Navigation – Plan du site
Hommages

Gilbert Rouget (1916-2017)

Une évocation
Bernard Lortat-Jacob
p. 289-295

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Plan

Un regard bien peu éloigné
Prémices
Les cinq Rouget

Aperçu du texte

Un regard bien peu éloigné

L’incinération a été rapide : elle a eu lieu le 15 novembre au Père Lachaise, huit jours exactement après sa mort. Le feu n’est pas éteint pour autant.

Et dans le feu, il y a ce regard – un regard vif et précis – celui qui, par méthode et par métier, a besoin de voir les choses pour les penser. Un regard d’observateur attentif, présent et rarement éloigné, tourné vers les autres et donnant toujours l’impression que c’est aux autres qu’il s’intéresse, plus qu’à lui-même. Un regard d’ethno-photographe, à focale fixe. Pas un regard de romancier (notre homme pestait souvent contre ceux que la mode célèbre et dont il exécrait le nombrilisme). Cet œil était relayé par une excellente mémoire – une mémoire qu’il garda longtemps vive, surtout pour les affaires professionnelles car, de sa vie privée, il parlait peu.

Sur le terrain, il prenait beaucoup de notes, sur des petits carnets minutieusement tenus et rangés. A l’ancienne. Notes qu’il n’avait pas besoin de consul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lortat-Jacob, « Gilbert Rouget (1916-2017) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 289-295.

Référence électronique

Bernard Lortat-Jacob, « Gilbert Rouget (1916-2017) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3093

Haut de page

Auteur

Bernard Lortat-Jacob

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page