Navigation – Plan du site
Hommages

Jacques Bouët (1945-2018)

Quelques souvenirs joyeux
Fabrice Contri
p. 297-300

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2020.

Aperçu du texte

« Jacques, c’est d’abord une voix, un peu grave, chaude, et ce visage souriant et franc. Ce regard clair, souvent malicieux. Et puis des images. Deux violonistes roumains aux petits chapeaux de paille sur le côté, dont il essayait de nous faire saisir tout le “chic” du jeu. (…) C’était un fou de violon, classique d’abord, puis roumain, bien sûr, avant ces dernières années où il s’était totalement investi dans le jeu du tango argentin, et aussi, un peu, dans la composition. Est-ce, comme le pense Dominique, son épouse, parce que le jeu du violon est “diabolique” que Jacques fut si exigeant et si fin dans ses analyses comme dans la rédaction de ses articles et l’enseignement du roumain ? Peut-être était-il simplement un perfectionniste ».

Dans le nord de la Roumanie, tout en haut du Maramureş. Aux frontières de l’Ukraine et de la Hongrie. Le village de Săpânţa avec un petit cimetière multicolore aujourd’hui bien fréquenté durant les vacances d’été, quand les émigrés roumains rentrent «...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Contri, « Jacques Bouët (1945-2018) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 297-300.

Référence électronique

Fabrice Contri, « Jacques Bouët (1945-2018) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2020, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3098

Haut de page

Auteur

Fabrice Contri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page