Navigation – Plan du site
Documents

Musiques en filigrane. Un tambour de bois chez les enfants Fodonon de Côte-d’Ivoire, le sukorè

Michel de Lannoy
p. 217-232

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Documents sonores
Références des documents sonores
Note sur les transcriptions

Aperçu du texte

Sukorè est le nom donné, chez les Sénoufo-Fodonon du nord de la Côte-d’Ivoire, à une auge creusée dans un tronc d’arbre, utilisée pour l’alimentation des porcs, et, tout à la fois, au détournement de cet ustensile, par la main de certains enfants, en un tambour-de-bois à lèvres. Cette pratique instrumentale est conjointement ludique et fonctionnelle, les enfants frappant le sukorè dans le cadre de la surveillance des champs de maïs à laquelle ils sont préposés, installés çà et là sur de petits miradors en rondins, pour en éloigner les animaux prédateurs.

D’un champ à un autre, plus ou moins éloigné, cet « instrument de musique de substitution » est utilisé comme moyen de salutation et de communication à distance. Mais il est aussi parfois, sous la main de quelques enfants particulièrement experts, dévolu à l’exécution simulée de la plupart des musiques du répertoire des adultes : pour les apprendre par soi-même, pour s’imprégner de leur atmosphère généralement à la fois festive et fu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel de Lannoy, « Musiques en filigrane. Un tambour de bois chez les enfants Fodonon de Côte-d’Ivoire, le sukorè », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 217-232.

Référence électronique

Michel de Lannoy, « Musiques en filigrane. Un tambour de bois chez les enfants Fodonon de Côte-d’Ivoire, le sukorè », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3005

Haut de page

Auteur

Michel de Lannoy

Michel de LANNOY est ethnomusicologue, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest et de la musique des Sénoufo. Ses travaux ont également porté sur la France de l’ouest et, aujourd’hui, sur l’anthropologie de l’environnement sonore, au sein du Centre culturel de rencontre de l’Abbaye de Noirlac. Maître de conférences à l’Université de Tours, il fut, entre 1984 et 1990, en charge du secteur des musiques traditionnelles au Ministère de la culture, ainsi que Professeur-associé à l’Université de Paris 4-Sorbonne. Il a dirigé l’Equipe doctorale et de recherche Lieux et enjeux des modernités musicales, à l’Université de Tours, de 2000 à 2009. Il fut co-rédacteur, en 1989, à l’Unesco, de la Recommandation sur la sauvegarde des cultures traditionnelles et populaires. Il est chevalier des Arts et des Lettres.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page