Navigation – Plan du site
Thèses

Tarek ABDALLAH : L’art du ‘ūd égyptien, de l’organologie à la performance : La virtuosité traditionnelle et son évolution à l’aune du 78 tours

Thèse de doctorat en Lettres en Musique et Musicologie, soutenue le 29 septembre 2017 à l’Université Lumière Lyon 2.
p. 371
Référence(s) :

Tarek ABDALLAH : L’art du ‘ūd égyptien, de l’organologie à la performance : La virtuosité traditionnelle et son évolution à l’aune du 78 tours
Thèse de doctorat en Lettres en Musique et Musicologie, soutenue le 29 septembre 2017 à l’Université Lumière Lyon 2.
329 pages, biblio-discographie, exemples sonores (11 disques téléchargeables)
Directeur de thèse : Emmanuel Reibel

Texte intégral

1L’autonomisation de l’art instrumental arabe et, plus particulièrement, l’éclosion de l’art improvisé du taqsīm au ‘ūd, sont concomitants de l’avènement de l’ère discographique et du 78 tours (1903) en Égypte, notamment avec les enregistrements de Sayyid a-s-Suwaysī, tandis que l’apogée de cet art attendra les années 1920, avec les développements apportés à cette pratique par Muḥammad al-Qaṣabgī, surnommé le Sultan du ‘ūd.

2L’émergence du 78 tours est anticipée par une véritable renaissance musicale, menée par des musiciens de génie attachés à la cour d’Ismaël Pacha et de ses successeurs. Le développement du pendant instrumental de cette école (nommée la Nahḏa), qui est inhérent au ‘ūd, est lié notamment à l’apparition, au cours du dernier tiers du XIXe siècle, d’un nouveau modèle de cet instrument. Les caractéristiques organologiques de ce nouveau modèle (taille, rapport entre longueur des cordes vibrantes et longueur du manche, etc.) le distinguent nettement de son prédécesseur tel qu’il est décrit par les auteurs occidentaux (Villoteau, Lane, Fétis) et orientaux (Maššāqa et al-Jundī). Aussi, sur la période 1902-1904, plusieurs théoriciens égyptiens ont-ils rendu hommage à cet instrument par une actualisation de la théorie modale arabe abbasside, conçue en fonction des doigtés du ‘ūd, et par son application au grandūd égyptien. Ce faisant, ils affirment l’importance de l’instrument dans la théorie, la performance et la transmission.

3Cette thèse a pour but d’étudier l’évolution de la virtuosité traditionnelle inhérente à la notion médiévale de haḍaq (liée à la perfection artistique) au sein de la tradition musicale arabe, et ce, par l’analyse de l’évolution des formes jouées, de l’accordage, et des modes de jeu. Cet examen commence par une étude organologique et acoustique des modèles d’instruments employés dans les enregistrements du début de l’ère discographique, en tant que critères externes. Il se poursuit par la segmentation des énoncés enregistrés, à partir de critères internes, liés à la métrique poétique arabe, au mode de jeu et à la configuration du discours musical. Il se termine par une modélisation sémiotique modale de deux extraits et débouche sur une mise en exergue des apports de Qaṣabgī à l’art du taqsīm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Tarek ABDALLAH : L’art du ‘ūd égyptien, de l’organologie à la performance : La virtuosité traditionnelle et son évolution à l’aune du 78 tours », Cahiers d’ethnomusicologie, 31 | 2018, 371.

Référence électronique

« Tarek ABDALLAH : L’art du ‘ūd égyptien, de l’organologie à la performance : La virtuosité traditionnelle et son évolution à l’aune du 78 tours », Cahiers d’ethnomusicologie [En ligne], 31 | 2018, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ethnomusicologie/3378

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page