui des personnes ayant chanté ces chansons avec joie dans leur enfance et qui ne veulent pas que l’on touche à leur identité musicale ni à leur vision du monde ; de l’autre, les organisations antiracistes et les spécialistes ou chercheurs sur le racisme et le post-colonialisme, qui plaident pour une éradication des médias de certaines de ces chansons pour des raisons pédagogiques, car elles portent volontairement atteinte à des minorités et véhiculent des stéréotypes coloniaux autant que des visions racistes.

6En 2013, on a assisté dans les rubriques culturelles des journaux allemands à toute une série de débats sur le racisme dans les livres pour enfants, qui a eu pour conséquence le « nettoyage » d’expressions racistes dans les nouvelles éditions3. Ces changements étaient devenus nécessaires car, tout d’abord, la société allemande s’est transformée avec l’afflux croissant de migrants extra-européens, ensuite, parce qu’en 2000, le droit à la nationalité allemande a été exempté du principe d’origine et du lieu de naissance et, enfin, parce que l’Allemagne s’est engagée en 2009 à mettre en œuvre le programme de l’Unesco d’éducation inclusive4. Il est désormais impensable de prononcer des paroles stéréotypées et discriminantes envers les « étrangers » dans les écoles, car les enfants d’origines africaines, asiatiques ou américaines font partie intégrante de la classe. En revanche, les chansons pour enfants au contenu raciste n’ont pas encore fait l’objet de discussions. Ce phénomène est dû à leurs origines complexes, au fait que les chansons revêtent une autre signification hors de leur contexte original et, qu’en étant interprétées en public, elles peuvent créer des situations de racisme sans que leurs paroles ne le laissent supposer de prime abord.

  • 5 Les noms « Blanc » et « Noir » sont écrits en majuscules dans les études sur le racisme, afin de po (...)

7Nous nous attacherons dans les développements suivants à replacer les chansons débattues dans leur contexte historique, puis à examiner si elles colportent des images ou des actes racistes. Nous analyserons dans quelle mesure les querelles relatives à leur maintien sont le fait d’une forme de suprémacisme de la race blanche5. Nous verrons dans les différentes parties que les avis sur le racisme dans les chansons pour enfants s’opposent parfois diamétralement, parce que les arguments s’échangent à des niveaux différents et sont donc mal interprétés ou ignorés par le contradicteur.

Approches historiques ou systématiques du racisme

8La notion de racisme peut être définie de multiples façons. Les historiens envisagent la notion dans le contexte d’époques précises. Christian Geulen propose de comprendre le racisme « comme une tentative de fonder, en théorie et en pratique, des frontières d’appartenance (héritées du passé ou inédites), à une époque où les appartenances elles-mêmes sont devenues plus incertaines » (Geulen, 2007 : 11-12). Les visions racistes du monde peuvent notamment être analysées à partir de l’évolution des dénominations renvoyant, en allemand, aux étrangers, tels que Muselmann (homme musulman), Neger (Nègre), Indianer (Indien) ou Eskimo, qui ont toutes surgi dans un contexte colonial et s’entendent avec une connotation raciale méprisante. L’emploi de ces mots en allemand est désormais considéré comme raciste (Arndt & Ofuatey-Alazard 2001). Les œuvres de Carl von Linné (1735) et d’Arthur de Gobineau (1853), en particulier, ont exercé leur influence sur le racisme des temps modernes. On y décrit en effet les différences biologiques humaines admises, reconnaissables à l’apparence d’un groupe et généralement traduites par des caractéristiques sociales. Des stéréotypes comme celui des « africains joueurs et enfantins, toujours rieurs et sexuellement libérés », en tirent leur origine (Böckelmann 1999 : 289-308). On doit donc analyser les chansons enfantines composées dans des contextes temporels à idéologie raciste afin de repérer l’image qu’elles donnent de l’homme, ainsi que d’éventuelles incitations concrètes à établir un monde hiérarchisé selon des critères racistes. En raison du temps écoulé entre le contexte de leur création et aujourd’hui, il est parfois difficile de reconnaître immédiatement des paroles ou incitations racistes ; ce qui ne veut pas dire que la chanson doive être considérée comme anodine. Cela signifie que, dans l’éducation musicale familiale ou scolaire, les adultes sont responsables de la transmission ou non de chansons enfantines comportant des visions du monde racistes. Les enfants ne sont pas encore capables de comprendre le sens des notions ni le contexte historique et ont tendance à adopter des descriptions humaines stéréotypées et caricaturales. De plus, la limite entre réalité et monde imaginaire ne leur est pas encore explicite. Ils peuvent placer des mots comme nains, fées, chevaliers, « indiens » et « eskimos » sur le même plan fictionnel.

9Mais le racisme peut également être étudié de manière systématique. L’objectif des chercheurs est alors d’analyser la structure de systèmes racistes, en mettant l’accent sur la signification du rapport de forces entre responsables et victimes. L’un des principaux représentants de cette tendance scientifique est Albert Memmi, qui définit le racisme comme suit : « Le racisme est la valorisation, généralisée et définitive, de différences, réelles ou imaginaires, au profit de l’accusateur et au détriment de sa victime, afin de justifier une agression » (Memmi 1994 : 113).

10Pour l’analyse de chansons enfantines, cette méthode présente l’avantage de pouvoir examiner non seulement les textes, mais aussi la pratique musicale actuelle afin d’y déceler d’éventuels comportements racistes. La pratique musicale joue un rôle fondamental pour l’enfant. Se mouvoir au rythme de chansons, faire des jeux de mots pédagogiques à partir des textes, chanter ensemble et rire pendant le cours forgent à ce jeune âge la réception des chansons. Le texte et sa signification passent au second plan. Ce n’est que plus tard que l’on apprend l’empathie et que l’on peut ressentir de la pitié pour les personnes blessées par ces paroles. Puisqu’un grand nombre de ces chants utilisent l’humour comme effet de style, il importe d’autant plus de se demander qui se moque de qui, et dans quelle mesure ce rire procède d’une position de pouvoir.

11Depuis les années 1990, des études critiques sur la « blanchitude » (Critical Whiteness Studies) détournent le regard des victimes du racisme pour s’intéresser aux responsables. Elles examinent les conséquences de visions du monde racistes dans une perspective linguistique et psychologique. L’accent y est mis sur le racisme quotidien dans les sociétés européennes et sur ses effets sur les personnes concernées. On y analyse par exemple l’accumulation des micro-agressions engendrées par l’othering (stigmatisation par le critère de l’altérité) de la majorité blanche, qui peuvent engendrer une forme de stress racial allant jusqu’à des risques de suicide dans la minorité discriminée (Ogette 2017 : 54-56). La plupart des représentants touchés personnellement par le racisme se retrouvent dans cette tendance de la recherche (Kilomba 2013, Eggers, Kilomba, Piesche & Arndt 2009, Arndt 2006). Pour notre étude des chansons enfantines, cette méthode permet d’analyser le discours public sur le maintien ou la suppression des chants. Les réactions à la critique témoignent d’un suprémacisme blanc qui n’est pas conscient de ses privilèges et se refuse à mener une réflexion sur sa propre identité sociale et musicale dans la société allemande.

Les chansons au cœur du débat

12La discussion portant sur l’interprétation ou non d’un certain nombre de chants pour enfants comme raciste est souvent menée selon un schéma stéréotypé. L’argument central des partisans de la conservation de ces chansons est de maintenir une tradition. Ils sont d’avis que le choix des mots et du sens n’avait pas de connotation raciste dans leur contexte d’origine. Cette argumentation ne résiste pas aux faits historiques. L’aspect discriminant s’est même souvent renforcé avec l’évolution des chansons dans le temps.

13Parmi les chants discutés, le plus ancien est un canon de Carl Gottlieb Hering (1766-1853), intitulé CAFFEE. Il s’applique à mettre en garde les enfants contre la consommation de ce breuvage riche en caféine. Le premier mot est épelé et chanté d’après les notes citées (dans la notation allemande, do, la, fa, mi).

C-A-F-F-E-E, trink nicht so viel Kaffee.

C-A-F-F-E-E, ne bois pas tant de café

Nicht für Kinder
ist der Türkentrank,

Ce breuvage de Turcs
n’est pas pour les enfants,

Schwächt die Nerven,
macht dich blass und krank.

Il affaiblit les nerfs,
te rend pâle et malade.

Sei doch kein Muselmann,
der das nicht lassen kann.

Ne soit donc pas comme le musulman,
qui ne peut s’en passer.

14On attribue ici l’origine du café aux Turcs (d’après les sources historiques, il vient d’Afrique), qui sont globalement caractérisés comme en étant dépendants. La consommation de café est censée rendre malade et les symptômes décrits de la maladie imaginée sont contraires à l’effet revigorant de cette boisson. Cette opinion fait allusion à une agitation politique liée à l’empire ottoman. Au XVIIIe siècle, l’empire évoqué était qualifié d’« homme malade du Bosphore » par les pays occidentaux, en raison de sa faiblesse politique. Ici, la consommation de café est de plus associée à la religion des Muselmänner, (hommes musulmans), un terme qui, en allemand, était employé péjorativement à l’égard des personnes de religion musulmane à l’époque où cette chanson a été créée. Durant le Troisième Reich, ce mot désignait les personnes particulièrement faibles et amaigries dans les camps de concentration, raison pour laquelle son emploi est aujourd’hui taxé d’offense en Allemagne. Le texte de la chanson contient donc un appel clair à ne pas adopter la façon de vivre ni la religion des Turcs et colporte ainsi une mise en pratique de la distinction raciste entre deux groupes. De nos jours, ce chant n’est plus publié dans les ouvrages de chansons pour enfants, mais on le trouve néanmoins dans des recueils de canons pour adultes (Jaskulsky 1999).

15De même, la version germanophone de Zehn kleine Negerlein (Dix petits négros) n’est certes plus publiée depuis des décennies dans des livres pour enfants, mais toujours connue en raison de nombreuses parodies. D’origine anglaise, cette chanson intitulée Ten Little Injuns a été composée en 1868 par Brite Septimus Winner, qui vivait en Inde, et se rapportait alors aux Indiens à la peau sombre. Aux Etats-Unis, on la retrouve dans les Ministrel Shows avec le texte Ten little Niggers. Dans son livre sur le sujet, Wulf Schmidt-Wulffen montre avec grande précision que le premier texte anglais de cette chanson se rapporte à la situation des Afro-américains après la guerre de Sécession et les discrimine de manière clairement raciste (Schmidt-Wulffen 2010 : 59-83). La première version germanophone a été créée peu de temps après le début de la période coloniale allemande en 1885. Malgré les divergences entre les différentes versions connues, le déroulement du récit demeure à peu près le même. Ici, les dix Noirs évoluent dans un contexte presque exclusivement allemand. A chaque strophe, l’un d’eux meurt accidentellement, soit parce qu’il est maladroit ou qu’il manque d’expérience, soit parce qu’il ne fait pas attention ou qu’il est victime de la violence d’un Blanc, comme c’est le cas dans la troisième strophe :

Acht kleine Negerlein,
die gingen und stahlen Rüben ;

Huit petits négros
s’en vont voler des raves ;

Den einen schlug der Bauer tot,
da blieben nur noch sieben.

L’un est frappé à mort par le paysan,
il n’en reste plus que sept.

16Les divers événements décrits n’entraînent aucun changement de comportement des Noirs, qui passent dès lors pour des sauvages, des personnes obtuses et incapables d’empathie. Au fil des dix strophes, on constate que les incidents narrés concernent principalement la sphère des adultes (actifs) masculins, et que l’infantilisation des Noirs repose donc sur le cliché raciste des Africains puérils et pleins de joie de vivre, mais irresponsables. D’après les paroles, le dernier Noir survivant part alors à la recherche d’une « maman » avec laquelle il pourra engendrer à son tour dix enfants, ce qui met en avant le cliché de la sexualité sans retenue des Noirs. Pour l’acteur blanc, les Noirs sont des personnes sans droits, ce qui reflète la relation de domination envers les Africains dans les colonies allemandes.

  • 6 Référence dans le Deutsches Volksliedarchiv : A 146178.
  • 7 « Sieben Japaneser ohne Kontrapass » (Deutsches Volksliedarchiv,A 215712). Kontrapass est un néolog (...)

17La chanson évoquée en introduction, Drei Chinesen mit dem Kontrabass, relate malgré son texte elliptique une situation de racisme quotidien, que l’on appelle aujourd’hui « profilage racial ». Les policiers allemands sont autorisés à contrôler des personnes sans qu’elles soient soupçonnées de quoi que ce soit, ce qui touche essentiellement les minorités distinguées de la majorité blanche par leur couleur de peau (Ogette 2017 : 57-59). La version actuelle de la chanson, augmentée de nouvelles strophes où les voyelles sont remplacées, ne s’est établie qu’au fil du temps. Le texte d’origine semble avoir été « nettoyé » d’énonciations xénophobes dès la première publication. La source écrite la plus ancienne trouvée dans les Archives Allemandes des Chansons Traditionnelles (Deutsches Volksliedarchiv) est une version chantée entre 1909 et 1912 à Berlin, un chant interprété sous la forme d’une ronde ludique. Un enfant tourne autour de la ronde en chantant « Ein Japanese mit dem Bass, Bass, Bass… » (Un Japonais avec une basse, basse, basse…). A chacune des strophes, le nombre des Japonais et donc des enfants qui font le tour du cercle augmente6. Les modifications de voyelles n’apparaissent que dans une édition de 1932, non pas comme la parodie d’une langue asiatique mais comme l’imitation de l’habitus de certains groupes de la société allemande ou d’éléments naturels : « comme de précieuses dames guindées », « comme des hommes ronds et gras », « comme le vent hurlant, comme les singes hurlants, en nasalisant, en murmurant, en ronronnant… » (Sambeth 1932). Ce n’est qu’au début du régime national-socialiste que la version avec le remplacement de voyelles s’est imposée (Schulten 1934). Dans les publications, on trouve cette chanson sous la rubrique des chants sans-queue-ni-tête, avec des textes construits sur des onomatopées qui sont censées imiter humoristiquement les Asiatiques ou les Africains (Rinaldini 1936, Schulten 1962). Le changement des « Japonais » en « Chinois » a lieu lors de l’alliance des nazis avec le Japon en 1936, sans que l’on puisse prouver une influence directe du pouvoir. A partir de cette date, et jusqu’à l’après-guerre, on ne publie que des versions de la chanson avec le texte évoquant les « Chinois ». La situation décrite par les paroles n’est pas facile à reconstruire : il semble, de prime abord, qu’il s’agisse de trois musiciens de rue, bien que le choix de l’instrument soit inhabituel. Or, ces trois personnes discutent mais ne jouent pas de musique (« assis dans la rue et se racontaient des choses »). On ne comprend pas très bien pourquoi un policier entre en scène et s’interroge sur cette étrange rencontre, d’autant plus que l’on ignore la suite de son intervention. Une version imprimée de 1913 propose cependant une alternative : avec « un Japonais avec une basse (ou un passe[port] ?) » (Winter 1913 : 15) et dans une version suisse d’après-guerre, on peut lire « sept Japonais sans contrepasse »7. Après les expositions universelles et coloniales du début du XXe siècle, un certain nombre de personnes d’Asie étaient restés illégalement en Allemagne. Le passeport était pour eux un document particulièrement important. Il y a tout lieu de croire que le texte d’origine, transmis oralement, était « Trois Japonais sans passe[port] ». L’intervention du policier prend alors tout son sens : il doit veiller à ce que des personnes dites de « race asiatique », en particulier, ne se trouvent pas de manière illégale dans la rue. On trouve cette chanson dans tous les livres courants de chants pour enfants ; elle est couramment interprétée et enregistrée (Schöntges 2006).

18La chanson intitulée Ein Mann, der sich Kolumbus nannt (Un homme nommé Colomb), très appréciée en Allemagne, est plus rarement vue comme problématique, bien qu’elle banalise l’histoire de la colonisation des Amériques. Elle a été composée pendant le Troisième Reich sur la musique d’une chanson à boire étudiante de 1800. « La découverte de l’Amérique » y est relatée comme une entreprise plaisante pour tous les participants. Dans la deuxième strophe, l’action est mise au goût du jour par « le café du matin » puis par « tram » ce qui transfère le tout au XXe siècle. Au mépris de tous les faits historiques, Colomb obtient ici du « roi d’Espagne » la mission de découvrir de nouvelles terres. La pensée impérialiste est donc présentée comme une attitude positive.

19Dans les autres strophes, la conquête est relatée comme un événement attendu par les habitants de cette région inconnue. On met dans la bouche de Colomb et des habitants le mot « Amérique » pour nommer ce continent, ce qui est historiquement faux. Les indigènes sont aussi décrits de manière stéréotypée comme des « sauvages » avec un « chef de tribu », ce qui participe à la perception péjorative de ces peuples indigènes qui furent décimés et opprimés.

2. Als er [Kolumbus] den Morgenkaffee trank,

2. Alors que Colomb buvait son café du matin

wide-wide-witt, bum, bum.

Wide-wide-witt, bum, bum.

da sprang er fröhlich von der Bank.

Il se leva joyeusement de son banc

Wide-wide-witt, bum, bum.

Wide-wide-witt, bum, bum.

Denn schnell kam mit der ersten Tram

Car en hâte avec le premier tram,

der span’sche König bei ihm an.

Le roi d’Espagne venait à lui.

Gloria, Viktoria wide-wide-witt, juch-hei-ras-sa,

Gloria, Victoria wide-wide-witt, juch-hei-ras-sa,

Gloria, Viktoria wide-wide-witt, bum, bum.

Gloria, Viktoria wide-wide-witt, bum, bum.

 

 

5. Das Volk am Land stand stumm und zag,

5. Le peuple à terre est muet et craintif

da sagt Kolumbus : «Guten Tag !

Colomb leur lance alors : « Bonjour !

Ist hier vielleicht Amerika ?»

Est-ce ici l’Amérique, par hasard ? »

Da schrien alle Wilden : «Ja !» (…)

Alors tous les sauvages crient : Oui ! (…)

 

 

6. Die Wilden waren sehr erschreckt

6. Les sauvages ont grande peur

und schrien all : «Wir sind entdeckt !»

Et crient tous : nous sommes découverts !

Der Häuptling rief ihm : «Lieber Mann,

Le chef de tribu dit : eh bien mon brave !

alsdann bist du Kolumbus dann !» (…)

Tu es donc Christophe Colomb ! (…)

20Cette chanson est encore publiée dans les livres usuels de chansons enfantines (Mohr/Trüün 2011). Cela s’explique peut-être aussi par le fait que le nombre de Native Americans dans la société allemande est si restreint qu’ils n’ont pas pris part aux débats publics.

21Le chant Die Affen rasen durch den Wald (« Les singes foncent dans la forêt »), dont l’auteur est inconnu, circule en Allemagne dans les cercles de l’Eglise protestante, depuis la Seconde Guerre mondiale (Klusen 1974 : 63-64). On reproche à ce texte de transmettre une représentation coloniale et raciste qui allègue que les Africains sont plus proches des singes que des hommes. La description anthropomorphe d’une famille de singes qui cherche désespérément et sans méthode une noix de coco avant de la retrouver entre les mains du bébé, peut être interprétée comme l’image d’Africains mal organisés. L’impression est renforcée par l’allusion à la noix de coco, une plante agricole coloniale diffusée dans le monde entier par le commerce des Européens. En raison de sa coque dure, elle ne fait pas partie de l’alimentation courante des singes. L’allusion aux Noirs est ici soulignée par la ligne mélodique, les changements d’harmonies et le rythme marqué, qui au fil du temps s’est rapproché de plus en plus du style afro-américain et n’a que peu de rapport avec un chant populaire folklorique allemand (Schulten 1962).

Fig. 1. Transcription de Zwei Affen rasen.

Fig. 1. Transcription de Zwei Affen rasen.

22On ne parle jamais, dans l’opinion publique, des chants enfantins chrétiens ouest-européens qui transmettent des visions caricaturales et racistes de personnes non-européennes. Ce genre de chansons découle de la tradition des chants missionnaires protestants, très populaires en Allemagne au XIXe et au début du XXe siècles, qui louent au fil des strophes la propagation du christianisme sur un continent. Bien que leur motif soit le rapprochement entre les peuples, ces chants contribuent à reproduire l’othering, souvent accompagné d’allusions à une culture locale sous-développée et à l’apparence des personnes. Évoquons en particulier Gott hat alle Kinder lieb (Dieu aime tous les enfants) de la compositrice de chansons pour enfants Margret Birkenfeld en 1975.

Refrain : Ja, Gott hat alle Kinder lieb,
jedes Kind in jedem Land.

Refrain : Oui, Dieu aime tous les enfants,
chacun d’entre eux, dans chaque pays.

Er kennt alle unsre Namen, alle unsre Namen.
Hält uns alle, alle in der Hand.

Il connaît tous nos prénoms, tous nos prénoms,
il nous tient tous par la main

1. Ich bin ein kleiner Eskimo,
aus Schnee bau ich mein Haus.

1. Je suis un petit eskimo,
je bâtis ma maison en neige

Und kommt kling-klang ein Schlitten an,
streck ich die Nase raus !

Et s’il vient, drelin-drelin, un traîneau,
je montre le bout de mon nez !

2. Ich habe einen langen Zopf,
trag einen spitzen Hut.

2. J’ai une longue natte
et porte un chapeau pointu.

Und meine Haut, die ist ganz gelb,
das steht mir aber gut !

Et ma peau est toute jaune,
mais ça me va bien !

3. Bei uns im weiten Afrika,
da scheint die Sonne heiß.

3. Chez nous, dans la vaste Afrique,
le soleil est brûlant

Ich bin ganz schwarz, hab krauses Haar,
die Zähne blitzeweiß !

Je suis tout noir, j’ai les cheveux crépus
et des dents blanches comme l’éclair !

4. In meinem bunten Federschmuck,
schleich ich mich durch den Wald ;

4. Avec ma parure de plumes
colorées, je me glisse dans la forêt

ganz leis auf meinen Mokassins
– wenn´s knistert, mach ich : Halt !

Silencieusement sur mes mocassins
– si ça crisse, je fais : Halte-là ! (…)

23La compositrice avait en tête l’univers des contes enfantins. Elle souhaitait qu’à chaque strophe interprétée par un enfant, celui-ci soit déguisé à l’image du personnage décrit (Birkenfeld 2013 : 11-18).

24Le texte d’une autre chanson, volontiers chantée lors de l’admission à l’école primaire, procède de manière similaire : Alle Kinder lernen lesen (Tous les enfants apprennent à lire). Composée par le pédagogue Wilhelm Topsch (*1941), elle est chantée sur la mélodie du chant populaire américain Glory Glory Hallelujah.

Alle Kinder lernen lesen,

Les enfants apprennent à lire

Indianer und Chinesen.

Les Indiens comme les Chinois.

Selbst am Nordpol lesen alle Eskimos.

Même au pôle Nord, tous les Eskimos savent lire.

Hallo Kinder jetzt geht’s los !

Eh, les enfants, ça commence !

A sagt der Affe,

S, dit le singe

wenn er in den Apfel beißt.

Quand il mord dans une pomme

E sagt der Elefant,

E, dit l’éléphant

der Erdbeereis verspeist.

Quand il mange de la glace à la fraise

I sagt der Igel, wenn

H, dit le hérisson, quand

er sich im Spiegel sieht, und

Il se voit dans le miroir, et

wir singen unser Lied. (…)

Nous chantons notre chanson (…)

  • 8 Pour une analyse postcoloniale détaillée de la chanson, voir Afrikanischer Kulturverein Palanca e.v (...)

25Les enfants allemands sont associés à des étrangers adultes, qui sont, de plus, énumérés par des appellations aux connotations racistes comme « indiens » et « eskimos ». Les strophes, dans lesquelles sont introduites des lettres de l’alphabet, sont majoritairement mises en scène dans un règne animal exotique. Tout porte dès lors à croire que les habitants de cette partie du monde sont comparables à des animaux, sans compter que les cris d’animaux sont mal attribués et ressemblent davantage à des cris humains. Le fait que la mélodie se greffe sur le Battle Hymn of the Republic américain est problématique sous de nombreux aspects. Tout d’abord, ce chant de combat des forces de l’Union lors de la guerre de Sécession américaine y est associé à la diffusion mondiale de la technique d’apprentissage culturel de la lecture. D’autre part, le texte original connu est parcouru de métaphores chrétiennes qui ne prêchent aucunement le rapprochement des peuples à égalité mais l’ardeur missionnaire des colons blancs en Amérique. Jusqu’à quel point cette diffusion de la lecture prônée par la version allemande est-elle vraiment librement consentie ?8

Invoquer la pédagogie pour justifier l’usage de chansons racistes

26Un autre argument des partisans du maintien de ces chants est qu’ils transmettent des contenus pédagogiques plus importants que les paroles du texte. Or, tout jeu pédagogique accompagnant les rengaines répétitives facilite aussi l’apprentissage et la mémorisation de leur contenu.

27Le canon CAFFEE commence par l’énumération des lettres composant le mot. Elles sont chantées sur leur ton respectif et permettent donc d’apprendre les notes tout en mettant en garde les enfants contre la consommation de boissons riches en caféine. Pour les Zehn kleine Negerlein, il s’agit d’une chanson à énumération qui tend aussi à prévenir les enfants des risques de l’usage d’armes, de la consommation d’alcool, de liquides bouillants ou autres. Les Drei Chinesen mit dem Kontrabass permettent de se familiariser avec les différentes voyelles au fil des strophes. En RDA, il était d’usage d’organiser un jeu de mains lors de l’interprétation de la chanson Ein Mann, der sich Kolumbus nannt.

28Toutes ces chansons ont en commun de tourner en boucle et d’être facilement mémorisables. La faible amplitude, l’utilisation répétée des quartes, les montées et descentes d’intervalles de tierces ou de quintes présentent des ressemblances avec des chants populaires ou religieux – par exemple, le mouvement mélodique de Drei Chinesen rappelle clairement la célèbre chanson enfantine Alle meine Entchen (« Tous mes canetons »). D’autres morceaux se différencient du répertoire usuel par leur style « exotique ». Le canon CAFFEE fait penser au style alla Turca de Mozart, Affen rasen durch den Wald à des chansons afro-américaines. Il n’est donc pas étonnant que le fabricant de produits décalcifiants Calgon se soit approprié la mélodie de la chanson sur Christophe Colomb, Ein Mann der sich Kolumbus nannt, ou que cette même mélodie soit le support de la chanson chorégraphiée Hände waschen muss ein jedes Kind (« Tout enfant doit se laver les mains ») qui est si souvent chantée dans les écoles maternelles. De grandes entreprises telles que Maggi ou Müllermilch ont fait des parodies de la chanson Drei Chinesen mit dem Kontrabass pour leurs campagnes publicitaires.

29Les partisans du maintien de ces chansons dans le patrimoine vocal et pédagogique omettent cependant de dire que faire de la musique en groupe participe à l’apprentissage d’un sentiment de communauté qui peut simultanément entraîner l’exclusion de certaines personnes. Ils ne prennent pas en compte que ces chants se prêtent à des récupérations dans des situations de harcèlement et de violence raciste.

Usages des chansons enfantines et racisme ordinaire

30Le racisme au quotidien en Allemagne est un sujet thématisé par les personnes concernées depuis les années 1980. Hormis le regain d’actualité de l’antisémitisme, ce sont surtout des Afro-allemands qui signalent l’existence pesante d’un racisme au quotidien (Sow 2009), malgré la courte période coloniale allemande de 1884-1918 et la faible immigration venue des anciennes colonies. Les adversaires au du maintien du répertoire examiné ici argumentent que ces chants entrent justement en ligne de compte dans le racisme au jour le jour. A titre d’exemple, des parents d’enfants noirs relatent au cours de stages d’empowerment que la chanson Zehn kleine Negerlein est toujours chantée dans les écoles.

« Mon fils rentre d’un voyage scolaire, tous les parents attendent l’arrivée du bus. Les portes du bus s’ouvrent et j’entends que les enfants chantent en chœur avec leurs professeurs, Dix petits N. Mon fils est le seul Noir dans le bus et reste assis silencieusement, les larmes aux yeux. A la fin, tout le monde applaudit » (Ogette 2017 : 107).

31Une étudiante en thèse, d’origine chinoise et mariée à un Allemand, a un fils qui va à l’école maternelle allemande. Elle m’a raconté qu’on y chante, sans y prêter attention, Drei Chinesen mit dem Kontrabass. Elle n’est pas gênée par la première strophe et ressent même un peu de fierté à ce que des Chinois soient évoqués dans une chanson enfantine allemande. « Mais je n’aime pas les strophes suivantes. Elles sont idiotes. Cela n’a rien à voir avec la langue chinoise ». Elle en est blessée car sa langue maternelle qui comprend aussi l’écriture et l’art de la calligraphie est une part importante de son identité culturelle. Etant la seule mère chinoise, elle ne peut pas contester l’imitation caricaturale et discriminatoire de sa langue.

32Les chansons pour enfants peuvent également entraîner des blessures psychiques chez les adultes. La psychologue Grada Kilomba nous fait part du cas d’une femme noire qui utilise une crème de soin capillaire au parfum de noix de coco. Lorsque son compagnon a senti ce parfum, il a entonné la chanson des « singes qui foncent dans la forêt » (Die Affen rasen durch den Wald).

« Il s’est mis à chanter cette chanson et j’étais tellement… tellement… il m’a dit : mais tes cheveux sentent la crème de noix de coco ! Il a reniflé mes cheveux et fait cette comparaison… avec des singes… des singes dans la jungle qui ont volé des noix de coco… vous comprenez ? Il m’a assimilée à des singes… et cette chanson… j’étais complètement anéantie… je ne suis pas restée longtemps avec lui, je ne pouvais plus le supporter » (Kilomba 2013 : 77).

33Les chansons pour enfants sont aussi utilisées dans un contexte politique. En 1997, le groupe de musique néonazi Zillertaler Türkenjäger (« les chasseurs de Turcs de Zillertal ») a sorti dans l’album 12 Doitsche Stimmungshits (12 tubes d’ambiance allemands) une version de Zehn kleine Negerlein avec des paroles racistes sur les demandeurs d’asile africains. Bien que l’album ait été mis à l’index, il est resté l’un des plus populaires sur la scène d’extrême droite allemande. En 2000, à Dessau, trois délinquants d’extrême droite l’ont chantée en parcourant toute la nuit les rues de la ville. Ce faisant, ils ont par hasard croisé un Mozambicain, Alberto Adriano, boucher de métier, qui vivait en Allemagne depuis 1980. Après une course-poursuite dans la ville, ils l’ont battu à mort. Pour expliquer leur meurtre, ils ont évoqué la couleur de peau de la victime (Maneros 2002 : 29-33). Ce cas montre avec clarté que les délinquants ont pris au pied de la lettre cette chanson comme une invitation à mettre en pratique par la violence une vision du monde raciste.

Formes de résistance aux chansons enfantines racistes

  • 9 Conversation personnelle avec Sanchita Basu, ReachOut, le 21.07.2017.

34C’est à partir des années 1990 que la résistance contre les chansons enfantines racistes s’est mise en place en Allemagne. Des organismes issus des champs de l’éducation inclusive et du travail social contre le racisme en ont été les fers de lance. Comme il n’y a pas de soutien des ministères de l’Education à la législation antiraciste, ces organisations ne peuvent pas empêcher la diffusion de ces chansons, mais seulement faire appel à la raison des acteurs et des personnes impliquées. C’est un processus laborieux qui commence par la documentation des problèmes, des cas relatés (Fachstelle Kinderwelten 2016) ou des plaintes formulées dans des lettres ouvertes (Afrikanischer Kulturverein Palanca [et d’autres] 2013). ReachOut, un centre d’éducation et de conseil aux victimes à Berlin, m’a fait part du cas d’un père japonais se plaignant que l’on chante les Drei Chinesen mit dem Kontrabass dans la classe de son fils. Des représentants de cet organisme ont pris contact avec la direction de l’école et ont été invités à une table ronde. Le discours général sur le thème du racisme a été reçu avec bienveillance par les professeurs, mais une fois rapporté à l’exemple concret, il a rencontré de la résistance. L’ensemble du corps professoral s’est finalement prononcé à l’unanimité, et à l’encontre de la position défendue par la direction de l’école, pour le maintien de cette chanson dans le cadre des cours de musique9.

35Une autre tentative d’exclusion de contenus racistes consiste à « nettoyer » et à reformuler les textes, de manière à pouvoir maintenir les mélodies si appréciées. Par exemple, on a établi pour le canon CAFFEE une version du texte « propre » dans laquelle le « breuvage de Turcs » est remplacé par « boisson noire » et « Muselmann » par « imbécile ». L’origine de la boisson n’est ainsi plus attribuée à un peuple. Le dernier vers laisse au chanteur le soin de choisir ce qui est bien ou mal. On trouve sur Internet de nouvelles strophes, composées par des groupes de projets privés et ouverts à tous, pour la chanson chrétienne Gott hat alle Kinder lieb (Dieu aime tous les enfants) où la diversité du monde est mise au goût du jour d’un point de vue social comme politique. Les strophes proposées se déclinent ainsi :

1. Ich bin ein kleiner Inuk-Mensch,
aus Schnee bau ich mein Haus.

1. Je suis un petit Inuit
et ma maison est construite en neige

Und kommt kling-klang ein Schlitten an,
streck ich die Nase raus !

Et quand passe, drelin-drelin, un traîneau,
je montre le bout de mon nez !

2. Mit Stäbchen esse ich sehr gern vom Reis,
der schmeckt mir gut.

2. Avec des baguettes, je mange volontiers du riz, et j’aime ça.

Die Schrift ist leider ziemlich schwer,
egal, ich habe Mut.

L’écriture est malheureusement compliquée,
mais peu importe, je suis courageux !

3. Ich trommle, tanze, singe gern,
bei uns ist es sehr heiß.

3. Je fais des percussions, je danse et chante, chez nous, il fait très chaud.

Der Weg zum Wasser ist oft weit, da fließt dann ganz schön Schweiß.

Pour se procurer de l’eau, le chemin est souvent long, et la transpiration coule à flots !

(Ebinger)

36On peut se demander si le remaniement du texte occulte vraiment les versions précédentes. Les nombreuses adaptations de Zehn kleine Negerlein avec, par exemple, Jägermeister (une liqueur à base de plantes), en passant par Raucherlein (p’tits fumeurs), Bankkaufleute (banquiers), jusqu’à Computerfreaks (les geeks) continuent à présenter de façon humoristique la mort de neuf personnes. On trouve de même une parodie, Drei Chinesen mit nem Tütchen Gras (« Trois Chinois avec un joint »), qui décrit la mafia vietnamienne en action en Allemagne, ou bien encore la variante anti-touristes, Drei Chinesen mit ‘nem Selfie-Stick (« Trois Chinois avec une perche à selfie »). On peut se demander si, dans la diffusion de ces nouvelles versions, toute aussi rassembleuses et discriminantes, il ne reste pas inconsciemment un peu de l’esprit du texte d’origine.

37Pour finir, évoquons encore le cas de personnes concernées qui s’approprient une partie de ces chansons pour les utiliser comme une sorte d’illustration de leur identité. Yongfei Du, la cheffe du chœur pour enfants chinois de Berlin, a par exemple traduit la première strophe de la chanson des Drei Chinesen mit dem Kontrabass dans sa langue. Elle en a présenté le résultat dans le cadre d’un programme composé de chants issus de Chine en renonçant aux changements de voyelles dans les autres strophes. Cette variante interprétée par des enfants chinois culmine dans le fait que les auditeurs blancs allemands connaissent certes la mélodie, mais n’en comprennent plus le texte chanté, ce qui signifie qu’ils doivent renoncer à leur souveraineté sur cette chanson. D’autre part, la version chinoise dissout l’évocation d’un choc culturel car le policier pourrait tout autant être chinois lui aussi. Dès lors, la chanson est extirpée d’un contexte raciste. Ajoutons cependant que les réappropriations de ce genre sont jusqu’à aujourd’hui restées assez exceptionnelles.

Le suprémacisme blanc sur le banc d’essai

38Que partisans et détracteurs de ces chansons n’arrivent pas à s’entendre est dû en grande partie au fait que les détracteurs n’argumentent qu’en avançant l’origine historique des chants, puis leur emploi dans des contextes racistes. L’origine est mise en doute ou ignorée par les partisans et leur pratique est vue comme une exception, certes tragique, mais qui ne discrédite en rien la chanson elle-même. Ce faisant, ils agissent dans la veine d’un suprémacisme blanc en ce qu’ils reproduisent les formes de racisme qu’ils contestent. L’argumentation employée fonctionne elle-même d’après un modèle stéréotypé.

39Tout d’abord, ils soulignent que les discriminations perçues dans les chansons sont humoristiques et ne doivent pas être prises au pied de la lettre. Ils expliquent qu’enfants, ils chantaient ces textes avec plaisir et sans arrière-pensées racistes. En s’exprimant ainsi, les locuteurs se placent du côté d’une majorité blanche faiseuse d’opinion. Ce n’est que pour les représentants de ce groupe que les chants expriment un malin plaisir aux déboires d’autrui. Eux seuls peuvent se gausser des affronts subis par des ressortissants d’autres cultures. Leur plaisir de chanter est lié aussi au fait que les personnages décrits dans les textes ne font pas partie de leur groupe ou appartiennent à une minorité incapable de se défendre.

40Le deuxième argument présenté par les partisans de ces chansons est qu’ils n’ont pas l’impression d’avoir hérité de visions racistes. Il s’agit ici d’une représentation limitée du racisme, qui, en raison du passé nazi de l’Allemagne, est souvent réduite à la violence intentionnelle contre autrui. On refuse de mener une réflexion sur sa propre socialisation et d’admettre que de bons souvenirs de l’apprentissage infantile de la musique puissent tout à coup être jugés autrement. La réticence à se mettre à la place d’une personne issue de l’immigration et à adopter pour un temps sa vision sur les chansons est une preuve que l’on assimile des représentations du monde impérialistes et racistes. Cette image de soi et du monde correspond finalement au comportement de Christophe Colomb décrit dans la chanson évoquée plus haut.

41Pour finir, le groupe des partisans du maintien des chansons réfute l’accusation de racisme avancée par leurs adversaires. Cela leur paraît évident qu’en tant que Blancs, ils soient les seuls à décider de ce qu’est le racisme et rejettent donc les explications des autres. Ils ne veulent pas reconnaître leurs privilèges de Blancs dans la société allemande et reproduisent envers les personnes touchées des schémas d’humiliation psychologique motivée par le racisme.

La résistance du racisme à un répertoire enfantin inclusif

42Il me faut ici souligner le fait que ces recherches sur le racisme dans les chansons enfantines m’ont posé des difficultés. J’ai dû me confronter au fait que j’avais appris dans mon enfance tous les chants évoqués dans cet article. A l’exception des Zehn kleine Negerlein, je ne me suis pas rendu compte à l’époque que ces chants m’inculquaient une certaine vision de l’histoire et des caractérisations discriminantes d’autres personnes. D’autre part, je rencontre de toutes parts de la résistance à ces recherches. Les personnes contactées officiellement dans le cadre de cet article, tel que l’auteur Wilhelm Topsch ou les représentants d’un organisme comme le Deutscher Musikrat (Conseil allemand de la musique), que j’ai interrogés pour qu’ils me donnent leur avis sur ces chansons et sur leurs activités dans le domaine de l’inclusion par la musique, ne m’ont pas répondu. La maison d’édition musicale Carus-Verlag, qui, d’une part, commercialise des livres de chants pour enfants contenant les textes cités et, d’autre part, s’investit dans la diffusion internationale du répertoire des chansons traditionnelles allemandes, ne m’a pas non plus fourni d’explication sur la conception de ses publications. Au cours de mes recherches dans les archives des chants folkloriques allemands (Deutsches Volksliedarchiv), un collaborateur de longue date à un projet de dictionnaire historique et critique des chansons10 m’a incité, lors d’un tête-à-tête, à ne pas pousser trop loin mes recherches sur le racisme. Il a qualifié de « censure » le travail de nettoyage de paroles racistes effectué dans les nouvelles éditions de livres pour enfants et m’a renvoyé à un ouvrage autobiographique d’un Allemand d’origine africaine affirmant qu’il n’a jamais été confronté au racisme en Allemagne.

43Il y a cependant des moyens positifs d’échapper à la situation actuelle. Il ne s’agit finalement que de quelques chansons qui ne représentent pas le répertoire central de la tradition des chansons populaires allemandes. Par conséquent, il est difficile de comprendre pourquoi elles ne peuvent pas être remplacées par d’autres chansons qui présentent les personnes et cultures étrangères sur un pied d’égalité. De belles publications comme Wiegenlieder aus der Welt (Kekkonen 2013) montrent comment la diversité musicale peut être présentée de manière inclusive. De même, une série de productions musicales attrayantes des éditions Ökotopia poursuit depuis des années une démarche similaire, avec des albums et cahiers de notes comme In 80 Tönen um die Welt (Le tour du monde en 80 tons) (Höfele/Steffe 2000) ou Bewegungshits von Moskau bis Marokko (Chansons et mouvements pour danser, de Moscou au Maroc) (Hering 2006). On devrait s’attacher dans les années à venir à intégrer durablement ce genre de publications à la pratique pédagogique. Nous ne pourrons parler de véritables succès que dans une ou deux générations, lorsque ces chansons seront aussi transmises par la pratique familiale. D’ici là, on ne peut compter que sur les rencontres personnelles avec des médiateurs interculturels dans les cours de musique. Le travail d’enseignants issus de l’immigration dans les écoles allemandes peut aider à pallier le manque évident de contact et d’empathie avec autrui, en jetant des passerelles entre la culture majoritaire blanche et les personnes d’autres origines. L’évolution politique actuelle en Allemagne, caractérisée par un renforcement des forces populistes d’extrême droite et une polarisation des débats, ne doit pas décourager les ethnomusicologues à participer activement à ces avancées.

Haut de page

Bibliographie

AFRIKANISCHER KULTURVEREIN PALANCA E.V. et al., 2013, Offener Brief mit offener Aufforderung zum offenen Umgang mit versteckten Rassismen in Kinderliedern, Spielen, Faschingskostümen usw., consulté le 23 janvier 2018, URL : http://www.verband-binationaler.de/fileadmin/Dokumente/Newsletter/13-05-Offener_Brief_Alltagsrassismus.pdf

ARNDT Susan, 2006, AfrikaBilder. Studien zu Rassismus in Deutschland. Münster : Unrast.

ARNDT Susan & Nadja OFUATEY-ALAZARD ed., 2011, Wie Rassismus aus Wörtern spricht. (K)Erben des Kolonialismus im Wissensarchiv deutsche Sprache. Münster : Unrast.

BIRKENFELD Margret, 2013, Lieder- und Lebensgeschichten. Dillenburg : Christliche Verlagsgesellschaft.

BÖCKELMANN Frank, 1999, Die Gelben, die Schwarzen, die Weißen, Frankfurt am Main : Eichborn.

EBINGER Thomas, 2015, « Ja Gott hat alle Kinder lieb – neue Strophen für ein altes Lied », consulté le 23 janvier 2018. URL : http://thomas-ebinger.de/2015/07/ja-gott-hat-alle-kinder-lieb-neue-strophen-fuer-ein-altes-lied/

EGGERS Maureen Maisha, Grada KILOMBA, Peggy PIESCHE, Susan ARNDT eds, 2009, Mythen, Masken und Subjekte, Kritische Weißseinsforschung in Deutschland. Münster : Unrast.

FACHSTELLE KINDERWELTEN FÜR VORURTEILSBEWUSSTE BILDUNG
UND ERZIEHUNG
, 2016, Kinderlieder für alle. Anregungen für eine vorurteilsbewusste Praxis. KiDs aktuell 2/2016, consulté le 23 Janvier 2018. URL : https://situationsansatz.de/files/texte%20ista/fachstelle%20kinderwelten/kiwe%20pdf/KiDs/kids_kinderlieder.pdf

GEULEN Christian, 2007, Geschichte des Rassismus. München : Beck.

GOBINEAU Joseph Arthur, 1853, Essai sur l’inégalité des races humaines. Paris : Librairie de Firmin Didot Frères.

HERING Wolfgang, 2006, Bewegungshits von Moskau bis Marokko. Interkulturelle Lieder, Klatschverse, Kreistänze und rhythmische Spielideen für Kids im Vor- und Grundschulalter – 
mit deutschen und mehrsprachigen Liedtexten
. Münster : Ökotopia.

HEUTE.AT, 2016, « Kinderchor darf ‘‘3 Chinesen’’ auf ‘‘Servus TV’’ singen », heute.at le 14 juin 2016, consulté le 23 janvier 2018) URL : http://www.heute.at/oesterreich/kaernten/story/Kinderchor-darf--3-Chinesen--auf--Servus-TV--singen-13474658

HÖFELE Hartmut & Susanne STEFFE, 2000, In 80 Tönen um die Welt. Eine musikalisch-multikulturelle Erlebnisreise für Kinder mit Liedern, Tänzen, Spielen, Basteleien und Geschichten. Münster : Ökotopia.

JASKULSKY Hans ed., 1999, Das Kanonbuch. 400 Kanons aus 8 Jahrhunderten. Mainz [u.a.] : Schott.

KÄRNTNER SÄNGERBUND ed., 2016, Ich schenk dir ein Lied – Kinderlieder für die Familie. St. Stephan im Lavanttal : Theiss.

KANATSCHNIG Andreas, 2016, « Wenn ‘‘3 Chinesen’’ für Aufregung sorgen : Schulchor verärgert », Kleine Zeitung le 22 mai 2016, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://www.kleinezeitung.at/kaernten/lavanttal/4992932/Kaernten_Wenn-3-Chinesen-fuer-Aufregung-sorgen

KEKKONEN Reijo ed., 2013, Wiegenlieder aus aller Welt. Stuttgart : Carus.

KILOMBA Grada, 2013, Plantation Memories. Episodes of Every Racism. Münster : Unrast.

KLUSEN Ernst, 1974, Zur Situation des Singens in der Bundesrepublik Deutschland. Band 2. Die Lieder, Köln : Hans Gerig.

LINNÉ Carl von, 1735, Systema Naturæ. Sive regna tria naturæ systematice proposita per classes, ordines, genera, & species. Leiden : Theodor Haak

MARNEROS Andreas, 2002, Hitlers Urenkel : Rechtsradikale Gewalttäter – Erfahrungen eines wahldeutschen Gerichtsgutachters. Bern [u.a.] : Scherz.

MEMMI Albert, 1994 [1982], Le racisme. Paris : Gallimard.

MOHR Andreas & Friedhilde TRÜÜN eds, 2001, Kinderlieder. Stuttgart : Carus.

OGETTE Tupoka, 2017, exit RACISM. Rassismuskritisch denken lernen. Münster : Unrast.

RINALDINI Rinaldo ed., 1936, Der Pott, Ein unverschämtes Liederbuch voll Stumpfsinn, Rührseligkeit, Ausgelassenheit und Spott für geborene Kindsköpfe und solche, die es mit der Zeit geworden sind. Deutsches Volksliedarchiv V3 6047.

SAMBETH Heinrich Maria ed., 1932, Jungvolk Singt !. Stuttgart 1932, Deutsches Volksliedarchiv V3 5925.

SCHÖNTGES Jürgen ed., 2006, Freche Lieder – Liebe Lieder. Weinheim/Basel : Beltz.

SCHULTEN Gustav ed., 1934, Der Kilometerstein. Klotzmärsche, Lieder für die Landstraße, Musik zum Tageslauf und allerlei Unsinn. Eine Sammlung für soldatische Gruppen. Potsdam : Ludwig Voggenreiter. Deutsches Volksliedarchiv V1 19650.

SCHULTEN Gustav ed., 1962, Der große Kilometerstein. Eine lustige Sammlung. Wolfenbüttel : Möseler. Deutsches Volkslied Archiv V3 6591.

SOW Noah, 2009, Deutschland Schwarz-Weiß. Der alltägliche Rassismus. München : Goldmann.

UNDERBERGER Andreas, 2016, « Der unkorrekte Kontrabass » ORF-watch.at le 25 juin 2016, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://www.orf-watch.at/Debatte/2016/05/der-unkorrekte-kontrabass

WINNER Septimus, 1869, Ten Little Injuns. Boston : Oliver Ditson Company.

WINTER Georg, 1913, Ringel, Ringel, Rosenkranz, 125 der schönsten gesungenen volkstümlichen Kinderspiele aus dem Königreiche Sachsen. Leipzig : Verlag der Dürr’schen Buchhandlung

Haut de page

Notes

2 « Aujourd’hui en Carinthie ».

3 Pour un résumé détaillé des discussions, voir les numéros du ZEIT, no 4/5, 2013.

4 http://www.bmas.de/SharedDocs/Downloads/DE/uebereinkommen-ueber-die-rechte-behinderter-menschen.pdf?__blob=publicationFile&v=2 (dernière consultation, 13.04.2018).

5 Les noms « Blanc » et « Noir » sont écrits en majuscules dans les études sur le racisme, afin de porter l’attention sur le fait qu’il ne s’agit pas de couleurs, mais d’un concept politique. 

6 Référence dans le Deutsches Volksliedarchiv : A 146178.

7 « Sieben Japaneser ohne Kontrapass » (Deutsches Volksliedarchiv,A 215712). Kontrapass est un néologisme formé des termes Kontrabass (« contrebasse ») et Pass (« passeport »).

8 Pour une analyse postcoloniale détaillée de la chanson, voir Afrikanischer Kulturverein Palanca e.v. et d’autres, 2013 : 3-4.

9 Conversation personnelle avec Sanchita Basu, ReachOut, le 21.07.2017.

10 www.volksliederarchiv.de (dernière consultation, 25.01.2018)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Transcription de Zwei Affen rasen.
URL http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/docannexe/image/2957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nepomuk Riva, « Conserver, interdire ou réécrire… Que faire des chansons enfantines racistes en Allemagne ? »Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 189-208.

Référence électronique

Nepomuk Riva, « Conserver, interdire ou réécrire… Que faire des chansons enfantines racistes en Allemagne ? »Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/2957

Haut de page

Auteur

Nepomuk Riva

Nepomuk RIVA a étudié la musicologie et la théologie à Heidelberg et Berlin. Il a rédigé une thèse sur la transmission écrite et orale de la musique d’église au Cameroun à la Freie Universität de Berlin. Il est depuis 2016 chargé de cours et de recherche à la Hochschule für Musik und Theater de Hanovre, où il coordonne le programme « Performing Sustainibility » en partenariat entre l’Université de Hildesheim, l’Université de Maiduguri et l’Université de Cape Coast (Ghana). Ses recherches actuelles portent sur la représentation de l’Afrique dans l’histoire de la musique en Europe.

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search