Navigation – Plan du site
Documents

Elley Balam. Une berceuse ouïghoure sur scène

Mukaddas Mijit
p. 241-248

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Elley balam, la berceuse ouïghoure

Aperçu du texte

Le présent texte explore la transformation par la scène d’une berceuse ouïghoure, Elley balam, devenue au fil du temps un véritable symbole identitaire. En voici une première version issue de Youtube (document 1), interprétée par une femme accompagnée au dutar (luth à long manche). Le montage photographique qui l’illustre mêle des portraits de femmes ouïghoures, âgées pour la plupart, au visage souvent triste et dans des situations parfois précaires, des tableaux de scènes traditionnelles ouïghoures, des images de maternité et d’enfance d’abord empreintes de souffrance et de misère, puis pleines d’espoir, dont la portée dépasse le seul monde ouïghour.

Quand j’étais encore une enfant, dans les années 80, ma mère me chantait souvent cette triste berceuse aux paroles sombres. A mesure que je grandissais, je me rendis compte que ces paroles ne parlaient pas de notre vie. Elles parlaient de la douleur du monde, de l’absence d’un père et de l’injuste exploitation des pauvres paysans par le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mukaddas Mijit, « Elley Balam. Une berceuse ouïghoure sur scène », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 241-248.

Référence électronique

Mukaddas Mijit, « Elley Balam. Une berceuse ouïghoure sur scène », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3024

Haut de page

Auteur

Mukaddas Mijit

Mukaddas MIJIT est docteure en ethnomusicologie, cinéaste, musicienne et danseuse, originaire de la Région Ouïghoure. Soutenue en 2015, sa thèse intitulée « La mise en scène du patrimoine musical ouïghour. Construction d’une identité scénique », a été réalisée sous la direction de Jean During à l’Université Paris-Nanterre. Actuellement, elle est chercheuse associée rattachée au Centre de Recherche en Ethnomusicologie à Paris ainsi qu’au Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires à Toulouse. Elle est chargée de cours à l’Université de Toulouse Jean Jaurès et s’occupe également de la coordination artistique de l’association Escambiar autour d’un festival de films ethnomusicologiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page