Navigation – Plan du site
CD | DVD | Multimédia

Epic Folk Songs from Bosnia and Herzegovina. The Collection of Matija Murko (1912, 1913)

Christian Liebl et Gerda Lechleitner eds, notes de Muhamed Arnaut, Tamara Karača Beljak, Franz Lechleitner, Gerda Lechleitner, Christian Liebl, Johannes Spitzbart et Jasmina Talam. 2 CD + 1 CD-Rom PHA CD 40, livret 10 pages, ÖAW. Vienne : Éditions de l’Académie autrichienne des sciences, 2017
Anne-Florence Borneuf
p. 357-359
Référence(s) :

Epic Folk Songs from Bosnia and Herzegovina. The Collection of Matija Murko (1912, 1913), Christian Liebl et Gerda Lechleitner eds, notes de Muhamed Arnaut, Tamara Karača Beljak, Franz Lechleitner, Gerda Lechleitner, Christian Liebl, Johannes Spitzbart et Jasmina Talam. 2 CD + 1 CD-Rom PHA CD 40, livret 10 pages, ÖAW. Vienne : Éditions de l’Académie autrichienne des sciences, 2017.

Texte intégral

  • 1 Par Jasmina Talam et Tamara Karača Beljak du département de musicologie et d’ethnomusicologie de l’ (...)
  • 2 Ce lexique établit par Muhamed Arnaut précise en outre l’origine de tous les termes.
  • 3 Par Franz Lechleitner et Johannes Spitzbart.

1Autant le dire de suite, les amateurs et spécialistes des domaines de la poésie orale, du chant épique, des études slaves, de la linguistique et de l’ethnomusicologie ou même de l’histoire trouveront dans ce petit coffret de quoi se mettre sous la dent. Y sont en effet rassemblés non seulement tous les enregistrements effectués dans différentes régions de Bosnie-Herzégovine par le philologue Matija (ou Mathias) Murko, lors de ses campagnes de 1912 et 1913 (2 CD audio), mais aussi toute la documentation originale associée (fiches d’archivages numérisées et rapports détaillés de Murko, en allemand) et une riche documentation complémentaire rédigée, en anglais, par des spécialistes. Celle-ci est composée d’une description de chaque plage avec transcription des paroles, d’articles généraux sur le travail (contexte, recherches, méthodes et résultats) et l’héritage de Murko1, le tout enrichi d’une bibliographie, d’un précieux lexique des termes anciens rencontrés dans les chants2 et de notes techniques3 sur la numérisation des disques de cire. Le tout forme un ensemble de 150 pages environ en format pdf, rassemblées sur un CD-Rom qui, de plus, propose la totalité des enregistrements en mp3. Bref, un ensemble tout à fait complet et généreux d’archives et de contributions contemporaines !

2M. Murko naît en Slovénie, mais se forme à partir de 1880 aux études germaniques et slaves à Vienne, puis en Russie. Son intérêt pour la poésie orale le pousse à parcourir la Bosnie-Herzégovine alors qu’il enseigne la philologie à l’Université de Graz. Il est alors à la recherche des origines de la poésie épique et tente de comprendre s’il existe des liens entre les épopées chantées par les musulmans et celles des chrétiens (catholiques et orthodoxes). Il se concentre ainsi dans un premier temps sur le Krajinatypus (l’épopée telle qu’elle est chantée par les musulmans en Krajina, la zone frontalière du nord-ouest de la Bosnie) sans toutefois s’y enfermer.

  • 4 Il est à ce propos significatif de noter que Murko mesure la capacité des disques non pas en termes (...)
  • 5 À Cazin, Bosanska-Krupa, Bihać, Kulen Vakuf, Bosanski-Petrovac, Ključ, Sanski Most et Prijedor.
  • 6 Il enregistre alors dans les localités de Sarajevo, Mostar, Široki Brijeg et Nevesinje, mais regret (...)
  • 7 Les règles d’utilisation du phonographe de l’Académie des sciences imposaient en effet une dictée d (...)

3Son idée la plus audacieuse pour l’époque est sûrement celle de vouloir enregistrer la poésie sous sa forme chantée (et non récitée ou dictée comme cela se faisait à l’époque). Conscient de ne pouvoir graver sur les disques de cire que vingt à trente vers4 et non pas des épopées complètes, Murko est convaincu que son étude y gagnera quand même. C’est donc équipé du phonographe (et de plusieurs dizaines de disques de cire) de ce qui était alors l’Académie impériale des sciences de Vienne qu’il parcourra en deux séjours d’un mois un large territoire allant du nord-ouest de la Bosnie (19125) jusqu’à l’Herzégovine au sud en passant par la Bosnie centrale (19136). Ses voyages d’étude sont interrompus par la guerre, mais il a déjà formulé quelques remarques importantes. Celle qui eut le plus de retentissement est sûrement son intuition que les chants épiques ne sont pas mémorisés, mais bien recréés – recomposés – à chaque nouvelle itération7. C’est ce qu’a entendu le jeune Milman Parry lors d’une conférence donnée par Murko à Paris en 1928 et qui le convaincra d’entreprendre avec Albert B. Lord les fameuses recherches sur le terrain Yougoslave, qui donneront jour en 1960 à l’ouvrage de Lord, The Singer of Tales.

4En termes de restauration et d’intégrité, les enregistrements originaux ont été le plus possible préservés. Ils sont livrés tels que les a réalisés Murko, sans travail de montage qui viendrait par exemple gommer un problème survenu durant la manipulation du phonographe, néanmoins, lorsqu’un enregistrement était divisé en plusieurs phonogrammes, ceux-ci ont été rassemblés sur une même plage du CD. De même, le traitement de restauration est resté limité, mais tout de même suffisant pour obtenir un volume sonore satisfaisant, sans (ou presque) bruits impulsionnels, chaque auditeur étant libre, en fonction de ses exigences et de ses compétences, d’appliquer d’autres corrections sur les hautes fréquences. Globalement, les enregistrements de la campagne de 1913 sont de meilleure qualité que ceux de 1912. Il n’en reste pas moins que l’instrument dont s’accompagne chaque chanteur (selon les cas : vièle gusle, luths tambura, tamburica ou saz) est généralement très peu audible. Murko était le premier à le regretter et il avait tenté d’élargir le pavillon d’enregistrement, mais seul le violon, proche de la bouche du chanteur (et donc du pavillon), tire son épingle du jeu.

  • 8 Traduits en anglais dans les commentaires des enregistrements.

5Contrairement à ce qu’indique le titre du coffret, on n’y trouve pas seulement des extraits de chants épiques. En effet, ouvert au comparatisme, Murko a également immortalisé quelques chants lyriques urbains (ravna pjesma ou poravna) comptant parmi les premiers à avoir été enregistrés. Par ailleurs, toujours dans l’optique comparatiste, mais dans le domaine linguistique cette fois, quelques plages restituent la langue dans le mode parlé : le plus souvent des récits de vie des informateurs8, mais aussi quelques dictées de poésie épique dont la comparaison avec leur version chantée montre bien ce caractère toujours renouvelé, l’invention des « auteurs » et le traitement particulier que le mode chanté impose au parler quotidien avec, entre autres, transformation des voyelles, modification de la métrique et de l’accentuation.

6Si un bon nombre de plages comptent parmi les tout premiers enregistrements d’un genre musical donné, il s’avère aussi que d’autres rendent compte de pratiques qui ont aujourd’hui totalement disparu. C’est le cas, notamment, de certains styles de chants et ou encore de certains procédés poétiques consistant à rejeter la dernière syllabe d’un vers au début du vers suivant ; c’est aussi ce qui fait de ce coffret un témoignage historique tout à fait exceptionnel, dont on regrettera seulement l’absence de témoignages photographiques.

7Il est donc à parier que la mise à disposition de cet ensemble documentaire, tout à la fois rare, riche et intéressant, dont ni les populations locales, ni les communautés scientifiques ne connaissaient vraiment l’existence, pourra déclencher des impulsions de recherches auprès de divers utilisateurs, c’est du moins le vœu émis par Gerda Lechleitner, éditrice de la collection de l’Académie autrichienne des sciences.

Haut de page

Notes

1 Par Jasmina Talam et Tamara Karača Beljak du département de musicologie et d’ethnomusicologie de l’université de Sarajevo ainsi que par Gerda Lechleitner de l’Académie des sciences de Vienne.

2 Ce lexique établit par Muhamed Arnaut précise en outre l’origine de tous les termes.

3 Par Franz Lechleitner et Johannes Spitzbart.

4 Il est à ce propos significatif de noter que Murko mesure la capacité des disques non pas en termes de durée mais bien en termes de nombre de vers de dix syllabes !

5 À Cazin, Bosanska-Krupa, Bihać, Kulen Vakuf, Bosanski-Petrovac, Ključ, Sanski Most et Prijedor.

6 Il enregistre alors dans les localités de Sarajevo, Mostar, Široki Brijeg et Nevesinje, mais regrette de ne plus avoir de disques lors de ses passages à Gacko, Lastva près de Trebinje, Ljubinje et Stolac.

7 Les règles d’utilisation du phonographe de l’Académie des sciences imposaient en effet une dictée des textes avant l’enregistrement ; d’autre part, Murko faisait répéter les chanteurs devant le phonographe avant chaque prise. C’est ainsi qu’il a remarqué que les versions étaient toujours différentes et qu’il a découvert le caractère continuellement recomposé des chants épiques de Bosnie-Herzégovine.

8 Traduits en anglais dans les commentaires des enregistrements.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Florence Borneuf, « Epic Folk Songs from Bosnia and Herzegovina. The Collection of Matija Murko (1912, 1913) », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 357-359.

Référence électronique

Anne-Florence Borneuf, « Epic Folk Songs from Bosnia and Herzegovina. The Collection of Matija Murko (1912, 1913) », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3316

Haut de page

Auteur

Anne-Florence Borneuf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page