Navigation – Plan du site
Livres

Arnaud ROBERT : Genève aux rythmes du monde. Une histoire des Ateliers d’ethnomusicologie

Avec une préface de Laurent Aubert et une postface de Fabrce Contri. Genève : Editions Labor et Fides, 2018
Frank Tenaille
p. 308-309
Référence(s) :

Arnaud ROBERT : Genève aux rythmes du monde. Une histoire des Ateliers d’ethnomusicologie, Avec une préface de Laurent Aubert et une postface de Fabrce Contri. Genève : Editions Labor et Fides, 2018, 247 p., ill. n.b. et coul.

Texte intégral

1Genève aux rythmes du monde, sous-titré Une histoire des Ateliers d’ethnomusicologie, est la saga de cette association née en 1983 qui fit se rencontrer le public suisse et les musiques traditionnelles. Une fresque que déroule avec gourmandise en seize chroniques le journaliste-réalisateur Arnaud Robert. Soit 35 ans d’une agora musicologique et populaire sur les registres du sacré ou du profane, du rural ou de l’urbain, de répertoires « pure laine » ou porteurs d’hybridations novatrices. Avec des affiches balayant tout l’arc des expressions vocales, instrumentales et chorégraphiques de la planète, cette cartographie d’émotions et d’imaginaires dessine in fine une autre mondialité, alternative à « l’horizon indépassable de notre temps » qu’un turbo-capitalisme envahissant voudrait nous imposer avec son homo consommatus et sa société du divertissement réduits aux plus petits communs dénominateurs.

2Ce livre, avec jubilation et style, file l’écheveau des cheminements humains et artistiques qui ont rendu possibles ses carrefours du sensible pour les publics qui en furent impactés ; il montre comment, au fil des années, les Ateliers ont proposé un miroir aux Genevois via la question des artistes exilés ou migrants, Genève s’étant pensée de longue date comme cité-refuge ou cité-monde.

3En filigrane, l’ouvrage décrit aussi comment les Ateliers sont devenus la partie fraternelle d’un rhizome d’activités, qu’il s’agisse d’enregistrements (disques des Archives Internationale des Musiques Populaires, collections SAGA et Ethnomad), de recherche scientifique (cf. la somme des indispensables Cahiers d’ethnomusicologie), de cours et de stages (notamment ceux de La Croisée des cultures), d’expositions (en liaison avec le Musée d’ethnographie de Genève) et bien sûr de concerts. Ainsi, il y a du parcours initiatique dans les 250 pages de cette rétrospective par ailleurs très agréablement illustrée.

4Mais, pour l’observateur français que je suis, ce bilan dépasse les frontières suisses. Par le chemin parcouru qu’il évoque sur le registre des « musiques traditionnelles », il m’a pour ma part remémoré l’histoire de ma génération, née avec le collectage et le folk de Pete Seeger, avec Ravi Shankar et les Beatles, le free-jazz et l’Afrique, la chanson engagée d’Amérique Latine ou la soul du mouvement des droits civiques, en phase avec la montée en force de peuples ou de communautés dominés. Un continuum qui va de pair avec les souvenirs que j’ai de ce compagnon en altérité qu’est l’homme-clé de l’aventure collective des Ateliers. J’ai en effet, comme Laurent Aubert, été depuis le début des années 70 un « passeur » de musiques du monde en tant que journaliste (à ce titre, nous nous sommes retrouvés chroniqueurs au Monde de la musique). J’ai comme lui assumé la direction artistique de festivals privilégiant les sources et le terrain, option toujours plus sportive que la signature chez un tourneur. Avec lui, j’ai passé au crible nombre de productions internationales au sein du jury de l’Académie Charles Cros. Et membre fondateur de Zone Franche (regroupement des professionnels francophones des musiques du monde), je peux également témoigner de son écho auprès des adhérents de ce réseau. Je ne peux donc apprécier ce bilan qu’avec ma subjectivité qui embrasse toute une chaîne de valeurs, du chercheur de terrain au diffuseur, pour en souligner le caractère atypique. Car ce dont il est question dans ces pages, au-delà de réflexions sur les modalités de l’interculturalité et ses dynamiques positives ou négatives ; au-delà de la permanence ou de la disparition d’expressions musicales, de rites et de codes qui vont avec ; au-delà de controverses sur la transmission, l’oralité, le « savant » et le « populaire », ou sur la décentralisation du regard européocentriste ; au-delà des fonctions du spectacle vivant dans le monde des algorithmes ; ce dont il est question est bien un enjeu de civilisation(s).

5De par sa généalogie intellectuelle, Laurent Aubert a marié plusieurs lignes de force : une formation de musicien aguerrie notamment au contact de l’Inde et de l’Afghanistan, une métaphysique et une poétique qui sous-tendent son rapport à l’expression sonore, un commerce étroit avec le plus large éventail d’éminents ethnomusicologues, sismographes précieux des mutations anthropologiques des peuples, et aussi une connaissance des arborescences professionnelles qui sont l’une des armatures des échanges de ce « secteur ». Dès lors, déployant un faisceau d’activités complémentaires, il a imprimé aux Ateliers une dynamique « politique », au sens éthique du terme, sur les terrains de la création, d’une mémoire en mutation et d’une citoyenneté à inventer. Cette posture, on le sait peu, a servi de référence à nombre d’acteurs européens des musiques du monde. Cette res politica mise en partage plaide en faveur d’autres mondes possibles quand le futur paraît préempté, économiquement, culturellement, biologiquement, par de redoutables Molochs pratiquant l’équarrissage des patrimoines culturels immatériels, la nanisation des esprits, le culte de la peur de l’Autre, la vassalisation de communautés entières, la marchandisation du vivant.

6Sur un plan musicologique, à travers la variété de ses angles d’approche et l’extrême singularité de ses personnalités musicales (Taraf de Haïdouks, Zakir Hussain, Ross Daly, les Frères Coulibaly, Parvathy Baul, L’Ensemble Kaboul…), cet ouvrage montre bien aussi combien l’on est passé d’une ethnomusicologie d’urgence (qui garde plus que jamais sa pertinence) à une musicologie du partage, souvent dans des contextes inédits ; combien des tendances lourdes, en particulier celle des migrations, interrogent l’avenir ; combien la question des nouveaux paysages sonores, du numérique, et surtout d’identités multiples, diffractées par la mondialisation, redistribuent les cartes des subjectivités, au Nord et au Sud.

7Il va sans dire que j’ai été particulièrement ému par la dernière page de l’ouvrage, voulue par Laurent Aubert. Elle mentionne les noms de grands disparus, alliés substantiels qui, si souvent, ont donné du souffle et de l’espace à nos vies, et ont pollinisé patrimoines et répertoires de leur talent et de leur humanité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank Tenaille, « Arnaud ROBERT : Genève aux rythmes du monde. Une histoire des Ateliers d’ethnomusicologie », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 308-309.

Référence électronique

Frank Tenaille, « Arnaud ROBERT : Genève aux rythmes du monde. Une histoire des Ateliers d’ethnomusicologie », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3130

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page